Encyclopédie
Présentations
Carnet de Bord
[RP]Siirastan
[RP]Mycra
[RP]Shizuku
[RP]Autres
Archives
AccueilFAQRechercherMembresConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Sam 2 Oct - 15:59

Mugen semblait avoir touché un point très sensible en parlant ainsi à Asch. Le pire étant… qu’il n’y avait vraiment pas mis le ton, et que lui dans son for intérieur du dedans de son cœur, il s’en tamponnait l’oreille avec une babouche qu’Asch soit gay ou non. Il ne se posait même pas la question d’ailleurs : qu’est-ce que ça aurait pu lui foutre ? Enfin, après ce court échange, Mugen n’avait même pas besoin de poser la question : vu la réaction véhémente et exagérée du rouquin, ce dernier était gay comme un pinson.

Ah, le Despranon préférait abandonner tout de suite. De toute façon, il n’avait eu besoin d’attendre les explications bredouillantes et maladroites d’Asch pour savoir que rien de tout ceci n’avait été bien innocent. Il avait une vision thermographique précise, et s’il avait envie d’affiner la résolution de l’image qu’il se faisait des ‘formes’, il n’avait qu’à y penser. Alors, pour lui encore plus que pour n’importe quel autre, il savait jauger l’ampleur de la catastrophe. Une catastrophe que le pauvre boxer d’Asch aurait bien du mal à contenir si elle devait se réaliser vraiment.

« J’insinue rien du tout, je constate. »

Bah oui, il avait une vision bien pratique pour certains trucs. Détecteur de mensonges sur pattes, que j’vous disais ! Enfin, peut-être ne s’agissait-il là que du résultat de la trop longue abstinence d’un homme habitué à voir défiler les filles – et/ou les mecs, pas de jaloux ! – dans son lit. Après tout, Mugen n’en savait rien. Lui était bien foutu, loin d’être moche, mais célibataire et aussi peu porté là-dessus qu’une grenouille sur la chimie organique, mais il était loin de penser qu’il y avait d’autres hommes comme lui sur cette planète. Bah si, la preuve. Asch, 24 ans, beau comme un dieu grec, foutu comme un mannequin de pub pour parfum, et aussi verrouillé du slip qu’une nonne. Faut vraiment de tout pour faire un monde…

M’enfin, Asch n’avait pas tort non plus. Ce n’était pas les affaires de Mugen que de savoir ce que ce faisait le rouquin avec son ‘instrument à capacité non négligeable à faire marcher en canard’. Donc, le Despranon abandonna bien vite, ayant tout de même le tact d’aller se changer dans sa chambre plutôt que dans la salle de bains, où il laissa Asch seul. Erreur fatale mon malheureux ! Règle n°1 : ne jamais laisser Asch seul ! Peu importe l’endroit ! Cet idiot, comme le constata Mugen qui enfilait un t-shirt sec et un vieux jean tout en jetant un œil magique à l’étage du dessous, remit ses fringues mouillées – ses haillons même, ça devait plus ressembler à grand-chose ces trucs maintenant – et s’en alla directement dehors. C’était une tentative de suicide, c’est ça hein ?

Mugen attrapa un gros pull qu’il ne mettait que quand il faisait moins vingt dehors et se précipita pour rattraper Asch dehors.

« Abruti !!! »

C’était vraiment sorti tout seul ça. Il l’avait lancé alors qu’Asch était à peine à portée de voix, et lui fila le pull non sans soupirer de manière à montrer son mécontentement certain.

« T’as le droit de m’engueuler quand je dis des conneries, mais je t’interdis de te mettre bêtement en danger ! Habille-toi merde ! »

Sa température était déjà descendue dans les 38, c’était vraiment pas malin de la part du rouquin de se balader presque à poil dehors. Vraiment, il était pire qu’un gamin, on pouvait vraiment pas le laisser tout seul sans qu’il fasse une connerie. Mais les conneries, malheureusement, c’était aussi la spécialité de Mugen qui ne put s’empêcher d’ajouter, un peu de mauvaise humeur :

« Tu devrais pas avoir honte de ce que t’es. J’parle de ta magie, bien sûr. »

Ouais bien sûr, et mon cul c’est du poulet !? Mais voilà, c’était quand même un sujet assez important pour que Mugen veuille en parler : autant éviter tout de suite les malentendus qui pourraient survenir ensuite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Sam 2 Oct - 17:05

Il insinuait pas, il constatait... Et gnagnagni et gnagnagna... Bien sûr, ouais. Mais non! C'était un accident malheureux! Ça n'aurait jamais dû arriver! C'était dû aux fréquents changements de température que...! Bon, d'accord. On avait compris.

Tout cela n'empêcha pas Asch d'être plus gêné que si il avait fait un pari et avait du chanter la chanson des bisounours déguisé en bunny boy... Pressé d'aller se rhabiller, il enfila ses fringues foutues - et mouillées - et prit donc le chemin de l'extérieur, se disant qu'il tiendrait bien les quelques minutes de marche qui le séparaient de son appartement...

Le froid de l'extérieur fut une véritable gifle, et il se mit instantanément à trembler. Il expira tout l'air de ses poumons et resserra la serviette contre lui, constatant qu'il aurait mieux fait de se sécher les cheveux, au minimum... Repousser tout cela à plus tard avait été une mauvaise idée. Il avait encore surestimé sa résistance au froid... Merde! Il en avait franchement ras le bol de ces pouvoirs à la con! D'un côté ça le rendait aussi dangereux qu'une bombe, et de l'autre, il tombait comme une mouche dès qu'il faisait moins de dix degrés quoi... La loose. Enfin bon... Puisqu'il avait commencé, il allait continuer, en espérant ne pas tomber dans les pommes sur le chemin.

Ou peut-être qu'il n'allait pas continuer, finalement. Il manqua de sursauter alors qu'il se faisait hurler dans les oreilles. Et de se retourner vers Shôryû qui d'un coup, comme par magie, était à sa hauteur... Asch ne l'avait pas entendu arriver. Aurait-il eu moins froid qu'il se serait senti plus gêné, peut-être... Mais la fraicheur avait coupé court depuis longtemps à ses envies mal placées. Là le seul besoin qu'il ressentait... c'était d'aller se fourrer dans un endroit chaud, quoi. Et n'allez pas penser mal hein surtout... Bon d'accord. CDGH.

"Ouais, je sais, on me le dit souvent."

Abruti, imbécile, idiot, casse-couille... Que des doux sobriquets dont on l'avait plus que souvent affublé dans sa vie. C'était un peu devenu ses deuxièmes prénoms en quelque sorte... Alors qu'il énonçait cela il avait cherché à paraître blasé... Et ma foi, ça avait pas été trop mal réussi, grâce au froid qui était en train de l'engourdir. Il tremblait vraiment beaucoup maintenant... Et pour cette fois, il savait que l'Alpha avait parfaitement raison. Il soupira, et prit sans broncher le pull "généreusement" prêté.

"Bon, ça va! ... Je pensais pas que je gèlerais si vite... J'ai pas encore pris l'habitude... C'est vraiment la merde."

Il lui fallait des excuses aussi, ou bien ça irait comme ça..? Ah bah non. En fait, l'Alpha préférait enfoncer le clou d'une manière bien plus vicieuse, et qui fit douter pendant un court instant du sujet abordé par l'aveugle. Il cessa de respirer et de bouger pendant une seconde... Avant de souffler enfin, rassuré en un sens que ça n'ait pas été ce qu'il avait pensé durant un quart de seconde. Asch enfila le pull sans tarder, parce que l'air de rien, on se les caillait, ici. La lueur affolée de son regard s'éteignit, pour ne laisser place à aucune autre trace de vie. Asch en avait de la chance... Il était à la fois un homosexuel refoulé qui aimait pas les homosexuels, et un mage refoulé qui aimait pas les mages. Ces deux états de fait le perturbaient - l'un depuis plus longtemps que l'autre - mais le dernier était tout de même bien plus grave. Ce qui expliquait son brusque changement d'humeur...

"... Franchement, j'ai aucune envie d'en parler."

Voilà. Il était habillé, même si il avait toujours froid et qu'il continuait de trembler. Il frotta ses bras avec ses mains, et regarda ailleurs... Sans pour autant bouger. Et maintenant..? Pourquoi ne se bougeait-il pas le cul pour rentrer? Il allait pas rester ici éternellement quand même! Il était toujours aussi trempé...

Asch réussit à se motiver pour contourner l'Alpha et reprendre sa marche en direction de son appartement. Après, il n'interdisait personne de le suivre, même si il n'avait pas vraiment envie de discuter... et que certains détails fâchaient encore un peu trop pour qu'il soit parfaitement à l'aise en présence de Shôryû.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Sam 2 Oct - 18:21

Ouais, les pouvoirs d’Asch avaient pas mal d’inconvénients, mais si on suivait la loi de l’échange équivalent, les avantages devaient aussi être nombreux et pas peu intéressants ! Si seulement le rouquin savait maîtriser cet immense pouvoir qu’il avait entre les mains. Ou plutôt, au bout des doigts. En attendant, il restait extrêmement sensible au froid qui régnait dans le monde extérieur, et s’obstinait à sortir en petite tenue. Il se les gelait déjà en pull, que croyait-il donc !? Mugen alla donc le rattraper pour lui filer un pull : c’était le minimum vital pour Asch !

Ce dernier maugréa, bien évidemment. Le jour où il serait vraiment de bonne humeur, souriant et affable, Mugen crierait à l’imposteur. Ca ne l’empêcha pas de lui donner le vêtement, et que l’autre l’accepte sans trop broncher. Petit up dans la jauge de relation… avant le grand gouffre. Le Despranon ne pouvait vraiment pas s’empêcher de parler de certaines choses avec Asch, des sujets qu’il vaudrait mieux éviter parfois. Mais voilà, la philosophie de Mugen c’est la franchise et le crevage d’abcès : il préférait mettre certaines choses au clair avant que les malentendus ne s’accumulent malgré eux. La réponse d’Asch fut catégorie, quoique pas trop colérique. Mugen hocha la tête, résigné. De même, quand Asch s’en alla, il le laissa partir.

Il avait en fait remarqué deux silhouettes s’approcher, et préférait que ces deux gamins n’entendent pas ses conversations avec Asch : pas qu’elles contiennent des informations top secrètes, mais ça ne les regardait pas, tout simplement. Il les identifia rapidement : Roy et Hughes, deux jeunes gamins pleins de passion et plutôt doué en arts martiaux, même s’ils pêchaient côté combat à mains nues.

« Mugen ! Regarde comment ma petite-amie elle est belle regarde regarde !!! »

« Il est aveugle, crétin. »


Roy frappa sur la tête de Hughes, qui se baladait avec une photo de sa petite-amie donc. Mugen ne pouvait évidemment pas voir de qui il s’agissait, et n’avait pas envie de se taper une migraine juste pour faire plaisir à un chieur de môme. Heureusement que Roy était là pour tempérer les choses, et faire connaître à Mugen la véritable raison de leur présence :

« Mugen, Jen s’inquiète pour Asch et toi, vous n’avez pas été blessés, hein !? »

Il parlait de toute évidence de l’explosion de tout à l’heure, qui avait pu être entendue dans tout le domaine Shôryû. Sans oublier que Mugen avait du faire la sécurité avant d’aller chercher Asch… Il ne put s’empêcher d’esquisser un sourire :

« Vous en faites pas, tout va bien. Il faut juste qu’il apprenne à maîtriser sa magie. »

Hughes fit une grimace, comme si on venait de le frapper, laissant échapper un juron :

« Ca va pas être de la tarte ! C’est un truc de fou son pouvoir ! Et quand j’vois Roy qui se galère… »

« Hé, elles sont belles mes flammes !!! »

« Elles sont toutes petites, et ça fonctionne même pas sous la pluie ! »


Mugen rit de bon cœur et se permit de commenter :

« T’en fais pas Roy, ça arrive que le pouvoir grandisse en même temps que son manieur, ça viendra ! Et c’est aussi pour ça qu’Asch a du mal, il est déjà adulte. »

Sous-entendu, ses pouvoirs sont totalement développés, mais il ne les maîtrise pas du tout. Autant essayer d’apprendre à conduire dans une formule 1 lancée à toute vitesse, et ce sans personne pour vous expliquer ! Normal que le rouquin soit un peu perdu.

« Il fait la gueule ? »

Hughes savait parfois taper dans le mille. A côté de lui, Roy n’eut pas le moindre mouvement. Comme si c’était ça, la véritable raison de leur venue. Mugen haussa les épaules :

« Il va pas danser de joie, il a perdu le contrôle et a failli vous blesser, sans compter qu’il a aussi failli crever de froid. »

C’était un détail qu’ignoraient les gamins, et qui les rendit soudainement beaucoup moins méfiants. Mugen savait que même s’ils ne l’avouaient pas, ils étaient un peu effrayés par Asch, qui n’avait pas l’air très sympathique au premier abord. Mais là, Hughes semblait avoir changé d’avis :

« Faut l’aider alors ! »

« Tu vas l’entraîner où ? »

« C’est secret. C’est pas pour vous emmerder, mais ça peut être vraiment hyper dangereux, je veux pas que vous veniez. »


Les gamins, plus sages qu’ils n’en avaient l’air, inclinèrent la tête en signe d’obéissance, et prirent congé, prétextant l’heure : Jen servait les repas à heure fixe, et celui qui loupait l’heure n’aurait rien. Bref, aussitôt apparus aussitôt disparus les mômes. Quant à Mugen, ça l’avait décidé à aller voir Asch : autant commencer les entraînements dès maintenant. Il frappa donc à la porte de son appartement, sachant pertinemment qu’il était à l’intérieur, déjà habillé plus chaudement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Sam 2 Oct - 22:46

Asch continua donc d'avancer, soulagé en un sens que l'Alpha ne le suive pas, et ne lui adresse plus la parole. Il avait un peu trop pris cher dans la même journée, à tous les niveaux... Ça ne valait pas le week-end à Shangyu mais c'était pas mal quand même. Lorsqu'il vit - où entendit - les gamins arriver, il pressa le pas histoire de s'éloigner le plus vite possible. Non pas qu'ils puaient, hein... Mais Asch avait ses raisons de ne pas vouloir les approcher... Et ce n'était pas juste parce que de nature, il n'était qu'une grosse bête grincheuse. Il n'avait aucune envie de préparer du civet de mioche pour manger ce soir...

Asch n'entendit donc que le début de la discussion entre l'Alpha et les gamins. Tant mieux. Ils parlaient de lui et Asch n'aimait pas trop écouter, quand on parlait de lui comme lorsqu'il n'était pas là. C'était un peu bizarre à son goût, comme relation aux autres... surtout quand les "autres" étaient l'Alpha, en fait. Le peu qu'il entendit lui laissa une impression étrange.

Il cessa d'entendre quoi que ce soit juste après que Shôryû ait parlé à Roy de la chance qu'il avait d'avoir un pouvoir qui grandissait avec lui. Asch était déjà adulte et devait s'accommoder d'une maîtrise nulle pour un pouvoir déjà développé à son maximum... Cette pensée allait lui donner à réfléchir. Ou pas. Il aurait pu, mais il avait la flemme. Et puis il avait froid. Ses pouvoirs étaient handicapants, et dangereux. Cette constatation lui suffisait amplement tout compte fait...

Il se retrouva bien vite à l'appartement, où il prit directement le chemin de la chambre afin de choper des affaires propres. Il alla ensuite jusqu'à la salle de bain. Ouais, quand même... C'était sa priorité. Pas comme si il était fringué avec un pull appartenant à l'Alpha, et avec des haillons hachés menus, mais un peu quand même. Les haillons, passaient encore. Mais le pull... eh bien... Asch ne l'expliquait pas mais il n'avait qu'une hâte: le rendre son propriétaire. Les vêtements c'était un peu trop intime à son goût, en fait. Après ce qu'il venait de se passer, il préférait ne pas enfoncer le clou.

Il retira ses vêtements et mit à la poubelle les fringues foutues, avant d'entrer sous la douche: avec l'Alpha, il s'était contenté de tremper dans de l'eau chaude. Comme il était de nouveau gelé, autant qu'il en profite pour prendre une vraie douche savonneuse. Une fois ceci fini il sortit et entreprit de s'essuyer plus conséquemment que la première fois, et d'enfiler de nouvelles affaires. Cela fait, il mit les affaires encore en état au sale, et lança une machine afin de rendre les affaires prêtées dans un état à peu près correct. Il passa un coup de peigne rapide dans ses cheveux, sans quoi ils allaient devenir une broussaille - c'était chiant pour ça en fait d'avoir les cheveux un peu plus longs... - puis... Il se regarda dans la glace, et constata qu'il n'avait pas eu que des idées stupides, ces dernières semaines.

Il se déplaça, et ouvrit un placard, dont il sortit un sèche-cheveux spécialement acheté pour ce genre de cas de figure: Asch, en bon parano qu'il était, s'était dit qu'il était possible, finalement, que sortir les cheveux mouillés lui soit difficile dans certains cas, comme lorsqu'il faisait moins de 5°C. Là, la température extérieure n'était pas aussi basse... Mais il avait tout de même pris cher. Son achat se justifiait, finalement, quoiqu'il en ait longuement douté... Bon. Baptême de sèche-cheveux, donc. Non sans maugréer contre le sort qui l'obligeait à faire un truc pareil, Asch brancha le sèche-cheveux et commença à le passer sur sa tignasse histoire d'être rapidement sortable.

Il était en train de terminer lorsqu'il entendit quelqu'un frapper à la porte. Il ferma sans attendre le sèche-cheveux, et se retourna, tout en sifflant entre ses dents, contrarié. Il aurait vraiment préféré qu'on le laisse seul un moment, là... Mais bon. Il passa une main sur son visage, puis avança jusqu'à la porte d'entrée, qu'il déverrouilla, avant de jeter un œil à l'extérieur. Le froid s'engouffra sans attendre et lui arracha un frisson: avec le sèche-cheveux, il était dorénavant habitué à autre chose. La vision de l'Alpha derrière la porte ne fut pas une surprise, mais elle ne lui fit pas plaisir pour autant. Il l'observa avec une moue circonspecte, méfiante:

"Moui..? Vous aviez oublié quelque chose..?"

... Quelque chose lui disait que le sujet de cette visite ne serait pas si anodin... Mais bon. Quoiqu'il advienne, Asch avait donné son accord pour une chose. Le reste... Eh bien il pouvait toujours envoyer balader l'Alpha et ses questions si elles ne lui convenaient pas. Le corps d'Asch bloquait la porte entrouverte, de manière relativement peu accueillante. Par contre, il avait meilleure allure - même du point de vue de Mugen. Son corps avait retrouvé sa température normale, et ses cheveux, maintenant secs et brillants, étaient plus chauds qu'ils ne l'auraient dû, grâce aux restes du traitement qui venait de leur être infligé. Pareil pour le pull de Asch, qui contenait une chaleur bien deux degrés au dessus de la température corporelle du jeune homme. En fin de compte de son corps émanait la chaleur confortable de la douche, et il sentait encore bon le savon et le shampoing... Mais bien sûr, Shôryû n'allait rien en avoir à faire, hein, ce vil célibataire endurci - notons que cette dernière phrase est du fait de l'interface irl et non de son pauvre PJ qui préfèrerait éviter le sujet. Asch avait retrouvé son éternel pull col roulé, gilet sans manches et jean noir. Cette fois-ci le pull était beige, et le gilet de la couleur du jean... Des informations d'importance moindre pour Mugen, mais bon. Asch sortit une clope de la poche de son gilet, et la coinça entre ses lèvres avant de l'allumer avec son briquet: Il était nerveux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Dim 3 Oct - 13:06

Mugen s’y attendait à celle-là. En même temps, il lui avait quand même laissé le temps de prendre sa douche, et à sa grande surprise, de se sécher les cheveux. Bon gré mal gré, Asch commençait à prendre de bonnes habitudes par rapport à sa magie qui n’était apparue que très récemment. Avec sa constitution d’animal à sang hyper chaud, valait mieux qu’il sorte avec les cheveux mouillés, en effet. Bref, Mugen attendit tout ça pour frapper à la porte, et la réaction d’Asch ne l’étonna pas le moins du monde.

Il lui faisait la gueule, ça se voyait comme le joli 42°C de son pull. Mais Mugen n’avait pas de raison de lui en vouloir : il l’avait quand même bien cherché. Il l’avait asticoté sur son pouvoir, et ensuite, sur son orientation sexuelle ambigüe, et avait fini par faire les deux en même temps. Double kick combo tu peux pas test. Rien d’étonnant donc à ce que le rouquin lui gratifie d’une magnifique réflexion avec une voix blasée.

« Non… Mais puisque tu es prêt, je vais t’emmener sur le lieu de ton entraînement. »

Un ton ferme, mais pas réellement autoritaire. Un peu comme un parent annonçant à son enfant qu’il était l’heure d’aller à l’école maintenant. Bien sûr, c’était le ton le plus neutre que Mugen pouvait adopter : il n’était pas question de faire croire à Asch qu’il n’avait soudainement plus envie de l’entraîner, mais en même temps, il ne fallait pas non plus donner l’impression de l’obliger à le suivre – même si c’était un peu le cas. Pour ça, l’Alpha se surprit à vouloir le rassurer sur le déroulement du dit entraînement.

« Ca se passera sur un terrain d’entraînement des mages de bataille de l’armée, niveau sécurité je pense qu’on fait difficilement mieux. »

Et après tout, Asch avait légitimement le droit d’y aller et de s’y exercer puisque lui aussi, désormais, était un ‘mage de bataille de l’armée’. Et il l’ignorait, mais il était l’un des plus redoutables, même sans maîtriser totalement sa magie. Une fois que ce sera fait… Personne ne pourrait lui résister ! Sauf peut-être Ryûshirô, avec qui il ferait sûrement un double-KO bien épique… !

Mugen s’écarta de la porte, comme pour faire comprendre à Asch qu’il attendait qu’il sorte pour l’emmener jusqu’à sa moto. Il resta un moment silencieux, surveillant de son regard surnaturel le domaine, et être sûr qu’ils ne seraient pas suivis. Et quand bien même, personne d’autre qu’un autre soldat ne pourrait entrer sur le terrain. Le Despranon prendrait également soin de laisser une notice interdisant l’accès à toute personne, qu’elle soit du gouvernement ou non. L’entraînement n’avait rien de secret en soi, mais il était tout simplement hyper dangereux. Mais ça, Mugen n’allait pas enfoncer le clou en le rappelant à Asch. Par contre, il avait bien envie de lui faire savoir une petite chose, qui en soi, n’avait aucune espèce d’importance.

« T’étais pas obligé de laver le pull, mais bon, merci c’est sympa. »

OMFG. C’était juste hyper rare que Mugen parle comme ça. D’habitude c’est plutôt dans le genre ‘rha t’es con pourquoi tu l’as lavé !?’ mais apparemment, cette façon de faire ne plaisait pas des masses à Asch. Le Despranon ignorait pourquoi, mais c’était comme ça. Peut-être qu’il y avait une raison à cela, ou alors c’était juste son caractère qui le voulait, mais en tout cas, Asch faisait partie de la catégorie des gens qui s’améliorent quand on leur parle en termes positifs. Déconnez pas, l’inverse existe aussi, ça s’appelle des chieurs avec l’esprit de contradiction. Mugen en est une preuve vivante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Dim 3 Oct - 15:17

Un, deux, trois, le temps que ça monte au cerveau. L'entraînement. Ah, oui... Bon. Shôryû voulait commencer tout de suite, donc... Malgré ce qui venait juste de se passer. Asch soupira, franchement peu motivé à l'idée de risquer une seconde catastrophe dans la même journée... pourtant, il n'allait pas se plaindre. Il savait pertinemment que Shôryû ne lui proposait pas cet entraînement parce que ça l'amusait... Et encore pour moins pour occuper ses journées de repos. Il était d'une urgence extrême que Asch réussisse à contrôler ses pouvoirs, beaucoup trop bourrins pour quelqu'un qui ne maîtrisait rien. Pour beaucoup au gouvernement et parmi les partisans du gouvernement, sa mise en liberté devait paraître à la fois absurde et dangereuse... mais elle devait l'être encore plus aux yeux des densetsu. Il était assez bien placé pour en attester...

L'alpha avait eu raison de préciser que l'entraînement se déroulerait sur un terrain spécialement prévu à cet effet. Cette information valait ce qu'elle valait.. Mais elle apaisa un peu Asch, qui n'aurait donc pas à se soucier des éventuels visiteurs imprévus. Il se demandait juste un truc... si ces terrains à la con existaient et étaient à la disposition des mages de bataille de l'armée - dont il faisait maintenant partie, pour le meilleur et pour le pire... - pourquoi personne ne lui en avait-il parlé..? C'était beau la confiance, hein... Enfin. Asch comprenait. Il n'avait rien fait pour gagner la confiance du gouvernement. Il avait même tout fait pour attirer son inimitié, et pour revendiquer sa différence. Il avait cherché à se détacher du groupe autant que possible... Et, ma foi, visiblement il n'avait pas entièrement foiré son coup.

Bref. Aucune importance. Résigné, Asch commenta simplement:

"... Okay. Par contre, attendez deux secondes, je vais retourner me changer... J'ai pas envie de niquer des fringues potables deux fois dans la même journée."

Peut-être l'Alpha se fichait-il bien de ce que les autres portaient, car il ne voyait pas leurs vêtements, mais... Asch, lui, préférait nettement mettre en morceaux un jean troué plutôt que celui qu'il portait à l'heure actuelle qui était flambant neuf, par exemple.

Asch ferma la porte devant l'Alpha sans lui donner le temps de répondre, limite il la lui claquait au nez sans transition. Asch ne lui faisait pas réellement la gueule... Ou plutôt, il n'était pas conscient de le faire. Mais son énervement était réel, et il s'imprimait dans ses gestes... Dans son comportement spontané, authentique. Ouais, Asch était un type très nature. C'est sans comprendre qu'il se sentit étrangement satisfait, alors qu'il se dirigeait vers sa chambre...

Il enfila donc un vieux jean qui ne ressemblait plus à rien, ainsi qu'un pull gris élimé qui avait au moins le mérite d'être chaud, même si ce n'était pas comparable à celui qui était resté quelques bonnes minutes sous les assauts calorifiques du sèche-cheveux. Ainsi il ressemblait à un clochard, mais c'était pas grave. Il ne rajouta pas de gilet: autant foutre en l'air le moins de fringues possibles. Puis il retourna à la porte, l'ouvrit à nouveau, sortit, ferma à clé.

"Voilà."

Bon. Ils étaient prêts à se mettre en route. Ou presque... Le despranon tenta d'en placer une qui se voulait sympa... mais qui parvint juste à gêner Asch, à le rendre perplexe, et en conséquence à le remonter intérieurement. Asch était un râleur de première, ne l'oublions pas. Il n'aimait pas qu'on le lui rappelle, quand il venait de faire quelque chose de gentil. Il fronça les sourcils, regarda ailleurs et haussa les épaules, avant de grogner un coup. Shôryû qui le remerciait pour une banalité de ce type? Hey! Il serait temps qu'il se rappelle qu'ils n'avaient pas élevé les cochons ensemble hein! Désolé Mugen... Asch n'était pas "juste des gens qui s'améliorent quand on leur parle en termes positifs". Lui aussi savait avoir un esprit de contradiction de merde, simplement, il ne se manifestait pas tout le temps de la même manière, et ses apparitions n'étaient pas forcément prévisibles. Asch était le chieur ultime. Ce fut donc sur un ton presque... acide... Qu'il répondit.

"Ouais c'est ça. Et la serviette non plus, après l'avoir salopée? J'ai pas fait ça pour vous, j'ai juste pas été élevé chez les porcs personnellement..."

Asch pressa le pas, ou bien entama la marche, si ça n'était pas déjà fait. Il n'avait fait que ce qu'il avait cru devoir faire, machinalement! Merde... Même lui avait un minimum de politesse... Les mains enfoncées dans les poches, les épaules un peu voutées, l'air renfrogné au possible, c'est presque si il ne trainait pas la patte, tellement l'idée de devoir se rendre ailleurs avec Shôryû, et dans un but d'entraînement, lui déplaisait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Dim 3 Oct - 17:09

Ouais, c’était encore pour l’entraînement. Ce n’était pas une idée fixe mais juste un truc indispensable quand on parlait d’Asch. Mugen y tenait absolument, et pour lui, il n’y avait vraiment pas de temps à perdre. Et puis, puisque le rouquin était prêt à sortir de nouveau… Bref, il alla frapper à sa porte et lui expliqua le pourquoi du comment, même si l’autre n’avait pas franchement heureux de revoir sa tronche. Tout ça pour avoir droit à une phrase, et de nouveau, la porte refermée sur son nez. Bon, Mugen savait bien que c’était pas idiot de changer de fringues mais il ne put s’empêcher de beugler, derrière le panneau de bois :

« Tu peux me claquer la porte au nez, j’te vois quand même ! »

Bah oui, il était con ou quoi ? Enfin, n’ayant d’autre choix, Mugen l’attendit, adossé contre le mur près de la porte. Il ne faisait pas spécialement chaud, et heureusement que depuis longtemps les motos étaient équipées d’anti-boucliers chauffants… Même si la plupart du temps, Mugen ne l’utilisait pas, préférant de loin porter un bon pantalon en cuir et pareil pour la veste. Sauf que là, si vous avez suivi, il est juste en t-shirt et baggy. Pas tip top pour la moto : bah normal, il avait prévu d’enclencher le super gadget de la mort qui tue qui te climatise une moto. Vive les années 4500.

Asch ne fut pas trop long à revenir, et Mugen ne vit pas vraiment la différence niveau fringues. Enfin, si celles-là lui convenaient, tant mieux ! Il ne put s’empêcher aussi de placer une petite phrase sympa, pour faire genre ‘excuse moi de toute la merde que j’peux dire parfois’. Ouais bah méga giga tera epic fail. Le visage de Mugen dut se décomposer en l’espace de quelques secondes, et se transformer en moue boudeuse et râleuse. Comme ça, ils seraient deux tiens !

« Bah justement, j’pensais que tu m’aimais pas assez pour faire ce genre de trucs serviables ! Faut arrêter de te refouler ! »

Et bam, il l’avait bien cherché ce con. Bon, allez, direction le petit hall où était rangée la chérie de Mugen, la seule femme qu’il ait jamais aimée : sa moto. Depuis un moment déjà, il avait pris soin d’acheter un second casque, bien que là aussi, son bolide soit équipé d’un bouclier qu’il n’activait quasiment jamais. Mugen roulait à la dure, à l’ancienne, mais là il allait faire une exception : il n’était pas seul. Il balança un casque à Asch, et mit le sien, à la visière noire. Bah quoi, est-ce qu’il avait vraiment besoin de ‘voir’ !?

« Grimpe là-dessus. On est pas loin, on y sera dans un bon petit quart d’heure. »

Il fallait en fait revenir vers Séregon, et tourner un peu autour de la ville avant de trouver l’immense terrain vague en bordure d’une rivière – une autre – dont l’entrée secrète (passait par les égouts) était dissimulée entre deux entrepôts.

L’engin démarra dans un bruit tonitruant, avant de soudainement se calmer niveau décibels. Assis devant, dans une pose tout à fait virile et classe, Mugen régla les quelques paramètres cités plus hauts, avant de se mettre en route, avec Asch derrière lui donc. Jen fermera la porte du garage, elle n’avait sûrement que ça à foutre aujourd’hui. Et les voilà partis, à un bon cent cinquante kilomètres, en direction de Séregon, le tout dans une bulle d’air chaud qui grimpait facilement dans les vingt-cinq degrés. Ca consommait cette connerie, mais c’était plus que nécessaire pour Asch.

Bref, quinze minutes plus tard, peu ou prou, ils arrivèrent dans une zone d’activités tout ce qu’il y a de ‘normal’ et ‘ordinaire’, et Mugen se dirigea sans aucune hésitation jusqu’au bout de la zone, jusqu’à entrer – sa moto – dans une porte ouverte. On ne lui demanda pas son identité : cette moto était tout simplement unique. C’était comme une signature. Bref, Mugen roula au pas, jusqu’à se garer en bordure du bâtiment : ils venaient en fait d’en sortir.

Devant eux, une immense étendue de terre meurtrie et retournée, qui se finissait sur une rivière large qui coulait non loin. Et de chaque côté, des bâtiments occupés par l’armée, dont un hôpital militaire au cas où. Ici les accidents n’étaient pas rares, et c’était bien normal : on s’arrangeait juste pour qu’ils aient lieu ici plutôt qu’ailleurs.

Mugen descendit de moto après avoir désactivé le moteur, et enleva son casque dans une gestuelle de beau gosse tout droit sorti d’une pub pour shampooing.

« Voilà, au moins ici c’est sécurisé. »

Il appuya alors sur la branche droite de ses lunettes, et sembla alors parler tout seul.

« Despranon Alpha Code 2716. Verrouiller la zone Z, personne ne doit entrer. »

Ca, c’était fait. Encore un petit clic et son commlink s’éteignit.

« On est partis ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Dim 3 Oct - 19:06

Oh... Brillante idée que voilà. Asch tendait le bâton pour se faire battre, mais il n'avait pas résisté à l'envie - au besoin? - qu'il avait eu de casser l'Alpha de la manière la plus méchante qu'il ait trouvé sur l'instant. Sauf que du coup, ce dernier avait sans doute été vexé hein... Parce qu'il lui renvoya dans les dents quelque chose de bien senti, lui aussi. Bam. Prend toi ça. Asch n'avait pas été serviable! Que dalle! Il avait juste été un tant soit peu propre... Il aurait dû faire quoi? Rouler fringues et serviettes en boule et les balancer sur le pallier du bâtiment dans lequel Shôryû logeait? Nan mais franchement! N'importe quoi! Pis il avait déjà du linge sale à laver... Il aurait dû lancer une machine le soir même quoiqu'il en soit... Et puis...

... Mais merde! Il n'était PAS refoulé! C'était quoi encore cette connerie?? D'où est-ce qu'il inventait ça, hein..?! Des idées, des images mentales, tentaient de frayer leur chemin jusque dans les couches supérieures de son esprit, mais Asch ne les laissait pas faire, presque inconsciemment... Il accusa le coup en se crispant, et se contenta de hausser les épaules, et de grogner encore:

"N'importe quoi! Allez vous faire foutre..."

... Ah. Ça, c'était fait. A croire que Asch voulait vraiment se faire vanner... Mais il ne s'était rendu compte de rien. C'était son inconscient qui parlait, là. Lacan aurait été content... Enfin, bref. Ils arrivèrent bientôt à la moto, sur laquelle Shôryû monta après lui avoir envoyé son casque dans les mains. Et Asch fit d'un coup une constatation des plus intelligentes, qu'il n'avait pas encore pris le temps de faire en fait... Il allait devoir monter sur l'engin, derrière l'Alpha. Logique, quoi. ce ne serait pas la première fois, ni la dernière, mais ce coup-ci... L'idée lui posait problème, là, subitement, comme ça. Il resta comme un idiot avec son casque dans les mains, durant quelques petites secondes.

"..."

Un, deux, trois.

"... Euh... Ok."

C'était totalement stupide de buguer juste parce qu'il allait devoir monter en moto avec ce mec. Enfin, voyons! Rien de tragique quoi... Surtout si c'était pour une quinzaine de minutes... Qui allaient lui sembler interminables, pour une raison qu'il ne cernait pas vraiment. Hm. Il enfila le casque, l'accrocha... Puis s'approcha de l'aveugle et de la moto, pour monter dessus, en essayant de ne penser à rien.

... Fail. Asch se sentit tout de suite mal et ne sut plus quoi faire de ses bras, qu'il allait de toutes les manières devoir passer autour de la taille de l'Alpha, ou bien au moins sur ses hanches. Bordel... Il lui suffisait de faire comme d'habitude, quoi! Pas de questions à se poser! Qu'est-ce que l'autre con allait penser, hein, sinon, si il se mettait à se comporter comme si... Comme si... Comme si quoi en fait? ... Il préférait ne pas savoir.

Il s'installa donc normalement, malgré la crispation dans son dos et ses épaules. Lorsqu'il s'accrocha à l'Alpha pour éviter de tomber, il sut que le voyage allait lui paraître TRÈS long. Le paysage commença à défiler. Asch tenta de se concentrer sur le bord de la route... Mais ses yeux, et son esprit, revenaient toujours à la moto, ainsi qu'à son autre occupant. Il sentait la chaleur du corps de l'Alpha sous ses vêtements et n'arrivait pas à arrêter de penser aux muscles qui roulaient en dessous, aux endroits que ses bras touchaient malencontreusement... Et cette idée fixe commençait à le faire sérieusement chier, d'autant qu'il avait les yeux bien souvent figés entre le crâne et les épaules du despranon, un peu comme si ils y étaient vissés. Quelque chose l'attirait... et ça commençait RÉELLEMENT à le saouler. Au bout de quelques minutes, il soupira fortement, et fronça les sourcils, de mauvaise humeur. Il ferma les yeux quelques secondes, avant de passer les cinq dernières minutes à observer résolument ce qu'il y avait sur le bas côté de la route. Il ne préférait même pas savoir ce qu'il venait de se passer... Ça faisait partie de ces moments qu'il aurait mieux fait d'oublier totalement.

Puis il put enfin descendre de l'engin - ouf - et enleva son casque sans attendre. Là-dedans, il avait l'impression d'étouffer. Et d'une manière qui le saoula considérablement une fois de plus, ses yeux furent aimantés par l'Alpha tandis qu'il retirait son casque lui aussi, d'une manière qui aurait dû être interdite par la loi et que.. Euh. PUTAIN! Stop les idées à la con... Il allait finir par craquer. Il laissa Shôryû déblatérer des trucs incompréhensibles dans son micro, puis il chopa la perche (...) que l'Alpha lui tendait. Peut-être avec un peu trop d'enthousiasme en fait...

"Hm. Ouais! Bon... Pas ici déjà parce que bon..."

Traduire: "Eloignons nous un peu pour ne pas foutre en l'air la moto, ça serait dommage". Asch se détourna et engagea la marche, en inspectant les alentours. Par réflexe, il s'approchait de la rivière... Au moins si une catastrophe arrivait, le filet de sécurité ne serait pas loin. Il s'arrêta en bordure de l'eau... Pour observer du coin de l'œil Shôryû. Et maintenant euh... C'était bien beau de dire qu'on allait s'entraîner mais...

"... Sauf qu'en fait je fais quoi? Je sais pas comment faire pour pas que ça sorte d'un coup."

CDGH.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Dim 3 Oct - 20:18

Mugen faillit éclater de rire. Mais il ne le fit pas, ça se faisait pas, surtout vu l’humeur massacrante d’Asch. N’empêche que, sa réflexion était plutôt fun en fait, et que lui il avait un humour pourri. Mine de rien, à force de parler de gays, et d’en rajouter à cause des réactions à la con d’Asch, Mugen commençait à avoir l’esprit tordu… Alors ce qu’avait sorti le rouquin, il avait bien envie de le prendre… pas dans le sens où l’autre l’entendait.

Mais comme je le disais, il se retint, et l’emmena plus près de l’eau, loin, très loin de sa chère moto chérie. Ouais, ce serait con qu’elle explose dans la manœuvre… Sa pauvre petite chérie d’amour ! Et voilà un gros problème qui se posait, le premier. Celui que Mugen n’aurait presque pas entendu à force de se la jouer CDGH.

« Je sais pas trop non plus comment ça fonctionne en fait… »

Ah bah ouais, bien. Vachement utile l’Alpha ! Mais bon, il était plein de bonne volonté, et se souvenait des cours théoriques de son professeur adoré Shawn Goenel, des cours basés quand même sur des observations scientifiques du comportement de la magie intracorporelle. D’après ce que Mugen pouvait s’en souvenir…

« Ca sort de tes doigts mais je pense pas que ça se forme dans tes bras… Ca doit venir de plus haut non ? Peut-être de ta poitrine. »

Merde, encore un CDGH. Mugen esquissa un sourire sans le faire exprès, avant de reprendre son sérieux. Asch allait se barrer s’il continuait comme ça… Enfin bref !

« J’dis pas ça que au hasard hein… » Mais un peu quand même ! « … mais y’a différentes magies, je me souviens pas de toutes les catégories mais y’en a des cérébrales comme la mienne, des musculaires, et peut-être que la tienne est respiratoire ou cardiaque… Oui bon je sais ça veut pas dire grand-chose mais attends un peu : si le centre de contrôle de ton pouvoir est dans ton rythme cardio-pulmonaire, c’est beaucoup moins étonnant que tu perdes le contrôle quand tu t’énerves. »

Ca se tenait non ? Evidemment, Mugen tâtonnait grave, parce qu’il n’était pas prof de maîtrise de la magie à la base, mais bon, c’était une idée. Après, si Asch associait un niveau de contrôle à sa respiration ou son rythme cardiaque, sa maîtrise serait un réflexe aussi naturel que celui auquel il est associé. Mugen savait que s’il n’était pas stressé, Asch pouvait dormir assez tranquillement hors de Shangyu… Il partait du principe que sa magie n’était pas cérébrale, ou du moins pas totalement. Lui qui avait un pouvoir aussi éveillé que ses pensées, il n’arrivait pas à l’éteindre, tout comme on ne peut pas éteindre son cerveau. Même si Paris Hilton et Michael Vendetta ont autrefois prouvé qu’il existait des exceptions.

Le Despranon réfléchissait, mais aucune idée ne lui venait pour tester son hypothèse. Il se tortura le cerveau un moment, avant de finalement évoquer une expérience qu’Asch n’allait sûrement pas approuver :

« Peut-être que si tu relâchais légèrement le contrôle, tu pourrais prendre conscience de là où il se situe exactement. Et une fois que tu sauras ça, tu sauras au moins par où commencer pour le rendre systématique. »

Il n’avait pas que des idées complètement connes le Desp ! Restait juste à savoir si Asch allait réussir à le suivre dans ses élucubrations, et mieux, les comprendre et les appliquer. Bon, ils avaient le temps hein, Mugen pouvait l’emmener régulièrement ici pour s’entraîner, y’avait vraiment rien qui pressait… Ils pouvaient prendre tout leur temps. CDGH.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Dim 3 Oct - 21:22

Bon bah voilà. Asch avait l'air con, et l'Alpha avec. Ils étaient venus jusque là mais ne savaient même pas par quoi commencer... heureusement que Asch n'avait pas conscience de la quantité de trucs CDGH qu'il venait de sortir, sinon il aurait vraiment été blasé, là. Non... A défaut, il tenta d'oublier les inimitiés, et aussi l'étrange envie qui le poussait à dévorer l'Alpha des yeux. Bordel... Un truc pareil, ça lui était jamais arrivé. A croire que l'incident de la baignoire avait appuyé sur un interrupteur jusque là éteint, quand bien même des petites mains habiles avait tissé les circuits de cette étrange machination durant ces longs mois de vie (presque) commune.

Ahem. On était sérieux, là! Asch ne savait pas quoi faire pour tenter de sortir ses flux sans provoquer une catastrophe au passage... et la seule piste qu'il avait, c'était les explications relativement vaseuses de l'Alpha. Bon. Il se concentra et tenta de faire preuve de bonne volonté. Pour ses flux... Il sentait clairement que ça ne venait pas des bras, oui... Mais comment expliquer une sensation pareille...

"... Je sais pas trop. Ça remonte loin ça c'est sûr, mais c'est... Dur à expliquer... Mais vous ne pouvez pas le voir à travers mon corps en fait?"

Non, non, pas CDGH, non. Stop. Asch avait posé cette question avec sincérité, car il avait pensé Shôryû capable de visualiser les flux de chaleur même à l'intérieur de son organisme, ces derniers étant naturellement plus chauds que sa température corporelle. Si Mugen avait envie de se taper une migraine, il pouvait toujours se concentrer... Il remarquerait que cinq flux partait de chaque doigt du jeune homme pour remonter sagement le long de ses bras, et s'enraciner chacun à des endroits divers de son corps. Certains dans son coeur, d'autres dans son diaphragme, d'autres dans son estomac... Pas étonnant que Asch ait autant de mal à comprendre sa magie! elle lui sortait de tous les endroits possibles et imaginables du corps, comme si ses organes avaient été OBLIGES d'être affublés chacun d'une extension magique. Pas étonnant, vu comme ça, que chaque flux ait une puissance et une utilité différente... Les cinq flux architectes semblaient lui sortir des reins ou bien du foie. Les organes relativement bas placés quoi... Les flux sources étaient liés aux organes pulmonaires et vasculaires, ainsi que... Vous voulez vraiment le savoir? Hm. Beaucoup, beaucoup plus bas. CDGH. Mais ce n'était pas le tout! Les flux de chaleur semblaient former comme un second système nerveux à l'intérieur du dedans du corps de Asch. Un peu comme si les dix flux avaient formé chacun une artère de ce système... qui se divisait ensuite, et venait progressivement irriguer toute partie du corps de Asch. Pas étonnant que sa température corporelle soit si haute, et qu'il chauffe facilement! Chez lui, la magie était partie intégrante de son organisme... Elle formait une extension de son corps. Les flux au bout de ses doigts étaient enroulés, écrasés sur eux-mêmes, et semblaient faire leur possible pour réussir à sortir... En vain. Dans l'urgence, Asch avait tout de même réussi à pas trop mal contenir tout ce bordel.

Asch écouta bien sagement. L'histoire de magie cardio-vasculaire n'était pas bête du tout, même si, on l'aura compris, ce n'était pas exactement conforme à la réalité. Mais ça, personne n'était encore en mesure de le savoir... Le jeune homme fronça tout de même les sourcils, éprouvant quelques doutes:

"Ca se tient... Mais je n'ai pas l'impression que ça vienne uniquement de là en fait... Même si... Je sais pas comment l'expliquer..."

Oui bah forcément hein... Va expliquer que tu ressens que tu as un second système nerveux à fonctionnement calorifique dans ton organisme. En attendant... Asch soupira et passa une main sur son visage, avant de la laisser retomber mollement, et de regarder ailleurs. Il n'était pas sûr d'avoir bien été compris.

"Je viens de vous le dire: je ne peux pas relâcher 'légèrement' le contrôle. Soit je le relâche, soit je le relâche pas. Je veux bien essayer de trouver un juste milieu mais pour l'instant ça me fait plutôt l'impression d'un interrupteur ouvert ou bien éteint. Donc si vous voulez vraiment que je les laisse sortir, éloignez-vous avant. Ça va sans doute se passer exactement comme tout à l'heure."

Autant dire que ça ne lui faisait pas envie... Mais si il ne le faisait pas, ils n'avanceraient jamais. Asch leva légèrement ses mains, et tendit les doigts pour essayer de mieux ressentir les petites barrières qu'il avait érigé à l'intérieur même de son corps, et qui l'épuisaient à force d'être levées en permanence... Mais ça, il n'y pouvait pas grand chose. Il avait besoin de prendre de l'endurance... Il commença sans attendre à se concentrer, pour tenter de suivre le chemin des flux depuis ses doigts jusqu'à l'intérieur de son organisme... Il n'avait jamais réussi à le suivre intégralement, mais l'Alpha avait raison: si Asch voulait maîtriser son pouvoir, il fallait qu'il cesse de ne prendre en considération que ce qui se passait dans ses bras. Il ferma les yeux, et tenta sans attendre une introspection. Ouais... Le risque de tout faire péter le rendait studieux et réfléchi. Il voulait vraiment éviter ça si il le pouvait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Dim 3 Oct - 22:13

Mugen n’avait pas vraiment tenté d’essayer de ‘voir’ les flux thermiques au sein du corps d’Asch, simplement parce qu’il pensait que ce serait sûrement vain. Pour lui, avant de quitter son corps, les flux d’Asch n’était que de la magie pure, mais peut-être que ça ne fonctionnait pas vraiment comme ça pour lui en fait. Alors, la réplique du rouquin le fit réfléchir : peut-être essaierait-il quand même, mais ça allait lui flanquer une migraine pas possible… à moins d’avoir le nez devant Asch… Imaginez la scène quoi ! Ouais nan y’a pas moyen.

« Je pourrais peut-être si ça circule sous forme de chaleur… Mais ça me demanderait pas mal d’efforts et je devrais être… comment dire… assez près. »

Comment annoncer que le scan de ses flux thermiques internes, ce sera seulement en dernier recours. Mugen ne voulait pas avoir mal au crâne pendant une journée, et Asch ne voulait certainement pas se retrouver quasiment câliné par l’Alpha. Déjà qu’il avait eu du mal à passer ses mains autour de sa taille sur la moto… ! Ah oui, parce que Mugen avait quand même remarqué, hein. Ses lourds soupçons commençaient vraiment à s’avérer fondés… Mais Asch n’avait sûrement pas fini de se refouler. Le pauvre. C’était pourtant plus simple de s’assumer directement hein… Enfin, chacun fait comme il veut.

Pour revenir à ce qui les intéressait vraiment, c’est-à-dire l’entraînement d’Asch, Mugen lui expliqua ses quelques restes de cours de Maîtrise de la Magie, de façon pas toujours cohérente d’ailleurs. Le rouquin attendit donc la fin des explications foireuses du Despranon, étant bien plus sage que ce à quoi ce dernier s’était attendu. Quand on parlait de trucs vraiment sérieux, Asch savait ne pas être chiant. C’était quand même un bon point… Ou plutôt, disons que ça compensait. Une fois la tirade de Mugen terminée, il lui confia ses impressions sur la question. Apparemment, ça avait l’air bien plus compliqué que ce que l’Alpha pensait. Ils n’étaient pas sortis de l’auberge…

Et c’était pas le seul problème. Apparemment Asch ne pouvait pas faire ce que Mugen aurait voulu qu’il fasse, c’est-à-dire relâcher juste un peu son contrôle. Ca tenait vraiment de l’interrupteur… Bah ça allait être chiant alors ! Le Despranon allait dire quelque chose de plus, mais Asch continua sur sa lancée. Heureusement, il acceptait d’essayer, mais évidemment, à condition que Mugen soit à bonne distance.

" Aucun souci. "

Ce dernier inclina la tête, et alla se réfugier dans l’un des bâtiments qui entouraient le terrain vague.

L’entrepôt était vide, et les murs épais. Ce serait plus dur de voir Asch, mais bon, vu l’ampleur de sa magie, sa chaleur devrait être suffisamment puissante pour qu’il puisse l’apercevoir de là où il était. De toute façon, le but du test ici n’était pas de voir en détail les flux de chaleur, mais de permettre à Asch de deviner de où exactement ils venaient, si tant est que ça lui soit possible. Tous deux ignoraient jusqu’où allait la complexité de cette magie de merde !

Bref, quitte à attendre ici tout seul comme un con, Mugen en profita pour aller pisser, sans jamais lâcher du ‘regard’ Asch, resté dehors. C’était quand même bien pratique cette vue, quand ça ne vous empêchait pas de dormir normalement. Il revint ensuite, et s’assit sur une des chaises qui traînaient là pour le staff qui parfois venait s’entraîner ici. Mais aujourd’hui, pas de risques d’en croiser un : ce n’était pas une journée spécialement consacrée aux entraînements – le week-end quoi – et Mugen avait bien stipulé de verrouiller la zone. Access denied.

Assis, au calme dans cette pièce austère et vide, le Despranon Alpha attendait qu’Asch balance la sauce. CDGH.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Dim 3 Oct - 22:49

L'aveugle devrait être assez près pour visualiser ses flux de chaleur, hein..? Ahem. Fort étrangement, en apprenant ça, Asch n'eut plus du tout envie de parler de cette alternative. Il l'oublia BIEN vite, et préféra se concentrer sur ces histoires de magie cérébrale, musculaire, cardio-pulmonaires et il ne savait pas trop quoi d'autre... Il accepta enfin, à contrecœur, de tenter de relâcher légèrement son pouvoir. Malheureusement il savait dors et déjà comment ça allait se terminer et il décida donc de redoubler de précautions...

Asch attendit que l'Alpha soit plus loin, puis il accentua encore sa concentration. Il parvenait à ressentir ses flux distinctement jusqu'à ses épaules... Puis il les devinait de manière plus floue jusqu'au milieu de sa poitrine environ... Puis le reste devenait un véritable bordel de sensations, qui lui tiraillait les entrailles... Impossible de réussir à y voir clair dans cette toile bordélique... et il ne savait pas à quel point le mot "toile bordélique" était adapté à sa situation!

Asch prit sa respiration un grand coup et serra les dents comme les paupières. Il tendit les doigts plus encore, s'apprêtant à relâcher le pouvoir... Sans réussir à s'y résoudre. La vérité, c'est qu'il tremblait de tous les bouts, comme un gamin effrayé parce qu'il allait monter sur des montagnes russes... Sauf que les montagnes russes étaient à l'intérieur de lui,et qu'il les empêchait de sortir, quoi. C'était super stressant... Se sentir, comme ça, sur le point d'exploser... Se sentir en possession de quelque chose d'assez dangereux pour carboniser tout ce qui l'entourait... Sa respiration était légèrement saccadée, et son sang était glacé... Pas à cause de la température extérieure, cette fois.

"Allez..."

Un murmure d'encouragement qu'il s'adressait à lui-même, sans quoi il n'allait jamais y arriver... Physiquement comme psychologiquement, ce que lui demandait Shôryû était un véritable défi. Asch n'arrêtait pas de penser au massacre qu'il avait engendré... Des images lui revenaient à intervalle régulier, et il commençait déjà à avoir envie de gerber. Il tenta de libérer lentement , mais sûrement, les flux... Reprendre progressivement le contrôle...

Flute. Les flux glissèrent hors de sa main à toute vitesse. Il échappa un glapissement et les rentra aussi vite d'où il venaient. Il venait de pâlir assez fort pour perdre un bon degré dans le visage... et il tremblait de tous les bouts, ce coup-ci. Mais il décida qu'il devait recommencer. Il recommença donc, et se força à ne pas annuler la magie avant même d'avoir commencé à essayer vraiment.

Les flux s'éjectèrent de sa main d'un coup. Sept d'entre eux furent bientôt dans les airs à former de jolies lianes dont le mouvement pouvait faire penser à celui d'un fouet comme à celui de flammes linéaires... Trois flux réagirent différemment, peut-être parce que la concentration de Asch était au maximum. Mais une crampe commençait déjà à paralyser son bras comme ses doigts. Un cri de douleur lui échappa tandis qu'il tombait à genoux, presque incapable de penser tant le trop d'informations concernant la position de ses flux le handicapaient. Le flux source du pouce et celui de l'index étaient restés plus sages que les autres... en effet, celui du pouce était encore intégralement rentré dans sa main, tandis que celui de l'index ne dépassait que sur une dizaine de centimètres. Le flux architecte de son auriculaire dépassait pour sa part de la hauteur d'un ongle...

"... J... Je peux pas! C'est trop... AAARG!!"

Nouveau cri de douleur comme d'effroi, donc. Surtout d'effroi. Il avait l'impression que les muscles de ses bras allaient se tordre tellement ils étaient tendus. Asch ressemblait à un gosse effrayé, prostré sur lui-même. La première fois aujourd'hui il avait réussi à garder à peu près son sang froid... Mais là, c'était la deuxième fois dans la même journée que sa phobie se réalisait - presque entièrement, même si il avait gardé un contrôle minimal qu'il n'arrivait plus à améliorer. Alors autant dire que c'était une fois de trop... Le rouquin donnait court à toute l'horreur, toute l'angoisse qu'il contenait habituellement. Et tant pis si ça ternissait un peu son image de gros dur...

Enfin. En attendant il réussissait à contenir trois flux, même si il était en train de paniquer sévèrement, limite à s'en pisser dessus. C'était déjà pas si mal pour un début... même si il n'en avait pas du tout conscience, lui, là. Sa température corporelle atteignait maintenant les 55°C, à croire qu'il avait très mal contrôlé son thermostat interne par contre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Lun 4 Oct - 9:18

Tranquillement assis dans l’entrepôt, bien à l’abri des flux de chaleur explosive d’Asch,
Mugen observait la scène à travers une fenêtre de béton. Il lui fallut se concentrer un minimum, et se focaliser sur un faisceau de quelques dizaines de degrés en face de lui, histoire de pouvoir observer en détails le mage resté dehors. Ce qu’il vit alors, un Asch hésitant et juste mort de peur, lui aurait presque fait changer d’avis. C’était plus qu’un entraînement pour lui, mais une véritable épreuve. Alors, si ce n’était pas pour le long terme, Mugen s’en serait presque senti coupable.

Les flux ne voulaient qu’une chose : s’échapper. Asch les retint, par pur réflexe, avant de se laisser aller, se lancer comme on se lance dans le vide… Et pour Mugen ce fut de nouveau cette explosion de couleurs, qu’il avait presque oublié pour certaines. Des panaches de chaleur, avec chacune ses nuances, sa forme… et donc, sa température. Chacun des flux qui sortait des doigts d’Asch était différent, et c’était peut-être pour ça qu’il avait tant de mal à les contrôler, ou même à savoir de où ils partaient. Dans son bunker, Mugen ne pouvait s’empêcher d’être juste admiratif. C’était la première depuis longtemps qu’il voyait quelque chose d’aussi beau.

Dommage que ce soit au détriment d’Asch, qui s’effondra sur le sol en hurlant – et même Mugen put l’entendre – perdant définitivement tout contrôle. Sa température interne était grimpée plus haut qu’elle ne l’avait jamais fait, et on devinait qu’il n’y avait pas que de la peur dans ce hurlement, mais aussi une bonne part de douleur, tout ce qu’il y a de plus physique. Inquiet, le Despranon se releva brusquement, faisant presque tomber sa chaise. Sans réfléchir vraiment à ce qu’il faisait, il ouvrit la porte, et sentit un souffle chaud lui caresser le visage. Rien de bien dangereux, comme s’il était passé de l’hiver à l’été en quelques secondes.

Mais merde. L’Alpha ne pouvait rien faire sauf regarder… Et bon ça il le faisait depuis déjà un moment : sans la concentration nécessaire pour traverser l’épaisse barrière de béton, il voyait tout dix fois mieux. Et les panaches de couleurs étaient toujours là, éclatants, insolents, comme s’ils étaient fiers de ce qu’ils faisaient à la silhouette misérable qui gisait dans leur centre. Encore un temps admiratif, Mugen retrouva l’usage de son corps et de ses cordes vocales après quelques secondes de freeze total.

« ASCH !!! »

Il s’approcha un peu, mais quand même pas à moins de cinquante mètres – et il avait bien raison. En même temps, il était l’un des rares hommes à pouvoir jauger avec précision la zone de dangerosité de la magie d’Asch. Et là, il était au maximum : s’il approchait, il se ferait très certainement blessé et ce n’était pas le but de la manœuvre. Bref, il resta là, à une cinquantaine de mètres donc – ou comment se répéter inutilement pour rajouter des lignes, et aussi faire des commentaires débiles ça aide – et se mit à hurler comme un putois :

« ASCH !!! NE PANIQUE PAS… !!! »

Facile à dire hein ! Oui, Mugen n’était pas à la place d’Asch, et ignorait même les mots qui auraient pu le calmer. Si c’était une chose possible d’ailleurs.

« LA FLOTTE !!! »

C’était con dit comme ça, mais il espérait juste qu’Asch se souvienne qu’il y avait de l’eau à proximité, qui pouvait servir de bouton off à cette orgie de températures colorées qui défilaient devant les yeux magiques de Mugen. Ce dernier, gobant à nouveau, finit par se faire surprendre. Oui, ça arrive. Parce que là, c’était quelque chose de tellement exceptionnel, de si extraordinaire pour lui, qu’il avait baissé sa garde… Alors que c’était bien la dernière chose à faire. Il se fit donc surprendre par un filet de chaleur qui vint lui lécher l’épaule gauche, laissant la trace de son fouet sur sa clavicule et une bonne partie de son pectoral. L’Alpha émit un petit cri, et se recula rapidement. Evidemment, son T-shirt n’avait pas survécu, et portait lui aussi la trace de la brûlure. Mais dans le fond, ce n’était pas une blessure très grave… Ca tirait un peu, mais Mugen en avait vu d’autres. Le plus important, de toute manière, n’était pas là. Sa douleur n’était sûrement que du pipi de chat en comparaison de celle qui traversait le corps d’Asch.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Lun 4 Oct - 10:10

Ne pas paniquer, ne pas paniquer, c'était vite dit hein! Pas facile pour Asch, qui était à peine capable de réfléchir, tandis que la position exacte de chacun de ses flux lui prenait trop de place dans le cerveau pour qu'il parvienne à se souvenir de cequ'il fallait faire pour les rentrer, les contrôler, les diriger. C'était comme une équation mathématique avec des sommes et des intégrales partout: Asch ne savait pas par quel bout commencer. Et quand il parvenait à décrypter une partie de l'équation, il oubliait tout le reste de cette dernière, étant ainsi incapable de la comprendre intégralement.

Il avait l'impression d'être sur le point de prendre feu. Le pire, c'est que physiquement parlant, la sensation aurait été agréable, si il n'avait pas été en train de se forcer à contenir trois pauvres flux, et qu'il n'avait pas des crampes de malades dans les bras et les mains... C'était tous ses organes qui semblaient prendre vie, et par les flux sortir de son corps, le transcender... Ça dépassait toute sensation humainement compréhensible en fait... Abasourdi, Asch leva les yeux sur Shôryû, loin, là-bas. Son regard était vide, hagard. Pourtant, il entendit. Il sut que l'Alpha n'avait pas tort. Si il se laissait aller à la peur, il était normal qu'il perdre le contrôle, et arrive encore moins à contenir ses flux qu'en temps normal. Mais comment faire pour calmer cette peur sourde qui lui tordait les entrailles?

Asch ferma les yeux, et tenta d'oublier, juste provisoirement, les emplacements des divers flux. Ce n'était pas bien évident...Mais il y parvint en partie. Il se concentra fort sur sa respiration, et avala d'amples gorgées d'air, pour tenter de réguler les battements de son cœur, les tremblements de son corps...

.. Et c'est qu'il serait presque arrivé à quelque chose, si du coup les flux n'étaient pas devenus encore plus cinglés, et n'avaient pas emprunté des trajectoires encore plus larges, lestes. Il commençait à sentir le léger mécanisme qui lui permettait de garder les trois flux qu'il contrôlait à l'intérieur de ses bras... Il parvint, lentement, à rentrer le flux source de l'index d'un centimètre dans sa main... Avant de perdre subitement le peu de concentration qu'il avait réussi à récupérer, tandis que ses yeux captaient une image qu'ils mirent bien quelques secondes à assimiler.

Il vit tout d'abord la lacération du T-shirt, puis le rouge d'une brûlure que ses yeux captaient à peine à cette distance... Asch était alors incapable de jauger sa gravité. S'en souciait-il de toute façon? Non, pas vraiment. Égratignure ou aller direct à l'hôpital... C'était du pareil au même pour Asch. La simple idée de laisser ses flux entrer en contact avec la chair d'un autre lui était insoutenable. Si le flux était parvenu à ses fins une fois, il pourrait le faire une seconde fois, et cette seconde fois pourrait être fatale. Un gémissement lui échappa, avant qu'il ne glapisse sans même s'en rendre compte:

"N... Nan! AAAAAAH!"

La flotte. La flotte. La flotte! Il avait essayé de faire sans, mais là, on venait de passer en mode "extinction d'urgence". Asch ne pouvait pas laisser les flux agir à leur guise tant que Shôryû était à proximité. Conscient qu'il n'y avait strictement rien pour le réchauffer dans le coin, Asch se jeta sur le côté afin de plonger dans l'eau - glaciale - de la rivière.

Nouveau hurlement de douleur qui lui échappa, tandis que son corps bien chauffé à 60°C entrait en contact avec une eau qui lui semblait tout droit sortie de l'océan arctique. C'était encore plus violent que la première fois... Le choc thermique était tel que Asch fit un malaise, directement. Les flux baissèrent soudain en température et se tordirent, comme à l'agonie, avant de rentrer d'un coup à l 'intérieur de lui, d'aller se prostrer dans ses entrailles, bien loin de ses bras. Ils tentaient de le réchauffer de l'intérieur, en vain. C'était là un mécanisme de survie très animal... Au bord de la syncope, de la perte de conscience, Asch se laissa sombrer dans l'eau. Il était incapable de se débattre, de tenter de nager. A ce rythme il allait rapidement se noyer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Lun 4 Oct - 20:13

Asch essayait tant bien que mal de contrôler sa magie qui manifestement, le dépassait. Elle devait être d’une catégorie particulièrement chiante à maîtriser pour qu’il soit perdu à ce point en fait… Inquiet, Mugen quitta son bunker de béton pour lui rappeler la proximité d’un plan d’eau. La rivière serait sûrement un choc thermique dangereux, mais au train où il allait, Asch allait mourir d’une combustion instantanée. Alors franchement, autant se jeter dans une flotte qui allait le faire se rétracter comme un tentacule de Cthulhu devant Kthanid.

Cela dit, le rouquin ne semblait pas réagir tout de suite. Ou peut-être essayait-il de contrôler sa magie sans avoir recours à la flotte, qui était la dernière des solutions ? Mugen n’en savait rien et était en fait trop occupé à admirer ses flux de chaleur colorés danser dans les airs. Lui qui n’avait pas vu de couleurs depuis des années… Et là, ce fut le drame. Un lacet de chaleur, tel un fouet, vint laisser sa trace sur son épaule, déchirant son t-shirt au passage. Et Mugen remarqua qu’Asch l’avait vu…

Cela fini de précipiter la panique de ce dernier jusqu’à son paroxysme. Il hurla de plus en plus fort, et se jeta dans l’eau, comme le lui avait soufflé l’Alpha. Ce dernier, toujours aussi inquiet, et réveiller par la morsure du fouet de chaleur, suivit Asch, et le remonta presque aussitôt. Cependant, c’était déjà trop tard : il s’était déjà évanoui, le choc thermique ayant été décidément trop violent. Rha, les fringues du Despranon seraient encore mouillées…

« Fait chier… »

Mugen le prit dans ses bras, et l’emmena jusqu’à l’hôpital militaire non loin, spécialisé dans les maladies magiques – bah oui, sinon ça servait à rien de le mettre juste à côté d’un terrain vague, lieu d’entraînement des mages de combat de l’armée. Bref, ils sauraient quoi faire, et pourraient peut-être même les aider à y voir plus clair. Enfin façon de parler. Mugen enfonça presque la porte, faisant sursauter les médecins qui étaient à l’intérieur. Ces derniers allèrent chercher un brancard pour Asch, sur lequel l’Alpha le déposa, non sans une étrange délicatesse.

« Réchauffez-le… Il est proche de 34°C. »

Quelqu’un s’apprêta à dire quelque chose, mais Mugen l’interrompit d’une voix agacée :

« Sa température normale est de 40°C, grouillez-vous ! Il est du type ‘chaud’ ! »

Etrange façon d’exposer le problème, mais cette fois, l’équipe médicale ne fut plus du tout surprise. Le Despranon resta un moment planté là, avant de suivre Asch alors qu’on emmenait son brancard dans un couloir. Il ignorait ce qu’on allait lui faire, mais il espérait juste que ça irait pour lui. En fait, l’Alpha ne se calma vraiment que quand il vit – à travers un panel de murs – qu’on avait emmené Asch dans une pièce surchauffée, le tout bien emballé dans des couvertures chauffantes. Ca devrait vraiment le faire cette fois.

Mugen sourit : juste à côté il y avait la pièce pour les mages de type ‘froid’, c'est-à-dire un énorme frigo, avec de quoi se faire une bataille de boule de glace dans chaque ‘armoire’ qui parait les murs. Il se souvenait en fait de certains de ses collègues usant de glace ou de neige, qui avaient du faire plus d’un séjour dans cette salle. Jamais il n’en avait eu besoin personnellement. Sa magie ne l’avait jamais vraiment handicapée, sauf pour les insomnies qu’il soignait en allant régulièrement à Shangyu. De même, il n’était jamais venu ici pour son propre entraînement… Sa magie n’était pas vraiment de nature offensive…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Lun 4 Oct - 20:46

Inutile de dire que Asch avait perdu connaissance avant même d'être remonté hors de l'eau par l'Alpha. Le jeune homme était aussi lourd qu'une pierre, et ne respirait quasiment plus. Pâle comme la mort, le rouquin avait vraiment une mine affreuse... De quoi inquiéter l'Alpha, ainsi que l'équipe médicale qui allait bientôt devoir le prendre en charge...

Traîné jusqu'à une pièce surchauffée, Asch allait pourtant se remettre relativement rapidement de cet épisode catastrophique. Sa respiration ne tarda pas à devenir plus dense et régulière, et il regagna quelques couleurs. Mais il restait profondément évanoui, ou bien endormi.. Comme si il cherchait à récupérer assez d'énergie pour fonctionner de nouveau hors de son mode "veille".

Un médecin chauve, petit, gros, et lunetteux par dessus le marché, s'activait depuis un moment autour de Asch, pour prendre ses signes vitaux et mettre en place toute une batterie d'examens... Il avait dépêché plusieurs aides soignantes dans les bureaux de l'administration. Les jeunes femmes passaient devant Shôryû et le saluaient à chaque fois, non sans ramener des 'piles' de dossiers électroniques au passage... A croire qu'ils n'avaient que ça à faire, en ce moment, de remuer la 'paperasse'. Puis le petit homme était sorti, et s'était contenté de surveiller le rouquin au travers les divers écrans digitaux qui égayaient les murs externes de la salle surchauffée. Selon ce qui était indiqué par les cristaux liquides, Asch était remonté à un 37°C déjà plus rassurant. Le petit homme s'approcha ensuite de l'Alpha, et le salua sans trop de manières. A croire qu'il n'était pas trop impressionné par son statut, non plus.

"Monsieur..."

Le médecin s'éclaircit la gorge, et observa les données inscrites sur son carnet - parce que ça faisait professionnel, tout ça, on connait. Il remonta ses lunettes et fronça les sourcils. Il n'avait pas l'air content, et ça s'entendait aussi à sa façon de parler:

"... Bon. Il ira bien, mais ça n'est pas passé loin. Quelques minutes supplémentaires et il nous aurait sans doute fallu plusieurs jours pour le ranimer. A condition que nous y soyons arrivés! Que s'est-il passé exactement? L'eau froide devrait lui être totalement proscrite! C'était du suicide!"

Oui parce qu'il était de ce genre de médecin qui se croyait forcé de sermonner les gens... enfin. Il n'avait pas que des choses totalement évidentes à raconter, ceci dit:

".. D'ici quelques heures il devrait être remis, mais nous avons été incapable de trouver des données sur lui. A t-il jamais passé un examen? Si ce n'est pas le cas nous allons devoir faire tous les tests d'urgence... On observe assez rarement des réactions aussi vives chez un patient. Et puis... Enfin. Hm. Savez-vous si il se teint les cheveux?"

Le médecin n'attendit pas pour continuer sur sa lancée, constatant la semi stupidité de sa question... Bah ouais! Qu'est-ce que Mugen pouvait bien en avoir à foutre que Asch se teigne les cheveux ou bien non? Il était aveugle!

"... Parce qu'il les a rouges. Et quand je dis rouge, c'est rouge, pas roux flamboyant... Si c'est naturel, ça mérite amplement que nous ajoutions une analyse ADN au reste des examens, si vous voyez ce que je veux dire..."

Ha... hahaha, haha. C'est Asch qui aurait été heureux si il avait été conscient de tout ce qu'on allait lui faire de relativement peu catholique...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Lun 4 Oct - 21:17

Résigné, le Despranon s’était assis sur un banc en attendant qu’on lui rende Asch, qui était en train de cuire dans une pièce spécialement construite pour ça. Il était quand même plus calme qu’avant, puisqu’il pouvait surveiller en détails ce qu’il se passait derrière le mur qui le séparait du rouquin. Sa température était remontée, et il allait déjà mieux, même s’il était encore inconscient. Par contre les allers-retours des infirmières commençaient à le saouler, tout comme le médecin qui n’arrêtait pas de tourner autour d’Asch. Qu’est-ce qu’il se passait à la fin ?

Il ne tarda pas à le savoir, quand le médecin en question se présenta à lui, en perdant déjà des points d’estime. ‘Monsieur’… Rha, qu’est-ce que Mugen pouvait donc détester ce mot ! Mais enfin, bon, qu’il poursuive. Qu’est-ce qu’il avait à dire le geek en blouse blanche ? Et il en reperdit encore assez vite, des points d’estime. Il était con ou quoi ?

« Il a perdu le contrôle de sa magie de façon dramatique. Il a atteint les 60°C. C’était la seule solution pour le ‘calmer’. Qu’est-ce que vous auriez fait vous ? »

C’était pas une tentative de suicide, connard, et quand bien même, Asch et Mugen connaissaient l’effet de l’eau froide sur son organisme. Mais voilà, que faire d’autre que de se jeter dans la flotte quand on n’arrive plus à maîtriser ses dangereux flux de chaleur, et que personne ne pouvait approcher à cause de ces mêmes flux. M’enfin bref, peut-être que le médecin allait subitement se montrer intelligent et avisé ? Nan, même pas. Monde de merde. Déjà, -10 pour les examens, et -15 pour les cheveux.

« C’est un mage révélé tardivement, alors non, pas d’examens effectués. Quant à ses cheveux, je m’en fous un peu vous voyez. »

Mugen n’était pas spécialement agréable, mais en même temps, l’homme en face de lui n’avait pas spécialement de bon sens non plus. Il sembla le remarquer quand même, puisqu’il enchaîna rapidement pour aller au bout de sa pensée. Et ce que Mugen entendit ne lui fit pas plaisir du tout. Mais du tout du tout.

« Une analyse ADN ? Vous le prenez pour quoi ? Un extra-terrestre !? »

L’avis du Despranon était assez facile à déchiffrer : moins il y aurait d’examens, plus il serait content. En même temps, il ne pouvait pas s’empêcher de penser que plus on étudierait Asch, et plus ce dernier serait à même de se maîtriser. Sauf que… merde, Asch n’était ni un spécimen de recherche ni un animal de foire ! Pour quoi le prenaient-ils, un freak !? Lui faire faire une analyse ADN, comme s’ils doutaient même de son humanité, ça faisait quand même un peu chier Mugen ça.

M’enfin bref, le Despranon soupira et sembla se résigner. Qu’ils fassent comme bon leur semble, tant qu’Asch était en bonne santé ! Mugen avait quand même les sourcils froncés, ou du moins ce qui devait lui servir de sourcils, et pourtant il essayait de ne pas le montrer. En vain bien sûr. Finalement, il se releva et jeta juste au médecin :

« Faites ce que vous voulez mais gardez-le moi entier. S’il se réveille appelez-moi. De toute façon je viendrais, puisque je le saurais. Attendez juste pour l’analyse ADN, j’suis pas sûr que ça lui plaise. Vous savez, être considéré comme presque pas humain tout ça… »

Ouais, l’Alpha avait vraiment un caractère de merde, mais là, le médecin l’avait quand même un peu cherché hein… Pas un pet de jugeotte, et ça se permettait de faire des commentaires. Connard va.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Lun 4 Oct - 21:57

Pas de chance, ce médecin était une véritable tête de mule. Il ne se laissait pas démonter, pas même par le chef de l'état. Il garda la tête haute, le regard droit, et n'hésita pas une seconde. C'est qu'il avait une de ces confiances en son propre jugement..!

"J'aurais commencé par éviter de laisser une puissance incontrôlée pareille sans artefact d'annulation de magie sous la main! Ce n'est pourtant pas bien compliqué... Les bases de la sécurité!"

Mais oui, c'était évident, voyons... Enfin. Le médecin avait au moins raison sur un point: C'était vraiment dommage de ne pas avoir pensé à amener un artefact anti-magie. Enfin bon... c'était trop tard, maintenant. Bon à savoir pour les prochaines fois.

Le ton pris par l'Alpha ne semblait pas du tout plaire au petit homme, qui était en train de faire des -10 et des -15 dans son coin lui aussi. Il fronçait les sourcils de plus en plus fort et faisait ouvertement la gueule, maintenant.

"Non. Juste pour un des nombreux mutants naturels que nous examinons tous les ans afin d'annoter la présence de nouvelles espèces, et de détecter quelles anomalies ces individus peuvent développer. Quant aux examens... Vous auriez dû y penser! Les "mages révélés tardivement", comme vous dites, sont bien souvent les plus instables et parfois les plus dangereux. Un examen préventif aurait potentiellement pu éviter ce qui vient d'arriver aujourd'hui! Qui sait ce que les scans vont nous révéler?"

Mais comme Mugen était chieur, lui aussi, il décida de contrarier le médecin. Pas d'analyse ADN hein..? Le petit homme écarquilla les yeux, avant de prendre l'air froissé de quelqu'un sous le nez duquel on aurait mis une crotte de chien.

"Très bien. Mais les analyses ADN sont censés être la procédure habituelle pour ceux que l'on soupçonne d'être des mutants naturels. Ça ne casse pas une patte à un canard, et ça permet de souligner les différences entre le caryotype humain et celui de l'individu, de sorte à déterminer les différences exactes, et les bons traitements comme les mauvais traitements à infliger, ou ne pas infliger, à l'organisme mutant. Sans compter que cela nous aiderait fortement à comprendre les résultats des autres examens et les réactions de l'organisme magique dans un contexte sans magie... Enfin bon."

Et d'ajouter enfin, peut-être un peu plus sèchement.

". L'analyse ADN est un peu longue et sa procédure de prélèvement pas très agréable. Ça aurait été mieux tout de suite. Mais à vous de juger...Après tout, c'est vous le chef. J'imagine que vous avez une raison personnelle pour vouloir épargner cet homme. J'espère juste qu'elle est bonne.."

... houlà... Ce type n'était-il pas carrément anti-gouvernemental..? Ou bien au contraire avait-il compris que son patient n'était autre que Asch Raizer, et se rajoutait-il à la longue liste de ceux qui blâmaient l'Alpha pour l'avoir sauvé..? En attendant ce type était timbré de parler au despranon alpha comme ça... Il avait déjà tourné les talons, prêt à mettre en route les scanners.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Mar 5 Oct - 9:05

Mugen ne devait pas perdre son calme, et devait faire montre d’une zenitude totale, même s’il avait envie de bouffer le médecin devant lui. Ce petit homme qui se permettait des jugements de valeur sur lui-même et Asch surtout… Et par-dessus le marché, une analyse ADN, comme s’il doutait même de son humanité ! A cran, c’était un peu trop pour Mugen. Mais le pire, ce fut quand le médecin ne se laissa pas démonter par l’Alpha, certainement trop habitué à houspiller d’autres grandes pontes du gouvernement pour être intimidé par un ‘simple’ Despranon. Et là, tout s’accélère.

La première remarqua frappa Mugen là où il n’aurait jamais pensé être atteint. Un artos ? Pourquoi n’y avait-il pas pensé… L’Alpha resta muet, interdit, mais on pouvait quand même lire sur son visage une certaine haine pour cet homme qui visiblement, venait de toucher un point sensible. Sur ce coup là, Mugen avait été très con et avait fait prendre des risques inutiles à Asch… Putain, c’était tellement stupide !

Par contre, la suite le laissa moins muet que la première injonction. Des ‘mutants naturels’ ? Voilà qu’on traitait Asch de mutant maintenant ! Heureusement qu’il était dans les pommes et dans une autre salle ! Mugen n’osait même pas imaginer comment l’autre râleur dépressif aurait réagit à une telle dénomination. Mais pour les examens, ouais, Mugen n’y avait pas pensé non plus. Ca commençait à faire beaucoup : encore un peu et le médecin réussirait à le rendre penaud, et à le faire culpabiliser bien comme il faut ! Enfoiray va.

« Faites les vos examens, mais utilisez un autre terme que ‘mutant’ hein… »

On dirait que la bête avait rangé les crocs, finalement. L’Alpha avait dit ça d’un ton las, et avait hésité à ajouter quelque chose comme ‘il se considère déjà comme un monstre’ mais bon, c’était pas les affaires de cette horreur sur pattes qu’était ce foutu médecin. Mugen lui demandait de soigner Asch, pas d’essayer de le comprendre. Ca, c’était déjà mort d’avance, vu comment il en parlait. Et la suite donna raison au Despranon.

Ok ok, s’il le faut vraiment Mugen pourrait consentir à accepter l’analyse ADN, sauf que ben c’était pas de lui qu’on parlait ! Même si on pouvait considérer que l’Alpha était le tuteur légal de l’ex-prisonnier qu’était Asch, lui ne se sentait pas avoir ce rôle. Il lui en avait déjà beaucoup trop demandé, et l’autre était assez grand pour décider de lui-même. Au pire, Mugen tenterait de le convaincre.

Et là bam, piqûre de rappel. Le médecin balança à nouveau un autre de ses jugements à la con, qui aurait mieux fait, celui-là, de rester bien au fond de son crâne luisant. Mugen, vraiment hors de lui, lui répondit avec un calme olympien cette fois :

« Justement. Si c’est pas agréable, autant lui demander la permission à lui directement. Vous irez lui expliquer que vous pensez qu’il s’agit d’un mutant et que ses cheveux rouges – dont je me fous au passage – sont un signe de son humanité relative. Je vous admire, Docteur… Tiens, c’est quoi votre nom ? »

Ouais ouais vous avez bien compris. Cet enfoiré de médecin l’emmerdait tellement que Mugen allait noter son nom, et à retardement, allait sûrement lui faire une belle petite crasse. A retardement bien sûr, comme ça on aura oublié un peu la prise de bec de ce jour. Et puis, dans quelques moins, Docteur Trou du Cul ira soigner des coyotes à Perpète-les-Oies. Bien fait pour lui ! Il y avait sûrement un tas d’autres médecins compétents et plus respectueux de leurs patients de toute façon ! Ou mêmes des infirmières. L’une d’entre elles avait attendu que l’échange se calme pour approcher de Mugen, bien qu’il l’ait remarqué depuis un moment, à faire le pied de grue avec des trucs dans les bras. Cette dernière, à portée de voix désormais, s’adressa à lui avec un ton affable :

« Monsieur… »

« Mugen. »

« … Euh Mugen, vous avez été blessé… »

« C’est rien, j’ai pas mal. »

Elle sourit doucement mais pris quand même de quoi désinfecter et panser la plaie :

« Il ne faudrait pas que ça s’infecte tout de même. »

Fatigué de tout ça, le Despranon se laissa faire, enlevant son t-shirt pour que l’infirmière puisse panser sa brûlure. Elle n’était pas du tout profonde en fait, comme si le flux n’avait fait que l’effleurer. Ca laisserait quand même une sacrée trace, impressionnante par sa longueur. Mais Mugen n’avait pas voulu faire le dur en disant que ça ne lui faisait – presque – pas mal : c’était vrai. C’était loin d’être insurmontable… Mais bon, quitte à être dans un hôpital, autant se faire soigner pour ça aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Mar 5 Oct - 11:24

Docteur trou du cul ne semblait toujours pas vouloir se dégonfler, malgré les risques qu'il prenait en s'adressant au despranon alpha comme il le faisait... Soit il était vraiment hargneux et stupide, soit il n'aimait pas son boulot et faisait tout ce qu'il pouvait pour avoir une bonne excuse de le quitter. Enfin bon... N'empêche qu'il redressa ses lunettes d'un doigt. Il affichait une petite moue entre le mépris et la lassitude...

"C'est le terme générique qu'on utilise ici pour parler de personnes dont le génome a subi... eh bien des mutations déterminantes, figurez-vous."

Il n'avait pas l'air de vouloir faire plaisir à Mugen... Décidément pas, non. Et cela monta en puissance progressivement, jusqu'à ce qu'il fasse LE faux pas qui allait lui niquer sa carrière pour de bon. Une lueur de compréhension passa brièvement dans le regard de l'homme... Qui ne cilla pas pour autant, et ne sembla pas prendre peur. A croire qu'il était vraiment cinglé. Ou bien qu'il avait vraiment envie de faire un autre job.. D'un côté, il avait l'air de tellement aimer les mages que ça pouvait se comprendre.

"Docteur Olhe Booley. Bien. Sur ce je vous laisse à vos... occupations. Les premiers examens ne seront pas longs, ma collègue devrait vous contacter d'ici quelques minutes. A votre place, je la laisserais convaincre le... patient, de procéder à l'analyse ADN, lorsqu'il se réveillera."

Booley hein..? L'interface irl dont le perso est dans les vapes aime les jeux de mots pourris, oui, mais il n'empêchait que ce nom de famille n'était pas forcément inconnu des dossiers qui traitaient de l'Opale Maudite. Parmi les victimes du massacre provoqué par Asch, figurait un certain Elio Booley. Une coïncidence ou bien..?

Dans tous les cas, les machines se mirent bientôt en branle autour de Asch, qui se retrouva secoué, vibrationné, illuminé dans tous les sens. Cela ne sembla pas le déranger. Une infirmière entra dans la salle surchauffée avec une tenue réfrigérée et vint planter une aiguille dans l'une des veines du jeune homme afin de procéder à une prise de sang. Puis quelques dizaines de minutes passèrent, tandis que Mugen se faisait soigner...

Le bruit de talons hauts résonna bientôt dans le couloir. Une grande femme - déjà sans talons elle faisait bien la taille de Mugen, c'était dire si c'était impressionnant ! On se demandait aussi pourquoi elle se sentait forcée d'en mettre, même si ces derniers ne faisaient pas plus de 3 centimètres - s'approcha de l'Alpha, puis se planta devant lui. Elle coinça une mèche de cheveux derrière l'une de ses oreilles et afficha un grand sourire bienveillant, qui faisait sans doute partie de sa personnalité parce qu'il était bien inutile de sourire à un aveugle en fait...

"Bonjour! Je vais reprendre le travail de mon collègue. Donc... J'ai les premiers résultats. Cet homme est sous votre responsabilité? Ou bien dois-je attendre son réveil et lui fournir des explications en personne? Les examens ont révélé beaucoup de choses intéressantes et..."

Ah. Elle avait l'air gênée. Elle, au moins, elle semblait polie!

"... Je suis désolée d'insister mais... Vous n'êtes pas très favorable à un test ADN à ce que j'ai compris... Cela dit ce que nous venons d'apprendre renforce nos doutes... Ça serait vraiment bénéfique, si nous parvenions à le convaincre de s'y soumettre..."

Ses mains se resserrèrent légèrement contre le tas de dossier qu'elle avait en main. Elle semblait vraiment impatiente de parler à quelqu'un de ce que les tests avaient permis de déterminer...

Pendant ce temps là, Asch continuait de "dormir" paisiblement, même si il avait maintenant un joli pansement à l'endroit où on lui avait pompé du sang. Il n'avait pas encore l'air d'être sur le point de se réveiller. Et c'était peut-être mieux pour lui... Car cet éveil risquait d'être violent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Mar 5 Oct - 14:08

Mugen se foutait bien des explications de Docteur Trou du Cul, après tout, il avait arrêté de l’écouter une fois qu’il avait compris qu’il avait un énorme con en face de lui. Ouais ouais terme scientifique tout ça, mais ça reste quand même vachement pas poli, voire carrément insultant pour Mugen. Mais d’ailleurs, d’où ça lui venait cette soudaine touquette de pas aimer qu’on insulte Asch !? C’était un criminel à la base hein… Enfin. Criminel ou pas, insulter les gens ça rester hyper pas glop.

Et puis, une lueur éclaira l’esprit de Mugen. Il aurait presque pu voir son cerveau chauffer à la mention de ce nom. Olhe Booley, hein… Alors déjà de une, il porte vachement bien son nom. De deux, ça rappelait quelque chose au Despranon. Ah bien sûr ! La liste des victimes de l’incident de Raizer. Tout s’expliquait. Non seulement cet enfoiré bossait pour les Densetsu mais en plus il devait en vouloir à mort à Asch qui avait du tuer son fils ou je sais pas quoi. Dans l’esprit de Mugen tout fut soudain limpide. Un Densetsu qui soigne des mages, pour le compte de l’armée en plus !? Au cachot ouais ! Comme si Mugen pouvait supporter l’idée de laisser des mages du gouvernement entre des mains aussi sales que celui d’un sympathisant anti-magie…

« Ouais laissez-moi lui en parler. »

Sous-entendu : si c’est toi, c’est obligé qu’il refuse, vu comment tu t’y prends comme un méga-manche ! Mugen n’était pourtant pas sûr de pouvoir convaincre Asch pour l’analyse ADN, sauf peut-être que ça aidera à déterminer de façon sûre l’origine de ces derniers. D’ailleurs, à ce que le Despranon voyait, les examens n’allaient pas tarder à débuter, et c’est à ce moment là qu’une infirmière – jolie ou pas il s’en fout, il voit rien et puis… nan rien – se proposa de lui soigner la plaie qui lui lacérait l’épaule jusqu’au téton gauche.

Il accepta mollement, plus ou moins soulagé de savoir qu’ils allaient au moins en savoir plus sur cette foutue magie qui habitait le corps d’Asch. C’était juste trop stupide de l’avoir fait souffrir comme ça inutilement. Mugen s’en voulait, et croyez-moi ça n’arrivait pas souvent… Son ignorance avait poussé Asch à tester par lui-même, et le résultat était plus que désastreux. Alalala… Il se perdit dans ses pensées pendant que l’infirmière lui passait un bandage, avant de le laisser tranquille, en fait. Quant à Asch… il était toujours dans sa pièce surchauffée, avec un tas de machines étranges près de lui.

Et c’est à ce moment qu’une autre médecin fit son apparition, souriant à Mugen et lui demandant si elle pouvait s’adresser à lui directement. Peut-être que l’Alpha ne pouvait pas voir ce sourire, mais il pouvait l’entendre dans le ton poli de cette femme. Elle passait après un connard, donc il s’en méfiait mais elle avait au moins le mérite de rester correcte, elle. Même si dans le fond, elle demandait la même chose que Dr Trou du Cul.

« Oui et non… Il est sous ma responsabilité oui, mais c’est la moindre des choses de lui expliquer ce qu’il se passe, c’est pas un gosse. »

Mugen se posait parfois la question, vu dans quelles circonstances il l’avait ‘accueilli’ chez lui, et comment il s’en occupait. Sur le plan magique en tous cas, Asch était un gamin qui apprend à marcher. Sauf que lui, quand il tombe, bah ça fait pas mal qu’à lui…

« Oui oui, je sais mais c’est à moi qu’on va le faire ce test, alors débrouillez-vous avec lui. J’essaierais de le convaincre s’il le faut… Mais il a un vrai caractère de merde… »

Mugen soupira, et passa sa main – droite, son épaule gauche était un peu dégommée quand même – dans ses cheveux. Finalement, lui aussi était bien curieux :

« Bon sinon, ça donne quoi ces examens ? »

Il ne demandait pas si c’était bientôt fini ou si Asch s’était réveillé, parce que de tels infos, il pouvait les avoir par lui-même, d’un simple coup d’œil. Enfin façon de parler. Pratique hein !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Mar 5 Oct - 16:28

La jeune femme sembla hésiter un instant. Il y avait quelque chose de déçu dans son attitude: visiblement, elle avait hâte de donner des explications au sujet des tests effectués. De plus, elle avait l'air horriblement gênée: comme si elle avait donné un impression qu'elle avait à tout prix cherché à ne pas donner. Décidément... Olhe Booley saoulait tout le monde. Son impolitesse forçait ses collègues à redoubler de prudence avec les patients et les accompagnateurs... Ce ne devait pas être la première fois que le médecin se comportait de sorte à faire perdre à l'équipe médicale de l'hôpital la confiance de ses "clients". En tous les cas la femme médecin se sentit obligée de se justifier:

"Oh... Oui bien sûr! Je comptais lui fournir des explications à son réveil. Mais je pensais que vous voudriez peut-être être mis au courant sans attendre... Mais si vous préférez qu'il ait le privilège d'entendre cela le premier... Vous savez, je ne sais pas quelle est la meilleure manière de lui annoncer ça... Surtout vis-à-vis de ses antécédents."

Elle avait l'air sincèrement embêtée, en fait. Et elle avait l'air foutrement bien renseignée sur Asch aussi... A croire que ça avait tant et si bien jasé à l'hôpital que tout le monde était au courant, sans même que le nom de Asch ait été prononcé. Diable! Il allait finir par être aussi connu que l'Alpha lui-même à ce rythme... Enfin. Autant l'autre médecin avait été un enfoiré, autant celle là semblait fortement encline à l'altruisme et à l'empathie.

Elle opina sans protester lorsque Mugen lui demanda de voir avec Asch en personne pour cette histoire de test ADN. Ça y était... La pilule était passée, le compromis accepté. Ou bien pour ce genre de test avait-il toujours fallu demander une autorisation au principal concerné... Avec Booley et ses méthodes, on ne savait jamais, hein.

La jeune femme s'était un peu tassée sur elle-même durant cette discussion... Elle sembla s'étirer à nouveau de tout son long au moment où l'aveugle lui "donna l'autorisation" de parler des résultats des examens. Et d'un coup, ce fut comme si elle s'était enflammée. C'est bien... Il y en avait qui étaient passionnés par leur boulot.

"Eh bien... C'est assez incroyable en fait! Les tests sanguins ont plus ou moins donné quelque chose, mais nous n'avons pas réussi à tout analyser. Il a moins de globules blancs que la moyenne, ce qui est sans doute dû à sa température corporelle très élevée... La chaleur a tendance à affaiblir ses défenses, et est un véritable terrain de jeu pour les virus et bactéries en prolifération... Bref. Il faudra faire attention: il est clairement du genre à choper tout ce qui passe. Mais j'imagine qu'il n'était pas utile de préciser qu'il lui faut bien se couvrir de toute manière."

Elle eut un bref sourire, puis continua, tandis qu'elle invitait Mugen à la suivre. Elle l'emmena dans un couloir, puis le fit tourner dans une salle emplie de machines lumineuses qui permettaient de visualiser les radiographies imprimées. Bon. Ils avaient des ordinateurs surpuissants pour ça... Mais rien qui s'adapte à une vision thermique, comme celle de Mugen.

"... Son sang contient quelques éléments qui n'ont rien à faire dans une hémoglobine normale... Certaines particules d'origine magique, entre autre. Son métabolisme entier s'est adapté et a fait sienne la magie en quelque sorte. Il est assez étrange qu'il ait pu vivre si longtemps à Shangyu sans ressentir des troubles... Tenez, je ne sais pas si vous pourrez 'voir', j'ai tenté de trouver un papier adapté..."

Elle sortit de leur pochette deux radiographies, imprimées sur un papier spécifique qui, si il n'était pas fait pour Mugen, aurait pu l'être. Les parties "noires" de l'image étaient denses et emmagasinaient fortement les rayons de photons qui les bombardaient. Les zones "blanches" ne chauffaient quasiment pas. Ainsi, une fois posées sur le panneau lumineux, les radiographies commencèrent à prendre des couleurs, thermographiquement parlant. Les zones noires chauffèrent à 45°C tandis que les blanches restèrent à un 20 des plus corrects. Et là, sous les non-yeux ébaubis de Mugen (ou pas..), s'afficha donc une image en noir et blanc (ou bien en couleurs bizarres plutôt) de ce qui ressemblait à... Un système nerveux. sauf que ça n'en était pas un.

"Voilà comment se présente... sa magie. C'est un cas de magie organique: elle s'est intégrée à son métabolisme comme si il s'agissait d'une nouvelle partie de son corps. Les dix flux qui arrivent dans ses doigts semblent être la moelle épinière du système, puis ils se capillarisent pour irriguer tout le reste de son corps... Difficile de dire pour le moment à quel point ses organes internes sont liés à ce système calorifique, mais ce qui est sûr, ces que ces flux moins chauds, à gauche sur l'image, sont respectivement liés au foie, à chacun des deux reins, au pancréas et à l'intestin grêle. Les flux les plus chauds sont intimement liés à son cœur, ses deux poumons, son estomac et... hm. Son système génital."

Elle se frotta le crâne et acheva sur un commentaire succinct:

"... Il faudra surtout bien lui préciser qu'il ne faut pas qu'il se retrouve sans magie plus de plusieurs jours d'affilée... Il risque de ressentir des signes de maladie, de faiblesse, de fatigue... et ensuite, pour tout dire, je ne sais pas vraiment ce qu'il pourrait se passer... Il faudrait faire des tests à base d'artefacts d'annihilation. Je pense que son corps n'est plus capable de tenir sans magie, sur le long terme. Ou bien alors en mauvaise santé. C'est un peu comme si on vous enlevait un rein... Ou bien le foie, sans qu'il repousse. Et je ne sais pas laquelle des deux métaphores elle la plus adaptée..."

La femme médecin s'arrêta, pour observer Mugen. Elle avait encore quelque chose à ajouter mais préférait attendre une réaction. Pendant ce temps là, Asch commençait à avoir quelques crispations au niveau des paupières... Mais il faisait bien de dormir encore un peu, hein! Il risquait de tomber de haut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Mar 5 Oct - 17:23

Mugen ne savait vraiment pas à quoi s’attendre, et pourtant, il avait accepté que la femme médecin lui parle de la magie d’Asch. Elle semblait tellement impatiente, autant qu’un chat qui aurait trouvé un nid de souris. Ca avait au moins le mérite d’attiser la curiosité du Despranon, qui d’un côté, avait quand même hâte d’en savoir un peu plus sur le fonctionnement de cette magie bizarre dont avait hérité Asch. Mais ce qui fit d’abord tiquer l’Alpha, c’est la façon dont on lui parlait des ‘antécédents’ du rouquin. Bordel, il était si connu que ça ? Visiblement mécontent, Mugen répondit simplement :

« Peu importe ses ‘antécédents’ comme vous dites, il est mage, et il le sera toute sa vie. Autant qu'il s'y fasse. »

Bien sûr, alors qu’il disait ça, Mugen ignorait la portée de la complexité de la magie d’Asch, et tomberait sûrement de haut en en prenant connaissance. Enfin, de moins haut que Asch : il ne faisait qu’1m86 lui. Bref, oubliez cette vanne pourrie, et concentrez vous sur la suite : la femme médecin emmena donc Mugen jusqu’à un autre couloir, et il la suivit docilement. Au loin, il voyait Asch, toujours endormi… qui sait ce que son réveil lui apportera ! Enfin… Il fut alors devant un assortiment de panneaux qui évidemment, ne reflétaient rien pour lui. Il préféra tendre l’oreille.

Première nouvelle : rien de nouveau. Asch devait se couvrir, oui ça Mugen l’avait compris. Il avait bien remarqué que le rouquin était plutôt prompt à se chopper des maladies, et au moins maintenant il aurait une bonne raison de le forcer à ne pas se balader à moitié à poil dehors. A moitié à poil, ça veut évidemment dire avec un seul pull, pour Asch. Bref, la suite…

On lui parla du système sanguin apparemment exceptionnel d’Asch, qui semblait être mêlé à de la magie. Sérieusement, pour Mugen, tout ça c’était du beau charabia. Mais quand on lui sortit une radiographie qui, par miracle, fut visible pour lui, tout fut déjà beaucoup plus clair. Dans un entrelacs de jaune verdâtre et d’orange jauni, Mugen put voir ce deuxième système nerveux, qui comme le commentait la femme médecin, semblait être relié à une bonne partie des organes vitaux du rouquin. Par contre, la provenance de ses flux chauds fit sourire Mugen :

* On y revient toujours hein… *

En espérant qu’elle n’ait pas le pouvoir de lire dans les pensées, bien évidemment ! Bref, c’était quand même assez étonnant, et hyper compliqué. Vu comme ça, Asch n’était pas prêt de pouvoir contrôler ce pouvoir qui dépassait l’entendement… Dire qu’il lui avait demandé de tester ça à la barbare… Ouais le Despranon ne s’en remettrait probablement jamais de cette erreur monumentale.

Mais bon, le speech de la doctoresse n’était pas encore terminé. Elle ajouta que rester plusieurs jours dans une zone antimagie comme Shangyu pourrait s’avérer difficile pour Asch, qui serait comme un organisme avec quelque chose de manquant. Ah merde, c’était con ça, parce que l’Alpha allait très régulièrement à Shangyu pour soigner son insomnie… Enfin, soigner… On va dire pour pouvoir dormir, simplement. Inquiet, il ne put s’empêcher de demander à la femme médecin :

« On y a passé deux jours une fois, et tout allait bien… du moins, d’un point de vue physique. »

Ouais, dire que tout s’était bien passé à Shangyu c’était quand même un peu du foutage de gueule hein ! Mais voilà, sur un plan purement physique de conséquence de l’absence de magie, Mugen n’avait vraiment rien remarqué d’inhabituel… Alors, d’un côté, sa question paraissait quand même légitime.

C’est pile à ce moment là que, de nouveau focalisé sur Asch qui dormait dans une autre pièce, Mugen détecta le mouvement de ses paupières. A vrai dire, s’il ne pouvait pas voir les couleurs, et ne distinguait que très légèrement les vêtements en Normal Mode, l’Alpha pouvait quand même voir un froissement de paupières à travers pas mal d’obstacles. Surtout quand en fait, il était plus en Scout Mode qu’en Normal Mode… La faute à son inquiétude grandissante quant à Asch… Comment aller lui annoncer ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 843

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Mar 5 Oct - 21:09

La jeune femme se retourna vers Mugen. Elle n'avait pas l'air surprise d'apprendre que tout s'était bien passé durant leur visite à Shangyu en attendant... Et elle en expliqua vite la raison:

"Eh bien... Ça ne m'étonne pas beaucoup. Après tout ce n'était qu'un week-end. Mais je suis presque persuadée qu'un séjour plus long pourrait être néfaste, si ce n'est mortel. Je ne suis juste pas sûre du degré de gravité de l'absence de magie sur son organisme. Tenez: vous êtes sûr de n'avoir rien remarqué? Pas de faiblesse? De fatigue? Pas de maladie étrangement vite incubée? Vous savez... Il possède peu de défenses immunitaires même lorsqu'il est "entier", alors j'ai peur que, affaibli par l'absence de magie, il soit vraiment très vulnérable."

Elle sembla hésiter un instant... Puis ajouta timidement:

"Je ne veux pas donner l'impression d'insister... Mais c'est parce que nous pensons que cela nous permettrait d'y voir plus clair que nous pensons le test ADN véritablement nécessaire. Ce genre de pouvoir va rarement de paire avec un caryotype... standard. Surtout à considérer l'étrange composition de son hémoglobine..."

Elle se racla la gorge, un peu gênée. Puis elle passa à un autre sujet pour éviter de s'étendre une nouvelle fois là-dessus, quand bien même elle avait jugé nécessaire de donner ses arguments à Mugen. Au cas où il puisse mieux les utiliser qu'elle pour convaincre Asch, quoi...

"Ah! Sinon. Est-ce qu'il fume? Parce que ses poumons sont dans un état lamentable! A ce rythme il va bientôt devoir venir se faire poser des nano-machines pour détruire de charmantes métastases... Si ça se trouve, si les flux sont véritablement liés à ses organes, un déséquilibre de ce genre pourra l'empêcher de se contrôler parfaitement..."

Super..! Asch allait devoir arrêter de fumer pour éviter de choper le cancer prématurément, et pour tenter de gagner quelques niveaux en contrôle de flux de chaleur. Mais c'est qu'il allait être super content en se réveillant, tiens!

D'ailleurs, c'était en train d'arriver. Asch finit par cligner des paupières, en se demandant bien ce qu'il faisait là... Et surtout, où il était. Il avait chaud, et le contrôle semblait lui être revenu. Il ne se rappelait plus que du moment où son corps avait heurté l'eau...

Il était enroulé dans un tas de couvertures dont il allait lui falloir beaucoup de volonté pour se dépêtrer... Ceci dit, lorsqu'il leva un bras pour retirer la couverture chauffante qui lui bouchait à moitié la vue... Il remarqua que quelque chose pendait de son poignet. Asch DETESTAIT les hôpitaux et était bien incapable de réfléchir, alors qu'il venait à peine de se réveiller et avait encore les neurones paralysés. Ni une, ni deux. Il arracha la perfusion à son bras et se redressa sans attendre en position assise, pour écarquiller les yeux face à tout ce qui l'entourait. Ouais... Il était déjà bien remis, même si il avait l'impression de s'être fait rouler dessus par un bulldozer. La tête lui tourna subitement, et il dut s'accrocher au bord du lit pour éviter de tomber. N'empêche qu'il était perplexe... C'était quoi cet endroit où on cuisait, et où des tas de machines tournaient en faisant un boucan pas possible..? Une infirmière cosmonaute vint à sa rencontre. Asch sursauta. AAH!! C'était QUOI ce truc??!

"Non, vous devez rester couché encore un instant..! Tenez vous auriez pu casser l'aiguille dans votre bras en l'arrachant comme ça...

- On est où là?

- A l'hôpital. Vous étiez évanoui. Ne vous inquiétez pas, je vais prévenir votre accompagnateur, il devrait arriver bientôt..."

... Accompagnateur? Beuh... C'était pas la tête de Shôryû qui le rassurait des masses, en temps normal... Mais là Asch aurait été plutôt content de le voir, ouais. Au moins pour essayer de comprendre ce qui était arrivé, et combien de temps s'était passé depuis sa chute dans la rivière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Mar 5 Oct - 23:05

Mugen tombait de plus en plus haut, et la chute ne semblait pas avoir de fin… La femme médecin lui annonça que pour un week-end, ça n’avait rien d’étonnant de n’avoir pas remarqué de changements, mais que pour un séjour plus long, ça risquait peut-être de poser problèmes. Et quand elle parla des symptômes qu’aurait pu avoir Asch, Mugen se sentit complètement désemparé.

« … Ca n’a pas été de tout repos pour des raisons complètement autres… Et puis il a été malade oui, mais en même temps, se foutre à la fenêtre à 3h du mat’… »

Fin voilà, ça faussait les estimations du coup. Mais maintenant qu’elle en parlait – et en plus elle était médecin, et assez polie pour que le Despranon la croie – Mugen se demandait si elle n’avait pas raison. Peut-être qu’Asch était véritablement affaibli sans sa magie… Il ignorait juste que ça pouvait aller plus loin que ça même.

Et bon, l’habituel refrain de l’analyse ADN. Mugen n’avait même pas envie de répondre : pour lui, il l’avait déjà fait. Il avait déjà été convaincu, mais ce n’était pas lui qu’on allait analyser. C’est auprès d’Asch qu’il faudrait insister lourdement ! C’est pas dit qu’il accepte facilement d’ailleurs… La nouvelle serait sûrement terrible pour lui, et Mugen était plutôt inquiet à ce sujet. Même s’il allait lui parler, il n’était pas sûr qu’Asch soit d’accord au final… Enfin. Le pire c’était que c’était pas fini. La suite laissa même l’Alpha… perdu. Complètement paumé.

« … Oui il fume… »

Des métastases ? Putain mais il allait crever ou quoi !? Sans qu’il sache vraiment pourquoi, Mugen était au bord de la panique. Il ne voulait pas que ça arrive, mais il ne se l’expliquait pas. En tous cas, le convaincre d’arrêter de fumer risquer là aussi de poser problème… Cette magie était non seulement complexe, mais aussi exigeante. De quoi avoir envie de se tirer une balle. Oputin, il en était capable en plus.

Toujours avec cette pensée en tête, Mugen se focalisa sur Asch, qui venait juste de se réveiller. Une femme s’approcha de lui, et lui parla. Evidemment, le Despranon n’était pas clairaudiant, et ne pouvait pas donc pas savoir ce qu’elle lui disait, ni ce qu’il lui répondait. Mais il savait qu’il devait aller le voir. Il annonça donc à la femme en face de lui :

« Il vient de se réveiller. Laissez-moi lui parler en premier. »

Il fallait qu’il y aille en premier, ne serait-ce que pour lui exposer certaines des informations les plus choquantes avant que ce ne soit une sinistre inconnue qui ne le fasse. Et il devait aussi s’excuser pour les risques inconsidérés qu’il lui avait fait prendre… là-dessus il était impardonnable.

C’était vraiment stupide ce qu’il avait fait, et Asch avait failli en crever. Lui aussi d’ailleurs, puisqu’il avait sous-estimé la puissance de sa magie. Alors oui, alors qu’il marchait vers la salle surchauffée, se foutant du choc thermique qu’il allait subir, il ressassait ça, sans cesse, comme pour se flageller mentalement. Et quelque part, il avait même peur qu’Asch le lui reproche… Parce que là, pour le coup, il aurait raison. Terriblement, et douloureusement raison…

Mugen soupira, et se prit le front entre le pouce et l’index : la journée allait être longue…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alternative Future :: SIIRASTAN :: Séregon-