Encyclopédie
Présentations
Carnet de Bord
[RP]Siirastan
[RP]Mycra
[RP]Shizuku
[RP]Autres
Archives
AccueilFAQRechercherMembresConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Dear Agony [pv Hansel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Dear Agony [pv Hansel]   Ven 15 Mar - 15:29

C'était une journée froide, et le ciel était gris, voire même, menaçant. Typiquement le genre de temps par lequel Asch aurait bien fait de rester chez lui - ou plus vraisemblablement enfermé dans son bureau au Panthéon, occupé à taffer sans relâche, d'une part pour oublier la souffrance, et de l'autre... Parce qu'il le fallait. Il n'était plus le même... Mugen l'avait changé, et ses responsabilités étaient désormais plus lourdes qu'il n'aurait jamais imaginé qu'elles le deviendraient un jour. Le gouvernement était dans une sale posture et les despranon n'avaient pas l'occasion de relâcher leurs efforts... Asch avait tendance à profiter de cette nécessité pour se surmener, et pousser ses limites toujours plus loin, sans que ça se... remarque trop. Evidemment certains n'étaient pas dupe... Notamment, la nouvelle Alpha, Alexandra Nyx, à laquelle il n'avait pas fallu plus de cinq minutes pour comprendre ce que le rouquin était en réalité en train de faire, conduit par une douleur qu'il ne réussissait que très difficilement à gérer, même si elle ne l'empêchait pas d'être sérieux et professionnel... En fait il l'était même plus qu'il ne l'avait jamais été. Il avait toujours eu tendance à ne vivre que par le boulot, mais c'était d'autant plus vrai maintenant que Mugen était mort et qu'il était de nouveau seul, malgré les quelques amis qu'il avait réussi à se faire, et malgré sa soeur.

On ne pouvait pas blâmer l'Oméga pour son efficacité, laquelle n'avait jamais été aussi élevée qu'en ce moment. Ils avaient recueilli pas mal d'infos sur les rebelles, et notamment ce fameux groupe qui se faisait passer pour des dissidents de l'Opale Maudite. Ils étaient presque prêts à contre-attaquer... A leur rendre la monnaie de leur pièce, et à consolider la réputation vacillante du gouvernement, tout en sécurisant une partie de leurs "frontières" virtuelles. En contrepartie la santé de Asch, déjà fragile de base faute à sa magie handicapante, était en train de commencer à vaciller... A force de ne pas dormir et de bosser jours et nuits, il commençait à fatiguer... Enfin. Non. Ça faisait longtemps qu'il était fatigué, mais ça atteignait un niveau critique. Malgré sa grande taille et sa carrure, il arrivait à paraître vulnérable. C'était dire.

Il savait qu'il aurait dû ralentir un peu, et prendre un peu de temps pour lui malgré la quantité de boulot faramineuse qu'ils récoltaient en ce moment... Mais il n'y arrivait pas. Dès qu'il avait l'esprit libre des pensées noires s'y immisçaient. Dès qu'il parvenait à dormir, il était réveillé par des cauchemars desquels il se réveillait avec la nausée... Et il n'arrivait ensuite plus à s'assoupir, si bien qu'il retournait travailler même en pleine nuit. Cela dit il se rendait bien compte qu'à ce rythme il allait bientôt ne plus être en état de faire quoi que ce soit... Il se souvenait des mises en gardes d'Alexandra et les prenait au sérieux. C'était juste que... Il n'arrivait pas à en tenir concrètement compte, et c'était un problème dont il était conscient.

.... C'est peut-être parce qu'il se rendait compte qu'il allait falloir qu'il change quelque chose, tant pour son propre bien que pour celui du gouvernement, qu'il était sorti plus tôt aujourd'hui. Bien plus tôt que d'habitude à vrai dire puisque la nuit n'était pas encore tombée... C'était une fin d'après-midi déprimante, mais le soleil n'aurait pas changé grand chose à son humeur. Il se serait peut-être juste mis un peu moins en danger en choisissant une journée dont la météo était plus clémente mais ça hein... C'était Asch, et même si il avait mûri, certaines choses ne changeraient jamais. Notamment cette inconscience qu'il avait vis-à-vis des caprices de son organisme, auxquels il ne souhaitait céder que le minimum de terrain possible. De toute façon, il avait amené un parapluie.

Le bruit des graviers sur lesquels il marchait était presque insupportable, ainsi que le silence qui l'entourait. Il pouvait presque sentir son pouls battre contre ses tempes. Il n'y avait vraiment personne au cimetière aujourd'hui... Et il était bien content d'avoir amené Alcide avec lui, sans quoi il se serait vraiment senti seul. Asch n'était plus aveugle, mais il n'aurait jamais pu se séparer de son nouveau compagnon pour autant. Le berserk émit une série de gémissements lorsque le jeune homme s'arrêta. Ils étaient arrivés à destination... Et à vrai dire, Asch ressentait comme une appréhension. Il n'était pas venu ici depuis le jour de l'enterrement. Il n'avait pu s'y résoudre. Et même maintenant qu'il était là... Il n'était pas sûr d'être prêt. Dingue ce qu'un simple caillou avec des inscriptions dessus pouvait vous foutre le blues quand même...

Une brise s'éleva subitement; Asch frissonna et ne put s'empêcher de claquer des dents... Il était pourtant chaudement vêtu, avec ses trois pulls réglementaires, le manteau de laine et l'écharpe polaire, mais même comme ça il était frigorifié. Il semblait encore plus sensible au froid qu'en temps normal. Il s'agenouilla face à la pierre tombale, pour y lire un nom qui n'était pas celui qui aurait dû y être inscrit. Et voilà. C'était tout. Aussi simple et cruel que ça... Il n'y avait plus que la pierre, et plus que le froid. Rien d'autre ne se passerait. Comme beaucoup de gens il ressentit le besoin de parler dans le vide... Besoin qu'il avait longtemps jugé ridicule, avant de lui-même perdre la personne la plus chère à qui il tenait. Comme Alcide s'impatientait, il commença à caresser son col d'une main distraite.

"... Bon j't'ai rien amené. Je doute que tu te soucies de ce genre de conneries de toute façon..."

Un sourire nostalgique léger apparut sur son visage pâle et cerné. Il aurait presque entendu Mugen lui répondre en bougonnant, comme quoi les fleurs et les plaques kitsch, il pouvait largement s'en passer. Mais il était mort et invoquer son souvenir n'allait pas le ramener à la vie, même si il était agréable de se bercer d'illusions. Les yeux de l'Oméga s'embuèrent, tandis qu'il touchait l'inscription sur la tombe. Un nom étranger...

"... T'auras même pas eu le droit à avoir ton nom sur cette foutue plaque... Espèce d'abruti. Voilà ce que tu récoltes pour avoir pris des risques inutiles..."

Franchement que l'Alpha n'ait même pas eu droit à une sépulture décente... Ça lui foutait le cafard encore plus que le fait de se tenir face à sa dépouille. Quoique. Soudain il prit conscience du fait qu'il était tout près de ce qu'il restait de l'homme avec lequel il avait partagé les meilleurs instant de sa vie. Les réminiscences le frappèrent en pleine tronche... Les odeurs, et les sensations. Sa voix... Sa présence, tout simplement. Tout ce qu'il avait été, et le grand vide qu'il avait laissé. Sa respiration devint rauque et difficile. Il baissa la tête. Peut-être n'était-il effectivement pas prêt à venir jusqu'ici... D'autant qu'il était toujours incapable de verser la moindre larme. Elles voulaient sortir, mais c'était comme si son corps refusait de perdre le contrôle une fois de plus. Du coup, c'était encore plus douloureux... Comme si un énorme abcès était en train d'enfler dans sa gorge. Comme abruti, il resta face à la tombe, le regard dans le vide, l'expression vacante. Était-ce une bonne idée d'être venu? Il commençait à en douter... Et pendant ce temps là Alcide se laissait caresser. Asch n'avait jamais été aussi heureux de l'avoir avec lui.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hansel Tansky
Despranòn γ Gamma
Despranòn γ Gamma
avatar

Messages : 516

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 80
Or Or: 3
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Dear Agony [pv Hansel]   Jeu 21 Mar - 9:00

    L’atmosphère grise et moite de ses « jours de visite » n’étonnait plus le Despranon Gamma. En cet été 4501, la chaleur battait un nouveau record de constance ; et après une semaine qui paraissait particulièrement longue, au regard de son trente degrés à l’ombre et le travail qui ne cessait de s’empiler sur la table ovale des chefs gouvernementaux, on accueillait l’orage à venir comme une bénédiction - ou un présage. A l’inverse de certains, Hansel n’avait pas la moindre mélancolie à perpétrer sa ridicule cérémonie sous les ombres des pins. Pour lui, c’était devenue une routine - certes morbide -, que de prendre les plus beaux tournesols, un bâton d’encens et la flamme d’un briquet pour se rendre sur la quatrième parcelle à gauche de ce cimetière de la périphérie de Sérégon. De parler des derniers événements du monde comme s’ils avaient une importance pour les morts apaisés. De toute façon, il ne souhaitait pas que Gretshel reste un fantôme errant.

    Gretshel TANSKY

    La mort n'est rien.
    Ce que nous étions l'un pour l'autre, nous le sommes toujours.
    Donne-moi le nom que tu ma toujours donné.
    Parle-moi comme tu l’as toujours fait.

    Le bouquet se laissa poser cérémonieusement sur la stèle. Il ne manquait pas de remarquer, à chaque fois, le soin avec lequel l’employé communal gardait les tombes en état - débarrassant les fleurs fanées et rallumant les bougies de résidents centenaires avec méticulosité. Sa main libre chercha le briquet dans sa poche. Hansel était d’une étrange bonne humeur pour quelqu’un qui faisait sa visite. A part les heures de sommeil perdues qui marquaient son visage - des Despranon, il devait admettre qu’il n’était quand même pas le plus mal loti. Peut-être qu’il avait été désensibilisé à la morne ambiance de ces lieux.

    C’est qu’il n’allait pas voir feu l’Alpha ... Le Gamma faisait de son mieux pour oublier cette absence et cette fragilité dans le Gouvernement. Shôryû Mugen n’était pas son meilleur ami, mais ils s’entendaient, et Hansel lui avait voué le respect dû à sa primauté. Il était, qu’il s’en rende compte ou non, le maillon d’alliance entre les Despranon allant et venant autour de la table ovale : Silantis, Merasne, cet Eleniel dont il avait pris la chaude place ; et Mugen restait avec cette impertinence adolescente, tout en cuir et clous. Mais se le remémorer n’allait pas faire avancer sa cause, à savoir la descente pure et simple de tous les rebelles. Et lui redoublait d’efforts pour mettre ses propres affaires à plat. Il avait aussi eu l’occasion de faire connaissance, quoique tardivement, avec la remplaçante Alexandra Nyx. Une femme extrêmement sympathique mais dure dont il ne doutait plus des compétences, mais qui avait fini par lui faire part de ses craintes quant à l’absence remarquée de l’Omicron. Absence qu’il avait balayé d’un revers de la main, parce que le plus il pouvait l’éviter, le mieux se portait-il. N’empêche que c’était suspect. Les conclusions faites à Modula à ce sujet se révélèrent donc d’un intérêt limité, mais laissaient présager du pire pour l’unité rêvée de la nouvelle Alpha ... Oui, il faut dire ce qui est, le Panthéon est dans un sale état.

    Hansel leva les yeux et scruta les alentours. Si ça n’avait été pour la couleur fauve dont il se moquait avec gentillesse, sans doute aurait-il manqué l’Oméga, la silhouette penchée sur la stèle dont il devinait le nom. Façon de parler, puisqu’on l’avait enterré sous un alias. Il n’avait pas vu Asch Raizer depuis la cérémonie de descente - et « vu » est un terme vague, puisqu’ils se sont à peine croisés du regard, et qu’il comprenait qu’il l’ait oublié. Tous connaissaient la jolie petite histoire de Mugen et de son petit chien qui voulait devenir humain ... Dans la distance, il parla.

    « Je connais. L’impression que le monde vous laisse derrière. »

    Gretshel ne répondit pas.

    Hansel le rejoignit à pas légers. Entre lui et Asch, ce n’était pas l’amour fou. Au détour de rencontres fortuites, au moins avait-il appris à apprécier l’honnêteté de ce toutou d’Alpha qui, par cela, avait réussi à se hisser au plus haut rang de la hiérarchie mondiale. Mais ce jour-là, ce n’était qu’une ombre vampirique dans un cimetière, affaiblie par le manque de sommeil et la perte de celui qui gisait maintenant sous lui. N’importe qui aurait remarqué cet air livide sur son visage et le geste machinal sur le poil de son compagnon animal - si les spectres étaient bien là à nous hanter, alors Mugen aurait sans doute surgi de sa forme incarnée pour lui mettre une baffe. Hansel ne serait pas cette baffe. Il n’attendit pas la tombe appauvrie lui serrant le cœur.

    « Laissez-vous aller. Il n’y a pas de mal à pleurer. »

_________________


« Les lois, comme la toile de l'araignée, attrapent la mouche mais laissent le frelon libre. »
« Laws, like the spider's web, catch the fly and let the hornet go free. »
Len Kagamine © Crypton. Pictures © MACCO.pixiv.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mimoze.tumblr.com/
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Dear Agony [pv Hansel]   Ven 22 Mar - 15:11

Pour une fois - parce que c'était quand même pas courant quand il s'agissait de traiter avec Asch - qu'Hansel Tansky possède un caractère extrêmement différent de celui qu'avait eu Mugen était une bonne chose, sans doute... Parce qu'effectivement si l'Alpha avait encore été capable de le faire il aurait sans doute foutu une tarte au rouquin pour le réveiller, qui n'aurait sans doute pas apprécié le geste. Des tartes, il s'en mettait à longueur de journée pour réussir à fonctionner normalement durant ses heures de boulot - qui lui prenaient la presque intégralité de la journée et de la nuit. Il était rare qu'il s'accorde un moment pour souffler et laisser ses sentiments le submerger... et Malheureusement il était gonflé de détresse comme une bombe à eau, mais qui aurait été remplie avec des larmes. Refouler c'était bien... Mais sans relâcher la pression de temps à autre c'était clairement voué à la catastrophe.

... Ah, oui. Le souci, c'est que Asch était devenu incapable de relâcher quoi que ce soit. C'était sans doute un mécanisme inconscient... Subconscient, tout ce qu'on voulait. Il avait toujours eu cette sorte de peur de la perte de contrôle... Peur qui était devenue encore plus profonde depuis qu'il était devenu mage, la perte de contrôle était devenue nettement plus problématique pour lui quand elle concernait ses flux meurtriers. Il avait déjà pris tellement cher, qu'il se sentait incapable de faire de nouveau face à la douleur... Plutôt que de l'accepter il la fuyait, parce qu'il ne savait pas si cette fois-ci, il allait réussir à s'en remettre. Mélange d'actes volontaires et de réactions réflexes... Reste qu'il était incapable de pleurer, comme si on avait cousu l'intérieur de sa gorge pour ne pas que les larmes puissent sortir. Il était devenu incapable de laisser retomber cette pression qu'il s'imposait depuis plusieurs mois maintenant...

Il sursauta lorsque des mots retentirent derrière lui. Il n'avait pas entendu le Gamma venir... Et pourtant dès que son cerveau fut en état de fonctionner il ne mit que peu de temps à reconnaître sa voix, qui semblait être dénuée de cette moquerie à laquelle il s'était habitué par le passé. Asch se retourna pour observer le visage d'Hansel pendant un instant court... Mais le silence était tel que tout semblait durer bien plus longtemps, comme si, perdus au sein des tombes séculaires et des dormeurs centenaires, ils avaient été plongés dans un espace où le temps était ralenti, à moins qu'il ne se soit tout bonnement arrêté. Ou bien était-ce juste Asch que la fatigue et la tristesse abrutissaient? Bah... C'était sans importance.

D'habitude lorsque Asch croisait Hansel, son visage se fermait et son attitude toute entière se faisait défiante. Là, ce ne fut pas le cas. Il n'avait pas le courage d'affronter le Gamma... Très franchement il ne voulait pas d'ennuis. Il n'avait actuellement pas le courage de générer des conflits ni de les alimenter. Le gamma était peut-être passé par la tombe de Mugen à dessein... Mais quoiqu'il en soit Asch était étonné que Hansel prenne la peine de venir à sa rencontre, et de lui accorder ce genre de paroles qui se voulaient plutôt amicales, dans l'idée. Il n'allait pas s'en plaindre... Il était tellement déprimé qu'il était prêt à passer sur les anciennes mésententes... pour l'instant du moins.

Le jeune homme soupira... Mais ses yeux embués ne dégorgèrent pas. L'abcès douloureux était toujours bel et bien présent... Malgré les "encouragements" de Hansel, il n'avait pas encore l'air d'être en mesure de se laisser aller... Lorsqu'il prit la parole, ce fut d'une voix éteinte qui ne lui ressemblait pas des masses... mais bon il avait l'impression de s'être pris un énorme coup de marteau sur la tête, et ça n'aidait pas.

"... J'imagine. Je voudrais bien y arriver... Enfin. Je pensais avoir suffisamment pleuré mais visiblement y a pas de quota précis pour ce genre de trucs..."

... Après quelques instants silencieux à regarder la tombe inamicale toujours dressée face à lui, il s'entendit prendre la parole, plutôt qu'il n'eut vraiment conscience de le faire:

"... Vous aussi vous connaissez des résidents à temps plein..? A moins que vous soyez venu voir Mugen, mais vous étiez pas vraiment proches..."


A croire qu'il avait envie de parler. Les planètes devaient sans doute être alignées, ou bien il allait se mettre à pleuvoir des grenouilles, au choix. Alcide battait joyeusement de la queue, la tête tournée en direction du Gamma, et sa langue pendouillant sans complexe entre ses dents... Ça devait bien être le seul élément de la scène qui semblait ne pas avoir été recouvert d'un filtre spécial "envies de suicide".

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hansel Tansky
Despranòn γ Gamma
Despranòn γ Gamma
avatar

Messages : 516

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 80
Or Or: 3
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Dear Agony [pv Hansel]   Jeu 28 Mar - 9:40

    Evidemment, Hansel ne s’attendait pas à ce qu’Asch éclate soudainement en sanglots, illuminé par ses saintes paroles ; il se contenta donc d’hocher distraitement la tête à sa remarque - mais sa position mentale ne changeant pas, le récemment nommé Oméga toujours courbé par-dessus la pierre tombale comme le vampire cherchait sa prise. Il ne s’attendait pas non plus à ce qu’il essaie de poursuivre une conversation qu’il aurait, s’il y avait été de sa frustration habituelle, sûrement abrégé. Une question qui touchait au cœur, même s’il devait l’avoir espéré ; il ne serait pas venu, à cheval sur les conventions, les mains vides se pencher sur la tombe de Mugen ... Le Gamma resta donc un instant silencieux, s’agenouillant à la hauteur du berserk - Alcide, si sa mémoire ne le trompait pas, lui encore pourvu de toute sa vivacité - pour lui caresser le dessous des oreilles d’une main maladroite. Résidents à plein temps ... Il aurait pu en rire si ça n’avait pas été quelque chose de personnel.

    « Présentement, je suis venu vous voir vous. Vous feriez honte à la plupart des fantômes qui hantent ces lieux. » Ce qui était vrai ; si ça n’avait pas été pour la présence d’Asch, il n’aurait sans doute pas fait le détour sur ce carré de terre-ci et serait vite retourné à Sérégon poursuivre sa propre marche « zombifique » dans ses bureaux du Panthéon et ses sous-sols. Mugen était mort et enterré, ô mal ! Mais le monde continuait de tourner, et les rebelles, de courir tout autour. C’est qu’il ne s’était pas inquiété, avant aujourd’hui, de son humeur - étonnamment, l’Oméga n’avait pris aucun congé et faisait courageusement ses devoirs au sein du Gouvernement, ce qui ne l’avait pas amené à se préoccuper davantage de ses condoléances. Il le lui fit savoir sur l’instant.

    « Vous auriez dû prendre des vacances. On est plus à un Despranon près, » ajouta-t-il amèrement. Il pensait évidemment à Mugen - qui, aussi nonchalant qu’il se montrait, aura emporté le symbole du Despranon Alpha comme pilier de l’unité gouvernementale dans la tombe -, mais aussi aux deux Delta et Epsilon aux abonnés absents ; et à ce Tarek Ngaresh, dont il avait eu de nouveaux échos qui n’avaient pas façonné une meilleure image de lui. Ouais, on pouvait dire qu’à ce stade-là, on pouvait se permettre de consumer du temps supplémentaire pour les bonnes humeurs de l’Oméga - même s’il se doutait que ça l’éloignait de ses pensées sombres ; il avait aussi eu cette phase de déni, après tout.

    « Je vous aurais bien fait le laïus habituel. Shôryû Mugen ne voudrait certainement pas vous voir vous lamenter, c’est la vie ... » Indirectement, c’est déjà fait, Hans. Arrête d’éluder la question. « Tu vas bien, toi ? » A Alcide, cette fois. Sans doute que si la tête du berserk n’avait pas été là pour le distraire, il n’aurait même pas osé répondre. Ca faisait longtemps, mais le souvenir - et la culpabilité - ne manquaient jamais de le prendre au cœur avec la même poigne qu’au jour de sa mort.

    « Ma sœur, » répondit-il enfin. « Gretshel. Ca fait quatorze ans ... Je devrais m’être habitué, depuis le temps. Il ne doit pas y avoir de quota pour ça non plus, pas vrai ? »

    Et c’est le mieux qu’on pouvait obtenir du Despranon Gamma. Que pouvait-il faire du trémolo naissant dans sa voix ? Rien : à ses oreilles, il était le jeune Hansel à sa première présentation devant la Section Mécanique, les yeux vissés sur son papier ; et ça lui paraissait affreusement approprié. La déprime communicative de l’Oméga ne le poussait pas à une confiance aveugle non plus. Il continua de caresser machinalement le bas des oreilles d’Alcide. Qu’ajouter à ça ? Qu’il mettra près de quinze ans, peut-être plus, à se remettre de l’absence de Mugen ? Que la tombe de celui-ci choquait par sa pauvreté, lui qui a été pendant des années le cœur de l’union en branle des Despranon ? Quelle façon de distraire Asch de ses propres fantômes ! Enfin, il se releva, bien évidemment prêt à repartir vers le temple sérégoneais - pour éviter de propager la dépression ambiante, sans doute.

_________________


« Les lois, comme la toile de l'araignée, attrapent la mouche mais laissent le frelon libre. »
« Laws, like the spider's web, catch the fly and let the hornet go free. »
Len Kagamine © Crypton. Pictures © MACCO.pixiv.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mimoze.tumblr.com/
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Dear Agony [pv Hansel]   Ven 29 Mar - 13:53

Incroyable mais vrai... En toute logique, Asch aurait dû s'énerver. C'est vrai... Le ton du Gamma n'était pas spécialement agressif, mais la teneur de ses propos n'était pas non plus tout à fait agréable... Irascible et susceptible comme le rouquin l'était, ça aurait dû lui suffire pour se renfrogner et pour passer sur la défensive. Cela dit Asch n'avait plus la force de s'énerver contre Hansel... c'était un fait. Il préféra donc émettre un ricanement glauque (comme Wayne *sort*). Il savait qu'il avait une sale gueule en ce moment... Faire honte aux fantômes qui hantaient les lieux il ne savait pas trop, mais par contre ressembler à un zombie sorti tout droit d'une des tombes qui les entouraient, c'était fort probable. Surtout qu'il devait effectivement faire peur à voir pour que Hansel fasse le déplacement et vienne le tirer de son recueillement morose... Le Gamma avait bien fait. Asch se sentait déjà un peu mieux, même si il lui semblait évident maintenant que son retour ici avait été prématuré. Nécessaire, mais prématuré.

Asch ne tourna pas les yeux sur Hansel lorsque ce dernier s'agenouilla à son tour face à la tombe... Il le fit néanmoins lorsqu'il lui fit le reproche de ne pas avoir pris de vacances. Étonné, le rouquin le fixa durant deux secondes de silence. C'était une plaisanterie douteuse ou bien il le pensait vraiment? En tant qu'Oméga, Asch était en première ligne dans le combat qui opposait le gouvernement aux rebelles... Il était en très étroit lien avec le sixième escadron, et justement, les rebelles foutaient la merde en ce moment... Depuis l'évasion d'Epic Jail, et depuis que certains avaient compris que le précédent Alpha n'avait pas disparu juste pour changer de boulot, côté répression, on avait pas mal à faire... Nan. C'était pas comme si il pouvait se permettre de bailler au corneilles... Alexandra elle-même lui avait fait savoir qu'elle comptait sur lui pour gérer la situation. C'était une bonne chose que ces responsabilités soient là pour le détourner des pensées noires qui allaient le rendre cinglé si jamais il les laissait l'envahir... Une bonne chose qu'il ait enfin l'impression d'être utile. Ça l'empêchait de retomber dans une véritable dépression nerveuse, dans laquelle il était tombé suite à la révélation de ses pouvoirs tandis qu'il était encore un densetsu affirmé, et de laquelle il ne s'était tiré que trop récemment. Il y aurait juste fallu qu'il parvienne à dormir et évacuer un minimum, et c'était quelque chose qu'il n'arrivait pas à faire... Boulot ou pas. Du coup, il en faisait trop. Certes.

"... Vous savez bien que c'est pour cette même raison que je peux absolument pas me permettre de prendre des vacances. On est plus que trois à être réellement présents, et le sixième a un boulot monstrueux en ce moment... et de toute façon ça m'aide à tenir le coup."

En parlant de ça, Asch haussa les épaules. Ca ne l'étonnait pas des masses que Hansel pense qu'il passait son temps à geindre. C'est pas comme si le Gamma avait jamais eu une bonne image de lui de toute façon.

"... J'suis pas venu me lamenter. Je suis venu parce que j'arrive plus à dormir depuis l'incident, et je pensais que ça m'aiderait à retrouver le sommeil... C'est la première fois que je visite sa tombe depuis l'enterrement. Mais au final, je me demande si c'était une bonne idée..."

On pouvait difficilement faire autrement que de déceler l'amertume dans sa voix... Asch soupira, puis laissa retomber ses épaules, tandis qu'il baissait les yeux sur la stèle une nouvelle fois. Il faisait de son mieux pour garder la tête haute et éviter de succomber à l'horreur qui menaçait de l'engloutir depuis le jour maudit de sa nomination. Mais plutôt que d'en vouloir au Gamma pour son commentaire un peu vexant, et d'entretenir des sentiments négatifs supplémentaires quand il nageait déjà dedans jusqu'au cou, il préféra changer de sujet... Sujet qui cette fois mettait Hansel au centre de la scène et le laissait respirer deux minutes. Ouf.

Asch n'avait pas manqué la tension dans la voix du Gamma. Parce qu'il n'aimait pas quand on lui faisait remarquer ses propres témoignages de faiblesse, et parce dans une certaine mesure il essayait d'éviter de faire aux autres ce qu'il n'aimait pas qu'on lui fasse, l'Omega ne broncha pas et fit en sorte d'arborer une mine neutre... Soit de ne pas laisser deviner qu'il avait entendu. Alcide était plutôt sensible à la déprime ambiante... Entre son maître et l'homme qui lui caressait la tête, il avait de quoi faire. Le berserk émit un son qui ressemblait à un pleur animal, avant de tenter tant bien que mal de lécher la main qui le touchait... Ce qui arracha un sourire pâle à Asch. C'était quand même cool un animal, quand rien d'autre n'allait. Le rouquin se remit à caresser le dos d'Alcide, tandis qu'il cherchait quoi répondre. Il n'était pas très doué pour ce genre de choses. Il se prit à fouiller dans sa poche pour chercher le paquet de clopes qui s'y trouvait.

"... Nan... Y en a sans doute pas. Une fois que quelqu'un est parti, il est parti pour de bon... Vous fumez pas, si?"

Asch lui aurait bien proposé une clope de consolation, mais il ne se souvenait pas d'avoir jamais vu Hansel en train de se tuer à petit feu à coup de tabac... Donc sauf si ce dernier le détrompait, il serait seul à allumer sa clope... Avec son doigt. Ahem. D'habitude il préférait apporter un briquet, mais il avait tendance à être devenu négligeant ces derniers temps... Surtout depuis qu'il s'était rendu compte que ses pouvoirs pouvaient le dépanner dans des cas comme celui là... Et c'est alors qu'une grosse goutte d'eau lui tomba sur le front, et lui provoqua un frisson de tous les diables. Oh. Heureusement qu'elle avait été unique.

".. Je crois qu'il va pleuvoir. Quel temps de merde pour un été..."

Manquait plus que ça, tient.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hansel Tansky
Despranòn γ Gamma
Despranòn γ Gamma
avatar

Messages : 516

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 80
Or Or: 3
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Dear Agony [pv Hansel]   Ven 29 Mar - 19:14

    Ce n’était pas une plaisanterie douteuse. Hansel pouvait paraître mordant à certains moments, mais il savait quand une blague était appropriée, et une après-midi moite dans un cimetière sérégoneais ne rendrait pas dans les critères pour en placer une. Et c’était moins pour ne pas bouleverser encore davantage l’équilibre mental précaire d’Asch - qui aurait pu facilement lui en coller une, il se demandait même pourquoi ses membres n’étaient pas encore marqués de la poigne de l’Oméga - que pour soi - il se connaissait, il aurait pu d’un seul coup éclater en sanglots ... Il ne se moquait donc pas de lui quand il lui affirmait qu’il ferait peur au plus ancien fantôme indien ici-bas, qu’il aurait pu prendre des vacances si cela allait à son cœur, et que se lamenter ne bougerait certainement pas les choses au Gouvernement ; s’il trouvait la meilleure des thérapies dans son travail, grand bien lui fasse ! Lui se sentait aggravé par le manque de sommeil, les allers-retours entre Sérégon et Modula, et ce partage de dépression lui donnait des envies nouvelles de couper dans la chair.

    « Le sixième ... » Il devait parler de Tarek Ngaresh. Le Despranon aîné se garda bien de parler maintenant de ce qu’il avait discuté à son sujet avec Alexandra Nyx, s’il n’en avait pas déjà eu les échos. « Ne le prenez pas mal. Ne vous forcez pas à faire quelque chose qui vous nuirait en ce moment, c’est tout ce que je dis. » Chacun sa lame.

    Alcide eut un petit couinement, et Hansel ne put s’empêcher de sourire et évitant au mieux le coup de langue qui cherchait sa main. Peut-être qu’il devrait prendre un animal ... Mais il n’aurait pas le temps de s’en occuper, entre la surcharge de boulot qui l’attendait au Panthéon entre son ministère, le projet Thanatos, et la division de travail laissé par le Delta et l’Epsilon ; les insectes n’étaient pas même compagnie qu’un velocifen ou un berserk, mais il les préférait. Moins contraignants mais non moins magnifiques, avec un panel expressif impressionnant, et éphémères ... Ne descendons pas de ce côté-là. Le Gamma refusa d’un mouvement de tête la cigarette proposée. L’intention était là, mais quand il pensait à « couper dans la chair », il n’était pas vraiment sérieux. En d’autres circonstances, il l’aurait adjoint à ne pas se consumer, mais pour une fois, il se tut, et trouva d’un seul coup le battement de queue (pas CDGH) du berserk d’un grand intérêt - gauche, droite, gauche ...

    Le frisson de l’Oméga était difficile à ignorer, d’autant qu’Hansel connaissait la sensibilité d’Asch pour la pluie et le froid en général - pour l’avoir vu, à l’époque aussi hargneux qu’un petit chien qu’il croyait encore sous la tutelle de l’influence politique et sentimentale qu’était Mugen. Ca, et qu’il s’accompagnait d’un râlement caractéristique qui, intérieurement, rassurait le Gamma quant à l’humeur de son collègue. Au moins n’avait-il pas perdu son art de manier les bons mots. Il se releva à son tour, donnant une dernière tape amicale sur la tête d’Alcide. L’orage serait rafraîchissant, cela dit, après les montées de température de ces derniers jours : une bonne douche pour le corps et pour l’esprit.

    « C’était à prévoir, avec la chaleur qu’on a eu toute la semaine ... Mais je vois que vous êtes préparé » ajouta-t-il en jetant un œil discret à son parapluie. Et une façon plus ou moins subtile de demander si ça irait, avec ce temps qui venait accompagner son retour ... D’accord, du coup, lui avait l’air un peu bête avec ses bras ballants, alors qu’il allait pleuvoir dru dans les minutes à venir, mais, bon ! Il avait une mite à verre dans l’estomac, pas une grenouille. Il regarda encore un instant d’un regard vide la tombe nue de Mugen, et la trouvait décidément d’une tristesse qu’il ne s’attendait vraiment pas à trouver là. Connaissant le personnage, elle aurait dû être d’un rouge vif avec de larges trappes à piquants sur les côtés, un dernier doigt d’honneur au monde conformiste ... Bon, Hans, tais-toi !

    « Je ne vais pas plus abuser de votre temps alors, avant qu’il se mette à pleuvoir pour de bon ... »

_________________


« Les lois, comme la toile de l'araignée, attrapent la mouche mais laissent le frelon libre. »
« Laws, like the spider's web, catch the fly and let the hornet go free. »
Len Kagamine © Crypton. Pictures © MACCO.pixiv.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mimoze.tumblr.com/
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Dear Agony [pv Hansel]   Sam 30 Mar - 16:11

A la réponse d'Hansel, Asch comprit de manière relativement subite que pour une fois, ce qui lui avait paru vexant dans les propos de son interlocuteur n'était pas volontaire. Peut-être que le gamma ne le connaissait pas suffisamment bien pour comprendre comment il fonctionnait... Ou peut-être qu'il était simplement trop différent. Asch travaillait beaucoup et c'était une bonne chose pour lui. Il travaillait trop - même la nuit, au lieu de rentrer se coucher - et ça, ça n'était pas bon... Cela dit il avait essayé de rentrer à des heures décentes et ça n'avait pas changé grand chose puisqu'il tournait en rond dans son appartement comme un lion dans une cage, et que le peu de fois qu'il parvenait à s'endormir, c'était pour se réveiller une heure plus tard tout au plus, avec la gorge nouée pour le reste de la nuit/journée. Raison de plus pour se détendre... Personne n'était en train de le sermonner. Il était le seul à se faire des reproches, et en l'occurrence il s'en voulait de ne pas réussir à stopper sa baisse de tonus... Il parvenait à tenir psychologiquement, mais en contrepartie, c'était la santé qui péchait.

Comme Hansel ne semblait pas avoir compris ce dont Asch parlait, ce dernier jugea bon de détailler un minimum. Asch se renfrogna... Pas à l'égard du Gamma, mais plutôt faute aux salopards auxquels il était en train de penser.

"Le sixième escadron... Comme vous le savez, les rebelles sont très actifs en ce moment, mais ils ne sont pas les seuls à l'être..."

... Il lui en aurait bien dit plus, mais ce n'était ni le moment ni le lieu pour partager des informations confidentielles. Ils semblaient être seuls mais rien n'était moins sûr. Changement de sujet donc.

"Bah. Vous savez les vacances ça m'a jamais trop convenu. Je préfère éviter d'avoir trop de temps pour réfléchir. Réussir à quitter le bureau avant minuit par contre ça serait pas mal, je vous l'accorde... Mais vous avez pas l'air en super forme non plus."

Ça prouvait bien ce que ça prouvait... C'était décidément pas le moment pour que l'un d'eux trois flanche, sans quoi la surcharge de travaille risquait d'achever les autres. Si seulement il avait pu rentrer plus tôt pour se reposer, plutôt que pour se faire persécuter par des pensées redondantes qui refusaient de le lui laisser deux minutes de répit... A moins de se bourrer la gueule évidemment. Ça avait dû arriver à deux, trois reprises... Mais Asch refusait de se laisser tomber dans l'alcool. Asch n'avait jamais bu de manière régulière mais quand il le faisait généralement il ne le faisait pas à moitié... Chose que Mugen n'aimait pas et qu'il lui avait fait savoir à plusieurs reprises. Ça aurait été trahir sa mémoire que de choisir cette solution de facilité qui n'en était pas une... D'autant plus que le gouvernement n'avait pas besoin qu'un de ses despranon rescapés devienne alcoolique.

Une goutte d'eau contre sa peau... Oups, mauvais plan. Hansel n'avait pas manqué de remarquer la dangerosité de la situation.. D'ailleurs Asch se redressa, tandis qu'il déployait le parapluie. Certes du coup il avait l'air con, mais vu ce qu'une goutte était capable de lui faire, il n'allait pas attendre d'en recevoir plus sur la tête pour se protéger. En tous les cas ça signifiait qu'il n'allait pas pouvoir s'attarder ici. Le temps allait se rafraîchir et ça allait devenir trop risqué.. d'autant plus que son corps était fragilisé par la fatigue.

"... Oui, j'ai suffisamment vu l'hôpital ces deux dernières années pour la décennie à venir... Depuis j'évite de sortir sans. Décidément c'est dingue, chaque fois que je vous croise, il pleut. Enfin bref je vais pas tarder non plus... Si ça évolue en orage, le parapluie suffira pas... Tssht, calme toi Alcide."

Soudainement alerté du fait que les deux hommes s'étaient remis debout, Alcide avait décidé de se remettre à gémir en faisant des aller retour dans leurs jambes, au risque de les faire tomber. Ils étaient relativement loin de Nimla et il allait devoir prendre le bus... Au risque de se retrouver de nouveau coincé sous l'abri pendant un temps indéterminé.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hansel Tansky
Despranòn γ Gamma
Despranòn γ Gamma
avatar

Messages : 516

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 80
Or Or: 3
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Dear Agony [pv Hansel]   Dim 31 Mar - 17:11

    « Mais vous avez pas l'air en super forme non plus. »

    « Juste le manque de sommeil qui se fait sentir. Je lui survivrais. »

    Bon, celle-là avait glissée hors de sa bouche, et sans même qu’il ne s’en rende compte. A qui faisait-il allusion ? A savoir qu’il était dans un cimetière prêt à déballer des bribes de sa vie, ce n’était peut-être pas tant l’éveil qui mourrait avant lui. La main d’Hansel continua de passer machinalement sous l’oreille d’Alcide, comme s’il s’était tout justement assoupi en milieu de conversation. Ce qui n’aurait pas étonné le soi onirique qui lui manquait. A l’inverse d’Asch, ce n’était pas tant qu’il dormait mal - avec les années, il avait été également désensibilisé aux cauchemars récurrents, et compensait à grands coups de sucre au café, comme il lui arrivait de dire - qu’il dormait peu. Qu’est-ce qui était le pire, allez savoir.

    La remarque de l’Oméga lui arracha un rire sans joie. C’est vrai. Chaque fois qu’ils se croisaient, il pleuvait. Ou par extension, il y avait un incident qui les réunissait contre toute attente. Que ce soit d’attendre sous un arrêt de bus pendant que l’un flatte la sœur de l’autre jaloux, de manger sous une pluie de poudre ; et la première fois qu’il l’avait rencontré en personne, n’avait-ce pas été à la déclaration de guerre renouvelé d’Oozora, le conseil exceptionnel ? Son poignet avait gardé des marques, mais à l’époque, ce petit air de chien acculé et grognant, ça avait totalement valu le coup. Aucun commentaire ... Depuis, toutefois, la relation des deux Despranon avait évolué, pas jusqu’à une appréciation mutuelle, mais au moins dans le cas d’Hansel, à un certain respect. De sa main valide, il s’abrita le front d’une autre goutte orpheline.

    « Je suppose que vous retournez au Panthéon en bus. Maintenant que j’y pense, ça m’étonne que vous ne soyez pas fait escorter ici. Mon adjoint tient toujours à me voir accompagner, ces derniers temps, mais c’est lui qui me fait le plus peur. »

    Quand vous voyez les Despranon en âge d’institution descendre ou disparaître les uns après les autres, vous faire rappeler que vous êtes peut-être le prochain est un fantôme plus effrayant que celui du fusil qui doit vous abattre. Et même ! Les pauvres hommes de Thanatos, confinés pour les missions spéciales, ils ne s’attendent pas à voir une seule fois la lumière pour être les bras manquants d’un manchot faisant bruit des budgets au quartier général Modula. Hansel ne sut pas pourquoi il continua de parler de ça, mais il le fit. Sa thérapie était peut-être de banaliser.

    « Sauf quand il sait que je viens ici. »

    L’instabilité actuelle du Gouvernement qu’il venait « juste » de rejoindre comme un simple remplaçant ? Une mauvaise pente qui ne pourrait, en rien, faire rouler en contrebas une entité politique vieille de deux siècles. Aoki Kazuya toujours sévissant en silence, et dont il ne pouvait s’empêcher de porter la responsabilité pour tout le Panthéon ? On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs. La mort de Shôryû Mugen ? Le monde continuera de tourner, avec ou sans Asch pour le pleurer, avec ou sans Hansel pour le secouer - le secouer comme s’il était une poupée de porcelaine, certes. Le pessimiste est un optimiste qui banalise, dit un adage.

    « Vous prenez le bus pour retourner au Panthéon ? Ou alors vous avez prévu de rentrer chez vous ... ? Je dois retourner au Panthéon finir une affaire, mais ça vous dérangerait que nous fassions un bout de chemin ensemble ? J’ai oublié mon parapluie, donc si je pouvais profiter du vôtre tant qu’on peut ... »

_________________


« Les lois, comme la toile de l'araignée, attrapent la mouche mais laissent le frelon libre. »
« Laws, like the spider's web, catch the fly and let the hornet go free. »
Len Kagamine © Crypton. Pictures © MACCO.pixiv.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mimoze.tumblr.com/
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Dear Agony [pv Hansel]   Dim 31 Mar - 22:57

Le manque de sommeil... Un vieil ennemi que Asch et Hansel partageaient, même si dans le cas du second, il y avait plus que ça. Hansel avait été moins touché par la mort de Mugen que le rouquin, et c'était bien normal, ils n'avaient pas eu exactement le même genre de relation - heureusement, en fait. Reste que de ce que Asch pouvait consciemment combattre, le manque de sommeil était la seule chose à laquelle il pouvait un minimum quelque chose puisqu'il avait décidé d'enchaîner les nuits blanches et de se plonger à corps perdu dans le boulot, jugeant inutile de rentrer chez lui puisqu'il lui était impossible d'avoir une nuit correcte, et qu'il ne supportait pas d'être seul dans cet appartement vide de souvenirs... Vide de vie.

Il ne comptait plus les fois où il s'était réveillé en sursaut suite au fameux cauchemar récurrent, pour se rendre compte qu'il avait piqué du nez sur le bureau, et qu'il était cinq heures du matin passé. Un ricanement amusé lui échappa, et il tourna un regard absent de toute défiance sur le Gamma. Détourné de sa peine, il parvenait même à avoir quelques étincelles dans le regard - de celles qu'Hansel n'avait sans doute jamais vu au préalable puisqu'ils n'avaient jamais eu une discussion suffisamment calme et amicale avant ce jour pour qu'il en ait l'occasion.

"Vous devriez peut-être prendre des vacances..."

Une plaisanterie qui ne se voulait pas méchante, et strictement taquine. Hansel donnait des conseils qu'il aurait bien fait d'appliquer lui-même... Si seulement il avait pu. Néanmoins Asch n'espérait pas que le Gamma décide de partir une semaine en leur laissant la charge de boulot équivalente à son absence sur les bras... Parce que cette fois-ci ça allait être Asch et Alexandra qu'on allait finir par enterrer. Ils avaient besoin de tout le monde... Il fallait donc que tout le monde tienne le coup, n'en déplaise à leurs paupières inférieures - cernées. Asch et Hansel n'avaient jamais su s'entendre jusqu'à présent, pour beaucoup de raisons et notamment parce que l'un était adepte des remarques acerbes tandis que l'autre ne les supportait tout bonnement pas, mais l'ex-densetsu n'avait jamais douté des compétences de son collègue et ex-supérieur, qui vu la tête qu'il se payait devait sans doute abattre des montagnes de boulot tout à fait impressionnantes elles aussi.

Mais la pluie obligea Asch à se presser. Son parapluie vite déployé, il étudia Hansel avec une certaine perplexité... Ahem. Effectivement, vu les temps qui couraient, il était imprudent pour un despranon de se déplacer sans escorte. N'importe quel rebelle qui l'aurait reconnu aurait pu l'assassiner en chemin. Mais voilà... La nomination de Asch était encore récente, et il en oubliait parfois les contraintes liées à ce nouveau statut. Personne n'avait dû s'attendre à le voir partir si tôt. Il se massa la tempe nerveusement. Le bout de phrase rajouté par Hansel rappela à Asch les révélations qu'il lui avait faites plus tôt, au sujet de cette fameuse soeur qui avait rejoint la terre. Il eut de nouveau envie de dire quelque chose à ce sujet, mais comme d'une part il ne voyait pas trop quoi, et que de l'autre il craignait de remuer le couteau dans une plaie (mal) refermée depuis longtemps, il n'en fit rien. Il commença par ouvrir la bouche, pour finalement retenir son élan, et se perdre dans ses pensées d'une manière qui amena son regard à s'éteindre brièvement. Il n'osait même pas imaginer ce qui se passerait si Elye, sa propre frangine, devait passer l'arme à gauche... Elle l'aidait à supporter le décès de Mugen, et sans elle il n'était pas certain qu'il aurait réussi à si bien s'en tirer jusqu'à présent - et ce malgré le deuil qui ne voulait décidément pas se faire.

"Je... A vrai dire je ne quitte jamais le Panthéon à cette heure d'habitude... Le reste du temps Markov m'envoie quelqu'un mais là il n'a pas dû remarquer que j'étais parti en fait... Quant à moi sans mentir, je n'y ai tout simplement pas pensé."

Enfin, dernière question, plutôt pertinente... Allait-il rentrer chez-lui? Retourner au Panthéon? Il avait initialement prévu de rentrer plus tôt pour tenter de faire une pause bien méritée mais...

"... Pour ce qu'il y a à faire chez moi, je pense que je vais retourner au Panthéon."

Il détourna les yeux. Non... Il n'était visiblement pas encore capable d'enclencher le frein à main. Il allait peut-être devoir songer à se faire prescrire des somnifères, un truc du genre... Bref. Ça allait être une situation plutôt cocasse, de se retrouver sous le même parapluie qu'Hansel, mais il n'allait pas lui refuser cet abri provisoire... Ça aurait été vache de sa part, et il n'y voyait pas d'autre inconvénient que celui d'avoir l'air peu fin - ce à quoi Hansel n'allait pas couper non plus. Dans l'absolu c'était plutôt drôle.

"Pas de souci on a qu'à faire comme ça... Vous me direz si vous vous prenez des gouttes, au pire je vous laisserai tenir le parapluie..."

Pas pratique l'air de rien, de tenir à deux dans ces circonstances, avec une quinzaine de centimètres de différence (nan promis, pas CDGH), mais en théorie, l'honneur devrait être sauf

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hansel Tansky
Despranòn γ Gamma
Despranòn γ Gamma
avatar

Messages : 516

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 80
Or Or: 3
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Dear Agony [pv Hansel]   Mer 10 Avr - 16:38

    Au moins l’Oméga commençait à reprendre quelques couleurs. Certes, il avait toujours la même pâleur cadavérique qu’il attribuait volontiers au surmenage, mais au moins son visage lui semblait moins décharné, perdant de sa résignation. Hansel n’avait jamais fait plus attention que ça aux yeux d’Asch - la première fois, il avait été distrait par l’éminence de la guerre contre Oozora, et après ça, un accident lui avait fait momentanément perdre la vue, et l’avait donc masqué derrière l’épaisseur de ses lunettes noires. Mais maintenant qu’il pouvait les examiner, il se satisfaisait d’y trouver une petite étincelle de vivacité, Dieu merci, il était encore récupérable ! A sa remarque, le Gamma força un autre rire. C’est vrai qu’il était mal placé pour donner ce conseil, mais ce n’était pas lui qui avait perdu, ce qui semblait être hier, la personne la plus importante de sa vie ; lui, il subissait seulement le contrecoup administratif. Avec l’absence du Delta, de l’Epsilon, la fantômisation de l’Omicron, Mugen avait bien choisi son heure pour mourir ! Hansel rangea cette dernière remarque dans son tiroir mental des formules inappropriées. Une goutte, un détour du regard significatif.

    « Ne vous empêchez pas de rentrer chez vous à cause de moi. Je peux prendre le bus. » Il n’insista toutefois pas, se dépêchant à la goutte nouvelle de se glisser sous le parapluie grand ouvert pour lui. « Merci. »

    Le Gamma n’était pas quelqu’un qu’on pouvait considérer de petite taille - c’était même une bien belle asperge dans son genre, qui se courbait sous bien des portes -, mais l’Oméga était sur une nouvelle échelle de gigantisme : un qui n’impressionnait jamais mieux que lorsque l’un était contraint de se mettre à la taille de l’eau. Mais ce n’était pas étonnant, l’un avait été une grande force de la protection de Shôryû Mugen avant sa promotion, et bien avant ça, un Densetsu d’une des branches les plus vicieuses de la mentalité, pas connue pour son pacifisme ; lui avait fait un an dans un escadron, dont plusieurs mois dans du simple espionnage, et avait décidé de prendre la blouse blanche et raccrocher le pare-balles.

    Retourner au Panthéon n’enchantait pas davantage Hansel qu’Asch, surtout à cette heure avancée d’un l’après-midi orageux, mais il ne pouvait pas y couper. D’autant que ces derniers jours, il avait l’impression - une bonne chose ou non, il n’était pas juge - d’avoir été inhibé à la sensation de fatigue. Il sentait ses membres engourdis et les poches tirées sous ses yeux, mais il ne trouvait plus à ces sensations quelque chose d’anormal, comme si elles avaient toujours été là, comme une maladie perverse dont il souffrait depuis des années. A son bureau l’attendaient les derniers rapports de la Division Scientifique, les nouvelles mesures à passer au ministère du budget - dont, il l’espérait, la demande officielle d’Alexandra au sujet de la formation des armées -, la prise de décision des lois générales ...

    « Et comment va votre sœur ? Elye, c’est ça ? »

    Non parce que c’était sympa deux minutes, de parler de spectres, mais ça devenait vite - encore un jeu de mots vite classé - mortel.

_________________


« Les lois, comme la toile de l'araignée, attrapent la mouche mais laissent le frelon libre. »
« Laws, like the spider's web, catch the fly and let the hornet go free. »
Len Kagamine © Crypton. Pictures © MACCO.pixiv.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mimoze.tumblr.com/
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Dear Agony [pv Hansel]   Sam 20 Avr - 20:33

La discussion avait été courte mais plutôt revigorante... Asch doutait qu'il ait véritablement réussi à faire ce qu'il avait prévu en venant ici. La perte de Mugen était encore trop fraîche et beaucoup trop douloureuse... Venir voir sa tombe sans distraction autre qu'Alcide à caresser ne faisait pas partie des choses qu'il était en mesure de faire pour le moment. A tenter de s'éviter l'écueil qui l'attendait de pied ferme - craquage nerveux, maladie, ou quoi que ce soit d'autre du style - il avait fini par aller trop vite et n'être pas capable de suivre la vitesse qu'il s'était imposé. Au final cette rencontre avec Hansel avait été de bonne augure - ce qui était suffisamment rare pour être noté. Ça lui avait donné un "os à ronger", tout comme le boulot le faisait généralement le reste du temps. C'était une solution temporaire, qui temporairement fonctionnait. On n'allait pas s'en plaindre, même si il allait falloir finir par dépasser ce stade.

Tout le monde sous le parapluie, et Alcide marchant à leur côté... Ils étaient donc prêts à partir, direction le Panthéon. C'était sympa de la part du Gamma de préciser qu'Asch n'était pas obligé de changer son itinéraire pour l'arranger, mais le rouquin avait de toute façon pris sa décision. Tout bien réfléchi il ne voyait pas ce qu'il irait foutre chez lui. A cette heure, Elye bosserait encore et n'y serait pas non plus... Et comme il avait déménagé il y avait quelques semaines cela pour éviter d'encombrer plus longtemps l'appartement de Shawn et Jason, qui l'avaient un moment recueilli, il ne pouvait pas non plus compter sur eux pour lui tenir compagnie. Il aurait peut-être dû passer les voir..? Comme il ne supportait pas d'être seul, ça semblait être une bonne idée. Il tenterait ça plus tard, dans la semaine... Si le boulot lui en laissait l'occasion.

"Nan ne vous inquiétez pas pour ça... Je n'avais pas spécialement envie de rentrer, et il y a encore de quoi faire..."

... Euphémisme. Mais bon. C'était une période difficile pour tout le monde à divers degrés, ça, on l'avait compris... Et ce n'était pas en se plaignant de la paperasse et des opérations à gérer qu'on allait faire avancer le schmilblick. Comme ils se démerdaient pour avancer sans que le parapluie ne vienne à faire défaut à l'un d'eux, Asch ne proposa pas à Hansel de tenir le manche (oups, CDGH). Il était assez grand pour que la différence de taille ne soit pas handicapante à ce point, et c'était tant mieux, parce que c'était toujours un peu gênant comme situation.

L'arrêt de bus n'était pas très loin du cimetière, mais rien ne disait qu'il allait passer bientôt. Voilà qu'ils allaient se retrouver coincés dans la même situation que quelques mois auparavant... Cette constatation lui arracha un sourire pâle, alors qu'il tentait de fixer sa vision sur l'abri qui au loin leur indiquait le chemin. Mouais. Il avait encore un peu de mal à distinguer tout ce qui se trouvait à distance... Signe que sa vue n'était pas encore totalement régénérée. Mais la voix d'Hansel le coupa de cette préoccupation désespérément terre à terre... Comment pouvait-il avoir des pensées si fades et dénuées de sentiments tandis qu'il venait à peine de visiter la tombe appauvrie de l'ancien Alpha..? C'était une bonne question, mais lui-même n'en savait rien. Peut-être finissait-il par se retrouver anesthésié ou abruti de fatigue et de tristesse.

L'Omega tourna la tête en direction de son collègue, alors que durant un bref instant d'oubli il se demandait comment Hansel pouvait connaître Elye... Puis il se souvint de leur précédente rencontre, où elle était aussi. Son visage se rassérena. Non, sous prétexte que la sienne était sous Terre, Hansel n'allait pas forcément s'intéresser à toutes les soeurs du monde. Il chassa cette presque-pensée totalement stupide avant de répondre à la question en prenant garde à tenir le parapluie droit et à ne pas s'emmêler les pieds dans la laisse d'Alcide.

"Ah oui c'est vrai qu'elle était là la dernière fois... Par chance, elle va bien. Elle a rejoint le troisième escadron récemment... C'est rassurant de voir qu'elle a choisi de suivre cette voie. Il n'y a pas si longtemps elle était encore enfermée sur Epic Jail..."

Mais Elye avait été la première à constater l'erreur de leurs parents. Elle n'avait pas tenu rigueur au gouvernement pour son enfermement et s'était finalement rebellée contre ses géniteurs avant même que cette idée ne frôle le cerveau de son frère, lequel était moins adaptable qu'elle, et surtout plus buté.

"Elle est souvent postée au Panthéon. Vous ne l'avez pas croisée en service?"

C'était un grand bâtiment et tout le monde était occupé. Il était fort possible que le Gamma et Elye ne se soient pas vus entre temps, mais Asch ne pouvait s'empêcher de se demander si ils s'étaient reparlés depuis - auquel cas les informations qu'il venait d'apporter à Hansel étaient un peu légères.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dear Agony [pv Hansel]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dear Agony [pv Hansel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alternative Future :: SIIRASTAN :: Séregon-