Encyclopédie
Présentations
Carnet de Bord
[RP]Siirastan
[RP]Mycra
[RP]Shizuku
[RP]Autres
Archives
AccueilFAQRechercherMembresConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 [Nimla - Banlieu de Sérégon] Une rencontre dans le jardin [Achevé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Mesut Simarik

avatar

Messages : 19
Age : 29

MessageSujet: [Nimla - Banlieu de Sérégon] Une rencontre dans le jardin [Achevé]   Lun 12 Juil - 18:50

Dans l'immense domaine des Shôryu vit une espèce très particulière: un jardinier. Parmi les hectares qui composent le jardin, un homme est le centre de toute l'attention végétale. Sous un arbre, l'homme est penché par dessus un parterre de fleurs.
Habillé d'un magnifique tablier vert maculé de traces de terre, il prend soin des fleurs. Dans sa main repose un objet de jardin au long cou qui délivre une fine pluie d'eau sur la terre sèche. Les plantes avaient très soif et voici leurs sauveur.

Maintenant qu'il se redresse, un visage ce découvre sous le grand chapeau qui le protège du soleil. Il semble leur parler, leur réciter quelque chose... En s'approchant, on peut l'entendre murmurer:

"Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d'automne,
Je respire l'odeur de ton sein chaleureux,
Je vois se dérouler des rivages heureux
Qu'éblouissent les feux d'un soleil monotone "


Les plantes semblent ravies. Sauf une qui fait la tête... Seule dans son coin. Il peut comprendre leur langage, certaine n'aime pas Les fleurs du Mal...

"Allons, allons ma chère, si vous n'aimez pas la poésie antique, que puis-je vous dire ?"

Quelqu'un d'autre ne verrait rien, mais lui arrive à capter ce minuscule frémissement de tige qu'il interprète selon ses désirs (et surtout ses délires.). Mesut s'étira un grand coup après avoir posé son arrosoir sur l'herbe. Il enleva ensuite ses bottes et s'assit dans l'herbe à coté de la mécontente. C'était une sorte de violette. Seulement celle ci, tout comme la plupart des plantes du monde, a été changé par la magie. Rien à voir avec la magnoliopsyda viola du 20eme siècle ! La corolle violette de la grincheuse s'en retrouve tachetée de goutes irisées comme les ailes d'une libellule. Bien que du plus bel effet, ça lui donne un mauvais caractère ! Heureusement que Mesut à l'habitude avec les plantes !

* Pff... Quel tête de mule celle là... *


Dernière édition par Mesut Simarik le Jeu 15 Juil - 7:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon] Une rencontre dans le jardin [Achevé]   Mar 13 Juil - 11:41

Dans l'immense domaine des Shôryu vit depuis peu une autre espèce très particulière: un criminel en repentance forcée. Difficile de le définir autrement puisque depuis son arrivée, Asch n'avait absolument rien fait de particulier... Certes, il se remettait progressivement de tout ce qui lui était récemment arrivé. Tout avait été très vite: la catastrophe, l'apparition de ses pouvoirs, la déchéance de l'Opale Maudite, la dislocation de sa famille, marquée par l'enlèvement de sa sœur... Et, cerise sur le gâteau, la manière dont les autorités se fichaient royalement de sa gueule en lui permettant de vivre à condition qu'il accepte de cohabiter avec son pire ennemi: L'incarnation du mal dans son esprit encore très étriqué: en bref, l'Alpha.

Alors voilà. Que pouvait-il faire de plus que d'attendre qu'on le conduise au siège du gouvernement, où il devrait trouver sa nouvelle place..? Il n'y couperait pas. Que pouvait-il faire de plus que de méditer en silence, que de broyer du noir en essayant de croiser le moins de monde possible dans le domaine..? Il n'était même pas certain d'avoir le droit de sortir d'ici tant qu'il n'aurait pas effectivement pris ses nouvelles fonctions. Et il était bien trop con pour monter des plans. L'obéissance... C'était sans doute le seul moyen qu'il avait d'obtenir, un jour peut-être, la liberté de sa sœur. Ses envies gamines de rébellion étaient peu à peu en train de s'éteindre. Elles avaient été le fruit de sa surprise et de sa révulsion lorsque la veille il avait appris qu'il allait servir d'animal de compagnie au chef du gouvernement... Il n'aiderait ni l'orga, ni sa frangine en se rebellant connement. Bien sûr, il savait que si on lui courait sur le haricot il n'allait pas pouvoir se retenir d'en envoyer dans les dents à un peu tout le monde. Il était bien trop à cran pour ça. Mais il fallait qu'il soit pragmatique... Il n'allait pas pouvoir se dérober éternellement.

Asch soupira et leva une main. Il l'observa attentivement. Même si il ne les voyait pas, il sentait les flux d'énergie qui couraient au travers ses doigts. Ils étaient comme autant de détentes sensibles... Il avait besoin de se concentrer constamment pour que ces idiots de flux ne partent pas en tout sens et ne fassent pas n'importe quoi. Comme si ils avaient été trop chargés... Ou bien trop huilés, et qu'ils lui filaient entre les doigts. Il soupira encore et laissa bras comme tête retomber. Tout cela l'accablait réellement. Il se sentait sale de posséder cette puissance... La température de son corps trop élevée lui donnait l'impression d'être une sorte de puit de magie calorifique... En plus de ça, il fallait que cette magie soit totalement incontrôlable. Et en plus de ça il allait falloir qu'il la mette à profit plutôt que de tenter de la neutraliser... Son amour propre déjà quasi inexistant n'arrêtait plus de se prendre des coups. A force de lui enfoncer la tête sous l'eau on allait finir par lui faire bouffer le carrelage de la piscine.

Rien n'était plus pareil. Après avoir passé une nuit agitée il s'était réveillé, la tête pleine de soucis. Il avait tapé rapidement dans les réserves qu'on lui avait apportées - puisqu'elles étaient là... - puis il avait fait le tour de l'appart à plusieurs reprises, sans parvenir à évacuer ses idées noires. Il avait somnolé dans son lit... Dans le canapé... Aux quelques endroits de l'appart où c'était possible... Puis comme il ne tenait plus en place il avait décidé de sortir dans le jardin, quitte à risquer de rencontrer quelqu'un. Il avait alors longuement marché, essayant de s'imprégner de l'odeur des fleurs, de la nature et du soleil. Mais tout cela lui semblait bien léger, incapable de balayer le poids qu'il avait sur l'estomac...

Il avait fini par s'asseoir dans l'herbe et par se remettre à méditer... avant de regarder dans le vide. A force, plus rien ne se passait dans son crâne. Son angoisse et son affliction étaient seules maîtresses à bord. Le soleil brillait et aurait dû le réchauffer, et pourtant il parvenait à peine à lui éviter d'avoir froid. Ca n'avait rien d'agréable. Pouvoirs de merde.

Il se releva, à nouveau incapable de rester en place. Il se remit à marcher, les mains dans les poches et les yeux plantés sur le sol. Il était sans doute temps de rentrer... Il aurait était naïf de croire qu'on allait le laisser passer la journée à fainéanter.

C'est à ce moment, après quelques minutes, alors qu'il avançait et qu'il se croyait seul, qu'il entendit une voix d'homme. Ce n'était pas franchement audible, mais le silence était tel que cette voix atteint tout de même son tympan. Ce n'était pas l'Alpha, et vraisemblablement pas l'un des gosses que ce dernier hébergeait, à moins que le gosse en question ait effectué une mue éclair... Quoiqu'il en soit, Asch releva la tête, piqué d'intérêt. On a toujours tendance à s'intéresser à tout et n'importe quoi quand absolument rien d'autre ne parvient à nous distraire... Surtout que même si il ne se l'avouait pas, il aurait tout fait pour éviter de rentrer et de devoir faire face à sa nouvelle réalité.

Son regard mort et froid rencontra bientôt l'image d'un homme qui était en train de s'asseoir. Bottes, chapeau, arrosoir... L'image était assez parlante et même Asch n'eut aucun mal à comprendre qu'il devait s'agir d'une sorte de jardinier. Rien d'étonnant, en somme. Des employés de ce genre l'Alpha devait en avoir des dizaines. Sauf que voilà. Asch était loin d'imaginer qu'un type normal et sain d'esprit (?) pouvait parler aux fleurs. Il ne s'était de plus jamais intéressé aux plantes...

"...Vous avez dit quelque chose?"

Tout de suite, il se sentit stupide. Généralement on commence par "bonjour". C'est pas comme si l'autre avait eu l'air de s'adresser à lui, en plus... Mais en même temps, il n'y avait personne d'autre alentour. Le doute avait le don de dégeler très légèrement ses prunelles turquoises, qui étaient cela dit encore fort inexpressives. Il gardait sa moue de mauvaise humeur, qu'il arborait de toute manière sans même en avoir conscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mesut Simarik

avatar

Messages : 19
Age : 29

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon] Une rencontre dans le jardin [Achevé]   Mar 13 Juil - 15:17

La journée avait été bien remplie. Dès potron-minet le jardinier était à son poste, commençant par son arrosage machinal de tout ce qui nécessitait de boire quotidiennement dans le domaine. Ensuite, aérer la terre de nouveau parterre derrière sa petite cabane. L’après midi n’avait pas grand-chose de particulier hormis la coupe des arbres et le second arrosage.

Mesut se reposait un peu dans l’herbe verte. Elle s’étendait partout autour de lui. Le domaine était vaste et seul lui-même en connaissait les moindres recoins. Le moindre centimètre carrée de touffes d’herbe, de fleurs, d’arbres ou arbuste en tout genre…
D’ailleurs, il s’étonnait parfois de si bien connaître le jardin et si peu ceux qui y vivaient.
Alors qu’il se détendait un petit peu afin de profiter du paysage qu’il entretenait, un homme s’approcha de lui.

Il regarda l’inconnu avec des yeux de merlan frit. Le monsieur semblait plutôt belle homme. Mais il n’avait pas bonne mine… Le pauvre chou semblait en manque de sommeil en plus d’être sans doute perdu dans toute cette verdure. Les regards bleus se croisèrent soudain et Mesut enregistra ce qu’on venait de lui dire.

"Euh… M… Oui ?"

Balbutia-t-il à demi conscient, sans cesser de se plonger dans le regard réfrigéré de son interlocuteur. Puis son cerveau (surtout sa raison) reprit le dessus sur la candeur, non sans donner un coup de pied à la bêtise et après avoir bercé la surprise. Ça y est, il est conscient de A à Z.

"Pardon, je parlais aux plantes. Elles poussent mieux quand on leur parle. "


Il se leva proprement et s’épousseta, enleva ses gants et tendit la main. Un large sourire jusqu’aux oreilles se dessina sur son visage.

"Mesut. Mesut Simarik, jardinier particulier de la famille Shôryu. Enchanté !"


Dernière édition par Mesut Simarik le Jeu 15 Juil - 7:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon] Une rencontre dans le jardin [Achevé]   Mer 14 Juil - 9:23

Il ne fallut pas plus de quelques secondes à Asch pour se rende compte que, oui, effectivement, il avait utilisé de la salive pour rien. Le jardinier s'était vraisemblablement parlé à lui-même, vu qu'il était à l'heure actuelle plongé dans ses pensées et semblait ne s'être qu'à peine aperçu de sa présence. Asch leva très légèrement le sourcil... Sans plus. Après tout c'était le genre de chose qui pouvait arriver à tout le monde... Il était sur le point de partir, sans plus insister, lorsque finalement son interlocuteur réagit.

Les explications de ce dernier amenèrent Asch à réviser totalement son jugement au sujet de l'homme. Parler aux plantes pour mieux les faire pousser..? Mais bien sûr... C'était quoi ça? Encore une magie impie? Ou bien cet homme était-il devenu totalement timbré à force de devoir s'occuper d'une étendue de nature pareille - d'ailleurs, était-il seul à s'occuper du domaine? La tâche semblait titanesque. Asch n'était pas très en forme, en effet. Du coup, peu désireux de se lancer dans un débat qui ne l'aurait sans doute pas intéressé, il se garda bien de tout commentaire désobligeant.

"Je vois..."

Ca ne l'empêcha pas d'observer son interlocuteur d'un air où se mêlaient scepticisme et incrédulité. Il ne le détailla pas plus longtemps. Il baissa les yeux sur la main qu'on lui tendait, et laissa deux secondes s'écouler. ... Il était seul parmi ses ennemis... mais le destin en avait fait ses alliés. Il n'y avait sans doute aucun mal à faire la connaissance d'un jardinier. De toute manière il allait être obligé de s'attacher de près ou de loin à tout un tas de gens sur qui il aurait préféré cracher en temps normal... Bref. Cet homme n'avait - pour le moment - rien fait qui puisse lui attirer ses foudres, et a priori la folie n'était pas contagieuse. Il accepta donc sa poignée de main, quoique il fut loin d'avoir le sourire lorsqu'il lui répondit.

"... Asch Raizer."

... Il tenta bien d'expliquer sa présence ici par une phrase, mais aucune de décente ne lui vint. De toute manière, son nom parlait pour lui... En effet, il y avait quelques semaines de ça, il avait fait la une des journaux. Il était devenu une bête noire, un ennemi public, et ce en l'espace d'une journée. Il s'était fait un nombre incalculable d'ennemis et ce Mesut n'était sans doute pas passé à côté de l'information: oui, il se trouvait bel et bien en face du type qui, avec quelques membres de son groupe "terroriste" - l'Opale Maudite n'était initialement pas un groupe terroriste - avait tenté d'enlever l'Alpha. Asch avait alors perdu le contrôle de pouvoirs dont il s'ignorait propriétaire. L'Alpha avait été blessé, et il y avait eu des morts, dont un jeune homme innocent qui s'était un peu retrouvé là... "au mauvais endroit, au mauvais moment". Résumons donc. Mesut était en face d'un homme qui était à l'heure actuelle connu pour être un terroriste, et un meurtrier. Ajoutons que la température de sa main devait tourner aux alentours des 55°C - il avait vraiment un mal de chien à contrôler ses flux. Asch ne détourna pas son regard, resté de glace. Il ne devait pas avoir honte de ce qu'il avait fait. Les meurtres avaient été aussi inutiles qu'involontaires, certes... Mais il croyait en l'Opale Maudite et se fichait bien de ce qu'on pouvait dire de lui ou penser de lui tant qu'il suivait la voie qu'il s'était choisie.

L'information s'était moins répandue mais certaines personnes, surtout des membres du gouvernement, savaient qu'on avait épargné la peine capitale à Asch à condition qu'il rejoigne le gouvernement et habite chez l'homme qu'il avait pourtant essayé d'enlever. Si Mesut était au courant alors il serait sans doute moins surpris de le rencontrer ici... Sinon eh bien... Tant pis. Asch se fichait bien de sa réaction pour tout dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mesut Simarik

avatar

Messages : 19
Age : 29

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon] Une rencontre dans le jardin [Achevé]   Jeu 15 Juil - 7:17

Mesut lui serra la main sans forcer. Une étrange chaleur enveloppait ses doits. Des petits picotements commencèrent à se faire sentir alors qu’il rompait leur poignée de main. En essayant d’être le plus discret du monde il se massa légèrement la main un peu rougie par le contact d’une peau aussi chaude. Il y avait quelque chose d’anormal chez son interlocuteur. Il soupçonna une fièvre, son vis-à-vis ayant l’air éreinter. Mais même une fièvre ne pouvait faire monter la température d’un homme à ce point. Il ne voyait qu’une réponse : La magie.

Alors qu’il s’apprêtait à lui poser une question, l’individu lui donna son nom. Un nom qu’il avait déjà entendu. Asch Raizer. Il prit un moment pour réfléchir.
*Quand ai-je entendu ce nom… Le Mugen-napeur ?!*

Il eut une étincelle de compréhension dans son regard, puis, toujours souriant, il croisa ses mains devant lui.

"C’est donc vous qui avait tenté de me retirer le Despranòn… Vous vous êtes pas mal loupé… Mais au moins, vous n’avez pas été exécuté ! Les herbes que m’a demandées Mugen étaient donc pour des blessures sans doute infligées par vous…"

Ces paroles avaient de quoi choquer. On ne pouvait y déceler ni ton accusateur ni peur d’être devant un tueur. Il semblait le plus naturel du monde que Asch soit en ce moment avec lui, dans le domaine des Shôryu. Mugen avait très peu de personne chez lui. En dehors des enfants du dojo et du personnel de maison, personne ne venait ici. Chose plus rare encore, personne ne vivait avec lui ! Même Mesut avait emménagé dans une petite maison à quelques minutes de la demeure pour des raisons personnelles. Le bâtiment d’habitation restait désert… Et pourtant le jardinier pressentait que cela changerait bientôt.

"Vous habitez dans le domaine depuis peu non ? Mugen n’aime pas beaucoup avoir des gens chez lui et pourtant il vous garde ici. Vous devez être très spécial."
Il marqua une pause.

"Vous vouliez l’enlever, vous échouez et vous vous retrouvez ici. Vous allez voir, c’est assez calme. On s’y sent bien, j’ai vécu ici toute mon adolescence et le début de ma vie d’adulte."

Toute trace de frivolité avait disparu de son visage. Mesut avait un air plus sérieux et beaucoup plus adulte. Une idée de conversation lui vint. Alors, il changea de sujet sur un ton plus léger, ponctuant sa phrase par une petite remarque amusée.

"Assez parler du passé ! Parlons un peu de vôtre pouvoir magique. Car vous manipulez la magie n’est ce pas ? Notre poignée de mains m’a appris que cette chaleur n’est sans doute pas naturelle. Cela doit être agréable de rester prés de vous l’hiver. "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon] Une rencontre dans le jardin [Achevé]   Jeu 15 Juil - 10:09

Asch ne savait pas trop ce qui aurait été préférable... Ça, ou bien que le jardinier prenne peur et tente de mettre fin à la conversation par tous les moyens possibles. Dans le deuxième cas, au moins Asch aurait compris sa réaction. Il accusa le coup et cligna des yeux, tandis qu'il tentait de trouver à répondre au jardinier.

"Euh..."

Il s'était... Bien loupé, c'était le terme, oui. Mais Asch ne se serait pas imaginé que quiconque - si ce n'est l'Alpha peut-être - irait se permettre de le lui envoyer dans la face de cette manière, et sur un ton aussi détaché. Comme si ils avaient parlé de cageots de tomates ou bien d'acheter le pain pour le repas du midi... Lui-même n'arrivait pas à envisager les événements avec autant de calme et de légèreté, alors qu'il essayait pourtant de se convaincre que les meurtres qui avaient eu lieu ce soir là avaient été un mal commun... Le genre de sacrifice qu'il aurait sans doute à faire à nouveau par l'avenir.

Il ne parvenait plus à garder une expression neutre et son regard se décongelait à vue d'œil, prenait vie, et s'emplissait d'une étincelle d'incompréhension. Ça devenait du grand n'importe quoi, là.

"J'ai absolument rien de spécial... C'est une lubie qu'il a je ne vois pas comment expliquer ça autrement..."

... Qu'est-ce qui aurait pu amener l'Alpha à héberger le type qui avait tenté de l'enlever, et avait tué l'une de ses connaissances, franchement? L'esprit de contradiction..? Si ce n'est ça Asch ne voyait pas de quoi il aurait pu s'agir.

Enfin. Passé le choc de l'arrivée - il lui avait fallu un bout de temps pour admettre qu'il allait habiter ici - il fallait avouer que, en effet, ce domaine était très agréable à vivre. Asch parviendrait peut-être à être au calme... A condition qu'un certain despranon évite de trop souvent croiser sa route. Il soupira et enfonça à nouveau les mains dans ses poches, avant d'englober le domaine d'un rapide balayage oculaire. Le franc-parler du jardinier aurait facilement pu l'énerver dans certaines conditions... Mais elles n'étaient visiblement pas réunies quoiqu'il fut froissé de voir qu'il passait pour un boulet même auprès de gens qui n'avaient pas assisté à l'enlèvement raté. Mais d'un côté c'était vrai... Il avait merdé, et il l'admettait, même si ça le crispait. Ce Mesut Simarik ne le jugeait pas - ou du moins n'en donnait pas l'impression. C'était sans doute ce qui rendait Asch plus tolérant.

"J'imagine que ça aurait pu être pire..."

Là où les choses se fâchèrent... Ce fut lorsque Mesut eut l'idée un peu... osée, de parler à un densetsu convaincu des pouvoirs qu'il avait bien involontairement, et récemment développé. La mine de Asch s'assombrit rapidement. Ses pouvoirs étaient tellement discrets que même lorsqu'il ne les utilisait pas, on les lui devinait... chouette. Ça promettait. Il répondit et sa voix était peut-être un peu sèche:

"Ça vous dérange si on évitait de parler de ça? Ce n'est que des inconvénients, et en plus c'est dangereux."

De plus ce n'était pas comme si il avait eu quiconque avec qui partager sa chaleur corporelle par une froide nuit d'hiver... Par laquelle il aurait vraisemblablement été malade comme un chien, tout ça parce que son organisme était devenu capricieux. Non vraiment. Rien de bien là dedans. L'idée saugrenue lui vint qu'il devait être en train de repasser l'intérieur de ses poches vu qu'il ne contrôlait pas la chaleur de ses mains. Il sentait à peine qu'elles chauffaient... A ce rythme il allait blesser quelqu'un, ou bien faire fondre un truc sans le vouloir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mesut Simarik

avatar

Messages : 19
Age : 29

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon] Une rencontre dans le jardin [Achevé]   Jeu 15 Juil - 12:13

*Je me demande pourquoi Mugen le garde chez lui. Il doit être assurément quelqu’un de spécial. Rien que pour avoir réussi à l’approcher il faut être très fort. Je vais tenter de le remettre en forme, une autre personne à qui parler ne me fera pas de mal et à lui non plus.*

Asch avait l’air mal à l’aise quand on évoquait sa magie. Cela ne surpris pas Mesut. Bien qu’il ne s’attendait pas à cette réaction de la part de son interlocuteur, il pouvait comprendre le mal-être du nouvel arrivant.
La magie pouvait prendre de multiples formes d’expression. Mesut était né sans aucun talent magique mais ses outils de jardin semblaient eux reliés au flux de magie de la Terre. Ceux qui développaient des pouvoirs ressentaient parfois ce don comme un fardeau. Et cela semblait être le cas de Asch. L’homme devait avoir un pouvoir lié au feu, au soleil ou à la chaleur de part la sensation de brûlure ressenti par Mesut lors de leur poignée de main. Mesut espérait tout de même que le corps entier de cet homme n’était pas comme ses mains. Que ça devait être dur d’avoir un corps chaud comme la braise… Toujours être sur le qui-vive et maintenir son pouvoir en sommeil. Cela devait sûrement expliquer l’état de fatigue avancé de l’homme aux cheveux rouge. Plein de compassion, Mesut s’excusa et petit à petit changea de sujet pour ne pas trop déranger le nouveau locataire.

Je ne voulais pas vous blesser en disant cela, veuillez m’excuser.

Mais je pense que vous irez mieux quand vous vous serez habitué à l’endroit et quand vous aurez appris à mieux contrôler vôtre pouvoir. Je devine juste en disant que ça doit être récent pour vous ? Moi je suis né sans magie. Je ne suis qu’un jardinier qui sort un peu de l’ordinaire. On me dit un peu excentrique.

Il sourit. Il fallait ménager l’invité de l’Alpha. Il allait rester assez longtemps. Alors autant qu’il ne reste pas isolé.

Parlons de ce que vous voulez. Je ne veux pas vous ennuyer avec des sujets que vous préférez éviter. Si vous avez des questions, n’hésitez pas, si je vous répondrai si je le peux.

Il se retourna vers ses plantes. Il vida l’eau qui restait dans le fond de l’arrosoir et rassembla ses affaires. La cabane n’était pas si loin, aussi pensa-t-il y inviter Asch, pour prendre un petit quelque chose.

Vous voudriez bien m’accompagner jusqu'à la cabane ? Ce n’est pas loin et puis marcher avec ce petit vent est agréable.

Il tendit le bras devant lui, invitant ainsi Asch à marcher un peu en sa compagnie.

[HRP : On ne quitte pas le domaine, on va juste une centaine de mètre plus loin.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon] Une rencontre dans le jardin [Achevé]   Jeu 15 Juil - 14:13

Asch soupira et retrouva un peu de son calme, quoi qu'il ne se soit pas réellement énervé, mais plutôt... rebiffé. Il ne voulait pas parler de magie. Il ne voulait pas qu'on lie le mot "magie" à sa personne, même si il savait parfaitement qu'il allait devoir faire avec tant qu'il ne retrouverait pas sa liberté et donc tant qu'il ne vivrait pas à Shangyu. Mais c'était quand même marrant que ce jardinier réagisse de la sorte à son égard... Excentrique, c'était sans doute le terme. Asch était conscient du fait que l'ouverture d'esprit dont il faisait preuve n'était donnée qu'à peu de personnes. En d'autres termes, il trouverait sans doute peu de personnes qui viendraient lui parler sans se méfier ni prendre un ton moralisateur quoi... Asch était un solitaire, mais discuter avec ce jardinier lui était beaucoup moins désagréable qu'il ne l'aurait pensé.

"J'habitais à Shangyu, avant, donc oui c'est plutôt récent. C'est à cause de ça que... mes plans ont foiré."

Inutile de parler de l'Opale Maudite à cet homme. L'organisation n'avait pas besoin de publicité en ce moment... Elle était sans doute encore très mal en point. Avec les deux enfants des leaders tenus en otage... Tout ce qu'on pouvait espérer à l'heure actuelle c'est que ses parents sauraient faire preuve de pragmatisme et s'occuperaient prioritairement de redresser le tir sans se laisser perturber par ce qu'il leur arrivait, à lui et à Elye, sa sœur. Pour tout dire Asch ne se faisait pas trop de soucis... Ses parents n'avaient jamais été grand chose d'autre que pragmatiques. Puis il n'y avait que pour Elye qu'ils risquaient de bouger le petit doigt... Elye était la préférée, ainsi qu'une informatrice douée, précieuse. Asch n'était que le boulet de la famille, qui n'avait jamais été capable de terminer ses études...

Entre temps, Mesut avait parlé, mais Asch n'avait entendu que très vaguement ce qu'il lui avait dit. Il avait plus ou moins enregistré qu'il pouvait poser des questions si il en avait. Il en aurait sans doute... Mais étrangement il était incapable d'en formuler ne serait-ce qu'une seule à cet instant précis.

"Euh, pardon?"

Il cligna des yeux. Ça y était... Il était réveillé. Il enregistra tardivement le geste du bras du jardinier, et encore plus tardivement les paroles qui l'avaient accompagné. Le suivre jusqu'à sa cabane..? Bizarrement, Asch ne vit à cela aucun inconvénient... il n'avait pas envie de rentrer à l'appart, et cet homme était d'agréable compagnie, du moins autant qu'Asch ait pu juger la compagnie de quiconque agréable.

"Pourquoi pas..."

Asch lui emboita donc le pas, les mains toujours bien enfoncées dans ses poches. Il préférait risquer de faire un trou dans le fond de ces dernières que de brûler tout ce qu'il toucherait par inadvertance... Il était relativement peu loquace et il devait être difficile d'entretenir une conversation avec lui... Il l'était déjà peu en temps normal. Mais qu'aurait-il pu dire dans sa situation? Quelles questions aurait-il dû poser..? Ah, si.

"... Sérégon est loin d'ici? J'ai cru comprendre qu'il allait falloir y aller en moto, mais il n'existe pas de transports en commun..?"

Oui. Il restait des détails qui tracassaient Asch, comme la manière dont il allait devoir se rendre au travail d'ici peu de temps. Il n'avait aucune envie de monter en moto... Non pas parce qu'il avait peur, mais parce qu'il ne savait pas conduire ces engins et que si ce n'était pas lui qui conduisait, il semblait évident que ça allait être "quelqu'un d'autre" et que ça n'allait pas lui plaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mesut Simarik

avatar

Messages : 19
Age : 29

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon] Une rencontre dans le jardin [Achevé]   Ven 16 Juil - 7:29

Sans s’arrêter de marcher, Mesut désigna L’extérieur du domaine du bras. Enfin, il pointait simplement une direction qu’il désignait comme « à l’extérieur ». On perdait facilement la notion de distance dans le domaine. La vaste étendue pouvait parfois vous jouer des tours et vous faire croire que vous êtes perdu au milieu de nulle part.

"Pour aller à Seregon, il n’y a pas plus simple. Une fois sorti d’ici il suffit de continuer toujours tout droit pendant un long moment. Je vous le déconseille à pied. C’est long et fatigant. Au bout de 10 minutes on croise le reste de Nimla puis en continuant encore un peu on arrive à Sérégon.

Je fais le trajet en voiture, de Nimla je viens ici en 2 minutes. Pour Sérégon c’est un peu plus long. Vous savez conduire ? Sinon un bus va de la banlieue à la ville."


Il continuèrent leur petit bout de chemin et arrivèrent dans une petite roseraie. Les roses étaient sublimes. Le jardinier s’arrêta un instant pour regarder une feuille suspecte. Des petits pucerons scintillants s’agitaient derrière une feuille. Le regard de Mesut se durcit. Dieu allait se fâcher.

"Vous allez voir misérables…"

La phrase sonnait comme le tonnerre qui gronde. Il sortit aussitôt un petit pistolet humidificateur. Après deux petits spray, son visage se radoucit et redevint aussi décontracté qu’avant. Il se tourna vers Asch. Conscient de son petit excès, il baissa les yeux…

"Excusez moi, j’ai du mal à me contrôler quand mes plantes se font dévorer par un insecte…"

Il reprit sa marche et une fois la roseraie dépassée, la maisonnette était en vue. C’était une cabane de jardin plus grande que celle des autres jardiniers. Bien sûr, puisque Mesut y avait, en plus d’un endroit où ranger son matériel, une pièce à lui. Il tourna la clef de la porte et invita Asch à enter.
Une fois à l’intérieur, on pouvait y découvrir un tout petit « studio » si l’on peut dire, ou alors une très grande chambre étudiante ? Difficile à dire, la pièce était d’une taille intermédiaire… La pièce était claire bien qu’une unique fenêtre donnait sur la roseraie. Au fond, un petit évier et une plaque de cuisson solitaire étaient installés, le tout surmonté d’une petite armoire de cuisine. Collée à la fenêtre, une table et bois légèrement rectangulaire permettait d’accueillir deux chaises. Sur celle-ci avait été disposé une petite nappe bleue sur laquelle, magnifiquement centré, se tenait un vase avec trois jeunes fleurs.

"Bienvenue dans ma cabane. C’est un peu comme une pièce de repos avec le minimum de confort. Je vous en prie, prenez une chaise. Vous voulez boire quelque chose ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon] Une rencontre dans le jardin [Achevé]   Ven 16 Juil - 12:55

Asch fronça les sourcils. Il y avait donc un bus qui permettait de rejoindre Sérégon..? Voilà une information que Shôryû s'était bien retenu de lui donner, tiens. Pourquoi cela..? Fallait-il qu'on le surveille de près jusqu'aux déplacements qu'il effectuait entre ici et son lieu de travail..? Est-ce que ça faisait aussi partie du contrat..? Il espérait que non, et tenterait de négocier au risque de se prendre un nouveau coup dans la figure. Il commençait à prendre l'habitude hein...

"Je vois... Non, je ne conduis pas. Mais je me renseignerai sur ce bus... Combien de temps met-il à...??"

Asch laissa sa phrase en suspens, et regarda, étonné, Mesut qui s'était stoppé de manière totalement imprévue. Misérables..? A qui s'adressait-il exactement? Les gosses hébergés par l'Alpha? Ils avaient fait une connerie? Mais un rapide coup d'œil sur le paysage lui apprit qu'il n'y avait personne d'autre qu'eux deux aux alentours. Puis le jardinier sortit de sa poche ce qui ressemblait à un vaporisateur... Deux coups de gâchette, et c'était fini. Perplexe, Asch l'observa se retourner et s'excuser. Le jeune homme ne s'était jamais intéressé de près ni de loin à la botanique. Autant dire que tout cela lui passait par dessus la tête et qu'il avait bien du mal à comprendre le comportement de son vis-à-vis.

"Euh... Pas de problème..."

Du coup, il avait oublié sa question. Il reprit la marche en silence, pas certain de savoir ce que lui et le jardinier étaient en train de faire. Asch allait rapidement atteindre son maximum de paroles inutiles autorisé en une journée... Le pauvre n'avait jamais été spécialement bavard, et avait la forte impression de n'avoir rien à dire. C'est donc en fixant le sol qu'il acheva son avancée à travers l'immense "jardin" des Shôryû.

Il fut bientôt invité à rentrer à l'intérieur de la cabane du jardinier. Il s'exécuta donc sans un mot et observa l'intérieur tandis qu'il se décalait juste assez pour laisser le propriétaire des lieux rentrer... Comparé à ce studio miniature dans lequel le jardinier semblait vivre, son appartement lui semblait bien luxueux... A se demander qui des deux était censé être un paria autorisé à vivre par un "heureux" miracle. Mais à bien y repenser par rapport à cette cabane comme à son actuel appartement, la villa de ses parents tenait lieu de palace... Asch se demandait d'ailleurs dans quel état elle se trouvait à l'heure actuelle. Avec tous les Raizer soit kidnappés, soit forcés à fuir, la maison avait dû se retrouver sans protection face aux cambrioleurs, et face aux fouilles gouvernementales... Asch secoua légèrement la tête, et éjecta cette idée hors de son crâne. Penser à sa famille et à Shangyu lui était extrêmement désagréable.

Il avait à peine fait attention à ce que lui disait le jardinier, avec tout ça... A force de préoccupations, il devenait distrait.

"Ah euh... Je veux bien, merci. Vous avez du café?"

Peut-être pas très poli d'abuser de l'hospitalité de cet homme qui n'avait pas l'air bien riche, mais... Après tout l'habit ne faisait pas le moine, et ce n'était qu'un café, dont Asch avait bien besoin si il voulait retrouver un semblant de motivation et de répondant. Lorsqu'il ne s'énervait pas, Asch déprimait. Ca pouvait se comprendre, avec sa vie qui venait de voler en morceaux...

"Vous vivez vraiment ici? Ou bien ce n'est qu'une "pièce de repos" justement?"

Tandis qu'il s'approchait d'une chaise, il chercha du regard la présence d'un lit, d'une douche, d'une pièce annexe... Bref, de tout ce qui aurait pu prouver que cet endroit servait aussi la nuit. Asch n'était pas très curieux de nature... Il avait l'impression de se forcer à s'intéresser à tout et n'importe quoi pour alimenter la discussion... Cela dit une chose était vraie: il n'avait pas envie d'être seul. C'était plutôt rare, chez lui... A croire qu'il avait vraiment le moral dans les chaussettes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mesut Simarik

avatar

Messages : 19
Age : 29

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon] Une rencontre dans le jardin [Achevé]   Ven 16 Juil - 20:24

Mesut se retourna vers son coin cuisine. Ce nouvel arrivant lui faisait beaucoup de bien. Il avait du mal à se concentrer ces dernier temps. Récemment, l'Alpha était parti en mission. Mais qu'il soit là ou pas, le jardinier était toujours seul dans le grand jardin. A quoi bon réaliser un éden pour y vivre seul ? Heureusement, Asch allait lui permettre de mettre un peu de vie dans son décor.
Il ouvrit le placard d'au dessus de l'évier. Il n'avait que le minimum, trois ou quatre paires de couverts, trois grands verres et un service de six tasses. Il sortit une cafetière et un paquet de café. Il versa la dose pour deux. Après l'ajout d'eau, il alluma la plaque et laissa la chaleur agir.
Dans le second compartiment ce trouvait une boite à sucre et quelque paquet de biscuit.

"Voici le sucre et quelques biscuit au beurre. Le café sera prêt dans quelques minutes."


Il s'assit à la table et poussa un soupir en regardant par la fenêtre.

"Rien de tel qu'un bon café après une journée de travail. Pour répondre à votre question, non je ne vit pas ici. C'est la seul pièce disons 'habitable' de cette cabane. L'autre est une remise où je range les outils de jardin.

J'habite à Nimla, la petite ville en dehors du domaine. J'y vit depuis presque 6 mois. J'ai un appartement à la frontière de la ville à quelques minutes en voiture d'ici. Je vous y emmènerai si vous le voulez. Comme je l'ai dit plus tôt, nous avons peu de visiteur. Vous pouvez me croire, j'ai vécu 18 ans ici !

Un peu de sang frais fera du bien à tout le monde. Votre compagnie me fait le plus grand bien."

Le temps de sa tirade, la cafetière commençait à siffler. Il alla la retirer de feu et commença à servir. Il prit deux sucres et une cuillère. Il se pencha et ouvrit une des armoire sous l'évier. Voici qu'il avait même un tout petit frigidaire d'où il sortit une petite bouteille de lait.

"Je ne vous ai pas mis de sucre, prenez ce que vous voulez."


il versa un nuage de lait dans son café, souffla dessus, prit la tasse par la anse et but une petite gorgée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon] Une rencontre dans le jardin [Achevé]   Dim 18 Juil - 14:32

"Ah.. Merci."

Commentaire quelque peu dénué de conviction, que Asch agrémenta d'un léger raclement de gorge. Asch ne prenait jamais de sucre avec le café. Il n'avait pas faim, non plus. Étrangement depuis son arrivée à Epic Jail il avait l'estomac noué... Ce qui était une bonne chose en un sens, car ce n'était certainement pas en prison qu'on lui aurait apporté quantité de nourriture, et encore moins de la nourriture de qualité. En attendant, Asch prit place sur l'une des chaises qui étaient à sa disposition, et croisa les bras, non sans poser les coudes sur la table. Pas bavard, mais pas gêné non plus... Ben quoi? Il n'avait rien fait de mal nan?

Sa question avait été un peu stupide, en fait. Pourquoi un jardinier aurait-il vécu dans une cabane à jardin, aménagée chez son employeur...? Mais Mesut Simarik était une bête bien étrange. Il aurait été plus étonnant d'apprendre qu'il avait dans sa jeunesse écrasé les fleurs du jardin public tandis qu'il jouait à chat perché, plutôt que d'apprendre qu'il vivait dans un taudis au milieu du jardin de la plus grosse enflure du gouvernement.

En parlant de jeunesse... Le jardinier semblait connaître Nimla et le domaine des Shôryû depuis un long moment. Il n'avait pas l'air extrêmement âgé. Dix-huit ans, c'était long. Asch cligna des yeux. La profusion de gamins aux alentours le laissait aussi perplexe aujourd'hui que la veille, à son arrivée.

"Vous voulez dire... Vécu ici dix-huit ans au même titre que tous ces gamins, ou bien..? D'ailleurs qu'est-ce qu'ils font tous ici..?"

Quitte à devoir vivre ici... Autant comprendre comment le domaine fonctionnait. Asch avait éludé le passage où le jardinier lui avouait que sa présence lui était bénéfique. Il ne savait pas trop comment prendre cet aveu... Il aurait pour sa part largement préféré être ailleurs, quand bien même mieux valait trouver quelqu'un avec qui discuter plutôt que de broyer du noir à ressasser les mêmes pensées sombres, qu'il était d'ailleurs inutile de ressasser puisque de toute manière rien n'y changerait.

Du sucre?

"Rien, ça ira, merci."

Asch prit sa tasse - assez chaude pour qu'il comprenne qu'il valait mieux éviter d'en prendre une lampée entière. Il souffla donc dessus avant d'y aller lui aussi par petites gorgées. Puis comme son esprit restait un véritable néant dans lequel il laissait sombrer toutes ses insatisfactions... Il attendit qu'une idée superficielle traverse sa pensée, pour venir alimenter la discussion. C'était vraiment trop déprimant de se creuser la tête... Il risquerait d'y retrouver tout ce qu'il valait mieux qu'il laisse moisir pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mesut Simarik

avatar

Messages : 19
Age : 29

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon] Une rencontre dans le jardin [Achevé]   Lun 19 Juil - 7:26

Mesut prit un petit gâteau et regarda par la fenêtre quand Asch mentionna les enfants.
Même si il avait grandi avec l’Alpha, il ne savait pas grand-chose de ce personnage sombre. Parfois il ramenait un enfant qu’il installait dans le dojo. Mesut ne savait pas vraiment d’où ils venaient mais il pressentait que leur sauveur était sûrement le meurtrier de leurs parents. Le travail d’Alpha n’était pas aussi simple que le sien et cela l’obligeait sûrement à faire des choses pas très propres. Cela faisait plusieurs minutes qu’il réfléchissait assis sur sa chaise, le regard perdu dans l’immensité verte. L’idée qu’il serait temps de répondre à son interlocuteur fit son bonhomme de chemin…

"Les enfants s’entraînent aux arts martiaux. Ils vivent avec nous depuis que l’Alpha les a installé ici. Il recueille parfois les orphelins."


Puis il replongea dans ses souvenirs. Il revit le jour où il c’était réveillé dans l’ancienne demeure des Shôryu. Il revit encore le visage angélique de la mère du despranòn avant qu’il ne comprenne qu’un visage aussi beau cachait en fait une vraie peau de vache… Il repensa à chaque sorti de Mugen qui voyageait exclusivement entre sa chambre et le dojo. Puis une image lui apparut et il se mit à trembler nerveusement. Il tenta de reposer sa tasse de café pour ne pas en renverser sur le sol. Il déglutit avec difficulté et une légère larme perla au coin d’un œil. Sa respiration se faisait difficile et pourtant plus rapide. Il se rappelait un des souvenirs les plus déstabilisant de sa vie parmi les Shôryu : les yeux, et surtout le regard de Mugen avant qu’il ne perde la vue. C’est avec une voix tremblante qu’il s’adressa ensuite à Asch.

"Je suis arrivé ici étant enfant, j’avais 12 ans. C’est la mère du despranòn qui m’a sauvé la vie. En échange d’un toit et de nourriture, je devais m’occuper de la maison. Mais travailler le jardin me convenait mieux. Je souffre d’une amnésie particulière avant ce jour là. Les médecins on dit que mon esprit avait volontairement oublié ce que j’étais avant.

Je ne m’en plains pas. Si j’ai choisi d’oublier inconsciemment, c’est que certaines choses ne doivent pas être dites. Et puis je me sens bien ici."


Pendant son discours, sa voix avait retrouvé un timbre normal. Il avait cessé de trembler et il reprit une gorgée de café et un biscuit. En essayant d’être le plus discret possible, il essuya la petite larme qui allait couler sur sa joue. Un simple regard l’avait déstabilisé à l’époque et le souvenir d’être lu par les prunelles de l’être le plus mystérieux de la famille de ses employeurs le dérangeait encore au point de la faire presque pleurer.

Il finit doucement son café et prit un dernier biscuit. Il rangea soigneusement le lait, le sucre et les gâteaux avant de laver sa petite tasse et de la ranger. Lorsqu’il revint s’asseoir en face de Asch, il avait retrouvé son petit sourire. Puis une chose qu’il avait dite revint à lui.

"Je voulais vous dire, à propos de mon âge… Je n’ai pas forcement l’air d’être aussi âgé mais j’ai bien la trentaine révolue. Et vous ? Quel âge avez vous ?"


Il aimait bien converser avec Asch, et les plantes pouvaient bien l’attendre un peu. De toute façon il ne lui restait qu’a faire une trou pour planter un autre rosier qu’il avait commander pour le lendemain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon] Une rencontre dans le jardin [Achevé]   Lun 19 Juil - 12:48

Le café allait refroidir. Les yeux rivés sur son interlocuteur, Asch avait laissé le récipient en suspens, entre ses doigts. Ses deux mains s'étaient scotchées à la tasse brûlante sans qu'il ne s'en rende compte. Cette température qu'il aurait cru ne pas pouvoir supporter n'était en fin de compte rien du tout par rapport à la résistance de son organisme. De la même manière la première gorgée de café lui avait semblé tiède, alors qu'elle aurait brûlé la langue à n'importe qui d'autre. Il avait donc avalé la suivante sans prendre de précautions, et avait ainsi vidé la moitié de sa tasse en l'espace de quelques secondes. Mais là, il s'était arrêté. Ecouter Mesut lui avait évité de prendre conscience de sa résistance hors norme à la chaleur, qui n'aurait sans doute pas manqué de l'effrayer si il n'avait pas eu l'esprit aussi occupé.

C'était d'ailleurs étrange, décidément, car Asch n'était ni du genre à écouter autrui, ni du genre à s'intéresser aux problèmes des autres. Le jardinier arrivait pile au moment où le jeune homme avait besoin d'une porte de secours... Quoi de mieux que d'écouter une histoire pour faire le vide et repartir sur une réflexion saine?

Asch aurait presque pensé qu'il était généreux de la part de l'Alpha de recueillir des orphelins, de partager cet immense domaine avec ceux que le sort n'avait pas gâté autant que lui. Presque... Pour un densetsu tel que lui, il était bien entendu inconcevable qu'un despranon, qui plus est leur chef, puisse avoir des qualités dignes d'admiration. De plus tout cela le mettait mal à l'aise, car il avait presque l'impression de faire partie de cette poignée de gamins réunis ici, élevés, guidés tandis qu'ils avaient perdu leurs repères. On avait ôté à Asch tous ses repères, de la même manière. Mais Asch n'était plus un gosse et avait fait des choix. Il n'était ni innocent, ni assez influençable pour se laisser prendre au piège qui lui était tendu. Qu'espérait-on de lui, hein..? Il était voué corps et âme à la cause de l'organisation. Et il n'était pas non plus orphelin quand bien même il finirait tôt ou tard par être mort aux yeux de ses parents déjà relativement peu aimants. Et merde. Voilà qu'il se mettait à repenser à ça, maintenant. Pourquoi se posait-il tant de questions si il était si sûr de lui et de ce qu'il souhaitait vraiment?

Ce n'était pas le moment de penser à ça. Un bref auto-coup de pied aux fesses mental, et il était de nouveau attentif à l'histoire du jardinier, qui semblait plutôt retourné par ce qu'il racontait. Des souvenirs douloureux? Eh bien... C'était sans doute le lot de tout le monde. Asch fut tout de même étonné de l'entendre dire qu'il était arrivé au domaine à 12 ans. Un rapide calcul l'informa avant même que son interlocuteur ne le lui confirme, qu'il devait avoir une trentaine d'année. Aux yeux de Asch il ne les faisait pas, malgré son attirail de jardin qui aurait facilement pu le vieillir. Mais non.

Plutôt que de lui rajouter quelques années, cela avait tendance à le rendre plus... Euh... Heeeein..?? Houlà. Asch était en train de s'égarer. C'était quoi ces pensées à la con? Il avait que ça à faire ou bien quoi?

Cet homme souffrait donc d'une amnésie. Asch fronça légèrement les sourcils, étonné. Ainsi il était possible d'oublier son passé par choix..? C'était quelque chose qu'il n'aurait pas imaginé. Il avait toujours pensé qu'une amnésie était provoquée par un choc crânien. Mais il n'avait jamais eu la curiosité d'approfondir le sujet, en même temps... Mesut se leva. Asch profita de ce bref instant de silence pour poser une question, sans même se demander si cette dernière n'allait pas enfoncer le couteau dans une plaie déjà particulièrement douloureuse.

"C'est possible d'avoir une amnésie totale de cette manière? Je veux dire... Vous n'avez vraiment aucun souvenir? Pas même des bribes?"

Quelle que fut la réponse du jardinier, Asch termina sa tasse et laissa son hôte revenir à table sans broncher plus. Il ne fut pas surpris lorsque le jardinier lui précisa qu'il avait la trentaine, puisqu'il avait déjà fait le calcul auparavant. Il enchaîna donc directement.

"J'ai 24 ans Et... Enfin... Je crois qu'il n'y a pas grand chose d'autre à dire à ce sujet."

Un ricanement sec, presque cynique, lui échappa. Déjà vingt-quatre hein..? Il allait bientôt être arrivé à la moitié de la vingtaine et sa vie avait prit un tournant complètement contraire à celui qu'il avait voulu lui donner. Il était bien parti pour la rater... La lueur dans ses yeux s'était à nouveau éteinte, les laissant aussi morts qu'au moment de sa rencontre avec le jardinier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mesut Simarik

avatar

Messages : 19
Age : 29

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon] Une rencontre dans le jardin [Achevé]   Mer 21 Juil - 7:27

Mesut reporta son regard sur l’extérieur. Il fixa d’un regard vide une petite plante qui était bercée par le vent.

"Avant mon arrivée, je ne me souviens de rien. Le visage de la mère de L’Alpha est le souvenir le plus lointain que j’ai. J’ai consulté un médecin et il m’a dit que je souffrais d’un état de stress post traumatique. Un événement traumatisant m’est arrivé et mon ‘esprit’, comme disent les psychologues, a totalement verrouillé les images, les sons et les sensations liés à cet événement. Et ceux pour me protéger. Ils appellent ça le syndrome persistant d’évitement.

J’ai un peu enquêté avec les médecins pour savoir ce que j’étais avant. Il y a environ 10 ans. Il se trouve que la date de mon arrivée ici et la date d’un braquage qui à mal tourné coïncident parfaitement. Les malfaiteurs avaient jeté une grenade sur la route. J’étais au mauvais endroit au mauvais moment. En arrivant ici, je veux dire, quand on m’a trouvé. J’avais des brûlures sur le corps. Je suis un miraculé !"


Il fit une petite pose et laissa échapper un long soupir. Il racontait beaucoup de choses à cet inconnu qui venait de débarquer. Il était comme hypnotisé, il lui racontait toute sa vie comme une jeune fille de haute famille racontait tout ses secret à sa confidente pendant que celle-ci lui brossait les cheveux. Mais il avait besoin de parler à quelqu’un depuis longtemps. En y réfléchissant, à par les enfants qui lui parlaient de temps en temps et les vifs soupirs entre mécontentement et approbation de Mugen lorsque celui-ci voyait les modifications apportées à son jardin, (Disons le carrément, le jardin il n’en a rien à secouer… Tant que c’est propre, c’est bon pour lui.), Mesut était seul.
Il prit un air grave, une voix posée et distante…

"Mes… Mes parents sont morts en apprenant ma disparition. Ma mère est tombée malade de chagrin et mon père, perdant son fils unique puis sa femme, se suicida de désespoir...
La ‘police’ m’a dit que la famille était très modeste. Ile n’osaient pas dire qu’elle était pauvre.
J’ai entretenu la maison avec une partie de mon salaire pendant très longtemps. Quand j’ai acheté l’appartement à Nimla, j’y ai fait transférer toutes les affaires de mes parents et j’ai vendu la petite maison.

Je n’ai… Aucune émotion dans la voix, je doit vous paraître horriblement froid…C’est que je ne me souvient de rien et je n’ai pas envie de souffrir. Alors je vie ma vie ici avec l’Alpha et les enfants. Et maintenant, avec vous."


Il reprit un air plus normal. C'est-à-dire un visage doux et amical. Voilà, son sac était vide. Il se sentait un peu plus léger grâce à Asch même si celui-ci n’avait fait qu’écouter un jardinier loufoque.

"C’est étrange comme le fait de parler peu soulager. Pour vous remercier, je tiens à vous inviter à manger chez moi à Nimla. Enfin si vous êtes autorisé à sortir du domaine ?
Je ne pense pas que cela posera un problème. Le despranòn voudra sûrement que vous vous trouviez un travail. Mais soyez sûr qu’il aura un œil sur vous ! "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon] Une rencontre dans le jardin [Achevé]   Ven 23 Juil - 10:10

Asch cligna brièvement des yeux. Si il continuait de fixer Mesut à l'instar d'un poisson mort, des moucherons allaient finir par se coller sur ses pupilles. Il se redressa légèrement, ce qui lui permit de faire craquer une ou deux vertèbres dans son dos. Rester immobile et inactif trop longtemps n'était pas mauvais que pour le moral...

Oublier tout ce qui vient avant un évènement particulièrement traumatisant, n'est-ce pas..? Cette option n'était peut-être pas si mauvaise, si elle pouvait éviter d'être hanté pour le restant de ses jours par des images d'horreur, ou par des souvenirs agréables devenus amers car inaccessibles. Un flot de clichés saccadés passa à travers son esprit déjà passablement en chantier. Une chambre avec deux hommes. Les poings de l'ennemi s'abattant sur son visage. La sensation étrange de devenir une bombe vivante, incapable de contenir le pouvoir qu'elle contient. Puis les cadavres au travers un nuage de gaz somnifère... Pourquoi la scène lui avait-elle paru rouge alors qu'elle n'avait été ponctuée que d'explosions incolores?Il s'était ensuite retrouvé coincé parmi les ennemis, bien loin de sa terre natale. Le cœur retourné par ces images mentales, Asch ferma les yeux et inspira longuement, avant d'expirer tout en passant une main sur son visage. Les flux s'agitaient dans ses doigts, frémissaient tels des serpents impatients de sortir, de bondir à l'attaque de leur proie.

Pourtant, il n'aurait pas voulu oublier. Il était hors de question d'oublier qui il était, ni ce qu'il souhaitait accomplir. Hors de question de se détourner de lui-même. Ses instincts l'amenaient à vouloir effacer de sa mémoire la nuit du massacre, certes, mais n'était-elle pas pour lui comme un garde-fou? Il connaissait mieux ses limites. Et il n'avait plus aucune raison de garder des scrupules, maintenant. C'était une force qu'il pouvait utiliser à son avantage. "Frappe fort, intelligemment, et sois sans merci".

Il fallait voir à quoi le récit de Mesut menaient Asch... Il était de nouveau comme un bloc de glace, inaccessible, et froid. Son expression grave n'avait plus rien d'attentif, quand bien même il écoutait, déchiré entre le désir d'accomplir sa tâche et celui de se plonger comme un drogué dans le présent, pour oublier les blessures passées et à venir.

Que Mesut se rassure... Son récit avait été entendu en dépit des apparences, et question "indifférence apparente" justement il ne gagnait pas le gros lot. Asch n'avait pas remarqué le ton quasi documentaire de son interlocuteur tandis qu'il lui racontait son passé, pourtant particulièrement houleux. Il haussa les épaules. Ne se souvenir de rien et ne pas avoir envie de souffrir, hein?

"Ça se comprend parfaitement, pas d'inquiétude là-dessus..."

La vie de Mesut était ici avec l'Alpha, les enfants... et maintenant, Asch. Cette phrase n'avait pas laissé Asch indifférent mais il avait fait son possible pour le cacher. Il ne savait pas lui-même comment il devait prendre ça. Pour lui, c'était une mauvaise nouvelle. Et pourtant il n'était pas mécontent d'avoir rencontré Mesut et de savoir qu'ils allaient être quasiment voisins. C'était sans doute ce qu'on pouvait définir comme "avoir de la chance dans son malheur". La solitude pouvait-elle peser même au solitaire le plus endurci..? Était-il à ce point perdu qu'il lui fallait de l'aide pour y voir plus clair?

Tsst... Il ne devait pas penser à ça. Pas comme ça. Il bloqua lui-même sa pensée et s'obligea à la contenir derrière une barrière de "bienscéance". Il était chez l'ennemi et ne devait certainement pas l'oublier. C'était ainsi plus confortable, et nettement moins dangereux. "Ne témoigne pas de compassion. Tu n'as pas d'amis ici. Garde tes distances. Ne laisse pas la tentation l'emporter. Ces gens sont tous des démons..."

Asch se tourna afin de poser un regard totalement vide d'expression sur la fenêtre.

"Un œil sur moi hein..? J'ai cru comprendre qu'il se fichait bien d'être indiscret ouais..."

Un rictus amer déforma brièvement son visage. Ça ne lui faisait certainement pas plaisir de se savoir espionné en toute circonstance... D'autant qu'il ne savait pas exactement comment l'Alpha "voyait". Il savait juste qu'il était capable de connaître ses faits et gestes exacts, et ce à tout moment de la journée, qu'importe la distance et les murs qui les séparaient.

"Pour l'instant je ne sais pas si je peux sortir. Je dois être intégré à un escadron du gouvernement, mais ne n'en sais pas plus. Comme je viens d'arriver j'imagine que ça devrait se faire d'ici aujourd'hui ou demain. Enfin... En fait je n'en sais rien. C'est juste ce qui me semble logique..."

Bref soupir. En fin de compte, tout cela lui faisait une belle jambe...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mesut Simarik

avatar

Messages : 19
Age : 29

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon] Une rencontre dans le jardin [Achevé]   Dim 25 Juil - 13:37

Mesut se releva en souriant. il avait remarqué le rictus qui était venir assombrir d'avantage le visage de Asch. Mugen pouvait détecter toute personne qui s'approchait de lui. Si il se concentrait, il pouvait suivre une personne à la trace. Il se demandait tout de même comment lui même était vu par l'Alpha. Un mélange de fausses couleurs venant de la chaleur d'un corps ? Ou bien une couleur selon les intentions de la personne au sujet du despranòn ?
Il savait pas vraiment comment la magie agissait chez Mugen, mais elle remplaçait sa vue.

"Je suis à l'aise avec le despranòn, j'ai eu le temps de m'habituer à lui... Je vous obtiendrai une autorisation de sortie si il ne vous en donne pas."

Alors qu'il terminai sa phrase, quelqu'un frappa à la porte. Un silence de mort s'abattit sur la cabane. L'ambiance ressembla l'espace de quelques secondes à celle d'un film d'horreur. quand le monstre est derrière la porte et que la caméra ce braque sur chacun des protagonistes. Le mal va surgir... le temps s'arrête et seuls les battements de cœur le font avancer très lentement...
Mesut brisa le silence (qui n'avait duré que 30 pauvres petites secondes, mais une éternité chez Mesut). Ses pieds le portèrent à la porte et il ouvrit. Derrière, un soldat de surveillance en uniforme tenait une lettre dans les mains. Il semblait très nerveux. Mesut lui jeta un regard froid et prit la lettre délicatement des mains du garde.

"Merci, disposez..."

C'était la même voix cinglante que celle qu'il avait employé pour les pucerons. Celle qui signifiait au garde de déguerpir dans la seconde sous peine de subir un châtiment divin.
Le jardinier se retourna après avoir fermé la porte.

"En parlant du loup, il montre le bout de sa queue. Une lettre du despranòn."

Il déchira l'enveloppe et déplia la lettre, elle était accompagnée d'une autorisation de sortie au nom de Asch Raizer. Document qui l'autorisait à ce rendre au quartier général du gouvernement pour y prendre ses fonctions. Mesut parcouru la lettre:

"Mesut, nous avons un nouveau pensionnaire.
Emmènes le au siège du gouvernement pour lui trouver un boulot.
Surveilles le.

NB: Le parterre de fleurs à mon effigie, c'est NON ! Redemande et je t'étripe...
NB2: Surveilles-le".

Brève mais intense. A l'image de l'Alpha. Mesut sortie une allumette et fit disparaître la lettre par les flammes. Il tendit ensuite l'autorisation de sortie à son compagnon.
Mugen ne perdait pas de temps...

"Voici l'autorisation signée de la main de l'Alpha qui vous permet de vous rendre au siège du gouvernement. J'ai été nommé pour vous y accompagner."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon] Une rencontre dans le jardin [Achevé]   Lun 26 Juil - 17:55

Spoiler:
 

Asch se rappela de la présence de la carte de crédit que Mugen lui avait donné. Il l'avait mise dans la poche arrière de son pantalon en attendant d'en avoir l'usage. L'autorisation de sortir, il allait visiblement l'avoir. Sinon, il aurait été inutile de lui offrir ce moyen de paiement. Mugen ne semblait pas prendre Asch vraiment au sérieux. Si ça avait été le cas, pourquoi l'aurait-il fait loger dans sa résidence personnelle? Et sans plus de surveillance? Bon, d'accord... Ses "super-pouvoirs" (non) oculaires lui facilitaient largement le travail. Asch retint un soupir et bougonna:

"Pas de souci ça viendra... J'aimerais juste savoir quand exactement."

Car Asch ne pouvait pas se permettre de partir en vadrouille tant que son intégration n'était pas achevée, bien évidemment. Au moment où cette pensée traversait son esprit, quelqu'un frappa à la porte. Asch cligna des yeux avant de tourner ces derniers en direction de l'entrée, et de fixer cette dernière sans broncher...

Le silence de mort ne le choqua guère. Peut-être la nuit, et la matinée qu'il venait de passer à se morfondre l'y avait-elle rodé. C'était au minimum le cas des quelques semaines qu'il avait passé incarcéré. Ce qui l'interloqua, ce fut plutôt d'entendre frapper à la porte de ce qui n'était ni plus ni moins qu'une cabane de jardin dôtée d'une salle de repos. Qui cela pouvait-il être? Un ami du jardinier? Le jeune mage malgré lui avait bien du mal à s'imaginer quiconque d'autre traversant le domaine des Shôryû pour venir s'arrêter tout pile ici. A moins qu'il s'agisse du grand méchant loup lui-même..?

Rien de tout ça, visiblement. Son vis-à-vis tourna bientôt la poignée, pour tomber face à face avec un inconnu... en uniforme. Ce détail fit lever un sourcil à Asch. Un uniforme..? Qu'est-ce qu'un soldat pouvait bien vouloir au jardinier de l'Alpha? A moins qu'il ne soit venu pour Asch et ait été incapable de le trouver ailleurs? Le ton pris par Mesut laissait présager que l'homme que Asch entrevoyait par la porte n'était pas le bienvenu, en attendant. Au moment où la porte se refermait, Asch observait le jardinier avec curiosité. Il n'eut besoin de poser aucune question puisque la réponse lui fut directement donnée. Une lettre du despranon, n'est-ce pas..?

"Ah."

Réaction relativement peu parlante... Mais cela le laissait perplexe. Même si après tout, pourquoi pas. Le jardinier et l'Alpha semblaient se connaître depuis belle lurette maintenant. Mais n'était-il pas étrange de dépêcher un soldat pour des raisons personnelles? A moins qu'elles ne soient pas si personnelles que ça... Asch n'allait jamais savoir la teneur exacte du message envoyé. Les flammes allaient manger le papier avant qu'il ait l'occasion d'approcher ce dernier.

L'ombre d'un hoquet lui échappa. Tentative de prise de parole ratée. En effet il était relativement surpris de voir Mesut brûler la missive, comme si il s'était agi d'instructions pour une quelconque "mission secrète". Il fut encore plus étonné d'apprendre que ce dernier allait devoir l'accompagner jusqu'au siège du gouvernement. Il ne put s'empêcher d'observer son interlocuteur d'un air méfiant. Le soldat dans la cabane... La missive brûlée... Et aussi un jardinier garde du corps... Quelque chose ne tournait pas rond. Il avait les bras croisés et les sourcils froncés, dorénavant.

"Euh... Je veux bien, mais c'est quoi tout ce cirque? C'est vraiment le boulot d'un jardinier?"

L'heure du départ avait sans doute sonné, mais Asch ne se leva pas. Il ne se donna même pas la peine de d'anticiper le mouvement. Avant ça, il voulait savoir ce qu'il se passait... Il était peut-être con, mais pas à ce point. Et en plus, il commençait à virer parano.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mesut Simarik

avatar

Messages : 19
Age : 29

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon] Une rencontre dans le jardin [Achevé]   Mar 27 Juil - 6:41

Devant l’attitude corporelle et la question de Asch, Mesut se sentit déraper. L’expression joyeuse disparu de son visage et il baissa la tête en allant se rasseoir. On aurait dit un enfant venant de se faire gronder. Il joignit ses mains et, toujours la tête baissée, commença une explication. Les vielles habitudes étaient ressorties et il avait brûlé la lettre après l’avoir mémorisé.

"Je vous demande pardon… Mugen… Je veux dire, il sait toujours où nous trouver. Il sait que vous êtes avec moi. Il a mandaté ce garde pour venir m’apporter cette lettre.
Même aveugle, il peut nous voir. C’est la magie. Je ne sais pas comment ça marche mais il voit.

Il y a des années, j’ai fait mon service militaire comme beaucoup de monde ici. Je me suis ensuite engagé pour tenter une autre vie que celle de jardinier. J’ai gravi quelque échelon dans la hiérarchie militaire. J’appartenais à la division de reconnaissance. Nous avions pour ordre de brûler nos ordres de mission une fois mémorisés. Il ne fallait que personne tombe dessus. J’ai bien malgré moi de vieux réflexes qui refont surface. Un chien de Pavlov, des gestes devenus mécaniques…"


Il expliqua quelques unes des missions qu’il avait effectuées dans certains quartiers chauds, des filatures, des planques… Même la fois où il avait du coincer un chef de quelques dealer dans une ruelle car manque de bol, la division d'intervention était bloqué suite à une émeute. Pas facile ce coup là. Heureusement il n'était pas armé et quelques saut de toit en toit avait suffit à le rattraper. Le jardinier expliqua comment il avait réussi à le prendre dans des cordes, à la manière d'une araignée qui avait tissé une toile collante.
Tout un monde qui ne collait pas vraiment avec le jardinier que Asch venait de connaître. Mesut n’avait pas vraiment la tête d’un soldat. D’ailleurs, le combat ce n’était pas pour lui. La reconnaissance était donc une place très adaptée à ses capacités.

"J’ai quitté l’armée après deux ans de service. Je suis revenu ici. Je n’aie jamais cessé de penser à ce jardin quand je partais au bout du monde. En fait, mon cœur était ici… J’étais profondément un jardinier et pas un soldat. J’ai une sainte horreur des gardes en réalité. Et je me suis vengé de tout les bisutages que j’ai subi en devenant en un temps record Major. Le premier des grades d’officiers. Et ce, même si j'ai démissionné peu de temps après avoir eu ce rang... J'ai eu beaucoup de chance d'en arriver là en si peu de temps. Mais mon jardin me manquait trop et je perdais les pédales..."

Mesut finit par relever la tête, il avait toujours une expression tristounette. Au début, il tenta de fuir le regard de Asch. Il faisait aller ses yeux de droite à gauche, il hésitait à dire quelque chose de plus.
Puis il regarda Asch dans les yeux, tentant de se faire pardonner pour autant de mystère et de ‘surprise’ (un garde qui frappe à une cabane de jardin paumé derrière des tas d’arbre et de rosier… Il y a de quoi être surprit !)

"Je vous demande de me pardonner pour tout ça… C’était une lettre de Mugen, il a dut voir que l’on avait passé une partie de l’après-midi ensemble… Je ne vais pas vous forcer à sortir si vous ne voulez pas, le despranòn ne m’en tiendra pas rigueur. Même si il n’aime pas que l’on mette sa patience à l’épreuve."

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon] Une rencontre dans le jardin [Achevé]   Mar 27 Juil - 10:27

Spoiler:
 

Asch avait bien du mal à savoir comment il aurait dû prendre les réactions de ce prétendu jardinier... Il fallait tout de même voir Mesut, à l'heure actuelle! L'air penaud, comme celui d'un enfant qu'on aurait puni pour avoir volé des bonbons dans le pot du maître d'école. Il retint un soupir et décroisa les bras. Il rejeta légèrement la tête en arrière - ce qui lui fit craquer une cervicale, aie - puis il décida de prendre son mal en patience et d'écouter les looongues explications de Mesut Simarik. Asch ne savait toujours pas qui était cet homme exactement... Mais dans tous les cas il ne pouvait pas le taxer d'être avare de propos.

Bon. Dans l'ordre. La magie de l'Alpha lui permettait de connaître de tout temps les occupations de Asch comme de Mesut. Certes. Ça pouvait expliquer l'irruption du garde dans la cabane du jardinier, laquelle avait été plutôt inattendue.

Deuxième point: la carrière passée de Mesut Simarik dans l'armée. Asch n'aurait jamais pu deviner qu'un jour, cet homme ait pu être un soldat. Comme quoi il fallait toujours se méfier des gens que l'on ne connaissait pas... Car l'habit était loin de faire le moine.

Asch n'était pas très loquace, on l'aura compris. Aucune question ne lui vint en cours de route, quoiqu'il en vint à s'interroger sur son propre avenir lorsque son vis-à-vis commença à lui expliquer en détails quelques unes de ses missions en tant que soldat gouvernemental. Après tout c'était cette même fonction, que Asch allait bientôt prendre. Les quelques interventions musclées auxquelles il avait participé avec l'Opale Maudite l'y avaient sûrement préparé. Cela dit ce n'était pas tellement de devoir jouer au cascadeur qui le dérangeait... Mais plutôt le fait d'en arriver à éprouver comme de la curiosité à l'idée de ce qui l'attendait dans l'armée. C'était un sentiment bien trop positif à son goût, qu'il refoula bien rapidement.

D'abord circonspect, Asch se fit donc curieux, puis de nouveau méfiant. Malheureusement pour lui, ses yeux avaient toujours trahi ses sentiments - même ceux dont il ignorait lui-même la signification - si bien qu'il n'était pas rare qu'on puisse lire en lui comme dans un livre ouvert, et mieux qu'il n'était capable de lire en lui-même. Même si ses pupilles étaient gelées par la déprime et par une quantité considérable de barrières qu'il s'imposait lui-même, il restait relativement aisé de deviner ce à quoi il pouvait penser, dans des moments comme celui-ci, où il était forcé à rester attentif.

Entendre parler des "bisutages" qui attendaient toute nouvelle recrue parvint à éteindre en lui la flammèche de curiosité qu'il avait préféré ignorer jusque là. Ah. Voilà qui était nettement plus confortable. Il pouvait même faire la moue sans feindre le dégoût qu'il éprouvait à cette idée.

Au final, Asch ne savait toujours pas si Mesut jouait la comédie, si il mentait, ou bien si tout cela était la pure vérité. N'était-il vraiment plus qu'un jardinier ordinaire, bien qu'un peu extravagant? Tout portait à le croire, du moins pour Asch qui n'avait jamais aimé se prendre la tête avec multe hypothèses basées plus ou moins sur du vent. Qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire, de toute manière..? L'Alpha n'avait pas besoin d'aide pour surveiller Asch. Tout cela n'avait sans doute rien d'un coup monté. Si ça avait été le cas, sans nul doute Mesut aurait été plus discret et aurait évité, par exemple, de brûler ce papier en face de lui.

Il soupira - encore, oui - et haussa les épaules pour finalement marmonner:

"Pourquoi vous excuser? C'est pas comme si j'étais censé tout connaître de votre vie en même temps... J'ai pas raconté la mienne."

Bon allez... C'était l'heure d'y aller, visiblement. Refuser de partir n'aurait fait que retarder l'échéance et Asch n'avait pas le courage de foutre sa merde. Pas aujourd'hui. Il se releva sans grande motivation, et s'apprêta à sortir de la cabane.

"De toute manière je m'attendais à ce qu'on vienne me chercher bientôt. Je préfère que ce soit vous, plutôt que lui... ça m'aurait vraiment trop démangé de lui faire la tête au carré sur le chemin..."

Brève montée d'adrénaline qui lui déboucha les narines. Rien que de penser à l'Alpha, il s'énervait, maintenant. Cet homme était la source de ses problèmes. Il savait qu'il simplifiait énormément la situation en pensant ainsi, et que Shôryû n'était sans doute pas seul à prendre des décisions, mais il avait besoin de se défouler sur quelqu'un, et cette enflure était ce qui se rapprochait le plus du punching-ball parfait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mesut Simarik

avatar

Messages : 19
Age : 29

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon] Une rencontre dans le jardin [Achevé]   Mer 28 Juil - 7:04

Mesut s’excusa encore devant tant de mystère. Ensuite, il ôta son tablier et rangea un peu la pièce de repos. Il disparu avec quelques vêtements dans ce qui ressemblait à un placard. C’était, en réalité, un placard.
Mais aussi la seul ‘pièce’ où Mesut pu se changer sans être vu par Asch. Il ne voulait pas imposer un jardinier siphonné de 30 berges en caleçon à un jeune homme qui venait d’arriver dans le domaine. A l’intérieur, le jardinier se débarrassa du T shirt blanc qu’il portait, ainsi que de son vieux pantalon marron. Il enfila ses vêtements de tout les jours, plus propres que ses affaires de jardinage qui malgré les lavages successifs étaient encore tachés.

Il ressortit de son placard avec un sourire, une belle chemise blanche qui était agrémentée d’un jean bleu des plus classiques.

"Je me suis changé…" Marmonna-t-il avant de se diriger vers la porte.
Il ferma à clef et les deux hommes traversèrent le jardin immense de l’Alpha avant d’arriver à l’entrée où étaient postés quelques gardes. Celui qui avait apportait la lettre un peu plus tot était là aussi. A la vue de Mesut, il fit ouvrir la grille.

"Ma voiture est juste là, nous y seront assez rapidement."

Alors qu’ils passaient l’entrée, Mesut appuya sur un bouton qui était attaché à son porte-clef. Un véhicule émis un bruit. Bruit des portes qui venaient de se déverrouiller.
C’était une voiture plutôt petite, d’un modèle ni trop ancien, ni très récent. De couleur bleu foncé. Les reflets des lumières courbes rappelaient un peu celle d’une bille de mercure qui roulait sur une surface réfléchissante. La forme générale de la voiture était la même que celle des voiture de police dans ce film des année 1990… ‘Démolition Man’. A croire que le constructeur était fan des très vieux classiques qui ce trouvaient dans le musée du cinéma.
Arrivé à la hauteur du véhicule, Mesut passa le même bouton sur l’aile ce qui fit ouvrir les portières papillons. La voiture était plutôt basse. Il s’installa coté conducteur. L’intérieur n’avait rien de bling bling, seul pendait au rétroviseur un petit sapin. ‘Senteur Verger’, en plus de 2500 ans ces désodorisant était encore commercialisé… Les sièges étaient en tissu gris et le tableau de bord en matière plastique noire.

"Bien installé ? "

Il mit sa ceinture et posa ses mains entre les sièges. Le lecteur d’empreinte scanna l’extrémité de ses doigts et la voiture démarra silencieusement. Pressant le symbole du volant sur l’écran tactile derrière le volant, une voix masculine mais très doue indiqua que la conduite manuelle était engagée.

"Je m’arrêterai au niveau de Nimla pour vous montrer mon appartement et l’arrêt de bus par la vitre. Vous vous rendrez plus facilement compte de la distance entre les villes."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon] Une rencontre dans le jardin [Achevé]   Ven 30 Juil - 15:07

Décidément... ce jardinier était étrange. Quelle idée d'être aussi poli avec le criminel que Asch était..? Qui se serait soucié de lui mentir, de lui faire des cachotteries, alors qu'on lui avait à peine laissé le droit de vivre, et ce à condition qu'il garde une ligne de conduite très précise...? Il ne put s'empêcher de lever un sourcil. Même du temps (révolu) de sa vie à Shangyu avec sa sœur et ses parents, il n'était pas sûr que quiconque lui ait jamais montré autant de respect. C'était le monde à l'envers, n'est-ce pas..?

Bref. Asch avait voulu aller un peu trop vite visiblement. Mesut disparut dans l'encadrement d'une porte de placard - pour une raison que Asch ignorait, sans quoi il aurait sans attendre dit à son vis-à-vis de ne pas se gêner et de rester dans la pièce principale pour se changer. Voyant que le jardinier mettait un peu de temps à revenir, le jeune homme se laissa basculer en arrière avec désinvolture, ce jusqu'à ce que son dos heurte le mur, contre lequel il reposa donc un instant.

Un bref élan lui permit de se remettre debout tandis que Mesut sortait de son trou, arborant une nouvelle tenue, que Asch balaya rapidement des yeux. Chemise, et jean. Une tenue plus classe que la précédente. Plutôt seyante. Ça mettait en valeur Mesut d'une toute autre manière que ses bottes, chapeau et autre T-shirt de travail... "Je me suis changé", rajouta t-il. Remarque relativement inutile en l'occurrence, mais qui permit à Asch d'enchaîner sur le commentaire qui le démangeait depuis que le trentenaire était sorti de sa planque:

"Dans un placard..?"

Son expression parlait pour lui quant à sa perplexité. Asch aurait très bien pu sortir si cela posait problème, et même si franchement il se foutait comme de ses premières chaussettes d'avoir un mec qui se changeait devant lui... Euh... Enfin... Normalement ça aurait dû être le cas non? Hé... Voilà qu'il se mettait de nouveau à avoir des raisonnements absurdes, et ce dans une situation qui ne le justifiait pas. Tout cela n'avait pas d'importance. Ahem. Il s'éclaircit la gorge et chassa ses pensées tandis que Mesut le menait dehors.

Le voyage se déroula en silence, et Asch ne prit pas même le temps d'observer le jardin, dans lequel il se baladait de toutes les manières depuis un moment déjà. Il appréciait la nature... Mais pas assez pour être constamment observateur. Ainsi marchait-il les mains dans les poches en regardant le sol à quelques mètres devant lui. Pessimiste? De tout temps, oui...

Son regard englobait donc l'herbe et les graviers qui sur le sol défilaient comme un océan végétal et minéral. Du moins était-ce là son impression. Chaque brin, chaque grain filait comme le vent, vestige de vision flou tandis qu'il perdait sa concentration et retombait dans les bras de cette mélancolie dépressive qui le rongeait de l'intérieur. Dur, de lutter constamment contre un tel sentiment. Mais il n'allait pas avoir l'occasion de rester bien longtemps plongé dans ses pensées morbides et autres non-pensées douloureuses. Sa langueur fut bientôt fracturée par un pied dans son champ de vision. Il releva la tête et inspira plus fort. Un regard mauvais sur les gardes... Puis il passa devant. Ces types ne lui disaient rien qui vaille... Ils lui rappelaient fortement le personnel d'Epic Jail, contre qui il avait forcément une dent, en temps que ex-pensionnaire de la prison lunaire. Puis c'était plus fort que lui... Tout ce qui avait rapport avec le gouvernement était forcément mauvais. Son préjugé était si fort qu'il ne pouvait s'empêcher d'éprouver des émotions négatives à l'égard de tout ce qui y touchait de près ou de loin. Allez savoir pourquoi Mesut Simarik était l'exception qui confirmait la règle... Asch l'avait laissé aller là où il n'aurait permis à personne de passer, à l'heure actuelle du moins. Peut-être ce jardinier avait-il un don pour dompter non seulement les fleurs revêches, mais aussi les bêtes sauvages... Ou peut-être avait-ce été le fruit d'un pur hasard. Deux âmes solitaires, qui avaient éprouvé le besoin de combler le vide en elles en se rapprochant ne serait-ce qu'un peu.

En résumé, il était étonnant que Mesut n'ait pas subi le mauvais caractère de Asch... Car ce dernier était prêt à le déverser sur n'importe qui d'autre viendrait l'embêter de trop près.

Ils arrivèrent devant la voiture du jardinier. Asch n'y jeta qu'un coup d'œil distrait. Comme on pourra le comprendre, Asch n'aimait pas grand chose... Et les voitures pas plus que le reste. Il voyait chez elles une utilité strictement pratique, et s'installa donc à l'intérieur sans plus de manières. Il se contenta de hocher la tête en guise d'affirmation lorsque Mesut lui demanda si il était bien installé. Lui aussi mit sa ceinture. Il attendit que la voiture démarre, observant les gestes du conducteur tandis qu'il la mettait en route. Ils allaient donc passer par l'appartement de Mesut... et, plus intéressant - n'en déplaise au concerné - par l'arrêt de bus qui faisait la liaison avec Sérégon. Il était donc temps de regarder ce qu'il se passait par la fenêtre. Et au passage de poser une question qui pouvait sembler anodine, mais ne l'était pas totalement.

"Dans cette lettre... Il y avait plus de détails? Je veux dire... On vous a dit où j'allais atterrir? Le genre de job que je vais avoir à faire? Parce que pour le moment j'en ai juste aucune idée..."

... L'idée d'avoir la possibilité de rencontrer des membres de l'Opale Maudite durant son service le révulsait au possible, et il espérait qu'on n'avait pas tout fait pour qu'il en arrive justement à telle extrémité. Être un traître, c'était déjà spécialement chiant. Pas la peine d'en rajouter une couche en rencontrant trop souvent ses ex-confrères...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mesut Simarik

avatar

Messages : 19
Age : 29

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon] Une rencontre dans le jardin [Achevé]   Mar 10 Aoû - 19:53

Avant de démarrer Asch posa une question sur le contenu de la lettre. Mugen n'aimait pas épiloguer à l'écrit. Bref mais intense...

"Non, il n'a pas donné plus de détails. Juste qu'il fallait que je vous emmène jusqu'au siège du gouvernement. Je pense que le choix de la division sera votre... Vous aller surement vous engager dans la branche armée. Ou bien vous avez une qualification scientifique ? Dans ce cas, c'est la branche recherche et développement... Enfin bon, il y a pas mal de choix."

Mesut ne quitta pas la route des yeux tout le long du voyage. La route était déserte et le voyage fut monotone. Une monotonie de 5 minutes montre en main. Après ces quelques minutes silencieuses les premières habitations sortirent du sol. Le jardinier ralenti et entama une petite manœuvre. Il pointa la porte d'une petite maison entre deux immeuble un peu plus grand. La porte d'un garage peinte en blanc était sale. Un petit escalier montait vers une porte situé juste au dessus. Elle ne devait pas être très grande.

"Voila mon chez moi... Si tu veux y passer, j'y suis quand je ne suis pas au domaine."

Il changea son doigt de direction et pointa un panneau de l'autre coté de la rue avant de redémarrer..

"Voici l'arrêt de bus, les horaires y sont affichés. Il va directement en ville. Tu veras, il suffit de traverser une place et ça sera le plus grand bâtiment de l'endroit.

Pour en revenir au boulot que tu vas faire... Tu verras qu'il y a énormément de choix."


Il mit un peu de musique pour accompagner le reste du chemin. Un petit air un peu rétro mais qui collait bien avec le paysage. En route il croisèrent le bus blanc et noir avec un gros rond marqué d'un afficheur ou était écris en lettre lumineuse 'Nimla'. Mesut espérait que Asch lui rendrait visite de temps en temps. Il n'avait pas voulu lui demander de venir prendre un verre tout de suite. L'habitation était en désordre et pas lavé. Le jardinier avait horreur de présenté une maison sale à un invité. Peut être une autre jour, quand il aura chouchouté ses plantes en pots et bien tout récuré !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon] Une rencontre dans le jardin [Achevé]   Dim 22 Aoû - 23:12

Un bras posé sur le bord de la portière passager, Asch observait le paysage défiler. La voix de Mesut était apaisante. Cet homme dégageait quelque chose de paisible. Pas encore assez pour calmer le bouillonnement intérieur de Asch et pour enrayer son pessimisme naturel... Mais tout de même. Le jardinier battait des records. Ce n'était pourtant pas le fond de ses paroles qui était la cause de ce débordement de zenitude. Au contraire... Elles laissaient Asch relativement sceptique. Une moue mitigée s'inscrit sur son visage tandis que ses yeux levés au travers du carreau observaient une rangée de cimes d'arbre en bordure de route. Le soleil lui faisait un peu mal aux yeux car il était orienté de ce même côté. Asch mit sa main en visière, avant de décider que cela ne suffisait plus. Il baissa le cache-soleil qui était réservé à son siège, et le fit pivoter de sorte à le plaquer contre la vitre latérale. Ce faisant il soupira et commenta, sur un ton qui ne cachait rien de son incrédulité:

"Ecoutez si j'avais une quelconque qualification j'aurais pas fait le sale boulot dans l'orga dirigée par mes propres parents... Et en toute franchise ça m'étonnerait qu'on me laisse le choix pour quoi que ce soit."

C'était tellement évident et tellement frustrant qu'il se serait sans doute énervé si Mesut n'avait pas été une telle source d'apaisement pour lui, qu'il l'assume ou bien qu'il le nie. Shôryû avait été plutôt clair à ce sujet... Asch avait le souvenir de ses poings douloureusement incrustés dans sa mâchoire. Il n'avait PAS le choix et devrait suivre tout ce qu'on lui disait de faire à la lettre si il ne voulait pas retourner croupir sur les sols crasseux de Epic Jail, à attendre le jour de son exécution. Ils étaient partis sur ce genre de trucs. Ca n'allait certainement pas être bien différent pour son assignation. Et pour le coup c'était plutôt normal...Peu de soldats devaient être autorisés à choisir leur escadron d'appartenance. Alors un criminel recyclé en soldat? Asch n'imaginait pas l'armée assez laxiste et négligente pour laisser faire ce genre de chose... Et il espérait presque avoir raison, car il aurait trouvé cela pitoyable. Quitte à bosser pour l'armée, autant ne pas avoir à faire à une armée de rigolos. Voilà qui aurait été doublement déprimant... Enfin, bon.

Une pensée s'invita à l'improviste alors qu'il avait certainement autre chose à faire que de la creuser: à quel moment, dans sa vie, avait-il réellement eu le choix..? Ses parents n'avaient toujours eu relativement rien à faire de ce qu'il pouvait penser. On l'avait laissé faire ce qu'il voulait par dépit, alors qu'il accumulait les échecs là où on avait tenté de le forcer d'aller. Finalement l'ambiance ici n'allait que peu le changer... Mais ce n'était certainement pas l'heure de douter de sa famille, ni de déprimer. Il chassa les pensées sombres et se remit à inspecter la cime des arbres à défaut de mieux. Malgré ces efforts, il gardait l'air absent, et légèrement troublé.

Il allait bientôt pouvoir se distraire un peu car la ville pointait le bout de son nez. Asch baissa la tête et observa en silence chaque maison qu'il dépassait. Ce jusqu'à se retrouver nez à nez avec la demeure de Mesut, qu'il ne détailla que peu de temps. Le commentaire de son hôte l'avait en effet assez surpris pour lui faire tourner la tête dans sa direction, muni d'une expression indéfinie, qui montrait cela dit qu'il avait accusé le coup. Il ne s'était pas attendu à ce que le jardinier le tutoye aussi vite, et aussi soudainement.

"Euh... Ok."

... Note: ne pas tutoyer Mesut Simerik en retour et tenter d'éviter de passer chez lui même si l'envie ne manquait pas. Asch essayait de garder quelques distances de sécurité, comme il avait repris conscience d'être en territoire ennemi. Il ne pouvait se permettre aucune faiblesse... Et pourtant il ne faisait que ça depuis qu'il était arrivé. Il fronça les sourcils comme si il tentait de mémoriser l'emplacement de l'arrêt de bus que le jardinier lui montrait maintenant. En réalité il essayait de se faire une raison: il était seul et devait se contenter de rapports extrêmement succincts avec ses nouveaux contacts. Il aurait été trop bête de tomber dans un piège aussi grossier qu'une amitié ambigüe... Rien de mieux pour ensuite accumuler les erreurs de jugement non moins grossières.

"Bon bah ça a pas l'air trop compliqué..."

Quant au travail qui l'attendait... il n'obtint qu'une réponse très vague, qui le poussa à renifler un coup, méfiant. Énormément de choix... ça n'évoquait pas grand chose pour lui. Il insista. Qui ne risquait rien n'avait rien...

"Vous pouvez donner quelques exemples? Dans la branche armée, hein."

Asch n'était pas prêt à tutoyer Mesut, on l'aura compris. C'était une foutue mauvaise idée de commencer comme ça, d'autant qu'ils allaient par la suite le regretter tous les deux. Il continuait d'observer le paysage défiler par la fenêtre. L'absence de contact visuel mettait une barrière invisible entre le conducteur et lui. Ca n'était pas plus mal. Certes il avait aussi la flemme de se concentrer sur un point fixe. Il suivit des yeux le bus qui venait de passer. Un rapide calcul mental lui permit de savoir à quelle heure environ il lui faudrait se lever pour arriver au boulot en partant à pieds, et en continuant en bus. Restait à savoir combien de route les séparait encore de Sérégon, et il ne connaissait pas non plus son emploi du temps exact... mais le trajet lui semblait faisable, même si fatigant. Ca allait swinguer au retour de l'Alpha... Asch était bien décidé à essayer de négocier son moyen de transport quotidien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mesut Simarik

avatar

Messages : 19
Age : 29

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon] Une rencontre dans le jardin [Achevé]   Jeu 26 Aoû - 12:57

La route était plus que monotone. Toujours tout droit, une ligne droite presque parfaite. Il n'existait qu'une route pour aller à Nimla. Une route et le silence qui s'installe. Mesut aimait le silence, mais seulement dans le jardin. L'absence de bruit lui perçait les tympans. Cela faisait en Réalité plusieurs minutes qu'il réfléchissait aux différentes branche de l'armée. Quel division irait le mieux pour lui ?
C'est à ce moment qu'il réalisa qu'il ne savait vraiment ps grand choses de son passager. Fallait il avoir peur de lui ? C'était certes un criminel, mais il lui paraissait si calme et si gentil.

"Peut être, la division de reconnaissance comme moi. Ou bien la 3eme division, celle de la défense. Mais personnellement, je pense à la 4eme ou 5eme. Ce sont les troupe de Choc, pour combattre l'ennemi et l'escadron tactique. A la reconnaissance, on travaillait beaucoup avec eux.
J'espère que ça ne sera pas le 6eme.... Ce sont des chasseurs. Capable d'attendre une ouverture chez la cible pendant des mois et des mois ! Mais au final, toute les cibles sont éliminé rapidement et proprement, dans le plus grand silence et la plus grande solitude..."


Mesut ralentit un peu, ils arrivèrent au abord de la grande Sérégon. La voiture s'engouffra dans un petit tunnel pour en ressortir des centaines de mètres plus loin. Ils passaient sous la cascade géante qui bordait la ville. Chaque lampes d'éclairage les rapprochaient de la cité autour de laquelle ils étaient en train de tourner. Sur la gauche, on pouvait apercevoir des silhouettes de bâtiments déformées par l'eau grondante. Une eau d'une force incroyable, qui recouvrait les autres sons. Ils sortirent enfin au plus bas de la cascade, plus ils s'éloignaient et moins le rugissement de l'eau était fort. Bientôt, les sons de la rue vinrent à leurs oreilles. Ils étaient presque arriver.
Les immeuble passaient et repassaient. Puis, encore plus en avant, plus profond dans la ville, une grande place s'ouvrit à la vue des deux embarqués.
La place était on ne peux plus déserte. Seuls des gardes étaient présent, quatre ou cinq, répartis dans deux petits blocs de béton au pied d'un immense escalier. Cette escalier donnait sur le centre de commandement. Le cerveau de l'armée, là où toutes les décisions politiques et militaires étaient prises, la demeure des Despranòn les contemplaient.

Mesut stoppa le moteur, tritura sa poche de pantalon pour en sortir un insigne militaire qu'il accrocha à la poche de sa chemise. Puis il se tourna vers Asch.

"Nous sommes arrivés. Voici le quartier général. Et avec ça sur ma chemise, nous n'auront pas de problème pour entrer et nous déplacer librement dans le bâtiment."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon] Une rencontre dans le jardin [Achevé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Nimla - Banlieu de Sérégon] Une rencontre dans le jardin [Achevé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alternative Future :: SIIRASTAN :: Séregon-