Encyclopédie
Présentations
Carnet de Bord
[RP]Siirastan
[RP]Mycra
[RP]Shizuku
[RP]Autres
Archives
AccueilFAQRechercherMembresConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Shard. [PV ASCH, MUGEN]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tarek Ngaresh
Ex-Despranon | Directeur de l'Agence
Ex-Despranon | Directeur de l'Agence
avatar

Messages : 238
Age : 26

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 160
Or Or: 1
Verre Verre: 0

MessageSujet: Shard. [PV ASCH, MUGEN]   Jeu 19 Juil - 22:03

Bien que tout le personnel ait quitté les lieux ou presque, et que l'agitation soit retombée, le Panthéon fourmillait. Des messagers et officiers couraient dans tous les sens, ça beuglait des ordres à droite et à gauche, le son des voix faisant les rapports s'entremêlaient. Et une personne était chargée de gérer tout ce merdier. Debout au centre de la salle de commande, les yeux sautant d'un écran à l'autre rapidement, écoutant les rapports avant de donner de nouvelles directives. Le Despranon Omicron. Il restait concentré à fond, soucieux d'éviter la moindre bourde. Il gérait plusieurs fronts. Le premier, la flotte qui se dirigeait vers Epic Jail. Faute de préparation, des forces ennemies attendaient peut être que les vaisseaux atteignent l'espace sidéral pour passer à l'action. Sauf que là il ne s'agissait pas de troupes communes. Il y avait pas un mais deux Despranon embarqués dans un des vaisseaux.

Il y eut un léger crépitement dans l'air devant lui, puis des images holographiques apparurent.

"Amiral Xhuang, au rapport depuis l'Avax."
"Lieutenant-Commandant Holmar, au rapport depuis la station orbitale."

Tarek vérifia son timing, observant les deux hommes. Ils étaient pile à l'heure. Tarek enclencha les communications générales, qui affectaient à la fois le Panthéon, mais par extension la totalité des vaisseaux reliés au standard de communication du cinquième escadron. Autrement dit, tous.

"Messieurs, mesdames. L'ennemi a réussi l'irréalisable. Une évasion massive d'Epic Jail, et il faudra noter que la technologie Densetsu y est probablement pour quelque chose, ou du moins les soutien. Cela paraît irréel, mais des vaisseaux ennemis peuvent être là, ce qui est nécessaire pour l'entrée dans la prison. Ici le Despranon Omicron. Actuellement, quatre Escadron se dirigent vers la prison. Le Transporteur VX26 nom de code Zex 2 porte les Despranon Alpha et Oméga vers notre destination. Zex 1, vous serez affecté au transport des soldats blessés. Zex 3, débarquez vos troupes dès que vous êtes dans la prison et déployez les au maximum. Je veux un compte rendu précis, exact et sans faute des déplacements de l'ennemi et aussi de nos alliés déjà sur place. Oméga m'a fait savoir qu'il y avait des soldats du Quatrième sur Epic Jail. Trouvez les, je veux un rapport statuant de leur état. Zex 4. Votre mission est un peu différente. Dès que vous serez sortis de la stratosphère, vous vous dirigerez vers la station orbitale. Lieutenant Commandant, à vous."

"Zex 4, sur la station nous disposons des balises de relais informatiques, qui sont prévues en cas d'urgence. L'Omicron va les utiliser pour verrouiller la cible nommée Epic Jail dans la ligne de mire de l'Anthriss et de l'Avax. De plus, ces balises permettront la prise de contrôle manuelle des Droids qui sont présents dans la prison, pour les faire dévier de leur programme initial. Votre mission est cruciale."

Tarek hocha pensivement la tête, puis se tourna vers l'image grésillante de l'Amiral Xhuang, qui attendait toujours ses ordres.

"Amiral, je veux que l'Anthriss et l'Avax soit prêts à faire feu. Si jamais l'opération échoue, je n'hésiterai pas à bombarder Epic Jail d'ogives nucléaires. De plus, il se peut que les ennemis réussissent à fuir. Je vous veux prompt à la réaction. Evitons les blessés si possible, mais il est hors de question de les laisser en réchapper comme si de rien était. Je reprends contact avec vous dès que j'ai du nouveau. Fin de la transmission. Lieutenant Commandant, recontactez moi quand les balises seront dispersées dans l'orbite lunaire. Fin de la transmission."

L'omicon soupira, et se retourna vivement vers un messager, chargé de faire la liaison entre les différents escadrons.

"Vous, amenez moi le pirate le plus compétent dont vous disposez chez les cybbebr traqueurs. S'il y en a deux, prenez les, j'ai du travail pour eux."

Effectivement, l'entrée dans les systèmes internes des Droids ne serait pas une partie de plaisir. Mais vu l'état des choses et la dangerosité de certains criminels, ils allaient avant tout servir de bouclier et d'aide aux soldats blessés. Ils avaient besoin de tous les hommes fonctionnels, et même si Tarek n'était pas un ange, il ne laisserait pas mourir des soldats là haut. Une fois les pirates installés dans un coin, on leur apporta leur équipement, et ils purent commencer à bosser, même si la phase délicate de leur travail n'arriverait qu'une fois les balises larguées.

"Alpha, Oméga, tout est prêt. Il serait préférable que cette opération ne dure pas plus d'une heure. Et si vous vous faites dépasser ou vaincre... Vous l'avez entendu. Le sous marin nucléaire et le porte avion principal Anthriss s'apprêtent à désintégrer la prison. Quant à vous autres, pilotes, soldats... Bonne chance. Je débute le chrono."

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 849

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Shard. [PV ASCH, MUGEN]   Sam 21 Juil - 9:47

[Tarek si tu veux des infos supplémentaires sur les navettes qui ont fui je te les donne par msn o/, théoriquement pour le reste toutes les infos sont là mais dites moi si il manque un truc]

Asch comprit sans mal l'hésitation de Mugen. Il n'était même pas sûr de servir à quelque chose à part à se faire canarder en empruntant à son tour le chemin d'Epic Jail malgré sa cécité, mais pour une fois que les rouages dans sa tête semblaient fonctionner à peu près correctement, ça aurait été dommage de ne pas en profiter. De plus il ne resterait pas en arrière dans un moment pareil. Pas comme si le Panthéon avait été beaucoup plus sûr de toute façon...

Dans le vaisseau, et malgré la longueur du trajet, il fut bien incapable de piquer du nez. De toute façon il avait un coup de fil urgent à passer, et rien que l'idée d'entendre la voix de la pire salope à qui le monde avait jamais donné naissance lui retournait purement et simplement l'estomac. Pourtant, c'était une question de priorités: elle avait des informations dont il avait besoin, et elle était censée être une alliée provisoire. L'un dans l'autre... Il espérait juste qu'en quelques années elle n'avait pas changé de numéro.

Après avoir galéré quelques minutes à triturer son nouveau comlink pour comprendre comment ça marche, il repéra des inscriptions en braille - Ô joie il reste des ingénieurs pour penser aux invalides - et fut capable de composer le code d'entrée vers son enfer auditif personnel. Tout ça, oui. Depuis qu'il se rendait compte de combien il avait été manipulé, tout ce qui touchait de près ou de loin à Rachel le rendait malade. Elle répondit bien vite à son goût... Asch trouva le bouton du haut-parleur, histoire que Mugen puisse entendre toute la communication. Il espérait que le comlink était muni d'un enregistreur.

"... Asch. Quelle... Surprise.. . Je ne m'attendais pas à recevoir un appel de ta part avant le prochain siècle au moins.. ."

Le rouquin serra les dents. Au moins, elle n'était pas encore au courant de son nouveau statut, sinon elle l'aurait bassiné avec ça. Quoique... ça aurait pu être drôle de la voir prendre conscience qu'elle avait perdu un allié qui dorénavant faisait partie du cercle très fermé des dirigeants mondiaux. Pour le coup elle aurait été bien deg. Jamais elle n'avait réussi à infilter le gouvernement jusque là. D'ailleurs en parlant d'infiltration...

"J'aurais préféré avaler une cuve d'acide plutôt que de t'appeler, mais on est face à une PUTAIN d'urgence, alors ferme le dépotoir qui te sers de bouche pour une fois et sois un peu sérieuse okay?"

"Tu devrais revoir ton dictionnaire d'insultes, celle là j'ai déjà donné la dernière fois..."

Après un effort monumental pour ne pas lui raccrocher au nez et jeter le comlink à l'autre bout du vaisseau, Asch parvint à se contenir, et continuer:

"TA GUEULE. Jehan Carter, Lyam Renfield, Gran Haritt. Ca te dit quelque chose?"

Rachel garda le silence, prenant conscience du fait que son fils était réellement sérieux, et qu'il n'appelait pas juste dans l'espoir de se défouler avec une petite joute vocale. Elle avait sans doute bien du mal à lui parler comme à un égal, mais le fait était qu'il n'était plus sous ses ordres, et qu'elle avait au moins autant besoin de l'aide du Gouvernement que le Gouvernement avait besoin de la sienne.

"... Je crois bien que oui. Où as-tu eu ces noms?"

Le sang de l'ex-densetsu ne fit qu'un tour. Il passa une main contre sa mâchoire et se humecta les lèvres:

"Ecoute si tu veux cette info va falloir que tu y mettes un peu du tiens. Qui sont-ils?"

Rachel soupira. Ca devenait difficile d'entuber Asch, il avait l'air plus malin que du temps où elle l'avait élevé. Même pas drôle.

"Je vérifie ça... On en a parlé l'une d'une dernière réunions j'en suis quasiment certaine, ça doit avoir rapport avec... Ah, voilà. Oui... Asch, si ces trois là ont fait quelque chose ensemble c'est très intéressant: Ils faisaient partie de notre branche d'espionnage. ils ont disparu il y a plus d'un an. On les soupçonne d'avoir rejoint la faction dissidente. Enfin non. Pour Lyam c'est certain: il a tué plusieurs de ses coéquipiers, et saboté l'une de nos missions, avant de s'enfuir comme un voleur. Maintenant. Des informations pour nous?"

"Seulement si tu envoies quelques uns de tes joujous mécaniques de la R&D au Panthéon pour qu'on en décortique un ou deux. On saura assez vite si l'Opale est impliquée d'une manière ou d'une autre."

"Ce n'est pas l'Opale..."

"... Je sais. C'est bien un des seuls trucs qui soient pas de ta faute. Bref, le Panthéon a été attaqué de l'intérieur et ces trois là faisaient partie des traîtres qui nous ont canardé. C'est le bordel total. Si t'avais la liste complète des mecs qui ont infiltré le Panthéon pendant qu'ils étaient encore sous tes ordres, et accessoirement la liste complète des membres de l'Opale dont la trahison est avérée, avec un trombinoscope si possible, ça nous aiderait pas mal."

"... Asch. Ce que tu me demandes là me mettrait dans une posture très désavantageuse..."

"Ne me parle pas comme à un gamin okay? Je sais parfaitement ce que je te demande. Tu crois que t'as le choix peut-être? Pendant que tu rechignes à coopérer, les types qui sont en train de te pomper le contrôle de l'organisation sont peut-être devenus suffisamment forts pour porter un coup dur, mais alors je te promets, TRES dur au Gouvernement, ce que t'as jamais été foutue de faire. Si tu veux avoir une chance de faire pareil un jour, va falloir retomber sur tes pattes avant ça. Tu nous infiltreras plus tard. Pour l'instant DONNE nous ces putain d'infos, qu'on élimine ces connards de terroristes à la manque. Parce que, si ça t'intéresse, je viens d'être promu Omega Despranon et je te promets que j'attendrai pas que Mugen révoque la trève pour m'en charger si jamais tu refuses de faire tout ce qui est en ton pouvoir pour nous aider. Envoie ces infos au Panthéon dans l'heure sinon tu deviens une cible prioritaire. Et je te promets que ça me ferait un plaisir fou que ça soit le cas."

"... Tu viens d'être prom... QUOI ??!"

Asch raccrocha. Rien à foutre. Il en avait marre d'entendre sa voix. Si elle avait pas compris qu'elle avait tout intérêt à envoyer un dossier complet et ce très rapidement, c'est qu'elle était conne. Parce que Asch n'avait pa proféré ces menaces en l'air - même si il avait légèrement oublié que Kengo était toujours aux mains de sa mère. Fatigué, il serra la main de Mugen pour indiquer qu'il se souvenait toujours de sa présence, et qu'il était même en train de s'adresser à lui:

"... Qu'est-ce que des densetsu iraient foutre à libérer tes parents... Je comprends pas..."

Arrivé dans les hangars d'Epic Jail, Asch regretta de n'avoir pas pris sa canne. Alcide était resté dans la voiture. Il espérait qu'il irait bien à leur retour. Il commença à enfiler la MAGTEK-suit qu'on lui avait préparé... Parce que l'absence de magie lui donnait déjà la nausée. Ils reçurent alors un appel de l'Omicron. Pas des plus rassurants... Mais au moins, ça donnait le ton. Un peu flippé mais bien décidé à ne pas faillir, Asch avala sa salive.

"Au moins ce coup-ci si on doit se faire exploser la gueule on sera synchro... Bon. Tu vois quelque chose avec la combinaison, ou bien juste que dalle..?"

Il restait encore une quinzaine de soldats vivants à l'intérieur des hangars. En voyant les renforts arriver, il se précipitèrent sur eux, et les visèrent jusqu'à être sûr qu'il s'agissait d'alliés. En suite de quoi l'un d'eux, affolé, fit son rapport à toute vitesse:

"... L'ennemi a infiltré la prison par le biais d'un unique vaisseau! Ils nous ont fait croire qu'il s'agissait d'une cargaison de criminels et on leur a imprimé plusieurs centaines de badges gris... Dès qu'on a activé l'ascenseur, ils ont retourné leur veste et nous ont tous canardé. C'était un piège! Ils étaient tous planqués dans le vaisseau, ils s'en sont servis comme d'un cheval de troie. Ils ont utilisé des artefact nihilistes pour annuler le pouvoir de nos combinaisons. Ensuite ils ont pris le contrôle du guichet d'impression des badges, on vient seulement de s'en emparer à nouveau! Ils ont enregistré la voix du soldat qui leur a donné l'accès au Bloc 1 et sont montés en masse à l'étage. Je crois qu'il y a toujours des combats là haut... Des types sont redescendus. Ils escortaient des prisonniers. Ca avait l'air d'être des VIP. On a pas réussi à les dégommer ils utilisaient une barrière magnétique... ils sont entrés dans le vaisseau, et en sont sortis avec quatre navettes spatiales qui ont décollé il y a plus de trente minutes... On peut plus rien faire pour eux mais j'ai peur que la situation se dégrade là haut!"

Les soldats qui avaient repris le contrôle du guichet imprimaient en masse des badges gris pour les renforts envoyés par l'Omicron. Théoriquement et si les combats continuaient depuis tout à l'heure, il n'allait pas être difficile de faire pencher le rapport de force du bon côté de la balance. Asch décida de laisser Mugen s'occuper de la suite des opérations. Pendant ce temps là il ferait un rapport à l'Omicron. Vu qu'il ne voyait rien, il n'allait sans doute être bon qu'à ça:

"Quatre navettes ont quitté Epic Jail il y a environ une demi-heure, contenant sans doute des fuyards, et pas les moins importants d'entre eux. Vous pensez pouvoir les intercepter? Ils sont rentrés avec un unique vaisseau, immense. Ça ressemble à un porte-avion. Les soldats sont sur le qui-vive le bâtiment est sans doute encore habité. Ils ont repris le contrôle des hangars mais n'ont aucune information sur l'état du rez-de-chaussée ni du Bloc 1. On sait juste que les combats continuent au niveau du Bloc 1. Ah. Et la branche dissidente de l'Opale Maudite pourrait bien être impliquée. Vous devriez recevoir sous peu un dossier listant les éventuels autres traîtres planqués au Panthéon, et quelques robots de la branche principale, qu'on devrait pouvoir comparer aux technologies récupérées durant l'opération."

Et de se tourner vers Mugen - enfin il espérait que Mugen était bien du côté où il se tournait. Quelques troupes d'infanterie et d'artillerie étaient à leur disposition. Ils allaient bien réussir à en faire quelque chose... Restait à savoir quoi, et dans quel ordre.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: Shard. [PV ASCH, MUGEN]   Lun 23 Juil - 22:06

Le trajet jusqu'Epic Jail allait être long, mais long comment, Mugen n'en avait aucune idée. S'il avait envoyé son père et deux de ses cousins dans les geôles mondiales, il n'avait pas vraiment pris la peine de les y escorter. Il n'avait pas que ça à foutre, hein. Et puis, à l'époque, il avait des morts à pleurer. Enfin, façon de parler. Il avait presque fini sa barre énergétique et commençait à sombrer dans le sommeil quand Asch appela sa génitrice. Elle avait sûrement des infos intéressantes à filer au Gouvernement : après tout, c'était aussi pour ça qu'Asch Raizer avait été promu Despranon, fallait pas se leurrer. Intrigué, Mugen attendit donc un moment avant de fermer ses yeux métaphoriques.

Il ne put s'empêcher de sourire légèrement en entendant la rage à peine contenue de son amant : y'avait pas à dire, si jamais il avait l'occasion d'étrangler Rachel, il ne se priverait pas. Mais là, tout de suite, ils avaient besoin d'elle, autant qu'elle avait besoin d'eux. C'était bien pour ça qu'ils étaient parvenus à un accord, avec échange d'otages. Hélas, Rachel avait sûrement mieux joué que Mugen : il n'y avait pas grand-chose à tirer de Specter, cette espèce de fantôme pâle qui errait dans le Domaine depuis déjà quelques bonnes semaines. Bref, Asch fila les trois noms qu'il avait retenu à sa mère, qui mit un certain temps à lui répondre, mais... Ca valait le coup, fallait dire.

Ils étaient désormais quasi-certains que ceux qui avaient aidé les Shôryû du côté obscur étaient les mêmes qui foutaient la merde à l'Opale Maudite. Bon, on avançait... Et puis, Asch étant dur en affaires, ils allaient même pouvoir bosser sur la technologie dont disposaient les Densetsu à l'heure actuelle. Ca pourrait aider les hommes sur le terrain, des hommes comme Mugen lui-même. Sérieusement, l'Omega se débrouillait bien, sûrement même mieux que l'Alpha, qui avait plus l'impression de jouer aux plantes vertes dans cet environnement qu'il ne connaissait pas vraiment. D'habitude, il tatane des gens sur la Terre ferme, et pas dans une prison spatiale hautement – mais pas assez – sécurisée. A côté d'eux, les MAGTEK-suit, qu'ils n'avaient pas encore enfilé. Ca faisait pourtant longtemps que Mugen n'y voyait plus rien... Mais pour l'instant, ça le reposait. Il ne mettrait la combinaison que lorsque ce sera nécessaire.

Enfin, tout ça pour dire que l'Alpha attendait qu'Asch finisse cette laborieuse conversation avec sa mère, histoire de pouvoir somnoler quelques temps. Son épaule ne lui faisait pas du bien, et il se demandait bien quand les analgésiques allaient faire effet. Le désavantage de l'adrénaline, c'était que ce n'était pas permanent. Heureusement, dans un sens... m'enfin, là n'était pas l'important. La douleur ne l'empêcha pourtant pas de rire à gorge déployée en entendant Asch annoncer qu'il avait été promu Despranon Omega. La tronche que devait tirer Rachel de l'autre côté du fil... Dommage qu'il ne pouvait pas voir ça, tiens !

« Je me demande de quelle couleur est ta mère là... Sûrement un joli verdâtre façon zombie. Enfin, heureusement que Kengo n'est pas assez stupide pour se laisser blesser... »

Mais le temps des plaisanteries fut court : ils étaient toujours en situation d'urgence, et ça n'allait pas en se simplifiant. Au contraire, plus ils avançaient, plus Mugen avait l'impression de plonger dans un épais brouillard. Tout ça n'avait ni queue ni tête, comme Asch lui en fit part.

« Mon père a des liens avec les Datenshi, c'est certain, mais les Densetsu... Remarque, les traîtres de l'Opale ne sont sûrement pas de « vrais » Densetsu, non ? Enfin, on n'en sait strictement rien. On ne connaît pas leurs intentions, si ce n'est de foutre la merde... Ils pourraient très bien libérer mon père pour me faire chier, même si je trouve ça léger. »

Le pourquoi du comment, actuellement, Mugen s'en tapait un peu. Ce n'était ni le moment ni l'endroit pour enquêter de toute façon. Peut-être que la Yukora avait été plus qu'elle n'avait paru, et elle n'était peut-être même pas vraiment démantelée. Si ça se trouve d'autres organisations en lien avait pris le relai – ce qui était fort plausible – et reconnaissaient encore la valeur d'un Tatsuya Shôryû. Et surtout, d'un Kaoru Shôryû. Enfoiré d'hypnotiseur. Hikaru, par contre... C'était un peu plus discutable déjà. C'était pas avec son QI d'huître avariée qu'il allait rattraper son pouvoir totalement merdique. Sur ces pensées, Mugen commença à somnoler, pour quelques courtes minutes. Une fois près de l'arrivée, ils enfilèrent leurs MAGTEK-suit et là...

« MAIS MERDE A LA FIN !!!! »

Ce fut la première réponse de Mugen à la question pourtant très polie d'Asch, le tout ponctué d'un bon coup de poing dans le métal du vaisseau. Tellement violent, qu'au passage, sa blessure se rouvrit légèrement, et émit un filet de sang rendu invisible par les pansements. La technologie qui avait permis d'importer la magie aussi loin de la Terre pouvait visiblement être encore perfectionnée. Le système était ingénieux, et ils n'avaient sûrement pas pu faire mieux, mais pour Mugen, c'était juste de la merde en boîte.

« J'vois rien ouais ! Enfin si, j'me vois moi, ça m'avance à que dalle ! J'en ai ras-le-cul de cette journée à la con, je te le dis... »

Et elle était loin d'être finie, cette journée. Ils descendirent, et il entendit nettement des soldats approcher avec précaution, les tenant sûrement en joue. Calme en apparence, Mugen les laissa faire, du moment qu'ils ne prenaient pas tout leur temps. Ce qu'ils ne firent pas : bien vite, on leur expliqua l'urgence de la situation, ce qui n'arrangea pas l'humeur déjà massacrante de l'Alpha.

« QUOI !? Ca fait une demi-heure qu'ils se sont barrés !? Putain mais vous... ! »

* Bande de cons ! *

« Bon. Vous savez s'il reste des ennemis dans le porte-avions ? Quatre navettes, ça représente combien de personnes à peu près ? Et en haut, ils sont combien ? »


Le soldat avait bien fait son rapport oui, mais ça n'indiquait pas à Mugen combien d'ennemis il allait avoir en face de lui... Derrière lui, il entendit Asch faire son rapport à Tarek, et le laissa faire : contrairement à l'Alpha, il ne savait pas se battre en aveugle. Le souci, c'était que Mugen se sentait plus à l'aise avec des armes blanches, au corps à corps, et surtout en furtif. Etonnant, oui, mais se battre de front quand on n'y voyait rien, c'était pas du tout la même chose. Au moins, en jouant les ninjas, il avait l'avantage de la surprise, et était aussi invisible qu'aveugle. C'était toujours ça de pris.

« … Je m'occupe du porte-avions. On y va pas en masse, c'est un truc à finir en charpie. Quelques élites, et on y va en fufu. Au cas où, laissez des artilleurs à l'extérieur et canardez tout ce qui sort et qui n'est pas nous. Asch tu restes là et tu relaies les informations entre nous et Tarek. Les autres, allez à l'étage et finissez-moi tous les imbéciles qui n'ont pas eu le temps de se barrer avant qu'on arrive ! »

Mugen marqua un temps d'arrêt, le temps de réfléchir et de voir s'il n'avait rien laissé de côté... Ah, si, un léger souci...

« Par contre... Si jamais le porte-avions bouge et qu'on est encore à l'intérieur... Si j'envoie aucun message dix minutes après, abattez-le. »

Il savait que ce qu'il venait de dire n'allait pas faire plaisir à Asch, mais ils n'étaient pas là pour s'amuser. Mugen ne se faisait pas non plus d'illusions sur ses chances de survie : il allait très certainement revenir sur Terre en très mauvais état, ou alors les pieds devant, carrément. Si tant est qu'on le rapatrie... Il remonta les lunettes sur son nez, et s'adressa de nouveau à la petite équipée autour de lui :

« Trouvez-moi des couteaux, ou des trucs qui y ressemblent. Je suis bon à rien avec une arme à feu là... »

Difficile à admettre, mais la moitié de l'auditoire au moins semblait ne pas comprendre. L'Alpha faisait un pari risqué : sa vie sur sa capacité à combattre dans l'Obscurité. Enfin, pas totalement... il se voyait lui, et ce qui était à proximité... Ca ne l'avancerait sûrement pas à grand-chose, mais c'était toujours un minimum.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarek Ngaresh
Ex-Despranon | Directeur de l'Agence
Ex-Despranon | Directeur de l'Agence
avatar

Messages : 238
Age : 26

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 160
Or Or: 1
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Shard. [PV ASCH, MUGEN]   Dim 29 Juil - 13:12

Une demie heure. Avec une navette d'urgence échappée d'un porte-vaisseau, il leur faudrait encore trois heures pour atteindre la stratosphère. Sitôt passée l'entrée dans l'atmosphère, les facteurs environnementaux empêcheraient toute action militaire aérienne de trop grande envergure. Il devait se dépêcher. Il réfléchit quelques secondes, puis activa le haut parleur reliant le terminal de communication du panthéon aux vaisseaux qui sationnaient dans l'Espace.

"Je m'occupe d'eux personnellement. L'escadrille Black Star et moi-même allons nous charger de l'interception. Cher Oméga, vous transmettrez à votre génitrice mes sentiments distingués pour sa gestion lamentable de son organisation. Elle aurait du être plus attentive au cours de Gestion des Ressources Humaines. Même si sa gestion des bordels peut être exemplaire, son manque d'attention nous fiche dans les ennuis jusqu'au cou. Alpha, si vous tenez assez longtemps, allez dans la salle des machines, ou envoyez y une équipe. Votre vision vous permettra de déceler les pièces clés des réacteurs thermonucléaire. Ils sont activés par des nucléus de palladium entourés d'une coque en uranium appauvri. Ils sont enfermés dans une chambre de résonnance, et pour éviter toute surcharge, sont en permanence refroidis à l'azote liquide. Vous devriez facilement les détectés. En vision thermique, je dirais un point rouge sur fond bleu clair. Ouvrez la chambre, je vous fais transmettre les codes d'accès. Une balle et le nucléus ne sert plus à rien. Quant au reste, bonne chance."

Il se retourna vers l'équipe qui dirigeait les opérations depuis le Panthéon, et fit affréter un Drön, chasseur lourd à commande de drones. Il pouvait effectuer une mission sur plusieurs fronts en utilisant les chasseurs de taille réduite -la taille d'un simple avion de chasse du 21ème siècle environ- et s'avérait une arme redoutable pour faire diversion. Chaque Drön pouvait être relié à 6 drones, mais il fallait une grande expérience en pilotage pour pouvoir en gérer autant. Par chance, celui qui serait dedans serait L'Omicron. Le meilleur pilote du cinquième Escadron.

L'équipe Black Star, elle, était en permanence stationnée à la périphérie de Sérégon, près du spatio-port. Il s'agissait de l'équipe de pilotes d'élite formée par Tarek. Ca n'était pas vraiment une escadrille, mais plutôt un commando, en raison de la diversité des vaisseaux. Un autre Drön -Tarek ne pilotait pas tous les jours avec eux- équipées de deux petits drones. Trois chasseurs légers, avec possibilité de vol spatial en cas de problème au dessus de la stratosphère. Deux chasseurs lourds, vaisseau de combat à longue et moyenne distance, disposant d'une excellente puissance de feu et d'une réserve monstrueuse de munitions. Un Destroyer. Ces vaisseaux là font la taille de deux avions cargo dans la longueur, et la largeur de six ou sept avions de chasse. Possédant un pouvoir offensif assez impressionnant, ils sont cependant utilisés comme ligne de défense, et peuvent rapatrier un certain nombre de vaisseaux à bon port en cas de problème. Il s'agit d'un dernier rempart, comme un tout petit porte avion, plus maniable et plus rapide.

"Le Drön est prêt, Omicron. J'ai fait installer les émetteurs et récepteurs supplémentaires, ainsi que les écrans dont vous aviez besoin. Ca ressemble un peu à du bricolage mais..."

"Pas de mais. Colonel, vous prenez le commandement des opérations jusqu'à ce que je vous recontacte depuis l'espace."

Il sortit en hâte du bureau des opérations, passant par le vestiaire pour récupérer sa combinaison qu'il enfila rapidement, et se dirigea tout droit vers le terrain d'entraînement, exceptionnellement vide -on se demandera pas pourquoi-, où était stationné son vaisseau et ses drones. Il décolla en vitesse, et à environ sept mille pieds, fut rejoint par une escouade de vaisseau frappé de l'emblème d'un trou noir sans disque d'accrétion. La Black Star.

"Messieurs, content de vous revoir. Je vous expose les détails de la mission. Pendant que je gère le reste des opérations sur Epic Jail et fais le relais entre l'Espace et la Terre, nous allons devoir intercepter quatre navettes d'urgence échappées d'un porte avion. Elles contiennent des fuyards, et ils risquent de se révéler importants, aussi je veux le moins de pertes possibles. Il leur reste trois heures environ avant d'atteindre la stratosphère, et il nous faudra environ deux heures pour atteindre le point supposé de rencontre. Cela nous laisse une heure pour l'interception, l'arrestation, et le rapatriement des troupes. Talium, vous placerez le Destroyer en vol stationnaire et garderez vos capteurs à l'oeil pour la détection des vaisseaux. Ils peuvent contenir chacun une dizaine de personnes, ce qui fait beauccoup de monde à arrêter, si elles sont pleines. Mes drones et moi nous occuperons du ratissage de la zone et du placement des pièges à IEM. Helium, Argon, vos chasseurs lourds seront en soutien, vous éliminerez les vaisseaux s'ils s'avèrent trop dangereux pour la réussite de l'opération. Hydrogën, Oxygën, Carbön, avec moi pour l'interception. Fin de la transmission."

Il reçut une confirmation synchro, et décida que la mission pouvait être menée à bien. Une sonnerie retentit dans son appareil. Acceptant l'appel, il vit un des écrans improvisés s'allumer, lui montrant une vue du dessus schématique de la prison, avec des points bougeant dans tous les sens. Les pirates ramassés au sixième avaient fait leur oeuvre. Ces points étaient ceux du bloc 2. Les droid. Si Tarek avait demandé à deux pirates de participer aux opérations, ça n'était pas juste pour avoir un plan du complexe. Il comptait réécrire temporairement le programme comportemental des Droid pour leur faire dévier de leur objectif actuel, l'élimination des dissidents, pour les aider au rapatriement des blessés vers le Hangar, puis à la sécurisation méthodique de chaque zone non vérifiée de la prison. Un dur travail, puisqu'ils n'avaient pas le temps de demander une autorisation de l'IA qui les gérait. Il alluma son cellulaire, branché sur le réseau du panthéon, et contacta l'Oméga.

"Raizer. Les soldats du sixième que j'ai réquisitionné auront fini la réécriture du programme de comportement des droïds d'ici sept à huit minutes. Ils vous assisteront dans le secours des blessés et obéiront à chaque ordre, même s'ils sont en contradiction avec leur objectif premier datant de leur construction. D'ici là tenez bon et sauvez le plus de soldats possible. Je suis en route vers le point supposé de rencontre, je vous recontacte après la fin de la mission."

Effectivement, ils venaient juste de quitter la stratosphère, et comme un seul, tous les réacteurs thermonucléaires se déclenchèrent, laissant les propulseurs classiques de côté. Les Drones de Tarek, combinant un petit réacteur nucléaire avec l'énergie solaire lorsqu'ils étaient dans l'espace, étaient bien plus rapide, aussi les envoya-t-il avant son équipe. Leur travail est simple, de la reconnaissance, et le placement de pièges reliés entre eux par impulsions électronique. Cette toile invisible, redoutable, déclenche dans son périmètre d'action une violente IEM (Impulsion Electro Magnétique) qui détraque et met en pièce tous les équipements de bord, ce qui empêche de voler convenablement. Avec un peu de chance, cela détruit carrément le système de navigation, ce qui neutralise le vaisseau sans dommage matériel dangereux pour les personnes à l'intérieur.

Une fois les pièges placés, il envoya les coordonnées de la toile à tous ses équipiers, et recontacta Epic Jail.

"Nous sommes en place pour l'opération d'interception. Comment ça se passe là haut ?"

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 849

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Shard. [PV ASCH, MUGEN]   Mar 31 Juil - 0:21

[Ca vaut ce que ça vaut, écrit entre 20 écrans bleus --"]

Le trajet jusqu'à Epic Jail était surtout long quand on ne voyait rien. Asch se souvenait relativement mal de la première fois qu'il était venu étant donné qu'il avait été inconscient la majeure partie du temps. Mugen était venu plus récemment puisqu'il était allé rendre visite à sa soeur Elye tandis qu'elle était encore captive, m'enfin, dans tous les cas, on ne venait jamais ici sans raison valable, et donc, toujours la tête remplie d'idées plus ou moins noires et urgentes. Ca rendait le trajet plus court et tout à la fois interminable. Asch appela sa mère. La discussion ne fut pas très conviviale mais elle apporta un lot considérable d'informations intéressantes. Le nouvel Omega n'avait pas très envie de rire, lorsque son amant eut un accès d'hilarité. Non pas qu'il ne trouvât pas la situation drôle car elle l'était effectivement - sa mère apprenant que son raté de fils avait atteint le haut de la hiérarchie gouvernementale, ça devait être épique - mais c'était tellement la merde à Epic Jail - et au Panthéon - qu'il était bien incapable de se dérider, et se demandait encore comme Mugen trouvait les nerfs de tourner la situation en dérision, alors même qu'il était blessé, et tout. Il esquissa un léger sourire, quelque peu constipé, mais il aurait du mal à mieux faire tant que les choses ne se seraient pas arrangées. Surtout qu'il venait de se rendre compte qu'il avait oublié de prendre en compte Kengo...

"... Merde. C'est vrai que Kengo est encore avec elle... Bah. Elle l'a pas ramené sur le tapis, c'est qu'elle a dû penser que j'en avais rien à taper, ou bien qu'elle a pas voulu prendre le risque de me faire du chantage. Ou bien qu'elle était trop verte pour y penser ouais... J'aurais bien voulu voir ça."

Ce qui le consolait un peu, c'est qu'il aurait tout aussi bien pu être devant elle pour lui annoncer le scoop plutôt qu'à l'autre bout du téléphone, il n'aurait pas vu grand chose de plus vu l'actuel état de ses yeux... Bref. Ses lèvres se refermèrent, et son visage s'assombrit, tandis que l'Alpha émettait quelques hypothèses intéressantes sur le pourquoi du comment l'Opale aurait pu vouloir aider ses parents. Ca n'éclaircissait pas le mystère, mais ce qu'il disait était loin d'être con.

"Pour faire chier... Ou encore pour faire diversion... Nan franchement je l'espère pas je commence à en avoir ras le cul des problèmes en grappe. Ils peuvent pas avoir suffisamment de budget pour financer une opération ENCORE plus grosse?? Ils pourraient trouver un quelconque intérêt à libérer ta famille... De là à dire que c'est pas de "vrais" densetsu... Je sais pas. Tous les traîtres sont issus de l'Opale originelle et certains étaient là depuis très longtemps... Une bonne dizaine d'année, voire plus. Techniquement ils sont censés se rebeller sous prétexte que la politique de l'Opale d'origine est pas suffisamment agressive à leur goût... Tssh. J'espère que le type qu'on a pris en otage tout à l'heure saura en dire plus. On pourrait peut-être encore essayer d'en choper un ou deux au cas où..."

Ils finirent quoiqu'il arrive par débarquer à Epic Jail, et par chance, première bonne nouvelle de la journée, on ne fit pas exploser leur vaisseau d'entrée de jeu. Ils découvrirent quelques soldats du SPL survivants, et pas mal de cadavres. L'un d'eux - des soldats, pas des cadavres - vint faire son rapport à Asch, qui en profita pour prévenir l'Omicron des... faveurs que Rachel Raizer lui avait accordé, ou plutôt, qu'il avait légèrement beaucoup obligé cette dernière à fournir. Juste avant que Mugen ne hurle sa déception en se rendant compte que la MAGTEK-suit ne fonctionnait pas pour lui. Asch se tourna dans sa direction, surpris de cet éclat de voix. Cependant la technologie des catalites avait été pensée ainsi: on avait bien pris garde à ce que la magie ne se répande pas dans l'atmosphère car c'était justement de la restreindre au toucher des roches magiques qui permettait à la prison d'avoir le niveau de sécurité qui avait - jusqu'à présent - fait sa réputation. Ca aurait été con de permettre aux prisonniers (ou aux éventuels assiégeants) de disposer de leur puissance magique, alors qu'on pouvait la réserver aux soldats et aux installations assurant la sécurité de la prison, quand même. En apprenant que Mugen ne voyait rien malgré la MAGTEK-suit, Asch soupira. Blasé oui... Mais ça l'étonnait même pas. Une merde ne vient jamais seule.

"On va devoir faire sans... Fallait s'y attendre j'imagine."

Les soldats écoutèrent patiemment les questions du despranon Alpha, malgré la peur qui dans leurs rangs se faisait encore sentir. L'attaque venue du porte-avion avait été pour le moins inattendue et ils craignaient sans doute une éventuelle deuxième vague, que cette peur soit rationnelle ou non.

"Il devait bien y avoir cinq ou six personnes par navettes, sans compter le pilote... C'est difficile à dire elles ont décollé très vite et on se faisait tirer dessus. Les ennemis sont montés en masse. Ils doivent être plusieurs centaines là-haut, même si je pense qu'une grande partie de leurs troupes a dû être décimée. Certains des fuyards semblaient grièvement blessés."

C'était plutôt flou comme réponse, mais les agents du SPL postés dans les hangars ne s'étaient vraisemblablement pas attendu à essuyer une offensive, et n'avaient pas eu le réflexe de mémoriser suffisamment de ces informations pourtant essentielles. Mugen donna alors les prochains ordres... Dont certains n'étaient effectivement pas pour plaire à Asch. Relayer les informations entre le groupe de Mugen et l'Omicron..? A quoi bon si il restait planté là? Si il devait relayer un appel alors qu'il était planté au milieu de rien, les soldats auraient eu plus vite fait d'entretenir un lien radio direct.. Okay Mugen s'inquiétait pour sa santé, et il galérait toujours à se diriger en aveugle, mais fallait pas se foutre de la gueule du monde non plus. Si il devait crever atomisé d'ici une heure, ça ne serait pas en restant debout comme un con pendant que tout le monde s'activait pour tenter de sauver la situation. Il voulait servir un minimum à quelque chose, quitte à précipiter sa mort de quelques minutes.

"... Mais! ... .. ."

Il se tut, parce que de râler ne servirait à rien, et que de toute façon, pour une fois, il avait décidé de n'en faire qu'à sa tête. A croire que le métier de despranon rentrait vite, hein... Les prochaines infos diffusées par Mugen le dissuadèrent aussi de râler, car elles lui déplurent suffisamment pour lui rabattre le caquet, quand bien même il comprenait la nécessité de l'action. Quoique. Les mesures prises par l'armée étaient peut-être trop radicales en vue d'une situation qui ne le méritait peut-être pas. Se permettre de perdre l'Alpha, l'Omega, et des dizaines de soldats, tout ça pour éviter qu'aucun des rebelles qui avaient pris Epic Jail ne puisse s'échapper... C'était un peu cher payé. Mais c'était aussi Epic Jail. On avait rarement osé pire affront à l'encontre de l'Organisation Mondiale que l'attaque terroriste d'aujourd'hui. Asch échappa un grognement de contrariété. Laisser Mugen partir et éventuellement crever d'ici dix minutes ne lui plaisait guère, mais son pragmatisme lui rappelait qu'ils étaient des soldats et qu'ils avaient signé pour ça depuis un moment déjà. C'était pas exactement le moment de chialer. Par contre on pouvait bien perdre deux minutes pour éviter de regretter tout un éventuel restant de vie quelque chose qu'on aurait pu faire mais qu'on n'avait pas fait.

Faisant fi de la présence des soldats - qu'il ne voyait de toute façon pas - et de l'avis de Mugen, tout comme du chronomètre, et du temps qui continuait de s'écouler, Asch approcha du despranon Alpha et eut la chance de réussir son jet de précision, et accessoirement de bien viser lorsqu'il passa une main dans la nuque du brun pour le forcer à approcher. Il lui roula donc un patin qui deviendrait peut-être légendaire, un jour, si jamais ils mourraient en héros aujourd'hui... Ou bien qui du moins aurait presque pû être cité dans le guiness des records en terme de longueur et d'impétuosité. Si il restait encore des soldats au gouvernement qui doutaient encore des préférences des deux despranon impliqués, ou bien de la véracité des rumeurs qui couraient à leur sujet, cette fois-ci, le coming-out était définitivement fait, quand bien même Asch galérait encore à bien assumer cette relation qui n'était pourtant plus toute neuve... On en fait de ces choses, quand on risque de mourir, quand même. Au bout d'un certain temps - et sauf si Mugen insistait vraiment pour décoller la sangsue rouge avant qu'elle le fasse d'elle-même - Asch s'éloigna et reprit sa respiration, avant de passer sa main contre le visage de l'Alpha, qu'il regrettait vraiment de ne pouvoir voir autrement que par le toucher. Surtout dans un moment pareil.

"... Prend pas ça pour une autorisation de crever sans moi, surtout."

Il s'éloigna alors de quelque pas, et s'autorisa un dernier soupir inquiet, avant de se retourner vers les soldats qui certes étaient légèrement plus silencieux qu'avant. Hey... C'était pas le moment de se la couler douce ! ... Ahem.

"... Y a des troupes du troisième escadron dans ce bordel? On va avoir besoin de vous pour une fois alors bougez vous le fion... Cinq gars avec moi. Les autres: assurez vous de la protection de l'Alpha. Mourez à sa place si il le faut, mais ne laissez pas ces connards nous mettre encore plus dans le pétrin qu'ils l'ont déjà fait. Si les rebelles parviennent à nous priver d'un chef, ils prendront confiance en eux, et personne ici ne veut être témoin de ça."

Asch s'éloigna alors sans rien dire de plus, bientôt suivi par les gardes du corps qu'il avait réquisitionné. Il comptait bien monter à l'étage, où il serait certainement plus utile, pour ce qui était de faire état de la situation. On l'arrêta pour lui fournir un casque, nécessaire à la respiration dans les entrailles du bâtiment. Il prit l'appel de l'Omicron qui le recontacta à ce moment donné, et cessa donc d'essayer de mettre ce truc sur sa tête. Les nouvelles étaient plutôt bonnes.

"Parfait, ça devrait permettre d'éviter pas mal de pertes humaines... Si nos ennemis sont réellement des densetsu, il existe une chance non négligeable pour que le gros de leurs troupes soient constituées de droids, auquel cas on prendra un avantage décisif. Ca vous éviterait de nous faire exploser avec la prison..."

Un ricanement nerveux, puis il passa directement dans l'ascenseur. Beaucoup de soldats étaient déjà montés à l'étage. Asch mit son casque et partit avec l'un des groupes, n'en déplaise à Mugen, qui allait prendre au moins autant de risques que lui de toute façon.

La situation au niveau du porte-avion semblait plutôt calme... Trop calme en fait. En se rapprochant, les troupes de Mugen remarqueraient que des soldats étaient postés à l'entrée (béante) de l'immense vaisseau. Une vingtaine de soldats à couvert derrière la porte donnant accès à l'intérieur de la zone ennemie, dont seuls quatre ou cinq pouvaient tirer en même temps si ils souhaitaient restés protégés. Reste qu'ils avaient de la marge, et une certaine supériorité numérique et stratégique. Cependant les soldats gouvernementaux possédaient la magie, contrairement à eux, et pour ceux qui portaient des MAGTEK-suit. Une tourelle avait été installée par l'ennemi, au centre, afin de palier à cette différence: il serait difficile de s'approcher de l'entrée tant que ce dispositif mitrailleur n'aurait pas été détruit.

Asch arriva dans les entrailles, où tout semblait plutôt calme. On en entendait les bruits de combats qui étaient encore bien lointain, à croire que la bataille n'était pas à cet étage. Le groupe se précipita en direction du passage vers le niveau supérieur. Fort heureusement, des soldats du SPL étaient là pour les guider. Ils croisèrent quelques droids gouvermentaux, plutôt calmes, ainsi que pas mal de cadavres sur le chemin.

"... Ca se passe qu'il n'y a rien à signaler au niveau du rez-de-chaussée. On entend des combats, les bruits se rapprochent tandis qu'on arrive vers le Bloc 1. Les soldats me disent qu'on arrive au niveau du sas et qu'il y a pas mal de ferraille et de corps au sol.. et j'avoue que j'ai l'impression de marcher sur un océan de cadavres, c'est casse-gueule à souhait. Les droids cassés ne sont pas des MAGTEK ils doivent appartenir à l'ennemi... En attendant y a personne ici. On va continuer à avancer."

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: Shard. [PV ASCH, MUGEN]   Jeu 2 Aoû - 9:43

Le trajet n'avait pas semblé si long à Mugen les autres fois qu'il était venu. En même temps, la situation n'avait jamais été aussi urgente. Tellement urgente, que les Raizers en oubliaient ce pauvre Kengo – tu parles ! - et que Mugen cogitait dans le vent. Peut-être avait-il tort en ce qui concernait les traîtres de l'Opale : c'était même sûrement le cas, puisque le spécialiste de l'organisation densetsu au sein des Despranon, ce n'était pas lui. Mais ces réflexions s'étaient naturellement imposées à lui, et il ne voyait pas pourquoi il n'en aurait pas fait profité Asch. Peut-être que ça le mettrait sur la bonne piste. Enfin... Ils n'en étaient pas encore à l'étape de l'enquête tranquille derrière un bureau à lire de la paperasse. Il y avait encore pas mal de méchants à tuer à Epic Jail, où ils venaient à peine d'arriver. Des soldats vinrent vers eux une fois qu'ils se furent assurés de leur identité, et leur exposèrent la situation.

Mugen avait bien du mal à garder son calme : entre une épaule kaput et une magie qui ne servait à rien, il était vraiment mal barré. Et comme souvent dans ces moments-là, il perdait le peu de sang-froid qui le caractérisait. Il n'était pas devenu Despranon en étant gentil avec les gens, et c'était dans ce genre de situation qu'on s'en rendait douloureusement compte. Quoi qu'il en soit, il se concentra pour réfléchir le plus posément possible. Comment pouvait-il se battre en étant réellement aveugle, me direz-vous ? Eh bien il avait suivi un entraînement spécial à Shangyu, à l'arme blanche. Il avait longtemps été dans l'escadron de reconnaissance et de renseignements, et savait aussi être discret quand il le voulait. C'est pourquoi il choisit de prendre quelques soldats d'élite, qui le connaissaient bien, pour la plupart, et d'investir le porte-avions en furtif. Il était tout simplement hors de question d'y aller de front avec l'artillerie lourde alors qu'il n'y voyait rien. Même remarque pour Asch, qui allait quand même se battre, aussi sûr que Mugen voulait le protéger. Quand le rouquin laissa échapper un 'Mais !' de protestation, l'Alpha se surprit à sourire doucement. Asch était Despranon, comme Mugen ou Tarek. Il pouvait choisir quels ordres suivre.

« Fais comme tu le sens, mais va pas te faire tuer. »

Du reste, Mugen était réaliste : sur ce coup, il n'avait pas beaucoup de chances de s'en sortir vivant, ou même indemne. Il donna donc des indications, si jamais il devait se passer quelque chose de pire. C'était dans ces instants-là que l'Alpha était heureux de ne pas pouvoir distinguer les expressions faciales – ou du moins, de pouvoir faire semblant de ne pas savoir les interpréter. De toute façon, Asch était juste en dehors de son périmètre de vision... Parce que ce qu'il venait de dire, ce qu'il venait d'insinuer, cette petite pensée que ce jour puisse être son dernier n'allait sûrement pas faire sourire son amant. Il l'imaginait presque avec un air mi-paniqué mi-inquiet, avant de finir sur une note triste, un soupçon de chagrin tellement poignant qu'il suffisait à vous plonger dans le désespoir. Décidément, c'était plus facile de jouer les autruches en étant aveugle.

Mais la réaction d'Asch ne fut pas celle qu'il attendait. Il le choppa par la nuque – joli coup de bol, parce qu'il aurait tout aussi bien pu lui foutre une mandale – et l'embrassa dans une scène digne du meilleur film d'action ou de super héros du moment. On entendait presque les violons derrière... Pris au dépourvu, Mugen resta hébété un court instant, avant de répondre à ce baiser avec autant de passion qu'il le pouvait. Le reste ne comptait plus. Le décor avait disparu, et pas seulement dans son champ de vision ridiculement petit.

Mugen laissa le baiser se dérouler jusqu'à ce qu'Asch y mette fin, de longues secondes plus tard. Les soldats témoins de la scène s'étaient faits religieusement silencieux, sûrement abasourdis par une scène aussi soudaine que légèrement... Perturbante. Mais bien évidemment, l'Alpha n'en avait rien à secouer de ce qu'ils pouvaient penser. Il n'allait pas non plus s'en soucier alors qu'Asch lui faisait part de son inquiétude. Un léger sourire sans joie sur le visage, le brun répondit :

« Même remarque pour toi. Bonne chance. »

Les prochains ordres d'Asch auraient bien fait hausser un sourcil à Mugen : il voulait se la jouer ninja... Ca n'allait pas être pratique avec une tripotée de gardes du corps autour de lui. Mais il n'eut pas le coeur de contester les ordres de l'Omega. Du moins, pas devant lui. Il fit mine d'accepter les soldats qui venaient encore grossir les rangs de ceux qui allaient s'attaquer à ce porte-avions de malheur, mais une fois Asch parti vers l'étage, il les dispersa en équipes, n'en gardant que deux avec lui.

Des soldats lui apportèrent alors un assortiment de lames : pas mal de couteaux de lancer, et deux lames un peu plus longues. Rien de bien transcendant, mais Mugen avait fait du maniement des armes blanches son art. Il saurait se débrouiller. Il n'avait pas le choix de toute façon. Avant de se lancer à l'assaut, il contacta l'Omicron, dont il avait eu un message un peu plus tôt :

« Omicron, je vais devoir me passer de ma vision pour aujourd'hui, les MAGTEK-suit ne suffisent pas. Mais mes hommes pourront faire le boulot à ma place, je prends la tête de l'équipe qui s'occupe des machines. »

Mugen se tourna vers ses hommes une fois la transmission terminée, et les emmena vers le porte-avions. Au premier abord, tout semblait calme, mais l'Alpha se rendit bientôt compte qu'ils allaient avoir du mal à entrer s'ils ne débloquaient pas la situation. Des traîtres les attendaient, avec l'aide d'une bonne grosse tourelle comme on en voit souvent. Pas très subtil, mais efficace. Mugen divisa le groupe en deux, qui approcha le vaisseau par les côtés. Sur un signal de la main despranonesque, les soldats gouvernementaux attaquèrent la tourelle, avec leur magie s'il en avait une. Il n'en fallait pas beaucoup, s'ils avaient les bons éléments : de la flotte ou de l'électricité, et la tourelle n'allait pas tenir longtemps. Pour les non-mages et ceux qui n'avaient pas de magie adaptée, les balles finiraient bien par avoir raison de la mitrailleuse. En attendant que la voie soit libre, Mugen resta à couvert : il n'avait pas d'armes à feu, et heureusement car il n'était pas sûr de savoir viser en aveugle. Flanqué de ses deux gardes du corps, il attendait un signal de leur part qui lui signifierait que la tourelle était détruite, ou qu'il allait falloir trouver autre chose pour entrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarek Ngaresh
Ex-Despranon | Directeur de l'Agence
Ex-Despranon | Directeur de l'Agence
avatar

Messages : 238
Age : 26

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 160
Or Or: 1
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Shard. [PV ASCH, MUGEN]   Dim 2 Sep - 13:09

Dans l'espace, la situation était calme, mais tendue. Réussir à détecter un vaisseau spatial de moindre envergure sur une surface aussi vaste que l'espace Terre-Lune n'était pas évident. L'Omicron aurait sans peine pu demander une recherche des vaisseaux non identifiés circulant dans cette zone, mais les satellites gouvernementaux étaient surtout occupés à assister les bataillons dans l'espace et en prison, pour les analyses topographiques et surtout, les communications. Les Drones de Tarek faisaient ce boulot à leur place, malgré le temps supplémentaire que ça prendrait.

Il allait contacter son escadron pour leur demander de l'aide, quand les capteurs thermiques de ses drones détectèrent un ojet circulant à vitesse régulière non loin d'eux, en mode "furtif". Avant de lancer une offensive, qu'elle soit spatiale, navale ou aérienne, on doit toujours se procurer le plus de renseignements possibles sur son ennemi pour exploiter les faiblesses de leur armement. D'autant plus lors d'une embuscade, comme maintenant. Visiblement, si le gouvernement ne s'était pas rendu compte d'un vol de vaisseau, c'était tout à fait normal. Ils n'étaient pas immatriculés, et ne possédaient aucune des puces d'identifications que doivent normalement détenir chaque vaisseau de l'armada du gouvernement. Ou alors, elles avaient été volontairement désactivées, ce qui aux yeux de Tarek était quasiment impossible, puisqu'il fallait le matériel adéquat, qui n'était présent que dans les centres spécialisés des bases du cinquième escadron. Donc les vaisseaux avaient été sortis du cimetière, et certainement remontés avec d'autres pièces, obtenues sûrement au marché noir, pour qu'ils puissent voler. Cela ne les rendait pas moins efficaces, mais juste plus difficiles à reconnaître, puisqu'on avait cessé de produire ce genre de modèles depuis plus d'une dizaine d'années.

Un doute assaillit Tarek au moment où il allait lancer l'accélération pour commencer la mission, et il s'arrêta brutalement pour prendre contact avec l'Oméga. Si le porte-avion était du même acabit que ces vaisseaux là, alors premièrement, envoyer l'équipe de Mugen chercher du Palladium dans les salles des machines était une perte de temps, puisqu'il n'y en avait pas, et deuxièmement, les modules de sécurité imparfaits de l'époque et la farouche obsession du Gouvernement à ne pas délivrer leurs secrets à l'ennemi les avait poussé à construire ce genre de vaisseaux, mais équipés de modules d'auto-destruction non réversibles. Ainsi, une fois le bouton rouge enclenché, aucun moyen de l'arrêter, le système de neutralisation étant autonome.

"Raizer. Ici l'Omicron. Envoyez un des hommes de gardes au niveau du point d'atterrissage de nos vaisseaux voir l'appellation numérique du porte avion ennemi. Il devrait être inscrit sur la coque. Il est composé de deux lettres en majuscules, suivi de trois chiffres. Donnez-les moi le plus vite possible. L'Alpha court peut être un danger plus grand que ce qu'il n'imagine. Je vous recontacte dans quelques minutes, les vaisseaux volés par les Densetsus approchent. Terminé."


Il accéléra d'une brusque traction du levier de vitesse, signalant à ses hommes le début de l'opération. C'était assez compliqué de faire prisonnier autant de monde tout en évitant les blessés. Ils avaient du limite improviser, et n'avaient eu que l'ascension entre Terre et espace pour planifier les opérations. Il connaissait la nature des vaisseaux et donc chacun des points faibles -notamment leur grande vulnérabilité aux IEM-, mais ne savait absolument pas quelle était la nature de l'armement possédé à bord. Et pour éviter un carnage une fois les vaisseaux remorqués, la prudence serait une vertu plus qu'importante.

Sur ses écrans de contrôle principaux, il avait la disposition des troupes de la Black Star, et la progression des navettes Densetsu. Un schéma en trois dimensions affiché sur un autre écran lui donnait en temps réel la disposition des drones et des balises de capture IEM, afin qu'il puisse entraîner avec lui les prisonniers dans les filets. Théoriquement, une impulsion empêcherait aussi son vaisseau de naviguer, mais les Dröns étaient les seuls vaisseaux anti-IEM présents dans l'arsenal du gouvernement. Ils n'en restaient pas moins délicats à manoeuvrer et fragile, leur insensibilité venant aussi de l'absence totale d'armement dans l'appareil. Un autre écran lui indiquait un autre plan spatial, sur lequel s'étalaient de petits points lumineux, qui augmentaient en nombre de minutes en minutes. Zex 4 avait commencé sa mission. La pose des balises en était à peu près à 60% de sa progression totale, il lui faudrait encore quelques minutes pour finir. Cela laissait le temps à Tarek de terminer sa mission, et d'aller sur Epic Jail si le besoin s'en faisait ressentir. De toute façon, la Black Star s'occuperait de ramener les prisonniers sur terre sans dommages, ils étaient assez doués pour ça.

L'opération se déroula sans encombre. Le problème pour les Densetsu était très clair et facilement exploitable. Ayant récupéré ou remonté de vieux vaisseaux pour permettre de partir pour Epic Jail, ils étaient loin de disposer de la puissance et de la rapidité nécessaire pour faire face à un commando d'élite du cinquième Escadron. Appeler la Black Star était une précaution prise par Tarek pour éviter de se retrouver en difficulté, mais finalement, tout se passa comme dans du beurre. Hydrogën, Oxygën et Carbön se jetèrent surr leurs ennemis dès qu'ils les eurent en visuel, les mitraillant de tirs dissuasifs pour les obliger à prendre la direction du filet IEM. Un des vaisseaux ennemi fut gravement endommagé par les tirs de la Black Star. Tarek envoya ses drones les retenirs prisonniers en les entourant de câble d'acier, puis les envoya directement dans les pièges à impulsion pour finir de les neutraliser. Restait encore trois vaisseaux. Tarek pensait que ça serait plus difficile que ça, mais voulant porter secours à leurs alliés, ils se jetèrent tout droit dans l'immense surface piégée, se neutralisant d'eux mêmes.

"Vous autres, remorquez les vaisseaux capturés jusqu'à Talium, et accomapagnez-le sur terre. Dès que les vaisseaux seront dans les soutes, soudez chaque interstice et ne laissez que les aérations comme ouverture. Vous verrouillerez la salle et renforcerez la sécurité et le blindage des parois. Recontactez moi quand vous serez à bord de l'Anthriss."


Il reçut la confirmation de ses hommes, et juste après, il reçut quelques messages simultanés, tous d'égale importance. Premièrement, Zex 4 avait fini par poser toutes les balises, et était retourné en stand-by sur la station orbitale. Avec un parfait timing, les deux pirates du sixième escadron avait réécrit entièrement le prrogramme comportemental de Droid, et étaient prêts à l'insérer dans le core de chacun d'eux. Tarek vérifia deux fois chaque message informatif, puis rappela l'Oméga.

"Raizer, les Droid ne vont pas tarder à être réécrit, vous allez pouvoir bénéficier d'une assistance non-négligeable. Quant à moi, je vais débarquer sur Epic Jail pour porter assistance aux techniciens et pour aider à la préparation des vaisseaux. Si vous avez besoin d'autre chose, dites-le moi, je suis toujours en constante liaison avec le Quartier Général de mon Escadron au Panthéon. A tout de suite."

Joignant le geste à la parole, il prit la direction de la prison, poussant au maximum les moteurs nucléaires de son Drön.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 849

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Shard. [PV ASCH, MUGEN]   Mar 11 Sep - 12:34

Aussi suicidaire qu'il ait pût être fut un temps, Asch n'avait aucune envie de crever aujourd'hui, sur la lune, et dans une explosion radioactive provoquée par son propre camp. Nan ras le bol d'avoir la loose et de se faire détruire la tronche par ceux qui étaient censés être les siens... Et surtout, merde quoi, il voulait tirer cette affaire au clair de son vivant, même si il avait de gros doutes quand à l'issue de l'offensive actuelle... Une heure pour débarrasser un bâtiment comme Epic Jail d'une nuée de connards mécanisés, c'était quand même pas beaucoup. Mais pas une raison pour oublier les précautions nécessaires à son tout nouveau rang, et à justifier le fait qu'on embauche des trouffions pour sacrifier leur cul à la place des six paires de fesses despranoniques. Il n'eut donc aucun mal à hôcher positivement de la tête pour répondre au "va pas te faire tuer" de Mugen parce que dans la mesure du possible, il allait faire en sorte que ça n'arrive pas. Malgré sa cécité il savait qu'il serait plus utile en haut qu'en bas, ne serait-ce que pour transmettre aux autres les informations sur la situation à l'étage. Il faisait confiance aux hommes qu'il avait sous son commandement et à la formation qu'ils avaient reçu du temps du commandant Sunadokei, pour lui éviter de se faire plomber avant d'avoir pu dire "ouf".

Comme il avait une mauvaise impression, Asch marqua tout de même le coup avant de partir, et donna un spectacle inattendu aux soldats les entourant. Pas très professionnel tout ça, mais le rouquin s'en foutait. Ca allait lui donner du courage par la suite: si l'un l'autre ou les deux devait crever aujourd'hui, on pourrait pas dire qu'ils se seraient pas dit au revoir correctement. Enfin un léger sourire déforma le visage du deuxième aveugle gouvernemental.

"T'inquiète ça fait un moment que j'ai arrêté d'essayer de crever... Bonne chance à toi aussi."

Asch partit donc avec son groupe de soldats du troisième pour visiter les entrailles d'Epic Jail, tandis qu'il affectait les autres à la sécurité du despranon alpha. Un ordre logique dans une situation où les fantassins risquaient de très peu faire le poids, mais l'Alpha avait d'autres plans. Les protecteurs gouvernementaux hésitèrent avant d'accepter la répartition en équipes proposée par leur supérieur, qui allait à l'encontre de leur mission première, mais qu'ils n'auraient jamais osé critiquer. Les deux derniers gardes du corps à rester près de Mugen semblaient nerveux. Néanmoins ils restèrent à ses côtés et ne bronchèrent pas tandis qu'une opération était lancée pour détruire la tourelle qui bouchait l'entrée. Les mages commencèrent à la bombarder d'eau et d'électricité mais n'eurent l'occasion d'agir que très peu de temps, malgré que cela suffit à fragiliser l'engin de guerre, qui n'avait pas été conçu pour être waterproof. Des points noirs émergèrent de la pénombre sous la grand porte du bâtiment naval, et s'avérèrent bientôt être des drones, qui larguèrent... rien d'explosif ni de léthal en fait. Quelques cliquetis résonnèrent sur le sol à trois endroits différents, avant que ne se soulève une large vague... D'absence de magie. Les drones avaient largués des artefacts activés sur le sol, et n'attendirent pas l'effet de surprise avant de commencer à bombarder les assiégeants à la mitrailleuse.

Dans les navettes interceptées par les soldats de l'Omicron, aucun Shoryû n'était présent. Juste quelques prisonniers densetsu de moindre envergure (quoique dangereux) dont l'absence ce serait très certainement moins remarquée. Ca sentait le roussi.

Asch évoluait encore dans les couloirs sombres - mais ça il s'en fichait - du rez-de-chaussée de la prison. Arrivé au sas d'accès au premier bloc il dû demander de l'aide à ses hommes pour réussir à ne pas se casser la gueule: une armada de drones et de robots cassés en tout genre formait des monticules de métal au niveau du passage, étroit.

"... C'est quoi ce merdier? C'est pas à nous cette ferraille si? Qu'est-ce qu'ils foutraient là?"

"... Ces robots ne ressemblent pas à des constructions gouvernementales. On dirait qu'ils étaient attendus au niveau du sas, mais qu'ils ont tout de même tenté de forcer le passage... Je crois que j'entends des explosions à l'étage."

Asch grogna mais n'eut pas le temps de répondre: On était en train de l'appeler. Il se retrouva avec l'Omicron au bout du fil, et l'écouta patiemment. Il n'était pas excessivement pressé de foncer dans la gueule du loup en fait. Il fit de son mieux pour ne pas s'inquiéter pour Mugen malgré les propos alarmants de son interlocuteur. D'ailleurs il ne demanda même pas quel type de danger l'alpha risquait exactement: ça ne lui servirait à rien de le savoir, si ce n'est à perturber un esprit dont il avait besoin au maximum de ses capacités.

"Je vous fait ça tout de suite... De notre côté on est au niveau du sas d'accès au premier bloc. Y a des droids cassés partout. A priori ils se seraient servis de ces unités mécanisées pour entrer en force malgré l'étroitesse du passage. Ca signifie sans doute que les soldats postés dans la prison étaient au courant de l'infiltration avant même que l'ennemi parvienne à y entrer vraiment. C'est une bonne nouvelle: leurs pertes ne doivent pas avoir été négligeables, même si ça se bat encore là haut."

Il raccrocha et ordonna à l'un de ses gardes de contacter un de ses collègues pour lui donner ses ordres: approcher l'arrière du porte-avion et vérifier son immatriculation. Il allait sans doute falloir faire preuve de courage et de discrétion pour l'atteindre en vie. Et tout ça pour remarquer que l'immatriculation du vaisseau ne correspondait à aucun standard gouvernemental... Il s'agissait d'un vaisseau privé muni d'un code pourvu... d'uniquement trois chiffres et une lettre. Et aucunement de matériel de récupération. Ce qui pouvait peut-être expliquer pourquoi la plupart des navettes avaient été faciles à récupérer, tandis que l'une avait totalement disparu de la circulation...

Asch et ses hommes avaient grimpé les escaliers. Le couloir dans lequel ils arrivèrent fumait. Des coups de feux résonnaient encore. Asch se pressa de se mettre à couvert, aidé par ses troupes qui pour le coup avaient VRAIMENT sa vie entre leurs mains. Outre le fait que ça pétait de partout, une pause était nécessaire: Asch venait de se prendre une sacré claque magique, ou bien non-magique, dans la tête. Il y avait de l'énergie nihiliste dans le coin ou bien il ne s'y connaissait pas... Et l'absence de magie le rendait suffisamment malade pour qu'il sâche que c'était bien le cas. Il cessa brièvement de respirer, avant de hoqueter. Sa tête tournait. Il se sentait subitement glacé et brulant à la fois. Malgré qu'il fut en train de vaciller il trouva la force de prendre un nouvel appel. De bonnes nouvelles, pour changer... Et l'arrivée de l'Omicron en renfort par dessus le marché. Asch ne put s'empêcher de tourner la situation en dérision:

"Vous venez vous faire exploser la tronche avec nous? Trop gentil... Parfait pour les droids, surtout que je crois qu'ils en ont pas mal. Enfin si on en croit la quantité de métal à l'entrée. Ca va aussi désactiver les drones qui canardent les hangars? Le soldat que j'ai envoyé faire ce que vous voulez m'a rapporté que ça pétait sec. Sinon on a un problème: le vaisseau n'a pas une immatriculation normale: juste trois chiffres et une lettre, et c'est pas parce que le reste est effacé. Il est aussi tombé sur un brouilleur radio désactivé à l'arrière, qu'il a détruit... Si ils en ont encore et qu'ils les mettent en route, on va être dans la merde. Sinon j'ai pas besoin de grand chose, sauf si vous êtes capables de désactiver de foutus artefacts anti-magie à distance... le jus surnaturel passe plus ici."

Asch décida d'attendre que les droids ennemis soient sous leurs ordres avant d'avancer. En attendant, il contacta Mugen pour lui répéter ce qu'il avait appris. Même si le soldat - qui devait avoir retrouvé son poste initial - avait déjà peutt-être fait son rapport à ce dernier.

"Mugen? Tiens bon les droids ennemis seront bientôt sous notre contrôle. Ils ont des brouilleurs radio alors ouvrez l'oeil - façon de parler. Il faut les exploser prioritairement."

... Le boucan en haut perdit sa régularité. Les coups de feu cessèrent... Puis de nouveau cris - surpris et effrayés - retentirent. Asch crut comprendre que le moment était venu, et sorti prudemment de son couvert, malgré tout couvert par ses hommes.

"On y va les gars... Faut qu'on apprenne ce qu'il s'est passé ici avant qu'on arrive."

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarek Ngaresh
Ex-Despranon | Directeur de l'Agence
Ex-Despranon | Directeur de l'Agence
avatar

Messages : 238
Age : 26

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 160
Or Or: 1
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Shard. [PV ASCH, MUGEN]   Dim 18 Nov - 9:20

L'Omicron ne perdit pas de temps. Dès qu'il rompit le contact avec Asch il prit la direction d'Epic Jail aussi vite que son vaisseau le lui permettait. Le fait que le bâtiment ennemi ne réponde à aucun critère d'identification gouvernemental était encore plus inquiétant qu'un vaisseau volé, en fait. Ca voulait dire que l'ennemi disposait de moyens colossaux. Et stratégiquement parlant, ce vaisseau ne pourrait être récupéré par le Gouvernement. Il s'auto-détruirait, c'était certain. Tarek gambergeait à plein régime sans cesser de piloter, tout en récoltant les renseignements en provenance du quartier général du Panthéon. Il reçut pile au bon moment un rapport signifiant que les Droids ennemis avaient enfin été réécrits, et que les Droids qui n'étaient pas encore là avaient été activés et reprogrammés eux aussi pour porter tant assistance aux blessés qu'un soutien armé et défensifs aux hommes qui investissaient la prison. Tarek soupira d'agacement, perturbé dans ses réflexions, et jeta un oeil à ses écrans de contrôle avant de répondre :

"Dirigez-moi tout ce beau monde vers le premier étage, ils devraient y croiser l'Oméga Despranòn. Et plus vite que ça. Je vais pas tarder à atterrir, mais je ne rejoins pas les hommes de Raizer. Faut que je prépare le décollage et la récupération des blessés, et je dois inspecter ce satané vaisseau. J'ai un sale pressentiment, et j'ai aussi la certitude qu'ils nous laisseront pas le récupérer entier. Le seul souci c'est que l'Alpha est dedans."

Concrètement, il pouvait pas trop se permettre de dire que l'Alpha, il s'en foutait. Mais il était loin de vouloir se mettre en danger. Donc, quoi qu'il arrive, il devait donner le maximum pour essayer de sauver Shôryû, peu importe le danger. Il reprit sa radio, et contacta Raizer.

"Oméga, c'est bon, les droids sont actifs, et je viens de donner l'ordre de les ramener vers vous. Une partie des troupes mécaniques se chargeront de récupérer les blesser, de les défendre s'il y a feu ennemi, et de les rapatrier dans les navettes de secours. Le chasseur lourd d'un de mes hommes sera aussi présent, ses équipements sont plus sophistiqués que les vaisseaux standard. Soyez patients, et si vous croisez un méca, ne lui tirez pas dessus, on m'a confirmé qu'ils étaient tous reprogrammés. D'ailleurs, les coups de feu devraient diminuer en intensité. Quant à moi je viens pas avec vous, dès que j'ai fini l'organisation du départ, je vais chercher Shôryû. Quel que soit l'ennemi, ils ne laisseront pas le Gouvernement avoir le bâtiment principal. Ce qui veut dire... bref, vous avez compris, ça urge. Terminé."

Connaissant la relation particulière entre l'Alpha et l'Oméga, il savait que ce qu'il venait de dire allait pas du tout plaire à Raizer. Mais d'un côté sauf si ça servait ses intérêts, Tarek ne dissimulait pas les faits, encore moins lors d'une mission aussi cruciale que celle-ci.
Quelques minutes après son appel, il atterit sur les pontons d'atterrissage où étaient déjà parqués un sacré nombre de vaisseaux, y compris le mystérieux bâtiment ennemi. D'un coup oeil, Tarek jaugea l'appareil. Transporteur - Croiseur à première vue, fonction première : transporter des vaisseaux et un équipage massif, et fonction secondaire : empêcher un feu ennemi en cas de retraite avec une artillerie puissante. Un module d'auto-destruction était toujours prévu, et même sans ça, il suffisait qu'une petite bombe artisanale ou même une simple grenade ait été posée près des stocks de munitions pour réduire le vaisseaux en copeaux. Il se posa rapidement à l'arrache de chez arrache, et se dirigea vers les équipes de techniciens qui attendaient le retour des opérations. Après des formalités bâclées, Tarek prit immédiatement le commandement des opérations. Il y avait trois équipes de maintenance en tout, chacune composée d'une dizaine d'hommes.

"Equipe un, trois hommes en couvertures à l'entrée des baies d'amarrages. Si quelqu'un se pointe hors gouvernement, tirez à vue. Si c'est un gouvernemental, signalez le au reste de l'équipe. Les mécas ont été reprogrammés pour vous livrer les blessés. Equipe deux, vous serez chargés de faire rentrer les hommes dans les vaisseaux et de programmer les machines de sauvetage rapide pour leur fournir les premiers secours. Les systèmes de survie internes aux vaisseaux devraient suffire même pour les blessés graves. Ensuite, équipe trois, dépêchez-vous de faire chauffer les moteurs. Il faut qu'on décolle sitôt que le dernier soldat sera rapatrié. Quant au reste de l'équipe un, je vous charge de coordonner toutes les opérations. J'exige une efficacité et une rapidité maximale. Je pars pour inspecter le bâtiment ennemi, j'ai un mauvais pressentiment. Oh, activez aussi les boucliers des vaisseaux, si le porte avion explose, il va vous souffler."

Quand les ordres furent intégrés et validés, Tarek partit d'un pas vif vers le bâtiment. Non vraiment, un truc clochait. La moindre des choses, que l'on soit rebelle ou non, quand on laisse un vaisseau comme ça, c'est de montrer un minimum de signe de vie et de le défendre. Or, visiblement, Shôryû n'avait pas rencontré de résistance majeure. Un vaisseau vide, ou presque, ça sentait toujours le roussi. Au sens littéral. Sans compter l'absence totale de rapport de l'Alpha. Autrement dit, les brouilleurs avaient sûrement été activés ce qui était encore plus mauvais signe. Ca sentait le piège à plein nez. Et dans sa grande subtilité, l'Alpha avait eu l'intelligence de ne partir qu'avec quelques hommes, et n'était pas revenu en voyant l'absence signe de vie. Bien joué.

Il entra dans le bâtiment, et posa sa main sur une cloison. Les catalites de sa combinaison l'empêchaient d'utiliser ne serait-ce qu'un dixième du potentiel de sa magie, mais il n'était pas non plus dépourvu de moyens. En posant sa main sur de l'ombre, il pouvait ressentir -brièvement et de manière très succincte- le flux magique parcourant une personne si celle-ci avait une ombre mouvante circulant près de l'ombre de ce qu'il touchait. Et effectivement, il ressentit l'ombre de l'Alpha, mais là encore, un mauvais pressentiment l'étreignit. Son ombre bougeait, mais ne se déplaçait pas. Il partit comme une balle vers les ponts inférieurs, la salle des machines étant sa destination. L'architecture du vaisseau était très similaire à un vaisseau gouvernemental. Sauf que c'en était pas un. Et que plus il se rapprochait de sa cible, plus il faisait chaud. Sans compter le crépitement de mauvaise augure qui résonnait depuis quelques secondes de façon très claire. Et la raison de tout ceci lui apparut avant même qu'il n'entre dans la salle. Une lueur aveuglante -celles de flammes en pleine expansion-, l'odeur de chair brûlée, et ô désastre, l'Alpha inconscient à quelques pas de là, entouré de quelques rares cadavres. Dois-je préciser à quel point un incendie dans une salle des machines bourrée de réacteurs nucléaires est dangereuse ?

Tout en se dirigeant vers l'Alpha - inconscient mais heureusement, en vie - il essaya d'évaluer la situation actuelle et passée. Trois de ces cadavres n'étaient pas soldats. Et ils étaient probablement les seuls qui étaient restés sur le vaisseau. Une plaie béante perçait la combinaison de l'Alpha au niveau de l'épaule. Du sang baignait le tissu jusqu'au niveau de son torse, ce qui était déjà nettement plus mauvais signe. La perte de sang, au minimum, avait du le faire sombrer dans l'inconscience. Ca et le manque cruel d'oxygène dans la salle. Quant aux soldats qui l'accompagnaient, leurs casques étaient percés eux aussi, donc ils avaient pris une balle en pleine tête. Quelques personnes de moins à sauver. Il ne perdit pas de temps, considérant l'étendue des dégâts et l'évolution de l'incendie, et mit l'Alpha sur son épaule -non sans difficulté, le jeunot pesait son poids-, et partit aussi vite qu'il le pouvait vers la sortie du vaisseau, deux ponts plus haut. Il entendait déjà le sifflement des conduites qui commençaient à éclater -et à attiser le feu par la même occasion- et la chaleur se propager rapidement. Il réussit à sortir du vaisseau à temps, mais pile à ce moment, l'arrière fut pulvérisé par une violente explosion. Tarek réussit à les mettre partiellement à l'abri grâce à sa magie, qui consomma immédiatement la totalité des catalites présentes dans la combinaison. Génial.

Et encore... le pire restait à constater. Des éclats de coque les touchèrent. Tarek fut blessé au flanc et à l'épaule. Un éclat frôla le visage de l'Alpha et y traça un long sillon. Aucune réaction. Il devait vraiment être en sale état pour que cela ne le réveille pas un minimum. Stoïque, Tarek ramena en vitesse l'Alpha jusqu'aux navettes d'évacuation. Seulement alors, il remarqua que le sang à l'avant de sa combinaison ne provenait pas de son épaule blessée. Malheureusement et ainsi qu'il l'avait craint, une balle de calibre important avait perforé l'un des poumons du despranon. Les soldats avaient tous la même tête en voyant l'état de Mugen : dépités. Ils ne se faisaient pas d'illusion: ils était trop tard. Le temps de rapatrier l'Alpha sur Terre, ce dernier serait déjà mort avant d'avoir la moindre chance d'obtenir des secours décents. Sachant qu'il devait déjà l'être déjà à moitié, mort. Au minimum. Malgré tout les soldats assignés au premiers secours se précipitèrent vers leur supérieur blessé. Il suffisait de les regarder pour voir qu'ils n'y croyaient déjà plus.

"Etat d'urgence, dépêchez-vous de revenir. Le bâtiment ennemi ne va pas tarder à être complètement détruit. Une explosion a secoué la salle des machines, mais les réacteurs thermo-nucléaires n'ont pas encore cédé. Ceci dit c'est une question de temps. Autre fait important : On a perdu l'Alpha Despranòn. Une balle a touché l'un de ses poumons. Il faut se dépêcher de rentrer, je répète : état d'urgence déclaré. Omicron Terminé."

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 849

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Shard. [PV ASCH, MUGEN]   Dim 25 Nov - 22:32

Une fois le contact rompu avec l'Omicron, Asch fronça les sourcils - un peu involontairement en fait - et tenta de se concentrer. Il n'y voyait que dalle, comme on le savait. Les oreilles à proximité d'un champ de bataille c'est cool, mais c'est relativement loin de suffire. Il allait avoir besoin de l'aide des soldats qui l'entouraient, et pas juste pour assurer sa sécurité. Au moins il avait réussi à passer la montagne de cadavres métalliques sans se prendre les pieds dedans et s'éclater par terre à nouveau. En soi, c'était déjà une victoire. Il passa le sas qui séparait l'extérieur de la prison de l'intérieur de cette dernière. Ca lui rappelait des souvenirs, tiens... C'était la seconde fois qu'il venait ici. La première fois il était prisonnier et on l'avait trimballé jusque dans sa cellule sans grande délicatesse. Cette fois-ci il avait droit à des gardes VIP, et pourtant cette visite n'était pas plus agréable que la première. Décidément cette foutue prison et lui faisaient mauvais ménage... Il était loin de savoir à quel point exactement, d'ailleurs.

En attendant il espérait qu'aucune fissure n'était apparue dans les murs qui séparaient l'intérieur de la prison de ses entrailles. Ces dernières étaient blindées de gaz mortel, et on aurait pas aimé que ce dernier se répande dans les zones habitables. Ca aurait été une véritable hécatombe. Dans le doute évidemment Asch n'enleva pas son casque. De toute façon vu les fusillades dont on entendait encore les échos depuis le bas de l'escalier, mieux valait se protéger autant que possible. Même si ça n'allait certainement pas le protéger d'une éventuelle balle en pleine tête. Il voulut faire signe à ses hommes de monter, mais comme il ne se rappelait plus exactement de la configuration des escaliers, il fut obligé de s'exprimer à l'oral.

"On monte là haut. Envoyez deux éclaireurs en premier, qu'ils nous disent ce qu'ils voient. Ensuite, on avise."

Deux hommes prirent les devants tandis que les autres avançaient avec prudence. IL ne fallut que très peu de temps avant qu'Asch reçoive un appel.

".. Bonnes nouvelles par ici. Vous pouvez monter il n'y a pas de danger à ce niveau. On maîtrise la situation. Le SPL est en train de finir de les mater. Il leur reste surtout des droids... Je crois qu'il y a pas mal de casse de notre côté aussi. Des soldats nous font signe de les rejoindre."

Asch ferma la communication avant la fin de l'appel: lui et ses hommes avaient rejoint les deux soldats envoyés en pâture, si bien qu'il n'avait plus besoin de recourir à la technologie pour communiquer.

"Couvrez moi on y va. Vous êtes sûr que c'est nos soldats..?"

"Ils ont des MAGTEK-suit et ils viennent d'éliminer un groupuscule ennemi."

"Hmm... Restez prudents quand même on sait jamais."

Ils s'étaient fait suffisamment avoir dans la journée... Ca aurait été bien qu'ils arrêtent de se faire rouler dans la farine comme des bleus. Du coup, Asch devenait un peu parano. Mais peut-être auraient-ils pu éviter pas mal de casse si chacun d'entre eux s'était montré un peu plus parano avant. Asch reçut un appel de l'Omicron, si bien qu'il indiqua d'un geste à ses hommes de cesser d'avancer. Les nouvelles étaient plutôt bonnes. Les droids venaient d'être reprogrammés, sachant que même avant ça le SPL avait déjà l'avantage. Ils allaient achever ces connards dans les quelques minutes à venir, c'était certain. Moins bonne nouvelle: Mugen s'était mis en danger en entrant dans le pavillon ennemi principal. Ca risquait de péter à tout moment, à en croire ce que Tarek lui disait sans vraiment l'exprimer clairement. Asch prit l'information telle qu'elle, eut un instant de stress, pusi la jeta tout au fond de son esprit avant d'avoir eu le temps de l'analyser. Il refusait de penser à ça maintenant: il avait besoin de toutes ses capacités intellectuelles pour gérer la situation.

"... Parfait. On devrait bientôt avoir fini de réguler la situation là-haut. Le SPL a neutralisé quasiment tous nos ennemis et la grande majorité d'entre eux n'étaient pas humains. On va les prévenir d'arrêter de les canarder. Je vous recontacte dès qu'on a sécurisé l'étage. Et... Bref. Faites ce que vous pouvez."

Asch coupa la communication avec la ferme intention de ne pas penser plus longtemps que ça à la situation en bas. Ils arrivèrent bientôt au niveau des hommes qui leur avaient fait signe, et qui semblaient maintenir un siège. Effectivement, les coups de feu avaient déjà diminué en fréquence et en intensité.

"Ca fait plaisir de vous voir... Quoiqu'on aurait fini par les dégommer. Les derniers ennemis humains se sont repliés dans cette pièce. On allait y envoyer des droids pour les achever, mais la plupart de nos unités encore en état de fonctionner sont à l'autre bout du complexe, elles ne seront pas là avant plusieurs dizaines de minutes."

"C'est vraiment les derniers ennemis? Il n'y a plus personne à l'étage?"

"Seule une petite équipe à réussi à infiltrer le deuxième étage et ils en sont déjà ressortis, depuis on a sécurisé l'ascenseur et fouillé l'étage. Vous pouvez être sûr qu'il est nettoyé."

Asch toucha le mur à sa gauche, et tenta de faire fonctionner ses neurones.

"... Ils sont là derrière?"

"Oui ils sont tous rentrés ici. Ils sont coincés mais on dirait qu'ils espèrent encore s'en sortir..."

"Vous en avez capturé quelques uns vivants?"

"Oui monsieur. Ils sont actuellement sous étroite surveillance au deuxième étage."

"... Parfait."

Asch recontacta Tarek sans attendre.

"... Omicron, je vais sans doute avoir besoin de ces fameux droids volants qui vous emmerdaient tout à l'heure... Si ils ont un système de guidage thermographique j'aurais besoin qu'ils cherchent la pièce la plus chaude du premier étage et qu'ils y massacrent tout ce qui présente encore des signes de vie. Je commence à en avoir marre de cette foutue prison..."

Asch attendit d'avoir confirmation, puis il posa les mains sur les murs indiqués.

"... Mettez vous en position et abattez tout ce qui sort de cette pièce... Si quelque chose sort."

... Il commença alors à faire quelque chose qu'il n'aurait jamais imaginé faire volontairement. Mais voilà... L'urgence de la situation était telle que ça ne lui paraissait d'un coup être l'idée du siècle. Ses flux se déroulèrent au travers du mur, invisibles, puis gagnèrent l'intérieur d'une pièce. C'était étrange... Chaque fois qu'un flux frôlait une surface, Asch avait une légère sensation au bout des doigts... Comme la caresse d'une plume, qui lui indiquait la géométrie des lieux. Il passa à travers une surface solide qui, lorsqu'il la balaya, lui sembla faire la hauteur d'un homme. Du mouvement se fit entendre à côté. Le type qu'il avait touché avait dû sentir la chaleur de ses flux, qui faisaient quand même 40°C même lorsqu'il ne les gorgeait pas de magie. Asch serra les dents.

Il s'aida de ses mains pour réussir à visualiser le mouvement des flux... L'un qui entourait l'autre d'une spirale hermétique et contenait son énergie, puis le second, la source, dans laquelle il insuffla suffisamment de puissance pour littéralement vider sa catalite.

La seconde d'avant il n'y avait rien. Celle d'après, une explosion tonitruante retentissait. Le type sur lequel il avait posé sa bombe thermique avait sans doute volé en morceaux. D'autres devaient avoir été blessés. Tous les vivants hurlaient de terreur... Ce qui était sûr c'est que Asch avait foutu le feu à la pièce à côté. Une torche vivante émergea de la porte en gigotant, et fut abattue sans attendre par les SPL posté à la sortie. Les droids volants étaient en chemin. Asch se releva, éreinté par le vide soudain qui avait remplacé la chaleur de ses flux. Sa combinaison était vidée... Et il n'allait pas rester endurant longtemps dans ces conditions. Nouvel appel de Tarek. Asch eut du mal à intégrer ce qu'il était en train de lui raconter. Ca pétaradait de tous les bouts en bas. Ils avaient perdu Mugen. Pas une seconde dans son esprit cette information ne prit la tournure qu'elle aurait dû, un peu comme si il se protégeait inconsciemment, et refusait d'envisager qu'il était possible que les choses se soient mal passées pour son conjoint. Une balle au niveau des poumons. Et merde. Ca allait encore être folklo pour l'emmener à l'hôpital. Il ne paniqua pas, un peu comme si il était imperméable à la situation, et effectivement il se sentait un peu à l'ouest, incapable d'assimiler l'information. Il se contenta de se détourner de la fin du combat, en sifflant entre ses dents.

"Eh merde... Dans quoi tu t'es encore foutu..."

Il partagea ses informations avec le SPL avant de leur laisser la situation en main et de redescendre dans les hangars, non sans leur avoir ordonné de transférer leur prisonniers au Panthéon dès qu'ils le pourraient. Il allaient sans doute aller se réfugier dans le satellite de contrôle de la station.

Lorsqu'il arriva en bas, même si il ne pouvait rien voir, tout le monde lui semblait un peu agité. On le guida jusqu'à l'Omicron, et jusqu'à la carcasse mal en point de Mugen. On l'informa du fait qu'il n'allait pas survivre au voyage, voire qu'il serait mort dans les minutes à venir, et qu'il était temps qu'il lui dise adieu. Asch n'entendit rien de tout ça. Les mots glissèrent sur lui comme l'eau sur le plumage d'un canard.

"Qu'est-ce que vous attendez bordel?? Pourquoi est-ce que vous l'avez toujours pas envoyé sur Terre? Affrétez d'urgence une foutue navette et envoyez le moi à l'hôpital bande de boulets!"

... Il râlait comme si il était blasé plutôt que choqué, horrifié, ou attristé... Et il n'était même pas en train de faire semblant. L'information n'avait pas encore atteint sa compréhension. Son subconscient refusait à son conscient d'intégrer la réalité des événements.

Malgré l'inutilité de la chose on fit ce que Asch demandait. Une navette de secours décolla en premier avec l'Alpha à son bord, direction l'hôpital. Les autres ne tardèrent pas à suivre. Le contrôle de la prison avait été récupéré - malgré quelques explosions à venir, plutôt malvenues - mais à quel prix?

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarek Ngaresh
Ex-Despranon | Directeur de l'Agence
Ex-Despranon | Directeur de l'Agence
avatar

Messages : 238
Age : 26

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 160
Or Or: 1
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Shard. [PV ASCH, MUGEN]   Lun 26 Nov - 11:10

Exactement la réaction que redoutait Tarek. Le déni. Mugen était très certainement déjà mort, et de toute façon, vu le calibre qui avait perforé sa combi, aucune chance qu'il s'en sorte. C'était un coup dur pour tout le monde, mais les faits étaient là. Les ignorer ne servaient à rien. Plus vieux que l'Oméga, avec plus d'expérience, l'Omicron savait que ce qui faisait l'étoffe d'un dirigeant, d'un meneur, c'était sa capacité à voir la réalité des faits et à agir en fonction quoi qu'il arrive. Là, Raizer agissait comme un amant meurtri. Et cela lui inspirait un dégoût profond et indicible. Il soupira, laissant l'Oméga à son désespoir, et se retourna vers les hommes, qui n'arrivaient pas vraiment à s'en remettre non plus, comme si.... c'était impossible. C'est vrai qu'on n'imagine pas qu'un Despranon puisse mourir en mission. Certes, ils sortent rarement, mais sont le fer de lance du Gouvernement, son corps d'élite, et le symbole de son invincibilité séculaire. Mais pourtant, ils sont humains. Et quand un humain prend une balle de la taille de deux doigts dans le poumon sur la Lune, il y reste, un point c'est tout.

"Au garde à vous immédiat, soldats. Avoir perdu l'Alpha ne signifie pas que nous devons pour autant baisser notre garde ou arrêter de travailler. Je veux que vous restiez sur le pied de guerre. L'Oméga et moi-même allons rentrer, pour accompagner l'Alpha à l'hôpital, et lui faire nos adieux. Quant à vous, restez ici pendant quelques jours pour sécuriser la prison dans sa totalité. Nous enverrons rapidement des renforts, par sécurité, et nous désactiverons les Droids pendant quelques jours, d'ici demain, pour éviter une nouvelle attaque informatique. En attendant faites fonctionner vos muscles. Evacuez les morts et les blessés. Le Cinquième Escadron va tracer un chemin de rapatriement d'urgence pour les cas les plus préoccupants. Emballez les morts et mettez les dans un coin. Pour le reste, attelez-vous à la reconstruction le temps que les ingénieurs et ouvriers du Deuxième Escadron arrivent. Je compte sur vous. Vous avez tous fait un excellent travail, soldats, mais même si le plus dur est passé, il faut éviter une récidive. Scellez le hangar d'arrivée des ennemis, il faut éviter une propagation des radiations. Nous nous occuperons de le remorquer plus tard. Rompez."

Stoïque, froid, direct et pragmatique. Du Tarek tout craché. S'il avait pu sauver l'Alpha il l'aurait fait. Mais il n'a pas pu, alors au lieu de se lamenter sur son sort, il s'axait sur les tâches importantes qu'il restait à accomplir. C'est à dire beaucoup. Pour lui aussi c'était un coup dur. Après tout, il s'était pas trop mal démerdé avec Mugen, et il comptait sur sa présence lors de son arrestation pour calmer les choses. S'il n'était plus là... Il allait revoir un peu ses plans. Quoi qu'il aurait tout le loisir d'y penser plus tard. Il courut jusqu'à son chasseur pour y prendre sa radio, et se dépêcha de contacter le quartier général.

"Amiraux, Capitaines, veuillez replier l'Anthriss et l'Avax. Alerte niveau minimal, la mission est un succès. Préparez d'emblée une ambulance et un service de sécurité. L'Alpha Despranòn est mort durant l'opération, son corps est déjà parti en rapatriement. L'Oméga refuse de l'admettre, n'essayez pas de le convaincre, il est dans le plus total des déni. Merci de votre aide. Désactivez aussi les Droid, et rappelez la Black Star. Omicron Terminé."


Il retourna ensuite auprès de l'Oméga, et l'observa sans rien dire pendant quelques secondes. Il était sous le choc certes, mais il servait surtout à rien là. Il aurait pourtant du se préparer à ce genre de choses. Le Gouvernement n'avait jamais été très populaire, et Mugen avait très largement surestimé ses capacités en s'aventurant dans un tel endroit qu'avec quelques soldats. Autrement dit, cette issue était très largement prévisible. Difficile à encaisser mais pas surprenante. Alors qu'il bouge ses fesses. Avoir perdu son amant ne signifiait pas qu'il était déchu de son statut de Despranòn, bien au contraire. Et un dirigeant doit faire fi de ses sentiments, c'est ainsi.

"Lieutenant Anders, Colonel Smoke, veuillez, s'il vous plaît, menoter l'Oméga Despranòn et l'emmener dans une navette de rapatriement d'urgence. La 2 est prête à partir. Asch Raizer, actuellement, je m'en excuse, mais votre cerveau n'a plus la faculté de fonctionner normalement. Vous êtes donc un poids pour la bonne conclusion de cette mission. Veuillez suivre ces hommes. Vous serez libéré sitôt rentré à Sérégon. Je prends le commandement des opérations jusqu'à ce que tout danger soit écarté, et jusqu'à ce que le rapatriement soit fait. Quant à vous, profitez du voyage pour vous faire une raison. L'Alpha est mort."

Toujours très délicat, l'Omicron. Mais on ne pouvait pas dire qu'il avait complètement tort. Ses propos étaient extrêmement durs, mais c'était sûrement la seule façon de faire réagir Raizer, en admettant qu'il ait tout compris, ou ne serait-ce que tendu l'oreille.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 849

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Shard. [PV ASCH, MUGEN]   Mar 27 Nov - 23:44

Asch n'avait peut être pas beaucoup d'expérience en tant que despranon (une seule journée, ça faisait peu) mais il n'était plus un bleu depuis longtemps. L'Opale Maudite, ça n'est pas l'armée, mais ça forge le caractère tout de même, surtout quand on y rentre aussi jeune qu'il y était rentré, directement dans les jobs de première ligne. Asch était très doué pour refuser la réalité quand ça concernait des problèmes très personnels et liés à des trucs plus ou moins sous la ceinture (ou bien à sa magie... et encore, il avait fini par l'accepter comme une part de lui, même si avec ses origines densetsu, ça avait été dur). Pourtant il avait bien été le premier à accepter la réalité de sa cécité. Le premier à refuser de s'accrocher à l'espoir illusoire d'une guérison miraculeuse évaluée à moins de 0.1% de chances par les médecins, et que Mugen n'avait cessé de lui relancer à la figure (ce qui l'avait méchamment énervé). Lorsque la situation le demandait, le rouquin était capable d'assumer des faits très lourds à porter et d'arriver à fonctionner au meilleur de ses capacités tout de même. Il avait suffisamment de force de caractère pour y parvenir, mais ça, personne ne semblait s'en rendre compte, et pour une bonne raison: on l'avait trop longtemps pris pour le chien de garde de Mugen, si bien que les gens, même maintenant, avaient du mal à ne pas le sous-estimer, ni à le mépriser.

Dès qu'il en eut fini avec les premiers secours, qu'il avait engueulé vertement de n'avoir même pas essayé de transférer l'Alpha à l'hôpital, il refourgua ses inquiétudes bien au fond de son cerveau, avant de les submerger volontairement par le flux d'informations qui constituait la situation actuelle. Inspiration, expiration... Oui. Il s'inquiétait énormément pour Mugen, mais si il y réfléchissait trop maintenant, il n'allait plus être capable de faire ce qu'il avait à faire. C'était donc hors de question de se laisser gamberger. Mugen n'était pas mort. Juste très grièvement blessé. Personne n'avait le droit de dire qu'il était mort tant qu'il n'avait pas cessé de respirer pour de bon... Et même encore comme ça les miracles pouvaient arriver. Ils verraient ça plus tard, à l'hôpital. Et en un sens Asch n'avait vraiment pas hâte de devoir faire face à ce qui l'attendait là-bas...

Il reçut un appel des agents du SPL postés à l'étage, si bien qu'il n'entendit pas les déclarations de l'Omicron un peu plus loin, qui n'auraient pas manqué de le faire sauter au plafond.

"Oméga, l'étage est nettoyé, il n'y a plus d'ennemis à bord. Les drones viennent d'arriver et d'achever les dernières résistances. Nous nous apprêtons à nous replier dans le satellite de contrôle de la station pour éviter les dégâts d'une éventuelle explosion."

Asch arrêta un soldat. Si les hommes semblaient agités, l'ordre d'évacuation n'avait pas trop l'air d'être suivi là... Si bien qu'il se demandait si la situation avait été maîtrisée, ou bien si l'urgence était moins... urgente, que ce qu'il avait compris en ayant Tarek en ligne. Mais peut-être était-ce juste l'Omicron qui n'avait pas mâché ses mots et lui avait fait croire que tout allait péter d'une minute à l'autre alors qu'il leur restait un peu de temps. Le soldat lui résuma en quelques phrases les activités des diverses troupes postées dans les hangars, et le nouvel Oméga se détendit un peu - mais pas trop. Il avait pensé jouer contre la montre, mais il leur restait un peu de temps.

"... Vous n'êtes pas obligé de vous précipiter à l'abri. Il y a eu un malentendu, le vaisseau ennemi va tenir plus longtemps que prévu. Faites le nécessaire pour nettoyer les dégâts là haut tant que vous le pouvez. Ramenez nous vos morts et vos blessés vite fait bien fait, on va commencer à les évacuer en premier, avec les notres. Vous avez vérifié qu'aucun prisonnier ne se balade encore en liberté, outre ceux qui se sont échappés avec l'ennemi? Les cellules sont intactes?"

"Compris. On a pas mal de blessés légers, et beaucoup plus de casse matérielle que de morts. Malheureusement je crois qu'on a perdu pas mal d'homoncules. Je vous rappellerai pour vous prévenir dès que l'évacuation des étages sera terminée."

"Au fait le satellite n'était pas censé être inaccessible?"

"Un homoncule a réussi à rétablir les systèmes de téléportation mais ils sont sans doute tous morts là haut... Je crains aussi qu'il reste une poignée d'ennemis. Mais on devrait pouvoir s'en occuper."

"... Envoyez les droids en premier. On a vu leur stratégie: ils doivent sans doute vous attendre au tournant. Vous allez pas avoir le temps d'arriver que vous allez vous faire buter."

"Compris."

... Discussion informelle, mais utile et suffisante. Avec tout ça Asch n'entendit que la fin de la discussion radio que Tarek avait un peu plus loin, à croire qu'ils étaient tous les deux collés à leurs comlink. Il allait le prévenir d'attendre que le SPL ait fini de sécuriser le satellite de contrôle avant de désactiver les droids, mais Tarek fut plus rapide à réagir.

... Et la suite, inattendue, lui coupa le sifflet. Il lui fallut un moment avant de comprendre ce que l'Omicron était en train d'insinuer. Asch ouvrit grand la bouche en laissant tomber ses bras, simplement sidéré. Et les soldats qui avaient entendus les ordres de Tarek et vu l'Oméga agir durant les dernières minutes eurent une réaction assez similaire. Il y avait un sacré malentendu là... Et un malentendu des plus vexants pour Asch, qui comprit assez vite que Tarek avait sans doute interprété trop vite certaines de ses réactions. Cette idée l'emplit d'une colère noire, qu'il n'essaya même pas de contenir. Il commençait à en avoir marre qu'on le prenne pour une tarlouze. Enfin... Hm. Façon de parler. Disons plutôt "il en avait un peu marre qu'on le prenne pour une serpillière", ça serait moins compromettant. Markov n'était pas loin, il avait tout entendu, et il connaissait bien Asch. Il s'avança vers lui.

"Sauf votre respect Omicron, je n'ai pas l'impression que l'Oméga ait fait quoique ce soit de travers, si ce n'est éventuellement envoyer une navette pour tenter de sauver la vie de l'Alpha alors que sa cause semble être désespérée..."

Se faire asséner la prétendue mort de Mugen dans les oreilles une fois de plus n'aidait en rien l' humeur de Asch à s'améliorer. Il repoussa le sentiment de panique que lui inspirait le danger courut à l'heure actuelle par son amant, et serra les dents un bref instant. Ce qui était bien, c'est qu'avec tout ça, personne n'avait encore osé lever la main contre lui.

"... Vous vous fichez de moi Ngaresh?"

Pas de titre, juste un nom de famille. Tarek lui avait manqué de respect et ce n'était pas parce qu'il était son ainé qu'Asch allait se gêner pour lui retourner la pareille. Un vent de colère monta et se mit à tourbillonner de manière presque palpable autour d'Asch, qui s'approcha de Tarek dangereusement pour lui faire face - et c'était d'autant plus vrai qu'ils faisaient la même taille. Généralement quand ça commençait comme ça ça se terminait plutôt mal, mais il allait falloir qu'il retienne quand même un minimum ses pulsions: il était face à un despranon et n'avait pas exactement le droit de le tabasser, même en temps qu'égal.

"... Mon cerveau fonctionne parfaitement bien Omicron. Pour information j'ai accéléré le nettoyage du premier étage que les soldats d'Epic Jail viennent d'achever à l'instant grâce aux droids dirigés par la chaleur de l'explosion. Je suis actuellement en train d'assurer la coordination entre nos équipes et celles du SPL. Et je tiens à vous contredire. Mugen n'est PAS mort. C'est vrai que c'est un sujet qui me tient à coeur, mais on ne peut pas se permettre de perdre un despranon de plus en ce moment, et surtout pas l'Alpha. Alors tant qu'il reste encore une once de vie en lui, et tant que les médecins n'ont pas abandonné toute tentative de réanimation, l'Alpha n'est PAS mort et il est en notre devoir de réagir le plus rapidement possible pour maximiser ses chances de survie. Qui plus est si vous voulez justement que je reste en état de fonctionner correctement et de finir ce boulot proprement, je vous conseille de vous la fermer à ce sujet. La vie de Mugen n'est plus entre nos mains, contrairement à certaines autres urgences."

... Et ce n'était certainement pas le moment de s'étriper, mais Tarek l'avait gravement offensé. Il l'avait humilié devant ceux qui n'étaient que très récemment devenus ses hommes, et de qui il n'avait gagné la confiance que très difficilement, au fil du temps.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarek Ngaresh
Ex-Despranon | Directeur de l'Agence
Ex-Despranon | Directeur de l'Agence
avatar

Messages : 238
Age : 26

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 160
Or Or: 1
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Shard. [PV ASCH, MUGEN]   Mer 28 Nov - 12:48

Tarek fixa froidement Markov et Raizer, juste devant lui, pas intimidé le moins du monde par sa réaction. Il lui donnait simplement une preuve supplémentaire que son cerveau ne fonctionnait pas aussi bien qu'il le prétendait. Il se tourna vers les subordonnés, qui les regardaient d'un air dubitatif, et leur ordonna de reprendre le travail le plus vite possible. Ils perdaient un temps précieux. Par contre, Asch méritait -en tant qu'égal- de savoir ce que l'Omicron pensait de ses actes. C'était pas joyeux, mais c'était ainsi.

"Votre cerveau ne fonctionne pas correctement, non. Quand on prend une balle antichar dans le poumon, à plus forte raison quand elle est à tête creuse, on meurt. Mugen Shôryû a perdu un poumon et pratiquement tous ses organes internes sont touchés par les éclats. Autrement dit, c'est un cadavre avec un coeur qui bat, mais pas pour longtemps. Que ce sujet vous tienne à coeur ou pas, vous n'avez pas suffisamment fait abstraction de votre... amour pour lui. Vous voulez que je vous dise pourquoi ? La navette que vous venez de renvoyer sur terre, qui sert donc de corbillard, entendez-le, aurait pu servir à rapatrier facilement une quinzaine d'hommes. Qu'est-ce qu'on fait si je me suis planté dans mes estimations ? J'ai déjà de la chance d'être entier, et le réacteur est toujours en pleine fusion. Ca peut exploser n'importe quand. La marge est correcte, mais on ne peut pas prévoir des défaillances impromptues au niveau du blindage anti-radiations. Si cela arrive, nous ne mourrons peut-être pas maintenant, mais dans quatre ou cinq jours d'un cancer généralisé."


Tarek se retourna rapidement pour vérifier que tout le monde faisait bien son boulot. Sur son comlink, le Panthéon continuait de déverser son flot continu d'intervention. Le Commandant Wing avait quitté l'Anthriss et se dirigeait à présent vers Sérégon. La Black Star était arrivée sur terre et se préparait au débriefing, tout en organisant le départ des autres navettes de rapatriement et le décollage du remorqueur blindé pour le porte-avions ennemis. Une frappe de la station orbitale serait sûrement nécessaire pour le détruire définitivement, mais en dehors de l'orbite lunaire, et pas à proximité de la prison, surtout. Les secours étaient mobilisés pour l'arrivée de l'Alpha... Seigneur.

"Ecoutez. Certes, ce n'est pas le moment de perdre un Despranon. Mais le fait est que c'est relativement remplaçable. Ca peut prendre du temps comme être extrêmement rapide. Mais je ne peux pas tolérer que vous gaspilliez des ressources aussi importantes pour satisfaire vos envies et vos sentiments. Vous dites faire preuve d'abstraction ? Auriez-vous fait la même chose pour un sous-officier quelconque ? Non, évidemment. Le fait est que vous ne vous êtes même pas rendu compte que cette navette contient du matériel précieux, et a une contenance d'environ vingt hommes, pilotes non compris. En cas d'urgence cette navette nous aurait été d'une aide précieuse. Mais non, il a fallu qu'elle parte. Et tout ça pour quoi ? Un mort. Tout le monde le sait ici, seul vous refusez de le voir. J'avais ôté la vie plusieurs fois alors que vous étiez à peine né, et je me battais déjà au front alors que vous... pissiez encore au lit. Perdre des hommes ça arrive, qu'ils soient chers ou non. Et je préfère miser le sauvetage d'une poignée d'hommes que je ne connais pas personnellement et dont les chances de survie sont de 80% plutôt que celle d'un Despranon, certes, mais déjà mort. Ce gâchis, c'est intolérable en cas d'urgence. Notre institution existe depuis six siècles, et vous en utilisez les ressources comme des jouets ? En tant que Despranon nous avons le devoir absolu de faire perdurer ce régime six siècles de plus, si ce n'est plus. Et pour cela rien ne doit être pris à la légère. On n'échange pas la vie potentielle de vingt hommes contre une vie perdue, amant ou pas. Comprenez bien que je ne suis pas expert en physique nucléaire, et que si une explosion survient, notre mort ou celle potentielle de dizaines d'individus pourra vous être entièrement imputée à cause de votre impulsivité et de votre égoïsme. Je n'ai pas mobilisé une flotte entière. Juste un commando, dont la moitié est déjà rentrée à Sérégon. N'utilisez plus jamais de ressources gouvernementales à des fins personnelles, en prétendant faire fonctionner votre cerveau normalement. Nous donnons nos vie au Gouvernement, à personne d'autre."


Tarek fit volte face et se dirigea vers une des navettes d'évacuation, presque pleine. Pour lui, la discussion était close. Si Asch voulait rempiler sur le sujet, aucun problème. Tarek Ngaresh avait vingt ans d'expérience militaire en plus, et son discours n'avait rien à voir avec son statut de Despranon. Lui même n'aimait pas le gouvernement, mais jouait son rôle avec brio. Et cela ne l'empêchait pas de voir la réalité très clairement. Sa réputation avait beau ne pas être brillante au Panthéon, les gens avaient beau l'éviter comme la peste à cause de son caractère vicieux, son pouvoir inquiétant et son attitude angoissante, il n'en demeurait pas moins un dirigeant méthodique, précis et stoïque, quelles que soient les circonstances. L'absence de lien affectif au sein du Panthéon en avait fait certes un bloc de pierre, mais qui était là pendant les situations de crise, et qui ne agissait de façon pragmatique, en fonction des évènements, mathématiquement en fait. Et ça, Asch Raizer allait devoir l'apprendre. En tant que Despranon les sentiments ne sont pas interdits, mais extrêmement dangereux. De surcroît quand ils se portent sur un collègue, dont la vie est fatalement menacée en permanence de par son statut. L'Oméga n'avait qu'à faire ses classes, comme la plupart des officiers, ça lui serait d'un grand secours. Nombreux étaient ceux qui tomberaient à l'avenir sous son commandement.

"A toutes les unités. Mission terminée, on se replie. Envoyez un message au Panthéon, que le remorqueur et les navettes d'urgence décollent dès qu'elles sont prêtes, il faut absolument quitter cet endroit et extraire le vaisseau ennemi avant qu'un cataclysme ne se produise. Tarek terminé."

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 849

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Shard. [PV ASCH, MUGEN]   Mer 28 Nov - 17:58

L'Omicron avait décidé que Asch déconnait, et rien n'allait réussir à le faire changer d'avis. Asch s'accrochait au très mince espoir qui raccrochait Mugen à la vie, et en effet, n'arrivait pas à appréhender la possibilité de son décès, et ce qu'importe les probabilités. Peut-être cette certitude l'avait amené à réagir plus promptement qu'il ne l'aurait fait autrement, et peut-être que le fait d'être aveugle et de n'avoir pas pu constater les dégâts de lui-même l'amenait à les sous-estimer, mais même comme ça, ça valait le coup de tenter quelque chose. Si la magie devait vraiment avoir de bons côtés c'était le moment qu'ils se manifestent - et il espérait que l'hôpital dans lequel serait transmis Mugen conservait quelques solutions miracles sous le coude pour pallier à ce genre de situations d'urgence. Ca faisait longtemps qu'Asch avait fait l'amalgame entre ses sentiments personnels et les intérêts du gouvernement, parce que ça faisait des années qu'ils convergeaient. Il avait passé presque toutes ses années de service au 3ème escadron où on leur apprenait que la vie de tout un bataillon de soldat valait le coup d'être sacrifiée si il s'agissait de sauver la vie d'un despranon. Maintenant, Tarek lui affirmait le contraire? Il avait tôt fait de retourner sa veste...

Fut un temps où Asch aurait douté de lui, mais depuis ce temps là, il avait appris à tenir tête à sa mère castratrice et à prendre confiance en son propre jugement. Il avait suffisamment essuyé de reproches de la part de Rachel pour ne pas se laisser impressionner si facilement par les remontrances d'un ainé qui ne lui était même pas lié par le sang. Tarek avait modéré son propos par rapport à cette histoire de menottage, mais ça ne l'empêchait pas d'être condescendant au possible et de penser qu'Asch avait forcément tort sur toute la ligne puisqu'il n'était pas d'accord avec lui. Et pourtant il devait y avoir un fond de vérité dans chacun de leur deux points de vue, ce qui rendait leurs actions complémentaires. En gros tout tournait comme sur des roulettes, mais ils s'engueulaient quand même.

Asch répondit par un sourire froid et tranchant, qui signifiait qu'il avait entendu, et qu'il avait bien envie de dire à Tarek d'aller se faire foutre, mais qu'il se retiendrait par politesse. Depuis qu'il était avec Mugen il avait gagné en maturité si bien qu'il ne laissait plus si facilement son sang chaud prendre le dessus dans les situations où il lui était nécessaire de rester maître de lui-même. Sa colère presque palpable s'était transformée d'un coup en quelque chose de beaucoup plus calme. Pour le coup, il était froid, son sang. Un peu comme sa rage d'ailleurs. Il "regardait" l'Omicron un peu de la manière dont il aurait pu regarder sa mère si elle avait été là, à sa place. Si ses yeux n'avaient pas été couverts pas une paire de lunettes noires, ils auraient sans aucun doute été plantés dans ceux de Tarek, vides d'expression, et pourtant terriblement sérieux. L'insolence et l'arrogance étaient loin de faire partie de ses défauts, mais lorsqu'il était question de protéger sa dignité, alors il n'était plus question de faire preuve de modestie. Tarek avait une grande gueule, et il se trouvait que Asch aussi, lorsqu'on le poussait à l'ouvrir. Ça compensait son côté taciturne.

"Écoutez Tarek. Je ne remets pas en cause vos compétences ni votre expérience, mais là, vous êtes en train de me prendre pour un con. Vous êtes tellement en train de me prendre pour un con que vous vous contredisez et que vous refusez d'admettre mon point de vue. Vous vous êtes mis une idée en tête et vous ne voyez plus rien d'autre. Aussi compétent que vous puissiez être vous n'avez aucun droit de me prendre de haut, ni de me chaperonner. Je ne suis pas stupide. Vous semblez avoir oublié que nous autres soldats - et je m'inclue dedans parce que jusqu'à ce matin c'était encore mon boulot à plein temps - sommes censés protéger les despranons au péril de notre vie, et ce qu'importe la situation, qu'elle semble ou non désespérée. Tant que les médecins ne l'auront pas annoncé officiellement, l'Alpha ne sera pas mort, et personnellement je suis pas assez qualifié pour savoir ce qu'ils sont capables de faire. Je sais juste que ma praticienne m'a donné des chances très faibles, mais existantes, de retrouver la vue un jour alors que ma rétine est brûlée, et elle met ça sur le compte de mes.. mutations. J'y crois pas et je compte pas dessus, mais reste que cette possibilité existe. Bref. C'est aux médecins de gérer la suite et de faire de leur mieux. En attendant si vingt soldats du troisième escadron sacrifient leur vie pour tenter de sauver celle de l'Alpha, ils auront juste fait leur boulot. C'est ce qu'on nous répète à tout va tous les jours dans la branche, et c'est ce que je vous ai entendu gueuler tout l'après-midi. Vous me traitez d'irresponsable mais je peux vous promettre que je ne joue PAS avec la vie. J'ai été très con à un moment, mais depuis que ma magie a pété d'un coup je suis vacciné. J'ai tué ces gars là haut avec le même pouvoir qui a volé la vie d'un innocent dont le père est un type génial, et je suis sûr que dès que cette mission sera terminée je vais m'en vouloir, même si je sais que j'ai fait ce que j'avais à faire et que je dois l'assumer. Si on perd un despranon, et qui plus est l'Alpha, qui représente le visage du gouvernement... Si on le perd à un moment pareil alors que le gouvernement est déjà fragilisé, et alors qu'on vient d'essuyer la première évasion réussie à Epic Jail depuis sa construction... La nouvelle va se répandre, et selon vous, il va se passer quoi? Nos ennemis vont voir une brèche et vont d'un coup se dire qu'on est peut-être pas si infaillible que ça, et qu'il est peut-être temps de nous infliger le coup de grâce. Ils vont retrouver la foi, et y a rien de plus dangereux que cette merde. Ca pourrait même les inciter à s'allier entre eux, et à tenter de mener une révolution. Je peux vous dire qu'à ce moment là la vie de vingt soldats de plus ou de moins importera peu. Donc, non, je ne prends pas les choses à la légère. Si c'était le cas je serais pas là. Je serais déjà parti dans cette navette pour rester avec lui et je vous aurais laissé tout gérer. Et non je n'aurais peut-être pas fait la même chose pour un officier quelconque, mais par contre si ça avait été vous à la place de Mugen, je peux vous affirmer que j'aurais réagi exactement de la même façon, même si je me serais senti moins personnellement impliqué - vous m'en excuserez hein. Ne me blâmez pas pour avoir des intérêts personnels qui correspondent à ceux du gouvernement. Ma seule faute pour le coup, c'est d'être en couple avec notre figure emblématique. Et tant qu'à me donner des conseils la prochaine fois, essayez de le faire objectivement, et pas à cause de vos a priori. On se connait pas suffisamment pour ça, Omicron. Ah. Et si vous pouviez éviter de désactiver les droids tout de suite ça aiderait le SPL: ils sont en train de reprendre le satellite de contrôle dans lequel il reste quelques ennemis encore. Ils vont s'y réfugier et pourront peut-être abriter certaines de nos troupes si jamais les choses s'enveniment trop vite du côté des réacteurs."

Sur ce, Asch se la ferma, et se détourna de Tarek, tandis qu'il recevait un nouvel appel. Si ils se bouffaient le nez pendant trois heures, sachant comme ils étaient têtus, ils allaient finir par réellement ne pas assumer leur rôle de meneurs, et comme aucun des deux ne serait jamais d'accord avec l'autre, mieux valait rester sur cette note de "tu as pas entièrement tort mais moi non plus alors reste décent tu veux". Ça valait sans doute mieux pour tout le monde... Du moins du point de vue de Asch. Ce n'était pas la première fois qu'on l'accusait à tort de faire passer ses intérêts personnels avant le boulot... En tant que "Work Freak" (un peu comme Control Freak mais pour le boulot) Asch était loin de laisser son émotivité s'exprimer lorsqu'il était en mission. Si il le faisait, c'est que la dite expression n'entravait pas le bon déroulement de la mission en question. Avec tout ça ça devenait difficile d'enfouir au plus profond de son inconscient son inquiétude pour Mugen... Merde! Elle restait justifiée, quand même? Le coeur battant, le souffle court, il se fit violence une fois de plus. Il fallait qu'il tienne jusqu'à avoir le droit de s'occuper de lui-même, et de se lamenter.

"... Les droids sont rentrés? Bien. Vous pouvez accueillir combien de soldats dans ce complexe? Je pense qu'on a besoin d'une solution de secours. L'Omicron a l'air de penser que l'évacuation risque de prendre trop de temps. Ah oui... le centre d'interrogations. Vous pouvez faire imprimer des badges ou bien vos machines sont hors service? Ok. On va attendre vos techniciens. Continuez à rapatrier les blessés."

Son cerveau marchait à cent à l'heure. Il tentait de ne rien laisser au hasard. C'était son premier commandement et il pouvait faire des erreurs, mais bordel, il faisait vraiment de son mieux.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarek Ngaresh
Ex-Despranon | Directeur de l'Agence
Ex-Despranon | Directeur de l'Agence
avatar

Messages : 238
Age : 26

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 160
Or Or: 1
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Shard. [PV ASCH, MUGEN]   Mer 28 Nov - 18:54

Tarek ne prit même pas la peine de répondre. A cause des croyances débiles de Asch, il continuait de débiter des conneries, c'était un fait. Qu'un peloton meure pour un Despranòn en vie, d'accord. C'était leur travail, du moins en partie. Qu'en revanche ce même peloton meure pour un condamné à mort, c'était du grand n'importe quoi. Vingt soldats ? Soit. Les sacrifier pour un despranon était un compromis "raisonnable". Les sacrifier pour un cadavre, c'était vingt et une vies foutues en l'air pour rien. Asch était aveugle émotionnellement mais physiquement aussi. Et ça l'aidait pas. Le cratère dans la poitrine de Mugen lui aurait bien remis les idées en place. Rien que de le mettre dans la navette, il avait du perdre la moitié de son sang. Et encore, c'était sans compter les dommages internes. Il ne connaissait pas les médecins, mais aurait au moins pu faire l'effort de se renseigner sur les blessures soignables ou non. Et en l'occurrence... Bref, pas la peine de s'étendre, Mugen était définitivement foutu. Il entra simplement dans la navette, et fit refermer la porte coulissante sans aucun regard en arrière. L'officier pilote qui avait coordonné l'arrivée des Despranon à la base était présent, et s'éclaircit la gorge.

"Omicron, vous avez peut-être été un peu... dur, non ?"


"Bouclez-la. Notre cher Oméga fraîchement nommé ne vas pas tarder à prendre un des pires coups dans la face qui puisse être. Il n'a pas voulu m'écouter mais la réalité ne va pas se gêner pour le rattraper. Dès qu'on arrive à Sérégon, vous prévenez les Commandants des Escadrons. Il faut organiser les funérailles de Mr Shôryû."

L'officier ne se le fit pas dire deux fois, et se tut immédiatement. La tension dans l'air était palpable, et si certains pouvaient admirer son stoïcisme, la cote de popularité de Tarek venait de baisser de quelques points supplémentaires. Tant pis.

Le voyage jusqu'à Sérégon se passa sans encombre, et dans un silence pour le moins... tendu. Dès que Tarek arriva au spatio-port il se dépêcha de retourner au Panthéon, dans les sections du Cinquième Escadron, où Janis l'attendait. Il lui fit signe de le suivre dans son bureau, et soupira longuement après s'être enfermé à l'intérieur.

"Bon sang, quelle journée... Janis, les navettes sont parties, il ne nous reste plus qu'à attendre les rapports et confirmations de fin de mission... Et l'Alpha Despranon y est resté. Ne dites rien à personne, on attendra comme tout le monde l'annonce officielle des médecins avant de faire quoi que ce soit. Il faut que cette cérémonie se passe à huis clos et que nous trouvions rapidement un nouvel Alpha... On a pas fini de galérer... Bref. Vous... continuez votre travail. Gérez l'escadron, et continuez de faire passer en douce les fichiers cryptés et les documents manuscrits à Dashtikazar... Quelque chose me dit que je ne vais pas poser mon derrière sur ce fauteuil longtemps."


La commandante effectua un signe de tête affirmatif, et prépara la pipe de Tarek et son thé, avant de sortir du bureau et de vaquer aux occupations - nombreuses - qui incombent à son poste. Tarek de son côté, but tranquillement sa tasse, et se retira dans l'appartement derrière le bureau pour aller s'allonger un peu, et profiter d'un sommeil sûrement de courte durée, mais bien mérité. Depuis le midi il fonctionnait sur les nerfs, et son manque cruel de sommeil aurait pu lui coûter bien plus cher qu'une blessure à l'épaule. Fort heureusement c'est sa prothèse qui était touchée. Il pouvait laisser ça comme ça pour l'instant, et irait voir les biomécaniciens du Panthéon plus tard...

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 849

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Shard. [PV ASCH, MUGEN]   Jeu 29 Nov - 0:01

Une chose était sûre: L'Omicron et l'Oméga ne tomberaient pas d'accord sur ce qui venait d'arriver. Asch ne se faisait pas trop d'illusion et se doutait bien que si Tarek ne lui avait rien répondu, il n'en pensait pas moins. Mais il s'en foutait un peu à vrai dire. Il avait défendu son point de vue et sa réputation, et il pensait ne s'être pas trop mal démerdé. Sans compter qu'il avait refusé de se laisser marcher sur les pieds malgré son statut de "nouveau" parmi les despranon. Tout en sachant rester humble il allait falloir qu'il se fasse une place nette parmi ses collègues et leur faire oublier l'idée de le rendre malléable et manipulable à souhait. On pouvait sans doute dire que c'était un bon début.

Il resta quelques minutes supplémentaires, et ce jusqu'à ce que le SPL ait terminé le plus gros du boulot et ce soit mis d'accord avec les soldats des hangars sur les conditions d'évacuation exceptionnelle dans les satellite de contrôle et complexe d'interrogatoires de la prison. Enfin il prit la direction de la navette censée rentrer sur Terre. Une partie de lui n'avait vraiment pas envie de quitter les lieux. Qu'importe ce qui l'attendait en bas, il sentait que ça n'allait pas lui plaire. Il ne voulait pas avoir à affronter les horreurs qu'il avait volontairement repoussé le plus loin possible de son conscient... Parce qu'il savait qu'elles avaient de grandes chances de tuer tout une partie de son âme au passage.

Markov était monté avec lui dans la navette, ainsi que quelques soldats, qui pour la plupart n'osaient pas trop parler. Ils étaient tous encore sous le choc, et même si Asch avait longtemps été haï par tous, même si certains soldats restaient de l'avis de Tarek, un certain nombre d'entre eux avaient été surpris par la réparti du nouveau despranon qui s'était comporté très différemment de ce à quoi il les avait habitués. Il avait gagné des points auprès d'un certain nombre d'entre eux, qui l'observaient en coin, bien embêtés. Les quelques discussions qui fusaient étaient à propos de tout, de n'importe quoi, mais évitaient le sujet de l'Alpha. Personne ne semblait avoir envie de rappeler à Asch qu'il allait bientôt être veuf au sens officieux - encore aurait-il fallu qu'il soit marié. Dès qu'ils furent lancés dans l'espace, le silence s'épaissit, propice à la réflexion. Asch posa les coudes sur ses genoux, puis la tête dans ses mains. Un peu comme pour une blessure profonde, le choc commençait à laisser place à une douleur vive, ou du moins une inquiétude lancinante qu'il avait tant bien que mal bloquée lorsqu'il était encore suffisamment occupé pour ça. Le silence... Il était insupportable. Asch se concentra sur sa respiration pour essayer d'éviter de penser. Il allait péter un câble avant d'arriver sur Terre si jamais il n'utlisait pas ce genre de stratagèmes. Adam posa une main sur son épaule, et lui demanda si ça allait aller.

"Il va bien falloir... Le trajet est foutrement long."

Mais sa voix manquait d'assurance. Une brèche commençait à se former dans son barrage.

Un certain temps plus tard, la navette atterrit. Asch demanda à ce qu'on le mène directement à l'hôpital. Il trépignait, et c'était assez contradictoire: d'un côté il supportait très mal d'être séparé de Mugen dans un moment pareil, et de l'autre, il avait envie de fuir en courant pour éviter d'avoir à entendre ce que les médecins allaient lui dire. Comme la nouvelle n'avait pas été officialisée - et n'allait pas l'être - on le conduisit très rapidement dans la chambre du despranon Alpha, où les médecins avaient déjà cessé de s'affairer. Rien. Pas un bruit d'électrocardiogramme. Sa gorge se serra, et les médecins commencèrent à parler d'une voix douce, ce qui n'était pas bon signe.

"... Vous avez prévenu de la famille monsieur Raizer..? Peut-être votre soeur?"

Les Raizer commençaient à être connus dans le milieu hospitaliers à force d'y faire des séjours.

"... Non. Mais dites moi plutôt... Où ça en est. Est-ce que vous avez pu faire quelque chose pour lui?"

"Nous avons fait tout notre possible... Mais les blessures étaient déjà trop anciennes pour qu'on puisse tenter toute solution extrême. Le coeur a été arrêté trop longtemps. Les dégâts occasionnés au niveau du cerveau ne sont pas réparables... Et quant au reste il nous aurait fallu un matériel et du personnel dont nous ne disposons pas actuellement. Je suis vraiment désolé, mais c'est trop tard."

"... Dont vous ne disposez pas actuellement? Vous ne pouvez pas les faire venir?"

"Monsieur. Nous avons essayé, mais c'est trop tard. Il est déjà mort, nous n'avons pas réussi à le maintenir en vie. Venez avec moi."

Comme beaucoup de gens, Asch allait devoir être mis devant le fait accompli avant qu'il soit vraiment capable d'assimiler l'information, et d'arrêter de croire au père noël. Le souci c'est que comme il était aveugle, ça allait être un peu plus hardcore que pour la plupart des gens. On le guida jusqu'au bord du lit, et une infirmière prit sa main pour la poser sur un bout de peau déjà froide. Ensuite de quoi, les médecins s'éloignèrent, prêts à quitter la pièce. La suite allait être personnelle et ils avaient à peu près aussi peu envie d'être témoin de la souffrance de l'Oméga que ce dernier avait envie d'avoir des témoins.

Le voile de doute se déchira subitement, et d'un coup, Asch n'était plus que lui-même. Il n'y avait que ces quatre murs, et lui. Ses responsabilités s'étaient envolées pour un bref instant. Il ne pouvait plus en faire une barrière entre lui et la dure réalité. Sous ses doigts se tenait la preuve de sa vie réduite en morceaux une fois de plus, en un instant ridicule de brièveté. Le visage de Mugen était glacial. C'était bien les formes qu'il connaissait si bien, mais aliénées. Plus de mouvement. Et la rigidité cadavérique qui avait déjà pris place - ce qui était peut-être le pire de tout. Ce fut un des ces instants où on se rappelle d'un coup des meilleurs moments qu'on a vécu avec quelqu'un, et où on télescope ces souvenirs avec l'horreur du présent - en l'occurrence la sensation de la mort qu'il "voyait" avec sa main. Un gémissement déchira sa gorge tandis que ses jambes lâchaient, heureusement pour qu'un siège savamment placé le rattrape.

Ce n'était pas encore l'heure des pleurs, parce que cette fois-ci, son cerveau commença à déconner pour de bon. Ca n'était que maintenant que le choc l'assourdissait vraiment. Sa main glissa contre le visage du mort, et il resta bêtement à non-regarder dans le vide, les lèvres entrouvertes, pendant que ses neurones refusaient en bloc d'admettre qu'il était réveillé. Il avait l'impression que sa main ne lui appartenait plus, et qu'il flottait au dessus de son corps, un peu comme rien de ce qui l'entourait n'était réel. Ils n'étaient jamais allés à Epic Jail. Mugen n'était pas mort. Asch ne pouvait de toute façon pas avoir été nommé despranon. Ca n'était juste pas possible... C'était simplement un rêve - et un sacré cauchemar - duquel il allait se réveiller d'un instant à l'autre. Il se réveillerait et Mugen serait là, parfaitement entier et vivant, et chaud. Il voudrait bien se foutre de sa gueule lorsqu'il lui raconterait tout ça...

... Mais le réveil n'arriva pas. Asch finit par se pencher en avant, tandis qu'une douleur grandissait au niveau de son estomac. Il prit la main de Mugen. Mauvaise idée sans doute... Autant essayer de choper un bout de bois. Plus le temps de la prise de conscience durerait, pire la suite serait. Ca promettait d'être explosif. Soudain il se rendit compte qu'il était seul, et que sa promotion avait bel et bien eu lieu. Il avait l'impression d'avoir fait un pacte avec le diable, et d'avoir obtenu quelque chose qui ne lui appartenait pas, au prix de ce qu'il possédait de plus cher. Ce sentiment froid perça ses entrailles mais ne suffit pas à le sortir de sa torpeur.

Lorsque Elye rentra dans la chambre, les yeux rougis, Asch ne bougeait plus. Il s'était penché en avant et avait posé ses lèvres sur le front de l'Alpha, une main sur ses cheveux, l'autre toujours serrée contre ce qui restait de ses doigts. Shawn et Jason suivaient la jeune femme de près, et ils étaient dans un état à peu près similaire au sien. Jason s'approcha du lit le premier:

"C'est... C'est pas vrai... Mugen... Merde...."

Shawn et Elye réussirent à se contrôler suffisamment pour s'approcher de Asch et essayer de le faire détourner son attention du cadavre: ça devenait un peu malsain. La jeune femme s'était remise à pleurer cependant. Seul Shawn, plus habitué aux tragédies peut-être, semblait maître de lui-même, quoiqu'il n'en menât pas large.

"Asch... Asch? Tu m'entends?"

Shawn se baissa et prit la tête du roux entre ses mains, ayant bien compris qu'il n'était pas dans son état normal.

".. C'est vous.. Shawn..?"

"Depuis combien de temps es-tu ici?"

"... Je sais pas... Il est... Il est vraiment... C'est lui hein? C'est vraiment lui?"

Asch faisait confiance à son toucher, mais la vue lui aurait confirmé cette information avec encore plus de certitude. A moins que son esprit ait été en train d'inventer toutes les solutions possibles pour lui éviter d'accepter l'inacceptable. Tant qu'il n'avait pas "vu", il n'était pas sûr. Shawn, toujours égal à lui-même, comprit qu'Asch avait besoin d'entendre la vérité de leur bouche. Ils étaient les personnes les plus proches de lui après Mugen.

"... Mugen est mort. Les médecins n'ont pas réussi à le sauver. Adam nous a prévenu que tu étais ici et on a pensé qu'on ne pouvait pas te laisser affronter ça tout seul."

Elye était littéralement montée sur lui pour l'enlacer (on fait ce qu'on peut quand y a qu'une seule chaise). Bonne initiative. Asch ne touchait plus le cadavre, mais cette fois-ci, il n'en avait plus besoin. D'un coup, il se rendit compte que non seulement il ne verrait plus jamais Mugen vivant - mais il avait fait le deuil de ses yeux - mais plus jamais il ne l'entendrait parler. Plus jamais ils ne discuteraient la nuit comme ils avaient pris l'habitude de le faire les soirs où Asch partageait l'insomnie de l'Alpha. La flamme de sa vie avait disparu, et entouré d'amis qui de leur côté semblaient toujours aussi vivants, cette évidence le frappa de plein fouet. Un peu comme la crise d'hystérie qui suivit, tandis que la douleur explosait. Un peu sans prévenir - surtout vu son calme précédent - Asch s'effondra contre Elye, et contre Shawn qui avait vu le coup venir et décidé d'aider la jeune femme à assumer la crise. On ne pouvait pas dire qu'il était en train de pleurer: plutôt en train de hurler, sans réussir à s'arrêter d'ailleurs. Et même si des sanglots entrecoupaient son peu de respiration, sa voix ressemblait plus à un mélange d'horreur et de rage et d'incompréhension qu'à de la tristesse pure. Tout était allé beaucoup trop vite... Cette mort avait été inutile. Les ennemis sur Epic Jail étaient déjà presque matés lorsqu'ils étaient arrivés. L'opération aurait largement pu être déléguée aux commandants d'escadron de ce fait... et pourtant Mugen avait pris l'initiative d'y aller lui-même, et d'entraîner à sa suite la moitié des despranon. Et maintenant, il était mort, alors qu'il aurait pu être en vie, et la prison lunaire sécurisée de la même manière.

Les cris durèrent un long moment, jusqu'à ce que la fatigue gagne le combat. Seulement alors Asch fut capable de voir les choses calmement, tout en sachant pertinemment qu'il ne le pouvait que parce qu'il avait déjà vidé toute son énergie. L'Alpha était mort et les rebelles allaient s'en donner à cœur joie. Sa vie allait de nouveau de voler en éclats tandis qu'en tant que despranon il devrait endiguer les révoltes à venir. Jason et Shawn proposèrent au frère et à la soeur de dormir chez eux ce soir. Asch et Elye acceptèrent sans faire de difficultés: aucun d'eux ne se sentait capable de rejoindre le domaine, où ils avaient vécu avec Mugen, et où Asch avait trop de souvenirs. A vrai dire Asch ne se sentait plus capable de rien à l'instant même. Ca tombait bien, il n'était plus en service. La nuit de sommeil promettait d'être difficile quoique réparatrice.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Shard. [PV ASCH, MUGEN]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Shard. [PV ASCH, MUGEN]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alternative Future :: SIIRASTAN :: Séregon :: Panthéon-