Encyclopédie
Présentations
Carnet de Bord
[RP]Siirastan
[RP]Mycra
[RP]Shizuku
[RP]Autres
Archives
AccueilFAQRechercherMembresConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 [Nimla - Banlieu de Sérégon]Une cage dorée [Achevé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Une cage dorée [Achevé]   Ven 11 Juin - 0:25

Après son bref mais douloureux séjour à Epic Jail, Asch aurait pourtant dû être heureux de retrouver la Terre, le bon vieux plancher des vaches, et la caresse du soleil matinal. Il ne l'était pas. Pas dans ces circonstances... L'Opale maudite était en difficultés, et sa soeur était captive. C'était un moindre mal que Asch ait échappé de justesse à l'exécution qui lui pendait pourtant au nez. En un sens il était soulagé certes... Mais il restait très loin d'être satisfait. Il était dans une colère noire face à son impuissance, et face au machiavélisme dont pouvait faire preuve le gouvernement.

Il descendit du véhicule de transport. L'une des grosses brutes qui lui servait d'escorte lui assena un coup derrière la tête pour le forcer à presser le pas.

"Avance! Plus vite que ça... Tss..."


Il fallait dire qu'il aurait à peu près eu l'air aussi motivé si on avait été en train de le mener jusqu'à l'abattoir... Il était bel et bien parti pour rejoindre les rangs ennemis. Il peinait encore à croire qu'il s'agissait bien de sa vie, que ce n'était pas là un cauchemar, qui durait depuis cette fameuse soirée...

Le jeune homme se retourna vivement, pour fusiller du regard le garde responsable de la calotte à laquelle il avait eu droit:

"Hey, du calme! Je croyais que j'étais plus prisonnier? C'est quoi ces menottes exactement? Ça fait un mal de chien!"


"Tss... T'as pas encore rempli ta part du contrat. Ptit con..."


Un bras le tira en avant pour le forcer à continuer son chemin. Il fut forcé d'obéir. Il n'avait aucunement l'intention de déclencher une bagarre. La vie de sa sœur était en jeu. En plus, il n'était clairement pas en état de faire le malin. Les quatre gorilles s'étaient positionnés de telle sorte à l'entourer et la marche reprit donc.

Un dispositif maintenait ses poignets. On ne les avait certainement pas inventées pour lui, mais ces menottes étaient un véritable fléau... Elles étaient glaciales. Le froid avait totalement engourdi ses bras, et il ne sentait même plus ses mains. Sans doute était-ce là une technologie visant à obliger le prisonnier à rester tranquille. Et en effet... Un mouvement brusque lui aurait sans doute été aussi inutile que douloureux. Pour lui, c'était sans doute encore pire que pour le prisonnier lambda. D'autant qu'il n'était pas très habillé. Un pantalon élimé, et une chemise en vrac. Avec ses cheveux en bataille, ça lui faisait un look d'enfer...

Il était en train de comprendre que les satanés pouvoirs qu'il avait déclenché le soir de l'enlèvement avaient une contrepartie des plus contrariantes. Et dire qu'avant cela il n'avait jamais été frileux. Il se fichait d'Elye à chaque fois qu'elle se plaignait d'avoir froid - bien souvent pour un rien. Voilà qu'il avait été puni pour ses sarcasmes...

Au moment où ils passèrent le portail qui séparait la grande demeure de la rue, Asch commença à se demander ce qu'il lui arrivait. Il eut bien du mal à garder l'air renfrogné qu'il faisait son possible pour entretenir. Il leva légèrement un sourcil, et se retourna pour regarder derrière lui:

"Euh..."


C'était sans doute inutile de demander si ils ne s'étaient pas trompés de chemin... Peut-être était-ce là juste un parc, en fait. Un raccourci, sans doute... Asch se demandait où on allait bien pouvoir le mener en premier. Au QG de l'armée où il se ferait vraisemblablement tyranniser? Ou bien allait-on le laisser souffler deux secondes? On lui avait dit qu'il n'aurait pas à se soucier du logement...

... C'était tout de même bizarre. Asch n'avait pas l'impression que son groupe se dirigeait vers une quelconque sortie. Ils étaient plutôt en train de... S'enfoncer dans le domaine, lequel leur ouvrait une porte sur ses trésors cachés. Un coup d'œil à droite à gauche de temps à autre... Progressivement, la perplexité gagnait le jeune homme, qui avait presque l'impression d'être à Shangyu. Cette architecture ne lui était pas totalement inconnue... Mais la question n'était pas là. ... Qui pouvait bien vivre dans un luxe pareil? Et pourquoi l'amenait-on ici..?

Il manqua de rentrer dans l'homme qui était face à lui. Il n'avait remarqué que tardivement l'arrêt qu'avait marqué son "escorte". Il stoppa donc sa marche brutalement et cessa là ses réflexions, pour faire face à ce qui l'attendait. Toute trace de curiosité quitta rapidement son visage, qui redevint aussi froid qu'il l'avait été à l'arrivée. Son regard était véritablement glacial, opaque. Il ferait ce qu'il avait à faire. Mais il n'était pas obligé de faire semblant d'en être content.

Et maintenant? L'homme devant lui quitta l'escorte pour sonner à la porte d'une grande bâtisse. Hin hin... D'accord. Ce devait sans doute être une visite politique. On allait encore le menacer, ou bien tenter de lui tirer les vers du nez, ou bien... Un truc comme ça. Chouette. Ça commençait en beauté... Il fronça les sourcils. Un défi de plus ne lui faisait pas peur: c'était là le moindre de ses soucis.


Dernière édition par Asch Raizer le Mer 2 Fév - 15:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Une cage dorée [Achevé]   Ven 11 Juin - 9:40

Mugen n’était pas là. Du moins, c’est qu’on pouvait facilement penser, quand Jen ouvrit la porte. Une jeune femme, souriante, et pas le moins étonnée du monde qu’on lui apporte un mec menotté et surveillé de près par quatre hommes de main. Elle salua poliment les quatre hommes, gardant un sourire tout particulier pour le prisonnier qui n’en serait bientôt plus un. En regardant de plus près aux fenêtres de l’étage, on pouvait distinguer de petites bouilles curieuses, qui épiaient ce qu’il se passait en contrebas. L’une d’entre elles était même dans l’entrebaillement de la porte, jetant des regards curieux à ce qui ressemblait de plus en plus à une bête de foire. Quand elle le vit, Jen alla immédiatement le gronder :

« Kengo ! Ne reste pas là, va te laver ! »

A vrai dire, elle n’en eut même pas le loisir. Puisque Mugen arriva précisément à cet instant. Sa présence suffit à calmer les petits esprits du dôjô, et à faire entendre raison à ce Kengo, qui rentra aussi sec dans le bâtiment. L’Alpha s’avança vers les cinq hommes, et fit un mouvement sec pour dire aux gorilles de débarrasser le plancher.

« Ca ira ! »

Les quatre hommes s’inclinèrent, et firent un pas en arrière, laissant Asch face à Mugen, alors que celui-ci fit un pas vers lui. C’était étrange. C’était là l’homme qui avait essayé de le capturer, qui avait failli le tuer, et qui avait envoyé dans l’autre monde le fils d’un des seuls amis de l’Alpha. Sérieux, même Mugen trouvait ça bizarre. Pas le fait d’avoir épargné la vie d’Asch, mais plutôt le fait de l’accueillir ici, chez lui. Pourtant, ça paraissait logique. Garde tes amis proches de toi, et tes ennemis encore plus proches. Le seul endroit où Asch pouvait vivre dans une semi-liberté surveillée, c’était ici. Et puis, ce serait mentir que de dire que Mugen n’avait pas la place de l’héberger : il y avait quatre appartements distincts dans le bâtiment Est…

« Viens, je t’emmène. »

Si c’était un ordre, il n’en avait pas le ton. Mugen fit un signe à Asch, lui intimant de le suivre, alors qu’il s’éloignait déjà des quatre autres hommes. Ces derniers semblaient hésiter, et se regardaient avec perplexité.

« Vous pouvez disposer. »

Leur lança alors Mugen d’un ton froid, qui ne souffrait aucune réplique. Ce genre de larbins l’énervait toujours au plus haut point, surtout quand il voyait comment ils traitaient ce qui était pourtant un condamné à mort en sursis. L’Alpha s’était enfoncé dans le parc central, qui devait être magnifique sous la lumière du matin. Lui s’en foutait évidemment, et trouvait juste que l’eau de l’étang était bien chaude pour un matin pareil. D’ailleurs, en parlant de ça, il fut également assez surpris de voir qu’Asch avait une température corporelle normale qui aurait donné le tournis à n’importe quel médecin. Vu que l’homme ne se plaignait et semblait en bonne santé physique, Mugen partait du principe que c’était normal.

A peu près à mi-parcours, Mugen s’avança vers Asch, et lui retira les menottes spéciales qu’on lui avait mises aux poignets. En deux temps trois mouvements, c’était fait, signe que l’Alpha a l’habitude de ce genre d’objets un peu spéciaux. Mais ça ne voulait pas dire qu’il les appréciait forcément. Il les garda en main, et continua sa marche, d’abord silencieusement, puis au bout de quelques minutes, il prit la parole :

« Considère-toi en liberté surveillée. Et aussi en danger de mort. Après ce que t’as fait, le seul endroit où tu seras vraiment en sécurité, après Epic Jail, c’est ici. »

C’était triste à dire, mais vrai. Les fanatiques du gouvernement, et parfois même de l’Alpha lui-même – bien qu’il ne cautionne pas ce genre d’activisme – en voulait à mort à Asch Raizer. Le seul rempart valable entre ces extrémistes et le jeune homme était l’Alpha lui-même. Même s’il n’avait aucune véritable raison de faire ce qu’il faisait… Le démantèlement de l’organisation Densetsu n’était finalement qu’un prétexte. Il aurait très bien pu laisser croupir Asch à Epic Jail, mais quelque chose le chiffonnait dans sa conscience. La sensation étrange que ce n’aurait pas été juste. Comme si Asch… n’avait pas agi de sa propre volonté. Un peu comme si Asch n’était qu’un autre de ces gamins orphelins de guerre que Mugen abritait chez lui.

Finalement, les deux hommes arrivèrent jusqu'à un autre bâtiment, et une autre grande porte. Mugen l'ouvrit, mais laissa passer Asch d'abord. Devant les yeux du jeune magicien se trouvait l'entrée d'un appartement plutôt classique, spacieux et décoré sans trop de fioritures. A gauche une cuisine, à droite un salon, et plus loin salle de bains et chambre. Un minimum pourtant luxueux quand on pensait que c'était des 'chambres d'amis'.

" Il y en a trois autres. Tu peux choisir si tu veux, les apparts sont différents et pas orientés de la même façon. "

Visiblement un peu crevé, Mugen se gratta l'arrière de la tête, non sans bailler. Mais il continuait quand même de surveiller de sa magie la forme rougeoyante qu'était Asch à ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Une cage dorée [Achevé]   Ven 11 Juin - 14:04

[qwerty oblige, il manque les accents /o/]

Le défi semblait vouloir se présenter sous la forme d'une jeune femme souriante qui n'avait franchement rien d'effrayant. Asch manqua de cligner des yeux, plutot surpris. Il s'était attendu a un tout autre accueil. Cela dit il était bien trop mal embouché pour se calmer rapidement. Puis il ne comprenait toujours pas ce qu'il foutait dans un endroit pareil... Apres Epic Jail, il avait l'impression d'etre mort et arrivé au paradis, impression qui était somme toute absurde - surtout lorsqu'on voyait ses bras prets a se briser et a tomber sur le sol faute aux menottes polaires qui les tenaient.

Il n'eut donc aucune réaction, et se contenta d'observer la jeune femme en lui jetant un regard mauvais, percant, vide et métallique. Franchement l'effet était réussi. Il ressemblait plus a une bete sauvage attachée qu'a une nouvelle recrue. Les quelques dernieres semaines passées en cellule a ressasser la tentative d'enlevement ratée de l'Alpha n'avaient pas arrangé son cas.

Il remarqua une petite silhouette dans l'encadrure de la porte et tourna vivement les deux glacons qui lui servaient de prunelles dans cette direction. Quelqu'un, ou quelque chose l'observait. Vu la taille de l'espion et la réaction que venait d'avoir la fille a son égard, Asch était pret a parier qu'il s'agissait d'un gosse. Bah voyons... Résumons donc la situation: on l'amenait dans une propriété qui tapait dans le luxe et la démesure, peuplée par une femme qui lui faisait des sourires et par une quelconque marmaille baveuse. Ou était le piege? Et la logique, dans tout ca? Mouais... Ces gens n'avaient sans doute rien a voir avec lui. La raison de sa venue allait vraisemblablement se présenter sous peu.

Quand on parle du loup...

Une voix masculine happa son attention. Il se tourna dans sa direction et se retrouva donc face a une connaissance... Il accusa légerement le coup quoiqu'il parvint a rester plus ou moins neutre. Il s'était attendu a tout, sauf a ca. L'Alpha en personne se dressait face a lui. Il ne l'avait pas vu depuis sa derniere nuit passée en liberté. Sa présence fit remonter en lui des souvenirs aussi récents que désagréables. Il se rembrunit et renifla. Cet endroit appartenait-il au chef du gouvernement? Sans doute. Ca expliquait ses proportions. Quelle pouvait etre la raison qui poussait l'Alpha a vouloir lui parler en personne? Etait-ce en rapport avec la mort de ce Gawnel?

L'homme fit prendre congé aux brutes qui l'avaient emmenées jusqu'ici. Asch resta immobile quelques secondes, sans trop savoir comment réagir... En toute franchise il n'avait aucune envie d'obéir a l'Alpha. Cette simple idée lui donnait la nausée. Rien que de l'avoir dans son champ de vision lui donnait des envies de meurtre, et la surprise n'était pas la seule a faire battre a son coeur la chamade.

L'adrénaline, la rage... il ressentait un cocktail d'émotions violentes qu'il était bien forcé de contenir, ne serait-ce que pour le bien d'Elye. Refuser d'avancer n'allait pas arranger grand chose... Alors il se fit violence. Il suivit l'Alpha en silence, et a contrecoeur. Il pourrait toujours se mettre a gueuler plus tard si il le jugeait nécessaire.

Est-il utile de préciser que la beauté du parc ne lui faisait plus ni chaud ni froid? Asch était bien trop préoccupé pour prendre garde au paysage. Ses menottes tombées, la vie sembla remonter le long de ses bras. Une chaleur intense les inonda, qui se transforma bientot en tiedeur agréable. Puis ses mains commencerent lentement mais surement a se libérer de l'anesthésie causée par le froid. Ca faisait un mal de chien. Il serra les dents et tenta de bouger l'index. Le nerf du bras se mit a le bruler sur toute la longueur. Sa main ne bougea pas d'un iota. Il se mordit la levre et continua d'avancer en silence. Ces menottes étaient de véritables merdes. Il allait lui falloir quelques bonnes minutes avant de retrouver l'usage de ses doigts. Il laissa ses mains pendre contre son flanc et ne put s'empecher de demander, sur un ton qui cachait relativement mal sa colere montante:

"Qu'est-ce que ca veut dire exactement..?"

Et puis pourquoi l'Alpha l'avait-il libéré? Pourquoi marchait-il en lui montrant son dos, et sans se soucier plus que cela de sa présence? Merde! C'était vexant! Asch soupira, blasé. Il savait pertinemment qu'il était en danger. Inutile de lui rappeler que sa vie allait devenir encore plus bordelique du moment ou il serait sorti de cette propriété.

Ils arriverent devant un nouveau batiment - un de plus. Asch passa sans mot dire a l'intérieur sans prendre garde a ce qui l'entourait. Il se retourna pour faire face a l'Alpha tandis que ce dernier reprenait la parole. Asch cligna des yeux, interdit.

"Hein..?"

Les connexions synaptiques mirent quelques longues secondes a se mettre en place, dans son cerveau, puis il commenca a voir ou l'Alpha voulait en venir. Ce n'est qu'a ce moment précis qu'il pris le temps de regarder autour de lui, pour constater qu'il se trouvait dans un appartement non-habité. Il passa de la perplexité au dépit en passant par l'étonnement. Heureusement que l'Alpha était aveugle... La carapace d'indifférence de Asch venait d'en prendre un coup.

"Attendez... C'est une blague j'espere??"

Pouvait-il réellement envisager que l'Alpha veuille héberger son agresseur..? Non... il devait sans doute y avoir un malentendu quelque part. Il avait sans doute mal compris. Ou bien alors cette résidence n'était pas ce qu'il croyait. Parce que sinon... a ce niveau la, ce n'était meme plus vexant... Asch était tout simplement outré. Les flux s'agiterent entre ses doigts tels des serpents dirigés par un charmeur qui aurait pris un peu trop de LSD. La température dans ses mains montait en fleche, et leur "décongélation" n'en était que plus douloureuse, ce dont Asch se fichait comme d'une guigne a l'instant.

"D'abord, c'est quoi cet endroit??"

Shoryu Mugen était-il réellement décidé a le ridiculiser??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Une cage dorée [Achevé]   Ven 11 Juin - 19:30

Mugen ne prit pas la peine de répondre aux inquiétudes d’Asch, car ces dernières étaient infondées. D’ailleurs, ce dernier ne tarderait pas à avoir toutes les explications qu’il voulait. Mais là, alors qu’il venait juste de lui retirer ses menottes, Mugen avait la flemme de s’expliquer. Le geste était clair non ? Ces menottes lui faisaient pas du bien, de toute façon, Asch serait content de les voir ailleurs que sur ses poignets. Du moins c’était ce que pensait l’Alpha en le libérant de ses liens.

Et les voilà déjà devant la porte de l’appartement, que Mugen ouvre, avant de laisser Asch y entrer. Et oui, un vrai appartement, complètement indépendant du reste du domaine. Et c’est là qu’Asch s’installerait, du moins, dans l’un des quatre logements disponibles ici. Cela semblait le surprendre… Mugen avait un peu oublié qu’on n’avait absolument pas prévenu le pauvre Asch, qui visiblement, avait du mal à faire quelques branchements là haut.

« Non, c’est très sérieux. »

Il voyait bien que la nouvelle – et très spéciale – recrue s’énervait, et ce à vue d’œil. Sa température corporelle était assez particulière, et donc facile à lire. D’ailleurs, c’était assez bizarre de voir se résorber plus ou moins lentement l’effet des menottes glaciales. Les mains d’Asch étaient encore d’un bleu/vert qui faisait mal à Mugen rien qu’à le voir. C’était vraiment froid, pour un être humain.

Enfin, il n’était pas là pour étudier les changements de température du corps d’Asch ! Ce n’étaient que des informations, un peu comme les expressions faciales pour les gens normaux. Expressions que Mugen avait d’ailleurs toujours beaucoup de mal à distinguer. Il devait se concentrer pour ça, et franchement ça le saoulait pas mal de le faire. Généralement, il suffisait de capter la température corporelle, de recouper avec le ton de la voix, et on savait très exactement ce que ressentait la personne en face. Peut-être même mieux que si on l’avait vue.

Bref, Asch ne tarda pas à demander ce qu’était exactement cet endroit. Mugen ne put s’empêcher d’esquisser un sourire, essayant de se mettre à la place du jeune homme qu’il accueillait sur son domaine :

« C’est un appartement, comme je le disais. C’est ici que tu vas vivre. Enfin, dans celui que tu auras choisi. »

L’Alpha pensait ne pas avoir besoin de dire qu’il était nécessaire pour lui de garder un œil sur Asch, et ce même si ses yeux étaient fondus. Ahaha ! Blind joke ! Quoiqu’il en soit, pour Mugen, ce petit détail était tellement évident qu’il ne méritait même pas d’être évoqué. Et puis, il était également très curieux de voir comme Asch allait évoluer dans un environnement tel que celui du domaine Shôryû. Un endroit vaste, calme, que Mugen avait continué d’aimer malgré ses souvenirs pas toujours très heureux – même si depuis, il avait complètement remodelé le lieu. Restait à voir comment les gamins allaient accueillir le nouveau venu. Mugen ne s’en faisait pas trop : ces petits étaient de bons gars, bien élevés même si parfois un peu durs. C’est qu’ils n’avaient pas spécialement eu une vie facile ! Et justement, en parlant d’eux…

« Tu ferais mieux de prendre une douche, je crois que Jen t’as préparé des fringues. Tu sais, Jen, la fille de tout à l’heure. Elle gère le dôjô et s’occupe des gamins. »

Eh oui, aussi étonnant que cela puisse paraître, l’Alpha n’était pas un solitaire qui vivait en ermite. Contradictoire jusqu’au bout, il était un solitaire qui vivait bien entouré. Il ne voyait pas souvent les petites terreurs du dôjô, mais connaissait leurs noms et leurs têtes. Il se remémorait avec une certaine facilité leurs âges également, entre sept et quinze ans. Ce qu’il ne peut oublier, c’est les conditions dans lesquelles il les avait recueillis… Toutes plus sanglantes les unes que les autres.

« Alors, celui-là te va ou tu veux voir les autres ? »

De toute façon, Jen avait pris soin de déposer des affaires dans chacun des apparts, quitte à devoir ensuite tout redéménager jusqu’à celui définitivement élu. La salle de bains disposait du nécessaire, voir même d’un peu plus. Des vêtements avaient été disposés, à l’intention d’Asch… Des jeans simples avec des t-shirts un peu moins simples. Du genre ‘Rulez = shit’ ou encore ‘Fcuk da system’. Vous l’aurez compris : ce sont les fringues personnelles de l’Alpha. La classe non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Une cage dorée [Achevé]   Ven 11 Juin - 22:43

Asch aurait bien levé les mains en signe de dépit, si ces dernières ne lui avaient pas fait aussi mal. On aurait dit que l'Alpha faisait exprès de répondre à côté de la plaque. Tiens. D'ailleurs, à tous les coups, il faisait exprès! Asch était quasiment certain que cet homme se plaisait à se moquer de lui. Était-ce là le type de vengeance qu'il affectionnait..? Était-ce de cette manière qu'il comptait lui faire payer l'attaque, ainsi que la mort de son... Son... Son quoi au juste? Bref. Du gamin qui s'était interposé entre Shôryû et l'explosion?

Bordel. Mais est-ce que Asch avait l'air con à ce point ou bien..? Il n'avait pas besoin qu'on lui répète qu'il se trouvait dans l'appartement qu'on avait prévu de lui affecter. C'était évident! Ce qu'il voulait savoir, c'est ce qu'était ce domaine, cet ensemble de bâtiments, duquel faisait partie l'appart en question. Asch n'avait jamais vu rien de pareil. Comment cette propriété était-elle gérée..? Et surtout... Appartenait-elle bien à l'Alpha ainsi qu'il le supposait fortement..? Si c'était le cas, autant dire qu'il n'allait pas le supporter, cela serait au dessus de ses forces... Déjà qu'il avait manqué de faire une crise d'urticaire lorsqu'on l'avait forcé à accepter de bosser pour l'armée!

"Ça répond pas à ma question..."

Il passa largement au dessus de toutes les informations inutiles données par Shôryû. La douche était devenue un détail accessoire - de toutes les manières il allait pour quelques minutes encore être totalement incapable de tenir le pommeau et de tourner les robinets d'eau. La fille de tout à l'heure, il s'en foutait. Le dojo, il s'en foutait. Les gamins, il...

.. Hein? Gamins..? Ça voulait dire qu'il y en avait plusieurs? Misère! Lui qui ne supportait pas les gosses... Une raison de plus qui le poussait à ne pas être satisfait de son point de chute. L'appartement en lui-même avait l'air étonnamment confortable. Il s'était attendu à une piaule insalubre, voire même à un dortoir commun... Mais la piaule insalubre et le dortoir commun lui semblaient presque enviables, si ces derniers lui permettaient d'éviter tout ce qui était inclus avec son forfait "appartement luxueux". il leva une main et tenta de la passer sur ses yeux... Avant d'abandonner cette idée. Outch. Ses doigts allaient bientôt se fendre et tomber par terre...

"Écoutez... Je me fiche comme de l'an 40 de savoir où je vais atterrir en définitive..."

Sa main retomba aussi vite. Il tentait de garder son calme - l'air de rien il sentait les lianes de chaleur qui s'agitaient en lui et était assez futé pour se rendre compte que ce n'était pas bon signe. A ce rythme il allait encore exploser et jeter ses flux partout - que les esprits pervers se retiennent d'avoir toute image mentale inadaptée. Comment dire ça sans passer pour un abruti fini..? Voyons... Une moue de mauvaise humeur déforma son visage tandis qu'il cherchait ses mots. Après un instant de réflexion, il ajouta:

"Ce que je veux savoir en particulier c'est ce que VOUS foutez ici. Ça me semble un peu gros de me faire accueillir par le grand manitou en personne, vous voyez. Donc peut-être que vous êtes porté sur l'ironie, mais ça n'empêche que je suis pas certain de bien comprendre ce qu'il se passe..."

Mince... Dire qu'il avait prévu de rester muet comme une tombe et d'éviter de nouer tout lien avec les membres du gouvernement, en un sens comme dans l'autre... L'énervement l'emportait sur la raison, et voilà qu'il était en train de s'emporter, et de gueuler sur l'ennemi numéro 1 de l'Opale maudite comme si ils avaient joué dans la même cours de récré... C'était du grand n'importe quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Une cage dorée [Achevé]   Sam 12 Juin - 10:50

Ah, en fait, si Asch avait l’impression que Mugen se foutait de sa gueule, c’est juste qu’il n’avait pas encore compris ? Après tout, pour l’Alpha, il était naturel qu’un tel domaine, où apparemment il faisait ce qu’il voulait, ne pouvait être autre chose que sa propre demeure. Mais c’est vrai que ça pouvait porter à confusion, et à vrai dire, Asch était très confus. L’Alpha, par contre, ne captait absolument rien, et fut perplexe quand il entendit la nouvelle recrue volontaire désignée d’office lui annoncer que les tirades de Mugen ne répondait absolument pas à ses questions.

* Bah c’est quoi ta question, alors ? *

Les gens étaient parfois d’un compliqué… Enfin bref ! Cela n’empêcha pas de mener Asch jusqu’aux appartements situés dans le bâtiment Est. Il y en avait quatre en tout, et chacun d’entre eux étaient différents, quoique sensiblement de la même superficie. Environ cent mètres carrés chacun. Pas de quoi se plaindre donc, surtout quand en fait, on est tout seul. Mugen ouvrit la porte de celui du rez-de-chaussée, côté Sud, et annonça à Asch qu’il pouvait désormais faire comme chez lui. A moins qu’il ne veuille un autre des appartements qui se trouvaient là.

Mais là aussi, ça ne semblait pas vraiment intéresser Asch. Mugen pencha la tête sur le côté dans une moue un peu agacée : il n’arrivait vraiment pas à suivre cet homme ! Qu’est-ce qu’il voulait qu’on lui dise ? L’Alpha, toujours aussi perplexe, n’attendait qu’une chose : qu’Asch s’exprime un peu mieux, histoire d’avoir enfin des réponses à ses questions ! Mugen voyait à travers les murs, mais ne lisait pas dans les pensées !

Et enfin, alleluia, la VRAIE question arriva. Elle vrilla dans les tympans de l’Alpha, qui dut se retenir très fort pour ne pas rire, en fait. Il préféra prendre une expression étonnée, un peu innocente sur les bords, et répondit avec calme :

« Bah c’est chez moi. J’habite le bâtiment Nord, par là. »

Il montra une direction de la main, assez vaguement. Mais on pouvait deviner qu’il désignait le grand bâtiment que l’on voyait même de l’entrée du parc.

« Et là c’est chez toi. Enfin, cet appart ou un des trois autres. Peu importe. »

De façon nonchalante, Mugen se mit à bailler, avant de s’appuyer sur un des murs. Il se demandait vaguement comment se passerait l’arrivée d’Asch au sein du domaine. C’était un remous plutôt violent pour un calme lac tel que la demeure de l’Alpha. Mais il restait confiant. Peu importe comment il tournait, peu importe sous quel angle il le voyait, Mugen ne pouvait imaginer Asch comme étant réellement quelqu’un de mauvais. Ce qu’il avait fait à Haruyuki… Il ne l’avait pas fait exprès.

Quelque part, Mugen se sentait un peu responsable. C’est parce qu’il l’avait tabassé qu’Asch avait développé des pouvoirs. Alors, un peu comme un vampire qui en engendrerait un autre, l’Alpha avait le sentiment inconscient et non-dit qu’il était de son devoir d’apprendre à les maîtriser. Maintenant qu’il y pensait, il se sentait… un peu comme Erik. Même si les conséquences étaient cette fois bien différentes.

Mugen soupira, et se redressa pour s’approcher d’Asch. D’un air toujours un peu distrait, il ne put s’empêcher d’ajouter :

« Tu devrais passer tes mains sous l’eau tiède. Ca te ferait moins mal. »

L’aspect calorifique des mains d’Asch lui donnait sincèrement mal : un mélange anarchique d’orange de jaune et de bleu, des couleurs bien trop inhabituelles pour un être humain. Depuis le temps qu’il avait son pouvoir, Mugen avait appris à savoir, par la simple vision thermique, si quelqu’un était en bonne santé ou non. Et là, franchement, vu les couleurs marbrées et changeantes des bras d’Asch, le pauvre devait souffrir le martyr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Une cage dorée [Achevé]   Sam 12 Juin - 12:49

L'oxygène aurait-il eu du mal à monter au cerveau de Asch..? D'un coup, le jeune homme eut l'impression de ne plus voir très clair. Il observait l'Alpha sans vraiment s'en rendre compte, les yeux vides, absents. Ça y est, c'était fait: Blue Screen of the Death. Il lui fallut le temps de reboot son cerveau, et de tenter de lui faire manger à nouveau les informations qui n'avaient pas pu passer. Pourtant il s'y était attendu... Mais quelque part, il devait encore espérer avoir mal compris. Il aurait largement préféré que cet endroit soit une espèce d'orphelinat géré par l'état, ou quelque chose de ce genre. Mais non. Cet endroit appartenait à l'homme qu'il haïssait par dessus tout. Ce même homme qui aurait dû vouloir garder Asch éloigné le plus possible de lui... Et qui pour une quelconque raison avait décidé de le laisser crécher chez lui.

"A.. ttendez. Je comprends pas..."

... Pourquoi? Qu'avait-il bien pu lui passer par la tête..? Asch avait essayé de le capturer, merde, quoi. Est-ce qu'il ne lui était pas passé par l'esprit qu'Asch aurait tout à fait pu réessayer..? Contacter l'organisation en secret et profiter de sa place pour l'aider à mettre à mal le gouvernement..? Est-ce que Asch avait l'air à ce point peu crédible..? Mais merde! Après ses parents, ce type. Personne ne le prenait au sérieux. Pas même sa putain de cible. Cette fois-ci, il ne pouvait même plus prendre Elye pour excuse. Là où elle était elle n'était plus capable de lui faire de l'ombre... Elye. La seule raison qui forçait Asch à rester "sage", en fait. Décidément... Même quand elle n'était pas là, sa sœur continuait de le saouler.

Lorsque l'aveugle s'avança vers lui pour lui parler de l'état de ses mains, ce fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase. La moutarde lui monta au nez si vite qu'il explosa littéralement de colère. Il recula de plusieurs pas, avant de se récrier assez fort pour réveiller tout le bâtiment - qui fort heureusement était vide:

"Allez vous faire foutre! Je vous ai rien demandé, j'ai pas besoin de votre pitié!"

Merde... Merde, merde, et merde! Si il avait su, il serait resté à Epic Jail! Mieux valait être mort exécuté que vivant et sans dignité! ... Sauf qu'il y avait Elye. Décidément. Toujours là pour lui mettre des bâtons dans les roues, celle là... Il serra les dents. Il avait fortement envie d'en foutre une à l'Alpha... Mais il se souvenait trop bien de la manière dont ce dernier l'avait facilement maîtrisé auparavant. Il n'avait aucune envie de se faire ridiculiser une fois de plus. Sa rage non contenue et non-contenable explosa contre le mur à sa gauche, contre lequel il "posa" son poing un peu trop fort. Mauvaise idée. La douleur explosa dans sa main gauche. Ses veines étaient progressivement en train de reprendre vie, le sang battait dans ses doigts comme si il avait essayé de percer sa peau pour s'en échapper. Par chance il retint tout gémissement mal venu.

"Il est HORS de question que je reste ici! On m'a jamais parlé de ça! Déjà, bosser pour l'armée, c'est contre mes principes. Mais là vous dépassez les bornes! Je refuse d'emménager ici!!"

... Bien entendu il n'aurait sans doute pas le choix, mais, entraîné par une colère aveugle, il avait quelque peu oublié quelle était sa situation, et quelles pouvaient êtres les conséquences de ses actes pour ses proches. Ça commençait à sentir le grillé... Sans le faire exprès, Asch avait vraisemblablement déclenché le mode "plaque chauffante". De la fumée s'échappait au niveau du contact entre le mur et le poing de Asch. Il arrivait à peine qu'il commençait déjà à détruire la peinture du couloir... Bien. Ça promettait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Une cage dorée [Achevé]   Dim 13 Juin - 14:37

Mugen était décidément trop patient aujourd’hui. Ca ne lui ressemblait pas. Il était malade ou quoi ? Déjà qu’il serait en retard ce matin au boulot à cause d’Asch… Ce dernier s’acharnait à ne pas comprendre. L’Alpha ne put que soupirer, alors qu’il attendait encore qu’Asch se remette de son écran bleu mental. C’était vraiment si incroyable que ça ? Oui bon, il avait bien tenté de le capturer, et il avait également tué Haruyuki… Mais ce n’était pas vraiment de sa faute. Du moins, en ce qui concernait l’homicide. Mugen ne lui en tenait pas spécialement rigueur. D’ailleurs, même Shoen, le propre père de Yuki, ne ressentait pas de haine envers Asch. La perte de son fils était extrêmement dure, mais le chagrin était le plus fort, et sa compassion – notez, compassion, et non pas pitié ou condescendance – infinie allait même jusqu’à pardonner Asch pour son acte. Shoen était simplement fier de savoir que son fils avait donné sa vie pour sauver celle de Mugen.

Alors, il était difficile pour Mugen lui-même de ressentir une quelconque haine pour Asch, si même le père de Yuki n’y arrivait pas. Contrairement à Shoen, c’est bien dans la nature de l’Alpha de détester certaines choses et personnes, mais son esprit de contradiction intervenait, inconsciemment. Ceux que Mugen haïssaient, c’était les parents d’Asch, qui avaient élevé leur enfant dans un climat de haine raciale, et l’avait dressé en véritable terroriste. Ce qu’il comptait faire en hébergeant Asch ici, c’était lui prouver, le persuader qu’une autre façon de penser était possible. L’Alpha voulait prouver que quelqu’un comme Asch était capable de se repentir. Oui, il aimait beaucoup les défis, notre Alpha.

Et c’en était un bon là ! Asch était complètement réfractaire. Il se braqua d’un coup, une fois que la vérité s’était enfin imposée à ses yeux. Mugen aurait pu en perdre patience, s’il n’était pas aussi compréhensif. Oui, ça lui arrivait. Il fallait bien ça pour diriger le Gouvernement Mondial, quand même ! N’empêche qu’Asch se gourait : ça n’était pas de la pitié. Mugen n’eut pas le courage ni même le temps de le lui expliquer, mais pour lui, la vraie pitié aurait été de le laisser croupir à Epic Jail, le tout en lui donnant une cellule V.I.P. bien aménagée… Là non, ce n’était pas de la pitié. Ce que Mugen voulait, c’était qu’Asch sorte enfin la tête de la bulle aménagée par sa famille. C’était un pari risqué, mais ça valait peut-être le coup. Au pire, il trouverait toujours le moyen de rentabiliser un pari perdu en mettant un terme aux agissements de l’organisation qui avait commandité sa capture. Parce qu’au final, les véritables coupables, c’était eux, et non Asch l’homme de main. C’était peut-être réducteur, et ça touchait sûrement la fierté d’Asch, mais c’était la vérité.

« Normal qu’on ne t’en ait pas parlé, regarde dans l’état que tu te mets… Sérieux, calme-toi, le mur derrière toi est en train de morfler pour rien. »

Toujours aussi cool et zen, Mugen soupira, et continua ensuite d’une voix calme :

« Ca peut paraître étrange, mais ici c’est le seul endroit où tu puisses rester à l’abri tout en travaillant à l’armée. J’espère que t’as pas peur en moto. »

Mugen semblait passer du coq à l’âne, mais il était évident que c’était lui qui allait devoir conduire Asch matin et soir au boulot, sauf si par hasard il avait une mission longue durée. Ce n’était que provisoire, du moins l’Alpha l’espérait. Avoir quelqu’un d’autre sur sa moto chérie, ça lui ferait vraiment bizarre. Et de nouveau, alors qu’il allait lui dire quelque chose, Mugen s’arrêta, et préféra dire à la place :

« Ah, Jen arrive. Elle t’amène de quoi manger. Je suppose que t’as faim non ? T’inquiètes, t’es pas un animal de compagnie, elle va pas te nourrir tout le temps. Suffit de dire ce que tu veux, et ils iront faire les courses. Sont pas chiants pour ça. »

Ils ? Les enfants bien sûr. Les plus grands avaient une quinzaine d’années, et s’occupaient de tâches un peu plus diverses dans le domaine en compagnie de Jen. Ce n’était pas de l’esclavage, de simples services rendus plus ou moins volontairement. Mugen n’aimait pas trop qu’on vienne en foule chez lui – c'est-à-dire le bâtiment Nord – et s’occupait lui-même de son ménage et de ses courses… quand il en avait le temps. Mais pour les invités c’était un peu différent parfois… Passés les premiers jours, Asch devrait se débrouiller tout seul, ce qu’il fera sûrement avec plaisir.

Et en effet, Jen ne tarda pas à sonner puis à entrer quand Mugen le lui indiqua, en portant un paquet rempli de choses essentielles. Fallait pas déconner non plus, ce n’était pas préparé. Juste des courses de première nécessité, en réalité. Elle sourit doucement, ajoutant nerveusement qu’elle était contente de les avoir trouvés du premier coup. Bah oui, peut-être qu’ils auraient pu être à l’étage… Et elle s’en alla tout aussi rapidement, après que Mugen lui ait indiqué que Tuti et Nagayan étaient partis en douce s’amuser près de l’étang au lieu de faire leurs échauffements. Il fallait dire aussi que la peinture noircie derrière Asch n’était pas très rassurante…

« Je suis désolé, mais ton seul choix se limite à ces quatre appartements. Le reste n’est pas négociable. »

Le ton était doux mais ferme : l’Alpha ne reviendrait pas sur sa décision, quitte à devoir de nouveau casser la gueule à Asch. Au moins, ça, il comprenait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Une cage dorée [Achevé]   Dim 13 Juin - 16:05

... Le mur? Quel mur? Woops! L'odeur de brûlé avait mis le temps avant de perturber Asch. Il était tellement révulsé, tellement concentré sur sa tirade, qu'il n'avait même pas remarqué que la peinture était en train de fondre sur sa main. Il sursauta quasiment, avant de s'éloigner de quelques bons pas. A Epic Jail cette "magie" ne l'avait plus dérangé, et c'était la première fois qu'il l'expérimentait depuis... eh bien depuis la fois où c'était parti en live. Asch s'était fait à l'idée qu'il allait devoir utiliser ces compétences maudites, une fois intégré au gouvernement... Mais pour le moment, c'était comme si il avait tenu entre ses doigts une bombe en permanence sur le point d'exploser. Une boule d'angoisse se forma dans sa gorge. Il retira vite sa main et la contint dans l'autre, non sans poser des yeux ronds sur cette dernière: même si il ne les voyait pas, il sentait ses flux et était capable de déterminer leur emplacement, comme si ils avaient été une extension de son corps. Les cinq flux de sa main gauche étaient devenus comme fous. Ils sortaient de ses doigts et se tordaient, se crispaient, se glissaient entre ces derniers comme des serpents.

... Asch n'avait même plus le droit de se mettre en colère? C'était d'un frustrant! Non... Hors de question de se calmer dans cette situation, qu'il n'accepterait certainement pas. Il entreprit de respirer profondément, et de reporter son attention sur l'ennemi et sur la "bataille" en cours. Car oui... En un sens il s'agissait d'une bataille. Une bataille verbale pour sauver le peu d'honneur qui lui restait...

"... En moto?"

Pour passer du coq à l'âne, c'était réussi. Asch, de nouveau déstabilisé, en perdait les mots venimeux qu'il s'était apprêté à débiter. Pourquoi l'Alpha lui parlait-il de moto..? Asch ne savait pas conduire un engin pareil. Puis... Le train n'arrivait-il pas jusqu'à cette ville? Fort heureusement pour lui comme pour les murs de l'appartement voire pour l'appartement entier, Asch ne fut pas capable de comprendre où Shôryû voulait en venir. Entrer dans l'armée, c'était une chose. Vivre dans la demeure de l'Alpha c'en était une autre, qu'il n'était pas prêt à accepter. Aller au boulot avec l'Alpha, en tant que passager sur sa moto... Non. L'idée était tellement saugrenue qu'elle ne traversa même pas l'esprit du jeune homme, qui resta donc juste perplexe. De toute façon, on s'en foutait. Asch avait bien l'intention de ne pas se laisser faire. Puis Shôryû changea de sujet, et Asch eut enfin l'occasion de s'énerver à nouveau. Chouette. Oui, il avait faim. Oui il avait besoin d'une douche... Et non, bordel, ce n'était pas les oignons de ce type! Il grogna avec humeur:

"Qui ça ils..? Puis je m'en fiche, gardez vos courses, de toute manière je reste pas ici!"

Ca commençait à lui faire mal à la tête d'essayer de décrypter cette foutue situation, que l'Alpha semblait se plaire à lui dévoiler par morceaux. L'arrivée de cette "Jen" passa donc relativement inaperçue. Asch lui jeta un regard glacial... elle était déjà repartie. Il fourra les mains dans ses poches, ces dernières ayant a priori retrouvé une température normale - le coup de la moto l'avait bien refroidi, dans tous les sens du terme. Ainsi le reste n'était pas négociable, hein.. ? C'était ce qu'on allait voir. Si Asch n'avait plus de menottes, alors il était libre d'aller où il voulait. Merde. Après tout il avait vendu son âme contre sa putain de liberté, il pouvait bien faire ce qu'il voulait tant qu'il restait dans l'armée, maintenant!

"Je me barre. Je préfère encore dormir dehors que rester ici une seconde de plus. Tracez-moi si ça vous fait plaisir, j'irai bosser avec votre foutue armée... Mais pas question que je choisisse un de vos appartements à la con."

Il se retourna subitement, et s'éloigna, bien décidé à prendre la porte, et à sortir d'ici pour aller crécher dans la rue si il le fallait. Bien entendu, il avait réagi une fois de plus sans réfléchir... Il n'avait même pas pensé à la manière dont il allait bien pouvoir rejoindre Sérégon, alors qu'il n'avait pas un seul centime sur lui. A pied peut-être..? Mouais. On verrait les détails plus tard... Le plus important restait de s'éloigner le plus possible de l'antre du diable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Une cage dorée [Achevé]   Dim 13 Juin - 22:25

Asch était vraiment, mais VRAIMENT désespérant. Mugen en soupira encore plein de fois, alors que l’homme face à lui s’acharnait à trouver des ‘mais’ partout. Ne pouvait-il pas sagement se faire à l’idée qu’il allait désormais loger ici ? Tranquillement, sans faire d’histoires ? C’était quoi tout ce tapage là… ? Il voulait se rendre intéressant sûrement… Ah, Mugen était un peu trop conciliant parfois ! Asch ne méritait pas autant d’attention, ça ne faisait aucun doute…

« Oh que si tu restes ! »

Et voilà. Fallait pas pousser le bouchon trop loin non plus : l’Alpha avait désormais perdu toute patience. Asch avait sûrement effrayé Jen, et il avait déjà abîmé l’endroit que Mugen lui offrait grâcieusement. C’était franchement pas sport tout ça, il pourrait être un minimum reconnaissant non ? Même si ce serait oublier la fierté d’Asch. Enfin, Mugen partait du principe que désormais, sa fierté était chose négligeable, et pire même, qu’elle devait être négligée. Un criminel tel que lui n’avait pas le luxe d’avoir une fierté, tout comme il n’avait plus le luxe d’avoir un honneur. Alors, sans pitié, l’Alpha n’hésitait pas à l’avoir près de lui, l’héberger, même – et surtout – contre son gré.

« T’as pas le choix, t’as toujours pas pigé !? »

Asch tentait de s’en aller, maintenant qu’il était libre. Sauf que ses mains étaient toujours dans un état déplorable, comme pouvait le ‘voir’ Mugen. Ce dernier le laissa passer, avant de le rattraper par le col, et par derrière. Il le retourna et lui colla un monumental pain. Un coup de poing du gauche – car oui Mugen était gaucher – d’une force impressionnante, à vous en faire décoller la tête. Il ne plaisantait plus du tout.

« S’il faut te cogner pour que tu comprennes, j’vais le faire ! J’aime pas ça mais si y’a que ça qui fonctionne… je le ferais ! »

Aucun doute là-dessus, Mugen était vraiment en rogne. Asch avait réussi à lui faire perdre patience, et maintenant, ça allait vraiment chier des bulles. L’Alpha le secoua un moment, avant de le jeter lourdement sur le sol, dans le couloir, et de se tourner vers lui pour lui planter le verre miroir de ses lunettes dans la face :

« T’es pas en droit de faire le difficile, ok ? Je me fous de ta putain de fierté, je me fous de tes sentiments, je me fous de ce que TU veux, tu feras ce que JE te dis, pigé !? Et si t’es pas content c’est le même prix !!! De toute façon, je te bastonnerai jusqu’à ce que tu te calmes ! Les termes du contrat c’est CA ! Sérieux, tu me fous la nausée avec ton orgueil mal placé !!! T’as plus droit à l’orgueil depuis que tu t’es retrouvé le cul à Epic Jail ! Et putain, quand je dis que c’est pas négociable, alors ça l’est pas ! Aucune discussion ! »

Mugen marqua un temps de pause, avant de se calmer, et de se redresser – il s’était penché sur Asch en hurlant :

« Alors, t’as compris cette fois, ou faut que je te tabasse comme la dernière fois ? T’as pas assez goûté de mes poings comme ça peut-être ? »

C’était vraiment désolant d’en arriver là, mais apparemment, il n’y avait pas d’autre solution pour faire entendre raison à cet homme. Mugen en était profondément peiné, mais il n’hésiterait pas à lever de nouveau la main sur lui si ce dernier faisait encore preuve d’immaturité et de fierté déplacée. Encore et encore, jusqu’à ce qu’enfin Asch arrête de contester ses décisions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Une cage dorée [Achevé]   Lun 14 Juin - 1:04

L'avantage avec Asch, c'est que si il ne comprenait pas les mots, il comprenait relativement vite les gestes. Certes, il ne s'était pas attendu à ce genre de réaction de la part de l'Alpha... En un sens, il savait bien qu'il n'allait pas pouvoir sortir aussi facilement du domaine. Mais il ne s'était pas attendu à ce que la situation dégénère si vite, et si violemment... Ainsi lorsque Shôryû le retint par le col, et le tira en arrière, Asch eut juste le temps de penser "Oups". Oui, oups. Pas autre chose. Il avait beau être con, il savait pertinemment que dans l'état dans lequel se trouvaient ses mains, il était totalement incapable de riposter. Ces foutues menottes faisaient bien leur boulot, il n'y avait pas à dire... Même plusieurs minutes après les avoir enlevées, elles le handicapaient toujours.

Du coup, il n'essaya même pas de riposter. De toute façon il avait été pris par surprise et n'aurait sans doute pas eu le temps d'interposer sa main entre le poing de l'Alpha et sa mâchoire... Le choc lui coupa la respiration un bon coup, et lui décrocha quelques neurones - à défaut de les lui remettre en place. Il sentit sa tête partir et si l'Alpha ne l'avait pas retenu il aurait facilement pu tomber en arrière. A l'heure actuelle il lui était relativement difficile de penser. Pourtant il parvint à prendre conscience d'au moins une chose: Cette enflure était sérieuse. On ne peut plus sérieuse. Asch n'allait juste pas avoir le choix. La force et la détermination qu'avait mis l'Alpha dans ce coup lui en disaient autant que ses mots. Ils lui en disaient même plus à l'heure actuelle, vu qu'il était totalement sonné et ne comprenait que de façon hachée ce que Shôryû débitait.

Lorsque Asch retrouva ses pleines capacités, il se trouvait sur le sol, que ses mains avaient heurté lorsque l'Alpha l'y avait jeté. La douleur avait été suffisante pour le "réveiller". Il serra les dents et se redressa sur les coudes pour éviter d'avoir à forcer sur ses doigts encore douloureux. Ce qui le faisait chier dans tout ça, c'est qu'il savait que ce que tout ce que disait l'ennemi était sans doute vrai. On l'avait mal informé. Volontairement mal informé, même ,sans doute... Le coup qu'il s'était pris avait dissipé l'effet de la colère et de la surprise. Il n'avait jamais été question de le libérer à condition qu'il bosse pour l'armée. Nan... ce n'était pas la liberté qu'on lui offrait, mais un autre type de prison que celui qu'on trouvait à Epic Jail. Les conditions restaient les mêmes. Si il n'obéissait pas, sa sœur allait prendre tout aussi cher que si il avait refusé l'offre dès le départ. En définitive il n'avait aucun moyen d'échapper au sort que lui avait personnellement réservé Shôryû Mugen... C'était d'un frustrant!

Ses yeux, plantés dans ce qu'il restait de ceux de son adversaire, changeaient progressivement d'expression. Il y avait quelque chose qui l'avait vraiment troublé dans ce qu'avait dit l'Alpha. Au sujet d'Epic Jail. Il n'avait plus droit à l'orgueil, c'était bien ça..? Oui... Les images de cette foutue soirée lui revenaient bien, maintenant qu'on le forçait à y penser... L'aveugle n'avait peut-être pas voulu parler des meurtres causés par Asch cette nuit là... Ce furent pourtant ces derniers qui rappelèrent au roux ses résolutions trop vite balayées. Il resta un long instant immobile. Son sang se glaçait progressivement, tandis que son regard perdait la lueur de vie qui l'habitait, bien vite remplacée par une détermination froide, inhumaine. De nouveau, ce regard métallique. Ca n'allait sans doute pas beaucoup troubler son interlocuteur, dont les sens risquaient purement et simplement d'ignorer ce changement.

Il était déjà allé au delà de l'excusable. Même certains membres de l'Opale maudite devaient le haïr pour la mort de leurs compagnons. Qu'avait-il à perdre à accepter cette putain d'offre jusque dans ses plus gênants détails, si elle lui permettait d'atteindre ses objectifs..? Il devait prendre sur lui. Il avait merdé, et maintenant, il devait faire son possible pour réaliser ce qu'il était encore en mesure d'accomplir. Ok... Il aiderait l'armée. Ok il crécherait chez le diable si il le fallait... Après tout, ça lui permettrait de pécher de précieuses informations au sujet du pire ennemi de l'organisation. En ce sens il était dans une situation plutôt favorable à l'Opale maudite.. nan?

Merde. Son nez pissait le sang. Il l'essuya d'un revers de bras.

"Okay... Vous voulez jouer ça... Vous n'êtes qu'une foutue bande de manipulateurs, vous le savez..? Mais ok, admettons..."

L'Alpha devait avoir au moins remarqué son changement de ton. Sa voix avait suivi la même évolution que son expression, et était en effet devenue calme, froide, et cassante. Le changement de comportement de Asch était sans doute aussi impressionnant qu'inattendu. Superbe exemple de ce que peut donner l'auto-persuasion, quand il s'agit d'oublier ses principes pour privilégier ses purs objectifs.

Asch ramena ses jambes à lui, et tenta de se relever sans avoir à trop user de ses mains... Il ne se débrouillait pas trop mal. Ce faisant il ne pouvait s'empêcher d'observer son interlocuteur, de le dévisager comme si il avait tenté de le foudroyer. Ca ne servait à rien vu que l'Alpha ne voyait rien... Mais il s'en fichait bien. Sa haine pour cet homme augmentait de secondes en secondes...

"... Vous ne perdez rien pour attendre."

Pas très original, comme menace. Et pas forcément des plus malin de dévoiler ses objectifs à mi-mots... mais personne n'a jamais prétendu que Asch était malin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Une cage dorée [Achevé]   Lun 14 Juin - 21:39

Ah, bah ça, il comprenait !!! Cet abruti d’Asch Raizer n’était peut-être pas très bon pour saisir le sens des mots de l’Alpha, mais la force de ses poings, ça il savait ! C’en était vraiment désespérant… Mugen regrettait un peu ses gestes, mais il avait vraiment eu besoin de cogner pour qu’Asch se calme enfin. Là, étendu sur le sol, ses bras meurtris passant du bleu au orange moche et ensuite au rouge… Franchement, Mugen avait presque mal pour lui. Mais non, ce crétin avait bien cherché ce qui lui arrivait.

Il ne fallait pas déconner, Asch n’était pas libre. Il ne pourra sûrement jamais l’être, à moins d’un acte de repentance sans équivoque, ce qu’il n’était pas prêt de faire. En attendant, Mugen avait quand même eu la magnanimité de lui offrir un endroit où habiter, et même si ça n’avait pas été clairement dit, l’Alpha prendrait Asch totalement… à sa charge. Ca heurtait peut-être sa petite fierté, mais ça, Mugen n’en avait strictement rien à foutre. Fallait pas venir le faire chier en premier, d’abord.

Asch se releva, tant bien que mal, en s’appuyant sur ses coudes. Vu le délire calorifique de ses mains, Mugen se doutait qu’il avait encore trop mal pour oser faire fonctionner ses mains. Ces marbrures lui donnaient franchement le vertige. Ces menottes étaient vraiment efficaces… Douloureuses, certes, mais diablement efficaces. Mugen soupira une nouvelle fois, une fois sa tirade débitée. Asch semblait marquer un temps de pause, et l’aveugle avait suffisamment l’habitude de ça pour savoir qu’en fait, ce crétin lui faisait des yeux de tueur. Ouais genre. Juste pour l’emmerder, Mugen tourna la tête sur le côté, en souriant un peu. Ce qu’il disait ? Oh, que les Despranon étaient des enfoirés… enfin rien de bien étonnant de sa part.

Ce qui était rassurant, c’était qu’il semblait vraiment calmé. Mugen allait peut-être pouvoir le laisser maintenant. Il fit un geste en direction de la sortie, et lui dit enfin :

« J’me casse. Mange, prend une douche, dors, fais ce que tu veux, de toute façon je te vois. »

L’Alpha quitta alors les lieux, laissant Asch en plan. Ou du moins était-ce ce qu’il voulait lui faire croire. En réalité, Mugen alla se planquer non loin, s’asseyant dans l’herbe tendre d’un matin qui commençait à grandir. De là où il était, il n’était absolument pas difficile pour lui de voir Asch, et d’épier ses faits et gestes. Il le laisserait mariner autant de temps qu’il le fallait, et ce jusqu’à ce qu’il se calme véritablement. Il fallait sûrement le laisser un peu seul, le temps qu’il se remette de tout ça. Si c’était possible évidemment. A vrai dire, Mugen avait également dans l’idée de le présenter aux gamins, mais ça ne serait sûrement pas possible dans l’immédiat, vu son humeur.

Et en parlant de gamins, deux des plus charmants vinrent près de Mugen, hésitants, et lui demandèrent de leur voix candides si c’était une bonne idée de faire des gâteaux à Asch cet après-midi, pour lui souhaiter la bienvenue.

« L’empoisonnez pas. »

Eiki et Allen rirent doucement, et ce même si Mugen ne le faisait pas. Ils savaient que c’était une plaisanterie de sa part, et que cela signifiait en fait un ‘oui’. Il ne pouvait pas leur garantir que ça serait bien perçu par le nouvel arrivant, mais il n’allait pas défendre aux gamins de vouloir faire plaisir à quelqu’un. Et très franchement, l’Alpha trouvait l’idée plutôt bonne. Jen allait avoir du mal avec les quinze mioches, mais bon elle commençait à avoir l’habitude maintenant. Et puis les grands coachaient les plus jeunes, ça devrait aller.

Eiki et Allen laissèrent donc Mugen seul, à nouveau, alors qu’il épiait encore l’appartement d’Asch. Il attendit là une ou deux heures, avant de revenir dans l’appart’, sans frapper, bien sûr. Il chercha Asch des yeux, demandant seulement :

« T’es calmé ? »

Y’avait intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Une cage dorée [Achevé]   Jeu 17 Juin - 17:51

[Ouééé youpi l'irl me laisse enfin souffler deux minutes.]

"Bon vent!"

Non, Asch ne l'avait pas dit. Mais il l'avait pensé tres fort. Il grogna un coup et attendit que l'Alpha daigne quitter la piece. Ok, il vivait chez lui... mais meme dans ce cadre plus il resterait loin de lui, mieux il se sentirait. Ca ne lui plaisait pas beaucoup d'apprendre que cette enflure l'aurait a l'oeil meme quand elle ne serait pas dans le coin... C'était quoi ca..? Du bluff? Ou bien c'était réellement dans ses capacités..? Apres tout c'était le despranon Alpha... ce type cachait sans doute plus d'un tour dans son sac. Pas seulement une force monstrueuse... Il était censé etre aveugle, et il voyait quand meme. La question était... "Comment?", "Avec quels détails?" et "A quelle portée?". Ah, zut. Ca en faisait trois, des questions. Oui bon ben... hein! Asch n'était pas bien renseigné. Il n'était jamais sorti de Shangyu jusque la, souvenons nous...

... En tous les cas Asch allait devoir vivre avec l'idée que ce type serait apte a savoir ce qu'il faisait exactement, constamment. Super... Pas du tout oppressant a part ca. Qu'il soit dans son lit, sous la douche ou aux chiottes, ca serait pareil? ... L'idée était choquante. Etrangement Asch parvint a ne pas s'énerver. L'idée d'etre épié et de n'avoir aucune vie privée le déprimait moins que celle d'etre forcé a trahir ses parents, visiblement.

Comme il était de nouveau debout, il frotta ses mains l'une contre l'autre et soupira. Il avait du mal a sentir ses doigts, mais, au moins le frottement ne lui était plus insupportable. Bon... Et maintenant que l'autre était parti... Il avait besoin de se calmer, et de se remettre les idées en place. Pour ca, pas trente six solutions... mais une a laquelle il était habitué. Pour la premiere fois - ou presque - il regarda ce qu'il avait autour de lui, et en fit un inventaire sommaire.

En toute objectivité, c'était vraiment pas mal. Simple et clean. Il passa par la chambre, et constata la présence d'un grand lit. Les draps gris contrastaient avec le crépi d'intérieur blanc cassé qui décorait les murs. Le bois des meubles - armoire, commode, table de chevet - était si sombre qu'il semblait noir. Asch trouva rapidement la salle de bain, a laquelle on accédait par la chambre, et il s'y engouffra. La, c'était le carrelage qui était gris. La lumiere filtrait au travers une petite fenetre recouverte d'un store blanc. Asch visa tout d'abord le lavabo. Chiant de l'admettre, mais il avait en effet besoin de réchauffer un peu ses bras. Il mit l'eau tiede... puis tourna carrément le robinet alors qu'il constatait que la dite eau tiede ne lui faisait ni chaud ni froid. Une onde de chaleur commenca a envahir son corps. Il soupira... ouf. Bonheur... ses bras commencaient a retrouver la vie. Il ouvrit, et referma ses doigts, lentement, puis plus surement.

Quelques minutes plus tard, ses bras étaient revenus a leur état normal. Enfin... Du moins, a quelque chose qui y ressemblait. L'effet des menottes ne se résorberait sans doute pas si vite, il risquait d'avoir un peu mal durant plusieurs heures encore. Il commenca donc a se déshabiller, sur le chemin de la douche. Tant pis si l'Alpha le matait dans le meme temps... Il avait bien besoin de ca pour se remettre les idées en place! Il fonca dans la cabine, tourna le bouton d'eau froide et...

... crut instantanément mourir. Un cri de douleur surpris lui échappa et il manqua bel et bien de tourner de l'oeil. Il sursauta, et recula jusqu'a se coller contre la paroi de la douche, bien loin du jet d'eau meurtrier. Trois secondes sous l'eau, et il se sentait completement engourdi... Il tremblait comme une feuille, et tenait a peine sur ses pieds.

"Bordel mais qu'est-ce que..?"

... Un... deux. Trois secondes de silence plus tard, Asch commenca a faire le lien entre son malaise, la température de l'eau et... la frilosité qu'il avait développé depuis la nuit de l'attaque. Il jura bruyamment, et tenta de contourner le jet d'eau pour refermer l'eau froide, serrer bieeen fort le robinet, jusqu'a ce que les jointures de ses mains deviennent blanches. Soupir de soulagement. Asch passa une main contre son front et repoussa une meche mouillée qui le dérangeait. Voila que ces foutus pouvoirs allaient l'empecher de prendre des douches froides pour se ressourcer maintenant... Merde!

Renfrogné il fit de nouveau couler l'eau en prenant garde a éviter les températures glaciales, cette fois. Ok... tant pis pour son idée. Comme elle était tombée a l'eau (ohoho) il n'avait plus qu'a prendre une véritable douche, dont il avait bien besoin aussi.

Quelques minutes plus tard il était propre comme un sou neuf. Il sortit de la douche et s'approcha donc - en grincant des dents - des vetements qui semblaient avoir été posés la pour lui. Tss... Ca le faisait vraiment suer de devoir s'en contenter. Mais puisqu'il n'avait pas le choix...

Le bas fut rapidement mis. Lorsqu'il passa au T-shirts cela dit... Il eut son deuxieme Blue Screen of the Death de la journée. Il resta muet devant un instant... avant de prendre quelques couleur, du fait d'un nouvel acces de colere.

"Mais il se FOUT DE MOI??!"

Il jeta le T-shirt qu'il avait dans les mains, sans réfléchir. Le bout de tissu malmené se retrouva en boule sur le sol. Asch se retint de justesse de shooter dedans. La phrase inscrite sur le vetement lui brulait le cerveau... "Fuck da system". Hahaha. Tres drole. Asch aurait difficilement pu savoir que l'Alpha avait des gouts vestimentaires quelques peu spéciaux vis a vis de son rang. A ses yeux, il s'agissait de pure provocation. Ce n'était pas exactement le genre de chose qu'un dirigeant offre a un révolutionnaire sans arriere-pensée... et sans une GROSSE pointe d'ironie. Les poings serrés, il s'éloigna du T-shirt sans prendre la peine de le ramasser. Il prit sa chemise, qu'il avait posé sur une chaise. Il l'enfila rageusement, et ne prit meme pas la peine d'en arranger la tenue, ni meme de la fermer.

Il avait besoin de se détendre... de décompresser, histoire de recouvrir son calme et d'éviter toute réaction stupide et contraire a ses plans. Il avait la tres forte envie de sortir de la propriété en furie et de chercher Shoryu pour aller lui en foutre un. Le probleme... c'est que ca risquait tres fortement de se retourner contre lui. Il n'avait pas encore perdu de dents en se frottant de trop pres a cet homme et s'en trouvait bien chanceux.. inutile de tenter le diable.

Une fois arrivé dans le salon, il s'effondra dans le sofa qui y était disposé. Il s'agissait d'un canapé de cuir noir. Plutot classe. Plutot confortable, aussi. La fraicheur du cuir le calma instantanément, fort heureusement dans le sens positif du terme cette fois. Il soupira, et croisa les bras derriere sa tete, pour observer le plafond.

Le silence était profondément apaisant. Il était seul - on allait dire - au calme, et installé confortablement. Pas si mal quand on voyait ou il avait passé ses dernieres semaines... Cela dit son esprit était un véritable champ de bataille, parsemé de doutes, de craintes. Tout cela le rendait malade. Trop de nouveauté... trop de détails contraignants...

Il s'était persuadé qu'il parviendrait a aider l'organisation en acceptant l'offre du gouvernement... Mais il n'était meme pas sur que l'Opale maudite approuvait son geste. Si ca se trouve, sa soeur elle meme le maudissait pour avoir accepté de vendre son ame au diable. Ca pesait tres lourd sur sa conscience. Regrettait-il ceci dit? Pas vraiment. Il n'était plus a ce détail pres. Il avait déja liquidé toute une équipe appartenant a l'orga de toute maniere... Quant aux pouvoirs qu'il avait développé...

Il savait que certains membres de l'Opale maudite était des mages, qui refusaient d'utiliser leur pouvoir. Cela dit, qu'Asch en possede personnellement, des pouvoirs... Il n'était pas dit que ses parents apprécient. Déja que le courant n'avait jamais vraiment bien passé... Cette fois-ci...

Il soupira, pour tenter de se libérer de son angoisse. En vain. Il leva un bras et le laissa retomber sur ses yeux. Si ca se trouve il avait été abandonné, voire renié, par l'ensemble de l'organisation. Merde. Il n'avait sans doute pas que cela a penser... Ca allait l'empecher d'avancer si il se mettait a se poser ce genre de questions...

Puis il y eut une voix, qui coupa court au silence reposant, comme a ses houleuses réflexions. Asch retira bien vite le bras devant ses yeux, et tourna ces derniers sur... une vision désagréable. Non pas que l'Alpha fut moche, hein. Mais il n'avait certainement pas envie de le voir a nouveau. ... Euh... d'ailleurs, pourquoi se faisait-il ce genre de réflexions?

Aucun intéret. Asch se tourna de sorte a reposer sur le flanc, le visage face au dossier du canapé.

"Foutez moi la paix..."

... L'Alpha pouvait AU MOINS éviter de le coller, nan? Il voulait rester seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Une cage dorée [Achevé]   Ven 18 Juin - 9:36

Mugen ne put s’empêcher de sourire alors qu’il épiait de loin les faits et gestes d’Asch Raizer. Il l’avait laissé seul dans son appart, et le jaugeait désormais, espérant qu’il puisse se tenir à carreau. Sans quoi, c’était retour à Epic Jail. L’Alpha aimait prendre des risques, mais pas inutilement non plus ! Enfin bref… Le regarder se déshabiller ou se doucher, Mugen s’en foutait éperdument. Pour lui et sa vision plutôt particulière du monde, les vêtements étaient négligeables : il ne les distinguait que très mal, sauf s’ils étaient vraiment épais ou de forme inhabituelle. Un mec nu ou un mec en pantalon et chemise, pour l’Alpha, c’était kiff kiff bourricot. Par contre, ce qui le fit rire, c’est la réaction d’Asch face à ses t-shirts. Ce n’était pas une erreur à l’achat, ni du foutage de gueule vraiment précis, c’est juste que Mugen adorait ces t-shirts, et qu’il ne portait que ça, en fait. Mis à part bien sûr les chemises qu’il devait porter avec la tenue officielle d’Alpha. Qu’il mettait rarement d’ailleurs !

N’empêche, Mugen était déçu de voir qu’Asch préférait remettre sa chemise plutôt que de porter un de ses super t-shirts de la mort qui tue… C’est alors que les gamins arrivèrent, et demandèrent non sans être intimidés, s’ils pouvaient offrir quelque chose au nouvel arrivant. Après une réponse évasive de l’Alpha – qui n’avait pas interdit aux enfants de confectionner leur gâteau – ils repartirent d’où ils étaient venus. Et le temps passa… Une ou deux heures plus tard, il était peut-être temps d’aller voir Asch, non ? Il s’était affalé dans le canapé, sûrement fatigué de ce début de journée chaotique.

Lentement, l’Alpha se releva, et se dirigea vers l’appartement, où il pénétra subrepticement, jusqu’à arriver dans son salon. Asch était toujours étendu dans le canapé, alors que Mugen lui demandait s’il était enfin calmé. La réponse de l’homme le fit sourire doucement : c’était un ‘oui’, n’est-ce pas ? Tout ce que semblait vouloir Asch, c’était être seul. L’Alpha n’était pas assez débile pour ne pas le remarquer. Pas de bol pourtant ! Il n’en avait pas encore fini avec le nouvel arrivant au domaine Shôryû. Mugen plongea la main dans sa poche, et en sortit une carte qu’il jeta sur la table basse :

« Ta carte bancaire. T’as l’équivalent d’un mois de salaire de soldat dessus, pour commencer. Je te cache rien : j’vais jeter un œil aux relevés. Enfin, façon de parler. Mais pour le reste, c’est ta thune t’en fais ce que tu veux. Hormis financer des organisations louches, ou acheter des armes. »

C’était une sorte de test : Mugen voulait savoir s’il pouvait faire confiance à Asch. La plupart des gens ne se seraient même pas posé la question : comment faire confiance à quelqu’un qui avait tenté de vous séquestrer et qui faisait partie d’un groupuscule extrémiste qui en voulait à votre peau ? Bah, Mugen, lui, il peut. Son instinct lui disait que ce Asch n’était pas aussi dangereux qu’il voulait le paraître. Dommage pour lui, hein ?

Une fois cette carte laissée sur la table basse, l’Alpha tourna les talons, et repartit d’où il était venu. Bien sûr, il lâcha un petit ‘A plus !’ à Asch avant de quitter son appartement, et repartit dans le parc. Il chercha du regard… enfin de sa ‘vision’ Eiki et Allen, et les trouva au milieu de tous les autres gamins, qui étaient en train de réviser les bases de l’aïkido. Mugen leur fit cours une petite heure, leur enseignant quelques mouvements défensifs très utiles. Une fois cette heure achevée, il les salua – et eux firent de même – avant de se relever.

« Eiki ! Allen ! »

Les deux gamins vinrent rapidement près de Mugen, qu’ils saluèrent de nouveau. Ils s’attendaient à être grondés, vu leur gestuelle : Eiki avait les genoux tremblants, et Allen se triturait les doigts.

« Hé, zen. J’voulais juste vous dire qu’il vaudrait mieux attendre demain pour les cadeaux. Asch est fatigué. »

Les enfants, soulagés, hochèrent la tête, signe qu’ils avaient compris, et s’en allèrent ensuite rejoindre leurs amis. Mugen, quant à lui, fit un crochet par la piscine avant d’aller manger un truc… Ouais, l’arrivée d’Asch risquait de bousculer les habitudes du domaine mais… c’était exactement ça qui était intéressant !!!

[Fin – sauf si tu veux ajouter quelque chose Asch Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Une cage dorée [Achevé]   Ven 18 Juin - 16:17

[ Bon allez hop une petite derniere pour la route Wink ]

Bon ben, raté. L'Alpha ne semblait pas pret a laisser Asch tranquille. Pas grave... Asch ne s'était pas attendu a ce qu'il parte aussi facilement. Il soupira profondément, se fichant comme de l'an 40 de montrer a quel point la présence de Shoryu l'ennuyait. Qu'il l'incite ou non a le provoquer... il avait l'impression que cela reviendrait au meme.

La raison de la présence de l'homme parvint tout de meme a le surprendre. Il cligna des yeux et se fit plus attentif, quoiqu'il continuat de tourner le dos a son interlocuteur.

Une carte bancaire..? Pour lui? Ouais. Ca semblait logique. Vu comme c'était parti, Asch avait pourtant eu l'impression qu'on ne lui accorderait pas meme un chouilla de liberté sur ses achats. Cette nouvelle l'apaisait un peu. Meme si il se doutait que ses comptes seraient surveillés de pres, oui, évidemment...

Pas question de bouger. Pas question de réagir. Pas question de donner a l'autre enflure une raison de rester. Asch ne recommenca a respirer que lorsque l'Alpha daigna sortir et cesser de polluer son espace vital. Il se redressa alors d'un coup, non sans raler dans sa barbe:

"Surtout te sens pas obligé de revenir..."

Bien entendu cette réplique n'avait été destinée qu'a calmer sa hargne et n'avait en aucun cas été sortie a un moment ou l'Alpha était encore susceptible de l'entendre. Asch tourna les yeux sur la table basse. Pauvre table basse. Aurait-elle été en bois qu'un tel regard lui aurait sans doute fait prendre feu...

Il chopa la carte entre son pouce et son index, et la souleva a hauteur de son visage, pour l'observer. Un salaire de soldat, hein..? Tssht. Ca n'allait pas bien dur d'obéir aux demandes de l'autre débile tout compte fait. L'Opale maudite était une organisation étendue, plus puissante que ce que semblaient encore le penser les autorités. Elle n'avait en aucun cas besoin du pauvre salaire d'un soldat de troisieme classe... Elle se débrouillait toute seule, et possédait assez d'armes pour que l'aide d'Asch ne soit pas requise.

En revanche des armes pour lui-meme... Asch pourrait peut-etre y penser, tout de meme. Il pouvait retirer l'argent. Il pouvait payer en liquide. Comment Shoryu serait-il capable de tracer ses dépenses comme ca, hein? Haha! Certes il ne fallait pas qu'il retire trop d'un coup, ca serait suspect. Quoique... Rien que pour l'emmerder, Asch se voyait bien ne faire QUE des retraits, et payer ses courses exclusivement en liquide, et cela quelles qu'elles soient. Haha! Ouais! Il allait faire ca! Et plus tard lorqu'il aurait mis assez de fric de coté, peut-etre..

La vérité le frappa alors de plein fouet: A quoi bon acheter des armes si il ne pouvait pas s'en servir..? Il y avait Elye. Cette simple raison l'empechait de penser a se rebeller. Il ne pouvait pas fuir. Il ne pouvait blesser quiconque. La seule chose qu'il aurait pu faire peut-etre... c'est faire passer une quelconque agression pour un accident. Le probleme, c'est qu'il était trop con pour monter ce genre de plan. Blasé par sa propre impuissance, il mit la carte bleue dans sa poche, remonta les pieds sur le bord du canapé, posa les coudes sur ses genoux, et son visage dans le creux de ses bras. Il soupira encore.

Des armes... On lui en passerait sans doute une fois qu'il aurait pris ses fonctions. Et si ce n'était pas le cas il pourrait toujours se démerder pour réunir la somme a force de retraits en liquide, certes... Mais meme si il se payait un flingue, ou quoi que ce soit de ce genre, il ne pourrait pas l'utiliser contre le gouvernement. Dans le meilleur des cas ca lui éviterait d'utiliser ses pouvoirs - l'exploitation de ses capacités restant pour lui une hérésie.

Il ne pouvait absolument rien faire contre Shoryu Mugen. A défaut, il allait se payer sa tete. Le distributeur de billets allait chauffer... Ce genre de vengeance était aussi inutile que puéril, mais au moins, en un sens, ca le défoulerait.

[FIN]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Une cage dorée [Achevé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Nimla - Banlieu de Sérégon]Une cage dorée [Achevé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alternative Future :: SIIRASTAN :: Séregon-