Encyclopédie
Présentations
Carnet de Bord
[RP]Siirastan
[RP]Mycra
[RP]Shizuku
[RP]Autres
Archives
AccueilFAQRechercherMembresConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Back Home [PV: Mugen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tarek Ngaresh
Ex-Despranon | Directeur de l'Agence
Ex-Despranon | Directeur de l'Agence
avatar

Messages : 238
Age : 25

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 160
Or Or: 1
Verre Verre: 0

MessageSujet: Back Home [PV: Mugen]   Jeu 15 Mar - 20:11

Une navette se posa en douceur sur un espace dégagé, visiblement prévu à cet effet, non loin du panthéon. A l'intérieur, quatre personnes. Un pilote, nécessaire pour faire naviguer l'engin. Deux soldats à la solde du gouvernement, assis de chaque côté de la dernière personne, qui fixait le sol d'un air absent. Ses yeux masqués par une paire de lunettes rondes de couleur orangée, reflétant actuellement la lueur qui filtrait à travers les vitres du vaisseau. Son chapeau à large bord était élégamment posé sur sa tête, couronnant une masse chevelue impressionnante, cascadant jusqu'au milieu de son dos, d'un noir de jais contrastant avec l'épais manteau écarlate fait de tissu synthétique, posé négligemment sur ses épaules. Il pendait et tombait jusqu'au sol, sauf derrière lui où il s'amassait en épais plis, arrêté par la banquette confortable sur laquelle il était assis. L'Omicron Despranòn était de retour à Sérégon, enfin. Il était arrivé en ville en milieu de journée, et avait d'abord été se faire rafistoler chez le plus proche toubib du quartier. Ainsi, sous ses vêtements, il était zébré de bandages, et de pansements et cataplasmes en tout genre, pour parer aux effets secondaires de l'Umbraesthésie. Sa plaie au flanc, causée par cette satanée Kuragi, avait été un peu plus complexe à refermer, mais moyennant une aiguille assez solide et du fil suffisamment épais, le médecin avait fait du bon boulot. A peu près, parce que ça faisait quand même un mal de chien. La plaie était très profonde. La coupure, était cependant d'une netteté chirurgicale, et il devait ce seul point au tranchant magistral de la lame qui l'avait blessé. La blessure en elle même relevait de sa propre et seule stupidité. Il n'aurait pas du se faire avoir par un coup pareil.

L'ambiance dans la navette pendant le voyage était... pesante. Mal à l'aise, les soldats n'échangaient que quelques regards furtifs et embarrassés. Ils n'en avaient pas cru leurs yeux lorsqu'un homme tout de rouge vêtu s'était présenté à eux comme étant le chef de l'Escadron Tactique, Tarek Ngaresh. Ils pensèrent d'abord à une blague à la con de la part d'un vieil ivrogne qui s'emmerdait. N'importe qui de sensé aurait pensé la même chose. Cela faisait un nombre incroyable de mois que l'Omicron était tout bonnement porté disparu. A un tel avancement du temps, on considérait la personne comme morte. Sauf qu'il leur présenta ses papiers. Là, aucun doute possible, il s'était gentiment pointé avec pour seule volonté d'être reconduit au panthéon dans les délais les plus brefs. Pour ceux qui l'avaient connu, de près ou de loin, on ne pouvait pas manquer de le reconnaître. Son manteau était toujours impeccable, sauf en bas, où il souffrait de multiples déchirures, brûlures, impacts de balles, taillades, bref, un vêtement à la fois raffiné et ravagé. Ses lunettes, étaient assez rares et étaient généralement toujours associées à sa personne. De même que son sourire malsain, et son ombre, qui semblait toujours s'étirer dans le sens opposé à celui de la logique. Le soleil face à lui, l'ombre aurait dû se trouver derrière lui, et pas devant, à narguer les soldats dans sa position improbable.

Bref, une arrivée plutôt calme. Sans coups d'éclat. Ce n'était pas la peine. Il ne savait pas à quel point le Gouvernement avait changé depuis sa fausse disparition, quand bien même sacrément bien orchestrée. Ceci étant dit, avant de constater tous les changements qui avaient pu avoir lieu après ou pendant l'assaut d'Oozora, il devait se présenter à l'Alpha pour signaler son retour. En soi, que ce soit l'Alpha ou l'Oméga ne signifiait rien, mais de même que c'était auprès de lui que beaucoup de Commandants prenaient leurs ordres, c'était à lui qu'il devait se présenter. Cette logique lui échappait, mais il ne rechignait pas à s'y plier.

Il gravit les marches conduisant à la prestigieuse bâtisse. Cela ne faisait que quelques mois, mais il avait l'impression que cela faisait des décennies qu'il n'avait pas foulé le sol de cette zone qui théoriquement, était son seul "chez lui". Ses quartiers ne l'attendaient probablement plus, depuis le temps, et il devrait se faire faire de nouveaux appartements. Un nombre incalculable de dossiers et une masse époustouflante de travail l'attendaient sûrement. Pendant un dixième de seconde, il regretta son exil, avant de se dire que la vie se jouait à plein régime ici, et pas dans des plaines ou des déserts vides de toute population. Ici il pourrait reprendre ses vols en chasseur, il pourrait à nouveau organiser des stratégies pour piéger ces abrutis de rebelles -une pensée envers Kuragi, Datenshi, le fit sourire-, ou pour planifier un assaut généralisé. Là il pouvait se servir de cent pour cent de sa compétence intellectuelle et professionnelle, et qui sait, de ses capacités au combat. Car frustrantes avaient été celles qu'il avait montré à Machi peu de temps avant. Frustrantes pour lui en tout cas.

Quand il arriva dans le hall principal, il se dirigea immédiatement vers un soldat. Il lui montra ses papiers en silence, et, amusé par la réaction presque exagérée du soldat qui blêmit tout en écarquillant les yeux, il lui somma de lui indiquer le bureau du Despranòn Alpha, Mugen Shôryû. Il ne se souvenait pas de l'avoir réellement croisé ou d'avoir discuté avec lui. Peut être avait-il travaillé avec des hommes de son escadron, ou même en coopération parallèle, mais ils ne s'étaient jamais parlé. Il avait du le croiser à l'angle d'un couloir, tout au plus. Il ne s'intéressait pas vraiment à ses collègues, même s'ils étaient peu à partager ce rang. Il prenait les ordres, en donnait, les faisait exécuter, point. Son investissement n'allait pas au delà de ça, et on ne lui avait jamais demandé plus. Il était pilote et stratège, pas sur un site de rencontres.

Marchant d'un pas vif, constitué de longues enjambées, il se dirigeait donc vers le bureau en question. Il espérait vraiment le trouver dans son bureau. Il n'avait pas envie de se farcir tous les départements juste pour signaler sa présence. Quoi que si l'officier avec qui il avait parlé juste avant avait un minimum de jugeote, il avait déjà prévenu l'Alpha de son arrivée. Les mains jointes dans le dos, il ne croisait le regard de personne, uniquement dirigé vers son objectif. Il y avait même des soldats de son propre escadron, qui le regardaient passer bouche bée, mais il s'en moquait. Il irait leur dire bonjour... plus tard.

Il s'arrêta devant la porte indiquée par l'officier. C'était là. Il frappa doucement mais fermement sur le panneau, attendant une réponse, et déclinant accessoirement son identité.

"Mugen Shôryû, ici Tarek Ngaresh, Omicron Despranòn."

Pas besoin d'en dire plus. S'il n'était pas là il attendrait le lendemain, s'il était là il répondrait.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: Back Home [PV: Mugen]   Jeu 15 Mar - 20:56

Comme tous les jours ou presque, Mugen squattait son bureau. Une grande pièce, bien éclairée. Ouais bon, il s’en foutait, c’est pas comme si ça changeait grand-chose pour lui. Y’avait plein de vitres partout, mais pareil, c’était pas vraiment de son initiative. Le précédent Alpha avait eu du goût, avant de mourir. Et il en profitait… dans la mesure du possible. Il avait son canapé, une armoire, des étagères pleines de dossiers chiants, un gros bureau - le meuble hein, pas la pièce, vu qu’on en a déjà parlé de la pièce, vous suivez pas ou quoi ? - en bois ou en métal bizarre, et même une douche. Ouais ouais. Pratique pour les jours où il lui arrive de rester toute la nuit au Panthéon. Ca lui arrive de moins en moins, remarquez, depuis qu’Asch Raizer a déboulé dans sa vie façon voiture bélier dans la façade d’une banque. Surtout que là, il était assez mal en point et ne pouvait plus forcément bouger du Domaine Shôryû, à Nimla, à environ quinze minutes de là. Donc Mugen rentrait systématiquement, alors que c’est pas quelque chose qui va forcément de soi. Il n’allait pas laisser Asch seul, quand bien même il y avait Elye et Alcide, sa sœur et son berserk, et non pas l’inverse, pour lui tenir compagnie. Sans être présomptueux, ça ne remplaçait pas sa présence à lui…

N’empêche qu’il devait quand même aller au bureau pour bosser. Ou au moins faire semblant… Bon là, il avait décidé de faire une - longue - pause dans son potassage de dossiers, et avait fait péter le son. Ce n’était pas rare que le bureau - la pièce cette fois ! - de l’Alpha résonne de sa musique de sauvage. Il était peut-être aveugle, mais il était loin d’être sourd, et il aimait la bonne grosse musique qui tache. Surtout pour faire ses exercices : ce n’était pas parce que son travail se résumait plus à de la paperasse qu’à du cassage de gueule qu’il devait délaisser le second pour la première. Il était donc torse nu, pieds nus, pantalon nu. Oui en fait il était quand même habillé, pensez vous ! Quelques tatamis avaient été disposés dans un coin un peu vide de la pièce - le coin qui est censé vous transporter dans des élans bucoliques à cause de la vue imprenable sur la ville, vue dont Mugen se foutait éperdument, évidemment - et il était dessus, à sautiller et à lancer parfois un poing ou un pied dans le vide. Ca le défoulait en même temps que ça entretenait son corps. Quoi qu’il fasse, il restait un militaire. Pur et dur.

Cela dit, il s’entraînait aussi à ne pas relâcher son attention magique autour de lui. Il se tenait au courant des passages des gens dans le couloir, ou de ce qu’il se passait en dessous de son bureau. Il n’en avait rien à faire, mais au moins il ne rouillerait pas. Ce serait dommage de se rendre compte qu’il ne pouvait pas se battre et utiliser sa magie en même temps en pleine action, n’est-ce pas ? C’est bien pour ça qu’il vit Tarek arriver, et de loin. Il fut surpris, mais son pouvoir ne mentait jamais. Il savait que c’était lui, c’était gravé dans un coin de son esprit alors qu’il suivait la forme à travers les couloirs. Il se demandait bien où il allait, jusqu’à ce qu’il vienne frapper à sa porte. Oh le n00b.

« ENTRE ! »

Mugen avait beuglé, parce qu’il fallait quand même passer par-dessus la musique. Rha, c’était vraiment sympa ce qu’ils faisaient les SadnessSun, dommage qu’ils aient du se séparer. Khaim était un sale connard, et maintenant Shawn, le chanteur, guitariste, ami et ancien prof de Mugen était ‘obligé’ de vivre en coloc avec Jason Morgan, un ex-soldat un peu con sur les bords. C’est fou ce qu’un pauvre petit attentat de rien du tout pouvait changer dans votre vie : une petite-amie en cendres, un genou pété, des rétines cramées. Mais voilà, la vie continue. D’un pas rapide, Mugen fit fermer sa gueule à la chaîne hi-fi, et alla ouvrir, si Tarek ne l’avait pas encore fait.

« Alors, on revient nous hanter ? Vas-y rentre ! »

Il referma la porte derrière Tarek, l’accueillant comme un vieux pote alors qu’ils ne se connaissaient pas vraiment. Après tout, il n’était jamais trop tard, si ? Mugen montra le canapé, et invita d’un geste Tarek à s’y asseoir :

« Tu veux quelque chose à boire ? Jus de pomme ? »

En réalité, Mugen n’avait pas grand-chose d’autre… Alors qu’il se servait un verre - et peut-être un deuxième pour l’Omicron - il fit tourner sa magie. L’homme était blessé, même s’il avait été soigné. En se concentrant un peu, Mugen pouvait voir les différentes couches de bandages. Pas assez pour les détailler et prendre le temps de les compter, mais une vue fugace de quelques millisecondes lui suffisait pour remarquer ce genre de choses.

« Je suppose que t’as une bonne histoire à raconter, pour être revenu dans un tel état… »

L’Alpha sourit doucement, sans moquerie. Il était de bonne humeur : sûrement un effet de la musique et de son entraînement, et pas de ce qui l’attendait une fois revenu à Nimla…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarek Ngaresh
Ex-Despranon | Directeur de l'Agence
Ex-Despranon | Directeur de l'Agence
avatar

Messages : 238
Age : 25

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 160
Or Or: 1
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Back Home [PV: Mugen]   Jeu 15 Mar - 22:07

Tarek s'était attendu à bien des choses en allant rencontrer l'Alpha, mais sûrement pas à ça. D'une, la musique tonitruante qui rugissait jusqu'à l'autre bout du couloir, ben c'est de chez lui que ça venait. De deux, il était reçu comme un vieil ami alors qu'il ne connaissait absolument pas l'occupant du bureau, qu'ils soient collègues ou non. Lui qui s'attendait à à un sermon d'entrée de jeu, un interrogatoire ou autre remontrance du genre... Tant mieux, mais il était pris au dépourvu. Il entra donc sans plus de manières dans le bureau, attendant tout de même une nette accalmie de la musique, et répondit à l'invitation de Mugen.

"Je veux bien un jus de pomme oui."

A vrai dire, avec le mal de chien qu'il avait au bide et au flanc, il aurait préféré un bon scotch ou une bonne vodka bien frappée. Quoique consommer de l'alcool en service ne devait pas faire partie des occupations approuvées par les règles en vigueur ici. Qu'on soit Despranon ou soldat... On avait la fâcheuse tendance à brider la liberté pour plus d'efficacité. Des fois ça marchait, surtout avec les simplets d'esprit, ceux qui restent aux plus bas échelons, ou alors, ça ne marchait pas, et ça donnait lieu à tout un tas d'emmerdes administratives au sein des escadrons, qui finissaient par remonter et échouer sous forme de dossier... sur le bureau d'un Despranon. La vie est bien faite, hein.

A part son approbation pour la boisson offerte par Mugen, il ne savait pas trop quoi dire d'autre. D'un naturel plutôt taciturne, il n'était pas d'excellente compagnie. Ses réponses étaient brèves, ou alors volontairement alambiquées pour mettre fin en douceur à une conversation. Jamais rien de plus ou de significatif. Pas du genre à vouloir débattre des heures sur un sujet abstrait. Ca l'ennuyait au possible, ça lui donnait envie de dormir, et de façon générale, il préférait largement la paix, le silence et l'obscurité de son bureau aux couloirs inférieurs, surpeuplés et en perpétuelle activité.

"Des choses à raconter, sûrement, mais laissez-moi me poser deux secondes, le voyage a été relativement éprouvant. Le temps que j'organise un peu tout ça dans mon crâne et vous aurez droit à un rapport de mes activités ces derniers mois."

Evidemment plusieurs détails seraient fatalement omis, mais pour le moment, il voulait juste s'asseoir. Ce qu'il fit, retirant son manteau et son chapeau au préalable. Il conserva ses sempiternelles lunettes, et posa son corps lourdement sur le canapé, dévoilant ainsi son bras arraché, d'où il ne restait que quelques câbles et tuyauteries pendouillantes, agrémentés de quelques étincelles, de temps à autres. Il se l'était arrachée lui-même, mais dans tous les cas, cette prothèse avait presque une trentaine d'années, c'était un sacré miracle qu'elle fut en état de fonctionnement lors de son combat contre Machi Kuragi. On voyait rien qu'au métal utilisé, et au numéro de série présent sur la clavicule métallique encore entière, qu'il s'agissait d'un modèle qui ne se vendait même pas au citoyen amputé le plus pauvre tellement c'était... obsolète.

"Bien... Pour commencer, cet "état" fait partie d'une histoire très récente, vu que je me suis malencontreusement retrouvé à affronté un, ou plutôt UNE Datenshi. Kuragi Machi, peut-être la connaissez vous. La seule raison pour laquelle j'ai fini dans cet état, c'est que j'avais plusieurs jous à piloter sur tout Mycra pour rentrer à Modula dans les plus brefs délais, et que cela faisait des mois que j'avais commencé à... rouiller, dirons-nous. Me retrouver dans un combat de haut niveau aussi vite m'a surpris, d'autant plus que la petite en avait pas mal dans le ventre. Pour le reste, je vous ferai sûrement un rapport vocal sur fond de Death Metal, si ça vous chante."

Son ton étant toujours empreint d'ironie, il n'avait pas non plus besoin de connaître parfaitement quelqu'un pour balancer quelques piques ironiques, nullement offensantes. Il passa sa main au niveau du vide qui remplaçait désormais son bras, lâchant un léger soupir. Il lui faudrait régler ce problème-là aussi.

"A vrai dire, j'étais surtout venu vous signaler que j'étais de retour à Sérégon, prêt à reprendre du service, de quelque nature que ce soit. J'ai disparu à peu près deux ou trois jours après la première offensive d'Oozora sur Sérégon, ce qui fait que je n'étais pas là pendant le gros de la bataille. Mon équipe de pilotes et moi avons été repoussés jusqu'à l'autre bout de Mycra, le plus dur ayant été en fait de revenir. Quant à mon état général, ça date d'il y a quelques jours à peine, quand j'ai posé pied à Modula."

Etait-il vraiment nécessaire de parler du fait qu'il était retourné dans une ruelle bien précise, qui avait marqué son enfance, pour le plus pur plaisir de la nostalgie, et que c'était à cause de ça qu'il avait du se battre ? Non, certainement pas. En revanche il pouvait bien évidemment mettre tout ça sur le dos de la pauvre Machi, qui en tant que rebelle, devait sacrément en prendre pour son grade dans les discussions. Du coup, un peu plus ou un peu moins, ses oreilles ne siffleraient pas plus fort qu'à l'accoutumée. Et puis au pire, ça lui rappelerait un peu plus la façon dont il l'avait ligotée comme un sauciflard. Cette pensée lui arracha un maigre sourire, et levant les yeux vers le verre de jus de pomme servi à son attention, son ombre s'étira jusqu'à lui, et le prit délicatement pour le porter à ses lèvres. Décidément, on utilisait vraiment la magie pour rien de nos jours.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: Back Home [PV: Mugen]   Sam 17 Mar - 16:54

Ca se voyait que Tarek ne connaissait pas Mugen... et inversement ! C’est sûr que l’Omicron n’allait pas trouver d’alcool dans la tanière de son collègue, ce dernier n’en buvait pas. Par choix pragmatique, plutôt qu’à cause d’une vague idéologie prohibitoire, notons-le. Disons que comme l’alcool ça foire les sens, c’est pas toujours cool pour le combat, du moins le combat tel que Mugen le voyait. Et puis, les pommes, c’était bon. Il proposa donc son satané jus de pomme à Tarek comme il l’aurait fait avec n’importe qui d’autre, sans penser au fait que de la vodka aurait sûrement été mieux accueillie. Ouais bon, il y pensait jamais à ça. Ca allait tellement de soi pour lui que l’alcool c’était bon que pour les ivrognes… Même si à l’occasion, il buvait bien du vin ou du cidre. Rien de bien violent, en somme.

Mais on va pas épiloguer là-dessus : Mugen était quand même surpris de voir revenir un Despranon qu’on pensait depuis longtemps mort. Ca n’aurait pas été le seul revenant du Gouvernement, mais qu’il vienne se présenter à l’Alpha lui faisait gagner quelques points. Et puis, c’était l’occasion rêvée pour faire connaissance. Et donner quelques précisions au passage.

« Tutoie-moi, le vouvoiement je le garde pour les connards. »

Ce qui signifiait bien évidemment que de facto, Mugen casait Tarek dans la catégorie des pas-connards. C’était toujours ça de pris ! Néanmoins, si l’Omicron avait besoin de temps avant de se mettre à raconter ce qu’il avait d’intéressant à dire, Mugen n’allait pas le presser. Il avait tout le temps qu’il fallait lui, pour ce qu’il était occupé avant que Tarek ne débarque… Après quelques temps donc, il se mit à lui raconter sa rencontre avec Machi Kuragi, une Datenshi bien connue de Mugen. Il n’avait pas été commandant du premier escadron pour rien non plus. L’Alpha hocha la tête à ce nom, se doutant du coup que la confrontation avait du piquer, surtout si Tarek n’était pas spécialement en bon état au début. Quant au rapport…

« Je veux bien ouais, mais seulement sur fond de death metal. J’y tiens. »

Mugen rit doucement, sirotant son verre distraitement, écoutant Tarek qui finissait son récit. Ok, en gros, il était juste là pour dire qu’il était encore vivant. Bah ouais euh, c’était noté… L’Alpha haussa vaguement les épaules, et répondit nonchalamment :

« Ton bureau t’attends toujours, mais faudra quand même penser à changer ton bras. Tu devrais p’tet passer à la section scientifique et technologique pour voir s’ils ont pas de jolis joujous tout neufs à te filer. Ca pourra jamais être pire que ton ancien bras, d’après ce qu’on m’a dit. »

Ouais, c’était de notoriété publique que Tarek Ngaresh - quel nom pourri au passage - avait un bras mécanique à en rendre jaloux tous les vieux pots de yaourt qu’on pouvait encore trouver sur les routes. Une petite mise à jour ne pourra pas lui faire de mal…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarek Ngaresh
Ex-Despranon | Directeur de l'Agence
Ex-Despranon | Directeur de l'Agence
avatar

Messages : 238
Age : 25

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 160
Or Or: 1
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Back Home [PV: Mugen]   Dim 18 Mar - 0:34

Son bras pouvait bien attendre. Il savait qu'il avait une masse incommensurable de travail qui l'attendait, et qui allait sûrement lui causer une bonne demi douzaine de nuits blanches pendant la semaine. L'Omicron était peut être une personne qui avait en horreur le gouvernement et ses ouvriers presque autant que les Datenshis et diverses organisations rebelles eux mêmes, mais il mettait toujours un point d'honneur à fourir un travail d'une redoutable efficacité, et le plus rapidement possible. Un paradoxe sans la moindre logique, mais pourtant bien réel.

"Mon bras attendra, Mugen. Il ne m'est pas nécessaire ni pour écrire ni pour penser, et je n'en ai pas non plus besoin au combat. Et vu le travail qui m'attend, je pense attendre trois bonnes semaines avant de le changer. Quand j'aurai fini de rattraper le temps perdu, je pourrai m'occuper de mes propres affaires. J'ai trop longtemps manqué à l'appel pour me permettre de flâner."

Et il était sérieux en disant ça. En d'autres circonstances ç'aurait pu être une blague à peine dissimulée, mais pas là. Son poste de Despranòn était aussi important pour lui que sa propre vie. Même si à côté il agissait en totale contradiction avec les "idéaux" du Gouvernement, ça restait d'une importance capitale. Alors d'un côté il favorisait le crime, via ses contacts véreux et hors-la-loi, mais de l'autre il donnait toute son âme ou une bonne partie -du moins de ce qu'il en reste- dans son poste de Chef de l'Escadron Tactique.

Peut-être n'était-ce qu'une folie lancinante qui s'agitait en lui. Il jouait sur deux tableaux, mais impossible de savoir lequel des deux partis avait affaire au faux Tarek, ou du moins à un masque. Peut être était-il sérieux des deux côtés, peut-être non. Lui même ne savait pas du tout, et s'en tapait comme de l'an quarante. Sa vie actuelle lui convenait, tout simplement. Et après tout, un stratège digne de ce nom avait besoin de sources d'informations multiples et fiables. Les criminels de la petite pègre étaient parfaits pour ça. Au courant d'une multitude de choses dont il ne saisissaient pas toujours l'intérêt, mais trop apeurés par l'ombre du Despranòn malsain flottant au dessus d'eux pour mentir. Alors même si c'était pas tout à fait légal, si ça lui permettait d'avoir une ou deux longueur d'avance dans son travail, il n'allait pas s'en priver. On regardait rarement les moyens employés dans une guerre pour la faire basculer du bon côté de la balance. On regardait surtout qui avait gagné, et qui avait perdu. Le boulot de Tarek consistait à rendre la victoire écrasante, avec un minimum de pertes côté gouvernemental. Et pour un homme qui tenait à la vie autant que lui, c'était tout naturel de faire refléter ce genre de choses au travers de ses stratégies, souvent retorses, parfois immorales, mais qui avaient toujours apporté leur lot de victoires au gouvernement contre diverses organisations extrêmistes ou activistes qui souhaitaient voir le Gouvernement à terre. Et il était toujours debout. Il restait toujours les Datenshi bien sûr, mais ça c'était une autre paire de manche. Leurs capacités hors du commun -tout comme celles des Despranòn- étaient à prendre en compte, et ils n'étaient que 10, sans base particulière, ce qui rendait l'élaboration de stratégie fixe et efficace comme relevant de l'exploit, voire du miracle. Mais il y arriverait, un jour.

"Bon, je pense pouvoir te faire un bref résumé de ce qu'il s'est passé il y a deux ans. Quand Oozora a attaqué Sérégon."

Là, il entamait la partie "mensonges", ou du moins "vérité partielle".

"Pour commencer, j'allais me rendre sur les lieux moi-même avec un petit escadron de pilotes qui comme moi, pratiquent la haute voltige, mais le temps provoqué par Oozora lui même ou ses sbires, j'en sais rien, a littéralement détraqué nos engins. Le vent et la pluie ont fini le boulot, et nous ont attiré au coeur de l'orage. On a fini par se crasher dans le désert entourant Mala Muerte, c'est dire si cette manifestation climatique était violente. Trois de mes hommes sont morts dans l'accident. Nos appareils étant hors service, et n'ayant aucune provision, huit autres sont morts de fin. Sur les derniers jours, j'ai tué de mes mains les deux derniers, qui sous la chaleur du soleil, le manque de nourriture et autres désagréments, avaient sombré dans la déraison, et devenaient une menace autant pour les autres que pour eux mêmes. Plutôt que de les laisser se torturer jusqu'à ce que nous réussissions à sortir de cette fournaise, de laquelle ils ne seraient d'ailleurs jamais sorti en état "humain", je les ai achevés. Du reste... Je suis arrivé à Modula il y a peu, comme je te l'ai dit. Et ensuite, me voilà ici."

Le temps devait s'être écoulé d'une façon bizarre pour qu'en 2 ans, il n'y ait eu que cette histoire et son arrivée à Modula. Le fait est que ce passage avait été volontairement passé sous ellipse, et que dans tous les cas, le plus important, à savoir la raison de son absence, venait d'être racontée. Il avait été éjacté sur le continent suivant à cause de l'orage d'Oozora.

"Bon sinon... Je peux avoir un bref résumé de ces quelques temps que j'ai loupé, au sein du gouvernement ? Si le panthéon est toujours debout ça veut dire qu'Oozora a été vaincu, mais j'aimerais quand même connaître les détails. Et si t'as d'autres questions hésite pas."

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: Back Home [PV: Mugen]   Mer 21 Mar - 20:46

Mugen n’en voulait pas à Tarek d’avoir été absent si longtemps, s’il avait une bonne raison pour ça. De toute façon, tout le monde savait que les jolies petites lettres des Despranons étaient là pour faire joli, et qu’en tant qu’Alpha il n’avait pas spécialement le droit de dire à Tarek quoi faire. Ils étaient égaux plus qu’autre chose. Enfin, ça empêchait pas Mugen de faire quelques suggestions à son collègue, surtout en ce qui concernait le moignon métallique qui lui servait de bras. Déjà qu’il était tout pourri avant d’être endommagé… ! La section technologique aurait sûrement un prototype bien roxxxor pour remplacer la boite de conserve que Tarek s’était traîné jusque là. Mais à la grande surprise de l’Alpha, l’Omicron refusa tout net. Mugen en aurait bien haussé les sourcils, tiens.

« Récupérer un membre, j’appelle pas ça flâner, mais bon, c’est comme tu veux. J’vais pas briser tes élans, t’as l’air plutôt motivé. »

Et c’était quand même assez rare pour être noté. Mugen ne connaissait pas bien Tarek Ngaresh, mais s’il était vraiment du genre à repousser le remplacement d’un bras pour bosser comme un dingue histoire de rattraper six mois d’absence, bah c’était un bon quand même, et on avait bien fait de le nommer Despranon. Evidemment, les rumeurs couraient, et l’Alpha n’était pas sans ignorer le mal qu’on disait de Tarek. Blabla il trempe dans des affaires louches, blabla faut pas lui faire confiance, mais là il avait juste envie d’aller envoyer les rumeurs se faire… Enfin vous voyez quoi. Un manchot qui parle de death metal, qui le tutoie sans prendre un air indigné et qui pense qu’un bras, ça passe après le boulot, bah c’était assez rare et impressionnant pour que Mugen en vienne à l’estimer.

L’histoire de Tarek fut intéressante et étonnante, mais Mugen n’était pas né de la dernière pluie. Il y avait là de quoi meubler quelques mois, mais sûrement pas deux ans. Ou alors Tarek était le plus pourri des Despranons que la terre ait jamais porté. Pourtant, l’Alpha continua à siroter son jus de pomme sans changer d’expression, hochant légèrement la tête de temps à autres. Il y avait d’énormes trous dans son histoire, mais ils auraient le temps d’y revenir. Et puis même, Mugen n’était pas l’Alpha pour rien : quand il voulait savoir quelque chose, il finissait toujours par y arriver. Escadron de reconnaissance, hein ? Bah ça voulait dire aussi de renseignements. Pratique, non ?

Le Despranon Alpha soupira et s’affala un peu plus dans le canapé. Un résumé des derniers évènements ? Bah, ça irait vite hein…

« Bah ça a pété d’un peu partout, et on s’est retrouvé à faire des alliances impensables autrement avec les rebelles de tout poil… Mais on a gagné. Enfin, il a fallu reconstruire un bout du Panthéon au passage quand même. »

Par contre, ce n’était pas parce qu’ils avaient du combattre aux côtés des Datenshi et des Densetsu que les gouvernementaux s’étaient fait de nouveaux amis. Une fois l’ennemi commun abattu, tout le monde était revenu d’un accord tacite aux anciennes querelles. Namého, faut pas abuser non plus !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarek Ngaresh
Ex-Despranon | Directeur de l'Agence
Ex-Despranon | Directeur de l'Agence
avatar

Messages : 238
Age : 25

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 160
Or Or: 1
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Back Home [PV: Mugen]   Mer 21 Mar - 22:31

De l'idée que se faisait Tarek à propos des évènements passés, qui avaient -il en était presque sûr- suscité une vive réaction au Gouvernement, il s'agissait plutôt là d'une vaste farce. De toute façon, comme il avait pu le constater en revenant, celui qui avait attaqué Sérégon n'avait pas laissé TANT de traces que ça. En gros des inquiétudes et des brassages de vents inutiles. C'était un peu la sauce typique du gouvernement ça, du moins avant son départ. Et il avait bien fait de s'arracher de Sérégon en quatrième vitesse. Il aurait perdu plus de temps qu'autre chose. Du moins vu la description que lui en faisait l'Alpha, ça ne pouvait pas être autrement. Tout simplement.

"Hm ouais je vois, une fête au village quoi. L'orage nous a bien sauvés, ça nous a évité les abrutis qui peuplaient le panthéon. Ca me désole de dire ça, -quoi que- mais j'espère qu'on y a laissé suffisamment de plumes pour faire le ménage et trouver du personnel... Enfin du personnel tout court. Je vois pas quel qualificatif on avait avant. Faut pas s'étonner de voir des rebelles sortir du tas quand on voit le tas de guignols qui dirigent -ou dirigeaient- les opérations et les affaires mondiales en général."

Bon, il poussait peut-être un tantinet le bouchon. C'était un trait de caractère assez connu de Tarek ça. Il était de base d'une humeur souvent massacrante dans les bureaux, mais quand il s'agissait de parler du gouvernement, il n'avait jamais fait l'éloge de ses collègues. Au contraire, il devait être un des rares à dire qu'effectivement, ceux qui étaient là avant lui et en même temps que lui étaient de purs abrutis. Qui passaient plus de temps à se taper leurs officiers dans leurs bureaux, à glander et à oublier carrément leur taf pour aller faire on ne sait quoi. Tarek haïssait le gouvernement, ce qu'il cachait par contre. Il reconnaissait bien les bons éléments. Mugen, ou l'homme qui le suivaient tout le temps, Raizer, en étaient. Bon, ça pouvait en choquer plus d'un que le fils Raizer soit affecté au gouvernement. Lui s'en tapait. Il était bien passé par Epic Jail avant de se pointer ici.

Bref... dans les prochaines semaines, mois, et qui sait, probablement années, il y aurait beaucoup de travail à fournir au sein du Gouvernement. Virer les employés absents, en recruter de nouveaux, refaire un peu de ménage au sein même des Despranòn, tout cela demandait beaucoup de temps.

"J'ai aussi cru comprendre -un peu avant mon départ et un peu à mon arrivée- que nous autres Despranòn n'étions plus des masses. Pas que ça me chagrine hein. Les abrutis comme Gabriel Silantis le Mal Aimé et des crétins de toute autre sorte mais tout aussi désagréables n'auraient jamais du être employés à ce poste. Ceci étant dit, on ferait bien d'en ramasser de nouveaux. Quitte à ce que leur puissance brute et leur compétence soit légèrement inférieure au minimum requis. Asch Raizer, votre compagnon *Tarek esquissa un sourire entendu en prononçant son nom* pourrait être promu non ? Depuis qu'il est entré au Gouvernement, malgré ce que disent les langues de putes, il n'a jamais été un poids. Et on a eu des bras cassés bien pire que lui. N'étant pas un soldat à prendre à la légère, autant le nommer directement."

Il se massa avec insistance l'épaule, qui bien que mécanisée, lui infligeait des salves de douleur à s'en péter le crâne contre un mur. Mais pas question de le changer. Comme il l'avait dit, il devait bosser, et son bras était accessoire. Les antalgiques feraient leur boulot pendant qu'il travaillerait. En fait le seul risque véritable était que Tarek ait si mal que le premier entrant dans son bureau sans y être invité se fasse décapiter. Il aimerait éviter les conneries dès son retour, mais advienne que pourra.

"Bon, va bien falloir que je commence à bosser. Si vous avez des directives ou des tâches particulières à faire remplir au cinquième escadron, envoyez la sauce. Que je fasse ça vite. Le Gouvernement est dans un sale état, et si les Datenshi ou les différentes mafia l'apprennent, ils vont pas nous rater. Et à une dizaine de Datenshi contre quoi, deux, trois Despranòn ? On fera pas des miracles. Maintenant que les boulets Gabriel-like nous ont quitté, on peut peut être commencer à rendre le Panthéon aussi prestigieux et craint qu'il devrait l'être. Et j'hésiterai pas à faire couler le sang pour ça. Les crétins qui trainaient dans nos pattes ont réussi à transformer le Panthéon en théâtre de vaudeville, maintenant, il serait peut être temps de leur montrer que les Despranòn ne sont pas tous des lavettes. Pas comme d'autres."

Il haussa un sourcil pour appuyer ses paroles. Détail qui passerait sûrement inaperçu chez l'Alpha, mais ça montrait bien que l'Omicron était sérieux. Il était peut être à la tête d'un Escadron fantôme, mais il était tout aussi sérieux dans son travail que s'il avait l'effectif complet de ses hommes avec lui. Et effectivement, malgré le détachement de Tarek par rapport aux instances politiques, celle à laquelle il appartenait, le Panthéon, n'était pas une insitution drôle. Ils devaient être craints et respectés, chose que beaucoup semblaient avoir oubliés depuis quelques temps.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: Back Home [PV: Mugen]   Ven 23 Mar - 16:07

Mugen avait bien compris que Tarek n’était pas le genre de Despranon à prendre avec des pincettes, et il pouvait se féliciter de ne jamais s’encombrer des dites pincettes. Cela dit, il faillit s’étouffer avec son jus de pomme en entendant son collègue balancer son fiel. Il avait bien augmenté ses compétences en cassage de sucre, ça faisait pas de doute ! Mais l’Alpha n’était pas homme à s’offusquer d’un peu de franc parler. Genre, comme s’il était un homme qui se gênait… ! Du coup, s’il faillit s’étouffer, c’était plutôt de surprise qu’autre chose. Heureusement, il ne ventila pas du jus de pomme partout, et avala calmement, avant de sourire plus ou moins largement.

« Si ça peut te rassurer, on a effectivement perdu pas mal de ce qui faisait le Gouvernement. Enfin, ‘perdu’. Tu sais, le genre de pertes qu’on regrette pas. »

C’est vrai qu’ils avaient eu des cas au Gouvernement, et que ça aidait pas à attirer la sympathie des foules, ni même la peur des rebelles. Juste à paraître ridicule… Mugen soupira. Oh, on ne citera pas de noms, mais il y avait eu de sacrés guignols ouais, jusque chez les Despranons. Tarek ne manqua pas de le faire remarquer, et encore une fois, Mugen ne put qu’acquiescer. Il posa son verre vide sur la table basse, et soupira. Il allait répondre, quand l’Omicron frappa là où ça faisait mal.

Nommer Asch Despranon ? Ouais, ça semblait logique, ça sonnait vraiment bien aux oreilles de Mugen, si ce n’est un petit détail fâcheux. Asch était aveugle, et c’était peut-être définitif. Sûrement même, bien que l’Alpha ne veuille pas y penser. Dans tous les cas, il allait devoir quitter le Gouvernement quoi qu’il arrive. Il ne pouvait pas continuer à travailler comme ça, et même s’il continuerait à donner son avis et à peser sur les décisions de l’Alpha, ce ne serait qu’en tant qu’éminence grise… Plus en tant que véritable membre du Gouvernement.

Une ombre passa sur le visage de Mugen, alors qu’il soupira à nouveau. Cette fois, il se resservi du jus de pomme, comme s’il s’agissait de vodka. Il aurait presque voulu que ça en soit, limite. Et vous savez à quel point avoir envie de se péter la gueule ne lui ressemblait pas.

« Hmpf… Asch n’est plus à l’armée. Il est aveugle, et lui n’a pas la chance d’avoir une magie qui compense ce genre de problèmes. »

On notera qu’il n’avait même pas fait attention au fait que Tarek avait désigné Asch comme étant le ‘compagnon’ de Mugen. Ce détail ne lui faisait plus ni chaud ni froid, et ce depuis longtemps en fait. La nature des relations H&Mesques n’étaient pas encore connue de tous, mais ça commençait à se répandre, lentement mais sûrement.

« Enfin, même aveugle sourd muet manchot et cul-de-jatte, Asch fera toujours un meilleur Despranon que Silantis, j’avoue. La seule chose que je regrette, en parlant de cette chose, c’est de pas avoir pu brûler son cadavre moi-même. »

Mugen se sentit soudain épuisé, autant par le chagrin que par la colère. Mais heureusement, la motivation de Tarek pouvait faire des miracles. Ce dernier rappela à l’Alpha qu’ils ne feraient pas long feu contre les Datenshis, vu le nombre minable qu’ils étaient, et Mugen ne put que hocher la tête en signe d’approbation.

« Trouve-nous de bons éléments en guise de collègues alors. Je te fais confiance pour ça. »

Après tout, s’il était si prompt à cracher sur certains fruits pourris de l’ancien Gouvernement, il ne pouvait pas être un si mauvais larron, non ? Et puis, s’il voulait bosser, c’était pas Mugen qui allait l’en empêcher !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarek Ngaresh
Ex-Despranon | Directeur de l'Agence
Ex-Despranon | Directeur de l'Agence
avatar

Messages : 238
Age : 25

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 160
Or Or: 1
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Back Home [PV: Mugen]   Ven 23 Mar - 17:03

Asch Raizer était donc devenu aveugle. Ca le prit légèrement au dépourvu. Mais ça ne le découragea pas pour autant. Soit, il n'y voyait rien, et alors. Tarek avait bien bossé pendant plus de trente ans avec une prothèse qui ne fonctionnait qu'à moitié, et encore dans ses meilleurs jours. Il pouvait voir ce qu'il faisait certes, et alors. Non là vraiment, le Despranòn Omicron ne voyait pas en quoi ça pouvait être une tare ou empêcher quelqu'un d'être promu. D'accord, c'était quelque chose de difficile à accepter autant qu'à endurer. Mais le fils Raizer ne devait plus être à ça près, de toute façon. Bref, les rouages tournèrent dans la tête de Tarek pendant quelques secondes avant qu'il ne reprenne la parole.

"Plus à l'armée ? Aveugle il ne peut pas servir des masses sur le terrain, je le reconnais. Mais rien ne l'empêche de devenir Despranòn. Je sais que ça peut être difficile, autant pour lui que pour vous, et alors ? A cause de cette satanée rebelle me voilà manchot, mes terminaisons nerveuses crient au supplice, mais je me gave d'antalgique et je fais ce pourquoi on me paie. Si Asch ne peut recouvrer la vue, il devra faire avec. Et il n'y a pas d'autres alternatives. On pourra pas confiner un gars comme lui dans une salle ou à vous suivre éternellement pour éviter qu'il ne lui arrive des crasses ou pour pas qu'il pète un câble. Demandez à Tansky de vous préparer un truc qui exacerbe ses perceptions sensorielles pour compenser la perte de la vue. Ou bien entraînez le vous mêmes, vous êtes aveugle aussi que je sache. Et bien que votre magie compense cette lacune, vos sens ont dû aussi se développer un minimum. Asch Raizer a le plomb dans la tête et la force de caractère largement requis pour faire un excellent Despranòn. Alors plutôt que de vous dire "Merde, comment on va faire", dite vous plutôt "Bon, qu'est-ce qu'on VA faire.". Vous faire de la bile pour ça n'arrangera pas ses problèmes, et vous en créer ne lui apportera que plus de tracas."


Il était pas né de la dernière pluie. Si quelque chose du genre était arrivé à Asch, Mugen en serait forcément affecté. Ils n'étaient pas qu'amis. Et Asch restait tout de même -aveugle ou non- un des rares très bons éléments au gouvernement. Il pouvait être d'une aide considérable en ce qui concerne les différentes Mafias Densetsu, lui même étant le fils de la créatrice d'une des pires d'entre elles. Asch n'était pas un idiot, et plutôt que de chercher un moyen de retrouver la vue, autant s'entraîner à faire sans. C'est pas le genre de blessures faciles à soigner, et les scientifiques avaient pour devoir de chercher ce genre de solutions. Alors fallait les laisser faire leur boulot. Cet entraînement à l'aveugle serait plus que bénéfique. Et pour la nomination en tant que Despranòn, elle pouvait avoir lieu sans problèmes. Après tout, aucune opération de grande envergure n'était prévue actuellement, et si les rebelles ou autres mongoliens attaquaient pendant la pause déjeuner, les autres Despranòn pouvaient filer un coup de main à Asch. Tarek n'était pas chef stratège pour rien. Prendre des paramètres inattendus en compte et les tourner à son avantage, c'était son boulot.

"Tiens, en parlant de boulot, j'aurais besoin que tu dépêches une douzaine d'éclaireurs aux alentours de Sérégon, une dizaine près de Modula et cinq ou six à Islantis. Mala Muerte est une zone de non-droit, ça sert à rien de les envoyer au casse pipe. Par contre, s'ils pouvaient ramasser des informations sur les mafias actives, et notamment sur les rebelles, ça m'arrangerait. M'étonnerait pas que nos informations datent d'il y a un quart de siècle. J'vais avoir besoin de me mettre à jour. Pas besoin d'envoyer des gradés, des soldats du premier escadron entraînés à l'espionnage feront l'affaire. C'est plus une mission de routine qu'une vraie opération."

Il avait besoin d'effectivement un paquet d'informations. Il n'était pas sûr que le gouvernement se soit tenues au courant de toutes les activités illicites et criminelles, et si on voulait démanteler les réseaux hors-la-loi, il fallait bien établir un minimum de plan en fonction de leurs actions. C'est ce qui fait que le Premier Escadron et le Cinquième sont deux divisions qui se doivent d'être en phase. L'une rassemble les données, l'autre les traite, et de ce travail commun ressortent des solutions pour mettre fin à la criminalité, qu'importe les méthodes. We're masters of world. Ensuite, le reste des divisions faisait son travail, envoyant leurs différents agents mettre à mal les plans qui visent l'intégrité du régime gouvernemental. Le gouvernement, ou plus précisément les divisions du panthéon, ressemblaient à l'intérieur d'une horloge. Tout le monde pouvait travailler séparément car chacun avait son domaine de compétences, mais tous poursuivaient le même but, et les fruits des travaux étaient toujours mis en commun, exploités par d'autres divisions, modifiés et affinés. En gros si une seule division décidait de foutre le boxon, ça entraînait donc un bazar général, qui tendait à faire passer les membres du Gouvernements pour des cons. C'est un peu ce qu'il était arrivé il y a deux ans de ça. Bordel -pardon, pas correct, Maison Close- générale, une vraie comédie mettant en scène des soi-disant généraux. Maintenant, il s'agissait de faire le tri et de repartir sur des bases saines.

"Si vous voulez que je recrute du monde, je m'en occuperai. Je dois bien avoir des contacts qui peuvent me fournir ce dont j'ai besoin. *Tarek eut un petit rire en sortant ça*
Sinon, ne vous attendez pas à des soldats modèles. Y'aura de tout dans les candidatures, et sûrement de l'ancien malfrat. Je ne m'intéresse pas au passé tant que le boulot fourni dans le présent est exemplaire, je me contente de le garder en tête au cas où."

Ah ça, Tarek ayant lui même fait sa cure d'Epic Jail étant plus jeune, il n'était pas le moins bien placé pour parler d'anciens malfrats. D'autant que lui continuait dans la subversion. Sans qu'on sache trop pourquoi d'ailleurs. Mais comme précisé plus haut, le passé il s'en tape tant que le boulot est là. Une politique certes pas très académique, mais qui bien souvent donne plus de résultats.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: Back Home [PV: Mugen]   Dim 1 Avr - 10:28

Asch, Despranon ? Tarek était sérieux là ? Même Mugen avait pensé que sa cécité, qui n’était compensée par aucune magie, elle, l’avait définitivement mis hors circuit, et l’Omicron pensait le contraire ? Cela surprenait beaucoup l’Alpha, qui en aurait bien froncé les sourcils… s’il en avait, vous connaissez la rengaine. Mais c’est vrai qu’Asch l’aidait beaucoup lorsqu’il travaillait de nuit, dans son bureau, au Domaine, et que ses idées étaient loin d’être idiotes. Il pouvait toujours travailler en tant que Despranon, quitte à devoir rester au bureau, et se reposer entièrement sur un(e) secrétaire en attendant d’être assez à l’aise avec le braille pour taper et lire ses propres rapports. Le verre à nouveau rempli de jus de pomme, Mugen en sirota quelques gorgées, hochant lentement la tête.

« Je l’entraîne déjà. »

Ce fut tout ce qu’il put répondre dans un premier temps. Ce qu’avait dit Tarek l’avait transpercé de part en part. Il semblait lire en lui, à ce niveau là. Oui, Mugen faisait un gros blocage là-dessus, parce qu’il ne supportait pas la cécité d’Asch… Vivre une épreuve soi-même est une chose, mais que celui qu’on aime vive la même, c’était trop douloureux. Enfin, ce n’était peut-être pas définitif, mais ça… Mugen était assez fou pour se faire de faux espoirs, mais pas au point d’entraîner les autres dans sa folie. Il n’en dit rien à Tarek, et continua sur sa lancée.

« Asch est loin d’être aussi stupide qu’il le pense, et même coincé dans un bureau, il sera plus utile que certains de ses prédécesseurs, j’avoue. A vrai dire, il aurait fait un excellent Commandant, si seulement il n’était pas devenu aveugle suite à l’attentat shangyien. Dans son état actuel, le nommer Commandant serait une farce, mais Despranon… »

Les Commandants étaient plus souvent sur le terrain que leurs supérieurs, en fait, et la place d’un Asch aveugle n’était pour l’instant pas sur le terrain, c’était clair. Mugen pourrait toujours l’entraîner à se battre dans l’Obscurité, mais il faudrait plusieurs années à Asch pour être au niveau d’un mec lambda. Par contre, en faire un Despranon… Ouais pourquoi pas ?

« A vrai dire… Je ne pensais pas que l’idée d’un Despranon aveugle - un véritable aveugle - ne remporte beaucoup de suffrages. »

Mais si c’était Tarek lui-même qui le proposait, ça voulait dire qu’il y avait déjà deux voix sur quatre pour la nomination d’Asch. Rien n’était perdu, au final. Hmm… Il faudrait qu’ils en parlent à la prochaine réunion. Oui, on adoooore les réunions au Panthéon. Et justement, Tarek lui en épargnait une en lui demandant directement de dépêcher des troupes dans telle ou telle zone. Mugen hocha la tête à nouveau, finissant son verre de jus de pomme.

« La banlieue de Séregon s’est un peu échauffé alors j’ai déjà envoyé des troupes pour récupérer des infos. J’envoie les ordres pour Modula et Islantis tout à l’heure. »

Il n’était pas contrariant non, d’autant plus qu’il était d’accord sur le fait que les infos commençaient sérieusement à être périmées. Cela dit, il se demandait s’il ne ferait pas mieux d’envoyer également quelques troupes du côté de Shangyu. Ah et…

« Je devrais pas tarder à avoir un rapport venant de Varkë. Evidemment il finira bien assez tôt sur ton bureau. »

Un bureau qui devait être vachement encombré de paperasses d’ailleurs. Dire que Tarek avait du boulot, c’était un sacré euphémisme. Et Mugen lui en rajoutait en plus : le recrutement ? Il pouvait s’en occuper non ? A vrai dire, l’Alpha faisait plus confiance à Tarek qu’à Hansel quand il s’agissait de récupérer des gens compétents. Pas que la petite mite ne sache pas s’y prendre, mais parfois… ne pas avoir de scrupules pouvait aider. Mugen en avait conscience, et c’est bien pour ça qu’il ricana quand Tarek le mit en garde.

« Je fais pareil… J’ai bien été chercher Asch jusque dans les geôles d’Epic Jail… je vais pas t’interdir de faire la même chose. »

C’était logique, non ? Et puis, c’est fou ce qu’on pouvait trouver comme choses intéressantes dans une prison…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarek Ngaresh
Ex-Despranon | Directeur de l'Agence
Ex-Despranon | Directeur de l'Agence
avatar

Messages : 238
Age : 25

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 160
Or Or: 1
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Back Home [PV: Mugen]   Dim 1 Avr - 15:12

Les rouages de l'esprit de Tarek faisaient un boucan monstrueux dans son crâne. Métaphoriquement. Il organisait déjà un planning superficiel sur le mois qui arrivait. Oui, pas les deux jours, pas la semaine, le mois entier. Et ce qu'il entrevoyait déjà ne lui faisait pas spécialement plaisir, bien que ça soit nécessaire. premièrement, une trentaine de jours serait bien nécessaire à son rétablissement total. Machi Kuragi, cette rebelle, pensait qu'il lui faudrait plus de temps. Parce qu'il avait un certain nombre d'années elle estimait qu'il devait prendre son temps. Le fait est que Tarek vivait sa vie comme un pilote. A une vitesse dingue. Et il avait atteint l'âge -40 ans je rappelle- où ce n'était pas du ménagement dont il avait besoin. Il était en pleine possession de ses moyens. Son séjour dans le désert, pendant deux années complètes, avait été éreintant certes, et lui avait causé de sacrées blessures, mais surtout au niveau de son flux magique. C'est ce qui l'avait surpris pendant son combat, et qui l'avait frustré. Mais la même erreur ne se reproduirait pas. Il avait juste à attendre la fermeture de ses blessures, le recouvrement complet de son énergie, et surtout, ne pas trop ménager l'Umbraesthésie pendant quelques temps, et tout retrouverait son cours normal... avec quelques upgrades. Et il remerciait Chris Vingers pour ça, qui l'avait aidé à trouver le deuxième Umbraesthésiste. C'est cette trouvaille qui lui avait fait perdre autant, et surtout, gagner beaucoup. Alors oui, pour se remettre complètement, un mois était bien nécessaire, ce qui ne l'empêchait pas pour autant de travailler.

"Mon cher Mugen. Il est temps de laisser de côté les suffrages, les réunions et ces... pardonne l'expression, ces conneries qui nous font perdre un temps précieux. Je vais être tout à fait honnête. Le Gouvernement s'est cassé la gueule au delà du raisonnable. Quelques pertes sont à déplorer, d'autres à célébrer. Si je pouvais retrouver ceux qui ont provoqué une pareille décadence, je les ferais ramper et manger la poussière avant de les dévorer. Maintenant, il faut redresser la barre. Je ne prône pas les décisions unilatérales et irréfléchies. mais si, après avoir pesé le pour, le contre, et simulé une expérience, il s'avère que celle-ci s'avère rentable et à la fois judicieuse, que ce soit pour le gouvernement ou que ce soit personnel, il va falloir éviter de rassembler les Despranòn à chaque fois pour un cocktail réunion à la noix. On prend la décision, on arrange le tir si ça dérape ensuite, en évitant le chaos. C'est plus qu'une affaire de rétablissement, il s'agit de se dépêcher, d'être efficaces et de louvoyer entre nombre d'obstacles. Pour ça va falloir bosser en phase, mais il va aussi falloir que personnellement, nous faisions tout notre possible pour rendre aux Forces armées du Gouvernement sa force et son prestige. Du reste, si une réunion est vraiment nécessaire, soit."

Le problème avec le côté administratif de la gestion d'une armée et d'un gouvernement, c'est l'extraordinaire lenteur inhérente à ce genre de processus. Préparer les dossiers, trouver une date pas trop contraignante dans la semaine, attendre le jour prévu, débattre pendant des heures -si débat il y a-, faire les compte rendus, prendre les décisions effectives en amont, et au final, les appliquer. Autrement dit, entre le jour d'appel pour la réunion et l'application concrète des décisions, il pouvait se passer un temps effroyable. Et l'inaction, Tarek l'abhorrait. Il n'était pas revenu pour prendre des vacances, mais parce qu'il ne pouvait pas rester plus longtemps hors des cadres. Et en voyant ce qui avait bien pu se passer... Il comprit qu'il avait bien fait, et qu'il aurait limite dû rentrer avant. Le travail qui s'annonçait était titanesque, et ils ne seraient pas trop de quelques Despranòn pour l'abattre. A condition que cessent désormais les flâneries gouvernementales, les hauts représentants partis en vadrouille on ne sait où, en vacances à se taper leurs petites amies, ou les sorties impromptues pour aller voir une maîtresse ou amoureuse cachée. Ca, c'était à bannir, et si l'un d'entre eux recommençait, des sanctions disciplinaires draconiennes seraient à appliquer. Tarek connaissait et voyait parfaitement le genre de relation qui liait l'Alpha et l'Oméga. Que c'était cocasse d'ailleurs. Mais s'ils voulaient faire leurs cochonneries et se montrer leur amour mutuel, ils pouvaient bien prendre une pause au bureau, personne ne viendrait les emmerder. Et du moment qu'ils ne tâchaient pas trop les dossier, rien ne les empêchait de faire ça en plein travail. Tant que le résultat -du travail hein- était satisfaisant et utile à une progression constructive et constante.

"Bien, je vais te laisser alors. J'attends avec impatience le rapport de tes hommes. Le lendemain, tu auras un rapport/compte rendu de mes analyses que Janis t'apportera, histoire que tu sois au courant, et à l'Escadron de Protection ou de Choc selon les cas, de faire son boulot. Je sais que ça doit faire un peu bizarre de dire ça alors que j'arrive à peine et que j'étais pas là pendant un sacré moment, mais il est hors de question que je laisse le Gouvernement perdre un iota de plus de sa fierté. Donc si mes suggestions stratégiques et les méthodes que je suggère d'employer sont un peu sévères et un peu strictes, c'est normal. Plus question qu'on passe pour des guignols. Sinon des têtes vont tomber, et bien plus haut que les nôtres."

Il ne plaisantait pas, mais alors pas du tout. Et ça se voyait bien à sa tronche, sérieuse et fermée à toute négociation. Pour un type qui jouait double jeu au nez et à la barbe de tous, il fallait quand même dire qu'il manquait pas de cran. Il savait très bien que les mafias et sociétés criminelles qu'il avait sous sa coupe risquaient le démantèlement, ce qui lui saperait alors beaucoup d'avantage stratégique. La longueur d'avance qu'il réussissait à avoir et à maintenir se retrouvait désormais en danger. Tant pis, il trouverait bien un moyen alternatif de la maintenir. Pour l'heure, l'une des colonnes de son tableau à double jeu venait d'être noircie par des abrutis, et il était très, très, très en colère.


Il alla déposer le verre vide sur le bureau, et après un salut bref et concis, prit le chemin du retour. Il partait se mettre immédiatement au travail. Après avoir passé la porte, il décrocha son téléphone portable, et appela Janis, situé dans un autre secteur.

"Janis, appelle Kragger et fait libérer un wagon dans le prochain train pour Islantis, je pars dans l'heure. Il est temps de se remettre au travail ma chère."


[Maintenant, à toi de voir si tu veux poster une réponse finale suite à ça, ça sera un plaisir à lire, sinon, bah faudra faire archiver et lock le sujet o/]

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Back Home [PV: Mugen]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Back Home [PV: Mugen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alternative Future :: SIIRASTAN :: Séregon :: Panthéon-