Encyclopédie
Présentations
Carnet de Bord
[RP]Siirastan
[RP]Mycra
[RP]Shizuku
[RP]Autres
Archives
AccueilFAQRechercherMembresConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 848

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Sam 25 Sep - 20:15

C'était fou, quand même. Quoiqu'il fasse, lorsqu'il avait du temps libre, Asch tournait en rond à Nimla. Et il tournait tant et si bien qu'il finissait invariablement par se retrouver le cul par terre, dans le jardin. On ne pouvait pourtant pas dire que c'était une idée brillante de sa part. C'était pas non plus l'équateur... Il ne faisait pas chaud, et il se les gelait à chaque fois qu'il décidait de s'isoler de la sorte - c'est à dire souvent. Il n'était pas très à l'aise dans l'appartement qu'on lui avait "donné". Il n'était pas non plus très à l'aise à proximité des habitations, ou des zones pouvant potentiellement accueillir du monde. Du coup, il s'enfonçait dans les profondeurs du domaine, de sorte à rester loin de tous. Il se doutait que même ainsi Shôryû savait exactement ce qu'il faisait, où, quand et comment. Mais au moins ne risquait-il pas de tout faire péter si rien ni personne n'était là pour subir les conséquences d'une de ses pertes de contrôle.

L'Alpha n'était pas seul à mal dormir. Depuis qu'il étaient rentrés de Shangyu, Asch ne parvenait que rarement à fermer l'oeil. Non pas qu'il ait peur de cauchemarder... Seulement, il était revenu à l'état dans lequel il était resté quelques semaines durant, suite à sa libération d'Epic Jail: incapable de dormir de peur de libérer ses flux dans son sommeil. A cette époque, son insomnie était dûe au fait qu'il ne contrôlait rien. Depuis il avait appris à garder ses "barrières" levées quoiqu'il arrive, et le faisait même inconsciemment, donc durant la nuit... Mais... Shangyu l'avait tant et si bien secoué qu'il avait développé une sorte de phobie. Et si sa maîtrise n'était pas suffisante...? Si, une nuit pas comme les autres, il faisait tout péter? C'était assez angoissant pour l'empêcher de fermer l'oeil, pas de problème.

Asch soupira, et frotta ses bras avec ses mains. Pas très cool hein... Un grand gaillard comme lui qui se les caillait et tremblait comme si il avait fait -40°C alors que la température était plutôt décente, quoique la matinée fut jeune... ça le faisait vraiment moyen. Et pourtant, il n'avait pas lésiné sur les fringues chaudes. Il portait un pull col roulé épais, couleur rouille, surmonté d'un épais gilet marron qui aurait dû largement lui suffire pour éviter de finir en glaçon. Il avait aussi commencé à laisser pousser ses cheveux... Il ne comptait pas les porter longs, mais mi-longs, pourquoi pas? Ça lui ferait toujours une épaisseur de plus pour couvrir ses oreilles, et sa nuque. Et dans son cas, ce n'était pas du luxe. Sa tignasse avait donc dors et déjà pris quelques centimètres. Rien que là, ça changeait légèrement son visage. A moins que ce ne soit son regard qui soit différent? Toujours aussi vide, mais moins dur? Dur à dire... Les plus récents événements l'avaient assez secoué pour que ce soit possible.

Okay il n'avait pas de manteau... Non pas qu'il le fasse exprès, mais l'idée ne lui était juste pas venue d'en acheter un. Du temps de Shangyu, Asch n'était pas frileux du tout. Puis merde. Il se rendait maintenant compte que l'un des gros désavantages de la "mode vestimentaire", c'était que par rapport au haut du corps, les jambes étaient vachement désavantagées. Son pantalon n'était clairement pas suffisant pour l'empêcher de se les cailler, déjà que le pull et le gilet n'en étaient pas capables...

En pestant contre la température, Asch évitait de penser. Quoique... de toute façon, depuis, Shangyu, son esprit était de toute manière un magnifique exemple de vide intersidéral. Il n'avait plus envie de rien, plus de motivation pour rien. Il ne croyait plus en rien, et ne ressentait même pas le besoin de s'en sortir. Il était coincé, totalement piégé. Ses convictions n'étaient plus que des idées fantomatiques qui ne correspondaient plus à aucun mode de vie présent, ni potentiellement futur. Il continuait d'exister parce qu'il le fallait. Mais il ne vivait plus pour lui.Et ça ne lui était même pas difficile à supporter... Il ne cherchait plus à "être en tant que personne". Il avait perdu trop d'estime et de confiance en lui pour cela. Il savait que son existence et son obéissance étaient la condition sine qua non à la survie d'Elye. Il vivotait dans une espèce de dépression chronique... Il n'était plus grand chose d'autre qu'une larve. Il avait l'impression que ça lui convenait... Mais peut-être était-ce parce qu'il était devenu sourd à ses propres besoins, à sa propre souffrance intérieure...

Quoiqu'il en soi, il ne pensait pas à grand chose - comme d'habitude - lorsque d'un coup, une petite voix le tira de son absence de réflexion, et le fit sursauter. La mine défaite, Asch tourna les yeux, pour constater qu'un des gamins du domaine lui faisait face, l'air un peu trop content à son goût.

"Tiens c'est pour toi!"

Il tenait une boite dans ses mains mais... Pour tout dire, Asch avait d'autres préoccupations. On aurait presque pu voir les points d'interrogation flotter autour de sa tête, tandis qu'il demandait sans cacher sa perplexité:

"... Comment tu m'as trouvé?"

Le gamin eut l'air vaguement étonné par la question.

"... Bah, c'est pas dur! Tu viens tout le temps ici."

... Ah bon? Asch resta silencieux pendant un moment. Il ne s'était même pas rendu compte qu'il avait pris l'habitude de squatter ce coin en particulier. Coin qui s'avérait être le plus isolé du domaine. Asch avait tellement pris l'habitude de s'auto-ignorer qu'il avait bien du mal à imaginer que certains petits yeux puissent être capable d'observer et d'analyser son comportement. Et ça l'énervait d'autant plus qu'ils l'avaient analysé mieux que lui même! Hey! Oh! Asch n'était pas venu là pour qu'on vienne l'y faire chier en attendant! Sans prendre garde à la requête du gosse, le rouquin lui décocha son regard le plus mauvais et menaçant. C'était dire qu'il y avait du niveau. Ce genre de trucs à l'égard des mineurs et autres personnes psychologiquement fragilisées aurait dû être puni par la loi...

"Barre toi."

Une fois de plus, si il s'isolait, c'était pas pour qu'un gosse vienne le saouler pour lui offrir des cadeaux débiles, ok? Asch n'avait jamais eu envie de faire copain copain avec les gamins du domaine. Maintenant qu'il avait conscience de la dangerosité de ses pouvoirs, et du fait qu'il lui fallait les entraîner seul et sans personne autour pour risquer de payer le prix fort, il avait d'autant plus de raisons de vouloir les garder à distance. Oui, certes, il n'avait toujours pas commencé à s'entraîner. Mais... Il ne savait juste pas par quoi commencer. Le fait d'être constamment observé par Shôryû le stressait. Il avait peur que l'Alpha finisse par y mettre son grain de sel... Autant dire qu'il était hors de question pour Asch de blesser qui que ce soit par accident. Pas même son supposé pire ennemi. Bon n'allons pas croire que Asch était un enfant de cœur... Il y a des personnes qu'il aurait blessé sans aucun scrupule. Il préférait juste éviter d'avouer que Shôryû ne faisait, contre toute attente, pas partie de la liste qui leur correspondait. C'était sans doute un coup du maki mutant, ça...



Dernière édition par Asch Raizer le Mer 2 Fév - 15:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Dim 26 Sep - 16:06

Mugen ne travaillait pas ce jour là. Le boulot ne manquait pas, non, mais il fallait bien qu’il ait des journées de repos, sinon il allait péter un câble. Ca ne l’empêchait pas de potasser quelques dossiers, bien au chaud dans son bureau très privé du domaine, mais il n’allait pas faire que ça de la journée. Surtout quand il avait quelques cours de kendô à donner aux gamins et à leur gouvernante, un jardinier dont les envolées artistiques devaient être tempérées, une mécano qui s’incruste quand elle a rien d’autre à foutre, et surtout, un ex-Densetsu instable à gérer.

Il rangea les quelques papiers et son écran calorigraphique, avant de laisser son bureau désert. Il était quand même pas bien rassuré pour la suite des évènements : il y avait pas mal de choses qui se passaient en ce moment, dans le monde en général, que ce soit des mouvements Datenshi ou Densetsu, ou des criminels sans affiliation, et franchement Mugen n’aimait pas beaucoup ça. En même temps, c’est pas non plus comme si l’armée n’était pas efficace : l’Alpha savait qu’il avait une force de frappe puissante, sans se compter lui-même qui pourtant valait plusieurs hommes sur le champ de bataille. Il soupira, passa par sa cuisine pour manger un morceau – pause couscous – et alla dans le jardin pour prendre l’air.

Bien sûr, pendant tout ce temps, il avait plus ou moins balayé son ‘regard’ sur le domaine, repérant les positions de chacun de ses habitants. Asch semblait avoir pris l’habitude de squatter toujours le même endroit, à l’extérieur, et ce même si sa condition physique rendait ce genre de choses banales périlleuses. De là où il était – trop loin – Mugen ne pouvait pas savoir avec précision quelle était sa température corporelle, mais il était certain qu’elle était en dessous des 40°C ‘normaux’ d’Asch Raizer. Il savait aussi qu’il y avait un gamin près de lui. D’après la signature thermique, et son caractère amical et franc – un peu trop peut-être ? – Mugen devinait qu’il s’agissait d’Eiki. Quel incorrigible super gentil ce gamin…

Avec un petit sourire, Mugen prit la direction du lieu de squat préféré d’Asch. En fait, il avait eu dans l’idée d’aller le voir directement après avoir fini de passer en revue certains dossiers. La présence d’Eiki n’avait donc pas poussé l’Alpha à s’approcher d’Asch. Ils ne s’étaient pas vraiment parlé depuis le week-end à Shangyu. Ca avait bien chamboulé l’ex-Densetsu, et Mugen aussi y avait perdu des plumes, surtout au niveau du charisme… Par contre il avait gagné en mystère, puisque Goenel avait osé parler à demi-mot d’Erik. Un nom que Mugen ne voulait pas oublier, mais dont il ne voulait quand même pas parler.

La silhouette du Despranon se profila devant l’homme et le gamin. Eiki, en voyant Mugen approcher, se retourna et lui décocha un sourire tellement grand que même l’aveugle réussit à le voir.

« Mugen ! »

Eiki aurait pu dire qu’Asch avait été méchant avec lui, mais non. En fait, il préféra donner la boîte qu’avait refusée le rouquin à Mugen, et lui dire :

« Tenez, c’est pour Asch ! »

Et il s’en alla en courant, comme il était venu… Peut-être que finalement, même lui avait peur d’Asch ? C’était déjà le cas pour Allen, Lenna, Gwendaël, Hughes, Nate et Antarès – oui c’est un prénom courant. La plupart des autres s’en foutaient de la présence d’Asch, et on aurait dit que Tuti, Nagayan et Eiki l’aimaient beaucoup, mystérieusement. Après il y avait Kengo, au caractère renfermé mais bien trempé, qui le détestait ouvertement, sans en avoir peur toutefois.
Mugen se retrouva avec une boîte dans les mains, dans laquelle il y avait – il le savait, pas besoin de l’ouvrir pour lui – un pull. Ouais, offrir un cadeau joliment emballé à Mugen pour son anniversaire ça sert à rien… Il tendit donc la boîte à Asch avec un petit sourire :

« C’est un pull. T’en a déjà un mais vu comment tu grelottes c’est peut-être pas de trop. »

Sans rien demander – il était chez lui quoi merde – Mugen s’assit en-dessous d’un arbre proche, un bras posé sur un genou, et lâcha :

« J’ai réfléchi à un truc… » Attention… Suspens ! « …Faut vraiment qu’on t’entraîne pour tes pouvoirs. Enfin, que je t’entraîne. Je l’ai déjà fait, je sais comment ça se passe et je connais les risques. »

Ouais, bon il avait pas précisé que sa connaissance des risques était en fait l’expérience d’un jet d’acide dans la gueule et de yeux tout fondus, et vu comment Asch réagit vis-à-vis de la magie, valait mieux passer certains détails. Bien sûr, l’Alpha ne s’attendait pas à ce qu’Asch accepte directement l’idée de faire joujou avec des pouvoirs qu’il déteste, mais il espérait quand même qu’il comprenne.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 848

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Dim 26 Sep - 18:58

Oh... Punaise. Asch eut l'envie soudaine de grimacer de dépit, mais il se retint. Ou bien les gamins d'ici étaient complètement cinglés... Ou bien Asch avait perdu du niveau question "qui a peur du grand méchant loup". Ou bien l'Alpha était-il arrivé pile au mauvais moment. C'était quoi, ça..? Ils s'étaient donné le mot? C'était un défilé? Nom d'un chien, mais ils n'allaient pas le laisser tranquille! Il était venu ici pour être SEUL. Zut, quoi. Une moue de mauvaise humeur barra bientôt son visage. Ce gosse ne manquait pas de toupet quand même... Asch avait clairement repoussé son cadeau. Et il était encore capable de le refiler à Shôryû, qui évidemment était bien moins impressionnable. Le rouquin allait se retrouver avec un paquet encombrant dans les pattes. Ces petites carnes étaient-elles toutes aussi machiavéliques les unes que les autres? Elles tenaient ça de leur "bienfaiteur" ou bien quoi..? Asch souffla, agacé. Au moins le mioche se barrait-il en courant. Quitte à devoir se payer la présence de l'Alpha, autant que ce soit sa présence unique.

Bon, en réalité, la présence de l'homme ne lui était pas si désagréable, mais il tenait à sa mauvaise foi dur comme fer. Après tout, que lui restait-il d'autre..? Et il fallait bien avouer que Asch flippait à l'idée que l'envie prenne à Shôryû de revenir sur les événements de Shangyu. Asch, lui, aurait encore préféré bouffer du verre pilé plutôt que de passer par là.

A lui aussi, il décocha un regard tueur, même si c'était parfaitement inutile. C'est dans ce genre de moments qu'il aurait préféré produire de la chaleur avec les yeux... Au moins ses expressions auraient été interprétées par son interlocuteur. Enfin.. C'était rien. On pouvait compter sur lui pour prouver son mécontentement de bien d'autres manières.

"Gardez le. Un de plus un de moins ça changera rien, j'en ai déjà une armoire entière..."

Asch ne fit donc pas un geste pour récupérer la boite. Il avait décidé qu'il allait refuser ce cadeau, et qu'il allait se montrer méchant, et impoli, histoire de dissuader les enfants de l'approcher ou de faire ami ami avec lui. Paraître méchant et impoli, pas de problème, il savait faire...

Son agacement redoubla tandis que Shôryû s'asseyait quasiment à côté de lui. Il n'hésita pas à soupirer fortement pour en faire la démonstration. Qu'est-ce qu'il lui voulait, encore? Il n'y avait rien à dire. Strictement RIEN à dire. Sauf si c'était pour le boulot... Asch allait s'enquérir sèchement de ce qui amenait l'Alpha ici - en sous-entendant fortement qu'il avait intérêt à ce que ça ait à voir avec le taff - lorsque ce dernier le prit de court. Asch referma la bouche aussi vite qu'il l'avait ouverte, et sentit le sang quitter les extrémités de son corps, qui devaient avoir refroidi considérablement en l'espace d'une demi-seconde. Si Asch était resté impassible pour des yeux normaux, ça n'était sans doute pas le cas pour ceux - surnaturels - du brun. Et merde... ça, plus la crispation qui tendait son corps... Il s'était vraisemblablement trahi. Oui, le sujet qu'il craignait le plus d'aborder depuis leur retour de la ville sans magie venait d'être lancé. Et oui, c'était exactement la raison pour laquelle il fuyait et se mettait si vite sur la défensive... Putain! et maintenant, tout ça... Shôryû devait l'avoir en partie deviné.

Goenel avait eu la fâcheuse idée de parler de cette histoire d'entraînement magique alors que Shôryû était en mesure de l'entendre. Qu'il soit maudit! Et l'Alpha avait donc décidé de prendre à cœur ce truc, hein... Eh bien... C'était tout simplement...

"Hors de question. Je m'en tape bien que vous l'ayez déjà fait, ça change rien aux probabilités. Si vous aviez que ça à me dire, vous pouvez vous barrer. Je refuse catégoriquement d'utiliser ce truc en présence de quelqu'un d'autre."

Le ton avait été assez catégorique, justement, pour que l'on comprenne que Asch n'allait pas facilement changer d'avis. Il avait les sourcils froncés, et les dents serrées. L'Alpha pourrait bien lui gueuler dessus, user de persuasion, ou bien le massacrer à coups de poings jusqu'à ce que mort s'ensuive... Asch ne changerait pas d'avis. Et il avait assez les nerfs pour user d'arguments blessants si jamais il ne voyait pas d'autre solution... Il n'avait pas oublié ce qui s'était dit à Shangyu, même si l'état dans lequel il avait reçu ces informations l'avait empêché de retenir tous les détails.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Dim 26 Sep - 21:00

Mugen sourit doucement, avec une légère pointe d’ironie, mais n’insista pas et garda la boîte avec lui. Il la posa au sol, alors qu’il s’y asseyait. Asch n’était vraiment pas quelqu’un de facile à vivre, et même Mugen se demandait ce qui poussait Eiki et d’autres gamins à le prendre en amitié. Est-ce qu’il représentait une sorte de grand frère pour eux ? Enfin, un grand frère aussi grognon et dépressif… Non, ils devaient forcément être un peu masochistes quelque part. L’Alpha en restait perplexe, particulièrement parce que lui aussi il aimait bien Asch sans trop savoir pourquoi. Objectivement ça restait qu’un molosse avec un caractère de merde et des idées trop arrêtées, mais nan… Mugen l’aimait bien. Mystère et boule de gomme.

M’enfin, ce n’était pas pour disserter sur la raison de toute cette sympathie pour lui que Mugen était venu voir Asch. Il prit son temps, chercha un peu ses mots, et finalement se lança. Asch avait vraiment besoin d’entraînement, mais les espérances de l’Alpha furent réduites en poussière en entendant la réponse de l’intéressé. ‘Hors de question’… Mais pourtant, s’il ne le faisait pas, ça serait pire ! Seulement, comment le lui faire comprendre… ?

« Je sais que t’as peur, mais si tu restes comme ça, t’auras peur toute ta vie. Il faut que tu maîtrise ta magie… »

L’Alpha ne savait pas trop comment expliquer sa pensée, comment la formuler. Il marqua une pause, en profitant pour jauger les réactions physiologiques d’Asch – ce qu’il avait appris à faire systématiquement depuis de longues années déjà, très utile d’être un détecteur de mensonges sur pattes – puis reprit, d’une voix toujours aussi tranquille :

« Un dragon enfermé n’a jamais été moins dangereux qu’un dragon apprivoisé. Il suffit que la cage se brise, et ce serait pire que tout. Tu dois apprendre à contrôler ce pouvoir ! »

Qu’Asch se rassure quand même, Mugen n’avait absolument aucune intention de lui cogner dessus comme à son arrivée. C’avait été une obligation, mais ça ne réglait pas forcément tout. Tant que possible, l’Alpha ne voulait pas user des poings sur Asch, surtout pour un truc pareil. Il fallait qu’il y ait un minimum de volonté de s’entraîner en face, sinon c’était mort d’avance. Tout l’enjeu était d’amener Asch à bien vouloir prendre des cours de maîtrise de magie… C’était loin d’être gagné, mais c’était la meilleure solution, et la plus durable.

Bien sûr, il y avait de grandes chances pour qu’Asch refuse catégoriquement – ce qu’en fait il avait déjà fait, mais Mugen préférait ne pas trop y penser – et dans ce cas, l’Alpha se demandait bien ce qu’il pourrait faire. Asch ne pourrait pas vivre sans arrêt aux crochets d’un artefact ou d’une injection nihiliste, qui étaient d’ailleurs aussi rares que hors de prix. On les réservait généralement à des personnes dont la magie était vraiment hyper dangereuse ou handicapante : dans le cas d’Asch, c’était quand même loin d’être le cas. Il pouvait la doser, la modeler, lui donner des nuances et non pas l’utiliser brute – ce qui en fait, serait la dernière chose à faire.

« Ta magie n’est pas une monstruosité, et elle n’est pas non plus la pire qui soit. »

Mugen se trouvait décidément bien bavard en présence d’Asch, mais il avait pas mal de choses à lui dire, à lui expliquer, et puis, vu le caractère du rouquin, il fallait aussi faire la conversation pour deux, en fait.

« C’est pas comme si t’avais du poison au bout des doigts qui t’empêchait de toucher quelqu’un… ou… » Mugen hésitait, mais finit par le dire : « Ou que t’avais de l’acide qui te rongeait les paumes. »

Mugen se souvint alors d’Erik, dont les mains étaient si abîmées qu’il était obligé de mettre des gants pour ne pas effrayer les gens. Et accessoirement, pour ne pas que son acide ne se répande malencontreusement… Une pensée nostalgique, qui s’enfuit rapidement : le seul qui importait désormais, le seul encore en vie, c’était Asch.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 848

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Dim 26 Sep - 21:54

Bigre, bigre... C'est que Asch n'était pas la seule tête de mule du lot. Ce dernier eut un lent soupir, qui souleva ses épaules, alors qu'il se rendait compte que l'Alpha n'avait pas fini de l'assommer avec ses arguments. Asch avait cessé de trembler de froid pour la seule bonne raison qu'il était trop occupé pour que ses nerfs prennent en considération la température extérieure. Il posa un coude sur son genou, et le menton dans la paume de sa main. Toujours aussi grognon il détourna ainsi les yeux et se concentra sur le paysage. Cette discussion n'allait pas lui plaire... Mais si il n'y avait que ça pour que Shôryû abandonne cette idée d'entrainement saugrenue, il se rebellerait jusqu'au bout.

Alors que Shôryû en finissait avec son histoire de dragon enfermé, Asch roula des yeux. Tout cela l'exaspérait... Merde! Comme si il avait pas compris qu'il avait tout intérêt à contrôler sa magie plutôt qu'à l'ignorer! C'était pas ça le souci! Est-ce qu'il avait l'air obtu à ce point? L'entrevue avec Goenel l'avait au moins convaincu de l'urgence de la situation...

"Putain, mais j'ai compris! Vous croyez quoi? C'est pas ça le souci. Je préfère le faire seul, c'est tout. Ce truc peut pas me blesser moi, au moins..."

... On éludait le fait que Asch ne savait même pas par quoi commencer. En fait, il n'était même pas certain que ces pouvoirs soient véritablement contrôlables. Ca lui semblait être aussi probable que la possibilité de croiser dans un aquarium un pingouin qui faisait du parachute. La sensibilité des flux était telle qu'à l'heure actuelle, il avait l'impression qu'il n'y avait que deux modes possible: le mode "contenu" et le mode "hydre qui dégueule de la chaleur de partout et fait tout exploser". Alors autant dire qu'il était loin de penser qu'un jour il serait capable de modeler, doser, donner des nuances ou faire quoique ce soit avec cette merde surnaturelle...

C'est pour cette raison, peut-être, qu'il s'arrêta de respirer et tourna les yeux sur l'Alpha avec un air choqué, tandis que ce dernier tentait de lui faire avaler que sa magie n'était "pas une monstruosité". Il y avait peut-être pire... Mais Asch trouvait qu'il avait déjà été pas mal gâté, là! Il eut un ricanement cynique. Les deux exemples donnés par Shôryû ne suffirent pas à le faire douter. Ses capacités magiques étaient trop impressionnantes, et lui bien trop inexpérimenté pour qu'il comprenne que le risque aléatoire dans lequel il vivait en permanence n'était pas une fatalité. Bon, c'était aussi un peu le but de l'entraînement (en solo ou guidé) que de réussir à diminuer le facteur de risques... Et c'était dire comme Asch était optimiste. En un sens, il n'y croyait pas vraiment. Si il parvenait à être certain de réussir à bloquer ses flux en toute circonstance, il s'en contenterait, car il était hors de question de jamais les utiliser. Et il était en colère, maintenant... Cette même colère qui gronda dans sa gorge tandis qu'il commentait sur un ton cassant, ironique:

"C'est vrai que c'est carrément mieux de faire exploser la gueule des gens par lot de dix! J'avoue, quelle chance! Mes paumes sont peut-être nickel mais je vous rappelle que si cette merde m'immunisait pas contre la chaleur mon avant bras aurait déjà été réduit en charbon!"

... Oups? La moutarde lui était montée au nez. Trop de choses non dites... Trop de choses qu'il avait sur le cœur sans même le savoir... Avant qu'il prenne conscience de ce qu'il était en train de faire, il se releva, et continua à pester, plus fort:

"Vous croyez quoi? Que ce truc se met en route que quand je m'énerve ou du genre?? Que je fais aucun effort??! MERDE! C'est au repos que ça bouge dans tous les sens! Je peux pas me permettre de me déconcentrer ne serait-ce qu'une seule seconde sous peine que ça pète sans me demander mon avis! C'est comme si ça tenait pas à l'intérieur de moi et que ça cherchait à s'enfuir par tous les moyens! Vous voulez que je vous fasse la liste du matos que j'ai fait fondre rien qu'en foutant une main dessus sans me rendre compte que ça cuisait à plus de 1000°C? Et ça fait quoi si je le fais sur quelqu'un selon vous?"

Merde de merde... Puis merde! Il lui en foutrait du pouvoir qu'était pas une monstruosité! Lui non plus ne pouvait pas toucher quelqu'un comme il le souhaitait! Sa maîtrise serait-elle jamais assez bonne pour qu'il puisse finir par se le permettre..? Permettons lui d'en douter! Enfin... Au moins, ça n'allait pas le frustrer des masses... Il n'était pas tellement tactile... Puis question vie affective, chez lui c'était le trou noir, alors... Qu'est-ce qu'il était en train d'essayer de dire au fait? Ah, oui...

"... Je fais déjà tout ce que je peux pour essayer de mieux retenir ce truc, pour éviter que ça parte dans tous les sens. Je peux à peu près dormir sans risquer de foutre le feu! Je compte pas utiliser cette chose de toute façon! Ça se déclenche trop facilement pour que je puisse en faire quoi que ce soit! Alors, merci, mais NON j'ai pas besoin de votre aide! Je me débrouillerai seul, comme je le fais depuis le début!"

Même si en vérité, c'est le manque d'entraînement qui lui donnait l'impression que la chose n'était pas humainement faisable. Un peu comme lorsqu'on débute en ddr et qu'on voit quelqu'un se faire une 9 pieds sans sourciller... Il fallait bien lui concéder une chose, au moins. Son pouvoir aurait mieux convenu à un intellectuel qui se plait à beaucoup réfléchir et qui s'y connait un minimum en physique. Parce que le temps qu'il comprenne qu'il pouvait tenter des combinaisons entre les flux sources et les flux architectes... Le temps qu'il comprenne qu'il y avait des flux sources, et des architectes, et leur nature exacte... Putain, on était pas rendu.

Ses paroles trahissaient au moins une chose: même si il avait vraiment envisagé de s'entraîner, si il n'avait pas su par quoi commencer, c'était parce qu'il ne voulait pas d'un entraînement qui le force à utiliser les flux. Il voulait se contenter de réussir à les garder bien enfouis, afin qu'il ne sortent plus jamais pour blesser quiconque. Oui... en son for intérieur, finalement, il n'avait pas tant que ça accepté l'idée d'un entraînement.

Grah... Sortir tout ce qu'il avait sur le coeur... Ça l'avait libéré de quelque chose, tout en ravivant une douleur de nature inconnue. Ce con avait les larmes aux yeux, et les nerfs en pelote... Et même si Shôryû n'avait pas d'yeux pour le constater Asch avait peur qu'il parvienne malgré tout à se rendre compte de quelque chose. Après tout, des larmes même contenues n'étaient-elles pas plus froides qu'un corps humain..? Surtout quand on connaissait la température du sien? Il se retourna vivement, histoire de se barrer d'ici. Il ne voulait pas continuer cette discussion
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Dim 26 Sep - 22:31

Mugen était encore passé pour un con, sauf que cette fois il n’avait pas fait exprès, et aurait bien voulu éviter de se rendre aussi ridicule. En fait, Asch était bien conscient qu’il devait apprendre à maîtriser son pouvoir… sauf qu’il voulait le faire tout seul. C’était encore plus débile… ! Même si, en effet, il y avait toujours le risque de blesser quelqu’un, quand on était accompagné…

« Tu crois vraiment que je me laisserais blesser ? Je te rappelle que je vois très distinctement tes flux… »

Même s’il y avait toujours une part de risque, Mugen avait un avantage non négligeable : il verrait la chaleur lui arriver sur la gueule, et pourrait au moins essayer de l’éviter ou de s’en protéger. Ca pouvait être vraiment un atout, quelque chose dont Asch pourrait se servir pour apprendre à maîtriser encore mieux sa chaleur. Cela dit, il n’avait pas vraiment l’air d’humeur à penser à ça… Et en fait, l’Alpha n’arrangeait pas non plus les choses.

Il n’avoua pas qu’il avait un peu zappé qu’Asch non plus ne pouvait toucher personne, sous peine de le brûler façon charbon. Quant à l’incident… On y revenait toujours, mais Mugen n’arrivait pas à convaincre Asch que ça ne servait à rien de s’y arrêter en pensant que jamais il ne pourra réussir à se contrôler. En même temps, il doutait qu’Asch oublie un jour ce moment. Vu comment il avait réagi à Shangyu, ce devait être particulièrement pénible pour lui d’y repenser…

« Me prends pas pour un con, je sais exactement ce que font tes flux, et je sais aussi ce que c’est que d’avoir une magie qu’on n’arrive pas à contenir ! Mais je t’assure que c’est en l’utilisant qu’elle se calme et qu’on comprend comment elle fonctionne ! »

Bien sûr, Asch n’allait pas l’utiliser n’importe où, pour des raisons évidentes, et Mugen ajouta donc :

« Et je connais des endroits où tu pourras t’en donner à cœur joie sans blesser personne. »

Par contre, il était pas con, il n’allait pas vendre la mèche avant d’être assuré qu’Asch n’irait pas tout seul. Il était juste hors de question que Mugen laisse Asch s’entraîner en solo. Ce serait plutôt inutile de toute façon, et ce serait gâcher l’énorme coïncidence qui faisait que le seul à voir la chaleur d’Asch avec précision et à pouvoir lui donner des indications était l’Alpha, précisément.

Quant à la dernière remarque d’Asch, elle le fit soupirer. Mugen s’affaissa même, passant sa main dans ses cheveux, signe certain de nervosité. Qu’est-ce qu’il croyait ?

« T’oublierais pas que c’est parce que tu confines tes pouvoirs comme un sagouin que ça se déclenche tout seul ? Tu penses ne pas avoir besoin de mon aide, mais laisse-moi te dire que t’iras pas loin comme ça de toute façon. »

Asch n’aurait pas besoin de se barrer, en fait. Mugen se leva aussi, prêt à se casser : ce rouquin lui foutait les nerfs, et ça le saoulait. Et puis même s’il n’avait rien dit, dire – en sous-entendu – que ce qu’Erik avait vécu n’était rien à côté des merdes qu’Asch se prenait dans la gueule, ça l’avait blessé. Merde, il n’aurait pas du parler de ça… Ca lui tenait encore trop à cœur pour pouvoir en parler librement… Alors ouais, l’Alpha fit un pas pour se casser, sûrement pour aller donner un cours, non sans déposer le pull d’Eiki dans son pavillon. Toutefois, avant de vraiment s’en aller, Mugen ne put s’empêcher d’ajouter :

« T’as pas le choix, Asch. T’as besoin de moi, que tu le veuilles ou non. »

Il n’était même pas question d’éléments extérieurs comme Elye ou l’Opale Maudite, non… C’était comme ça : les deux pouvoirs avaient quelque chose qui les liaient, quelque chose qui était bien trop intéressant et rare pour laisser filer. Et Asch était trop inexpérimenté et impulsif pour que Mugen le laisse tout seul. Même pour retenir ses pouvoirs, il y avait une manière. Et le faire mal, c’est pire que de ne pas le faire du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 848

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Lun 27 Sep - 7:55

(j'entre en cours, je me relis pas. XD)

Peut-être l'Alpha était-il capable d'esquiver ses flux même si ces derniers se mettaient à faire des spirales géantes. Peut-être était-il assez fort pour ne pas être blessé même en cas de catastrophe calorifique... Mais Asch n'avait pas envie de tester. Peut-être l'Alpha était-il prétentieux et risquait-il bien plus que ce qu'il voulait bien dire. C'était un peut-être en trop. Bref... L'argument ne fit pas sourciller Asch, qui allait bientôt s'énerver sec, pour d'autres raisons. Il ne répondit pas à cette première tentative de persuasion.

C'est alors que le rouquin péta un câble et déversa tout son venin sur l'Alpha, sans prendre garde aux éclaboussures... N'allons pas croire qu'il essayait de se plaindre, de faire en sorte qu'on s'apitoie sur son sort. Il n'essayait pas non plus de dire que ce qu'il avait vécu était bien pire que ce qu'avaient vécu tous les "mages malgré eux" de la création. Seulement, il était dans une situation très difficile, pour bien des raisons. Et l'Alpha qui semblait vouloir dédramatiser, lui faire croire que son cas n'était pas aussi grave qu'il le pensait... Putain! Il y avait eu des morts! Pas qu'un peu! Et ça pourrait recommencer! Asch ne pouvait pas se blesser tout seul et ça le rendait d'autant plus destructeur: il pourrait recommencer, encore et encore, jusqu'à ce qu'on décide que son cas était définitivement désespéré et qu'on daigne lui accorder la mort. L'intention de l'ex-densetsu n'avait pas été de blesser l'Alpha. D'ailleurs, il n'était même pas au courant qu'il abordait un sujet délicat pour ce dernier. Peut-être pour cette raison, il ne s'était pas attendu à ce que Shôryû lâche si vite l'affaire. Il n'avait pas pensé qu'il serait si aisé de le mettre en colère. Et maintenant, il récoltait ce qu'il avait semé... C'était son tour, de se sentir con, la mine défaite tandis que son interlocuteur le détrompait.

Il savait exactement ce que faisaient ses flux, hein..? Alors pourquoi essayait-il de lui dire que son cas, c'était de la tarte! De la tarte carbonisée, ouais... Utiliser ses flux pour qu'ils se calment et qu'Asch comprenne finalement comment ils fonctionnaient.

"Ouais merci je suis au courant que vous en savez plus que moi, tout ça! Mais j'sais au moins ce qui risque d'arriver si j'arrête de les retenir!"

Ca allait gerber de la chaleur dans tous les sens, et ça serait juste incontrôlable. Des endroits où Asch pourrait s'en donner à coeur joie sans blesser personne? Pas même l'Alpha lui-même? Mouais... C'est ça, ouais. Asch n'avait pas assez confiance pour écouter cet argument. Il préféra continuer de hurler: il n'en avait pas terminé de dévider tout ce qu'il avait sur le cœur.

Peut-être aurait-il mieux faire de se retenir, tout compte fait. L'Alpha continuait de réagir comme si Asch avait été un gamin capricieux. Comme si tout ça n'était rien en fin de compte, et que Asch en faisait tout un plat. L'incompréhension régnait dans l'esprit du jeune homme, ce qui se voyait sur son visage - que Shôryû ne pouvait pas voir!. C'est pas grave, ça s'entendait aussi dans sa voix. Il confinait ses pouvoirs comme un sagouin? Il ni'rait pas loin comme ça? Eh bien quoi? Qu'aurait-il dû faire alors??! Il n'avait pas eu le choix, merde! Ces reproches... C'était injuste! Asch avait juste fait tout ce qu'il pouvait faire pour éviter de blesser quiconque. Et quoi..? Ce n'était pas assez bien pour MÔSSIEUR encore? Tout ce qu'il faisait serait-il jamais mieux qu' insuffisant pour tout le monde? Était-ce là une fatalité qu'il retrouverait tout sa vie durant..? Enfin. C'était pas comme si Asch n'était pas habitué. Mais ça lui foutait quand même les boules, là... Tous ces efforts pour qu'on vienne lui dire finalement qu'ils sont vains, et que même, c'est pire qu'autre chose! Il était tout bonnement choqué, et perplexe. Et c'est d'une voix blanche - légèrement tremblante - qu'il commenta enfin:

"Mais j'aurais dû faire quoi, putain..? Les laisser pétarader dans tous les sens? Ca s'arrêtera pas parce que je les laisse en liberté... Croyez pas que je sois totalement inconscient de ce qui se passe... Je le sens, et je l'explique pas. Arrêtez de croire que vous savez tout, vous me faites chier..."

En arriver à dire que quelqu'un le faisait chier, tout ça sur un ton doux, pas même agressif... Oui, pas de souci, Asch avait été bouleversé, et il était sincère. Ces flux, c'était pas comme une envie de pisser. Ca s'arrêtait pas "une fois qu'on a fini". C'était plutôt l'équivalent des battements de cœur: tant qu'il vivrait, ça ne s'arrêterait pas de vouloir vomir de la chaleur. On aurait dû vendre Asch à EDF! Même plus besoin de centrales, il faisait l'affaire question production d'énergie. Shôryû voulait une démonstration, c'était ça..? Ah. Haha. Ah non. Asch n'allait pas tomber dans ce piège si facilement.

Il se retourna, quand même, pour partir, quand même. L'Alpha était sur le point de se barrer lui aussi, grand bien lui fasse. Asch avait besoin de marcher pour sa part et se fichait bien de ce que ferait son interlocuteur. Le tout dernier commentaire du despranon le fit bouillonner intérieurement. il était pieds et poings liés, il le savait. Il ne pouvait faire que "semblant" de se rebiffer. De gré ou de force, il ne pouvait pas se défaire de l'Alpha: Il vivait chez lui, bossait pour lui entant que garde du corps qui sert à rien, et, comble de l'ironie, ses pouvoirs étaient complémentaires aux siens, un peu comme si à leur naissance leur bonne (?) étoile les avaient voués à se rencontrer. Shôryû pouvait voir des flux que même Asch était incapable de capter... Par la vision, bien entendu. C'était une sensation très étrange, que d'avoir ces lianes invisibles en lui, et de savoir exactement à quel endroit elles se trouvaient. C'était un peu comme si elles avaient été une prolongation de son propre organisme. Sauf que Asch connaissait leur position avec une précision extrêmement fine... En quelque sorte, c'était un autre type de perception surnaturelle qui n'avait rien à voir avec les yeux. Et c'était pour la même raison qu'il savait exactement que ses flux continueraient de vouloir sortir sans son accord, quoiqu'il fasse. La seule solution pour lui était de réussir à faire d'un acte de contrôle conscient un réflexe inconscient. Et c'était pas si mal entamé. La phrase "la magie fait partie de toi" n'avait jamais été aussi pertinente... Asch était l'heureux possesseur d'un organisme mutant qui n'en faisait qu'à sa tête. Youpi! D'ailleurs il se demandait bien pourquoi ses parents ne s'étaient jamais demandé pourquoi il avait les cheveux naturellement rouges... Peut-être que, finalement, ils avaient des doutes quant à lui depuis le début? Peut-être était-ce pour ça qu'ils avaient toujours privilégié Elye? Bref... Trop de pensées inutiles lui traversaient la tête. Bien sûr à l'heure actuelle l'esprit de Asch était trop fermé pour qu'il profite pleinement de toutes ces "perceptions surnaturelles" citées. Il sentait juste le pouvoir monter, et ne savait rapidement plus quoi en faire. Il détestait tout ce savoir qui s'imposait à son crâne alors qu'il n'avait rien demandé. Ca n'avait rien d'humain. Non, vraiment... Shôryû pouvait bien dire ce qu'il voulait, Asch se considérait comme une monstruosité. Il s'éloignait d'un pas sûr, mais était sur le point d'exploser dans presque tous les sens du terme. Colère et frustration limitaient son contrôle: les flux dépassaient irrégulièrement de ses doigts, et tremblaient comme si ils allaient tout faire péter. Si on ne l'arrêtait pas, à ce rythme, il allait faire un malheur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Lun 27 Sep - 9:49

Si Mugen était con, au moins il n’était pas seul. Asch aussi avait de quoi rivaliser, avec le tas d’âneries qu’il pouvait sortir. Mais cette fois, l’Alpha eut le mérite de réaliser qu’il avait peut-être eu tort, et que c’était bien lui qui était dans l’erreur concernant le cas de l’ex-Densetsu. C’était une chose rare, qu’il ait tort : Mugen était quelqu’un de perspicace en général, et surtout, d’hyper têtu. Mais, alors qu’Asch répliquait avec colère, il se rendit compte qu’il n’avait absolument rien à lui répondre. L’idée de le laisser s’entraîner seul – même si l’entraînement produisait des résultats – lui était vraiment détestable, pour une raison obscure qu’il n’arrivait pas à déterminer.

Depuis qu’il était arrivé pour lui en parler, le contrôle d’Asch sur ses flux était de plus en plus approximatif. Un réglage de son omnivision en mode plus précis avait suffit à Mugen pour le remarquer… et avoir un joli début de migraine également. Ah, ce pouvoir, jamais pratique quand on en a besoin ! Mais bon… C’est vrai que la magie de Mugen n’avait jamais tué personne. C’était peut-être même pire, que ce soit sa rage – ma foi tout à fait humaine – qui l’ait poussé à retourner Odosaru contre sa sœur… Et maintenant qu’il y repensait, il était encore plus de sale humeur.

Ni une ni deux, après s’être engueulés en bonne et due forme, les deux hommes se séparèrent. Ils en avaient eu assez de chaque autre pour un bon moment là… Mugen le faisait chier hein ? Et lui alors ? Quand Asch allait-il comprendre que c’est pas en s’isolant et en faisant son emodépressif qu’il allait s’en sortir ? Que dans la vie on ne peut jamais rien réussir tout seul ? Ah, une bonne promenade dans le jardin lui ferait du bien aussi, sauf qu’il avait quand même un cadeau – dont Asch ne voulait pas, ce sinistre impoli – sur les bras. Mugen revint prendre la boîte qu’il avait oubliée et alla jusqu’à son pavillon pour la déposer sur un guéridon de la cuisine.

Il n’avait pas quitté de ses yeux magiques la silhouette d’Asch, très reconnaissable grâce à sa couleur plus prononcée. Et ce qu’il vit alors fit sonner l’alerte dans son cerveau. Il retourna rapidement dehors, avec vitesse mais sans se précipiter, pour rejoindre de nouveau Asch. Et franchement, c’était pas de gaité de cœur. Que pourrait-il dire ou faire pour éviter la catastrophe… ? Et pire, si on partait du principe que la magie ne pouvait pas être responsable, c’était bien de la faute de Mugen si Asch était dans une humeur si pourrie que ses flux se faisaient la malle.

« Asch ! » Réflexion intense… Que dire ? « … Fait attention… »

Pour une fois, la voix de l’Alpha n’était pas autoritaire, juste inquiète. Il continuait de s’approcher de la silhouette de l’ex-Densetsu, non sans rester hypnotisé par la danse des flux de chaleur. Il y avait tant de nuances, tant de couleurs dans ces fils que Mugen ne pouvait pas s’empêcher de trouver ça beau. C’était magnifique, mais comme une éruption volcanique ou un Grand Dragon, c’était aussi beau que c’était mortel.

Ouais, Mugen avait été un con de dire ce qu’il avait dit, mais de là à ce qu’il l’avoue, il y avait un gouffre. Il s’en était rendu compte, c’était déjà ça ! Mais maintenant, il allait falloir dire à Asch de se calmer – sous réserve qu’il le fasse, ou même qu’il y arrive, ce qui était loin d’être évident – ou carrément l’emmener dans un endroit vraiment isolé. Mugen en connaissait vraiment un, mais il ignorait s’ils y seraient à temps… Au pire, il y en avait un bien moins sécurisé, mais à proximité immédiate, en cas d’urgence… Restait à voir comment Asch allait réagir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 848

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Lun 27 Sep - 14:57

A eux deux, c'était clair que Mugen et Asch n'allaient pas s'en sortir. Il n'y en avait pas un pour rattraper l'autre. Il étaient tous les deux irréversiblement butés et incapables de comprendre ce que l'autre essayait de dire. Ils se quittèrent sur une note explosive... Au moins autant que l'état de la main de Asch, en fait.

Énervé, ce dernier avança dans le jardin sans même regarder où il allait. Il pestait intérieurement, dégouté par cette discussion qui lui avait fait perdre confiance en le peu de choses qu'il avait réussi à accomplir. Déjà qu'il n'arrivait plus à dormir tellement il flippait de relâcher le contrôle, et qu'il avait une gueule de déterré! Sérieux... Parfois il se sentait tellement épuisé qu'il ne comprenait même plus rien à ce qu'il pouvait déblatérer. De quoi en faire rager Sunadokei. Ses rapports ne ressemblaient à rien - déjà que de base c'était pas trop son truc. Il allait finir par se faire fusiller sur place par cette abrutie de commandante, en plus de tout le reste... Putain! Sa vie était vraiment pourrie! Comment l'autre cloche faisait-elle pour garder la tête sur les épaules tout en étant incapable de dormir la nuit?

Il sentait son contrôle s'effriter progressivement. Cinq minutes passèrent, au moins, tandis qu'il avançait sans but. Les lianes de chaleur dépassaient de plus en plus de sa main. Il commença à s'inquiéter quand les "éruptions" dépassèrent les dix centimètres... Il avait cru que cela s'arrangerait rapidement mais... bordel. Ça n'allait pas du tout en s'arrangeant, en fait. Il s'arrêta, et sentit le sang quitter son visage. Il était tellement énervé, tellement crevé, qu'il en oubliait ce putain de mécanisme anti-savonnette calorifique.

"Oh mer... ..."

Son cœur se mit à battre à tout rompre. La panique n'aidait pas à ce qu'il se souvienne de la "petite méthode de l'Asch hargneux pour éviter de pétarader de partout". Il sentait les flux de sa main droite qui étaient déjà en train de décrire des courbes "harmonieuses" (pour qui pourrait les voir...) dans le ciel, et sur plusieurs mètres autour de lui. Ces flux, il ne les craignait que peu car pour une raison qui lui était inconnue ceux-ci ne dépassaient jamais les 50°C. Ça pouvait foutre un coup de chaud, mais ça ne blesserait personne. Il n'avait plus le loisir de les contrôler, parce que sa main gauche le faisait un peu trop flipper, là.. C'était des flux à des températures dignes d'un filament d'ampoule qui sortaient de celle-ci. Et ces putain de flux allaient de plus en plus loin. L'un tapa dans ses fringues, qui produisirent un bref "psch" et se marquèrent d'une magnifique lacération noire sur les bords.

Il se remit à marcher, non sans fermer les yeux et tenter de respirer plus calmement en faisant le vide dans son esprit. Il n'y parvenait pas. Lorsque l'Alpha arriva, Asch était encore en pleine tentative de zenification.. Ce qui certes pouvait donner l'impression qu'il n'avait pas remarqué qu'il était en train de dégueuler de la chaleur. Malheureusement, venir à lui et l'interpeler n'avait pas été une idée brillante... Asch sursauta, et se tourna d'un coup, tandis que ses yeux s'écarquillaient, et que le sang quittait son visage pour de bon, cette fois. Merde! Mais quel CON ce connard d'aveugle gouvernemental de ses deux! (pas encore, pas encore...).

"... PUTAIN! Mais TIREZ-VOUS??! Vous êtes con ou bien QUOI??!"

La distraction de trop. D'un coup il perdit totalement le contrôle des flux, qui se mirent donc à n'en faire qu'à leur tête. Ils vinrent rejoindre les flux de la main droite pour tournoyer à leur guise dans les airs, tels de long serpentins à la merci d'un vent sévère. C'était de trop, pour l'esprit de Asch, fragilisé par la seule et unique fois où les flux avaient réagi ainsi chez lui.. Une certaine soirée, qui avait marqué un tournant monumental dans son existence. Il échappa un hurlement d'effroi, avant de reculer de plusieurs pas, puis de se figer, incapable d'un geste.

"... Trop nombreux... Je sais plus... PUTAIN!"

Son esprit était incapable d'analyser la situation: il enregistrait la position de chaque flux qui frappait l'air, avec une précision folle. C'était trop pour le cerveau de Asch qui ne parvenait pas à engranger ces informations. Déjà la main droite l'avait déconcentré, mais là les deux d'un coup... Impossible... Totalement ingérable... Il n'arrivait même plus à réfléchir.

D'un coup, une succession de hasards. Shôryû allait être aux première loges. Un flux de chaleur brûlant provenant de sa main gauche entra en contact avec le flux moins chaud qui sortait de l'index droit de Asch. Le flux moins chaud s'enroula autour du flux le plus chaud, comme par un quelconque phénomène d'attirance... Le flux interne se mit soudain à chauffer d'autant plus, jusqu'à gonfler la bobine formée par le flux architecte... Qui finit par péter d'un coup, et se reformer lentement. Un énorme quantité de chaleur fut déversée à tout va, non sans emporter avec elle un souffle de vent brûlant. Explosion thermique... Le bruit tonitruant fit frémir ses tympans. Ses pupilles rétrécirent, faute à l'adrénaline injectée dans ses veines. Ce bruit... C'était le bruit de la mort, de la calcination... L'odeur de la chair brûlée. Il crut la sentir, et pourtant, ce n'était qu'une hallucination. C'était faute à ce même genre d'explosion que Haruyuki était mort, tandis que d'autres avaient juste été traversés un peu trop longuement par un flux brûlant. La tête lui tournait. Il n'entendait plus rien, et tenait à peine sur ses jambes. Un long cri silencieux ne s'échappait pas de sa bouche, mais de son esprit entier. Il était à l'heure actuelle impossible de l'atteindre sans danger: les flux étaient trop vifs, trop nombreux. Et ils n'avaient pas l'air de vouloir se calmer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Lun 27 Sep - 19:46

Ouais… ‘Que dire ?’ était vraiment une question piège : la réponse était juste : rien. Mugen n’y avait même pas pensé, et s’était donc approché en prenant des risques peut-être inconsidérés. Ses fils de chaleur s’échappaient des doigts d’Asch, de plus en plus longs : néanmoins, maintenant qu’il y prêtait vraiment de l’attention, Mugen fut surpris de voir que chaque filament était différent. Il y avait sûrement des trucs intéressants à faire avec, mais leur maîtrise… ouais, maintenant qu’il y pensait, leur maîtrise allait poser pas mal de problèmes à Asch.

Et cette fois, c’était à Mugen d’être passif. Il resta là où il était, alors qu’Asch lui hurlait allègrement dessus. Mais ces cris n’étaient pas la seule raison à son immobilité. L’Alpha n’en croyait pas ses yeux – qui étaient fondus, ahaha, blind joke ! – le spectacle devant lui était d’une beauté surnaturelle. D’autant plus beau qu’il était le seul à pouvoir le voir, d’ailleurs. Chaque nuance de température, chaque filament avait sa couleur… Oui, ça faisait longtemps que Mugen n’avait pas vu autant de couleurs d’un coup : du rouge de toutes les nuances possibles et imaginables, virant parfois au noir… Du noir ! Il n’en voyait quasiment jamais… C’était juste… extraordinaire.

Cela dit, cela n’enlevait pas à la dangerosité du truc, au contraire. Désormais, l’Alpha prenait véritablement conscience de l’ampleur de la magie d’Asch, et de sa difficulté à le maîtriser. Silencieux, Mugen fit un pas en arrière, alerte : il était prêt à courir s’il le fallait, ou même à se foutre à terre. Et d’ailleurs, quand Asch annonça qu’il ne contrôlait plus rien, il n’hésita pas une seconde, et courut se jeter sur le sol.

Il vit alors ces flux venant de la main droite d’Asch s’enrouler autour de ceux de sa main gauche, d’un rouge tellement foncé qu’il en devenait noir. Et il vit cette boule d’énergie se chauffer de plus en plus, jusqu’à exploser. Heureusement, l’Alpha put constater que personne n’était dans les environs quand ça arriva… Par contre, ils ne tardèrent pas à rappliquer. Rapide comme l’éclair, Mugen se releva, et alla lui aussi hurler sur Asch – mais pas pour l’engueuler, loin de là :

« Va vers la rivière ! »

Il lui indiqua bien sûr la direction, derrière le pavillon principal, la véritable maison de Mugen. A vrai dire, personne ou presque n’y allait jamais, pour une raison qui demeurait obscure. Une sorte de respect pour un coin du jardin qui était du coup quasiment réservé à l’Alpha. Bref, c’est cette partie du domaine qu’il indiquait à Asch, avant d’aller à la rencontre des enfants qui arrivaient en courant :

« Restez ici ! Retournez au dôjô, c’est rien, j’vous expliquerais. Tout va bien… »

Bien sûr, libre à eux de le croire ou non, mais la plupart des gamins lui obéirent sans demander leur reste. Evidemment, Mugen ne pouvait pas convaincre aussi facilement des gamins comme Kengo ou Rebecca, mais même eux ne cherchèrent pas à aller plus loin. Et grand bien lui fasse, l’Alpha ne voyait qu’à peine leur expression haineuse sur le visage. Il était bien trop occupé à se focaliser sur Asch et ces explosions de couleurs autour de lui.

Une fois les gamins écartés – étroitement surveillés par Jen qui était venue en renfort – Mugen alla de nouveau voir Asch, mais cette fois, il ne fit pas l’erreur de dire quelque chose : ça ne serait sûrement pas très utile de toute façon. A bonne distance, il attendit juste de voir comment les choses allaient évoluer, et si Asch serait capable de se calmer tout seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 848

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Lun 27 Sep - 20:24

Il voyait, mais ne regardait rien. Il entendait mais n'écoutait rien. Ses sens se heurtaient au mur d'une incompréhension profonde, car tout son conscient était tourné vers les flux de chaleur. Trop nombreux à bouger... Asch n'était plus capable de faire attention à quoi que ce soit d'autre. Il paniquait, et chaque seconde qui passait le faisait paniquer plus encore. Et si quelque chose, ou bien quelqu'un arrivait? Le paysage était étrangement calme autour de lui, à quelques ondulations près là où l'air était devenu trop chaud. Toute cette déferlante d'énergie... Qui était invisible de tous, sauf de l'Alpha. Et si les enfants arrivaient...? Horreur! Comment faire pour stopper ces choses? Comment faire pour marcher, faire un pas? Comment faire pour penser? Sa bouche s'ouvrait et se refermait tandis qu'il oubliait même ce qu'il était censé articuler. Il avait le regard vide. C'était pire qu'une transe... Un drogué n'aurait pas été plus atteint que lui en ce moment même.

Sur le côté, il put voir des petites silhouettes s'approcher.. Des sons... tout cela mit bien du temps à monter jusque dans les couches de son esprit... Les flux continuaient de danser autour de lui telles des flammes, ou des fouets de feu... Les gamins... NON! MERDE! Un gémissement inarticulé lui échappa, alors qu'il réussissait à tourner - avec peine - un regard terrorisé du côté des petits, qui risquaient fort de se prendre un retour de "flammes" si ils approchaient trop.

".. S... St..!"

Un cri parvint à recouvrir l'appel des flux qui l'empêchait de penser correctement. Une phrase, qu'il mit bien une dizaine de secondes à assimiler. Chaque son se détacha dans son esprit... Puis les sons devinrent syllabes... Les syllabes devinrent difficilement mots... Et les mots devinrent sens, ce qui avait encore été plus dur. Rivière..? Le doigt pointé... Par un quelconque miracle, l'urgence de la situation lui permit de retrouver assez de self-control pour qu'il comprenne ce que Shôryû lui disait. Il tourna lentement la tête du côté indiqué... Rivière..? Eau... Froid... Éteindre...

Il n'en fallut pas plus. Il tenta de prendre un élan en avant... Et manqua de se vautrer façon maki mutant sans son algue. Il avait oublié comment faire fonctionner ses jambes. Un cri de détresse plus tard, il força ses muscles à lui obéir, ferma les yeux, et soudain eut l'impression d'avoir des roues à la place des jambes: Ses mécanismes de survie s'étaient enclenchés. Son cœur était glacial, comme sur le point de rompre. La terreur lui gelait les entrailles alors même que les flux auraient du le réchauffer. Ses vêtements étaient de partout lacérés. Le pull et le gilet n'étaient plus que de vagues souvenirs qui ne couvraient plus que 40% de ce qu'il aurait fallu couvrir... Dommage, fort dommage, vu ce qu'il s'apprêtait à faire.

Ses yeux étaient clos, il avançait telle une flèche et aurait facilement pu se prendre un arbre si il en avait rencontré un sur le chemin. Ses flux suivaient derrière lui, tel un cortège enflammé. Les végétaux qu'ils touchaient étaient instantanément carbonisés, ou bien prenaient feu, selon la puissance du flux qui les touchait. Est-il utile de préciser que Asch ne se posa pas de question quant au domaine qu'il était en train de profaner..? Arrivé à la rivière, il plongea. Ou plus précisément se vautra dedans sans aucune grâce, l'urgence étant telle qu'il n'avait pas le luxe de sembler classe, là...

Il y eut un gros plouf, suivit d'un énorme PSSSSSCCCCCCCHHHHHH qui avait dû s'entendre, même de loin. Un énorme nuage de vapeur d'eau s'éleva, transforma la rivière en source chaude. Les vapeurs étaient brûlantes... Mais les courants ramenaient de l'eau glaciale du fond de la rivière. Le liquide gelé prit Asch aux tripes, et il eut soudain l'impression qu'il allait pouvoir s'accrocher à un iceberg.

Un cri déchirant lui échappa, car le froid lui faisait plus mal que toutes les putain de douleurs qu'il avait déjà connu. Et pourtant... Il s'était déjà bien estropié, durant son enfance. Il manqua de boire la tasse, et toussa comme un dératé tandis qu'il battait des bras dans l'eau, par pur instinct de survie. Ses membres s'engourdissaient et il se sentait sombrer dans un sommeil de mort. Les flux s'étaient rétractés au moment de toucher l'eau, et leur température avait subitement baissé. On aurait dit les tentacules d'une bestioles qui rentraient se ranger bien à l'abri dans leur coquille, après avoir reçu une sérieuse blessure. Le froid... C'était le seul moyen pour lui de couper court de manière radicale à la danse mortelle de ses flux. Sauf que maintenant.. Sa température corporelle descendait à vue d'œil, et ça devenait inquiétant.

Par chance, il parvint à avancer jusqu'au bord. C'était de la chance, oui, car il n'était pas assez maître de lui même pour l'avoir fait totalement consciemment. Il s'accrocha à la terre meuble comme à une planche de survie, mais il n'avait même plus assez de forces pour réussir à se hisser sur le bord. Ses ongles s'enfonçaient dans la terre, et il glissait.

Vêtements déchiqueté, mouillés, et corps tremblant comme une feuille,, Asch allait finir par se noyer pour de bon si on le laissait à son sort. Des hoquets lui échappaient à l'occasion, lui rappelant que ses poumons avaient du mal à fonctionner. De la vapeur d'eau continuait à s'échapper de la rivière, même si il y en avait moins, maintenant... Bigre. Son niveau avait dû baisser de quelques bons centimètres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Lun 27 Sep - 21:40

Mugen avait bien fait cette fois. Il avait fait le bon choix en indiquant la rivière à Asch, et en arrêtant les mômes qui venaient voir si tout allait bien. Une fois le lieu sécurisé et les gamins repartis au dôjô, l’Alpha prit le chemin de la rivière, tout en sachant à quel point le passage d’Asch avait été dévastateur. Il ne lui en voulait pas d’avoir abîmé ce lieu qu’il affectionnait tant : ce n’était pas de sa faute de toute façon. Cela dit, se jeter dans la rivière n’était peut-être pas la meilleure solution pour Asch…

Le bruit de la vapeur quand il se jeta dans l’eau était assourdissant. C’était quelque chose de jamais vu… jamais entendu même… Si ce n’était son inquiétude, Mugen en serait juste abasourdi devant un tel spectacle. C’était juste… si beau ! Mais il se dépêcha de courir vers la rivière, où il trouva Asch dans l’eau. La première chose à laquelle l’Alpha pensa fut sa température corporelle dangereusement basse : il devait faire vite ! Une fois sur place, il prit Asch par le poignet, et le remonta jusqu’à ce qu’il soit complètement sur la berge. Mais valait quand même mieux pas qu’il reste comme ça : sa température continuait de descendre en flèche.

« Désolé. »

Oui, parce que ce qu’il allait faire, Asch n’allait pas forcément l’apprécier en fait. Il prit Asch dans ses bras, comme une mariée, et l’emmena jusque chez lui, dans son pavillon. Il grimpa rapidement jusqu’au troisième, jusqu’à la salle de bains, et il déposa Asch dans la baignoire, qu’il se mit à remplir d’une eau très chaude pour le réchauffer. Alors que le pommeau de douche déversait son liquide brûlant, Mugen s’assit sur le bord de la baignoire, et soupira de soulagement en voyant la température d’Asch remonter à nouveau.

Il avait eu vraiment peur. D’abord pour lui, ensuite pour les gamins, et enfin pour Asch. Il n’aurait pas du le provoquer, et perdre son calme. Mais voilà, quand on parlait d’Erik, Mugen ne pouvait rester aussi impassible qu’il l’était en temps normal. Il en devenait nerveux, irritable, susceptible, et trop sensible. Il se détestait quand il était dans cet état, mais il ne pouvait pas s’en empêcher. Et la réaction d’Asch l’avait juste… trop bousculé. Mais maintenant, en le regardant comater dans l’eau chaude, Mugen regrettait ses paroles. Finalement, c’était lui qui était responsable de ce qu’il venait de se passer…

« Ca va mieux ? »

Osa-t-il demander d’une voix un peu faible, et véritablement inquiète. Il se demandait bien pourquoi il prenait autant soin d’un mec avec un caractère aussi merdique. Etait-ce là encore une réminiscence d’Erik, comme s’il s’était réincarné en Asch !? Non, cette idée était vraiment stupide. Erik était mort, il ne reviendrait jamais, sous aucune forme que ce soit. Et puis, ce serait une insulte pour Asch que de le considérer seulement comme un Erik n°2. Malgré leurs ressemblances, ils étaient deux mecs tout à fait différents, ne serait-ce que par leur caractère… Mugen soupira. Parfois, la douceur et la gentillesse désintéressée d’Erik lui manquaient atrocement.

Perdu dans ses pensées, Mugen attendit simplement qu’Asch aille mieux, qu’il retrouve ses esprits. Il n’avait pas pris la peine de le déshabiller dans sa hâte, mais il n’était pas sûr que les fringues d’Asch valaient encore quelque chose de toute façon. Ah, ça devenait sportif de vivre au domaine ces temps ci ! Mais l’Alpha restait penaud, silencieux. Il avait envie de s’excuser pour ses malheureux mots, mais ne savait pas vraiment comment le faire… Plutôt que de se viander, il préférait rester muet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 848

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Lun 27 Sep - 22:46

Bon, il était en train d'agoniser. Pardon Elye! Pardon Opale! Monde cruel! Que tes griffes froides l'entrainent dans tes tréfonds et lui offre la paix, à lui et tous ceux qu'il ne risquerait plus de blesser...! Ou pas. Houlà... Asch était vraiment frigorifié. Il était sur le point de lâcher prise et de se laisser couler lorsque Shôryû arriva pour le secourir. Asch ressentit un soulagement intense alors qu'on le hissait hors de l'eau. La chaleur de l'extérieur irrigua bientôt sa peau, qui fut parcourue d'un frisson d'agrément mais... C'était loin d'être suffisant. Ses fringues étaient morts, mais ce qu'il en restait était gorgé d'eau glaciale. Asch tremblait tellement qu'on aurait presque dit qu'il était en train de convulser, sur le sol. Et peut-être cela s'en rapprochait-il...

Autant dire qu'il se fichait bien de la manière dont on allait le traîner ailleurs. Il était à peine éveillé, à peine conscient. Ses yeux quasiment révulsés roulèrent dans leurs orbites, avant de se tourner sur Shôryû, qui venait de le soulever.

"Gnn.. nn... NnnNNn..."

Il essayait de parler mais ses mâchoires refusaient de s'activer. Pas très grave, car lui même ne savait pas trop ce qu'il avait essayé de dire. Il était totalement confus, dans le flou. Son esprit était paralysé par le froid à l'instar de son corps. Ainsi lorsqu'il atterrit dans la baignoire, il ne comprit pas bien ce qu'il se passait. Pas mieux lorsque l'eau brûlante commença à couler sur lui, d'ailleurs... Par contre, les vagues de chaleur se mirent d'un coup à l'irradier, et sans en avoir conscience, Asch lâcha un gémissement qui devait sans doute représenter son soulagement... Au fur et à mesure que l'eau montait, sa température fit de même. Les tremblements baissèrent, puis cessèrent. Il cessa de hoqueter et son souffle devint plus stable, plus régulier. Les flux, qui semblaient être gelés, coincés à l'intérieur de lui, commencèrent progressivement à retrouver leur chaleur normale, ainsi que le chemin de ses doigts. Bientôt ils vinrent chatouille ses ongles, et s'étirèrent sur quelques centimètres.. Juste de quoi faire bouillir l'eau à l'endroit où était posé sa main. D'une quelconque manière, cette "douche froide" lui avait permis de recouvrir les mécanismes de contrôle qu'il avait mis si longtemps à acquérir, même si durant son sommeil, ils n'étaient pas encore parfait.

Une voix qui lui semblait venir d'un autre univers retentit alors, pour lui demander si il allait mieux, ou pas. Il fronça les sourcils, quoiqu'il fut encore incapable de bouger plus. Et l'une de ses réponses bâteaux échappa à ses lèvres de manière totalement incontrôlée. Mécanisme de défense, quand tu nous tiens...

"Szahal aaaire..?"

Oui.. Ca avait à peu près eu l'air de ça. Restait maintenant à le traduire en langage articulé... Ou peut-être à attendre que Asch reprenne ses esprits, en fait. Cela arriva au bout de quelques minutes. Il cligna des yeux, et grogna, avant de tirer une main de la baignoire pour tenter de se redresser. Ses flux étaient parfaitement rentrés dans ses mains et ne frémissaient plus qu'à peine.

"Oh bordel..."

Chaud, froid, chaud... Rien de mieux pour choper la crève! Enfin... En l'occurrence, ça lui avait plutôt donné la migraine. Il porta une main à son crâne non sans grincer des dents. Puis il finit enfin par s'interroger au sujet de... tout ça. Que s'était-il passé exactement? Ses souvenirs étaient totalement flous...

Perplexe, il constata qu'il était dans une baignoire chaude, qu'il se sentait à moitié malade, qu'il arrivait de nouveau à se contrôler, et... Qu'il avait un Alpha qui tirait une tête bizarre, plus ou moins au dessus de lui, alors qu'il flottait dans une baignoire, quasiment démuni de ses fringues. En d'autres circonstances, ça aurait pu le gêner. Là... Il se rappela plutôt des détails. Les flux qui avaient pété un câble, les gamins, et la rivière. Puis le trou noir. Asch soupira. Le genre de soupir bien lourd qui trahit une certaine culpabilité. Après avoir brièvement observé Shôryû, Asch posa les yeux sur l'eau du bain, véritablement choqué et honteux faute à ce qui venait d'arriver. Il avait encore manqué de provoquer une catastrophe... Il n'était vraiment qu'un boulet, et dangereux de surcroît!

"... Désolé... Ca a bien failli recommencer..."

Non, il n'avait pas tellement remarqué l'air penaud de son supérieur. Ou plutôt, il n'avait pas su l'interpréter. Il s'apprêtait à se faire ouvertement incendier, plus qu'autre chose. Du genre "Hahaha! Je te l'avais bien dit que ça finirait par arriver, tout ça parce que tu as pas fait ce que je t'ai dit!". Asch aurait accepté les critiques sans broncher, parce que là, il trouvait vraiment qu'il craignait. Si jamais il avait tué l'un des enfants par inadvertance... Bon sang. Il n'aimait peut-être pas les gosses... Mais en buter un par accident... Il ne s'en serait juste pas remis. Même pour lui, l'enfance revêtait encore une signification trop importante. Il ramena à lui ses genoux, et croisa les bras dessus pour fourrer son visage dans le creux ainsi formé. Mais qu'allait-on faire de lui, hein..? Telle était la question...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Mar 28 Sep - 9:33

Asch était vraiment dans un sale état : c’était même étrange de se dire que rien que le froid pouvait faire ça. Les scientifiques avaient du boulot : la magie et son fonctionnement étaient loin d’être évidents et même logiques parfois. Mugen soupira, et attendit, le cul posé sur le rebord de la baignoire, que l’esprit d’Asch refasse lentement surface. Imperceptiblement, son esprit se concentra sur les filaments de chaleur d’Asch, qui n’existaient désormais plus, comme si d’un coup, la bête avait du rétracter ses tentacules en vitesse. D’un côté, ça le rendait encore plus inquiet. Et puis lentement, la chaleur revint dans les doigts du rouquin, et des fils d’une température relativement faible firent leur apparition, faisant bouillir l’eau à cet endroit. Etrange pouvoir… Mais hypnotisant pour quelqu’un qui voyait uniquement en terme de chaleur.

L’Alpha osa quand même demander si ça allait mieux, chose à laquelle Asch répondit difficilement… mais avec ironie. Bon, ça devait pas être si grave que ça alors ! Mugen ne put s’empêcher de sourire, rassuré quelque part d’avoir dans sa baignoire toujours le même bon vieux Asch avec son air bougon et râleur. Cela dit, il ne lui répondit rien, lui laissant le temps d’émerger quand même. Il avait sûrement du être au bord de l’évanouissement quand il l’avait trouvé dans la rivière, et ça expliquait le temps qu’il mettait à refaire surface… au sens figuré hein.

Asch laissa échapper un juron, que Mugen entendit à peine : il était trop occupé à penser au fait qu’il était directement responsable de ce qu’il venait de se passer. Il avait été imprudent en provoquant le rouquin, et des gens auraient pu être blessés. Asch lui-même aurait pu y rester : une rivière à 7°C c’était hyper violent pour lui… Mugen ignorait juste qu’à quelques centimètres de lui, Asch faisait exactement la même promenade sur le chemin de la culpabilité. On n’était pas rendu.

Et soudain, la voix d’Asch s’éleva à nouveau, tout ça pour… s’excuser ? Mais c’était à Mugen de le faire ! L’Alpha répondit donc rapidement, d’une voix pourtant faible :

« C’est ma faute, j’aurais pas du m’énerver. »

Ouais mais voilà, quand on touchait à Erik, sujet sensible, Mugen avait tendance à arrêter de réfléchir. C’était pas très cool, mais c’était comme ça. D’ailleurs, il n’avait pas encore eu le temps de s’arrêter sur un détail pareil – qui pour lui n’en était pas un – mais de voir son jardin privé à moitié carbonisé lui ferait sûrement un drôle d’effet. Et l’endroit où Asch s’était jeté dans la rivière… C’était là que…

Le visage de Mugen se renfrogna, et il tourna la tête, comme s’il boudait. Il ne pouvait pas lui en vouloir, bien sûr, mais il ne pouvait pas s’empêcher d’avoir du ressentiment, même s’il savait que ce n’était pas juste de penser comme ça. Il soupira, et se prit le front entre le pouce et l’index, alors qu’il sentait une migraine prête à lui foncer dessus. Cette journée n’était vraiment pas de tout repos, alors que c’était censé être, justement, sa journée de repos. Quelle poisse… !

« Tu peux rester ici autant de temps que tu veux, au moins le temps de récupérer tes 40°C normaux. Si tu veux quelque chose dis-le. »

Le ton de Mugen était doux, presque lassé : il s’en voulait pour son emportement qui avait failli causer une catastrophe. Il avait largement sous-estimé les pouvoirs d’Asch et le degré de maîtrise qu’il allait lui falloir pour les contrôler entièrement, mais en contrepartie, il avait pu en détailler les différents filaments… Enfin, il était peut-être encore un peu tôt pour parler de ça à Asch, il venait à peine de reprendre ses esprits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 848

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Mar 28 Sep - 11:53

(j'ai fait ce que j'ai pu avec une bande de braillards autour XD)

Asch était bien parti pour se flageller. Ce qu'il craignait le plus avait fini par arriver, même si il n'avait fait aucune victime. Il avait eu de la chance, mais il avait maintenant la preuve que ses peurs étaient fondées: ce n'était pas de la paranoïa. Un instant de déconcentration, et il risquait de faire des dégâts inacceptables. Ces flux étaient un véritable fléau... Il soupira. Une chape de plomb venait de tomber sur ses épaules. Enfin. Une plus lourde encore que celle qu'il transportait depuis qu'il avait développé ces pouvoirs stupides, bien sûr.

Puis Shôryû ouvrit la bouche et... Ne hurla pas. Au contraire, même, sa voix n'avait pas son assurance habituelle. Il... Prenait la faute sur lui? HEEEEIN? Asch releva la tête subitement, pour l'observer, estomaqué. Merde! Pour une fois que Asch assumait ses torts sans aucune once de mauvaise foi... Voilà que l'Alpha se mettait à déblatérer n'importe quoi. Asch aussi, s'était énervé. Qu'avait-il essayé de prouver? La vérité, sans doute... Mais il aurait mieux fait de s'expliquer calmement.

"... Moi je me suis énervé alors que je savais pertinemment que ça pouvait arriver. Je sais pas... J'aurais dû dire ça autrement. Non vraiment... J'ai merdé, cherchez pas."

Une moue contrariée déforma sa bouche, et il se concentra sur un point, loin, devant lui. Il se frotta le front d'une main. Quelque part, cette situation le dérangeait, et il ne savait pas pourquoi... Ca le mettait sur les nerfs d'entendre Shôryû s'excuser... Il n'aurait jamais cru que ce genre de truc arriverait un jour. Surtout pas un jour où Asch ne serait pas heureux de l'entendre... Enfin, bon... C'était pas tellement le sujet, en fait. Cette proximité était accessoire et totalement superficielle. Inutile d'être destabilisé pour si peu... Asch n'était tout de même pas assez con pour s'offusquer de ça dans un moment pareil.

Maintenant que la panique était partie, restait une peur sourde qui lui tordait les entrailles. Il tremblait encore un peu et ce n'était plus le froid, mais les nerfs, plutôt. Putain de merde... Ca allait vraiment mal finir cette histoire. Il était un danger public. Shôryû était totalement cinglé de l'héberger chez lui...

Ignorant totalement le dernier commentaire de l'Alpha, Asch se laissa retomber dans l'eau jusqu'au cou. Disons plutôt qu'il s'étala comme une grosse merde, ayant perdu jusqu'à la volonté de bouger d'ici.

"... Vous savez, je pense vraiment que vous devriez arrêter ça... C'est de la folie. Il y a trop de monde ici... Ca va se terminer sur une catastrophe."

Il resta silencieux quelques secondes, incapable de formuler son idée, qui pourtant lui semblait excellente... Peut-être la seule bonne qui soit, en fait.

"... Je pense que vous devriez me renvoyer à Epic Jail. Echangez ma place avec ma soeur... Elle le mérite bien plus que moi, de toute façon. Vous savez... Elle n'a jamais fait de mal à personne..."

Sa voix se brisa. Elye avait fait partie des informateurs de l'organisation... Elle s'était contentée de parcourir Shangyu - et d'autres villes - de long en large pour se mettre au courant de tout ce qui se tramait. Actualités, rumeurs.. Bref. Elle ne méritait pas d'être retenue en otage. C'était extrêmement injuste, en fait, que Asch vive dans un domaine aussi luxueux, et qu'elle... eh bien... Asch n'en savait rien, en fait. Après ce qui venait de se passer... Asch ne voulait pas rester ici une journée de plus. C'était insoutenable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Mar 28 Sep - 15:38

La réponse d’Asch au semblant d’excuse de Mugen surpris ce dernier, de telle façon qu’il ne put s’empêcher de le montrer. Il fit un léger mouvement de tête, et entrouvrit la bouche, alors qu’Asch lui disait qu’il devrait arrêter… Arrêter quoi ? C’était bien en apprenant à maîtriser son pouvoir que ce genre de catastrophe n’arriverait plus ! Mugen était peut-être un peu secoué par les derniers évènements, mais dans l’absolu, il n’avait pas changé d’avis. Et peu importe qui avait énervé qui en premier : Mugen lui aussi connaissait les risques, et avait quand même continué à emmerder Asch. Que ce dernier n’ait pas pu se retenir ne relevait pas de sa responsabilité, pour l’Alpha.

« Je pense plutôt qu’on devrait vraiment t’entraîner. J’ai juste jamais dit de le faire ici, hein. »

Mugen n’était pas complètement con non plus, entraîner Asch ici au milieu des gamins c’était prendre des risques pour rien. L’Alpha se foutait d’être blessé par un mage qui n’arrivait pas à se maîtriser, mais refusait que quelqu’un d’autre prenne au passage. Et surtout pas un gosse. Non, il avait pensé l’emmener dans un endroit vraiment isolé, un peu plus loin le long de la rivière, et l’y entraîner là-bas. Comme ça, si Asch perdait le contrôle, il pourrait toujours diriger la chaleur vers la flotte, ou au pire, faire ce qu’il avait fait : se jeter dedans. Hmm… Mugen allait devoir prévoir des couvertures chauffantes très performantes s’il faisait ça. Voir même… une bouilloire géante.

Enfin, ils n’y étaient pas encore, et pour l’instant, la bouilloire géante c’était la luxueuse baignoire personnelle de Mugen. Il ne l’utilisait pas souvent, en fait, préférant de loin la rapidité d’une douche. Mais parfois, oui, il se laissait aller à détendre son corps musclé et meurtri de militaire dans cette grande baignoire de pierre noire. Pas mal de filles auraient tué pour pouvoir être à la place d’Asch là. Sauf que lui, il voulait pas y être. Non, il voulait retourner à Epic Jail… Enfin, ‘vouloir’ est un bien grand mot, il ne le voulait pas vraiment, il pensait juste que ce serait mieux. Sauf que…

« Hors de question. Je sais qui elle est et ce qu’elle a fait, mais voilà… C’est peut-être cruel, mais ce n’est pas elle qui m’intéresse, c’est toi. »

C’était loin d’être une déclaration, bande de yaoistes acharnés, mais c’était pourtant la vérité. Mugen avait décidé de relâcher Asch parce qu’il avait senti un potentiel énorme dans son pouvoir, et que le laisser pourrir à Epic Jail serait bien dommage pour le Gouvernement. Oui, c’était pas cool de vouloir ainsi se servir d’un mec qui avait peine à se définir lui-même comme mage, mais c’était pourtant l’idée de départ. Après, Mugen n’était pas non plus complètement manipulateur, et était prêt à donner de son temps et de sa personne pour qu’Asch puisse contrôler son pouvoir. Dans l’absolu, ce qu’il en ferait ne regarderait que lui. Mais voilà, Mugen n’avait vraiment pas l’intention de garder Asch du côté de ses ennemis.

« Le fait que tu sois un mage est la raison principale de ta libération, et c’est pour t’apprendre à contrôler ta magie que je t’ai fait venir ici. En partie, bien sûr… parce qu’au début, valait mieux avoir un œil sur toi. »

Façon de parler. Mais ce que disait Mugen, entre les lignes, c’était que désormais, la surveillance d’Asch n’était plus sa priorité. C’était plutôt l’apprentissage de la maîtrise de ses pouvoirs qui l’était, si seulement le rouquin voulait bien se laisser entraîner…

Enfin, l’Alpha n’avait pas tout dit non plus. Cette ressemblance avec Erik, cette analogie qu’il ne pouvait s’empêcher de faire depuis que Goenel en avait parlé, empêchait Mugen de laisser partir Asch. Comme si, d’un coup d’un seul, il avait retrouvé un vieil ami… C’était stupide, mais c’était pourtant ce qu’il ressentait, inconsciemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 848

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Mar 28 Sep - 21:40

(je tiens plus debout j'espère que c'est cohérent)

Entraîner... Entraîner... L'Alpha n'avait-il que ce mot à la bouche? Il avait bien vu, pourtant, ce que ses flux faisaient! Etait-il suicidaire..? Nom d'un chien! Asch n'en revenait pas. Il siffla entre ses dents, et fronça les sourcils, plutôt mécontent qu'ils soient déjà là-dessus après ce qui avait manqué d'arriver.

"Je ne parle pas d'entraînement! Je parle de perte de contrôle! En considérant la possibilité absurde que je puisse finir par maîtriser ce bordel... Combien de temps faudra t-il pour que ça comporte suffisamment peu de risques? J'ai le temps de tout faire péter je vous l'assure!"

M'enfin bon! Asch exposa sa théorie sur Epic Jail, en espérant obtenir une réponse ne serait-ce qu'un peu favorable. Mais bien entendu, ses espoirs étaient vains... Shôryû avait décidément des idées bien arrêtées à son sujet... Asch s'affaissa encore un peu plus dans la baignoire, et soupira. La douleur se lisait dans ses yeux, mais aussi dans la manière dont il venait de souffler. Ca lui pinçait le coeur méchamment, cette affaire... Elye était retenue contre son gré alors même que l'Alpha ne s'intéressait pas à elle. Oui, c'était cruel, du moins si Shôryû n'avait pas tant de griefs que ça à son égard.

"Dites moi que vous avez d'autres raisons que de pouvoir me faire chanter... Pour la retenir..."

Asch n'était pas franchement heureux d'apprendre que Shôryû l'avait choisi avant tout parce qu'il maniait la magie. Etre un mage... Une curieuse phrase que voilà, et qui l'avait fait tiquer malgré lui. Asch était un mage et n'y pouvait pas grand chose... C'était bel et bien la vérité. Et pourtant... Pourquoi le terme lui semblait-il si étrange..? Toute cette affaire était d'une ironie des plus acides. Asch avait été élu pour des capacités qu'il considérait comme une malédiction. Enfin bon... Cette discussion n'allait pas les mener bien loin. Asch savait que Shôryû était aussi têtu que lui... Et qu'il était largement en position de force. Asch ne retournerait pas à Epic Jail. Il resterait au domaine, quoiqu'il arrive. Et si il voulait diminuer au maximum les chances de déclencher une catastrophe...

A contrecœur, le jeune homme releva la tête, et se décida:

"Très bien. Si il n'y a que ça... Allez-y, entraînez moi si ça vous chante. Mais... Même si je suis pas pas gêné de vous demander ça, je voudrais que vous me promettiez trois choses."

Il était pas gêné, mais d'un autre côté, l'Alpha lui demandait de surmonter quelque chose d'extrêmement difficile. Asch voulait certaines garanties...

"... De un, si ça ne porte pas ses fruits, promettez moi que vous me renverrez à Epic Jail et que vous libérerez Elye comme je vous l'ai demandé. De deux... promettez moi que vous ne ferez pas de connerie. De trois...Faites en sorte que ces abrutis de mioches s'approchent pas."

Euh... Soudain, Asch se rendit compte que ça faisait un peu trop.. Comment dire. Il sentit ses oreilles virer écarlate, et tourna les yeux sur le côté, tandis qu'il marmonnait entre ses dents:

"... Ils me tapent sur les nerfs!"

Histoire de sauver les meubles. Qu'on aille pas croire que Asch aimait les enfants! Il les détestait, les haïssait, avait envie de leur coller des baffes et des sourdines pour ne plus avoir à les supporter. Mais... Même ainsi... La dernière des choses qu'il souhaitait, c'était leur mort. Peut-être y était-il plus attaché que ce qu'il voulait bien penser, tout compte fait, à ces gosses stupides..? Plutôt mourir que d'avoir à faire cet aveux! (ou même que d'avoir à y repenser, ce qui l'aurait forcé à se remettre en question. )

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Mer 29 Sep - 15:54

Oui, le pouvoir d’Asch était suffisamment puissant et effrayant pour le rendre nerveux. Il mettrait sûrement un temps fou avant de le maîtriser totalement, mais ce n’était pas une raison ne pas essayer. Justement, il valait mieux qu’il s’y mette dès maintenant, même si c’était risqué. Sur ce point, Mugen n’avait pas du tout changé d’avis.

« On ira près d’un plan d’eau au cas où tu perds le contrôle. Je ne me fais pas d’illusions de toute façon, ça va sûrement arriver, autant s’y préparer. »

Autant physiquement que psychologiquement d’ailleurs. Et c’était bien de cette préparation là qu’Asch manquait en fait. Mugen savait à quoi s’attendre, et il était prêt à assumer les risques. Quant au temps qu’il mettrait avant d’obtenir des résultats…

« Il faudra le temps qu’il faudra. »


L’Alpha n’eut pas le courage d’en rajouter, cette phrase se suffisait à elle-même. Asch en avait de toute façon sûrement marre de l’entendre répéter toujours la même chose. Mugen était têtu : il fallait bien que le rouquin accepte sa défaite sur ce point. Il sembla le faire d’ailleurs, non sans évoquer la possibilité, d’abord, de retourner à Epic Jail, en échange de la liberté de sa sœur. Hélas, les choses ne fonctionnaient pas ainsi. Elye n’avait aucun intérêt pour Mugen, et il le lui en fit part très clairement. Alors, à la question d’Asch, il ne put répondre que de façon neutre et pragmatique :

« Bien sûr : elle reste membre d’une organisation terroriste jugée illégale, même si l’Opale Maudite n’est pas particulièrement violente. »

Enfin, ils avaient quand même tenté de le kidnapper, hein ! Alors, comme Elye avait travaillé pour l’Opale, même pour un rôle de reconnaissance, elle avait été jugée et enfermée à Epic Jail pour complicité dans une affaire de terrorisme. Elle avait beau n’avoir tué personne, c’était quand même pas mal grave comme chef d’accusation.

Mais Asch n’avait pas l’air d’avoir besoin d’autres arguments pour enfin céder face à l’obstination de Mugen. Il accepta d’être entraîné, mais posa trois conditions. Si ç’avait été quelqu’un d’autre, dans d’autres circonstances, le Despranon aurait trouvé ça plutôt gonflé de poser des conditions. Mais voilà, c’était Asch, avec son pouvoir de grosbill et sa maîtrise merdique de toute cette puissance… La dangerosité de l’aventure faisait qu’on pouvait bien lui accorder des faveurs en échange de cet entraînement. Mugen trouvait ça d’ailleurs plutôt normal, en fait.

Il écouta donc les propositions d’Asch, et la dernière le fit sourire doucement. Il hocha la tête lentement, une fois que le rouquin avait fini, pour donner son accord.

« C’est ok ! Par contre… Dis moi juste ce que tu veux dire par ‘fais pas de connerie’ ? Pas que j’en fasse souvent mais… »

Mais elles avaient un peu tendance à se multiplier en ce moment, oui… Comme si l’Alpha commençait à perdre son calme, comme s’il n’arrivait pas à s’adapter à Asch. En même temps, il avait toujours été solitaire, et voilà qu’il décidait d’accueillir un autre homme adulte sur son territoire, le tout pour l’entraîner… Il avait des malus en relations sociales, et jouait les psychologues ? Ouais, forcément, ça n’allait pas être facile tous les jours ! Mais si Asch était d’accord pour s’entraîner à condition qu’il ‘ne fasse pas de connerie’, c’était d’accord. Mugen ferait attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 848

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Mer 29 Sep - 16:42

Asch n'arrivait pas à se rendre compte de ce qu'il venait de faire... Il venait d'accepter d'utiliser ses pouvoirs, dans le cadre d'un entraînement dirigé par le mec qu'il était censé ne pas pouvoir voir en peinture... Cela lui là même qu'il était censé éviter comme la peste, oui. Et le pire, c'est que de devoir passer (encore plus) de temps avec Shôryû ne le dérangeait quasiment pas, par rapport à la perspective de relâcher ne serait-ce qu'un peu le contrôle qu'il avait sur les flux. Asch était très loin d'être certain de réussir à baisser un peu ses barrières plutôt que de le faire en entier. Ce truc était trop bizarre. C'est comme si il avait fallu tourner à droite pour aller à gauche... Il ne devait pas "pousser" les flux à l'extérieur, mais les retenir plus ou moins à l'intérieur.

Pour sûr, Asch n'était pas psychologiquement prêt à perdre le contrôle une fois de plus. Ca lui foutait les boules, un truc de fou. Il était encore effrayé comme un gamin là... Rien que de penser à ce qui s'était passé quelques minutes avant. Et si la rivière n'avait pas été là, hein..? Omondieu. Mieux valait ne pas y penser.

Sans grande surprise, l'Alpha refusa de le renvoyer d'où il venait - alias une prison relativement peu accueillante mais où, au moins, la magie était inexistante. Pour ce que ça valait... Il se sentit un peu moins mal lorsque Shôryû lui expliqua que la capture d'Elye n'avait pas pour unique but de le faire chanter. Asch s'en doutait un peu, mais bon... C'était toujours bien de l'entendre. Même si ça ne le consolait pas vraiment en fait... Raisons ou pas raisons, sa sœur était captive, et la situation était limite en train de lui faire un ulcère...

"L'Opale n'est pas une organisation terroriste. Enfin... Elle ne l'était pas... Jusqu'à... Je dois vous dire... Je comprends pas bien ce qu'il s'est passé en fait..."

Asch fronça les sourcils. Sur l'instant où on lui avait dit qu'il allait participer à la capture d'un membre éminent du gouvernement - l'Alpha, ni plus ni moins - il avait été exalté, surexcité, et n'avait pas réfléchi aux conséquences d'un tel coup d'éclat... Mais maintenant qu'il y repensait... c'était vraiment bizarre. Ca n'était pas dans leurs manières habituelles, mais alors pas du tout... Enfin. Il soupira et passa dessus. Ils avaient plus important à faire, et à dire.

Comme ses arguments au sujet d'Epic Jail avaient été repoussés, Asch fit la dernière chose qu'il pouvait faire dans un cas pareil: Accepter tout en imposant quelques conditions qui lui permettraient de réussir à dormir la nuit - c'était déjà ça. Il retint son souffle le temps d'une réponse... Et ressentit un soulagement intense, lorsque son interlocuteur accepta. Ainsi... Si ses efforts venaient à être vains, on le reconduirait en prison, et Elye resterait saine et sauve. Et ni Shôryû, ni les habitants du domaine ne devraient subir les conséquences de son manque de contrôle, si l'aveugle respectait les deux autres promesses. Les épaules de Asch se détendirent... Enfin. Du moins, jusqu'à ce que la prochaine question fuse. En toute franchise, il aurait préféré s'abstenir de définir clairement sa notion du "ne pas faire de conneries". Mais bon...

"Bah... Vous voyez bien.. !"

Non..? Vraiment pas..? Zut, dommage. Asch allait devoir se mouiller. Quoique... C'était déjà un peu beaucoup fait, en fait. Il était dans la flotte jusqu'au cou, au sens propre. Au sens figuré, remplacez la flotte par quelque chose de plus consistant et nauséabond.

"... Rien de suicidaire, quoi. Vous avez vu ce que ça donnait. Si vous faites de la merde même vous n'aurez pas forcément le temps de limiter les dégâts... Vos ye... Euh... la magie, vous préviendra pas à temps. Je ne vous aime pas, mais ça ne signifie pas que je veux vous voir mort."

C'était bon..? C'était assez clair? Hahaha...! Tant mieux. Espérons que le "je ne vous aime pas" avait bien été compris, et entendu, au même degré que tout le reste...! Même si... en fait, Asch se sentait un peu mal d'avoir dit un truc pareil. Il se sentait souvent mal quand il mentait là où il n'avait pas été obligé de le faire... Mais pourtant, ça n'avait rien d'un mensonge, si..? Pourquoi son cœur continuait-il de battre la chamade de toute façon..? L'accident était terminé. Plus besoin de paniquer! Sa température corporelle devait être revenue à la normale - ou pas loin - hum. Il... aurait mieux fait de sortir, et d'aller chercher de nouveaux vêtements. Tout mouillé et presque à poil.. Il ne s'en rendait compte que maintenant mais... C'était pas le top d'être dans un état pareil, alors qu'il y avait du monde... et même si le monde en question était assez aveugle pour se foutre considérablement de sa tenue.

"... Hm. Je pense que ça devrait aller là..."

.. Et de se redresser, pour sortir de la baignoire. Il frissonna, frigorifié au contact de l'air pas froid... Mais quand même beaucoup moins chaud que l'eau dans laquelle il venait de tremper. Glaglagla... et son reste de vêtement pissait l'eau de partout. Si il sortait comme ça il allait rincer la salle de bain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Mer 29 Sep - 19:15

La discussion touchait lentement à sa fin. Asch acceptait ce que voulait lui imposer – pour son bien et celui des autres – Mugen, et ça n’avait pas été sans mal. Alors, l’Alpha pouvait bien répondre honnêtement aux interrogations du rouquin, qui étaient de toute façon légitimes. Tout d’abord concernant Elye, sa sœur, toujours retenue à Epic Jail, et objet principal du chantage dont Asch était victime. Il aurait bien voulu échanger sa place avec elle, mais voilà, ça n’aurait pas servi les intérêts du Despranon et du Gouvernement qu’il représentait. Donc, non, hors de question. Le tout en précisant que de toute façon, elle pouvait rester en prison uniquement par le fait d’appartenir à une organisation comme l’Opale Maudite.

Ce que lui répondit Asch l’intéressa soudain. C’est vrai que l’Opale n’avait pas eu l’habitude de faire autant parler d’elle il y un certain temps… Quelque chose avait du se passer. Mugen reviendra sûrement sur le sujet une autre fois : il était curieux de savoir ce qu’il avait bien pu se produire pour que l’organisation en devienne irréfléchie à ce point.

Mais en attendant, il avait besoin de précisions sur les conditions, surtout celle de ne pas faire de connerie. Comme quoi !? Asch n’avait pas été bien clair là-dessus, et Mugen voulait donc comprendre là où il voulait en venir. Quand le rouquin lui répondit, gêné, l’Alpha ne put s’empêcher de sourire. Ouais, au fond, ça devait être un type bien cet Asch… Derrière la façade glaciale – quelle antithèse pour un mage comme lui ! – et entre les pierres d’un puis sans fond de son caractère de merde. Cela dit, Mugen ne put s’empêcher de se sentir embarrassé par sa dernière phrase. Ca le mettait mal à l’aise de savoir qu’Asch ne l’aimait pas. Bien sûr que c’était le cas, mais il était pas obligé de le préciser ! Ca rappelait à l’Alpha qu’il retenait Asch ici contre son gré, et qu’il n’y avait aucun lien d’amitié en eux, malgré ce que les apparences pouvaient en dire.

« Ok ok… Je ferais attention. »

La voix de Mugen était calme, posée. Il avait compris, il n’essaierait pas de jouer avec le diable, promis. Le simple fait de savoir qu’Asch ne voulait pas sa mort le confortait dans son idée : jamais il n’aurait proposé un entraînement à un mec qui aurait pu vouloir le tuer de sang froid. De toute façon, Mugen voyait les mouvements de chaleur – et pouvait donc repérer s’ils étaient suspects ou non. Et puis, le sang d’Asch était loin d’être froid, en fait. Le seul risque que Mugen courait en étant avec lui était celui qui s’était produit plus tôt dans la journée : la perte de contrôle, et l’explosion totale. Et ça n’avait rien d’intentionnel.

Asch semblait être resté suffisamment longtemps dans sa bouilloire pour vouloir en sortir. Mugen savait que sa température était revenue à la normale, mais s’il sortait comme ça, non seulement il allait foutre de l’eau partout – et Mugen n’avait pas que ça à foutre de nettoyer, Jen non plus – et se chopper une pneumonie. Pas la peine de faire un remake de Shangyu ! Rapidement, Mugen attrapa une grande serviette blanche, accrochée sur un séchoir chauffant, et la lui donna.

« Tu devrais enlever ce qu’il reste de tes fringues avant d’essayer de sortir de là. »

Ca sera toujours ça de flotte en moins sur le carrelage, hein. C’était pas qu’il était maniaque hein, mais voir une fine couche d’eau sur le sol, quand les deux sont à la même température, c’était pas forcément évident. Et glisser là-dessus, c’est à coup à se casser le coccyx bêtement. Mugen y tenait, à ses fesses, quand même.

« Ca va aller ? »

Ah oui, parce qu’il comptait pas non plus s’en aller. De une, l’immense pièce n’avait aucune cloison qui séparait salon et salle de bains, et de deux, même s’il y en avait une, elle n’aurait servi à rien : Mugen le verrait de toute façon. C’est bien pour ça qu’elle n’existait pas, cette foutue cloison !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 848

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Mer 29 Sep - 22:50

Bon. La vie d'Elye contre la sienne si les choses tournaient mal, la sécurité des enfants garantie par leur éloignement, et Shôryû qui ferait attention! Tout était bien qui finissait bien (?), ou du moins au mieux de ce qui était possible. Asch abandonna ici le combat: on lui avait concédé son "lot de consolation", alors il s'en contenterait, en espérant qu'il serait suffisant.

Préférant oublier son trouble vis-à-vis de l'Alpha, de la situation, et du mensonge - qui n'aurait pas dû en être un! - qu'il venait de formuler, Asch se redressa et voulut s'empresser de sortir de la baignoire. L'Alpha le stoppa dans son élan, avec une remarque des plus pertinentes. Il aurait mieux fait de retirer ses fringues avant de tenter de sortir. Ah... Ouais. En effet. Asch tiqua, puis observa brièvement les dites fringues qui étaient en train de faire un remake des chutes du Niagara. Vu comme ça...

"... Pas con. Hm."

... Ca le dérangeait juste de se désaper devant Shôryû, en fait. Oui... C'était totalement stupide. L'Alpha était aveugle. C'était pas comme si il risquait de voir grand chose à sa nudité... Qui de plus n'aurait absolument pas dû être déstabilisante, entre eux. Nan..? Bref. Asch fit une drôle de tête pendant un court instant... Puis il se résigna. Il n'avait pas envie d'avoir l'air ridicule, ni de passer pour une sainte nitouche. Pour cette même raison, il ne demanda pas à l'Alpha de se barrer le temps qu'il sorte et s'enroule dans sa serviette... Il aurait vraiment eu l'air con de demander un truc pareil. Si il pouvait accepter d'entraîner ses pouvoirs avec Shôryû... Il pouvait bien réussi à se désaper devant lui, sachant que de toute manière ça ne signifierait absolument rien pour lui, nan...?

Asch finit par se racler la gorge, et passa sans mot dire ses restes de fringues par dessus sa tête. Il les posa sur le bord de la baignoire, mais de sorte à ce que ça ne goutte pas de partout. Il retira aussi ses chaussures et... en fait, il retira tout, sauf son boxer. Ouais... Y avait des limites à ce que sa stupide pudibonderie pouvait accepter. Puis en plus, le boxer était assez élastique et près du corps pour se contenter d'être humide plutôt que de dégouliner.

Il récupéra la serviette offerte par l'Alpha, qu'il avait posée sur le bord de la baignoire aussi. Puis il la mit sur ses épaules et commença à avoir moins froid. Ouf...

"Pas de souci, ouais."

Il tremblait comme une feuille, mais c'était devenu habituel chez lui! Asch frotta la serviette contre ses épaules, puis décida de sortir de là avant de continuer à se sécher. Comme cette situation le rendait vraiment TRES mal à l'aise, pour une raison X ou Y... Eh bien il tenta de meubler le silence. Peut-être aurait-il mieux fait de se concentrer sur ce qu'il était en train de faire... Il passa une jambe par dessus le bord de la baignoire et... Oh, merde.

"Vous pensez commencer quand sinon, exactem... ARR... G.. !"

La malédiction du maki mutant était de retour!! Ou presque. En passant par dessus le bord, Asch était parvenu - comme un con- à se prendre le pied dans un de ses vêtements foutus - ou même un de ses foutus vêtements en l'occurrence... Tant et si bien qu'il était en train de se casser la gueule en avant, avec risque de se fracasser sur le sol à l'arrivée. Nouveau type de suicide..? Nan, nan... Juste une maladresse extrême qui lui procuraient le choc, et le froid. Bon ben avec ça Asch et Mugen auraient chacun eu leur moment de ridicule... A condition que Asch n'achève pas le sien sur un traumatisme crânien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Jeu 30 Sep - 19:00

Bon, tout était bien qui finit bien. Asch avait consenti à suivre des cours pour maîtriser un pouvoir qui pour l’instant lui semblait incontrôlable. Mugen y veillerait et prendrait aussi soin de l’emmener loin du domaine, loin des enfants… Loin de tout autre être humain, en fait. On n’était jamais trop prudent, hein ! La conversation s’éteignit ainsi, lentement, alors que ni Asch ni Mugen n’avaient plus rien à dire.

A vrai dire, la piqûre de rappel concernant Elye avait peut-être précipité les choses. La situation de la sœur d’Asch n’avait rien d’enviable, mais Mugen avait su trouver les mots – ou du moins était-ce l’impression qu’il en avait. Le rouquin n’insista pas vraiment et se résigna à accepter les conditions imposées par Mugen concernant la détention de sa sœur. Bref, il allait falloir quand même mettre un terme à cette scène de bain, ce qu’Asch s’apprêtait à faire.

Ouais, mais avant de foutre de l’eau partout, Mugen lui fila quand même une serviette, et l’idée de se déshabiller avant de sortir, sinon la salle de bains allait se transformer en piscine. Et l’Alpha en avait déjà une, de piscine ! Conciliant, l’homme ne sembla pas contester, et Mugen se décolla de la baignoire comme pour s’en éloigner. Asch voulu alors sortir du bain… Et là, c’est le drame.

Cet imbécile se prit les pieds sur le rebord de la baignoire, d’une façon que même Mugen n’arrivait pas à expliquer. Ce dernier se précipita, n’ayant pas envie de ‘voir’ le sol de sa salle de bains repeint en rouge graisseux façon cervelle. Enfin, c’était surtout qu’il s’était plutôt bien démerder pour amener Asch ici et le faire vivre plus ou moins harmonieusement dans le domaine, ce serait con que ce crétin se tue si stupidement ! Tout ça pour dire que l’Alpha se jeta pour rattraper Asch, et que, CDGH, ils se retrouvèrent au sol comme des cons dans les bras l’un de l’autre :

« Ca va ? »

Mugen ne semblait pas gêné par cette situation outre mesure : pour lui, il venait juste de sauver un rouquin d’un traumatisme crânien qui aurait sûrement été bien sévère. Ca l’emmerdait juste de devoir – encore une fois – toucher Asch, lui qui d’habitude préférait éviter tout contact. Mais il fallait croire que depuis qu’il lui avait foutu une rouste le jour où il avait essayé de l’enlever, Mugen était condamné à entrer en contact avec lui : un coup il devait le porter à travers tout Shangyu, un coup il devait le sortir de la flotte sous peine de le voir crever d’hypothermie sous ses yeux – magiques… Limite si Asch ne le faisait pas exprès d’ailleurs ! M’enfin, là n’était pas l’important pour l’Alpha, qui voulait juste savoir s’il avait évité la casse.

Parce que lui, par contre, il avait mal. Il avait fait un faux mouvement avec son poignet gauche, et ses genoux avaient salement heurté le sol. Rien d’assez douloureux cependant pour lui arracher un cri ou une grimace : c’était un militaire, un chien de combat, pas une chochotte édulcorée élevée à l’eau de Cologne ! Il finit d’ailleurs par se relever, relevant Asch avec lui, et constatant les dégâts :

« … Bon. C’est pas comme si j’étais déjà pas mouillé… »

Bah oui, pour avoir amené Asch de la rivière jusqu’à la baignoire, Mugen s’était trempé tout le t-shirt, qui venait pour le coup de reprendre une couche de flotte. Heureusement que l’Alpha n’était pas frileux hein !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 848

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Ven 1 Oct - 13:26

Blam. Alors que Asch s'attendait à se casser la gueule par terre lamentablement, à se péter trois dents, et à potentiellement ne pas se réveiller, il heurta quelque chose de chaud et termina sur le ventre plutôt que sur la tête... Et dans l'étreinte d'un Alpha qui ne se rendait décidément pas compte du potentiel véritablement CDGH de la situation, là, ouais. Et si Asch n'avait pas non plus fait le lien lorsque il s'était retrouvé dans cette situation la première fois - vous vous rappelez? Le presque suicide que Mugen pensait avoir évité? - Eh bien... Ah ben non, en fait. Il commença par ne pas y penser non plus, un peu trop honteux de s'être viandé comme un con pour se soucier des détails.

"Merde! Désolé!"

Dans la précipitation il tenta de se redresser, mais là il ne savait plus trop où il foutait ses mains, si bien que ses doigts ripèrent contre les fringues mouillées de l'Alpha, et vraisemblablement contre son flanc, au passage. Une main sur le sol, Asch se décolla un peu de Shôryû, et c'est là qu'il se rendit compte que, quand même... Il était légèrement presque à poil, allongé sur un mec prêt à participer à un concours national de T-shirt mouillé. Et c'est seulement là qu'il se rendit compte de l'ambiguïté de la situation, qui le fit buguer un bon coup.

Observant sans mot dire l'aveugle, il ne put s'empêcher de détailler son visage. Ça faisait un moment qu'il se demandait ce qu'il y avait derrière ces lunettes noires mais... Là, ce n'était plus ce qui l'intéressait prioritairement. Cette chaleur humide qu'ils échangeaient malencontreusement... C'était, euh.. Hein? N'importe quoi! Asch devint écarlate, accordant ainsi son teint à la couleur de ses cheveux. Aaah! Putain! On allait dire qu'il avait vraiment la honte de s'être ramassé comme il l'avait fait hein... C'était rien que ça! Oui, oui. Il avait vraiment eu l'air très TRÈS con, et ça suffisait à expliquer cette chaleur qui s'était engouffrée dans ses joues et ses oreilles pour leur faire gagner deux bons degrés. Quand Asch rougissait en vrai, il rougissait aussi en vision thermographique, c'est ça qu'était bien...

... Enfin, ça dépendait pour qui hein.

"Je.. Ouais ça va je... Juste que c'était très bo... TRÈS CON. Mais bon répétez le et je raconte comment vous vous êtes vautré à Shangyu hein..."

Il disait ça, mais il était même pas crédible. Fallait voir comment il bafouillait. Cette fois, même si Asch refusait d'accepter la réalité... Shôryû n'allait pas pouvoir faire autrement que de la constater. Et Asch allait devoir nier encore plus fort qu'il ne l'avait jamais fait, parce que putain, si la suite ne prouvait pas définitivement qu'il avait des penchants spécifiques...

Oui, parce que le corps de Asch avait réagi de manière bien étrange à cette brutale sortie de douche. Pas de beaucoup, mais son seul vêtement semblait avoir rétréci un peu. Ou pas. Oh nom, d'un chien. C'était les DIFFÉRENCES de TEMPÉRATURE. Ouais! Exactement! Il avait un organisme SPÉCIFIQUE qui ne réagissait comme AUCUN autre organisme humain! Regardez! Sa température corporelle normale était à 40°C tout pile! Ça pouvait aussi expliquer certains autres trucs! HAHAHA... haha ... Ha. Kof kof. Asch se releva de lui-même, rejetant l'aide de Shôryû... Parce que bon. Ça suffisait, là, hein. Il s'était déjà assez ridiculisé comme ça. Asch avait peur que quelqu'un ait l'idée saugrenue de rentrer dans la salle de bain et de constater que... Bah que... Bref. Même si bon, il y avait peu de chance quand même. Puis il se rendit compte que la vision thermographique de Shôryû devait suffire pour que ce dernier ait une vue très claire de la situation. Oups.

"....................... Oui bah allez vous rhabiller hein! Je vais faire pareil!"

Quel empressement, tout d'un coup... Mais.. Merde. Même si il savait que la distance ne changerait pas grand chose, étant donné les pouvoirs du brun, Asch préférait ne pas l'avoir sous le nez pour le moment. Ça allait lui être suffisamment difficile d'oublier ce passage tragique sans que le protagoniste du dit passage soit dans son propre champ de vision, qui lui, était normal.

Asch ramassa la serviette - trempée, maintenant... super - et l'accrocha autour de sa taille comme si ça allait y changer quoique ce soit. Il était tellement gêné en fait - même si il essayait tant bien que mal de ne pas le montrer, et de garder son sang froid - qu'il faisait un peu n'importe quoi... Les flux dépassaient légèrement de ses mains - de quelques millimètres - faute à son agitation. Et comme il était trempé, de la vapeur d'eau semblait lui sortir de la main gauche. Charmant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Sam 2 Oct - 11:55

Décidément, Mugen et Asch se retrouvaient toujours dans des situations étranges, un peu CDGH, à croire qu’ils le faisaient exprès, ce qui n’était évidemment pas le cas. Asch n’avait bien sûr pas coincé son pied dans le rebord de la baignoire juste pour avoir un Mugen qui se jette sur lui pour l’empêcher de venir manger ses dents contre le carrelage. Ce dernier commençait à s’habituer à ce genre de choses, c’est pas comme si l’avait pas déjà pris dans ses bras dans le but de l’empêcher de se jeter d’une fenêtre… Enfin, c’était quand même un peu beaucoup pour le Despranon, qui n’avait pas dans ses habitudes de poser ses mains sur les autres. Et encore moins de les serrer contre lui… même dans ce genre de but humanitaire.

Bref, l’étreinte accidentelle arriva rapidement à son terme, alors que Mugen se relevait, redressant en même temps un Asch qui semblait avoir du mal à le faire seul. Limite l’Alpha n’aurait pas eu sa vision thermographique qu’il aurait remarqué le trouble certain du rouquin, qui bredouilla quelque chose qui n’avait non seulement ni queue ni tête, mais qui était en plus bien inutile. Patient, le Despranon prit une serviette pour se sécher – se demandant s’il devait retirer son t-shirt ou pas – tout en l’écoutant… Et les informations thermiques qu’il pouvait avoir sur l’individu en face de lui l’incitèrent à garder ses fringues.

« Non mais c’est bon, j’vais le dire à personne… »

Le ton était très clairement celui du ‘calmos, je m’en fous que tu te tôles pour rien !’ : non mais c’était vrai, c’était débile ce qu’il disait le Asch ! Perplexe, Mugen mis la serviette autour de son cou, ne pouvant vraiment se résoudre à ses déshabiller devant un homme qui réagissait aussi violemment à juste une chute évitée de justesse. Et maintenant qu’Asch parlait de Shangyu, l’Alpha se souvint qu’il s’était quand même changé quasiment devant lui, ne pouvant voir ses réactions. Ouais bah à l’avenir, il éviterait hein.

Mais évidemment, il fallait qu’Asch lui intime d’aller se rhabiller. Ah ouais, là ici et maintenant ? Mugen n’y croyait pas trop. Il esquissa un sourire, avant de répondre simplement :

« J’sais pas, c’est peut-être risqué de me changer devant toi. »

Il n’y avait aucune hostilité dans ces paroles, ni même aucun dégoût. Juste l’amusement profond d’un Mugen face à un spécimen de la catégorie ‘homosexuel’ – ou juste ‘frustré sexuellement’ – chose qu’il n’avait pas spécialement l’habitude de côtoyer. Resté très calme, il ajouta – et peut-être n’aurait-il pas du :

« Tu sais, tu devrais te trouver une petite-amie, quitte à payer pour. »

Sur ces paroles, Mugen tourna les talons, et alla jusqu’à une armoire, où il gardait des fringues quand il avait la flemme d’aller les monter jusqu’aux énormes placards de sa chambre, à l’étage du dessus. Il aimerait bien se changer oui, mais il n’y avait aucune cloison dans cette salle de bains, qui de toute façon, avait été construite pour lui, et pour lui seul. Ce serait de la faute d’Asch si Mugen se choppait une pneumonie à force de garder des fringues mouillées sur lui. M’enfin…

« Je vais me changer en haut. »

Mugen avait changé d’avis. Il faisait style de ne rien trouver à son goût dans cette armoire là, et quitta en fait l’étage, pour aller à celui juste au-dessus, une autre immense pièce avec juste quelques placards – bien grands quand même – et son lit. Il pouvait se changer sans tenter Asch, qui manifestement n’était pas tout à fait hétéro, et aussi sans le gêner, même si de là où il était, il pouvait le ‘voir’. Enfin, tout ça c’était dans la tête d’Asch, parce que ce que voyait Mugen n’avait rien de bien différent avec les moments où il était habillé. Pour lui, voir un mec habillé ou pas ne changeait pas grand-chose. Sans oublier que ce genre de pensées libidineuses ne lui traversaient quasiment jamais l’esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 848

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Sam 2 Oct - 13:47

Bon... tout allait bien, on allait se calmer, hein. Asch allait retourner gentiment dans ses quartiers, Shôryû aussi, tout le monde allait se rhabiller dans son coin, se calmer, et ensuite on verrait potentiellement ce qu'on ferait au sujet de cette histoire d'entraînement. Mais déjà... Euh... Un, deux, trois. L'information mis quelques secondes à monter jusqu'à son cerveau.

Alors comme ça c'était peut-être risqué de... quoi? De se changer devant lui..?

... Il lui fallut le temps d'être sûr que c'était bien ce qu'il pensait. Le sous-entendu gay était assez clair pour que même lui le comprenne... Et gagne encore deux bons degrés au niveau du visage, tandis que sa mine tombait en déconfiture. Dommage pour Shôryû qu'il ait été aveugle, il aurait bien rigolé sinon, rien qu'à voir la gueule que tirait Asch. L'aveugle devrait se contenter des 44°C de joues et d'oreilles de la bouilloire sur pattes. L'homosexuel refoulé homophobe mis face à ses démons au moment où il s'y attendait le moins, car il n'aurait jamais pensé l'Alpha capable d'une boutade de ce genre...

C'était super discret, et super crédible, aussi. Asch se récria sur un ton assez outré pour laisser entrevoir ce qu'il pensait des relations entre hommes - Nan il aimait pas ça! Qu'on laisse son cul tranquille, merde! Ces gens là pouvaient vivre mais il ne voulait rien avoir à faire avec eux!

"Vous insinuez QUOI, là, exactement..??!"

... Nan mais! Vraiment quoi! Cet abruti se fourvoyait complètement! Asch n'était PAS gay! Et si il était un peu... Un peu excité, là, c'était PAS à cause de Shôryû! Sûr qu'il y avait une explication logique et rationnelle... C'était forcément son organisme qui réagissait étrangement aux changement de température soudains... Ça avait été froid dehors parce qu'il poireautait comme un con... Puis très chaud durant "l'accident"... Très froid dans la flotte... Chaud dans la baignoire, et froid en en sortant. Eh! C'est qu'il en subissait des chocs thermiques! Et si chez lui ça mettait en branle ses hormones hein? On savait pas!

... C'est cela ouiii... C'était absolument pas crédible, mais Asch s'accrochait à cette hypothèse comme à une planche de survie! De la naïveté..? Nan, moins que de la mauvaise foi sans doute. Mais il était si fort en mauvaise foi qu'il parvenait presque à se convaincre tout seul.

Le prochain commentaire de l'Alpha aurait dû rassurer Asch, qui aurait dû en profiter pour appuyer l'hypothèse de son hétérosexualité définitive mais... Ahem. Le souci, c'est que parler de petite-amie avec Asch... C'était légèrement beaucoup tabou. Ca lui rappelait la honte qu'il s'était payé lorsqu'il avait tenté d'en prendre une parmi les multitudes de nanas qui l'avait abordé à Shangyu - cherchez pas, les filles sont folles: Elles voient un type qui fait peur, tatoué et piercingué de partout, les cheveux rouges et l'air badass genre je te file une torgnole tu perds ta tête, et elles veulent sortir avec. Le résultat n'avait pas été brillant... Asch n'avait juste pas réussi à lui faire quoi que ce soit. Il avait eu beau faire tout ce qu'il avait pu... il avait juste été incapable de ressentir la moindre envie. Bon, il était un peu con aussi, il ne s'était pas forcément mis dans les bonnes dispositions... Mais il tentait tellement de se convaincre qu'il était ce qu'il n'était pas que... eh bien, ça n'avait pas été minable... Ca avait juste été "inexistant".

Il se tourna subitement pour aller récupérer ses fringues mouillées, encore sur le bord de la baignoire... Et ce faisant, il ne put s'empêcher de gueuler:

"J'en ai pas besoin! Et me faites pas chier avec ça, c'est pas vos affaires!"

Marrant, ce ton coupable qu'il avait... Un peu comme si il avait tenté de se justifier, alors que, en effet, c'était bel et bien ses affaires... Il n'avait de compte à rendre à personne, au moins à ce sujet. Il laissa Mugen partir et ne répondit pas lorsque ce dernier lui annonça qu'il allait se changer en haut. Asch n'avait même pas remarqué qu'il avait failli être spectateur d'une scène qui ne lui aurait pas forcément plu (?). Il s'était contenté d'essorer ses fringues machinalement de sorte à obtenir des... haillons humides. Une fois que ceci fini, il laissa tout retomber dans l'évier du lavabo, et posa ses paumes contre ce dernier. Il avait les bras tendus. Il laissa retombe sa tête en avant, avant de poser une main sur ses yeux. Il se sentait tellement honteux, là, qu'il avait bien du mal à s'en remettre... D'autant que les réactions de Shôryû l'avaient vraiment déstabilisé. Bordel... Mais qu'est-ce qu'il devait penser, maintenant..?

Et de rester ainsi de longues secondes, toujours aussi écarlate. Lorsque finalement le rouge de son visage baissa un peu, il se rendit compte qu'il aurait VRAIMENT mieux faire de partir... Il avait envie de tout, là... Sauf de rencontrer Shôryû à nouveau. Il avait l'impression qu'il allait crever de honte si ce dernier en venait à se trouver de nouveau sous ses yeux. Il attrapa ses bouts de fringues en morceaux et les enfila (si si). Il garderait la serviette par dessus... Mais ça devrait suffire pour quitter le pavillon. Il était encore gaugé, ses cheveux dégoulinaient d'eau maais... Juste pour traverser le parc et retourner chercher des fringues à son appartement, ça devrait passer, nan? Vraiment pas? Asch n'était pas très raisonnable. Mais ça n'était pas nouveau.

Il fit donc en sorte de ne pas laisser de traces de son passage, avant de partir à toute vitesse, et de sortir d'ici (ou du moins d'essayer). Au secours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alternative Future :: SIIRASTAN :: Séregon-