Encyclopédie
Présentations
Carnet de Bord
[RP]Siirastan
[RP]Mycra
[RP]Shizuku
[RP]Autres
Archives
AccueilFAQRechercherMembresConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Show me your teeth [pv Asch] [Achevé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Show me your teeth [pv Asch] [Achevé]   Lun 13 Sep - 13:52

Et l’Xpress Train fonçait à nouveau à travers la plaine, emmenant Mugen vers Shangyu, la ville sans magie. Il y allait encore une fois pour pouvoir dormir plus facilement qu’à Séregon, mais également parce qu’il avait une réunion importante avec les dirigeants et les gouverneurs de la ville. Actuellement on pouvait penser que Shangyu était un endroit plutôt paisible comparé à Mala Muerte par exemple, mais il n’en était pas réellement ainsi. Shangyu était depuis longtemps connue pour être une plaque tournante dans le trafic d’armes nihilistes, et servait de base aux Densetsu, bien évidemment. Il était fondamental pour calmer l’opposition affichée que des Despranon – surtout l’Alpha – s’y rendent régulièrement et plus encore pour montrer aux mafieux que le Gouvernement était loin d’abandonner une ville telle que Shangyu sous prétexte qu’elle avait une protection anti-magique.

D’habitude, le wagon spécial VIP réservé à Mugen était également occupé par son soldat préféré, Jason Morgan. Ce jour là, il était absent, retenu à Varkë pour une autre mission. Et de toute façon, cette fois, ça n’avait pas été dans l’idée de l’Alpha d’emmener Jason avec lui. Son accompagnateur – il en fallait un, sinon c’était pas drôle et Mugen se faisait chier comme un rat mort à Shangyu – n’était autre qu’Asch Raizer. Oui, tout à fait, vous avez bien lu. C’est le gamin qui avait failli le capturer et qui avait tué le fils d’un de ses amis qui l’accompagnait jusqu’à Shangyu. Pourquoi ? Personne ne le savait vraiment. Sûrement pour l’avoir à l’œil, ou du moins était-ce la raison la plus plausible. Et puis, il y avait aussi le fait qu’Asch avait du mal à se faire à ses nouveaux pouvoirs, qui étaient terriblement puissants, et donc dangereux. Un séjour ici lui ferait sûrement des vacances. Enfin, pas que Mugen s’occupe des états d’âmes d’Asch non plus hein.

Le train passa la frontière invisible de Shangyu, au-delà de laquelle toute magie était étouffée. Mugen sentit, comme d’habitude à cet instant, sa vision thermographique vaciller, devenir floue, et s’éteindre dans un plop muet, comme si on avait débranché la télé. Le voilà redevenu totalement aveugle, alors que l’Xpress Train s’arrêtait au quai de la gare de Shangyu. Il se leva et prit ses affaires – et sa canne spécialement préparée pour ce voyage – avant de se tourner vers Asch. Oui, il savait exactement où il était :

« Allez, dépêche-toi. Je dois passer à l’hôtel avant d’aller bosser. »

Le ton n’était pas méchant, ni même véritablement autoritaire. Il était juste un peu trop direct et franc, très mugenesque en somme. L’Alpha aveugle passa les portes du train, dédaignant l’aide que la compagnie s’obstinait à lui offrir à chaque voyage ici. Bon sang, ils devaient le savoir depuis le temps qu’il était capable de se débrouiller tout seul dans cette maudite gare ! Il la connaissait par cœur à force de venir ! Il les ignora royalement, descendant et attendant Asch sur le quai.

* C’est toujours aussi bruyant putain… *

Les gens se pressaient autour de lui, montant ou descendant d’un train, riant de revoir leur ami ou parent, ou au contraire, pleurant de devoir les quitter. Les pas légers ou tambourinant de la foule se mélangeaient pour ne plus être qu’un bourdonnement sourd aux oreilles sensibles de l’Alpha. Il n’attendit pas plus de quelques secondes : cet endroit lui était un véritable enfer. Il se dirigea ensuite vers la sortie de la gare, avant d’emprunter une grande avenue qui le mènerait à son hôtel préféré. La suite avait déjà été réservée bien sûr, mais on n’avait pas jugé utile de préciser que l’accompagnateur ne serait pas le même que d’habitude. Pas que ça fasse une quelconque différence, mais la réceptionniste tiqua :

« Oh, Jason n’a pas pu venir !? Quel dommage… Il est si sympathique… »

« Oui je sais. Il me saoule à me raconter vos rendez-vous quand on est ici. »

La réceptionniste blanchit d’un coup, et Mugen était prêt à parier qu’elle ne trouvait plus Jason aussi ‘sympathique’ que deux secondes avant. L’Alpha se foutait bien des affaires de cœur et de cul de ses subordonnés, et n’allait pas mettre son nez dedans… sauf quand comme dans le cas de Jason, on les lui racontait à longueur de journée. Bon sang que c’est chiant d’entendre les histoires de fesses des autres ! Surtout si comme Mugen, on a rien à répondre en retour. Pas que ça le frustre : il était même très fier de ne pas se laisser aller à telles bassesses. Un petit sourire malicieux envoyé à la pauvre fille vexée, et il alla jusque dans sa suite, au dernier étage : toujours la même à chaque fois qu’il débarquait à Shangyu.

Elle était spacieuse, et encore, c’était un euphémisme. Bien sûr elle n’avait rien à voir avec le domaine Shôryû, où tout était complètement démesuré, mais c’était encore largement grand pour deux pauvres péquenauds. En entrant, on tombait sur un grand salon, éclairé par une immense baie vitrée avec vue sur la ville. Un grand canapé et deux sofas entouraient une table basse en verre design, et dans un coin, on retrouvait tout un attirail électronique, de quoi geeker sans bouger de sa chambre. Ou de sa suite. De l’entrée, une porte à droite nous emmène dans la salle de bains – qui elle aussi disposait d’une baie vitrée, à cette hauteur, on peut prendre son bain ou profiter d’un jacuzzi en regardant le monde à ses pieds… même si Mugen est aveugle – et celle de gauche amène dans une petite chambre d’une personne. Un lit une personne – et demie même - une armoire, et une coiffeuse, le minimum syndical avec quand même de l’espace et du goût dans la décoration. La deuxième porte à gauche n’en était pas une : il s’agissait juste d’un grand rideau qui voilait un lit king size encadré de deux tables de chevet richement décorées. D’un côté une fenêtre donnait de la lumière à la pièce, de l’autre une armoire et un bureau luxueux étaient collés contre le mur.

Mugen posa son sac et sa canne sur le canapé du salon et s’adressa alors à Asch :

« Evidemment je prend le grand lit, et toi tu as l’autre chambre. Après manger je vais au siège administratif de la ville, et tu m’accompagnes. Le room service ne devrait pas tarder. »

Bienvenue à Shangyu…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Show me your teeth [pv Asch] [Achevé]   Lun 13 Sep - 17:39

Asch était au service du gouvernement depuis quelques semaines. Rien que d'y penser ses dents crissaient... Oui. Il avait bien du mal à se faire à cette idée, et pourtant, notre terroriste en herbe avait été plutôt calme depuis qu'il avait pris ses fonctions. A quelques effusions de colère près, quelques démonstrations de mauvaise volonté, Asch s'était en effet comporté comme un bon petit soldat modèle. Bien sûr à défaut, il était totalement muet, et inexpressif. Une véritable tombe ambulante. Mais allait-on le lui reprocher, tant qu'il faisait son boulot? Le jeune homme avait pris soin de bien laisser enfermées toutes ses pensées, sa frustration, sa colère. C'était pour lui le seul moyen d'agir comme on l'y forçait... De ne pas péter un câble, alors qu'il était bien involontairement devenu... Quoi. Une espèce de garde du corps, pour celui qui était censé être son pire ennemi? Non. Mieux valait éviter d'y penser... Asch agissait comme il le faisait pour éviter à sa sœur de payer pour sa rébellion. C'était tout ce qu'il devait garder en tête. Le reste était... mécanique. Automatique. Pas besoin de bonne volonté pour être un exécutant, il suffit de quelques muscles, et d'un minimum d'esprit. Robot Asch, au rapport...

Enfin. Ça, ça avait été jusqu'à ce qu'on lui apprenne qu'il allait devoir accompagner l'Alpha à Shangyu. On aurait pu croire que ça allait lui faire plaisir... Mais ce ne fut largement pas le cas. Première fois depuis un bail que Asch s'était mis à protester - pour ne pas dire gueuler comme un poissonnier. Il ne voulait pas retourner là-bas. C'était bien trop tôt pour lui... Plus personne ne l'attendait. Enfin... C'était même pire que ça en fait. Il n'y était plus le bienvenu. Du tout. L'Opale Maudite continuait de sillonner les rues de la ville sans magie, quand bien même ses parents avaient été obligés de la fuir. Et Asch était un traître. Un traître, et un meurtrier...

Comment le regarderaient-ils, tous ceux qui avaient perdu un frère, un père, un fils, à cause de l'explosion qui ne lui avait coûté que sa liberté..? Asch ne voulait pas le savoir. Il voulait se persuader qu'il était de ceux pour qui la fin justifie les moyens... Mais à quelle fin tous ces gens étaient-ils morts, exactement..? Non... Il n'était juste pas prêt à affronter leurs reproches. Il se haïssait déjà assez tout seul... Lui, et ce puit de chaleur impie qu'était devenu son organisme.

Voilà donc. Il était dans le train depuis un bout de temps déjà et n'avait pas accordé un seul regard à l'Alpha, qu'il était censé accompagner. C'était devenu habituel: il n'avait pas dit un mot de tout le trajet. Par contre, et ceci était nettement moins habituel... On aurait dit qu'il avait la bougeotte. Il ne parvenait pas à rester en place... Un peu comme si on avait foutu des braises (ou en l'occurrence un pot de glaçons?) sur la banquette, sous ses fesses. Il soupirait, soufflait, tournait la tête et regardait fenêtre ou plafond à intervalle régulier. Son cœur battait à tout rompre, mais il n'aurait jamais avoué cette faiblesse. Il ne voulait pas que l'on remarque son trouble. Il avait bien du mal à rester cette tombe qu'il était devenu afin de ne pas perdre la raison, seul au sein du camp ennemi...

D'un coup, il eut très froid... Puis la sensation de fraîcheur diminua progressivement, jusqu'à ce qu'il ait l'impression qu'au contraire, c'était ses vêtements qui étaient très chauds. Okay... Ça, c'était super bizarre, et il lui semblait bien avoir écarquillé les yeux le temps que le phénomène agisse. Après quelques secondes de perplexité, il en conclut qu'il devait avoir retrouvé une température corporelle humaine "décente". Ça voulait dire qu'il allait pouvoir se détendre et agir comme il le souhaitait, sans risquer de faire exploser tout le quartier. Ça voulait aussi dire qu'ils étaient arrivés. Une boule d'angoisse se forma dans sa gorge. Raison de plus pour se la boucler.

Il en oubliait presque de faire la gueule - oui, parce qu'avec Asch on apprenait qu'une tombe pouvait être grincheuse. Il se leva tandis que l'Alpha le lui demandait, et se mit à le suivre de près. L'idée lui vint soudain qu'ici, l'Alpha devait être intégralement aveugle... Mais il fut incapable d'utiliser cette information à une fin utile. De un, il ne pouvait rien faire contre Shôryû qui ne nuise pas à Elye... De deux,bah... il avait d'autres soucis plus pressants, en fait. Les quelques regards ahuris qui se posèrent sur lui au moment où il mit le pied sur le quai, par exemple. Les Raizer étaient des types plutôt connus à Shangyu... Grosse baraque, pas mal d'influence dans la ville... Bref... Même ceux qui n'étaient pas de l'Opale devaient être au courant pour lui et ses parents... déjà que cette affaire d'attentat avait fait la une des journaux...

Asch emboita le pas à l'Alpha. Peut-être de trop près. Peut-être d'une démarche un peu trop raide. Peut-être, aussi, avait-il l'air un peu trop nerveux, tandis qu'il jetait des coups d'œil à droite à gauche.

"... Grouillez-vous vous aussi... J'aime pas cette putain de gare..."

... Première fois depuis plusieurs jours que Asch ouvrait la bouche pour dire quelque chose d'autre qu'un "oui" un "non" ou bien un "ok". On remarquera aussi que sa voix avait quelque chose de tendu... C'est dire combien il était mal à l'aise, de retour dans sa cité natale, celle qui l'avait vu grandir et évoluer comme le bon petit mafieux qu'il aurait dû rester...

Enfin. Fort heureusement, Mugen n'avait pas l'air de déconner quand il disait qu'il était pressé. Ou bien était-ce que les lieux lui déplaisaient, à lui aussi..? Bref. Ils furent vite partis, si bien que personne n'eut l'occasion de les aborder, que ce soit pour les insulter ou pour autre chose. Ils parvinrent rapidement à l'hôtel, et Asch fut rassuré de voir que c'était un des rares établissements de la ville dans lesquels il n'avait jamais foutu les pieds. Il ignora avec brio la réceptionniste tandis qu'il embrassait le hall d'entrée du regard, histoire de s'assurer qu'aucune connaissance ne s'y trouvait, ce qui fort heureusement n'était pas le cas. Lorsqu'il reprit la marche, peut-être emboita t-il le pas de l'Alpha avec un peu trop d'empressement... Une motivation étrange qui n'y était pas d'habitude. Un peu plus et il allait lui marcher dessus. On aurait dit que Asch voulait au plus vite monter jusqu'à la suite pour s'y cacher... ce qui était peut-être le cas, en fait.

Enfin, ils arrivèrent à destination, et la tension dans ses épaules se relâcha légèrement. Il avança de quelques pas à l'intérieur de la pièce, observant le plafond, mais visualisant intérieurement tous ces visages qui s'étaient tournés vers lui, à la gare... Il ne parvenait pas à les effacer de sa mémoire. Il n'accorda pas un seul regard à l'étalage de matos et d'espace qui l'entourait... A croire qu'il commençait à prendre l'habitude de la démesure mugenesque... Ou bien était-ce qu'il avait lui-même grandi dans un cadre un peu trop luxueux pour être honnête? Ou bien était-ce qu'il était DÉCIDÉMENT trop préoccupé pour faire gaffe à ce genre de détail? Tu parles d'un garde du corps... Un lapin traqué, plutôt, ouais. Heureusement qu'il n'était pas conscient de l'impression qu'il donnait... Il en aurait eu honte. En attendant Shôryû n'avait strictement rien à foutre de ce que Asch pouvait penser, et il le lui indiqua une fois de plus lorsqu'il lui donna sa "mission". Asch grimaça, et se retourna. Il aurait tout fait pour ne pas avoir à partir en vadrouille... Autant le tirer jusqu'à l'abattoir.

"... Vous êtes sérieux? Vous avez conscience que de me prendre avec vous à Shangyu, c'est vous mettre en danger plus qu'autre chose? Je dois y avoir presque autant d'ennemis que vous..."

Mais ils avaient déjà eu cette discussion... Asch savait que quand il le voulait, Shôryû Mugen pouvait être encore plus buté qu'il ne l'était lui-même. Autant dire que si le grand manitou avait décidé que Asch devait venir, Asch n'échapperait pas si facilement à son sort. Après, quitte à être désespéré... Il pouvait toujours essayer d'insister.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: Show me your teeth [pv Asch] [Achevé]   Lun 13 Sep - 21:22

Asch était nerveux, et Mugen l’avait bien remarqué. Tout au long du trajet jusqu’à Shangyu, la nouvelle et très spéciale recrue n’avait pas tenue en place, stressant et agaçant son illustre compagnon de route qui était non loin de lui. Bien sûr, on pouvait comprendre la raison de sa nervosité : retourner dans le fief traditionnel des Densetsu devait être difficile pour quelqu’un qu’on avait forcé à intégrer l’armée du Gouvernement. Cela dit, s’il pouvait juste arrêter de se tortiller comme un poisson sorti de sa mare, ça arrangerait beaucoup l’Alpha… Heureusement, le train arriva rapidement à Shangyu, et les deux hommes purent sortir enfin de ce compartiment qui commençait à devenir étouffant. En réalité, ils quittaient un environnement étouffant pour un autre : la gare, apparemment, tous les deux la détestaient cordialement. Trop de monde, trop de bruit… Mugen se dépêcha de s’en aller, répondant silencieusement à ses paroles, quasiment poussé par Asch qui ne demandait qu’à fuir cet endroit.

De même dans l’hôtel, il fallait qu’il se presse, comme s’il était prêt à pousser Mugen pour pouvoir courir, et laisser libre cours à sa peur paranoïaque. De quoi avait-il donc peur ? Il était avec l’Alpha, personne ne pourrait lui faire de mal… Sérieusement, qui oserait s’attaquer à Asch alors qu’il était en présence de Mugen ? Même aveugle, même ici à Shangyu, Mugen restait redoutable. Les organisations qui l’avaient sous-estimé n’existaient plus pour pouvoir réitérer leur erreur. Et pourtant, ça n’empêchait pas Asch de se carapater comme un fauve devant une torche. Le soulagement était aisément lisible dans sa respiration et la peur sourde dans ses paroles une fois qu’ils eurent atteint la suite.

Mugen fut à moitié surpris de constater qu’Asch se foutait bien du décor qui ravissait toujours les yeux de Jason – qui ne pouvait s’empêcher, à ce moment là, de s’extasier dans une logorrhée tout à fait agaçante. A la place de Jason, Asch était plutôt silencieux, ce qui reposait l’Alpha et le mettait de relative meilleure humeur. Cela dit, quand il annonça le programme de la journée à Asch, ce dernier lui fit part de ses inquiétudes. Enfin, tout ça pour pas dire qu’il était plutôt à deux doigts de pisser dans son froc.

« Je sais très bien ce que je fais Asch. Mais si tu veux rester ici, fais-le. T’as juste pas intérêt à te carapater dans mon dos. »

Mugen n’avait même pas besoin d’ajouter un ‘sinon’, Asch comprendrait tout de suite de qui il voulait parler. Il avait un sacré argument pour convaincre le nouveau soldat de faire ce qu’il lui disait de faire. Sa sœur. Bien sûr, jamais l’Alpha ne dira qu’en réalité peu lui importait le sort de cette fille, et qu’il n’avait sorti Asch Raizer d’Epic Jail que pour des raisons mystérieusement obscures. Tellement, que même lui doutait du pourquoi de la chose. Mais l’important n’était pas là. Asch l’avait rejoint au Domaine, et bossait pour lui. Il l’avait accompagné à Shangyu, suivant les ordres, et jusqu’à maintenant, Mugen n’avait pas à se plaindre de lui. Alors, s’il tenait à ne pas mettre les pieds dehors une fois à Shangyu, l’Alpha pouvait pour une fois se montrer un peu plus magnanime.

Le room service apporta le repas rapidement. Sur la petite table, il y avait deux sandwichs plus plus façon grand luxe, et les boissons qui allaient avec. De l’eau aussi bien sûr, et des barres sucrées pour le dessert… ou le goûter. Mugen, habitué, engloutit son repas comme si son temps était compté – en fait il l’était – et alla se changer pour mettre des fringues plus formelles. On n’allait certainement pas apprécier de le voir se pointer en baggy et t-shirt hein. Donc, chemise, veste et pantalon bien classes, et toujours les mêmes lunettes noires aux verres teintés de rouge foncé.

« J’y vais. Tu bouges pas, ok ? »

Sayuri aurait été là, elle en aurait été malade. Mugen faisait confiance à Asch, un peu trop et un peu trop tôt. Mais voilà, il savait aussi que l’ex-membre de l’Opale Maudite avait trop la trouille de crever pour foutre le moindre pied dehors, ne serait-ce que pour tenter d’échapper à sa condition. Et de toute façon, l’Alpha n’en avait pas pour longtemps. Il revint seulement une heure et demie après son départ, déposant sa canne près de l’entrée avant d’aller s’affaler dans un sofa.

« Tu t’es pas trop ennuyé j’espère ? »

Un petit sourire, et un long soupir de fatigue. Le voyage plus les palabres, sans oublier le fait que sans son pouvoir de vision, il dormait mieux, Mugen se sentait devenir somnolent. Il n’était pourtant que dix-sept ou dix-huit heures…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Show me your teeth [pv Asch] [Achevé]   Lun 13 Sep - 23:44

Ben voilà! Bien évidemment! Il aurait dû s'y attendre, et même, il s'y attendait! L'Alpha avait décidé de le laisser faire ce qu'il préfé... HEIN?! Deux secondes, trois secondes de battement. Asch fut tellement surpris que pour la première fois en de nombreuses semaines, son voile d'inexpressivité fut balayé par la surprise. Il écarquilla les yeux et son menton manqua bien de heurter le sol. Il s'était pourtant attendu à.. Quelque chose, quoi. Il avait été prêt à s'engueuler avec Shôryû tout en sachant qu'il allait forcément perdre la joute verbale. Et voilà qu'il n'y avait même pas de joute verbale, et qu'on le laissait faire comme il l'entendait. Un glapissement incontrôlé (mais articulé) lui échappa:

"Pardon??!!"

... Il se rendit compte de la démesure de sa réaction et jura intérieurement. Il s'était promis de rester aussi inébranlable que possible face aux traitements de l'Alpha... Et voilà qu'il rompait sa promesse parce que ce dernier lui accordait quelque chose. Plus qu'ironique, c'était pathétique... Bref. Il s'enferma à nouveau derrière son masque d'inexpressivité. Il y ajouta un zeste de mauvaise humeur, une moue patibulaire, et paf. Il était fin prêt:

"... Enfin j'veux surtout dire... A quoi ça servirait de me carapater exactement? J'ai pas oublié que j'ai le couteau sous la gorge, si ça peut vous rassurer."

... Vu que Shôryû avait l'air ok pour le laisser à l'hôtel, Asch n'insista pas. Tout ce qu'il aurait pu dire l'aurait enfoncé plus qu'autre chose. Surtout ce qu'il avait failli évoquer en fait: Il aurait pu profiter de cet instant de solitude pour sortir quelques minutes le temps d'aller voir une connaissance et de lui révéler des informations importantes, mais il n'avait plus aucune connaissance qui désirerait lui parler. Comme l'Alpha n'était pas censé être au courant de ce détail, et qu'il n'était pas forcé de le croire, c'était vraiment un argument pourri. Asch était plutôt heureux de pouvoir l'éviter!

Bon... Sur ce, les épaules de Asch lui parurent nettement moins lourdes. Le service d'étage arriva rapidement, et les "repas" avec. Asch ne s'approcha pas du plateau. Il n'avait aucune envie de partager la nourriture de l'autre enflure, que celui-ci vienne de lui avoir fait une "fleur" ou pas. De toute manière, le densetsu n'avait pas faim. Il avait tellement stressé à cause de ce voyage qu'il avait l'estomac bloqué et douloureux. Asch s'éloigna sans prendre le temps de se déshabiller. Il se cala dans un coin de la pièce et croisa les bras. Il préférait rester debout. Il détestait se mettre à l'aise en la présence d'un connard du gouvernement, doublement si il s'agissait d'un despranon, et triplement s'il s'agissait de lui qui s'était ouvertement foutu de sa gueule sur tous les points...

... Asch ne sortit de sa torpeur que lorsque le despranon quitta ses quartiers vêtu sur son 31. Asch ne put s'empêcher d'observer le résultat, des pieds à la tête, avec une impression bizarre... Il n'aurait sû dire ce qui lui paraissait étrange ou fascinant là-dedans mais... Ouais, bon. Shôryû en costume, c'était toujours assez drôle. Ca lui allait bien mais Asch le voyait plus souvent vêtu avec des fringues "normales", si bien que ça lui faisait toujours biza... Bon. Inutile de se justifier. Oui, il avait des trips très cons. Peu importe. Il regardait déjà le plafond, lorsque Shôryû lui donna les dernières consignes, qui n'allaient pas DU TOUT être dures à respecter. Pas pour autant que Asch allait faire style qu'il était content... Nan, c'était pas son genre. Toujours avec mauvaise humeur, il grogna entre ses dents:

"Je serai sage comme une image... ca vous va? Tss..."

... Espérons que Mugen n'irait pas changer d'avis juste pour une brève provoc qui n'en était pas vraiment. Enfin... Ce n'eut pas l'air d'être le cas, puisqu'il fut bientôt parti de la pièce, laissant Asch seul avec un sandwich et une boisson. Asch soupira, et laissa retomber ses bras, soulagé. Pour la première fois depuis des temps qui lui semblaient immémoriaux... Il allait être seul, sans personne pour le surveiller. C'était putainement reposant, rien que d'y penser... Asch passa une main dans sa nuque et fit craquer quelques cervicales douloureuses. Il avait bien du mal à croire en sa chance... En attendant il avança jusqu'au plateau et ce qu'il en restait. Il prit de l'eau et s'en avala quelques grandes lampées. Tout ce stress avait fini par lui assécher les lèvres...

Par contre, toujours pas faim. Son estomac restait noué. Cette ville lui rappelait des souvenirs pas si lointain d'une époque pourtant bien meilleure. Ça lui foutait le cafard. Maintenant qu'il n'était plus obligé de sortir... La nostalgie prenait le pas sur la panique. Il partit s'asseoir dans un des sofa, et perdit son regard au travers la vitre, tandis qu'il posait son coude sur son genou. Inspiration... Expiration. Son cœur reprenait un rythme normal. Bientôt il laissa le silence s'engloutir par ses oreilles, et lui remplir le cerveau. Ne plus penser à rien... si ce n'est des images, qui déferlaient dans sa tête, à mesure qu'il détaillait les bâtiments qu'il pouvait voir au travers chacune des fenêtres.

Des visages bien connus. Elye dans le jardin, les jeux d'eau, et le sourire d'une mère ou d'un père, qui devenait un trésor chèrement gardé, faute à sa rareté. Les rues... Les bars... Les histoires de tous ces gens qui racontaient leur vie une fois la langue déliée par les méfaits de l'alcool... Ses premiers "pas" dans l'orga et la fierté qu'il avait ressenti le premier jour où son père lui avait tapé sur l'épaule, parce que la mission avait été un succès grâce à lui, et à personne d'autre... D'un coup, une chape de plomb pesa de nouveau sur ses épaules, et il eut l'impression qu'on le tirait par le nombril pour l'emporter dans une pièce froide, sombre, et sans aucune fenêtre ni porte ouverte. Il se rappela de ce qu'on lui avait dit, ce qu'il avait lu, au sujet de la villa de ses parents. Abandonnée... Son foyer, son vrai, unique foyer, n'en était plus un. Il n'avait plus nulle part où retourner... Même Shangyu était désormais une zone ennemie. Il se sentit soudain très fatigué... Il se releva, afin d'aller à la fenêtre. La vue lui était connue, et c'était d'autant plus douloureux. Il plaqua son front contre la vitre...

.. Pile au moment que Shôryû choisit pour revenir. Asch sortit sans attendre de sa méditation, et croisa de nouveau les bras, raide comme un piquet. Il ne se sentait plus vraiment d'attaque pour jouer les bons petits chiens de garde, mais bon... Il observa l'Alpha avancer jusqu'à s'affaler dans un sofa. Et son commentaire l'irrita passablement... Sans les trente minutes de torture involontaire qu'il venait de s'infliger, peut-être aurait-il pu supporter ça sans broncher mais là... Il ne put que grogner et ajouter sèchement:

"Qu'est-ce que ça peut vous foutre?"

... Non, il ne s'était pas ennuyé, non. Il avait assez de trucs désagréables à penser pour ne pas avoir ce luxe, étrangement... Et tout ça, c'était la faute à ce con! Putain... S'il avait pu la fermer, de temps à autre, voilà qui aurait fait de vraies vacances à Asch!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: Show me your teeth [pv Asch] [Achevé]   Mar 14 Sep - 9:44

Bah c’était exactement parce que Mugen savait qu’Asch avait encore le couteau sous la gorge qu’il pouvait se permettre de le laisser tout seul à l’hôtel pendant une heure ou deux alors qu’il allait assister à cette fichue réunion qui l’amenait à Shangyu. Mais l’Alpha songeait tristement – ou presque – que c’était un peu pathétique qu’Asch n’obéisse que parce que Mugen avait un otage. Enfin, fallait pas non plus s’attendre à autre chose : à la base, ça restait son ennemi hein.

Durant la réunion, l’Alpha se demandait bien ce que pouvait faire Asch. Tourner en rond dans la suite, sûrement… Ou essayer de monter un plan pour échapper à sa condition. Ou encore s’éclipser de l’hôtel pour aller transmettre des informations à des complices… qu’il n’avait certainement plus, en fait. Asch était désormais dans le camp du Gouvernement, qu’il le veuille ou non. Même ses anciens amis ne lui avaient pas donné son avis : il n’était plus des leurs. Bientôt, Asch se rendrait compte qu’il n’avait plus qu’une seule alternative : s’allier véritablement au Gouvernement, avec d’autres motivations que sa sœur retenue en otage.

En réalité, Mugen ne savait pas ce qu’il allait bien pouvoir faire de cette sœur pratique, mais qui à long terme, pouvait se révéler encombrante. Pour l’instant, la question ne se posait pas : il fallait qu’elle reste là où elle était, sous peine de voir Asch repasser en mode Densetsu un peu stupide sur les bords. Mais si jamais ce dernier changeait réellement d’avis ? Oui, Mugen l’espérait vraiment. Peut-être était-il trop naïf… Mais quelque part, il savait qu’Asch Raizer n’était pas aussi buté qu’il voulait bien le faire croire. Et surtout, il savait que son cas n’était pas complètement irrécupérable. Ce qui passait pour la pire des sanctions pour Asch était en fait une seconde chance que lui offrait Mugen.

L’Alpha ne tarda pas après la réunion, et rentra directement à l’hôtel. Asch était toujours là. Evidemment, où aurait-il pu aller ? Nonchalant, comme à son habitude, Mugen lui demanda, un peu sarcastique, s’il ne s’était pas ennuyé pendant son absence. La réponse d’Asch ne l’étonna pas, mais eu quand même le mérite de le faire tiquer.

« Peut-être que je suis curieux, tout simplement ? »

Le soir tombait sur la ville, mais ça, Mugen ne pouvait pas le voir. Il le sentait pourtant, la fatigue commençant à poindre dans son esprit. Il se leva en tâtonnant un peu pour aller prendre sa canette de jus de pomme, qu’il ouvrit sans attendre.

« Je vais voir un ami ce soir, et là je veux vraiment que tu viennes avec moi. Je me fous des risques que ça peut représenter. Si quelqu’un nous attaque, je m’en occupe. »

Mugen posa sa canette, désormais vide, et alla prendre sa canne pour montrer un détail intéressant à Asch : à l’intérieur de ce qui avait tout d’une canne d’aveugle se dissimulait – ô originalité quand tu nous tiens ! – une lame, fine mais extrêmement tranchante. Alors même que Mugen pouvait se débarrasser d’agresseurs à mains nues, il se baladait avec une lame. Le fait qu’il soit vraiment aveugle à Shangyu restait un handicap, mais dans des cas extrêmes, cette lame cachée pouvait lui sauver la vie. Ou celle d’Asch.

« Ni toi ni moi n’avons à craindre des rats qui peuplent Shangyu. »

Petite phrase marmonnée alors que l’Alpha rangeait sa lame, et remettaient la lame dans un coin de la pièce. De nouveau, il soupira, et reprit la parole. Il n’avait pas fini d’exposer le programme du séjour à Asch, en fait.

« Demain on aura sûrement du temps libre. Si tu tiens à faire quelque chose, dis-le. On s’en fout de ceux qui veulent ta peau ou la mienne. »

C’était comme si celui qui en théorie devait assurer la protection de l’Alpha finissait par se faire protéger par celui qu’il devait protéger. C’était du grand n’importe quoi, mais quitte à se stresser à venir à Shangyu, autant en profiter. Et puis… Mugen ne l’avait pas dit comme ça, mais ça s’était senti dans sa voix : le premier qui essaie de s’en prendre à Asch finirait en rondelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Show me your teeth [pv Asch] [Achevé]   Mar 14 Sep - 10:38

Curieux, hein..? Bah Shôryû pouvait se mettre sa curiosité là où Asch le pensait. Il n'avait absolument pas envie de répondre à pareille question. Surtout quand, à bien y réfléchir, c'était lui qui avait insisté pour rester ici. Il déprimait par sa seule et unique faute, et ça avait le don de le foutre encore plus sur les nerfs. Il n'aimait pas quand il n'avait aucun moyen de mettre ses torts sur le dos d'un certain despranon... Il grogna une chose inaudible et, toujours bras croisés, entreprit de regarder ailleurs, par la fenêtre. C'était stupide, tout ce manège, alors que son interlocuteur était aveugle. Stupide oui.. Mais nécessaire. Ça l'aidait à tenir le coup.

Asch se serait presque inquiété de ce qui allait se passer maintenant, dans cette putain de suite tandis que la soirée ne faisait que commencer - rester plus d'une heure seul avec l'Alpha l'aurait irrémédiablement conduit à un acte de colère irréfléchi - mais il n'en eut pas besoin. Il grimaça de nouveau. Fichtre... Il avait visiblement échappé à la peste pour attraper le choléras. Prêt à se récrier, il se tourna vers l'Alpha, et cligna des yeux. Asch était loin de comprendre la raison de ce soudain revirement.

"... Quoi? Vous avez changé d'avis? Pourquoi je peux ne pas venir pour votre réunion et suis-je forcé de vous suivre juste pour aller voir un de vos potes? Y a une quelconque logique là dedans..??"

... Si c'était le cas, Asch ne la voyait pas. Il était bien incapable de concevoir que l'Alpha puisse avoir prévu de lui présenter l'ami en question. Et il était encore plus incapable de trouver une autre raison à cette exigence tordue. Asch suivit l'Alpha des yeux tandis qu'il approchait de sa canne pour lui dévoiler une lame qui s'y cachait. Un soupçon d'inquiétude fonça ses prunelles. Euh... Il y avait un malentendu, là...

"... Ca me plait pas beaucoup plus, vous savez..?"

... Voire, ça lui plaisait de moins en moins. Asch était effrayé par ce retour à Shangyu, mais ce qu'il craignait... Ce n'était certainement pas de se faire tuer. Le jeune homme était loin de tenir assez à la vie pour ça... Depuis quelques temps il aurait été capable de jouer au kamikaze, et si il n'y avait pas Elye, peut-être se serait-il ôté la vie tout seul comme un grand, depuis un moment déjà. Il avait peur de rencontrer les autres non pas parce qu'il avait la trouille de mourir... Mais plutôt parce qu'il se sentait incapable d'affronter leur regard, leurs jugements, leurs commentaires et leurs insultes. Il avait peur de regarder droit dans les yeux la famille de ceux qu'il avait malencontreusement tué... Bref. Il puait la culpabilité à 300km à la ronde, et était en passe de craquer. La moindre anecdote serait susceptible de lui faire péter un câble. Perdu dans ces pensées désagréables, il n'avait qu'à peine senti la panique faire à nouveau surface, et lui bloquer la gorge de sa texture gluante amère. Il répondit machinalement, sèchement:

"Nan. Je veux rien faire."

... En vérité quelque chose le poussait à retourner voir sa maison... Comme une espèce de curiosité morbide... Ou bien, comme le besoin de voir par ses propres yeux qu'il n'avait dorénavant plus de toit sous lequel crécher, si ce n'est celui que lui avait offert son ennemi. Mais pour tout dire... Il ne se sentait pas prêt. Il était vraiment trop à fleur de peau, quand bien même il le cachait bien en temps normal. Peut-être plus tard... Là, ce n'était pas sa priorité. Sa priorité étant d'éviter que la petite balade de santé de son "employeur" (pour être poli) ne se terminerait pas dans un bain de sang qui lui minerait le moral pour des semaines encore.

".. J'sais pas ce que vous semblez croire, mais je me fous pas mal de ce qui pourrait m'arriver. Et même de ce qui pourrait vous arriver... Je veux pas que vous leur fassiez de mal, et je veux pas avoir à choisir entre vos fesses et les leurs... Bref. Je veux juste pas les rencontrer. Le plus simple pour ça c'est encore de rester ici. Vous vous êtes passé de ma présence une fois, vous pouvez bien continuer, nan..?"

On pourrait penser que c'était lâche de sa part... Pourtant, Asch n'était pas un lâche, en temps normal. C'était au contraire quelqu'un de loyal et de bien plus sensible qu'il n'y paraissait. Il aurait pu donner sa vie pour sauver quelqu'un qu'il aimait, ou pour aller jusqu'au bout de ses convictions. On imaginait difficilement le calvaire que ça pouvait être, pour lui, de renier toutes les promesses qu'il avait jamais pu faire. Il se sentait vraiment sale et insignifiant... Il serait obligé d'agir à l'encontre de tout ce en quoi il avait toujours cru si les choses se présentaient mal. Ce n'était pas de la lâcheté... Disons plutôt l'instinct de "survie". Quand on ne voulait plus sauver son corps, on pouvait encore vouloir sauver sa raison...

Les masques étaient tombés. Asch n'avait plus la force de faire semblant. Quelques secondes et il pourrait aisément les remettre, mais là... Il se sentait éreinté, frustré, et très seul, le cul entre deux chaises. Ça s'entendait dans sa voix, qui transpirait la lassitude. Il n'avait même plus la force de paraître agressif. Tain... Si ils devaient s'engueuler pour savoir qui aurait le dernier mot, il partait avec plus d'un handicap ce coup-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: Show me your teeth [pv Asch] [Achevé]   Mar 14 Sep - 21:08




Evidemment, Mugen ne s’était pas attendu à ce qu’Asch accepte sans broncher de le suivre jusqu’à chez son ami. Mais voilà, l’Alpha y tenait, et ce pour des raisons très précises. Il était juste trop tôt pour en parler, malheureusement, et dans le pire des cas, Mugen emmènerait Asch de force jusqu’à ce qu’il comprenne. A vrai dire, même si Asch comprenait, Mugen n’était pas sûr qu’il le suive de toute façon. Cette soirée risquait d’être plutôt riche en rebondissements…

« La réunion ne te concernait pas. Ta présence n’était pas requise. Par contre, ce soir je veux que tu viennes parce que tu dois venir. Il veut te rencontrer. »

Qui était ce ‘il’, cela restait pour l’instant un mystère. Et évidemment, l’Alpha savait qu’il prenait des risques ; calculés. Il montra à Asch que sa canne dissimulait une fine et discrète lame, dont il se servirait si les circonstances l’exigeaient. Par contre, il n’avait pas prévu la réaction presque pacifiste d’Asch. Il avoua ne pas beaucoup préférer ça, comme si c’était plus l’idée même d’un affrontement qui l’effrayait. Mais Mugen passa… Asch restait encore une énigme pour lui, et il aimait prendre son temps pour résoudre les énigmes. Autre énigme, il ne voulait rien voir de particulier à Shangyu. C’était pourtant sa ville natale… Mugen songea alors que c’était peut-être encore trop frais, trop dur pour lui. Il ne laissa rien paraître, mais trouvait ça quand même un peu triste sur les bords.

Mais Asch semblait vouloir s’expliquer, et se lança dans une tirade qui étonna l’Alpha. Asch était resté peu bavard depuis qu’on l’avait sorti d’Epic Jail, et là enfin, il osait parler de lui, même si ce n’était pas de façon tout à fait flatteuse. Attentif, Mugen resta silencieux, l’écoutant avant de lui répondre :

« Je me fous aussi de ce qui peut m’arriver, mais je veux pas encore perdre quelqu’un placé sous ma responsabilité. Quant à la raison de ta présence… Je te l’ai dit, c’est très différent. On te demande, alors tu vas venir avec moi. »

Un ton sans réplique, doux mais ferme. Mugen était têtu, et bien décidé à emmener Asch avec lui. Quant au ‘encore’ placé dans sa première phrase, Mugen ne voulait pas s’y attarder. Rien que le fait de repenser à Erik lui faisait mal, et même s’il se refusait à faire le rapprochement, Asch se superposait à Erik, leurs visages se mélangeaient dans l’esprit de l’Alpha. Une ancienne et sourde douleur remontait alors à la surface, une douleur que Mugen avait mis trop de temps à étouffer pour la laisser impunément le hanter de nouveau.

Troublé, l’Alpha ne dit plus un mot, et alla dans la salle de bains qu’il verrouilla pour prendre sa douche tranquillement. Qu’est-ce qu’il lui avait pris de penser à Erik ? Et Haruyuki là-dedans… ? Pourquoi l’oubliait-il trop vite à son goût… ? Que penserait Asch ce soir, en découvrant l’endroit où ils iraient et les personnes qu’ils y rencontreraient ? Il avait beau bien le cacher, Mugen était stressé. Et il n’en avait pas l’habitude, ce qui le troublait doublement. Il était troublé, et troublé d’être troublé. La douche fut longue.

Il sortit de la salle de bains en serviette, ayant remis ses lunettes sur son nez, et se dirigea directement vers sa ‘chambre’, cachée juste par un rideau qui était rabattu d’un côté du mur, laissant son lit visible. Là, il se changea. Sans se soucier d’Asch derrière lui. Mugen se foutait qu’on le voit nu, lui et ses cicatrices liées à l’armée, du moment qu’on ne voyait pas ses chairs fondues qui désormais remplaçaient ses yeux. Paradoxal, mais quand on connaissait l’origine de cette même blessure… cela prenait tout son sens. Pour l’Alpha, cette blessure était ce qu’il avait de plus intime, de plus personnel. Bref, il mit des fringues plus confortables, un pantalon large noir et un polo blanc dont il releva le col par réflexe. Puis il se tourna de nouveau vers Asch :

« On y va. Ils doivent déjà nous attendre. »

Et pas de protestations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Show me your teeth [pv Asch] [Achevé]   Mer 15 Sep - 1:53

Il faut bien dire que le "il veut te rencontrer" avait attisé la curiosité de Asch, qui pourtant n'était pas bien évidente à réveiller. Le jeune homme était peut-être stupide mais... Il ne voyait absolument pas qui, parmi les connaissances de l'Alpha, aurait pu avoir envie de le rencontrer lui, criminel et soldat insignifiant qu'il était. Peut-être que le manque de jugeote de Asch était une bénédiction, en fin de compte... La vérité l'aurait sans aucun doute mis dans un état de panique malvenu. Il aurait risqué quelques gestes ou paroles déplorables... Mais était-ce mieux d'attendre? De laisser l'effet de surprise agir et le prendre de court? Ne réagirait-il pas plus violemment, alors? N'aurait-il pas des gestes ou des propos inconsidérés? ... Était-ce là ce que cherchait l'Alpha, afin de mieux le sonder, ou peut-être de tenter sur lui une thérapie de choc? Nous verrions cela un peu plus tard... En attendant, Asch ne comprenait absolument rien à ce qu'il se passait et ne s'inquiétait que de ses anciens alliés, devenus ses ennemis pour des raisons qui lui étaient tout aussi difficiles à avaler. Il tenta de se dérober une dernière fois à son devoir, en invoquant la plus pure et la plus stricte des vérités. Cela n'eut pas l'effet escompté. Asch n'eut pas le loisir de se plaindre à nouveau, car la réponse de Shôryû l'avait quelque peu déstabilisé.

Comment ça, l'Alpha se carrait de ce qui pouvait lui arriver..? A quoi bon se traîner un garde du corps, si jamais il ne tenait pas à sa peau..? Et... Fichtre. Pourquoi n'y tenait-il pas plus que cela..?? Il avait tout! Le pouvoir, une grosse baraque, une armée de gosses au cas où il se serait senti trop seul... Que lui fallait-il de plus? Que pouvait-il bien cacher qui justifie cette nonchalance..? Asch n'avait plus rien à foutre de sa vie, mais il fallait dire qu'elle était en passe d'être totalement ratée. Selon les critères communs, la vie de Shôryû n'était pas "ratée", même si Asch n'était pas du tout d'accord avec la manière qu'il avait de la mener.

Il s'étonna de penser en ces termes à celui qu'il aurait dû considérer comme son ennemi. Pourtant tandis qu'il retournait cette question dans sa tête, nulle animosité ne l'habitait. Non... C'était plutôt une sorte de... curiosité très étrange, doublée d'un sentiment d'intérêt qu'il étouffa bien vite. Asch ne voulait rien ressentir de la sorte à l'attention de cet individu. Il ne voulait voir que sa haine, parce que c'était la seule chose qui lui permettrait de tenir le coup, et de continuer à fixer ses objectifs. Il ne pouvait pas mourir, même si l'envie n'en manquait pas! Il y avait Elye. Il y avait l'Opale. Tout n'était pas fini! Bon sang!

Son visage trahit ses réflexions. La lueur de curiosité qui s'était allumée dans ses yeux mourut bien vite, remplacée par un vide froid, glacial. Ce même regard de sociopathe qu'il réservait à tout le monde depuis qu'il était entré au service du gouvernement. Toute émotion quitta ses traits et il fut de nouveau aussi indéchiffrable que faire se pouvait. Mais si Mugen n'avait pas été aveugle, peut-être aurait-il mis le doigt sur un indice ou deux... Dommage! Pendant un bref moment, Asch se demanda ce que l'Alpha avait bien voulu pouvoir dire par "encore perdre quelqu'un sous ma responsabilité". Mais pour les raisons précédentes, il ne s'attarda pas là-dessus, et préféra l'oublier tout aussi vite. La vie de ce type ne le concernait pas.

"... Ça serait trop vous demander de préciser ce qu'on peut bien me vouloir? Je ne vois vraiment pas qui pourrait s'intéresser à moi..."

... Mais inutile d'insister. Il avait déjà perdu. Asch n'avait pas la force nécessaire pour se plaindre, ce soir. Peut-être un autre jour, ouais... Mais là, il se rendait compte que le simple fait d'être revenu à Shangyu lui avait sapé toute ses propensions naturelles aux engueulades et aux prises de tête. Ou bien était-ce qu'il restait curieux de ce qu'on pouvait bien lui vouloir, malgré tout? Non... Car ça ne lui disait vraiment rien qui vaille. Il secoua la tête de gauche à droite et fourra les mains dans ses poches, avant de se retourner, non sans taper le sol du bout du pied, rageusement. Tout ça le stressait doublement. Et si ses parents avaient été capturés? Et si tout ça était un coup monté pour..? Euh... Pour quoi exactement..? Et merde. Il délirait complètement.

"J'espère que c'est pas loin au moins..?"

Ça ressemblait plus ou moins à une capitulation... et pourtant, dans sa tête, il n'avait pas encore dit le dernier mot. Il savait pertinemment qu'il ne l'aurait pas, mais ça le rassurait de savoir qu'il n'avait pas encore cédé. Chacun son truc, hein... Personne n'a jamais dit que Asch devait être logique et rationnel.

... En attendant Mugen s'éloigna, et Asch le suivit des yeux en silence, jusqu'à ce qu'il disparaisse dans la salle de bain. Bientôt sa présence fut remplacée par le bruit de l'eau qui s'écoulait. Asch soupira. Il lui restait un dernier instant de répit... Duquel il profita pour aller s'affaler dans un canapé. Ses poumons se vidant de tout leur air, il posa une main sur ses yeux, et frotta ses tempes. La panique n'arrivait même plus à prendre le pas sur la fatigue, quoique c'était peut-être vite dit - qu'il attende d'être dans la rue, exposé aux regards accusateurs, et on verrait bien... Et comme Asch était sans doute au moins aussi troublé que son supérieur, il ne vit pas le temps passer. A vrai dire, il aurait préféré que Mugen se noie dans son bain, ça lui aurait évité de sortir, d'autant qu'il n'était pas si mal, là, avachi dans un confort qu'il ne méritait vraisemblablement pas... Non, vraiment. Ça l'empêchait de penser à ce qui allait suivre.

Il ne se redressa qu'à contrecœur, et avec une moue de mauvaise humeur. Qui a dit une grimace? Comme Asch était quelqu'un de chanceux, dans le genre, il trouva le moyen de se retourner pile quand l'Alpha avait le postérieur à l'air, ce qui lui imprima sur la rétine une image qui n'était pas prête de partir... Même si il ne l'avait vue qu'un quart de secondes. Ouais... Parce que quand il avait remarqué la tenue de Shôryû autant dire qu'il avait décidé sans attendre de s'intéresser à ce qui se passait devant lui plutôt que derrière. Non mais... Quelle idée avait-eu ce con de se désaper en public, franchement..?!! .. A moins que Asch ait été trop pudique? Il aurait pas dû, nan..? C'était juste un autre mec, pourquoi ça le choquait tellement..? Durant les grosses soirées de cuite certains pouvaient bien se balader à poil après tout et puis, et puis... Et merde. On arrivait à la limite de ce qu'il était capable de supporter. Il grinça des dents, mais ne fit aucun commentaire. Il avait trop peur que ça se retourne contre lui, déjà qu'il se sentait particulièrement con en cet instant même. Comme si le cul de l'Alpha avait été un souci, face à toute la merde qu'il avait à gérer!

Quelques secondes plus tard Asch avait retrouvé une tranquillité d'esprit digne de la situation. Donc autant dire aucune tranquillité... Mais au moins sa panique n'était-elle plus adressée à une quelconque nudité incongrue. Plutôt à ce qui l'attendait si il faisait ne serait-ce qu'un pas dehors. Asch ne se releva pas. Il savait qu'il n'avait aucune chance. Il savait qu'il n'était pas en état de riposter, et qu'il ne tiendrait pas plus de quelques secondes. Et pourtant... Il ne put s'empêcher d'essayer. On ne se refait pas. Il tourna un regard noir du côté de celui qui venait de l'appeler.

".. Vous allez faire quoi si je refuse de venir..?"

La question avait été posée sur un ton calme et particulièrement sibyllin. Pour une fois, il n'avait pas été vocalement agressif, quand bien même tout dans sa posture évoquait la défiance... Non, parce que franchement, ça l'intéressait de savoir. Histoire de pas se prendre un pain si il pouvait l'éviter, quoi. Il était con, mais pas à ce point.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: Show me your teeth [pv Asch] [Achevé]   Mer 15 Sep - 9:10




Ouais bah c’était pas gagné d’avance cette fois. Mugen ne put que s’exaspérer face à tant d’obstination de la part d’Asch. Sauf que ben… l’ancien Densetsu était loin d’être le plus têtu dans la pièce. Mugen avait quelques bons dan d’avance, et vu la nature de la rencontre de ce soir – dont il ne parlait pas encore à Asch – rien ou presque ne le ferait changer d’avis. Non non, Asch avait plus vite fait de capituler, tout simplement. Néanmoins, on pouvait comprendre qu’il soit étonné que quelqu’un à Shangyu, dans les connaissances de l’Alpha en plus, veuille le voir lui. Alors, avant d’aller prendre sa douche et mettre brutalement fin à la conversation – qui n’en était pas vraiment une, Mugen concéda :

« C’est un de mes amis, je te l’ai déjà dit. » Il détestait devoir se répéter. « Et ne t’en fais pas, tu es beaucoup plus intéressant que tu ne le penses. Et non c’est pas loin. »

Mugen en avait marre, voilà pourquoi il avait dit cette dernière avec un sourire narquois, alors qu’il partait enfin pour la salle de bains. La réunion de tout à l’heure l’avait assommé, surtout que le sujet de l’Opale Maudite n’avait pas arrêté de ressurgir, comme si la présence d’Asch à l’hôtel central de Shangyu l’invoquait. La nouvelle de sa ‘libération sous conditions’ avait déjà fait le tour de la ville, et beaucoup s’inquiétaient des répercussions que ça pourrait avoir. L’Alpha avait du se justifier et rassurer ces bureaucrates frileux qui ne voyaient pas plus loin que le bout de leur nez. Il avait su à quoi s’attendre, c’est bien pour ça qu’il accéda à la requête d’Asch cet après-midi, et l’avait laissé dans la suite. Se justifier pour la libération de quelqu’un présent dans la pièce, ç’aurait été plutôt gênant. Sans oublier les piques savamment lancées par ces rats de politiciens, qui avaient le don d’agacer Mugen. Elles auraient sans doute fait craquer Asch aussi. Non, le fait de l’avoir laissé à l’hôtel l’après-midi et de le sortir le soir était en fait tout à fait logique.

C’était plutôt pour la rencontre de ce soir que l’Alpha avait pris Asch avec lui jusqu’à Shangyu, en fait. Son ami l’avait contacté il y a quelques temps, et Mugen avait profité de son déplacement professionnel pour accepter cette entrevue qui serait… plutôt spéciale. Longtemps il avait hésité entre tout dire à Asch et lui cacher l’essentiel jusqu’au dernier moment. Mugen était parti du principe que si on lui disait tout, jamais Asch ne viendrait. C’est aussi pour ça qu’il restait laconique sur les raisons de la présence désirée – obligatoire – de l’ex-membre de l’Opale Maudite à la petite sortie de ce soir.

Une douche lui fit le plus grand bien, mais malheureusement, Mugen n’avait pas le temps de trop s’y attarder. Il se changea sans faire de chichis, comme il en avait l’habitude avec Jason en fait, et revint dans le salon en annonçant qu’il était l’heure de lever le camp. Et évidemment, Asch avait toujours son mot à dire… ou pas.

« Tu dois venir, c’est pas seulement pour moi ou l’ami en question, mais aussi pour toi que je fais ça. Et si tu refuses, je peux toujours lui dire de venir jusqu’ici. »

Mugen y avait pensé, à cette éventualité, même s’il préférait l’éviter. Pas que ce serait dangereux ou quoi, mais la rencontre perdrait de son sens si elle ne se faisait pas dans un endroit précis. L’Alpha n’avait seulement pas capté qu’Asch avait demandé ça dans le but de savoir s’il allait encore se prendre un pain. Bah s’il était toujours aussi têtu, il s’en mangerait sûrement un ou deux encore, mais Mugen n’avait pas dans l’idée de cogner sur Asch à chaque fois qu’il protestait. Ce serait contre-productif, et surtout, vu comment Asch râlait, ce serait bien trop épuisant. Agacé, Mugen demanda une dernière fois :

« C’est bon ? On peut y aller maintenant ? »

En espérant qu’il n’y ait pas encore de discussion interminable avant de se mettre enfin en route…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Show me your teeth [pv Asch] [Achevé]   Mer 15 Sep - 13:41

Bon ben... Ca, c'était fait. Le round venait d'être perdu et Asch, mis au tapis, dans le genre KO complet. Bien sûr, c'était une image. Mais Asch se l'était bouclée d'une force assez considérable lorsqu'on connaissait sa répartie et sa tendance à la mauvaise foi comme à la chianterie. (Ce mot aurait dû être rajouté au dictionnaire rien que pour lui). Raison à cela? C'était bien la première fois de sa piètre existence qu'on le jugeait "plus intéressant qu'il ne le pensait". Surtout en rajoutant l'adjectif "beaucoup" devant. C'est le genre de trucs qu'on prend comme un compliment en temps normal... Mais là, c'était l'Alpha qui venait de le lui sortir, quoi. De un, c'était totalement inattendu. De deux... Asch n'était pas sûr d'avoir envie de sauter au plafond parce qu'il avait éveillé l'intérêt de la seule personne par laquelle il aurait préféré être ignoré. Merde... La vie était tout de même mal faite.

Il le laissa partir. En plus, le point de rencontre n'était pas loin. Chiottes. Ses arguments s'amenuisaient... A ce rythme il allait vraiment finir par se retrouver à court de répliques. Qu'allait-il faire, si il ne pouvait pas râler, franchement? C'était un des seuls trucs qu'il savait faire, et avec quoi il se sentait à l'aise... Pathétique, de ne vivre qu'au travers les conflits? Ouais bah hein... On faisait ce qu'on pouvait.

Après quelques aléas qui n'avaient pas grand chose à voir avec tout cela - ou bien comment Asch refuse de découvrir que voir un type à poil lui fait de l'effet - Shôryû s'apprêta à partir et demanda à Asch de faire de même. Le rouquin en profita pour poser une dernière question, plus prudente qu'elle ne l'aurait été en temps normal. Une fois de plus la réponse fournie le déstabilisa totalement, si bien qu'il fut incapable de réagir, et ce pendant une dizaine de secondes.

Il s'était attendu à des menaces. Une réponse autoritaire... Quelque chose qui le ferait se sentir inférieur et maîtrisé, une fois de plus. Bien sûr ce type de réponse ne lui aurait pas plu du tout, car Asch détestait le fait que quelqu'un tente de diriger sa vie, surtout si c'était d'une manière qui ne lui plaisait guère. Ce genre de réponse aurait au moins eu l'effet d'attiser sa haine, sa colère, et son sens inné de la rébellion. Mais là... Que dalle. On aurait presque dit que l'Alpha le traitait comme une personne à part entière, et en toute franchise, ça lui faisait tout bizarre. Il n'aurait pas avoué que la seule personne à l'avoir jamais traité comme une personne à part entière jusqu'à présent n'était autre que sa sœur cadette.

Il ne parvint pas à se mettre en colère. Il ne parvint pas même à avoir envie d'agresser son supérieur, comme il savait pourtant si bien le faire. Sa curiosité fut de nouveau soulevée, et fit disparaître ses masques, comme son attitude méfiante. Et c'est le plus naturellement du monde que la prochaine question lui vint:

"... Ça serait pas plus simple de le faire venir, justement..?"

... Si si, vous avez bien lu. Et le pire, c'est que sa voix n'avait été guidée par aucune once de mauvaise volonté ou de méchanceté. Au contraire... Ça avait été une interrogation très sincère, comme si il avait soudain oublié qu'il était censé se fermer à toute conversation. Il avait dit ça avec une naïveté à laquelle il n'avait pourtant plus droit. Le souci, c'était qu'il n'était même pas conscient de l'indécence de ses propos. Asch ne réfléchissait pas plus loin que le bout de son nez, et il n'avait toujours pas idée de ce qu'il se passait. Il n'était pas rassuré, mais il avait baissé ses défenses. C'était stupide, et il le découvrirait bien assez tôt...

Malgré tout, il se redressa et s'approcha de l'Alpha, prêt à suivre si la réponse de ce dernier s'avérait négative. Ça ne lui plaisait guère, mais vu comme la situation avait été présentée... Même lui se serait senti con et immature, si il avait continué à se plaindre juste pour le plaisir de saouler son monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: Show me your teeth [pv Asch] [Achevé]   Mer 15 Sep - 19:40

Mugen lâcha un soupir, exaspéré de l’attitude démotivée d’Asch. Il pouvait pas obéir et se taire, tout simplement ? Mais non, il trouva encore à redire et demanda – calmement mais il demanda quand même – pourquoi l’ami en question ne venait pas directement à l’hôtel. L’Alpha lui répondit, de moins en moins patient :

« Parce que. Je veux que tu voies l’endroit où je t’emmène. »

Et cette fois, il se mit vraiment route, vu qu’Asch semblait prêt à le suivre. Evidemment, il n’oublia pas sa canne si spéciale, et passa la porte de la suite sans faire mine d’attendre son accompagnateur. Il descendit ensuite, via l’ascenseur quand même, il n’est pas fou, jusqu’au rez-de-chaussée, et sortit de l’hôtel pour prendre la rue vers la droite. Et il n’avait pas menti à Asch : l’endroit où ils allaient n’était qu’à cinq minutes à pied.

Mugen ne voyait pas la beauté de l’endroit, mais Asch y serait peut-être plus sensible. Il s’agissait d’un petit jardin, au milieu duquel trônait un pavillon à la fois moderne et dans la plus pure tradition shangyienne. Sans attendre, les deux silhouettes qui étaient près de l’entrée du pavillon vinrent à la rencontre de l’Alpha et de celui qui l’accompagnait. Le premier était de taille moyenne, élancé et élégant, gainé dans une longue veste de coton et de dentelles noirs. Son visage fin et au teint pâle était encadré de longs cheveux oscillant entre le noir et un gris foncé du à l’âge. Son regard était vif, mais contenait la sagesse et l’expérience que seul un homme déjà mûr pouvait avoir. L’autre homme était plus grand, tout aussi fin. Son manteau était plus court, et plus sobre, mais également noir. Ses cheveux bruns, courts et un peu en bataille venaient lui obscurcir le front, au-dessus d’yeux où se mêlaient un tas d’émotions. En tous cas, il avait l’air beaucoup moins calme que le premier homme.

« Mugen. Ca fait longtemps je ne t'avais pas vu. » Dit ce dernier en serrant l’Alpha dans ses bras.« Bonjour. » Dit le deuxième, serrant simplement sa main.

« Asch, c’est Shawn Goenel et Khaim Turshahai. Ce sont mes professeurs de lycée. Et les parents de Haruyuki. »

A vrai dire, l’Alpha se disait qu’Asch aura tilté à la simple mention du nom ‘Goenel’. Il avait des défauts, mais Raizer n’était pas du style à oublier le nom de celui qu’il avait tué, même par accident, et ça Mugen le savait. Il attendit un moment, avant d’annoncer l’endroit où ils étaient, si Asch ne l’avait pas encore deviné.

« Je voulais que tu viennes ici, parce que c’est là que repose Haruyuki. »

Shawn fit alors un pas vers Asch, et lui sourit doucement, d’un sourire que seul lui pouvait faire. Sincère, doux, sans aucun soupçon d’ironie ou de moquerie, ni aucune animosité. Et d’une voix toute aussi douce, il lui annonça :

« Je voulais te rencontrer depuis longtemps, et te dire que… »

Khaim avait les larmes aux yeux et les détourna vivement, tandis que Shawn commençait à chercher ses mots.

« … C’était un accident. Je ne t’en veux pas. »

C’était loin d’être le cas de Khaim, qui pourtant gardait le silence par respect pour son compagnon si compatissant. Ils avaient perdu un fils, mais Shawn savait par Mugen qu’Asch avait perdu beaucoup plus. Au moins, là où était Haruyuki, il ne souffrait plus, et il ne faisait plus souffrir personne.

Mugen ne bougeait pas, et était resté à quelques pas d’Asch, de Khaim et Shawn. Immobile, il était également silencieux, comme s’il était gêné par les mots de son professeur… ‘Faire souffrir’… Parlait-il de lui, ou y’en avait-il eu d’autres ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Show me your teeth [pv Asch] [Achevé]   Mer 15 Sep - 20:43

Asch leva légèrement un sourcil. Nan... Visiblement, Shôryû avait l'air de vraiment vouloir l'emmener il ne savait pas trop où, mais à l'extérieur de l'hôtel. Asch soupira mais daigna enfin suivre son supérieur, même si c'était vraiment très, très loin de lui plaire.

"Si vous le dites..."

Il emboîta donc le pas à l'Alpha... Cette fois-ci cependant, sa démarche fut plus calme. A croire qu'il avait oublié sa peur paranoïaque... Ou plutôt que ces mystères lui prenaient trop la tête pour qu'il ait le temps de paniquer. Où pouvait-on bien le traîner exactement..? Pourquoi sa présence était-elle si importante..? Ça ne sentait pas bon du tout, et le danger lui semblait bien plus imminent que celui de rencontrer une vieille connaissance rancunière en pleine rue. Asch ne prit pas le temps de regarder autour. Il connaissait ces rues. Il lui était trop difficile de s'y promener, dorénavant. Une simple image évoquait une réminiscence... Autant de souvenirs qui le noyaient dans la nostalgie. La nostalgie... Un sentiment bien amer, qui vous empoigne la gorge et vous empêche de respirer jusqu'à ce que la peur ou la mélancolie aient raison de vous. Asch allait déjà assez mal sans en rajouter une couche par dessus le marché.

Ouais. Enfin. La couche allait tout de même arriver, et bien épaisse. Shôryû le traîna jusqu'à un pavillon, entouré d'un beau jardin. En temps normal peut-être Asch aurait-il pu être sensible à la beauté de cet extérieur, car il aimait vivre dehors... Mais... Comment dire. Ce soir, comme bien souvent depuis quelques semaines, il était bien trop préoccupé pour voir là autre chose qu'un amas de végétation et de décorations fades - quand bien même elles n'étaient pas réellement fades. Rapidement, il s'intéressa plutôt aux silhouettes de leurs deux hôtes, qui venaient à leur rencontre. Il posa un regard curieux sur les deux hommes, et les détailla rapidement, toujours sans comprendre. Il ne voyait pas de qui il pouvait bien s'agir. Brièvement, le soulagement gagna sa poitrine. Ca n'avait sans doute rien à voir avec l'Opale Maudite... Le cadre ne collait pas. On n'allait donc pas tenter de lui tirer les vers du nez. Bonne nouvelle...

... Mais une bonne nouvelle est toujours accompagnée d'une mauvaise, non? Asch allait bientôt comprendre combien il s'était fait avoir - car il allait très certainement finir par en vouloir à Shôryû de ne pas l'avoir prévenu de la teneur de cette rencontre avant leur arrivée à destination. Le choc qu'il allait recevoir allait être de taille. Et de fait, il le fut. Asch était resté silencieux, voire discret, le temps que les trois hommes finissent de se saluer. Et était venu le temps des présentations...

Il entendit très clairement les propos de son supérieur jusqu'à ce que ce dernier prononce le mot Goenel. A partir de là, il eut très clairement l'impression de faire un AVC, ou bien de s'être fait foudroyer, au choix. Il n'entendit pas le nom du deuxième homme... Dans cette bouillie de propos, seul le nom d'Haruyuki sonna à ses oreilles, et manqua de lui briser les tympans. A moins que ça n'ait été ses entrailles qui se retournaient? Asch était pâle, de base. Son teint était carrément devenu cadavérique, ce qui semblait de mauvais goût en la situation... Il avait écarquillé les yeux tandis que le sang refluait et lui donnait l'impression que ses oreilles, ses tempes, ses doigts, venaient de geler sur place. La suite ne fut pas plus évidente, parce que malheureusement, il avait retrouvé toutes ses perceptions et même plus encore, comme si toute la lucidité dont il avait manqué les secondes précédentes lui était rendue d'un coup. Cet endroit était celui où reposait Haruyuki. Repos. Dépouille. De son unique faute. Des pensées assez violentes pour lui donner une envie de vomir presque incontrôlable. Il eut très envie de reculer d'un pas, voire de plusieurs. A vrai dire il eut même l'envie irrépressible de se retourner, et de prendre ses jambes à son cou pour sortir de cet endroit sordide... Cela dit, tout ceci ne dura qu'un quart de seconde. Asch était peut-être sensible, mais il n'était pas lâche, et n'en restait pas moins fort, lorsqu'il le souhaitait. Et rester fort quand on a l'estomac aussi peu accroché que le sien, autant dire que ça demande encore plus de volonté qu'à celui qui se contrecarre bien du destin d'autrui. Pourtant depuis quelques temps, cette force de caractère dont il disposait n'avait pas tendance à s'afficher de la meilleure manière qui soit. C'était la seule qu'il avait trouvée pour tenir le coup... La seule qu'il était capable d'avoir dorénavant, car la seule en laquelle il croyait.

Lentement, l'expressivité de son visage, et tous les sentiments douloureux que reflétaient ses yeux, s'estompèrent, pour laisser place à son habituel masque de fer. Ses yeux n'étaient plus que deux puits clairs, sans fond. Un abîme glacial et vide, un éclat noir dans ce visage qui n'avait plus l'air aussi juvénile qu'il l'avait été quelques secondes auparavant. Ça n'allait sans doute pas plaire à l'Alpha, ni à leurs hôtes. Mais ça, Asch s'en fichait pas mal. Il agissait comme ses croyances l'y poussaient. Son cœur battait à tout rompre et intérieurement, il souffrait encore... Mais lentement la souffrance s'en allait, tout comme son esprit partait à la dérive, pour le laisser comme vide... Une enveloppe vide, qui parlait par automatismes. C'était encore un bout de son âme qui se détachait pour s'étioler... Progressivement, il se détruisait. Si il ne changeait pas bientôt de comportement il risquait de devenir pour de vrai cette enveloppe froide, fanatique, et inhumaine. L'enveloppe vide ne comprenait pas pourquoi Goenel disait ne pas lui en vouloir. Ce qu'il restait d'Asch à l'intérieur, non plus. De très, très loin, il ressentait comme une once d'indignation. Comment un père pouvait-il avoir pardonné une chose pareille..? Il entendit sa voix sortir de sa gorge, plus basse, plus sévère qu'elle ne l'était en temps normal.

"... Pourtant, vous devriez."

... Silence. Puis il reprit, comme si le flot de parole avait toujours été là, prêt à quitter ses lèvres, mais qu'il n'avait jamais eu l'occasion de le laisser filer:

"... Votre fils est mort à cause de ce qui m'habite. Si cette puissance n'avait jamais existé, il serait encore en vie. Comprenez bien que je n'essaie pas de me défiler... Au contraire: tout ce qui est arrivé est entièrement de ma faute, que ce soit ou non un accident. Je ne devrais même pas accéder à la liberté surveillée. J'espère que vous n'attendez pas des excuses car je n'en donnerai pas. Je n'essaie pas d'être pardonné."

.. Des choses qu'il n'avait jamais dites, mais toujours ressenties. Il avait décidé d'utiliser la puissance qui lui avait été accordée pour l'Opale Maudite, alors que l'Opale Maudite était très stricte sur un point: Ses actions devaient être menées sans intervention surnaturelle. Mais si il n'y avait pas eu Elye... Alors sans doute Asch aurait-il choisi la mort. Comme tout bon membre de l'Opale, il considérait qu'une puissance telle que la sienne n'avait pas lieu d'exister. Il aurait choisi la mort pour expier ses fautes. Il possédait une telle haine de lui-même au fond de lui... Une telle haine qui habitait cette carcasse qui n'était plus vraiment lui... Il fixait Shawn Goenel sans le voir, et ses yeux à lui, le tueur, reflétaient tout ce que ceux du père auraient du contenir. Si cet homme n'était pas capable de lui en vouloir, Asch continuerait de le faire pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: Show me your teeth [pv Asch] [Achevé]   Jeu 16 Sep - 12:00

Cette rencontre était très spéciale, oui, tellement que Mugen se demandait finalement si ça avait été une bonne idée. Peut-être que les méthodes pédagogiques exceptionnelles de Shawn Goenel se heurteront, avec Asch, à leurs limites. Mais l’Alpha ne pouvait plus faire marche arrière, maintenant que Shawn et son compagnon Khaim l’avaient rencontré. Ils devaient sûrement avoir des choses à lui dire, en bien ou en mal. Mais Mugen ne s’attendaient pas à une explosion de violence, du moins de la part des parents du défunt : si les risques avaient été trop grands, bien sûr qu’il ne les aurait pas pris.

Néanmoins, le discours de Shawn, malgré toute sa bonne volonté, avait mis Mugen dans l’embarras. Peut-être justement parce qu’il s’adressait à Asch, et que certains mots traînant dans la conversation avait le don de faire tiquer l’Alpha. En clair, Shawn commençait à dévoiler un peu trop de la personnalité et de l’histoire de Mugen. L’Alpha se sentait vulnérable, il se sentait fragile, et bien sûr qu’il n’aimait pas ça. Asch allait avoir connaissance de choses qu’il n’était pas censé savoir, et ça, ça angoissait Mugen. Il ne bougeait pourtant pas, s’efforçant – un peu trop peut-être – de ne montrer aucun signe de nervosité. Pour l’instant, il se contentait d’assister, passif, à l’échange entre Shawn et Asch.

« Justement, c’est parce que tu n’essaies pas de te faire pardonner que je te pardonne. Et tu l’as dit toi-même, c’est un accident. La magie n’est ni bonne ni mauvaise, et elle se manifeste souvent de manière violente. Ce qu’il s’est passé ce jour-là n’est pas ta faute. »

Derrière Shawn, Khaim semblait tiquer, et retenait des émotions qui commençaient à se faire de plus en plus visibles. Mugen, quant à lui, restait muet comme une tombe. Ainsi, Shawn continua de sa voix douce et sans condescendance ni pitié :

« J’ai connu de nombreuses personnes dotées de magie considérée comme dangereuse. Des gens qui se blessaient, ou blessaient leur entourage, sans le vouloir. Mugen sait de quoi je parle. »

Shawn se tourna vers l’Alpha, qui semblait de plus en plus gêné. Il sursauta même, se demandant bien ce que son ancien professeur de Maîtrise de Magie cherchait à faire. Il savait que parler de certaines choses le mettait mal à l’aise, et qu’il préférait l’éviter si possible. Il baissa la tête, et murmura simplement à son ancien professeur :

« J’aimerais bien qu’on ne parle pas de lui… »

Etonné, son professeur arqua un sourcil, visiblement curieux :

« … Tu lui en veux toujours ? »

Mugen soupira avec un sourire sans joie :

« Tch… Je ne lui en ai jamais voulu, et vous le savez. »

L’Alpha était gêné, horriblement gêné, et se demandait comment Asch réagirait à cette nouvelle. Il espérait juste – un espoir de fou, il fallait quand même pas rêver – qu’Asch ne lui poserait pas de nouvelles questions. Il n’avait vraiment pas envie de parler d’Erik… Il sentait qu’il allait craquer si jamais certains souvenirs devaient remonter à la surface.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Show me your teeth [pv Asch] [Achevé]   Jeu 16 Sep - 17:06

Asch serait-il assez réceptif pour saisir la chance qu'il avait d'en apprendre plus sur l'homme qui le retenait captif? En profiterait-il pour mettre Shôryû dans l'embarras, l'une des très rares fois qu'il en aurait l'occasion? Rien n'était certain. A l'heure actuelle le passé de l'Alpha comme ses états d'âme ne l'intéressaient guère. Il était obnubilé par le regard de Goenel, trop, bien trop indulgent à son goût. Obnubilé par cet autre regard, derrière, qui se retenait de dire des choses que Asch aurait sans doute préféré entendre.

Quelle ironie... Il avait eu peur de rencontrer la famille des membres de l'Opale Maudite qu'il avait tué, car il avait craint d'être incapable de supporter leurs reproches, et sa propre culpabilité. Il n'aurait jamais cru que le fait de se trouver face à la magnanimité des familles puisse être encore pire que de subir leur haine et leur colère. Pourtant, c'était le cas. Si Shawn Goenel ne s'était pas montré si compatissant... Si seulement il avait montré un peu de ressentiment à l'égard de Asch... Sans doute ce dernier n'aurait-il pas été dans cet état. Assailli par les doutes. Presque incapable de ressentir quoi que ce soit à part la haine qu'il éprouvait à l'encontre de sa propre personne. En colère, perdu, en état de choc, l'esprit au bord de se briser pour de bon. Malheureusement pour tous, Asch était tant et si bien formaté qu'il avait des réactions aussi violentes qu'illogiques. Il était le premier à en subir les conséquence néfastes.

Il ne bougeait plus et respirait tranquillement. Il ne ressentait presque plus rien si ce n'est le froid. Son corps n'était plus qu'une masse mue par des réflexes. Et pourtant, une très, très légère lueur de doute, de trouble, naquit dans ses prunelles. Un accident..? Et alors, qu'est-ce que ça changeait..? Il l'avait fait. Les circonstances atténuantes étaient un tissu de conneries. Il l'avait fait et pourrait recommencer, voilà la vérité, et tout ce qu'il fallait retenir de cette affaire. Pourquoi, alors, ne put-il trouver aucun argument lorsque son esprit s'offusqua d'entendre la magie qualifiée de "ni bonne ni mauvaise"..? Peut-être parce qu'il avait pensé que tous les pro-gouvernements la considéraient comme quelque chose d' admirable, de spectaculaire? Ou bien y avait-il déjà réfléchi ne serait-ce qu'une fois..? Non. La magie faisait du mal aux gens. Elle se manifestait souvent de manière violente. EXACTEMENT. Elle était mauvaise. Voilà tout. Inutile d'aligner les arguments de l'autre camp... cela n'aurait fait que le troubler d'avantage.

Il fut incapable de répondre, pourtant. Il tenta de se convaincre qu'il avait raison, et que toutes ces personnes qui se blessaient ou bien blessaient leur entourage dont parlait Goenel ne pouvaient que le pousser à embrasser la cause de l'organisation. Changer le monde afin de contrôler la magie en interdisant son utilisation.

Il suivit la discussion qui se menait maintenant entre l'Alpha et Goenel de loin, très loin. Non pas qu'il ne capte pas ce qu'il se passait... Non pas que sa curiosité ne fut pas attisée par cette histoire, il aurait en effet voulu en savoir plus... Mais il se sentait simplement exclu de la discussion. Cette dernière était entre l'Alpha et l'homme dont Asch avait tué le fils. Il n'était qu'un meurtrier qu'on mettait face aux conséquences de ses crimes. L'instant n'était pas franchement bien choisi pour se révéler exigeant, et demander des réponses... L'indignation montait en lui, toujours et encore plus. Elle finit par atteindre le seuil critique, parvenant enfin à dominer les doutes, et la curiosité. Une part de son esprit s'accrocha de nouveau à son corps, qui prit à nouveau la couleur de ses véritables pensées: tristesse, colère, incompréhension. Les apparences se déchiraient.

"... Que ça soit un accident ou pas ne change absolument rien aux faits! Ce truc s'est déclenché parce que j'ai joué au con au lieu de faire mon boulot. Et ça, c'est peut-être pas ma faute aussi..?! Arrêtez vos conneries! Comment pouvez-vous me pardonner ça..? Comment pouvez-vous lui manquer de respect à ce point? Merde! C'était votre gosse, rien que pour ça vous devriez avoir envie de me tuer!"

... Cela sonnait comme un reproche. Comme si Asch en avait voulu à Shawn Goenel d'assez peu se soucier du sort de son gosse pour être capable de pardonner à son meurtrier. En réalité, tout se jouait sur une corde sensible qui avait très peu à voir avec Shawn et Haruyuki... Asch n'était-il pas en train de projeter là-dessus la relation parents-fils déplorable qu'il entretenait avec ses propres géniteurs? Il aurait fallu être aveugle (... non, bien plus qu'aveugle 8D) pour ne pas le remarquer. Des années de souffrance se reflétaient dans sa voix comme dans son regard, quand bien même il avait essayé de rester calme. ses années d'enfance n'étaient pas le seul souci... Il essayait de relativiser et de se dire que le destin de l'Opale primait sur le reste, mais malgré ça, il n'arrivait pas à s'empêcher d'en vouloir à ses parents, qui ne pas levaient pas le petit doigt pour sauver leurs deux uniques enfants des griffes du gouvernement. Malheureusement le self-control presque surnaturel dont il pouvait faire preuve quand la situation l'exigeait n'avait pas tenu le coup. Tout cela réveillait bien trop de sentiments négatifs. Peut-être n'était-ce pas plus mal, en un sens... Ça l'empêchait de se détruire petit à petit en reniant ce qu'il était au plus profond de lui. Par contre, pour ce qui était de rester inaccessible, c'était râpé. On vous a dit que Asch était maso? Il cherchait dorénavant quelque chose, n'importe quoi, qui puisse justifier son point de vue. Ses yeux, toujours aussi réprobateurs, passèrent de Shawn à son compagnon. Oui... Asch avait remarqué que ce dernier se retenait. Celui-là semblait avoir un avis un peu plus proche de ce que sa norme interne exigeait...

"... Parce que c'est marrant, mais lui n'a pas l'air d'être d'accord avec vous!"

De la provoc, rien que ça. Vas-y, frappe moi, fais moi du mal, lynche moi, torture moi, bute moi... Fais moi tout ce que je mérite et que personne n'a les couilles de me faire, même pas moi-même. C'était là tout ce que criait son attitude, et cette révolte interne qui lui faisait monter les larmes aux yeux. Putain de merde... En plus de tout le reste, il allait se payer l'air con.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: Show me your teeth [pv Asch] [Achevé]   Jeu 16 Sep - 19:33

Mugen fut moins étonné que Shawn face à la réaction plutôt violente d’Asch. Heureusement, l’homme n’en était pas venu aux mains, mais ça faisait l’effet d’une véritable claque pour le professeur, qui sentit les larmes lui monter. Néanmoins, il ne perdit pas son calme, et même si l’émotion commençait à poindre, comme chez son compagnon, il gardait toute la dignité que Mugen lui avait toujours connue.

« Haruyuki était mon fils oui, mais il est mort en sauvant quelqu’un. C’est la chose la plus honorable qu’il ait jamais fait de sa vie. »

Asch ne savait rien de Haruyuki, il ne savait pas comment il avait été, son caractère, ses agissements, ses antécédents. Shawn avait aimé son fils, mais il fallait avouer que ce dernier n’avait pourtant pas fait grand-chose pour à la base. Khaim quant à lui, lui était tout aussi attaché, mais n’avait juste pas autant de patience et de calme que Shawn. D’ailleurs, celui-ci ajouta d’une voix éraillée, comme étranglée par une boule qui commençait malgré lui à se former dans sa gorge :

« Je n’ai jamais voulu tuer personne, et même la mort de Haruyuki n’y changera rien. Tu as le droit de vivre, malgré les erreurs que tu as faites. D’ailleurs, Mugen n’ignore pas que je suis tout à fait contre la peine de mort et certaines exactions de l’armée… »

« Professeur Goenel ! »


Mugen le reconnaissait bien là : ajouter une touche d’humour, même très légère, quand il commençait à se sentir vulnérable et au bord des larmes. A vrai dire, si Mugen savait que Goenel faisait ça, c’est parce qu’il le faisait aussi. Ca pouvait paraître impoli, ou même déplacé, mais c’était un processus d’auto-défense plutôt efficace. Reste à savoir comment Asch prendrait la chose… Mugen était prêt à parier que ce serait mal. D’ailleurs, il n’en avait pas encore fini, et revint à la charge en prenant Khaim à parti. Très mauvais choix, en réalité. Ce dernier en fut surpris, presque offensé, et répondit d’un ton sec :

« Mais je sais que Shawn a raison. Haruyuki… »

La voix de Khaim tremblotait dangereusement, et Mugen intervint, sortant rapidement de son semi-silence passif, sachant pertinemment ce qu’allait ajouter son ancien professeur de musique.

« Professeur Turshahai, non… ! »

« … Haruyuki était un violeur. »

« Non, c’est pas vrai ! »


Jamais on n’avait vu l’Alpha aussi agité, et même Shawn ne put contenir une certaine émotion, qui commençait à lui mouiller les joues.

« Il ne m’a pas touché je vous dis ! »

« Il en avait l’intention… »

« Il est mort en me protégeant ! »

« Ca remet simplement les compteurs à zéro. »


Khaim se tourna alors vers Asch, et continua :

« Notre fils n’était pas parfait. Il ne l’est pas non plus maintenant qu’il est mort, et je ne vois pas pourquoi on ne devrait dire que du bien de lui maintenant qu’il n’est plus là. Il ne méritait peut-être pas la mort, mais Mugen non plus. Je ne t’aime pas, Asch Raizer, mais je ne te hais pas non plus. Désolé de te décevoir. »

Agacé, et visiblement gêné d’avoir été mis ainsi à nu, Mugen s’éloigna en direction du pavillon, à l’intérieur duquel il y avait l’urne funéraire de Haruyuki. Vu d’ici, on aurait pu croire qu’il prenait la fuite… Ce qui n’était pas loin de la vérité.

« Je veux brûler un bâton d’encens. »

Ainsi, la conversation houleuse était terminée. Ou presque. Shawn, en bon pédagogue, ne put s’empêcher d’ajouter à l’intention d’Asch, alors qu’il l’invitait d’un geste à le suivre :

« Asch… Ne crois pas qu’une magie refoulée est moins dangereuse qu’une magie qui s’exprime. Tu dois apprendre à la contrôler, car elle fait partie de toi. Et pour ça, le meilleur professeur c’est Mugen, car il peut voir clairement tes flux thermiques. »

L’Alpha n’entendit pas, ou plutôt, fit semblant de ne pas entendre. Quant au fait que Shawn soit au courant pour la nature des pouvoirs d’Asch… Mugen pouvait se révéler parfois bavard, en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Show me your teeth [pv Asch] [Achevé]   Jeu 16 Sep - 21:32

Asch avait réussi à lever l'émotion dans la voix de son interlocuteur, et pourtant, il n'était pas soulagé. Aurait-il été soulagé par une explosion de violence..? Est-ce que cela lui aurait vraiment procuré un quelconque soulagement, que l'un ou l'autre des parents de la victime finisse par lui avouer une haine qui n'existait vraisemblablement pas..? Sans doute pas. Pourquoi, alors, Asch continuait-il à chercher la petite bête? Parce qu'il se voulait du mal tout seul comme un grand, on l'avait déjà compris. Progressivement les propos de Goenel éloignaient d'Asch l'image du parent indifférent qu'il avait eu au premier abord. Il se rendit bien compte que tout cela n'avait rien à voir... Et pourtant, il continuait de ne pas comprendre son raisonnement. Il avait grandi dans un cadre où la tolérance était une denrée rare. Même si, au fond de lui, il aurait pu comprendre qu'on ne méritait pas d'être condamné à cause d'une puissance qu'on n'avait pas demandé à posséder, il n'était pas en mesure de l'accepter... Ni même de comprendre qu'il aurait pu être prêt à l'accepter si il avait juste pris le temps de réfléchir et de forger ses propres opinions, de laisser place à ses propres avis. Asch regrettait-il le mal qu'il venait visiblement de faire à Shawn Goenel? Non, pas vraiment. Son esprit ne s'attardait pas sur ce point. Son esprit, en fait, ne s'attardait pas sur grand chose.

Asch étant l'abruti qu'il est, il fit forcément LE mauvais choix qu'il aurait fallu éviter en ces circonstances: provoquer le compagnon de Goenel afin de lui faire dire ce que l'autre ne voudrait vraisemblablement jamais dire. Sauf qu'il avait très mal interprété les sentiments présents dans les prunelles de ce nouvel interlocuteur... La discussion s'embrasa. Shawn, Khaim, puis Mugen... les voix s'élevèrent, chacune apportant son pesant de cacahuète en perplexité et chaos mental du côté de Asch, qui n'était même plus capable d'analyser la teneur de ses propres sentiments... Où en était-il..? Qu'aurait-il dû dire..? Quelle était cette histoire de viol? ... La scène précédant la "catastrophe" lui revint en tête. Mugen, et Haruyuki, sur le lit. Le film du plus terrible moment de sa vie passa à nouveau dans son esprit, comme une réminiscence démoniaque. Il sentit son sang se glacer, et fit un pas en arrière. La tête lui tournait.

La toute dernière phrase de Khaim résonnait dans l'esprit de Asch, et blessait ce qui avait déjà été bien attaqué par le début de cette discussion. Il ne le haïssait pas. Lui non plus. Les yeux écarquillés de Asch contemplaient dorénavant les deux hommes, l'un après l'autre. Il était partagé entre horreur et incompréhension. Les larmes ne coulaient pas, mais ses yeux restaient brillants. Il ne savait plus. Plus rien. Plus ce qu'il devait faire. Plus ce qu'il devait penser. Il se rappelait à peine de ce qu'il faisait là, et de pouquoi le poids de son corps pesait encore sur ses pieds. Abasourdi, incapable de réfléchir plus longtemps, il se tut... Déclara forfait, en quelques sortes. Ses émotions se mélangèrent pour se fondre en une sorte de casque assourdissant, et débilisant. Ses poumons se vidèrent de leur air. La voix de Mugen ainsi que ses pas lui parurent soudain amplifiés, et blessèrent ses oreilles. Il tourna la tête vers l'aveugle, le regard hanté, un peu absent.

Combien de temps s'écoula exactement..? Il n'aurait su dire. Peut-être une minute, dix minutes, ou bien juste une seconde. Il ne se réveilla qu'au moment où la voix de Shawn s'éleva à nouveau, bien trop calme. Cela lui procura un frisson. Il l'observa à nouveau de ses grands yeux qui disaient en permanence tout ce qu'il essayait de cacher, à part à Mugen qui se trouvait pas mal handicapé question "lecture des sentiments du spécimen Asch". Chez Asch, tout se passait dans les yeux. Et ces derniers ne reflétaient désormais plus qu'un questionnement sincère, que la colère avait quitté. Cette fois, il avait l'air presque trop jeune, perdu, et effrayé. Une autre facette de lui révélée au grand jour... Décidément, en quelques minutes, il en avait plus lâché qu'en plusieurs semaines de "détention". Et il était étrangement prêt à accepter des choses qu'il aurait rejeté par principe, en temps normal. A l'instant même, il aurait tout fait pour que la "catastrophe" de la dernière fois ne se reproduise plus.

La magie refoulée, plus dangereuse que celle qui était exprimée..? Asch était d'accord pour apprendre à contrôler ce truc, si ça pouvait lui permettre de ne plus jamais avoir à y faire face quand il n'en avait pas envie. Seulement... Il ne savait pas par où commencer. C'était trop compliqué. Trop dangereux... Ces putain de flux lui échappaient comme si il avait tenté d'attraper une savonnette dans le bain, avec les mains mouillées. Et pourtant, il ne pouvait y réchapper. La magie faisait partie de lui, n'est-ce pas..? Cette fatalité lui serra les entrailles tant et si bien que la brillance dans ses yeux redoubla. Il les détourna, et serra les dents. Ça aurait été tellement plus simple de pouvoir rester à Shangyu... Mais Asch avait tué quelqu'un. Voire même plusieurs personnes. Il ne pouvait pas revenir là-dessus... Il devait l'assumer, et comprenait qu'il ne l'avait pas vraiment fait, jusqu'à présent. Impossible pour lui de se la couler douce dans la ville sans magie, dorénavant... ces choix ne dépendaient plus de lui. Pour la première fois peut-être, il vit la logique de la situation, quoiqu'il ne l'acceptât guère. Mais quand bien même un professeur lui aurait été d'une grande aide pour maîtriser des pouvoirs qu'il était inapte à comprendre... il n'était pas sûr de vouloir être accompagné lorsqu'il tenterait d'apprendre à les utiliser.

"... Ça pourrait se reproduire."

Ca n'avait été qu'un grognement rauque, mais néanmoins compréhensible. Asch détestait l'Alpha, quoiqu'il soit de moins en moins sûr de la raison de son ressentiment... Mais cela ne voulait pas dire que Asch souhaitait la mort de Shôryû. Ce n'était pas le cas, et ça ne l'avait jamais été. Ce soir là, personne n'aurait dû mourir. Il eut le besoin de le dire à voix haute, quand bien même il avait encore du mal à parler:

"... Personne n'aurait dû mourir ce soir là. Personne. Dans les plans c'était une opération réfléchie, pas la boucherie en laquelle je l'ai transformée..."

Asch avait provoqué un fiasco humain, et politique, en somme. L'Opale Maudite passait dorénavant pour une organisation sanglante alors qu'elle avait toujours été plutôt modérée... En vérité, ça n'avait pas été la faute de Asch uniquement, puisqu'il y avait derrière cette affaire une histoire de traîtrise et de vol de pouvoir. Mais Asch n'était pas assez malin pour l'avoir deviné. Il tenta d'avancer comme le lui indiquait Goenel. Il tenta vraiment, quand bien même tout le poussait à tourner les talons et faire demi-tour. Mais même dans son actuel état d'effarement et d'effroi, Asch restait capable d'un minimum de dignité. Il avait clamé haut et fort qu'il assumait la responsabilité de ses actes... ça aurait été très con de sa part de se détourner maintenant. Alors il se força à avancer, même si il tremblait, même si il avait froid, et même si la nausée le guettait. Il avait sans prendre garde crispé sa main droite sur son poignet gauche, comme si il avait souhaité arracher la main à l'origine de ce massacre... Toutes ses "bonnes" résolutions, détruites en l'espace d'une rencontre...

Ses yeux ne reflétaient plus rien, dorénavant. Il avait besoin d'éteindre son âme, et de prendre les choses avec raison. Si il ne parvenait pas à se détacher un minimum de tout ça... Il n'allait pas réussir à avancer, et encore moins à affronter ce qui l'attendait au niveau de ce pavillon. Il avait déjà bien du mal à se souvenir de la méthode à appliquer pour mettre un pied devant l'autre. A ce stade, fuir la dépouille de sa victime aurait été l'humiliation suprême... LA chose qui aurait réussi à lui enlever le peu d'estime de soi qu'il lui restait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: Show me your teeth [pv Asch] [Achevé]   Ven 17 Sep - 10:10

Face à Shawn et Khaim, dont l’attitude était la plus réfléchie possible, Asch semblait se dégonfler comme un soufflé raté. Chacun de ses accusations et de ses arguments étaient inévitablement réfutés, et le tout avec une tolérance qu’il n’avait sûrement jamais connu. Mugen s’en serait sûrement félicité, s’il n’y avait pas eu quelques dommages collatéraux. Certains mots de Goenel l’avaient percé en plein cœur, et l’effet de surprise avait encore ravivé sa douleur. Voilà pourquoi il s’était dépêché d’entrer dans le pavillon, tentant de mettre un terme à la conversation qui lentement mais sûrement, s’aventurait sur la pente glissante de l’intimité de l’Alpha.

Quant à Asch, il n’avait pas encore fini de s’expliquer, et Shawn l’attendit, l’écoutant toujours aussi attentivement. Ce que l’ex-membre de l’Opale Maudite disait était intéressant, et de par son métier, Shawn savait qu’il ne fallait pas passer à côté des indices que ceux dont la magie était un fardeau laissaient dans leurs paroles. On pouvait même dire qu’il fallait presque être psychologue pour bien faire ce métier… Ce qui rassura Shawn, et Khaim aussi, c’était qu’Asch avouait qu’il n’avait eu aucune intention meurtrière.

« Tu vois, c’était un accident. Tu n’as jamais voulu tuer personne, et c’est ça qui compte. »

Le sourire de Shawn revint s’afficher sur son visage, alors qu’il se rendait compte que Mugen avait eu du flair en ‘sauvant’ cet homme d’Epic Jail. Asch n’avait rien d’un enfant de chœur bien sûr, mais il n’était ni psychopathe, ni fou, ni foncièrement méchant. Pour Shawn – comme pour Mugen lui-même – Asch était un gamin paumé à qui on n’avait pas tout appris. Et finalement, alors que les trois hommes suivaient l’Alpha qui avait déjà pris de l’avance sur eux, c’est Khaim qui parla à Asch :

« Si tu ne veux pas que ça se reproduise, il faut que tu apprennes à maîtriser ta magie, parce qu’elle ne disparaîtra jamais. »

Autant s’en servir, plutôt que de la laisser à l’état de bombe à retardement. Surtout que oui, la nature de la magie d’Asch était plutôt dangereuse et violente. Mais voilà, Shawn et Khaim en avaient vu d’autres, autrement plus dangereux, voire même tragiques. Des télépathes incapables de stopper le flux des pensées de leur entourage, et qui finissaient par s’isoler pour avoir la paix, des gens au toucher empoisonné qu’on privait du contact avec ceux qu’ils aimaient, des zoomorphes qui se retrouvaient parfois coincé dans un corps qui n’était pas humain, ou pire, entre l’animal et l’humain.

Les quatre hommes étaient désormais – ou du moins on l’espère – dans le pavillon. Mugen était déjà devant l’urne de Haruyuki, sur laquelle il revenait chaque année. C’était un jour pris au hasard, et non une date anniversaire, car l’Alpha détestait fêter les anniversaires de mort. Tout comme les anniversaires normaux d’ailleurs. Il avait déjà brûlé son bâton d’encens, et était resté immobile, debout mais comme mort. Le silence s’abattit alors sur le pavillon, et ce pendant quelques longues minutes.

Et il reprit alors la parole, aussi brutalement qu’il s’était rendu silencieux. Sa voix était un peu éraillée, plus grave que d’habitude, mais ne tremblait pas.

« Merci d’être venus. »

Cela s’adressait aussi bien à Shawn et Khaim qu’à Asch, même si ce dernier avait été traîné jusque là presque contre son consentement. Mugen espérait que cette rencontre changerait sa façon de penser et d’appréhender sa magie. Il était prêt à faire le prof pour Asch, se foutant d’être blessé au passage. Il l’avait déjà été de toute façon.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Show me your teeth [pv Asch] [Achevé]   Ven 17 Sep - 11:16

Quelque chose clochait, non..? Asch se sentait vulnérable, pitoyable, et définitivement sale. Il avait mis tout ce temps à se forger une carapace pour éviter de craquer suite à ce qu'il avait fait... Suite à sa condamnation, puis suite à ce que Shôryû lui avait fait subir... A l'heure actuelle, il n'était même plus capable de déterminer qui avait tort, qui avait raison. Il était revenu au point de départ. Lui qui avait cru avoir passé un cap... Être devenu capable de tuer sur commande si il le fallait, maintenant qu'il était devenu un meurtrier... Lui qui croyait son honneur assez sali pour que tout cela ne le touche plus, et qu'il soit capable du pire si cela pouvait encore aider l'organisation... Voilà qu'il était là, à trembler comme une feuille, sur le point de se briser face à la tombe d'une seule de ses victimes. Pathétique, n'est-ce pas..? Il se détestait encore plus pour ce comportement. Il aurait voulu être capable de regarder les choses en face sans faiblir. Il aurait voulu être capable d'affirmer sa volonté même face à ses actions passées, aussi terribles furent-elles. Mais il se rendait maintenant compte qu'il était encore bien loin d'avoir surmonté tout ça. Il se rendait compte qu'en fait, il s'était contenté dans se boucher les yeux. Il ne savait pas comment faire pour se sortir de là. Il ne savait même pas si c'était possible, et encore moins si il le voulait. Corrompu par la magie, les mains pleines du sang de multiples personnes... Il n'avait plus qu'Elye et l'organisation en tête, car il jugeait sa propre cause perdue.

Les propos de Goenel et son ami étaient tentant. Il était tentant d'y croire, oui... Mais n'était-on pas en train d'essayer de le manipuler? Il fronça les sourcils, et détourna les yeux, sans répondre. Son expression était de nouveau empreinte de mauvaise humeur - là où certains aimaient plaisanter pour se protéger, Asch préférait faire la gueule et râler. Un soupçon de défiance dans ses prunelles brillantes... Il avait l'impression de s'être fait avoir comme un bleu, en un sens. Il était certain que dans une autre situation, il n'aurait pas réagi ainsi, il ne se serait jamais trahi de la sorte. Si ce retour à Shangyu ne l'avait pas tant blessé, paniqué... Si Shôryû l'avait prévenu plutôt que de laisser l'effet de surprise le coincer... Si ses défenses n'avaient pas été affaiblies avant cet "affrontement", en somme, tout aurait pu être différent. Car pour Asch, cette rencontre était une véritable bataille, quoiqu'il ne sache pas exactement contre qui elle fut menée... Contre Shôryû? Goenel? Lui-même? Ou bien le destin peut-être..? En tous les cas, il avait l'impression que tout avait été calculé, et cette impression risquait de le rendre furieux, plus tard... Lorsque la culpabilité lui laisserait un peu le temps de respirer.

Pour le moment, c'est à peine si il sentait ses jambes, qui d'ailleurs auraient bien voulues faire demi-tour pour le peu qu'elles donnaient leur avis. Malgré la méfiance qui était remontée en lui comme une barrière de protection vitale, Asch continuait d'avoir la tête dans le coton, anesthésiée par trop de sentiments négatifs et de douleur. Il abandonna l'idée de réfléchir, tandis qu'il avançait. Ainsi parvint-il à entrer à l'intérieur du pavillon, malgré l'horreur qui sembla lui transpercer le crâne ainsi que l'échine au moment de passer le "seuil". Avait-il ne serait-ce que le droit d'être ici, en fin de compte..? Il cessa de respirer, ou presque. La nausée était si forte qu'il avait peur de vomir sur l'urne cinéraire, ce qui aurait été pire que tout...

Le silence se mit à tout engloutir, les neurones d'Asch en premier. Comme si un trou noir s'était ouvert à l'intérieur de son crâne. Ce silence était si lourd que le rouquin avait l'impression d'être compressé par celui-ci, comme si son corps allait finir par être écrasé de toute part par l'atmosphère. Son corps perdait sa sensibilité. Ses mains, ses bras, ses jambes, jusqu'à son visage... Ce fut comme si tout prenait vie à l'extérieur de lui. Il avait l'impression que chacun de ses membres avait une vie propre. Une vie qui leur dictait de rester aussi immobile que possible. Bien sûr, c'était encore dû à son état de choc... Le traumatisme qu'Asch avait masqué jusque là était conséquent. Il n'était plus sûr de savoir comme se remettre à penser, parler, marcher. Son regard mort était planté sur l'urne, qu'il voyait sans vraiment regarder. A moins qu'il ne la regardât sans la voir? Tout était si confus... Un pincement de remords subsitait dans la manière qu'il avait de fixer l'autel funéraire. Lorsque la voix de l'Alpha résonna, coupant ainsi court à ces minutes de recueillement qui lui avaient paru être une éternité, il l'entendit à peine. Comme si le silence précédent l'avait enlevé, lui avait retiré la vie, et l'avait fait prisonnier de son néant sordide. Il ne bougea pas, n'eut aucune réaction. De toute manière, il n'avait pas pensé que cette phrase puisse lui avoir été adressée à lui aussi. A cette heure sombre, il était incapable de concevoir que quiconque puisse jamais plus lui dire "merci" pour quoi que ce soit.

Cela dit, il était venu, et il était resté. Il n'avait pas hésité, et ses tremblements n'étaient dûs qu'à ses nerfs en phase de lâcher. On avait peut-être oublié de lui apprendre des trucs quand il était gosse... Mais l'honneur, le respect des morts (surtout de ceux que l'on a fait) et la dignité faisaient partie des choses que les leaders de l'Opale Maudite étaient encore capables d'apprendre à leur progéniture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: Show me your teeth [pv Asch] [Achevé]   Ven 17 Sep - 12:47

Asch n’était pas le seul à se sentir mal, en vérité. Mugen ne s’était pas attendu à ce que Goenel parle de lui aussi ouvertement, et qui plus est de choses dont l’Alpha ne voulait parler à personne. Et ça n’avait rien d’un secret ! En tant que confident privilégié de Mugen, Shawn savait qu’il détestait en parler, et que même des années plus tard, ça lui faisait encore mal comme au premier jour. Mais voilà, Shawn avait lui aussi calculé les risques, et avait pensé qu’il serait plus judicieux de dévoiler une partie de l’histoire personnelle de Mugen à Asch si le premier voulait être en bons termes avec le deuxième. Peut-être avait-il eu tort… ou peut-être pas.

Quoi qu’il en soit, il sourit doucement alors que Mugen remerciait les trois hommes d’être venus. Khaim inclina la tête en signe de respect, même si l’Alpha ne pouvait le voir. Il savait qu’il pouvait le ressentir rien qu’à l’atmosphère. L’heure était plutôt avancée, et cette rencontre n’avait pas été de tout repos, loin de là. Asch Raizer était vraiment aux antipodes de ce que Khaim en attendait, alors qu’il avait traité son compagnon de pauvre naïf… Mais non, Shawn avait eu raison. Asch ne pouvait décidément pas être considéré comme responsable de ce qui était arrivé. Même Khaim, qui avait profondément aimé Haruyuki, ne pouvait réussir à le haïr… Peut-être était-ce du à Shawn Goenel, cet homme qui respirait tellement l’amour et la paix que son aura rendrait les gens plus tolérants ? Le pire dans tout ça, c’était que Shawn respirait vraiment l’amour et la paix – et les petits oiseaux – le tout avec sincérité et sans jamais exagérer. Comment faisait-il… ?

Mugen s’était posé la question autrefois, et avait abandonné en quête de la réponse. C’était en lui, sûrement. Parfois, il n’y avait aucune explication, alors pas la peine de se casser la tête à chercher… Il soupira, tenta d’esquisser un sourire, en vain, et se dirigea vers la sortie. Shawn et Khaim l’imitèrent, plus lentement. Asch ne semblait pas aller bien, mais ça, ça n’avait rien d’étonnant. Ce qui était plus surprenant, c’était que même dans cette situation, Mugen ne semblait lui faire aucun cadeau : il s’éloignait comme il l’aurait fait d’habitude, ne cherchant même pas à l’attendre.

« Mugen… »

La voix de Shawn le rappela à l’ordre, et il s’arrêta pour se tourner vers là où devait se trouver Asch.

« Viens, on rentre. »

C’était un ordre, clairement, mais même si on aurait pu le prendre pour une phrase lancée par un maître à son chien, la voix de Mugen avait ce soupçon trouble qui se cachait derrière une apparente confiance en soi, et ça, ça changeait tout. Asch n’avait pas été le seul secoué ce soir-là, même si l’Alpha s’en sortait bien mieux. Le couple passa alors devant lui, Shawn posant une main sur son épaule.

« J’espère te revoir bientôt. Et n’oublie pas de réfléchir à ma petite idée… »

De nouveau il sourit doucement, avant de s’éclipser avec Khaim, ses cheveux voletant dans le vent nocturne. Mugen était seul avec Asch désormais, dans un endroit pas franchement joyeux. Il l’attendit avant de reprendre sa route vers l’hôtel non loin. Il était silencieux, comme s’il avait peur que la moindre de ses paroles n’éveille la curiosité pour l’instant endormie d’un Asch en mode zombie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Show me your teeth [pv Asch] [Achevé]   Ven 17 Sep - 13:59

Fort heureusement, Goenel avait en effet rappelé l'Alpha à l'ordre. Si ce dernier ne s'était pas retourné, et ne l'avait pas appelé, Asch n'aurait peut-être même pas remarqué que tout le monde était sur le point de partir. Il aurait pu rester là des heures, sans même parvenir à sentir sa propre fatigue musculaire. Il aurait pu rester ici sans penser, jusqu'au lendemain matin, quitte à choper la crève. Il eut l'impression qu'on le tirait hors d'un cauchemar en coton, ou du moins qu'on tentait de l'en dépêtrer: il restait coincé entre éveil et choc.

Il tourna la tête et posa un regard vide sur Shôryû. Comment ce dernier aurait-il réagi si il avait été spectateur de tout le cirque qui se déroulait dans les yeux de son "protégé"? Aurait-il eu le même comportement? Là n'était pas une question que se posait Asch, certes. Le jeune homme, malgré son état d'hébétude avancé, avait remarqué que quelque chose n'était pas comme d'habitude dans la voix de l'Alpha. Un quelque chose qui l'empêcha de le haïr, l'espace d'un instant. Très loin, la curiosité pointait le bout de son nez. Asch avait en quelque sorte cessé de le considérer comme "juste un ennemi, juste parce qu'il était le chef de l'autre camp". Qu'il l'avoue ou bien qu'il le nie (en l'occurrence on était plutôt dans le second cas) Asch entrevoyait maintenant l'individu qui se cachait derrière cette silhouette qui se voulait froide et inexpressive. Et qu'il le veuille ou non... Asch était intrigué. Shôryû Mugen venait de gagner une place dans son esprit autre que celle du Némésis sur lequel mettre toutes les fautes histoire d'éviter d'avoir à les assumer. Chaque individu a une histoire... On ne devient pas ce qu'on est par hasard. L'histoire de l'Alpha intéressait maintenant Asch qui avait pourtant fait son possible pour l'ignorer jusqu'à présent. Shawn Goenel avait bien fait son boulot. A voir comment cet intérêt nouveau allait changer la relation à l'heure actuelle désastreuse que Asch entretenait avec Mugen...

Il mit quelques secondes pour retrouver l'usage de la parole, et se souvenir de la manière dont on faisait pour mouvoir un corps. Eteint, il parvint enfin à articuler:

"... Ok."

Ce fut tout. Il était incapable d'en dire plus pour le moment... Incapable de regarder ce qui l'entourait, et encore moins de s'intéresser aux autres personnes en présence. Il se retourna, et suivit le mouvement sans mot dire. Mettre un pied devant l'autre. Voir le vide, plus que de le regarder. Ses réflexes l'empêcheraient - avec un peu de chance - de se prendre un mur ou de rater une marche...

Le chemin jusqu'à l'hôtel aurait dû être court, et pourtant, à chaque pas, le corps d'Asch semblait devenir de plus en plus lourd. A nouveau le silence s'engouffrait dans son crâne et écrasait son corps, opprimait sa poitrine, l'empêchant presque de respirer. Ils arrivèrent à un croisement. Asch releva la tête, pâle comme un mort. Mauvaise idée.

Il ne comprit pas comment c'était arrivé... L'instant d'avant, il marchait. L'instant d'après, il avait une épaule collée à un mur, et ses jambes tremblaient, refusant de le porter plus loin. La nausée remonta, plus violente encore qu'auparavant. Ses yeux écarquillés fixaient le sol. Des enfants jouaient au loin, et le carillon de leur rire blessait ses oreilles. Que faisaient des gosses dans la rue à cette heure là..? Etait-ce le fruit de son imagination..? Était-il sur le point halluciner? Pour le coup, non. Les rires des enfants étaient réels et étaient sortis d'une maison dont la porte s'était ouverte brièvement, le temps de laisser entrer quelques invités. Un événement qui aurait pu ne rien signifier... Mais Asch n'attendait qu'un bref signal pour craquer, et ce depuis un moment déjà. Sa respiration devint lentement plus forte... précipitée. L'adrénaline monta. La panique le submergea. Il oublia tout ce qu'il aurait dû garder en tête... Il oublia Elye. Bientôt le souvenir de l'explosion ne fit plus qu'un avec sa pensée. Il crut sentir la température de son corps monter, les flux dans ses doigts, alors qu'ils n'y étaient vraisemblablement plus. Il se rappela qu'il partirait bientôt de Shangyu, et que cette chose allait de nouveau ne faire plus qu'un avec lui. Et que ça risquerait de recommencer, jusqu'à ce qu'il parvienne à contrôler ce truc, au risque de blesser les autres en attendant. Sa panique monta d'un cran. Il ne voulait pas sentir son corps monter en température une fois de plus... Il ne voulait pas que cette putain de magie revienne. Plutôt mourir tout de suite, maintenant, et éviter à quelqu'un d'autre de crever par sa faute...

Un gémissement inarticulé lui échappa, avant qu'il perde totalement les pédales, et soit pris d'un choc électrique qui lui redonna la force d'utiliser ses jambes... et de détaler comme un lapin. Il prit le mauvais croisement. Il avait décidé de s'enfoncer dans ces rues, qu'il connaissait si bien, et qui étaient devenues si douloureuses à parcourir. Il allait vers les quartiers malfamés qui servaient de lieu de réunion à pas mal d'organisations densetsu. Il voulait rencontrer les autres. Il voulait être la cible de leur rancœur. Il voulait qu'on le lynche et qu'on se venge. A cet instant précis, il voulait vraiment mourir, non pas par lâcheté, mais parce qu'il jugeait son pouvoir vraiment trop dangereux pour être autorisé à surgir une fois de plus. Même si le seul à être dans le champ de tir était Shôryû, c'était une victime de trop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: Show me your teeth [pv Asch] [Achevé]   Ven 17 Sep - 15:10

Ils avançaient dans la rue, dans un drôle d’état entre l’éveil et le rêve. Ou plutôt, le cauchemar. Surtout pour Asch, qui avait dû vivre une petite heure bien éprouvante auprès de Khaim, Shawn et de la dépouille de leur fils. Mugen quant à lui, avait eu l’impression qu’on le mettait à poil face à un étranger. Même si en fait, se foutre à poil devant des gens qu’il connaissait à peine ne lui faisait presque ni chaud ni froid.

La nuit avait plongé Shangyu dans les ténèbres, que Mugen bien sûr ne pouvait voir, mais qui entourait Asch alors qu’il suivait l’Alpha dans les rues. Ce dernier était dans un état qu’il voulait alerte, mais il restait quand même un peu dans la lune. Il ne reprit son habituelle vivacité d’esprit que quand Asch s’appuya sur un mur, ralentissant leur progression silencieuse. Il avait entendu – et senti, à moindre échelle – l’homme appuyer son épaule contre la pierre, comme s’il était pris de vertiges. Toujours sans un mot, Mugen se stoppant non loin de lui, au même niveau, attendant de pouvoir reprendre sa route. Et là, il savait que quelque chose allait arriver, comme un pressentiment, une intuition. Malheureusement pour lui, il avait raison. Il détestait avoir raison.

Asch se mit à se carapater dans Shangyu, prenant le mauvais chemin en plus. Derrière lui, Mugen le suivait, canne sur l’épaule comme un badass, et autant dire que les gens qu’il croisait le regardait bizarrement. Avait-on déjà vu un aveugle avec sa canne sur l’épaule, et qui plus est, en train de courser un autre gars ? Et pire encore, avait-on déjà vu un aveugle rattraper un homme valide, le chopper violemment par le col avec une expression hargneuse, l’emmener dans une ruelle non loin – et sans une once d’hésitation – pour le plaquer brutalement contre le mur ? Plus personne n’allait penser que Mugen était véritablement aveugle dans les environs, et pourtant… Il connaissait juste les environs comme sa poche.

« Qu’est-ce que tu fous bordel !? »

Mugen avait dangereusement approché son visage de celui d’Asch, mais uniquement dans le but de lui faire comprendre que c’était pas le moment de péter un câble. D’ailleurs, il n’avait pas spécialement crié fort, il n’avait même pas crié du tout. Juste murmuré dans un grognement ces quelques mots, en espérant qu’ils réveillent Asch assez longtemps pour leur permettre de regagner la suite.

« Si tu veux péter un plomb, fais-le à l’hôtel, ok ? »

L’Alpha ne dira pas qu’il ne voulait pas de grabuge en public, et encore moins qu’il était hors de question pour lui qu’Asch se fasse attaquer ou blesser. Agacé, il le relâcha, non sans violence, comme s’il était prêt à lui en foutre une pour ponctuer le tout. Oh, Asch le méritait, c’était pas ça la question, mais Mugen ne se sentait pas de cogner dessus ce soir. Il voulait juste rentrer, s’affaler dans son lit et profiter de l’extinction momentanée de ses pouvoirs visuels pour pioncer un bon coup. C’était pourtant pas trop demandé non !?

« Ramène-toi, c’est un ordre. Je te jure s’il faut que je te foute une laisse autour du cou, j’hésiterais pas à le faire ! »

Etrange comme Mugen semblait irritable tout à coup… ? On pouvait toujours se demander ce qu’il s’était passé, mais c’était bien simple. Asch payait pour l’effronterie de Goenel, qui n’hésitait pas à utiliser son propre élève, même si c’était dans les intérêts de ce dernier au final. Et oser parler de son ‘idée’… Oui oui, Mugen n’avait pas oublié, mais il n’avait pas que ça à faire en ce moment ! L’Alpha donna un coup de poing dans le mur près d’Asch, comme pour reprendre son calme, et répéta, cette fois un tout petit plus posément :

« … On rentre. Trouve-toi un autre moment pour t’enfuir ! »

Il le prit alors par le poignet, et le traîna jusqu’à la rue, qu’il reprit en sens inverse pour revenir sur le bon chemin. Il se foutait bien de ce que les gens pouvaient penser d’un mec en traînant un autre de cette manière, surtout quand le premier était censé être aveugle. Et justement, il s’en tapait, il ne les voyait pas ! Asch était vraiment chieur quand il s’y mettait quand même… Mugen était quand même véritablement aveugle ici, et il devait encore lui courir après comme un lapin… !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Show me your teeth [pv Asch] [Achevé]   Ven 17 Sep - 15:58

En quelque sorte, Asch ne s'était même pas posé la question de savoir si l'Alpha allait le poursuivre ou non, et plus précisément si il allait réussir à le rattraper, ou non. En fait si il y avait songé juste l'espace d'une seconde, sans doute aurait-il pensé qu'il était impossible pour un aveugle de courser un type valide dans les ruelles, et de le maîtriser. C'est peut-être parce qu'il ne s'était pas attendu à ce que cela arrive qu'il fut aussi surpris de se faire embarquer par une main autoritaire, puis plaqué contre un mur avec une violence qui manqua de lui démettre le dos. Un hoquet lui échappa. Il avait l'impression d'avoir perdu quelques vertèbres dans l'affaire, mais le pire, ce fut sa tête, qui heurta le mur assez fort pour lui faire voir des étoiles. Il serra les dents... Ferma les yeux... La mal de crâne éclate tel un fruit mur dans sa caboche, et pourtant, son état physique était le dernier de ses soucis. Frustré, toujours aussi paniqué, il n'était pas capable de comprendre ce qu'il faisait là, contre ce mur, alors qu'il aurait dû courir vers une mort certaine. Qu'est-ce qu'il foutait, bordel? Bonne question... Il aurait dû être en train de se carapater pour de bon à l'heure qu'il était...

"... Lâchez... moi..."

Ca n'avait été qu'un grincement halluciné, et les yeux de Asch n'étaient plus que deux soucoupes qui traduisaient l'état dans lequel il se trouvait: au delà de toute discussion possible. Mais malheureusement, Mugen était aveugle. Du coup il ne prit peut-être pas la pleine mesure de la situation. Ce n'étaient pas des ordres et des injonctions sans significations précise qui allaient décider Asch à récupérer le cerveau qu'il avait laissé tomber sur la route du retour... Rentrer à l'hôtel, c'était se ranger comme un petit chien à son devoir de soldat. Rentre à l'hôtel, c'était comme rentrer à Sérégon. C'était enterrer cette histoire et accepter de laisser le danger réapparaître. Donc du coup, il ne voulait surtout pas rentrer à l'hôtel. Autant lui proposer le bûcher. Et dans sa tête il n'était même pas question d'assumer ce qu'il était, de faire avec, et de se racheter dans cette vie plutôt que dans une autre. Il ne voyait juste plus ce que sa vie pourrait apporter à quiconque, dorénavant. Elle était dépouruve de sens: autant crever seul la bouche ouverte que d'entraîner il ne savait qui d'autre dans la tombe. Que Shôryû tente ce qu'il voulait si il le prenait ainsi! Asch ne le laisserait pas faire de lui son jouet... Et Shôryû ne deviendrait pas sa victime et... Rah! Les sentiments, les idées se mélangeaient. Il n'arrivait même plus à savoir si il était en colère contre l'Alpha, ou bien si il essayait juste de le sauver lui aussi. Pourquoi aurait-il voulu sauver un type comme lui de toute façon? Hmpf!

La main de l'Alpha sur le poignet de Asch, resté immobile sous l'effet de la stupeur, eut sur lui l'effet d'une bombe... Tout ce qui était resté à l'intérieur... Tout ce qui s'était emmagasiné ces dernières semaines, dans son inconscient... Ce qui l'avait fait imploser lors de la rencontre sur la tombe... Tout finit par sortir en un sublime concert de beuglements. Asch trouva la force de se rebeller, et tenta de libérer sa main de la poigne de l'Alpha, tenta de revenir en arrière, pour s'éloigner le plus possible de l'hôtel. Bon sang! Il avait quand même de la force physique! En tirant un bon coup il allait tout de même réussir à se libérer!

"LÂCHEZ MOI! PUTAIN LÂCHEZ MOI! ESPÈCE DE CONNARD! FOUTEZ MOI UNE LAISSE QUE ÇA N'Y CHANGERA RIEN!! JE VOUS DÉTESTE! VOUS ÊTES QU'UN PUTAIN DE SADIQUE! POURQUOI VOUS M'AVEZ PAS PRÉVENU??! JE VOUS HAIS!"

... D'un autre côté, Asch sentait qu'il avait bien mérité le choc qu'il venait de recevoir. Mais tant qu'il pouvait gueuler sur Shôryû il n'allait pas s'en priver tout de même.

".. Je veux pas y aller... LAISSEZ MOI! Bordel je veux PAS rentrer!"

Il ne voulait plus rentrer nulle part... La panique gorgea ses poumons et coinça sa gorge. Ses jambes lâchèrent. Promis, il l'avait pas fait exprès. Mais ça allait bien forcer l'Alpha à s'arrêter pour le coup, si Asch n'avait toujours pas réussi à se libérer. Sa voix tremblait presque dorénavant.

"... Je veux pas y retourner... Pourquoi vous m'avez sauvé? Je voulais pas être sauvé! Vous êtes complètement cinglés! Tous autant que vous êtes! Laissez-moi crever MERDE! Ça sera plus simple pour tout le monde!!"

Voilà qui était éloquent... Ou pas. On note tout de même l'intéressant choix du verbe "sauver". Quasiment prostré sur lui-même, Asch avait perdu le sens des réalités. Les regards des passants se posaient sur lui. Malheureusement, il était plutôt connu dans le coin... Des regards mauvais, des moues méprisantes... Il entendit vaguement un commentaire, venant de la terrasse d'un bar proche.

"Tu ferais bien de crever ouais... Enflure. Giliah avait rien fait de mal..."

Asch se figea, oubliant de respirer, et de résister. L'image d'une seconde urne funéraire s'ajouta à celle d'Haruyuki, dans son esprit embrumé. Blue screen. On tente de recharger le système...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: Show me your teeth [pv Asch] [Achevé]   Ven 17 Sep - 16:51

Oh que non, Mugen n’était pas prêt de le lâcher ! Si c’est pour repartir en mode Lapin Blanc en retard, c’était pas la peine ! L’Alpha n’était pas complètement idiot, il savait bien que ce que cherchait Asch en essayant de le fuir : un genre de suicide assisté, comme s’il n’attendait qu’une chose : qu’on le roue de coups, à mort. Jamais Mugen n’avait vu un mec aussi masochiste… ! S’il voulait se suicider, il pouvait toujours se pendre, se tirer une balle, ou s’ouvrir les veines, ou même se faire sepukku avec la lame de Mugen, et tout ça bien au chaud à la suite ! Pourquoi avait-il besoin de chercher ce lynchage… ? Pour se prouver qu’il avait eu raison de culpabiliser ? Bordel mais c’était d’une débilité… !

Malgré son handicap, super aveugle coursa Asch à travers les quelques rues qu’il eut le temps d’arpenter, et le rattrapa, juste à temps pour faire manger le mur à son dos. Il n’était pas bien délicat, ce Mugen, mais en même temps, la délicatesse n’aurait peut-être pas été efficace. Sa violence eut un mérite, au final, c’était de secouer un peu Asch, qui après avoir mollement protesté, se mit à beugler bien dans les règles quand Mugen l’emmena par le poignet. Et là, ils étaient en pleine rue. Mais bon sang, quel idiot !

« TA GUEULE !!! »

L’Alpha avait compris un truc : ça servait à rien d’essayer de répondre aux interrogations pourtant légitimes d’Asch alors qu’il était dans un état pareil. Alors si seulement il pouvait juste fermer sa grande gueule, ça ferait des vacances à Mugen, qui pour une raison mystérieuse, avait bien envie de le frapper, le Asch. Comme préventivement, avant qu’il ne reprenne ses esprits et ne se mette à lui faire un interrogatoire sur Erik… Putain, mais pourquoi Shawn avait-il ressenti le besoin de lui en parler, même à demi-mot ? Ils n’étaient pas sortis de l’auberge ! Et pas non plus rentrés à l’hôtel…

Asch continuait de se débattre à grand bruit, rameutant le voisinage qui parfois ne lui était pas étranger. Un café un peu plus loin avait une terrasse bondée, dont les conversations s’étaient tues tout d’un coup. Mugen redoutait le pire… Mais il fut d’abord surpris par l’une des phrases d’Asch. Pourquoi il l’avait ‘sauvé’ ? Bordel, parce que c’était son boulot… ! Et en fait… Mugen était bien content de trouver la moindre de ses paroles inutiles, parce que là, il n’aurait pas eu grand-chose à répondre de toute façon. Pourquoi ? Chiotte mais il n’en savait rien ! Il n’avait pas le droit de sauver des gens au hasard, comme il le faisait plus ou moins avec les gamins !? Quant au fait de crever… ouais ce serait simple.

« Rien n’est simple, abruti !!! Lève-toi maintenant !!! »

Mugen était à deux doigts de ponctuer sa phrase d’un coup de pied dans les fesses d’Asch, mais il se disait que peut-être les gens le regardaient. En fait non, il savait qu’une tonne de badauds bien beauf épiaient le moindre des gestes des deux hommes, parce que malgré eux, ils étaient l’attraction du soir. Et c’était loin d’être fini…

Un homme, à la terrasse du café voisin, eut la merveilleuse idée d’ouvrir sa gueule un peu plus qu’il ne l’aurait fallu. Mugen se doutait qu’Asch avait entendu l’homme, vu que soudain, toute énergie semblait l’avoir quitté, et qu’il était plus mou qu’une huître morte. Furieux, Mugen lui reprit le poignet – qu’il avait en effet lâché quand l’autre avait tiré comme un bourrin – et le secoua :

« Les écoute pas bordel… »

Ouais, vas-y espère. Oh et puis merde, Mugen lâcha le poignet d’Asch, et s’éloigna de lui pour aller dans la direction du café. Là, menaçant rien que par son aura, il leva sa canne, et l’entrouvrit pour découvrir cinq centimètres d’une fine lame argentée. Sa voix s’éleva alors, calme, très calme, aussi froide et glaciale que l’intérieur d’un abattoir.

« Fermez-la. Si l’un d’entre vous ose encore l’ouvrir, je vous coupe tous la langue, et je vous la fais bouffer. Pigé ? »

Silence de mort. Bien, maintenant, Mugen pouvait ranger sa lame, et revenir vers Asch, dans lequel il mit un coup de canne. Il en avait franchement marre de cette mascarade, et espérait que personne ne savait ici qu’il était l’Alpha, le membre le plus haut placé du Gouvernement. En train d’essayer de convaincre un mec de se lever et de marcher. P’tain mais c’était vraiment du n’importe quoi…

« Bouge-toi et arrête de dire des conneries aussi ! Tu vas rentrer avec moi, parce que t’as pas le choix ! »

Et là, plus de détails. Mugen cala son poignet dans la dragonne de sa canne, et se pencha sur Asch. Non, il n’allait pas lui faire un câlin ou un bisou, non, fallait pas déconner non plus… Non, il le mit sur son épaule, comme un putain de sac à patates – plus lourd et plus grand que lui, mais Mugen n’était pas un putain de Despranon pour rien non plus – et se mit en route vers l’hôtel.

« J’veux plus entendre un mot, compris !? »

… Toujours obligé de faire la police, quelle plaie ! Asch était pire qu’un gosse, et Mugen était malheureusement trop de mauvaise humeur pour se laisser aller à une quelconque empathie. D’un pas lourd, il se dirigea vers son hôtel, fier même si il avançait un peu à tâtons… Il ne savait plus exactement où il était dans la rue, et combien de pas il allait devoir faire avant de devoir tourner…

« Mumu !!! Qu’est-ce que tu… »

Mugen se stoppa immédiatement, et se tourna vers l’endroit d’où venait cette voix qu’il connaissait plutôt bien. Un homme apparu alors, en uniforme militaire, au visage qui respirait l’idiotie et aux cheveux rouges tellement pétants que même une drag queen de la capitale n’aurait pas osé en arborer de pareils.

« Antarès… »

« Besoin d’aide ? »

« Nan, va crever ! J’vais me débrouiller tout seul ! »

« Tu parles. Allez viens, je t’emmène à ton hôtel. C’est qui lui, une nou… Omondieu ! Raizer !? »

« Antarès. Ta gueule et marche. »

« … A vos ordres… »


Les trois hommes – ou plutôt deux dont l’un surmonté d’un autre – cheminèrent alors vers l’hôtel, les badauds un peu moins rassurés par la vue d’un uniforme militaire. Au moins, avec Antarès, on allait moins cracher sur la gueule d’Asch, ne serait-ce que par peur des représailles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Show me your teeth [pv Asch] [Achevé]   Sam 18 Sep - 0:04

Rien n'était simple... Certes. Asch n'avait jamais supposé cela. Était-il simple pour lui d'accepter que ses anciens alliés et amis le considèrent comme le dernier des enfoirés..? Était-il simple de risquer de se faire lyncher à chaque coin de rue..? D'accepter ce sort? Certainement pas... Mais c'était toujours mieux que de s'accrocher à une vie qu'il ne méritait plus de posséder... Nan?

Nan..? Vraiment? Une chose était certaine: Asch Raizer n'avait plus aucune idée de ce qu'il était en train de faire. Et le commentaire qui fusa depuis une terrasse proche acheva de détruire ce qu'il restait de combattif en lui. Du moins, pour ce soir. Il avait usé toutes ses batteries. Il approchait non pas du coma éthylique, mais de quelque chose qui s'en rapprochait, version "abus de grillage de nerfs". Le jeune homme sombra dans une torpeur qui reflétait toute la douleur qu'il n'était même plus capable de ressentir Son organisme s'était en quelques sorte mis en veille pour lui éviter de péter les plombs pour de bon. Ce n'était peut-être pas plus mal... Il resta donc "tout mou", même lorsque Shôryû le secoua via la main qui tenait son poignet.

A la terrasse, un peu plus loin, les discussions s'étaient tues. Elle reprirent rapidement, à peine interrompues par une ombre d'hésitation lorsque l'Alpha menaça leurs "spectateurs" d'être privés de leur langue si quelque remarque acerbe venait à fuser une fois de plus. Mais ces gens semblaient dans le genre soudés et peu impressionnables... Ils continuèrent de discuter comme si de rien n'était. De toute façon, le mal était fait. Mais peut-être allait-ce être plus simple pour l'Alpha de revenir à l'hôtel dans ces conditions, en fin de compte. L'élément perturbateur Asch semblait être quelque peu hors d'état de nuire pour le moment...

La preuve en était faite : Lorsque l'Alpha mit un coup de canne dans Asch, ce dernier n'eut aucune, mais alors AUCUNE réaction. Comme si il n'avait rien senti. Et à vrai dire, c'était un peu le cas. Une fois de plus il avait l'impression d'être totalement anesthésié... Tant du cerveau que du reste. Mieux valait, peut-être, finalement... c'était toujours mieux que de voir un cercle d'urnes cinéraires flotter autour de sa tête, danser une gigue endiablée sur l'air de "This is Halooween". Oui, car il aurait été capable de ce genre de délire éveillé. Et ça ne l'aurait certainement pas laissé indemne.

Peut-être pour cette raison, Asch se laissa soulever et transporter sans plus de difficulté. La position était inconfortable et il en eut le souffle coupé... Mais, étrangement, c'était là le dernier de ses soucis. Son corps était une masse morte. Ses yeux, vidés de toute force et de toute volonté. C'est ce qu'on appelait un craquage total, en bonne et due forme. Asch venait de découvrir un truc en lequel il était doué, yipi! C'était en effet la première fois qu'il expérimentait ce genre de réaction disproportionnée.

Au moins, le chemin lui parut plus court, et il n'eut plus à se soucier de rien. Le paysage défilait dans ses yeux, qui le voyaient à vrai dire à peine dans cette configuration. Son cerveau s'était cette fois-ci changé en coton pour de bon. Son souffle était paisible, mais c'était bien parce qu'il ne pensait plus à rien. Il remarqua à peine l'arrivée d'un autre membre du gouvernement. La seule chose qu'il comprit clairement... fut une exclamation, suivie de son nom de famille, clamé avec une surprise telle qu'il ne put s'empêcher de sursauter, et de se crisper tout en tournant les yeux en direction du responsable. Il vit un vague point rouge défiler devant son regard trouble... Voilà un type qui avait les cheveux d'une couleur encore plus bizarre que la sienne. Mais il l'avait reconnu et ça ne semblait pas lui avoir fait plaisir.

"Gnn..."

Cette constatation arracha un grognement bref à Asch. Du mécontentement..? En quelque sorte. Et il ne savait pas même pourquoi. Il ne savait plus grand chose pour tout dire... En tous les cas, il avait l'air d'un type qu'on ramassait après qu'il se soit prit une cuite mémorable... Le militaire risquait de se faire de fausses idées.

Malgré le balancement qui lui donnait envie de vomir, Asch concentra un regard hargneux sur la tâche rouge qui se baladait encore, de temps en temps, devant ses yeux. Hargneux, oui. C'est dingue la manière dont votre inconscient peut tenter de vous protéger même quand vous n'êtes plus en l'état de réagir...

Il n'y eut pas de représailles. Peut-être que tous ces types n'étaient pas assez inconscients pour s'attaquer sciemment au gouvernement, et à ce qui semblait être devenu son protégé par un coup du hasard des plus malencontreux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: Show me your teeth [pv Asch] [Achevé]   Sam 18 Sep - 10:15

Ouais bon, à Shangyu c’était peut-être une mauvaise idée de vouloir intimider les gens, mais ça, Mugen s’en foutait. Il était bien trop furieux après l’enfoiré qui avait osé ouvrir sa gueule pour penser à de telles choses. Et une fois son petit show terminé, il alla foutre un coup à Asch, en lui demandant de se bouger. Il comprit alors qu’il aurait été encore plus efficace de parler à son yaourt. Asch était comme débranché, déconnecté du reste du monde. Ouais, ça avait été peut-être un peu trop cette rencontre et tout… Ca l’avait secoué. Mais Mugen ne s’en inquiétait pas : il se serait bien plus inquiété si justement, tout ça n’avait pas ébranlé Asch Raizer. Au moins là il savait qu’il avait fait le bon pari : derrière l’ennemi et le kidnappeur raté il y avait un être humain, avec des sentiments, des émotions et des principes. Tout n’était pas perdu pour lui, bien au contraire. Comme on dit, l’état dans lequel il était ce soir-là, c’est un mal pour un bien.

L’Alpha allait se remettre en route pour l’hôtel, peu importe si sa position dans la rue était incertaine – et comme le serait le reste de son chemin s’il continuait comme ça. Asch ne lui serait d’aucune aide, et ce même s’il n’était pas parti en mode zombie. Heureusement, comme tombé du ciel, un ange. Ou pas. Non bah c’était Antarès Brown hein, fallait pas déconner. Comme si lui pouvait être un ange ! C’était un espèce d’idiot qui avait été pendant quelques années un compagnon d’armes fidèle de Mugen. Mais quand ce dernier avait été assigné à une mission d’infiltration plutôt risquée et inhabituelle – dans sa propre famille, c’est dire – ils avaient été séparés, et ne se voyaient que rarement désormais. Mais souvent, c’était à Shangyu. A croire qu’Anta avait un faible pour cette ville et la province alentour… Ou peut-être qu’il trouvait lui aussi son pouvoir tout pourri.

Bref, Mugen ne se posait pas cette question – il ignorait la nature du pouvoir d’Antarès, et se demandait même parfois s’il en avait un – et était juste soulagé de trouver quelqu’un qui pourrait le guider. Oui, soulagé, même s’il ne le montrait pas. Se faire recevoir par un ‘Ta gueule’ et ne rien dire, voilà un homme qui connaissait bien l’homme qu’était Mugen ! C’était tout à fait normal venant de lui, une sorte de façon de le remercier silencieusement. Et justement, le silence s’abattit sur le groupe, malgré le ‘Gnn’ râleur d’un Asch qui n’était pas en position ni en état de râler d’ailleurs. Enfin, Mugen connaissait ça : râleur un jour, râleur toujours.

L’hôtel n’était pas loin, et ce même si Asch avait tenté de lui échapper. Antarès les y conduit sans un autre mot, et les laissa sur le pas de la porte. Un froissement d’étoffe et un petit rire signifia à Mugen qu’Antarès, en tant que subordonné, s’était incliné respectueusement devant lui, et avait pris congé. Tant mieux ! L’Alpha entra dans l’hôtel, sous le regard médusé de la réceptionniste. Il avait quand même un homme sur l’épaule ! Elle se leva précipitamment et lui demanda, inquiète :

« Vous voulez de l’aide ? »

« Non, ça ira. »

Avait-il répondu d’une voix grave et autoritaire. Pas besoin d’aide, juste de repos… Après tout ce bordel. L’ascenseur les amena au dernier étage, et à leur suite. Mugen ouvrit la porte en s’aidant de sa canne qui ne lui servait plus vraiment sinon, et la laissa tomber dans l’entrée. Il alla ensuite dans la chambre annexe qui était celle d’Asch, pour le déposer sur le lit. Il l’y allongea, et pris d’une grande lassitude, s’y assit en soupirant.

« J’vais attendre que tu dormes, au moins. »

Il disait ça parce qu’il n’avait pas envie qu’un incident survienne alors qu’il était en plein sommeil. Autant attendre qu’Asch s’endorme avant de se laisser aller lui aussi à un doux repos. Sinon… Sinon tant pis, il veillerait, et s’arrangerait pour dormir une autre fois. C’est pas comme s’il ne venait jamais à Shangyu en même temps !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Show me your teeth [pv Asch] [Achevé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Show me your teeth [pv Asch] [Achevé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alternative Future :: SHIZUKU :: Shangyu :: Grande avenue-