Encyclopédie
Présentations
Carnet de Bord
[RP]Siirastan
[RP]Mycra
[RP]Shizuku
[RP]Autres
Archives
AccueilFAQRechercherMembresConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Mer 6 Oct - 8:29

La doctoresse avait l'air vraiment embêtée. Mais elle restait décidément sur ses positions, préférant ne pas laisser Mugen et Asch dans l'illusion:

"Généralement on ne tombe pas malade du jour au lendemain juste pour être resté à la fenêtre à 3 heures du matin.. Il faut un temps d'incubation un peu plus plus long. Un choc... aura pu aggraver son état, mais je pense qu'il y a une composante liée à l'absence de ses pouvoirs à Shangyu. Il va falloir déterminer à quel point cela peut le handicaper, sans quoi on risque de le mettre en danger inutilement..."

Une fois de plus. Mais bon. Si la magie de Asch n'était pas si chiante on n'en serait pas là, non plus... après avoir appris à Mugen que Asch risquait d'être très bientôt atteint d'un cancer en plus d'être incapable de maîtriser certains flux chauds si il n'arrêtait pas de cloper comme un pompier, la jeune femme sembla en avoir fini avec les révélations déplaisantes. Tant mieux, car Asch venait de se réveiller. La femme médecin manqua bien de demander à Mugen comment il l'avait su, surprise... Mais elle se retint de justesse, manquant de peu de passer pour une abrutie finie. Bah... Elle avait pas l'habitude d'être avec un type qui pouvait voir au travers des murs, hein!

"Oh! Allons-y sans attendre alors... Il doit se demander ce qu'il se passe. Quant à lui parler en premier... Je n'osais pas vous le demander, mais je pense en effet que ce sera mieux ainsi. Certaines choses risquent de lui être difficile à avaler..."

C'était peu dire! Enfin bon. La jeune femme détacha les radios du panneau lumineux, et les emporta, car elles intéresseraient sans doute tout autant l'ex-densetsu que son "responsable légal".

Pendant ce temps là, Asch était en effet en train de se demander ce qu'il foutait ici. Il allait s'énerver auprès de l'infirmière qui semblait tout vouloir faire passer par Mugen - hey! Asch était assez grand pour qu'on lui dise les choses directement, merde, quoi - mais il faut croire que parfois le hasard faisait bien les choses. Shôryû et le médecin entrèrent dans la pièce, sans prendre le temps d'enfiler une combinaison pour éviter de crever de chaud. Pour une fois ce n'était pas Asch qui allait subir un choc thermique. Asch, un peu excédé, daigna se rasseoir sur le lit, et observa l'Alpha avec un air inquisiteur que l'aveugle ne pourrait de toute manière pas capter... Mais pas grave, il avait le ton qui allait avec.

"Quelqu'un peut-il me dire ce qu'il se passe ici, à la fin..?"

La perfusion, et les machines tout autour de lui qui semblaient ne pas avoir fini de fonctionner... Putain, il fallait tout ça pour éviter à un mec de crever de froid? Il avait eu raison de pas se destiner à la médecine! Haha. Comme si il en avait été capable de toute façon...

C'est alors qu'il remarqua la blessure dorénavant pansée du despranon. Ses yeux se collèrent littéralement dessus, et il en oublia sa mauvaise humeur. Inquiet, il bafouilla quelques secondes avant d'enfin réussir à demander:

"Ah mais c'est vrai que... Euh... c'est pas trop grave?"

Il avait l'air malin tout d'un coup, tiens.. Limite en train de paniquer à l'idée d'avoir peut-être manqué de couper l'Alpha en deux en lui carbonisant une tranche de poitrine. Bordel... Maintenant qu'il y repensait... Le résultat catastrophique de cet entraînement commençait à lui revenir, et accessoirement à peser sur ses épaules déjà bien lourdes en temps normal. Il plaqua une main contre son front... C'était pas possible. Comment allait-il jamais réussir à maîtriser un truc pareil..? Il n'était pas même capable de retenir trois flux tout en contrôlant la trajectoire des autres pour les empêcher de blesser quelqu'un...

La jeune femme et ses dossiers restaient un peu en retrait, derrière Mugen. Il fallait dire que Asch avait une sale réputation, et une allure pas des plus rassurantes, pour quelqu'un qui ne le connaissait pas bien. Elle avant sans doute peur plus que de faire un faux pas, même si elle tentait sincèrement de ne pas juger sur les apparences et les idées reçues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Mer 6 Oct - 15:42

Mugen devait sembler vachement naïf, face à la femme médecin qui lui expliqua que même avec un grand choc, on ne tombait pas malade par une simple fenêtre ouverte à 3h du mat’… Le Despranon voulait bien la croire, mais il en doutait fortement. Il faut dire que son interface IRL, pour s’être battue à coups de boules de neige un soir de fête légèrement vêtue, sait qu’on attrape vite la mort… Enfin passons. Dubitatif, Mugen ne voulait pas croire qu’Asch pouvait être aussi faible, surtout. Pas que ça l’emmerdait, mais… il n’aimait pas cette idée voilà. Et ajoutez à cela un cancer… à moins qu’en 4500, soigner un cancer soit aussi facile que de soigner un rhume, ça n’annonçait vraiment rien de bon.

C’est donc la mine sombre que Mugen annonça qu’Asch venait de se réveiller. Il l’avait surveillé du regard, attentif au moindre signe : et voilà, il ouvrait désormais les yeux, et discutait avec l’infirmière qui s’occupait de lui. Aussitôt, le Despranon en informa la femme médecin, qui l’accompagna. Elle lui avoua être heureuse qu’il se propose pour aller lui parler en premier… Ouais, Asch pouvait être effrayant, Mugen était au courant. Enfin bref, la porte de la salle s’ouvrit, et il pénétra sans attendre ni hésiter dans un véritable sauna sec. Immédiatement ou presque, Asch s’adressa à lui :

« Tu t’es évanoui. »

Première réponse à la première question. Elle était évasive et incomplète, mais pour Mugen c’était quand même une réponse. Quant à la seconde question… Elle gêna un peu l’Alpha, qui s’approcha encore – en retirant sa veste qui était plus qu’inutile ici – et répondit d’un ton doux :

« C’est rien du tout, je ne le sens même pas. »

C’était vrai d’ailleurs : son esprit était trop occupé par des trucs plus graves que ses bobos… Oui pour lui, ça relevait du bobo, même si Asch ne devait pas penser ainsi. Le Despranon soupira, et fit signe à la femme médecin de s’approcher : Asch n’allait pas la bouffer non plus. Il reprit donc la parole, essayant de trouver les mots…

« On en a profité pour effectuer des examens rapides, et apparemment, ta magie est plus complexe qu’on ne l’imaginait. Montrez-lui. »

Evidemment, là il s’adressait à la femme médecin : Asch était assez grand pour mater une magographie et en tirer les conclusions qui s’imposaient. Elle pouvait même lui expliquer des trucs si elle voulait ! Il comprendrait sûrement. Pratique d’être adulte hein !?

« Je pensais que ta magie n’était reliée qu’à un organe mais en fait, elle est reliée à plusieurs d’entre eux… Dont tes poumons. Tu devrais arrêter de fumer si tu veux mieux te contrôler. »

Il n’osait bien sûr pas lui dire que son organisme était fragilisé par la magie trop importante et qu’il risquait déjà de se noyer dans ses propres cellules cancéreuses. L’Alpha n’avait pas non plus dans l’idée de le lui cacher, mais c’était peut-être beaucoup d’informations terribles d’un coup. Même lui avait du mal à s’en remettre, même là alors qu’il les lui énonçait. Pourquoi avait-il fallu que ça tombe sur Asch ? Pourquoi n’avait-il pas pu avoir une magie simple et efficace, comme la sienne ?

Mais non, au lieu d’avoir le cerveau – même une partie du cerveau, c’était pour ça que ça donnait rapidement des migraines – irrigué de magie, c’était tout son corps qui en contenait et qui la contrôlait. Comment contrôler quelque chose qui prenait sa source dans un intestin ou un estomac ? Comment ne serait-ce qu’avoir conscience de la position et de l’activité réelle de son foie ? Ah tiens, il devrait aussi éviter de boire, ça pourrait être nocif pour lui… Asch allait non seulement être mage, mais moine en plus !?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Mer 6 Oct - 18:57

Ou peut-être que la doctoresse était vraiment convaincue par son hypothèse..! Mais il aurait tout de même paru bizarre que Asch tombe malade aussi rapidement. Il était resté à la fenêtre, et n'était tout de même pas allé jusqu'à batifoler dans la glace. De plus, il se sentait mal avant d'aller jusqu'à la fenêtre, mais ça, il fallait dire qu'il n'en avait pas vraiment parlé!

Quoiqu'il en soit, l'Alpha arriva donc dans la pièce surchauffée, où Asch l'attendait de pied ferme (ou pas). Et pour tout dire, oui, il se rappelait qu'il s'était évanoui, merci... Il voulait surtout savoir ce qu'il foutait dans une pièce aussi appareillée, tandis que des vroum vroum raisonnaient encore de partout. Il manqua de poser la question sur un ton acerbe... Mais se rappela soudain de la raison pour laquelle il s'était jeté dans la flotte. Ses flux avaient touché l'Alpha, et il était incapable de juger de la gravité de la blessure. Il n'était pas assez concentré sur les flux dont faisait partie celui qui avait touché Shôryû pour avoir détecté sa position au moment du "drame".

Il fut rassuré de savoir que l'aveugle n'avait rien, mais à peine. Il soupira, et ses épaules se détendirent très légèrement. Il semblait troublé, malgré cela. Après tout il avait craint de blesser Shôryû et ça avait fini par arriver dès le premier essai... Que la blessure soit moche ou pas, ça ne changeait rien à ce qui s'était passé.

"Ça aurait pu être bien pire alors..."

Non, Asch ne disait pas ça pour dédramatiser. C'était plutôt le contraire, en fait, à en juger par l'effroi qu'on pouvait presque entendre dans sa voix. Son réveil était encore trop récent pour qu'il parvienne à se sentir abattu... Mais il savait d'avance que une fois toutes les infos de la journée avalées, il allait prendre cher. Déjà... Il n'était plus capable d'envisager un prochain entraînement. C'était vraiment trop lui demander... Puis c'était imprudent! Qui sait ce qu'il pourrait arriver la prochaine fois..?

"Désolé..."

Et ça, c'était sorti tout seul. Il baissa la tête et passa une main sur son visage. Ça y était... Il commençait à assimiler tout ce bordel et à angoisser. Ça mettait le temps, mais ça venait. Et il n'avait pas fini d'en ramasser plein la gueule pour tout dire...

La suite fut violente. TRÈS violente. Sur demande de Shôryû, la doctoresse s'approcha de Asch pour lui mettre dans les mains les images qu'elle avait précédemment montré à l'Alpha. Il s'attendait à un truc bateau mais... Ses yeux s'écarquillèrent au moment où il les posa sur la feuille. Un réseau complexe s'étendait dans son corps entier, depuis les dix flux jusqu'à de tous petits capillaires qui reliaient son organisme au réseau magique. Non... Ça ne pouvait pas être ça, si..? C'était son système nerveux, nan..? Son pouvoir avait un rapport avec son système nerveux, c'était bien ça hein..??

"... C'est QUOI ce merdier??!!"

Ah bah nan. Vraiment pas. Même Asch n'était pas assez ignare pour penser qu'un système nerveux comportait dix moelles épinières qui passaient par les doigts des mains hein... La doctoresse semblait ne plus savoir où se mettre... Elle réitéra pourtant les explications, tentant d'user de plus de tact que précédemment.

"Hm... Votre magie forme un.. réseau de chaleur à l'intérieur de votre corps. Il s'agit d'une sorte de système calorifique qui alimente votre organisme d'une manière que nous n'avons pas encore déterminé exactement. Votre magie est de type organique. Autrement dit elle... S'est intégrée à votre corps. Elle y a une place physique."

Tout ça pour dire que la magie de Asch était devenue une partie de son corps quoi... Sauf que allez lui dire ça comme ça. Il n'aurait pas aimé. Enfin. Il n'aima pas quand même: il fit cette déduction tout seul comme un grand, tandis qu'il était en train de verdir/blanchir, et son visage, de se décomposer.

"Attendez... Vous dites que ce TRUC est une partie de mon corps?"

C'était l'horreur qui pointait très clairement dans sa voix, et commençait à transparaître sur son visage. Il avait envie de gerber. Même si il ne voyait pas bien la différence entre la magie tout court et la magie-organe... Ça restait un truc plus ou moins immatériel nan? Mais sous cet angle, ça lui semblait tout de même dégueulasse... Il tremblait presque, mais se retenait parce que bon... il s'était déjà assez ridiculisé pour aujourd'hui...

Il faut avouer que d'apprendre qu'il allait devoir arrêter de fumer pour éviter de perdre le contrôle n'avait pas aidé non plus. Paniqué rien qu'à l'idée de devoir se plier à une cure à la bourrine, il releva d'ailleurs la tête pour observer Shôryû, puis la doctoresse. Il avait vraiment l'air du drogué à qui on est en train d'apprendre qu'il va subir une désintox là..

"Attendez... C'est pas sérieux pour la clope quand même..? Même si je le voulais vraiment, je pourrais pas arrêter du jour au lendemain! Je fume deux paquets par jour!"

...et même plus, parfois. On vous a dit que Asch n'avait aucun sens des limites ni du raisonnable..? Enfin bon. La doctoresse se sentit obligée de préciser:

"... C'est peut-être provisoire. Quand vous saurez mieux vous contrôler, vous pourrez peut-être coupler la cigarette à la maîtrise de votre pouvoir... Mais pour l'instant ça me semble impossible. Surtout que vous n'allez pas tarder à tomber sérieusement malade à ce rythme..."

Ouais, bon bah ça, Asch s'en foutait. Ça n'eut pas l'air de le traumatiser... Faut dire qu'il avait déjà des envies de mort, alors...

Mais la jeune femme lançait des coups d'œil gênés sur Shôryû, qui ne pouvait pas forcément les capter. Asch lui, le pouvait. Il soupira. Ok... Il avait compris. Affligé, et comme s'apprêtant à ce qu'on lui annonce qu'il lui restait six mois - ce qui lui aurait sans doute fait bien moins d'effet - il ajouta, sur un ton qui voulait tout dire:

"... Quoi. Il y a ENCORE autre chose?"

Il fallait voir la gueule qu'il tirait... Ces nouvelles n'auraient pas pu plus mal tomber. Quelle blague, cette magie, sur un densetsu tel que lui! Et un fumeur invétéré par dessus le marché...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Mer 6 Oct - 21:45

Ca aurait pu être bien pire oui, mais ça ne l’avait pas été. Mugen ne ressentait presque aucune douleur, et quand bien même, jamais il n’aurait osé en vouloir à un mec qu’il avait forcé à se libérer, quitte à ce que ça lui fasse un mal de chien et qu’il finisse évanoui dans de la flotte glacée qui est pour lui aussi accueillante qu’un bain d’acide sulfurique. Bref, il venait là, auprès d’Asch, non pas pour l’engueuler de l’avoir blessé, loin de là, mais pour lui annoncer des nouvelles qui allaient certainement faire trembler son cœur dans le dedans de son grand corps musculeux.

Donc, après qu’Asch se soit excusé, Mugen tenta de lui expliquer qu’en fait, sa magie était d’un genre tout à fait particulier, et complexe à manipuler. Que de bonnes nouvelles ! Apparemment donc, chacun de ses flux est lié à un organe différent, du genre qu’on n’a conscience de le posséder que quand on y a mal. Sur une injonction du Despranon, la femme médecin donna les clichés à Asch, ainsi que quelques explications. Evidemment, la pilule s’avérait difficile à avaler pour le rouquin, qui se rendait compte qu’il était habité de façon extrêmement étroite par la magie, alors même qu’il l’abhorrait.

« On dirait oui… Pour tout le monde plus ou moins, la magie fait partie du corps mais toi ça atteint des proportions quasiment jamais vues. T’as un système entier de… thermostat interne ! D’ailleurs… Il faudrait éviter de retourner à Shangyu pour de longues durées, ça pourrait être dangereux pour toi. »

Ouais, Mugen avait bien compris les mots de la femme médecin, et semblait même y adhérer. Comme quoi, quand on savait s’y prendre avec politesse et courtoisie, Mugen était tout à fait disposé à vous écouter. C’était juste un peu tout le contraire avec un Docteur Trou du Cul comme Olhe Booley, qui n’allait pas tarder à finir sa carrière dans le fin fond de la campagne profonde, aux frontières du monde connu.

De même, le Despranon fut obligé d’annoncer à Asch qu’il allait devoir arrêter de fumer, parce que chacun de ses poumons était relié à un flux, et pas des moins chauds. Alors, déjà pour ça, valait mieux qu’il arrête, et puis aussi pour le cancer qui allait finir par le tuer s’il restait comme ça à s’intoxiquer sans se soigner. Ce serait difficile à lui faire accepter ça, Mugen le savait, mais la réaction d’Asch fut quand même plus forte que ce qu’il avait pu penser.

« Au moins baisser ta consommation alors ? Ca peut vraiment s’avérer néfaste pour toi… »

Le Despranon était véritablement inquiet, tout comme il l’était maintenant depuis qu’Asch avait perdu le contrôle sur ses flux. Cette journée serait longue et fatigante, mais finalement, elle serait quand même riche en informations cruciales pour l’avenir d’Asch et de sa magie. Mugen regrettait seulement de l’avoir poussé à essayer par lui-même. Il n’y avait aucun résultat, si ce n’est de la souffrance inutile… Enfin…

La femme médecin s’interrompit, et lança des œillades à Mugen qui bien évidemment, ne remarqua rien. Agacé, Asch ne put s’empêcher de demander donc ce qu’il y avait encore à lui annoncer… Et bon, résigné, l’Alpha n’eut d’autre choix que de lui demander quelque chose… qui aurait sûrement du mal à passer. (CDGH)

« Ah… il y a aussi un autre test à faire. Ils voulaient le faire sans te demander ton avis mais bon, c’est pas du même ordre. Les médecins pensent qu’une analyse de ton ADN pourrait être utile. Apparemment la magie aurait influé même sur tes gènes… »

Mugen évitait bien entendu de parler de ‘mutation’ ou de ‘mutant’, parce que c’était terriblement déshumanisant. Asch se considérait déjà comme un monstre à cause de sa magie, autant essayer de ne pas en rajouter…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Mer 6 Oct - 22:53

Un système entier de thermostat interne. Un rire nerveux lui échappa. Il se sentait hagard... Ça ne pouvait pas être vrai, n'est-ce pas..? Pourquoi fallait-il que ça tombe sur lui... Un truc pareil! C'est dans ces moments là qu'on se dit qu'on avait pourtant rien demandé... Mais bon. Asch était déjà blasé. Il le devint juste encore plus, quoi. Et interdiction de retourner à Shangyu pour de longues durées, car ça pourrait être dangereux pour lui, hein..? C'était quoi ça..? La magie pouvait être dangereuse pour son organisme quand elle était absente..? Comme si son corps était... en quelques sortes...

"... Comment si mon corps n'était pas entier..? Quelle blague... C'est vraiment ironique."

Hey... C'est que parfois, il pouvait avoir de bonnes intuitions et une analyse fine. Ça ne lui arrivait pas souvent, mais il avait ses bons moments... Et il ricana encore un peu, cynique, avant de regarder par la vitre. Il se sentait abattu. Mais il avait d'autres soucis qui allaient le forcer à se réveiller un peu... Du genre ses cigarettes qui allaient bientôt être en danger de mort! Ah... Non! Ça, il ne pouvait pas laisser passer aussi aisément! Mais ses inquiétudes furent bientôt apaisées par un Shôryû relativement conciliant, pour une fois...

"... Baisser ma consommation..? Ca, je peux essayer... Mais arrêter d'un coup c'est juste impossible."

Même ainsi ça ne lui faisait pas plaisir mais bon... ce n'était pas comme si il y avait vraiment le choix. En attendant il avait la forte impression qu'on lui cachait quelque chose. Et cette impression semblait justifiée... Asch tourna la tête vers l'Alpha, pour l'écouter parler. Et le rouquin fronça les sourcils au fur et à mesure que l'aveugle avançait dans ses explications... Encore un autre test à faire, qui n'était pas du même ordre..? Tout cela ne lui disait rien qui vaille... Lorsque le mot "analyse ADN" échappa aux lèvres du brun, Asch écarquilla les yeux et se sentit pâlir. Ses gênes... modifiés par la magie? Heiiin..?!

"... P... Pourquoi? Qu'est-ce qui vous fait dire un truc pareil?!"

La doctoresse hésita un instant... Puis décida qu'elle devait être la seule à même de répondre à cette question en utilisant des arguments corrects:

"Eh bien, votre magie n'est pas courante... Son intégration à votre organisme est... rare. Et votre sang possède une structure assez inhabituelle, même si ce n'est peut-être dû qu'à votre température corporelle élevée (elle n'avait pas l'air d'y croire des masses, en fait...). Il est possible que... Nous découvrions des différences entre vos gènes et le caryotype lambda. Les étudier pourraient nous permettre de comprendre ce que nous ne comprenons toujours pas à votre sujet... Comme par exemple pourquoi votre organisme se sent obligé de monter à 40°C. Nous savons que c'est à cause des flux que cette température est fixée... Mais si votre organisme réagissait normalement, vous devriez être couché, avec de la fièvre et une incapacité totale à vous relever..."

Bon. Elle n'avait pas cité les cheveux rouges... Mais Asch y avait pensé tout seul. ENCORE une fois. A croire qu'il était prompt à se sentir tout sauf humain. D'un côté, ses cheveux... C'était un truc au sujet duquel il avait toujours complexé, cette couleur anormale. Il passa une main dans sa nuque, pour les tirer, et ce sans même s'en rendre compte. Puis il soupira, et sembla soudain vraiment exténué, voire éteint. Franchement... Il aurait pu se rebeller mais... A quoi bon? De toute manière ça ne changerait rien à la réalité...

"... Allez-y... Je suis franchement plus à ça près..."

La jeune femme crut bon de préciser:

"... Nous prenons nos échantillons dans un endroit relativement difficile d'accès... Nous pourrions nous contenter d'une prise de sang mais nos résultats sont rarement bons. Je ne vous le cache pas: ça risque de ne pas être très agréable."

Super... Mais Asch s'en fichait, là. La douleur physique... C'était bien le cadet de ses soucis.

"Rien à battre. Faites le et me faites plus chier avec ça... C'est tout ce que je vous demande."

Ah... Il commençait à être poli et élégant. Ça, c'était qu'il en avait marre et avait envie de penser à autre chose... La bonne blague. La jeune femme le prit au pied de la lettre en attendant...

"... Bien euh... Je vais chercher le matériel alors."

Elle partit en pressant le pas, laissant Mugen en face d'un Asch boudeur, qui ne s'était pas encore remis de tout ce qu'on venait de lui apprendre. Au moins... L'idée du test ADN était-elle passée comme une lettre à la poste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Jeu 7 Oct - 19:44

Asch retirait les mots de la bouche de Mugen : c’était exactement ça qu’il avait voulu dire ! S’il était à Shangyu, et que les médecins de cet hôpital avaient raison, son organisme ne serait pas tout à fait complet, non. Dit comme ça, c’était terriblement ironique oui, et cette réflexion arracha même à l’Alpha un sourire en coin. Le sort, et son ironie, s’acharnait vraiment sur le rouquin. Il n’avait pas de bol : pour un Densetsu, il avait fait une belle série d’epic fails.

Mais voilà, une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule : Mugen lui annonça de façon plus ou moins directe qu’il allait devoir arrêter de fumer pour optimiser le contrôle de sa magie. C’était déjà pas joyeux, mais si en plus il se compliquait la vie lui-même… Mais en même temps, l’Alpha savait à quel point la cigarette prenait de la place dans la vie d’Asch, et que ce serait difficile de le convaincre de la laisser tomber complètement. Alors, il émit l’idée de réduire sa consommation, tout du moins. Heureusement, le rouquin ne semblait pas refuser catégoriquement cette alternative. Rassuré par cette acceptation, même partielle, des conseils de la femme médecin, le Despranon garda le silence, prenant sa respiration avant de se lancer dans la partie la plus épineuse du problème.

Il lui parla donc du test ADN, qu’il faudrait sûrement faire pour déterminer avec précision l’étendue de la présence magique dans le corps d’Asch. Parce que oui, elle en faisait partie jusque dans son génome, selon les médecins ! Mugen n’était pas moins choqué que pourrait l’être Asch, mais il tentait de cacher son inquiétude. A contrario de l’ex-Densetsu, qui demanda de but en blanc – et pas très discrètement – ce qui avait amené les scientifiques à penser ça de lui. Ce fut donc à la femme médecin de reprendre la parole, laissant Mugen à son mutisme.

Il l’écouta avec autant d’attention qu’Asch lui-même, et la trouva franchement convaincante. Ca expliquerait pas mal de trucs si son génome avait vraiment muté, qu’il avait été transformé par le fort afflux magique dans son organisme. Et là, au grand étonnement de l’Alpha, Asch accepta directement le test. On dirait qu’il avait déjà atteint le seuil de saturation, et qu’avec un peu de chance et d’éloquence, on aurait pu lui faire accepter n’importe quel test, même le plus farfelu. Néanmoins, Mugen se sentait quelque part soulagé. Il n’avait pas été contre l’analyse ADN pour le fond, mais plutôt pour la forme. Et puis ç’avait été un si grand choc qu’on traite Asch de ‘mutant’ alors qu’il se considérait déjà comme pas vraiment humain…

Seulement, quand la femme insista en disant que le test serait douloureux, Mugen fut quand même surpris de la réaction un peu exagérée d’Asch. Il devait certainement être exténué, et son moral déjà pas bien haut commençait à creuser… La pauvre ne savait pas vraiment quoi dire, et crevant de chaud, Mugen resta quand même près du rouquin. Des gouttes de sueur perlaient sur son front, sans oublier le t-shirt lacéré qui lui collait désormais à la peau. Il soupira et dit simplement d’une voix quasiment atone :

« J’suis vraiment désolé. On aurait du faire ça d’abord… J’ai été stupide de te mettre en danger. »

Ces mots lui trottaient dans la tête depuis déjà quelques minutes, mais ne lui parurent pourtant pas réels quand ils franchirent la barrière de ses lèvres. Comme si, finalement, peu importaient ses excuses. Pour lui, ce qu’il avait fait subir à Asch avait été aussi dangereux qu’inutile. Il s’en voulait tellement qu’il n’arrêtait pas de ressasser ces mots dans son esprit, avant de pouvoir enfin les prononcer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Jeu 7 Oct - 20:59

Un système magique "calorifique" qui était nécessaire à sa survie et qui reliait ses organes entre eux, l'obligation d'arrêter progressivement la clope, et une potentielle mutation génétique... Rien que ça. Et puis quoi encore..? Franchement, ouais, Asch saturait... ce pourquoi il semblait si conciliant. Et ce pourquoi il devenait grossier, aussi, que cela semble ou pas contradictoire... Il laissa la jeune femme partir et le silence, s'installer. Ce n'était pas volontaire, mais il ignorait totalement Mugen. Disons qu'il avait déjà assez de noir à broyer sans en plus de cela s'occuper de la présence de l'Alpha, à qui il n'en voulait pas du tout soit dit en passant. Mince, décidément... Dans les moments où il était censé avoir des raisons valables de lui gueuler dessus, Asch n'en profitait même pas. Et même... C'était limite le contraire.

Etonné, il tourna la tête. avait-il bien entendu..? Ouais. Chaque fois que Shôryû lui présentait un mot d'excuse, Asch était estomaqué. Ce n'était pas la première fois que ça arrivait. Le jeune homme leva un sourcil tandis qu'il se souvenait de la présence de l'aveugle, et constatait qu'il devait vraiment crever de chaud à rester ici, à côté de lui. La température était juste nickel pour Asch, mais insupportable pour quiconque d'autre. Asch resta muet quelques secondes. Il ne savait vraiment pas quoi répondre... C'est vrai qu'il avait tenté de prévenir Shôryû par tous les moyens que ce n'était pas une bonne idée mais... bon...

"Vous devriez sortir avant de fondre vous savez? Enfin.. D'un côté... Y a pas mort d'homme. Et ce qui est fait est fait."

Il soupira, et passa une main contre son visage. Il se sentait pâteux tellement il s'en était pris plein la gueule en l'espace de quelques minutes.

"Je pourrais en profiter pour sortir un truc du genre de "je vous l'avais bien dit!" mais j'étais loin d'imaginer une merde pareille... C'était difficilement prévisible. Ça me tue de dire ça, mais je sais que vos intentions étaient pas mauvaises... Donc, n'en parlons plus."

Il regarda ailleurs. L'enfer était pavé de bonnes intentions, hein..? Ouais... Mais Asch était trop crevé pour être capable de blâmer qui que ce soit.

"... Et maintenant quoi..? Je retourne à Epic Jail ou bien vous avez une autre brillante idée..?"

Epic Jail, qui signifiait plus ou moins sa mort par "décalorifiquation" progressive, en fait, avec ce qu'ils venaient d'apprendre. La prison spatiale était elle aussi dépourvue de magie. Asch y avait déjà séjourné, mais à ce moment là son corps ne devait pas avoir cessé de se transformer. Maintenant... Qu'on l'emprisonne ou bien qu'on demande son exécution, pour Asch, le résultat serait sans doute le même. Mais vraiment le rouquin ne voyait pas de solution.. Comment allait-il jamais réussir à contrôler une merde pareille..?

La discussion put continuer encore un peu. Puis ensuite, la femme médecin revint, avec ce qui ressemblait à une seringue longue, mais extrêmement fine, dans la main. En fait... C'était plutôt un tube. Mais le bout d'une aiguille en dépassait alors Asch imaginait bien qu'il devait s'agir d'une seringue... ou d'un truc approchant.

"Voilà... Bon. Je vais planter l'aiguille entre deux vertèbres, puis j'appuierai sur le mécanisme de la seringue. Je n'ai pas besoin de grand chose... Mais il me faut quelques neurones extraits directement de la moelle épinière. C'est là que les molécules d'ADN sont les plus lisibles, si elles dépendent vraiment un facteur magique... Ça nous permettra d'obtenir des résultats vraiment très rapidement."

Asch grimaça. Ourf! Une ponction lombaire ou ce qui s'en approchait en 4500..? Bon sang... Ça ne devait pas être aussi hardcore que 2500 ans avant ça... Mais sur l'instant ça allait piquer. Pourquoi fallait-il que cet abruti d'ADN magique soit plus lisible dans cette partie précise du corps..?

"Grouillez-vous avant que je change d'avis..."

La doctoresse s'approcha de Asch et le fit s'asseoir sur le lit, avant de l'obliger à se tenir droit. Là, elle sembla chercher une place adaptée sur sa colonne vertébrale... puis elle enfonça l'aiguille sur quelques millimètres, ce qui lui fait serrer les dents.

"... Bon, ici, ça ne devrait pas faire trop de dégâts. Prêt?

- Absolument pas. Allez-y."

La jeune femme ne prévint pas une deuxième fois. Elle appuya sur le bouton de l'engin qui s'activa dans un "TCHAK" qui ne dura qu'un quart de seconde. La minuscule "carotte" rentra dans le dos de Asch avant d'en ressortir avec son dû, quasiment inexistant. C'était vraiment light, par rapport à l'opération lourde qui se faisait des millénaires auparavant... Il fallait dire que ce système se basait sur un phénomène quantique qui n'était absolument pas exploitable à l'époque. Ça donnait l'impression que l'aiguille s'était enfoncée dans le dos de Asch... Mais en fait elle y avait été transportée sans passer au travers de sa peau. Ce qui n'empêcha pas le retrait de moelle de lui faire un mal de chien. Et Asch n'était pas douillet... Il hurla, et se pencha en avant, non sans se tenir le dos:

"AHH BORDEL!! Mais ça TUE!!

- Je vous avais prévenu.. Mais ça va vite s'atténuer!

- Votre PUTAIN de test a intérêt à donner quelque chose... Même si dans les deux cas je serai deg..."

... Soit il avait souffert pour rien, soit son génome avait muté. Youpi. En attendant, il avait l'impression d'avoir la colonne vertébrale en feu... C'était vraiment pas sa journée. La jeune femme prit congé, puis retourna à ses laboratoires:

"Ca ne devrait pas être très long! Nous avons de quoi accélérer les réactions..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Ven 8 Oct - 8:35

Asch ferait-il preuve de mansuétude ? Mugen avait peine à y croire, et pourtant, ça y ressemblait fortement. Le Despranon venait de s’excuser – une nouvelle fois – pour ce qu’il considérait comme une stupide et impardonnable erreur. La réplique du rouquin le pris donc de court : déjà il semblait se préoccuper de l’état physique de l’Alpha, chose dont ce dernier n’avait pas vraiment l’habitude. Après un temps nécessaire à son cerveau pour se sortir de sa surprise et capter un peu ce qu’il se passait, Mugen secoua la tête.

« T’inquiètes pas pour moi, j’ai vécu pire. »

Il parlait à la fois de la température insoutenable et de la blessure qu’il avait reçue à l’épaule aujourd’hui. Mais bien vite, sa voix s’éteignit, alors qu’Asch reprenait la parole. Et là, l’Alpha aurait presque cru faire un Blue Screen of the Death ! Asch venait bien de lui dire qu’il savait que ses intentions n’avaient pas été mauvaises et que par conséquent, il ne lui en voulait pas ? Le rouquin semblait décidément trop gentil aujourd’hui pour que ça ne cache pas quelque chose ! Elle était où l’arnaque !?

Fausse alerte. Asch était toujours fidèle à lui-même alors qu’il demanda nonchalamment au Despranon de le remettre à Epic Jail. Il était fou ? On venait juste de lui dire que sa mag… Attendez, il le savait, et il voulait y retourner ? Il voulait crever ou quoi !? Mugen était au bord de la furie, mais tenta de garder son calme. Il sentait – voyait en fait – sa température corporelle déjà trop élevée pour se permettre de péter des câbles comme ça. Il répondit donc simplement :

« Tu restes à la maison. »

Asch avait beau être à bout pour de nombreuses – et très légitimes – raisons, Mugen n’apprécia pas vraiment sa réflexion. Evidemment, il la trouvait très vraie, d’où son énervement, justement. Non, pas d’autre ‘brillante idée’ sauf peut-être celle d’aller se reposer au domaine, et d’essayer de penser à autre chose… Ce ne serait peut-être pas efficace mais ça serait toujours plus zen que de s’envoyer des piques entre deux ‘pardon’.

La femme médecin mit un certain temps à revenir, et expliqua à Asch comment la ponction allait se passer. Honnêtement, il n’avait pas l’air d’en avoir grand-chose à foutre. Pour le moment, Mugen se disait qu’il ne devait pas être intéressé par le ‘comment’ ou même le ‘pourquoi’… Le rouquin devait surtout avoir envie que tout ça s’arrête enfin.

Mugen ne bougea pas de place quand Asch se fit voler quelques cellules, et resta toujours aussi stoïque quand il hurla de douleur. Ah bah non, ça devait pas faire du bien, mais en même temps elle avait prévenu. Rha, l’Alpha avait une horrible envie de se barrer, commençant à ne plus supporter cette chaleur affreuse qui régnait dans cette salle, mais par respect pour Asch, il ne voulait pas le laisser seul avec ces médecins. De toute façon, ils en avaient bientôt terminé.

La femme médecin répondit aux plaintes râleuses du rouquin, qui en effet, aurait pu se foutre du résultat de son test… Et bam, un coup au moral de Mugen, qui se sentait tout à coup responsable pour la gueule du génome d’Asch. C’était pourtant pas lui qui l’avait fait, et encore moins qui l’avait fait sortir de Shangyu. Enfin si, mais pas intentionnellement. Enfin bref. Le Despranon se leva alors et dit d’une voix un peu lasse :

« Je vais attendre dehors. Je sais pas si tu peux sortir toi par contre… »

Les limites avaient été atteintes, et il avait du mal à ne serait-ce que parler ou réfléchir dans ce sauna.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Ven 8 Oct - 10:02

Asch grogna, et se renfrogna, tout en continuant de regarder ailleurs résolument. En fait... peut-être était-ce parce qu'il était fatigué que ce qu'il racontait ressemblait à une série de piques ou de reproches... Car ça n'avait pas été le but. Asch ne voyait juste pas comment faire pour continuer son entraînement dans des conditions pareilles... Son exaspération, son égarement, se trahissaient par ces répliques involontairement acerbes. Il soupira. Il s'était attendu à ce que Shôryû insiste... Si la prochaine étape envisagée par l'aveugle avait été un retour à Epic Jail, ce dernier n'aurait pas essayé de convaincre Asch d'arrêter de fumer. A moins d'être vraiment sadique et de vouloir le priver d'un de ses seuls plaisirs alors qu'il ne lui restait plus que quelques semaines à vivre haha...

"Ok, ok... Génial. Mais la prochaine fois, quand je vous dis de faire gaffe, faites vraiment gaffe... Vous avez pas tenu votre promesse!"

Nan mais oh! Bien sûr, Asch ne prenait pas en compte le fait qu'une certaine personne aurait été super bien placée pour lui faire exactement le même reproche, au sujet d'une certaine soirée au cours de laquelle il avait comme un con foncé sur l'ennemi alors qu'il y avait tout un tas de mecs expérimentés autour de lui qui s'apprêtaient à faire quelque chose de plus intelligent... enfin, bon.

La doctoresse arriva tandis que Asch continuait de tirer la gueule à défaut de mieux. La ponction lombaire se déroula au mieux (?), et Asch ne put s'empêcher de hurler, alors même qu'il s'était plus ou moins préparé à prendre cher. Il rala un peu histoire de se défouler, mais, heureusement, la douleur lancinante qui lui déchirait le dos disparaissait progressivement... Même si c'était vraiment TRES progressif. Les dents serrées, les épaules crispées par la douleur, Asch resta silencieux quelques instants, et laissa la jeune femme partir avec ses cellules durement récoltées. C'est alors que Shôryû décida de sortir de la pièce. Asch acquiesça et se força à parler même si il avait fortement envie de gerber, à croire que les nerfs de son dos n'avaient pas été les seuls à accuser le coup.

"Allez-y... Je vais attendre un peu avant d'essayer de me relever je crois..."

A moins de vouloir hurler à la mort, quoi. Comme dit, Asch n'était pas douillet... Mais ce qu'on venait de lui faire était particulièrement hardcore, même si ça n'avait l'air de rien là, comme ça... Même pas un petit bobo en apparence.

Quelques minutes plus tard, le bruit des talons de la femme médecin étaient de nouveau en train de décorer "auditivement" le couloir. Elle manqua bien de rentrer dans Mugen, en fait. Elle semblait quelque peu troublée, et sursauta en remarquant que l'Alpha était devant elle, plutôt que au chevet de Asch à attendre que le temps passe et qu'on daigne arrêter de dresser la liste des caractéristiques physiques et physiologiques de son "protégé", hein...

"Ah..! Vous tombez bien. Enfin... Si je peux dire. Les résultats sont là... c'est bien ce que nous pensions, mais... En fait la machine m'a fait quelque chose de bizarre. Elle a trouvé une occurrence de caryotype similaire dans nos fichiers. Les examens ADN ont déjà été fait sur un échantillon sanguin il y a environ 18 ans de cela... Comment se fait-il qu'il ne soit pas au courant?"

Fronçant les sourcils, elle avait l'air vraiment perplexe. Il le fallait, pour qu'elle en vienne à parler de ça avant même d'évoquer les résultats des tests en eux-même...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Ven 8 Oct - 12:57

Mugen savait bien qu’Asch n’était pas vraiment agressif par pure méchanceté, mais plutôt parce qu’il venait d’être éprouvé d’abord par le pseudo-entraînement, et ensuite par les nombreux tests qu’il avait subi. L’Alpha lui passerait bien ces mots là, sauf que la chaleur le rendait lui aussi irritable. Donc là, il avait du mal à être aussi tolérant qu’il y a cinq minutes.

« Rha mais c’est rien ça… Ca compte même pas ! »

Commençant à trouver l’atmosphère irrespirable, indépendamment donc des paroles d’Asch, Mugen annonça alors qu’il allait l’attendre dehors. De toute façon, comme le rouquin lui-même lui faisait remarquer, il avait besoin de repos, et ne pourrait pas se relever à moins de vouloir ressentir une douleur indicible dans le dos. Et Asch n’était sûrement pas masochiste à ce point…

L’air frais du couloir fit l’effet d’une douche froide à Mugen. Il vit sa température baisser d’un coup, drastiquement, et revenir lentement à quelque chose de plus normal. Assis sur un banc, il continuait à surveiller Asch à travers la porte, avant de voir la femme médecin revenir. Elle semblait plutôt contente de le voir… Mais Mugen l’était moins.

Ce qu’elle lui annonça le mit tout simplement hors de lui. Un test avait déjà effectué ? Il y a 18 ans en plus !? Il n’y avait que sa famille pour avoir demandé un tel test… Ca aurait évité beaucoup de mésaventures à Asch si les résultats avaient été rendus publics, ou du moins, si on l’avait tenu au courant. Et Mugen savait de source sûre que le rouquin n’était vraiment au courant de rien. Il avait vraiment une famille de connards.

Son visage se referma, et ses lèvres se serrèrent, alors qu’il cherchait quoi faire, et comment le dire à la doctoresse. Il ne voulait pas paraître spécialement impoli, mais il avait du mal à contenir sa colère… S’il avait pu, il aurait été directement chez les Raizer leur péter la gueule à mains nues. Mais bon. Il était Despranon hein, c’était pas très élégant…

« Ne lui dites rien. Les conséquences pourraient être terribles. Je me chargerais de lui annoncer moi-même. »

Evidemment, il n’en ferait rien, du moins pas maintenant. Asch en avait assez bavé pour aujourd’hui, on n’allait pas rajouter le facteur ‘ah au fait, ta mère savait que t’étais un magicien depuis tes deux ans’… Ouais non ça le faisait pas trop. Mugen se prit le front entre le pouce et l’index, ne sachant pas vraiment comment ni quand lui annoncer ça. Déjà, quand il irait mieux, et puis… C’était sa famille. Bon, Mugen avait une notion tout à fait relative de la ‘famille’, mais pour Asch c’était relativement différent. Lui avait toujours cru que ses parents l’appréciaient et qu’ils viendraient même sûrement un jour le récupérer. L’Alpha savait désormais que ça n’arriverait jamais. Sa famille avait toujours su qu’il était habité par la magie, et ça expliquait en fait pas mal de choses…

« Laissez-nous. Dites-moi simplement quand est-ce qu’il pourra rentrer. »

Voilà, c’était décidé : Mugen voulait se barrer de cet endroit le plus vite possible, et parler à tête reposée avec Asch, et peut-être lui annoncer la terrible nouvelle. Ca risquait d’être sportif…

[désolée pour la longueur du post, poster avec un troupeau de rôlistes autour c’est dur :p]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Ven 8 Oct - 14:13

Ouais, ouais... "Ça comptait même pas". Bah ça dépendait pour qui, hein. Pour Asch c'était du pareil au même. Le pire n'était pas arrivé, mais ça n'était pas passé loin. De quoi l'empêcher de dormir cette nuit, au minimum... Enfin. C'était pas comme si il dormait beaucoup en ce moment de toute manière. Ça devait pas non plus aider à ce qu'il soit de bonne humeur ça aussi... Il était méga claqué. Même au niveau du contrôle de ses flux, cette fatigue devait avoir un sale effet... Mais bon. C'était pas non plus comme si il faisait exprès d'être insomniaque. Shôryû connaissait, hein..? Même si il y avait une bonne différence entre ne pas réussir à dormir à cause d'une phobie et à cause d'un sens beaucoup trop affuté.

Bref. Asch ne répondit pas. A quoi bon..? Il ferma les yeux et laissa Shôryû partir. Un peu de solitude ne lui ferait pas de mal... Il allait pouvoir tenter de se détendre, et d'évacuer la douleur qui irradiait son dos. Asch n'osait même plus bouger, de peur que ses nerfs se réveillent et s'enflamment d'un coup. C'était déjà pas mal qu'il ait réussi à contenir ses flux malgré la souffrance qu'il avait ressenti au moment où la "seringue" s'était enfoncée dans son pauvre centre nerveux tout maltraité de tous les bouts, physiquement, ou pas...

Que dire de plus? Pas grand chose. Asch était tellement claqué, tellement blasé, qu'il avait réussi à vider son esprit malgré tout ce qui était censé le tarabiscoter. Il y a un moment où le corps prend les devants quand l'esprit n'arrive plus à suivre...

Pendant ce temps là, l'Alpha avait eu l'occasion de rencontrer la doctoresse dans le couloir, laquelle avait l'air particulièrement troublée. A raison... Les examens qu'elle venait de faire avaient été inutiles! L'institut possédait déjà un exemplaire de ce même caryotype dans les archives, caryotype qui semblait avoir été analysé à Sérégon, par un docteur dont le nom avait été retiré du dossier. Le dossier était d'ailleurs presque entièrement anonyme: le nom de Asch n'y figurait pas. Celui de Rachel Raizer avait cela dit été inscrit dans la case "responsable légal". A croire que quelqu'un voulait du mal aux Raizer et avait fait en sorte que ces documents ne disparaissent pas... Car il était clair et net qu'une femme comme Rachel Raizer avait dû faire son possible pour s'assurer que ces papiers ne tomberaient jamais entre de mauvaises mains. Fail, comme qui dirait. Eh oui! Ça arrive même aux gens qui se croient intelligents!

Mugen aurait l'occasion de voir tout cela si il prenait le temps d'examiner les papiers que la femme médecin allait lui donner, disons, quand cela lui serait possible. Parce que ces feuilles de papier là n'avaient aucune qualité de contraste calorimétrique... Autre détail qui valait ce qu'il valait: la date de l'examen semblait coïncider avec la période où Elye était née. Combien pouvait-on parier sur le fait que Asch avait cru que ses parents se désintéressaient de lui parce qu'ils préféraient s'occuper de sa petite sœur..? Ce dernier pensait sans doute qu'il ne s'agissait que d'une histoire de chouchou et de bouc émissaire... Là encore, il allait tomber de haut. De TRÈS TRÈS haut. Oui... Cette révélation risquait d'être la plus violente de toutes celles qu'il était sur le point de se prendre dans le nez.

"D'accord... Mais je dois dire que c'est très étrange! A en croire les archives ce caryotype n'a pas été analysé... Un peu comme si ils s'étaient contentés de constater qu'il était anormal, et que ça leur avait suffi. Bon il est certain que c'est un caryotype de mage mais... Ils ne l'auraient vraiment fait que pour ça?"

La doctoresse avait l'air d'avoir plus ou moins deviné de quoi il s'agissait... Et ça n'avait pas l'air de la ravir non plus. Mugen demanda à la jeune femme de prendre congé après lui avoir dit combien de temps Asch devrait encore rester ici. La pauvre sembla un peu paniqué. Elle n'avait pas encore dit le quart de ce qu'elle avait à dire..! Mais elle allait peut-être pouvoir abréger...

"Attendez! Je ne vous ai pas encore dit ce que l'on a obtenu: son génome est en effet muté, comme nous nous y attendions. Je suis désolée je vais encore apporter des mauvaises nouvelles... Pour l'instant je peux juste vous dire qu'il ne correspond qu'à 99,6% à un génome humaine habituel. Et... Rien n'est certain, mais il y a des chances pour que cette différence soit suffisante pour le rendre stérile. Nous procéderons à des analyses plus poussées. Avec un peu de chance nous finirons par trouver un élément positif dans cette affaire..."

Elle soupira. Quand on savait que le chimpanzé avait un génome à 98,8% similaire à l'être humain, ça faisait franchement peur. Elle avait vraiment l'air embêtée par son rôle dans cette histoire... Elle fourra les dossiers qu'elle portait dans les bras de l'Alpha, lequel allait donc pouvoir admirer tout son saoul les jolis caryotypes de Asch avec son écran calorigraphique. Youpi, ça allait lui faire une belle jambe.

"Tenez... Prenez ça. Il pourra partir du moment où il se sentira capable de se relever... Mais surveillez-le. On n'est jamais à l'abri d'un effet secondaire, même si la ponction a été minime. Laissez un numéro de téléphone à l'accueil, auquel nous pourrons vous joindre. Je vous appellerai si j'ai du nouveau."

Eh bien... En voilà une qui s'investissait dans son boulot, au moins. En attendant Asch n'avait toujours pas bougé, et n'avait aucunement conscience de ce qu'il se tramait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Ven 8 Oct - 19:38

Ce qu'entendait Mugen ne lui faisait vraiment pas plaisir, et c'était pas prêt de finir, en fait. Car oui, en plus d'avoir déjà testé l'ADN d'Asch – et donc de lui avoir caché sa vraie nature pendant des années, et indirectement de l'avoir forcé à subir cette souffrance peut-être passagère, mais quand même inutile – on n'avait vraiment pas cherché à en savoir plus. Comme si... Ah, la doctoresse le disait si bien – quelle perspicacité – on s'était juste contenté de savoir qu'il n'était pas 'normal'. Passé ça, on s'en foutait bien.

Mugen avait une bonne idée de qui pourrait être ce 'on'. Quelqu'un qui pouvait faire des tests sur un enfant de six ans, et quelqu'un qui voulait juste savoir s'il était mage ou non. Le Despranon n'aurait jamais cru que la famille Raizer puisse être pire que la sienne, et pourtant ! Il ne se demandait plus pourquoi personne ne cherchait à 'sauver' Asch de sa condition de prisonnier en semi-liberté : ils avaient toujours su qu'il était magicien, ils avaient toujours su qu'il ne serait jamais digne d'être un vrai Densetsu. L'Alpha avait des envies de meurtre.

Le visage fermé, il écouta néanmoins la fin, de plus en plus choqué mais surtout hors de lui. Ils avaient dépassé les bornes ! Au-delà de leurs divergences politiques, Mugen considérait désormais les Raizer comme la pire des familles de raclures ! Du moins, en ce qui concernait les parents d'Asch. Il n'avait encore jamais vraiment parlé avec Elye, mais après ces révélations plutôt troublantes, il étudiait vaguement la question. D'un certain point de vue, Mugen avait réellement sauvé Asch. Satisfait, le Despranon allait s'éclipser, quand la femme médecin le rattrapa en lui disant qu'elle n'en avait pas encore fini avec lui. Ah bon ?

« Quelque chose de positif ? Vous croyez ? Moi j'en doute... »

Le Despranon ne se faisait plus vraiment d'illusions. Asch allait devoir vivre avec un pouvoir aussi puissant qu'incontrôlable, une température anormale, une dépression immunitaire digne de ce vieux virus disparu connu sous le nom de VIH, une résistance au froid quasi-nulle, un génome presque pas humain, des parents de merde – des 'géniteurs', parce qu'à ce point là, on parle même plus de 'parents' – et en prime, des spermatozoïdes handicapés !? Non, là, stop. Mugen en avait trop entendu pour aujourd'hui.

Il demanda donc quand est-ce qu'Asch pourrait sortir, histoire de l'emmener dans un endroit peut-être un peu plus familier et douillet qu'un pauvre hôpital militaire, même s'il était à la pointe de la technologie magologique. La femme médecin lui répondit alors qu'il le pourrait, dès qu'il serait capable de se lever et de se bouger sans ressentir une terrible douleur. Arf. En espérant que ça se règlerait vite: la moto n'était pas vraiment un bon moyen de transport pour quelqu'un qui venait de se faire ponctionner les lombaires. Il ne dit rien, ne voulant pas se faire houspiller... Bah, Mugen était resté un grand gosse hein !

« J'vous laisserais mon ID de commlink ouais. Mais si vous pouvez, déplacez-vous jusqu'au domaine. »

Tout le monde savait plus ou moins où Mugen habitait, mais le patelin et le domaine étaient bien surveillés que personne ne se pointait jamais sans autorisation. Il n'avait donc pas l'habitude de faire venir des extérieurs dans son petit monde, mais là, il voulait éviter un nouveau déplacement à Asch si quelque chose n'allait pas. Et cette femme était tout à fait compétente. Dans son grand caprice de Despranon Alpha, c'était elle que Mugen voulait si jamais Asch avait un quelconque problème.

« Votre nom ? »

Il ne lui demandait pas pour les mêmes raisons qu'il l'avait fait avec Dr Trou du Cul, bien évidemment. Il la tenait au contraire en estime, même s'il n'était pas vraiment disposé à la remercier là... Fallait dire qu'elle avait le mauvais rôle, à annoncer sans cesse de mauvaises nouvelles.

Bref, il revint dans la 'chambre' d'Asch, un paquet de dossiers dans les bras. Evidemment, il ne pouvait pas les lire directement, et allait devoir attendre de rentrer au domaine pour les déchiffrer. En attendant, il s'assit sur une chaise, et se tourna vers le rouquin – même si ce n'était pas nécessaire pour lui. Question de politesse.

« Ca va un peu mieux... ? Ton dos je veux dire. »

Il devait avoir besoin de repos, la nuit serait sûrement calme au domaine. Même Mugen était HS, et trouverait peut-être de quoi dormir ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Ven 8 Oct - 20:20

Vu la tête qu'elle faisait, la doctoresse avait l'air du mal à croire qu'ils allaient tirer quelque chose de positif de cette situation, elle aussi. Elle préféra s'abstenir de répondre. On ne savait jamais... Avec un peu de chance, les récents événements les avaient juste rendus pessimistes. Ou pas. Enfin bref... elle refila les dossiers à Mugen, et lui demanda de laisser à l'accueil de quoi le joindre si il y avait du nouveau.

Quant à se déplacer jusqu'à Nimla en cas de besoin... Elle acquiesça, assez rapidement pour laisser penser qu'elle s'intéressait assez au cas de Asch pour assumer les contraintes que cela représentait.

"Très bien. Je ferai comme ça."

Puis comme Mugen lui demandait son nom, elle eut un sourire pâle. Elle semblait ne pas avoir envie de rigoler plus que cela...

"Docteur Serylin Menah. Je serai à votre disposition si il y a un quelconque problème... Dans un cas pareil, il faut un suivi médical rigoureux. C'est même honteux que ça n'ait pas été fait avant... même lorsque ses pouvoirs n'étaient pas éveillés, ces mutations auraient pu lui poser des soucis."

Mais elle semblait penser que Mugen l'avait déjà compris, et elle n'insista pas. Elle prit finalement congé, et repartit vaquer à ses occupations, songeant que Mugen et Asch seraient assez raisonnables pour attendre le temps qu'il faudrait avant de repartir. Peut-être surestimait-elle un peu trop leur capacité à rester raisonnable, justement... Enfin, bon.

Asch était resté à la même place que tout à l'heure. Il n'avait pas bougé, et n'ouvrit les yeux que lorsqu'il entendit Shôryû entrer de nouveau dans la pièce. Il tourna la tête vers lui, lentement. Question dos ce n'était pas encore la panacée... Mais disons qu'au moins, il n'avait presque plus mal. D'ici quelques minutes cela devrait être passé... Tant qu'on ne le secouait pas dans tous les sens, quoi. Pas de soucis il allait apprécier le retour en moto...

"Ouais... Ca va. Je pense que je pourrai me lever d'ici deux trois minutes..."

... Le silence s'installa de nouveau, dérangeant un peu Asch. Comme si il oubliait quelque chose. Il regarda à droite, à gauche... Puis au bout d'un temps d'errance visuelle, observa la vitre qui le séparait du couloir. Il fronça les sourcils. Maintenant qu'il y pensait...

"... Le docteur ne revient pas?"

Elle n'était pas censée avoir fini à l'heure qu'il était..? Après tout c'était pour accélérer ce foutu processus de génération de caryotype que Asch avait donné ses foutues cellules de moelle épinière! Si ça prenait plus de temps que ça après ce qu'il venait de subir... Il allait péter un câble. Ça aurait été plus simple de faire une simple prise de sang si c'était pour que ça mette trois plombes! Enfin... Il était peut-être trop impatient. Ses entrailles étaient nouées. Il avait vraiment la trouille d'entendre la vérité. Intérieurement... Il sentait bien qu'il ne fonctionnait pas comme il l'aurait fallu. Son organisme avait trop de réactions anormales... Mais de là à ce qu'on lui dise de but en blanc qu'il avait muté... Il y avait une nuance. Dans le genre "nuance suffisante pour passer de l'exaspération à la déprime en deux minutes".

Enfin... Ça commençait à aller vraiment mieux, là. Il s'approcha du bord du lit, et posa prudemment ses pieds par terre, ce qui lui valut une légère grimace de douleur. Ouais, bon... Pas top. Mais il allait quand même se redresser et tenter de faire quelques pas dans la pièce... Ça aiderait peut-être à son dos à se remettre, là où il était encore en vrac.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Sam 9 Oct - 13:27

La chaleur de cette pièce semblait avoir anesthésié Mugen, qui pourtant ne voulait pas laisser Asch végéter tout seul. Il avait pris dans ses bras les dossiers que lui avait confié la doctoresse, même s'il ne pouvait pas les lire dans l'immédiat. Il se demandait juste – oui car il hésitait encore – entre tout dire d'un coup à Asch, ou le ménager quitte à se prendre des réflexions du style 'pourquoi tu me l'as pas dit avant !?' … Un choix cornélien s'il en est ! 

Seulement, il avait un peu zappé qu'Asch attendait les résultats de sa ponction lombaire. Il secoua la tête comme s'il venait d'être réveillé, et articula rapidement :

« Oh, je l'ai croisée dans le couloir... »

Pour le reste, il ne savait pas vraiment comment s'y prendre. Il n'allait bien sûr pas tout lui dire d'un coup, ce serait un truc à dégommer de façon définitive le moral d'Asch, et ce inutilement. Mais il ne pouvait pas non plus lui cacher les résultats des tests ! Un peu gauchement donc, il lui annonça :

« Ils avaient raison. Apparemment, ton ADN est légèrement différent de celui du commun des mortels. Mais à 99,6%, c'est le même. »


Une autre façon de présenter les choses, peut-être un peu grossière mais qui allait peut-être aider Asch à accepter ce avec quoi il allait devoir vivre de toute façon. Mugen n'était pas sûr des résultats de cette manière de lui annoncer, mais au moins il ne lui avait pas sorti directement qu'en effet, ses gènes avaient muté. Il soupira, courbé sur sa chaise, recommençant à trouver la chaleur de la pièce plutôt incommodante, mais il ne dit rien. Il préférait attendre qu'Asch lui dise qu'il pouvait enfin se lever.

« Je préférerais t'en parler au domaine plutôt, en fait. »

Il avoua enfin que ce cadre n'était pas vraiment propice à de telles révélations. Il était froid – plutôt ironique pour une pièce qui s'était transformée en four. Mais Mugen voulait vraiment rentrer avant d'abord d'autres sujets fâcheux. Bien sûr, il allait continue de faire de la rétention d'informations à propos des agissements des Raizer : il ne se sentait vraiment pas la force de lui annoncer que ses parents n'en avaient en fait strictement rien à foutre de lui, uniquement parce qu'il était mage. Il savait que c'était dur de s'en rendre compte, il avait vécu la même chose. Sauf que lui, c'était parce qu'il n'était pas mage. Une petite différence culturelle, dirons-nous.

Asch tenta de se mettre debout, sous le regard inquiet – mais magique donc on le voit pas – de Mugen, qui était prêt à l'aider si jamais il chancelait. Ce serait sûrement plus dur avec le nombre de paperasse qu'il avait dans les bras, mais il pouvait toujours les lâcher. Ce serait fâcheux si Asch venait à en lire certains de cette manière, mais valait mieux ça que de le laisser se fracasser le crâne sur le sol. L'Alpha se mit ensuite debout, lui aussi, s'éloignant en direction de la porte.

« Ca va aller pour le retour ? »


Rha mais qu'est-ce qu'il était niais aujourd'hui ce Despranon !? Lui qui d'habitude se foutait de tout et tout le monde devait vraiment se sentir responsable pour tenir un tel discours à Asch depuis autant de temps. Mais voilà, il ne voulait pas le brusquer, d'autant plus que le rouquin avait de nombreuses et bonnes raisons de haïr l'Alpha. Maintenant, il aurait aussi de bonnes raisons de haïr sa famille également, ou tout du moins ses parents.

Le lendemain, au bureau, la première chose que ferait Mugen, c'est d'étudier la possibilité de voir Elye pour s'entretenir avec elle de son frère, de ses parents, et de l'Opale Maudite bien sûr. Il pensait avoir de quoi la convaincre... Et si elle était convaincue, elle n'avait plus aucune raison de rester enfermée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Sam 9 Oct - 16:58

Croisée dans le couloir... Okay... Et c'était tout? Asch leva un sourcil. Si on lui avait ponctionné le dos juste pour que le médecin croise Shôryû dans le couloir, il allait péter un câble hein! Sauf que non. Encore heureux, on ne se foutait pas de sa gueule à ce point. Asch vit tout de suite que l'Alpha s'apprêtait à lui annoncer quelque chose... et il comprit rapidement que ce quelque chose n'allait pas lui plaire. Il se redressa, et prit une longue inspiration, tout en tentant de se préparer mentalement à ce qui suivrait.

Fort étrangement... La révélation n'eut pas l'effet prévu. Elle ne prit pas Asch de court... Le rouquin se rendit compte, qu'en fait, il s'y était attendu. Cela ne l'empêcha pas d'être choqué mais... C'était un peu comme si on lui apprenait un truc qu'il savait déjà. Il avait eu le temps de remarquer, durant ces longues semaines de semi-détention, qu'il avait des réactions totalement anormales... ça semblait logique que son génome soit impliqué dans tout ce merdier. Son esprit se vida, et ses oreilles se mirent à bourdonner. L'ombre d'une migraine pointait. Il se sentait fatigué, affligé. Pas de surprise, donc... Juste la lassitude, et la désillusion, qui atteignaient leur paroxysme. Asch soupira et se pinça l'arête du nez entre deux doigts... Ouais. Il allait bientôt avoir l'impression d'avoir le crâne passé dans une essoreuse.

"Et..? Ça fait beaucoup? Enfin... Au pire j'm'en fous... C'est pas comme si ça changeait grand chose..."

On sentait son amertume. Il ne disait pas ça pour dédramatiser, mais une fois de plus parce que de toute façon, être mage était la pire chose qui ait pu lui arriver. Après, ne pas être totalement humain... Bah. Il considérait déjà sa magie comme une aberration. Ça le confortait juste dans ce qu'il pensait, quoi. Asch commençait à déprimer sévèrement... Mais comme il déprimait perpétuellement on ne voyait pas vraiment la différence, en fait. Visiblement Asch n'avait pas appris tout ce qu'il y avait à apprendre... vu que l'Alpha émit le souhait de "lui en parler au domaine, plutôt". Ça n'annonçait rien de bon, et une boule d'angoisse se forma dans la gorge du jeune homme, qui se renfrogna comme il savait si bien le faire.

"Génial... J'ai hâte."

Ironie, quand tu nous tiens... Bref. Asch décida qu'il était tant pour lui de tenter de se redresser, et s'approcha du bord du lit tant bien que mal, avant de prendre quelque peu cher au moment où ses pieds touchèrent le sol. Bonne nouvelle... Il n'y avait pas de quoi hurler de douleur. Ça voulait dire que c'était plutôt pas mal engagé... Prudemment, il bougea une jambe... Et constata qu'il pouvait la lever sans que cela soit douloureux. Il enchaîna sur quelques pas toujours aussi prudents... C'était pas tip top, mais il survivrait.

Asch releva la tête, relativement étonné par l'inquiétude soudaine dont témoignait l'Alpha à son égard. C'était... Relativement peu habituel. Ahem. Il suffisait de se souvenir la manière dont l'aveugle s'était comporté froidement à son égard à Shangyu, et tandis qu'il était sur le point de se briser psychologiquement. Asch oublia de répondre durant quelques secondes. Ça plus les excuses à répétition de Shôryû... Le rouquin allait finir par croire qu'ils étaient d'une manière ou d'une autre en train de se rapprocher. Et ça... euh... ouais. Nan. Ça restait inconcevable, quand bien même Asch éprouvait pas mal de curiosité (et autre chose...) non assumée à l'égard de cet homme, dont le rôle dans sa vie lui semblait bien ambigu... Que devait-il penser? Que devait-il faire? Il était en face de son bourreau, et tout à la fois de son sauveur... même si Asch n'avait jamais souhaité être sauvé. Bref. Pourquoi pensait-il à ça, maintenant, tout de suite..? Ahem. Troublé, Asch décida de se cacher derrière un voile d'agressivité qu'il avait visiblement trop longtemps laissé baissé. C'est avec une certaine animosité, et un air boudeur, qu'il répondit:

"Selon vous? Va bien falloir... C'est pas comme si on avait que ça à foutre de rester ici."

Enfin... restait à voir ce qu'ils avaient à faire, en fait. Asch avait de quoi déprimer pour tout le restant de la journée et même après... Mais c'était une activité qu'il pouvait aisément coupler à une autre. En attendant, il s'approcha de la sortie. En regagnant l'atmosphère externe, il crut bien mourir frigorifié, et se sentit obligé de se frictionner les bras. De nouveau, il tremblait comme une feuille... Cet effet allait progressivement s'atténuer mais... Chiotte. Il s'était vraiment vite habitué à vivre dans un four. Avant de prendre cher en moto, il allait prendre cher en sortant dehors. Trop cool. Il regrettait de ne pas avoir un déguisement d'esquimau sous la main...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Sam 9 Oct - 20:30

La question d'Asch laissa Mugen plutôt désemparé. Il n'était pas médecin, et pas même scientifique ! Il n'en savait foutre rien, lui, si ça faisait beaucoup ou pas ! Il haussa les épaules, et allait répondre quelque chose quand le rouquin ajouta lui-même qu'en fait, il s'en fichait. Bah ! S'il le disait... Néanmoins, le Despranon avait le sentiment qu'il devait lui répondre quelque chose, ne serait-ce que pour lui signifier qu'il était là au cas où. Même si c'était pour être inutile.

« Y'a pas mal de trucs étranges liés à la magie... Ca ne m'étonne qu'à moitié. »

Sa voix était bizarrement comme dépourvue d'énergie. Comme s'il s'était rendu compte que finalement, ce monde était pourri. Plus précisément, plus pourri qu'il aurait pu le penser. C'est dire s'il est pourri ! Bref, en ce monde dystopique qu'il s'imaginait (oui l'interface IRL a appris un mot aujourd'hui et le fait savoir), Asch était un symbole. Né mage dans une famille d'anti-mages, sans jamais qu'on le lui dise, jusqu'à ce que finalement, ses pouvoirs ne se réveillent violemment, provoquant une catastrophe qui le marquera au fer blanc. En pensant cela, pourtant, Mugen oubliait sa propre histoire. Celle d'un gamin sans pouvoirs né dans une famille où ils étaient l'indice de valeur de référence. Et même s'il disait que ça ne l'avait pas fait souffrir, acquérir enfin une magie – ou plutôt la révéler – après que son meilleur ami lui fit fondre les yeux avait également laissé sa marque. La seule grosse différence entre Mugen et Asch, et ce qui faisait que le premier était plus confiant que le deuxième, c'est que jamais le Despranon n'avait voulu plaire à sa famille. D'aussi loin qu'il s'en souvenait, il avait toujours plus ou moins haï ses parents. Et là, ressemblance frappante, parallèle troublant, seules leurs soeurs avaient eu un quelconque intérêt pour eux.

Mais revenons au temps présent, avec un Despranon au chevet d'un mage qui venait de savoir qu'il n'était humain qu'à 99,6%. Génial, en effet. Et justement, alors que Mugen annonçait qu'ils allaient devoir bientôt rentrer, pour des raisons plutôt sombres liées aux résultats proprement dits, Asch répondit que lui aussi trouvait ça génial. Cette journée entière aura été simplement... géniale. Vivement que demain arrive.

Maintenant qu'il y pensait, Mugen se disait que le retour allait être douloureux pour Asch. La moto n'était pas idéale pour quelqu'un qui avait mal au dos, mais voilà, ils n'avaient pas le choix. Mugen se dépêcherait, en essayant quand même de pas trop secouer son passager, mais normalement, il ne devrait pas y'avoir de problèmes. Les amortisseurs de l'engin étaient de très bonne qualité, rien à voir avec qu'on pouvait faire il y a quelques millénaires... Asch ne devrait pas en mourir, et avec un peu de chance – un epic win – il ne ressentirait même aucune gêne. Mais ça, Mugen n'y comptait quand même pas trop.

Bien sûr, il ne dit rien de tout cela au rouquin, qui lui répondit d'ailleurs de manière plutôt agressive, chose que le Despranon mit sur le compte de la fatigue, et non pas de la gêne occasionnée par sa propre gentillesse, aussi incongrue qu'inhabituelle chez lui. Il préféra de toute façon ne rien répondre, et sorti de la chambre chauffée, pour emmener Asch dehors. Il laissa, comme il l'avait promis, son ID de commlink – la ligne professionnelle bien sûr – à l'accueil, en mentionnant qu'il voulait uniquement s'entretenir avec le Dr Serylin Menah si un problème survenait. L'hôtesse parut surprise, mais nota ce petit caprice de star sur son dossier. L'Alpha l'en remercia rapidement, et s'en alla donc avec Asch.

L'air extérieur fit un choc non seulement à ce dernier, puisque sa température corporelle était anormalement élevée, et maintenant on savait pourquoi, mais aussi à Mugen, qui avait passé trop de temps bien chauffé à l'intérieur – trop chauffé même – pour ne pas se sentir gelé dehors. Heureusement que la moto avait un système de climatisation d'air par anti-bouclier. Il se frictionna lui aussi, n'osant pas vraiment le faire à Asch, le grand gaillard à côté de lui, en partie parce qu'il venait de se souvenir de l'incident de la baignoire qui l'avait laissé... perplexe. Bref ! Ils arrivèrent jusqu'à la moto, la chérie de Mugen, qui grimpa dessus en attendant Asch, à qui il avait donné son casque. Une fois tous deux bien campés sur le cheval mécanique, Mugen enclencha tout ce qu'il avait considéré comme des 'gadgets inutiles', qui étaient autant d'éléments vitaux pour Asch, et se mit en route, direction Nimla.

Mugen n'arrêta la moto que quand elle fut à quelques centimètres de l'entrée de son 'garage', plutôt un abri luxueux où l'engin dormait la nuit. Il descendit, retira son casque – toujours de façon inévitablement sexy - et récupéra celui d'Asch avant de les ranger dans la remise. Il y rentra ensuite le mastodonte – elle faisait quand même plus de trois mètres de long – récupéra les dossiers qu'il avait glissé dans un compartiment, un coffre quoi, avant de se tourner vers le rouquin, qu'il avait du coup un peu délaissé :

« On va chez toi, tu pourras aller te coucher si ça va pas. »


Oui, parce que comme il l'avait sous-entendu à l'hôpital, Mugen n'en avait pas encore fini avec Asch. Il avait encore un certain nombre de trucs à lui dire, même s'il ne savait pas encore comment. Il ne s'agissait plus simplement de son entraînement, mais de son avenir au sens large. Le Despranon se mit donc en route, passant par le jardin magnifique, où jouaient les enfants qui apparemment avaient fini leur journée de cours avec Jen. Certains se tournèrent vers les deux hommes, mais un signe de Mugen suffit à les dissuader de venir les déranger. Allen et Yoann n'étaient pas non plus parmi les plus impolis des gamins qui vivaient ici, il fallait l'avouer.

Mugen entra donc dans l'appartement d'Asch, s'affalant sur son canapé comme s'il s'agissait du sien. Bon, à proprement parler, c'était vraiment le sien, mais depuis qu'Asch s'était installé, ça ne l'était plus vraiment. Enfin bref, cet appartement avait un statut bizarre, n'étant ni une location, ni véritablement occupé par Mugen... C'était là où le rouquin vivait désormais, donc même si sur le papier, rien n'était à lui, de facto ce n'était pas forcément vrai.

« Ah... j'hésite à appeler Goenel. Je me demande comment on peut faire pour faire que tu puisses maîtriser plus rapidement ta magie... Je me demande même si y'a un moyen... »

Il ne le disait qu'à mots couverts, mais l'Alpha se trouvait désespérément con sur ce coup.

« C'est plus compliqué que ce que j'avais cru... Enfin, si jamais tu te sens pas bien pour une raison ou pour une autre, n'hésite pas à m'appeler. Je jetterais un coup d'oeil de temps en temps de toute façon. »

Evidemment, il s'agissait plutôt du Scout Mode de Mugen, qu'il enclenchait parfois pour surveiller les gamins... et désormais, Asch.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Sam 9 Oct - 22:12

Bam. Ca, c'était fait. Après quelques épisodes houleux passés au sein de l'hôpital militaire, Asch et l'Alpha sortirent à l'extérieur, où la température était ENCORE moins élevée que dans le bâtiment. Asch crut qu'il allait clamser, ou bien au minimum s'évanouir une fois de plus... Mais il parvint à survivre, avec juste un léger vertige qui le fit marcher de traviole sur quelques mètres. Par chance il réussit à ne pas rentrer dans Shôryû - même si il avait failli. (Oui, CDGH). Les mains vissées à ses bras, les épaules crispées assez fort pour lui provoquer un mal de dos, il avança tant bien que mal jusqu'à la moto. Oui, ce petit bruit, qui rythmait leur marche, c'était bien celui de ses dents qui claquaient les unes contre les autres... Génial, vraiment génial. C'était le mot du jour! Génial!

Asch enfila son casque et se dépêcha de monter derrière l'Alpha, sans gêne aucune ce coup-ci. Disons qu'il était un peu trop mal - physiquement comme psychologiquement - pour que ses hormones daignent le déranger durant ce retour... Il n'eut aucun mal à s'accrocher à l'Alpha. Et même... Il allait s'y accrocher plus fort que précédemment. Parce que les epic win, ce n'était pas son fort... La moto démarra, et le vrombissement du moteur suffit à rendre douloureux son dos à peine guéri. Ses bras se resserrèrent contre le corps qu'il était bien obligé de ceindre pour tenir en place. Il serra les dents, et ferma les yeux, prêt à ne penser à rien, et à se concentrer sur sa respiration, pour tout le reste du voyage. A un moment, une bosse annula légèrement l'effet des amortisseurs - pourtant extrêmement performants - de l'engin. Asch émit un hoquet douloureux tandis qu'il se prostrait en avant, quitte à coller son casque contre le dos du conducteur. Fort heureusement, ce fut le seul échec critique qu'ils rencontrèrent sur le chemin.

Bon... Finalement, ce ne fut pas si terrible. Certainement pas agréable, mais pas si terrible. Dès que le chauffage avait été lancé sur la moto, Asch s'était senti mieux. A part les rares secousses qui lui avaient vraiment fait mal, il n'avait pas trop souffert. Il descendit de l'engin prudemment. Il était encore entier, cool... Il retira son casque lui aussi, à peu près dans le même temps que Shôryû histoire de faire un combo de beaugossitude digne de faire péter tous les thermomètres à sex-appeal. Puis Asch enfonça les mains dans ses poches et se permit une moue de mauvaise humeur, tandis qu'il observait passivement Shôryû faire des aller-retour pour ranger la moto. Il aurait pu partir... Mais il se souvenait du fait que l'Alpha avait encore des trucs à lui dire. Même si ça le saoulait, il devait les entendre... Fuir n'aurait servi à rien, si ce n'était à mettre en danger tout le monde.

"Ok... On y va, alors..."

En fait, ça l'arrangeait de rentrer chez lui. Asch était épuisé, physiquement comme mentalement. Il avait besoin de se poser dans un endroit où il se sentirait à peu près à l'abri... Et ce qui ressemblait le plus à un abri pour lui en ce moment, c'était cet appartement qui était le sien sans l'être. Comme l'aveugle ouvrait la marche... Asch le suivit, non sans traîner la patte. Non... Il n'avait VRAIMENT pas envie d'apprendre ce qu'il allait apprendre... Mais il n'avait vraiment pas le choix.

A l'intérieur, Asch manqua de grogner. Il aurait préféré prendre le canapé en fait... Mais puisque Shôryû s'y était allègrement étalé, Asch allait devoir trouver une autre place, hein! Il se posa dans le fauteuil qui lui faisait face et fit en sorte de rester le dos bien droit... Sa colonne vertébrale le faisait encore souffrir. Puis il écouta, les entrailles nouées, et donc incapable de prononcer un mot.

... Il se demanda tout d'abord pourquoi Shôryû parlait de Goenel. Puis son moral se prit un coup sévère... Comme l'Alpha avouait tout haut se demander si Asch avait un quelconque moyen de contrôler sa magie. Bon peut-être avait-il voulu dire qu'il n'était pas sûr qu'il y ait un moyen RAPIDE... Mais comptez sur Asch pour dramatiser, même inconsciemment. Il avait interprété ça comme un "Ouais en fait je sais pas si on va réussir à quelque chose un jour ou bien si tu vas finir par tout faire cramer". Il soupira, et roula des yeux, excédé.

"Vous n'allez quand même pas l'embêter avec ça..?! Vous croyez pas que ce... truc, l'a déjà bien assez contrarié? Nan... Je vous l'avais dit de toute façon que ça serait pas possible! Mais vous m'avez pas cru!"

Asch était dorénavant certain qu'ils fonçaient droit dans un mur... et rien ne lui aurait plus déplu que de savoir l'Alpha en train de déranger Goenel pour venir le saouler avec les pouvoirs "hors du commun" du meurtrier de son fils. C'était vraiment pas la peine d'enfoncer le clou... Cette famille avait assez souffert à cause de lui comme ça. Enfin bon... Ça y est, Asch faisait la gueule et repassait en mode "je peux bien mourir que je m'en fous si je suis le seul à prendre cher. C'est avec amertume qu'il rajouta:

"Vous feriez mieux de surveiller que personne s'approche de trop près... Le reste, on s'en fout pas mal. De toute façon c'est peine perdue, j'suis mal fichu c'est tout... on a la preuve, maintenant."

Voilà que la fatigue lui faisait dire des trucs pour le moins... éloquents. Il se voyait à peu près aussi corrompu qu'un cancéreux en phase terminale. Sauf que lui... il était en bonne santé. Dingue de penser que Asch pouvait voir cette magie comme une maladie génétique incurable, dorénavant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Dim 10 Oct - 8:41

Mugen n'avait pas pu empêcher sa moto de tressaillir sur cette bosse, ce qui n'avait du faire du bien au dos d'Asch. Pour le reste de la route, néanmoins, le Despranon prit garde, et n'eut pas à se reprocher d'autres acrobaties que les amortisseurs de l'engin ne pouvaient pas éviter. Il rentra au domaine, grimpant les quelques centaines de mètres qui séparaient l'entrée du premier bâtiment – le dôjô – où était accolé le garage de sa moto. D'ailleurs, on pouvait voir, pendouillant dans un coin de la remise, au passage très bien rangée, Odosaru, ou plutôt son étui – à dissocier du fourreau – une morceau de cuir et de métal d'environ deux mètres de long sur trente centimètres de large. Au moins. En captant dans son regard thermographique cet étui gigantesque, Mugen se rappela qu'il devrait peut-être s'entraîner un peu à son maniement, s'il ne voulait pas y perdre.

Mais voilà, depuis qu'Asch était arrivé au domaine, les jours se suivaient mais ne se ressemblaient pas, et la routine de l'Alpha s'était envolée. D'un côté, il n'en était pas mécontent, mais il faudrait juste que ça ne nuise pas à sa qualité de combattant. Il aimait aller sur le terrain, plutôt que tourner dans un bureau comme un lion en cage. Même si personne n'aurait le cran de le refuser sur un champ de bataille, il ne voulait pas y perdre la face, et assurer comme une bête, ce qu'il avait toujours fait.

Bref, Asch devait avoir envie de se reposer, mais l'Alpha avait encore quelques petites choses à lui dire. Néanmoins, autant aller directement chez lui, comme ça si ça n'allait pas, il aurait son lit sous la main. Mugen le mena donc jusqu'à son appartement, et s'affala dans le canapé : c'était pas bon pour Asch de s'affaler de toute façon, il était dix fois mieux avec le dos droit dans un fauteuil. Oui c'était de la mauvaise foi, mais d'un côté, le Despranon n'avait pas tort hein ! A peine posé, il parla direct de la magie d'Asch, et ce qu'on avait appris sur elle aujourd'hui. Et il évoqua l'idée d'en discuter avec Goenel, ce qui ne sembla pas plaire au rouquin, qui émit quelques objections. Mugen les écouta, avant de hausser les épaules :

« Je pensais pas à ça, mais je me disais qu'il avait peut-être du croiser des cas similaires, et qu'il avait peut-être trouvé une méthode efficace pour leur apprendre à se contrôler. »

Ce n'était pas un hasard si Mugen voulait créer un Observatoire d'Apparition et du Contrôle de la Magie avec Shawn Goenel. Cet homme était un formidable professeur, et il savait conjuguer magologie avec psychologie. Bien sûr, cette idée n'était encore qu'à l'état d'embryon dans le cerveau de Mugen, mais elle existait depuis qu'il avait assez grimpé les échelons pour se permettre de vouloir faire de nouvelles choses. Avant même de rencontrer Asch Raizer en fait. Peut-être que si l'OACM ou un équivalent avait existé du temps d'Erik Bishop, ce dernier aurait été mieux entouré. La mort d'Erik n'avait qu'un lien très indirect avec la nature de sa magie, mais si la mémoire de Mugen ne lui faisait pas défaut, il avait toujours caché être mage pour pouvoir trouver du boulot. De une, parce qu'il savait que personne ne voudrait d'un mage aussi dangereux dans leurs locaux. De deux, parce qu'il la détestait, pour un panel de raisons – dont la cicatrice de Mugen, sous ses lunettes. De trois, parce qu'il en avait honte, tout simplement. D'aussi loin que Mugen puisse s'en souvenir, Erik avait toujours porté des gants, n'osant pas afficher les preuves de son manque de talent pour la maîtrise de ses jets d'acide.
Même s'il s'agissait de petites choses, le Despranon se rendait compte que c'étaient des blessures aussi peu profondes que lancinantes, qui revenaient régulièrement, et qui ne guérissaient jamais.

Alors, quand Asch lui avoua qu'il préférait que personne ne l'approche, tout ça parce qu'il était 'mal fichu', la réaction de Mugen ne se fit pas attendre :

« Tu n'es pas plus 'mal fichu' qu'un autre, et c'est pas parce que t'as eu de bol avec tes chromosomes que tu dois vivre isolé, enfermé comme une princesse dans un donjon. »

Le Despranon savait que c'était la fatigue et l'épuisement moral qui faisait dire ça à Asch, mais d'un autre côté, il ne s'agissait que du manifestement de ses vraies pensées, qui n'avaient plus de barrières et pouvaient passer celles de la parole plus facilement.

« Peut-être que ce que n'est qu'une question d'habitude. Enfin de réflexe. J'ai dit que ça prendrait sûrement plus de temps à contrôler, pas que tu n'y arriveras jamais. Ne perds pas courage. »

La dernière phrase avait été prononcée un peu plus bas, de façon quasi-inaudible. Et sur ce, Mugen se leva, reprenant les dossiers avec lui :

« Je vais les lire en détails, repose-toi pendant ce temps là. »

Il lui fallait aussi contacter Goenel – il n'y renonçait pas, même quand on savait que son fils était mort à cause de cette magie qu'Asch n'arrivait pas à contrôler – et Epic Jail, pour organiser une visite secrète et s'entretenir avec Elye Raizer à propos de son frère et de ses parents. Et puis, Mugen avait besoin de faire le tri dans la paperasse avant de la filer à Asch : il y avait un certain nombre d'informations traumatisantes pour lui dans ses papiers, et valait mieux attendre qu'il aille un peu mieux pour lui en parler.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Dim 10 Oct - 11:07

Ah... . Asch comprit - à retardement - que le but de l'Alpha n'avait jamais été de lui annoncer que sa magie était purement et simplement incontrôlable. Ah... Oui. Bon... D'accord. Asch sautait un peu trop vite aux conclusions. Il fallait dire qu'il était le premier à expérimenter les effets de ces flux de chaleur, qui formaient comme des tentacules, extensions de son corps, et - il ne le savait pas encore - de la plupart de ses organes. Oui... Dit comme ça ça faisait un peu "monstre poulpe-like". Mieux valait éviter de le présenter comme ça à Asch si on ne voulait pas que ce dernier soit définitivement dégoûté par son organisme... Enfin... Quoiqu'il en soit, Asch n'avait aucune envie que Shôryû aille faire suer Goenel avec des problèmes qui n'étaient pas les siens, et qui avaient déjà bien assez bouleversé sa vie comme ça. Même si il avait croisé des cas similaires... Asch aurait simplement voulu ne plus jamais avoir à faire à lui. Il s'en voudrait pour le restant de ses jours, tandis que cet homme lui avait déjà pardonné. C'était inconcevable...

"Ça change rien..."

Il soupira. Mais il doutait que quoique ce soit de ce qu'il puisse dire soit capable de faire changer l'aveugle d'avis. Asch était une sacrée tête de mule... Mais l'Alpha aussi. Et Asch n'était pas très doué pour ce qui était d'argumenter alors du coup, les batailles qu'il menait étaient toutes perdues d'avance... Épuisé mentalement, il en arriva à parler sans beaucoup réfléchir, en demandant à l'Alpha de surveiller les environs plutôt que son état à proprement parler. La réponse le choqua quelque peu. Hey! Shôryû lui avait promis qu'il ne laisserait pas les gamins s'approcher de trop près! Il n'allait quand même pas revenir là-dessus..? Ce n'était pas une question de vivre comme une princesse dans un donjon... Juste une sécurité nécessaire pour les habitants du domaine. Il ne s'agissait pas de Asch. Il s'agissait de protéger une bande de gosses innocents contre une bombe vivante qu'on avait stupidement laissé vivre à proximité. Oui... Parce que Asch trouvait ça stupide de la part de l'Alpha, en fait, de l'avoir mêlé à tout ce petit monde sans se soucier des conséquences. Blasé, il ne put s'empêcher de râler:

"De toute manière vous m'avez promis que vous feriez gaffe à ce que personne n'approche! Bordel... cherchez pas. De toute façon on sera jamais d'accord sur ce point... Vous êtes complètement stupide de me laisser en vie."

Ouais... A croire que l'éducation des Raizer avait laissé sa marque sur l'esprit de Asch, qui devait porter à peu près autant d'estime envers sa propre personne que ses parents le faisaient bien avant qu'il ne soit au courant de son "anormalité". Le pire - et ce dont il n'avait pas conscience - c'est qu'il n'aurait jamais porté un jugement aussi dur envers quiconque d'autre que lui-même. Il aurait été incapable de prononcer la sentence d'exécution d'un mage trop dangereux pour être contrôlé... Mais pour certaines raisons évidentes, Asch n'avait plus aucune pitié envers sa propre personne. Ses parents étaient vraiment des enfoirés, oui, même si il n'en avait pas conscience. Si seulement ils l'avaient prévenu des capacités qui dormaient en lui... Asch n'aurait pas eu à subir les conséquences du massacre qu'il avait engendré. Cet épisode le hanterait à jamais.

Enfin... Ne pas perdre courage, hein..? Le conseil de l'Alpha eut l'effet inverse de celui qui était escompté. Asch souffla, et sembla ainsi se dégonfler comme un ballon. Ses épaules s'affaissèrent, et une grimace de douleur déforma son visage pendant quelques secondes. Et merde... Il avait oublié son dos. Il s'affala au fond du fauteuil, provoquant nombre de petites alertes électriques le long de sa colonne vertébrale... Mais en fait, là, il s'en foutait. Il en avait marre de rester droit comme si on lui avait foutu un balai dans le cul (CDGH).

"C'est facile à dire..."

Nettement moins facile à faire... Non mais il était à sa place peut-être?? Se doutait-il seulement de la force qu'il lui fallait pour réussir à contenir les flux en lui, plutôt que de les laisser faire n'importe quoi..? C'était la totale galère! Et même pire que ça! N'importe qui aurait été découragé, à sa place... Enfin bon. L'Alpha semblait vouloir partir, laissant Asch perplexe. C'était tout ce qu'il avait voulu lui dire...? Ou bien préférait-il attendre un autre moment pour parler, finalement...? Si c'était ça... Ça n'annonçait rien de bon. Asch se rembrunit - déjà que c'était pas top avant - et décida de le laisser faire. Il était un peu maso sur les bords... Mais là, il aurait difficilement pu supporter plus que ce qu'il venait déjà d'apprendre. Alors il allait tenter de dormir... Même si il doutait d'y arriver.

"Ouais, ouais... On va faire ça.."

Asch se releva aussi, et laissa Shôryû faire ce qu'il voulait, tandis qu'il se dirigeait en direction de sa chambre, et donc, de son lit. Il avait pour but de s'y asseoir prudemment puis de s'y allonger quelques minutes le temps de finir de récupérer de cette foutue ponction... Nan mais sérieux. On lui aurait dit que ça lui ferait mal aussi longtemps... Il aurait opté pour une analyse sanguine, quitte à ce que les résultats soient plus longs à arriver. De toute façon, quoi..? Ça leur faisait une belle jambe ces foutus résultats, non? Encore une lubie de ces foutus scientifiques qui avaient absolument voulu savoir si Asch descendait plus du reptile que du singe!

Bref.. Le contenu des dossiers n'allait pas apporter grand chose de neuf à Mugen, même si il allait enfin avoir la confirmation de ses doutes, en voyant le nom de Rachel Raizer inscrit dans la case "responsable légal" de la première analyse ADN. Cette dernière n'était constituée que de deux feuilles... La première, un caryotype en noir et blanc où les différences majeures avec le génome humain traditionnel avaient été entourées et pour certaines "légendées". Asch était l'heureux propriétaire d'un chromosome supplémentaire, entre autre... C'était un minuscule chromosome en forme de V, mais un chromosome quand même. La légende indiquait qu'il s'agissait d'un chromosome partiellement constitué d'enzymes magiques, si bien que les gènes qu'il contenait resteraient inactivés tant que Asch serait dans un environnement sans magie. Ça pouvait expliquer pourquoi son corps avait mis tant de temps à muter intégralement, alors que sa magie était apparue directement à sa sortie de Shangyu... Il avait fallu le temps que ces gènes produisent les molécules responsables de sa mutation. Enfin. Pas mal d'autres chromosomes possédaient des gènes différents ou bien supplémentaires. Visiblement les gènes responsables de sa production de mélanine étaient mal foutus, ce qui pouvait expliquer sa couleur de cheveux étrange. D'autres semblaient coder des molécules qui n'avaient rien à faire dans son corps... bref. Un véritable merdier. La seconde feuille constituant l'analyse était un bilan des plus succincts et franchement peu approfondi:

Présence de magie: Oui
Similarité à l'homo sapiens sapiens: 99,6%
Compatibilité génomiale: Non (forte probabilité)
Surveillance: rouge


L'analyse la plus récente - celle de la ponction lombaire - était plus nette, et un peu plus touffue... sachant qu'elle avait été faite en une dizaine ou une vingtaine de minute tout au plus. Ça voulait tout dire... Elle disait exactement la même chose, à la différence près que le docteur Serylin Menah avait ajouté quelques hypothèses à vérifier au dossier. Selon elle, le chromosome en V devait être responsable d'une grande partie des mutations de Asch. Cette bizarrerie chromosomique était indépendante du fait que Asch soit mage, même si la mutation était sans doute due à la magie, à l'origine. Cela signifiait que Asch avait dû être conçu en dehors de Shangyu, ou bien que sa mère en était sortie dans les débuts de sa grossesse. Grossièrement il avait toujours eu un potentiel tandis qu'il était à Shangyu, mais son corps n'avait muté qu'à 40%. Il avait fallu attendre qu'il sorte de Shangyu pour que le reste de la mutation s'enclenche, et sa magie - au départ nettement moins importante - avait vraisemblablement évolué au fur et à mesure que le chromosome en V modifiait son organisme. La magie avait muté en même temps que son corps tandis qu'il s'habituait à sa nouvelle vie à Nimla... Ce qui expliquait ses difficultés croissantes à la contrôler. Bien sûr rien n'était certain et le docteur Menah n'était encore sûre de rien, mais c'est ce qui lui semblait le plus probable. Ce qui était certain, c'est que l'organisme de Asch était dorénavant indissociable de sa magie, comme si ils avaient fusionné ces derniers mois, alors que personne ne se doutait de rien.

Serylin avait aussi réussi à déterminer grâce à un test rapide sur les cellules qui ne lui avaient pas servi à l'analyse, que la résistance de Asch au froid était vraiment très mauvaise: il se sentirait mal au dessous de 10°C et serait en grave danger au dessous de 0°C. Dans l'eau c'était encore différent: il ne fallait SURTOUT pas que son organisme entre en contact avec une eau de moins de 15°C, sans quoi il risquait là aussi d'aller très mal. Étonnant, par contre... Serylin n'avait pas encore réussi à trouver les limites de la résistance à la chaleur des cellules de Asch, à croire que la magie qu'elles contenaient, et les molécules produites par le génome si particulier du rouquin, avait rendu ce dernier... Pas loin d'être une bonne grosse bébête ignifugée. Bah... Fallait bien que ça serve à quelque chose de pas supporter le froid, en même temps. Avec un pouvoir pareil sinon, Asch se serait carbonisé tout seul... En bref, ça n'apprenait pas grand chose de neuf, à part des chiffres. On remarquait tout de même une petite annotation en bas de page: le métabolisme de Asch semblait se ralentir lorsque la température des cellules était trop basse... Il fallait donc faire très attention à ce qu'il ne soit pas en hypothermie (en dessous de 40°C pour lui...) sans quoi il aurait de gros soucis si il tombait malade, ou se blessait. Bref... Serylin n'avait pas terminé ses analyses. Elle avait joint les radios magographiques au dossier, ainsi que le résultat des prises de sang qui citaient la présence de 5% de composantes anormales dans le sang de Asch, ainsi qu'un déficit inquiétant en globules blancs.

Pendant ce temps là, Asch... n'arrivait pas à se reposer. Bien évidemment, ouais.. Il se retenait de justesse de se tourner dans tous les sens. Mais si il avait fait ça il se serait tué le dos alors... il se contentait de végéter, sans bouger. Il s'était foutu dans les couvertures parce que s'était mis à avoir encore plus froid que d'habitude... sa température interne était montée sans prévenir à 50°C, sans doute en réaction à l'agression subie par sa pauvre colonne vertébrale. Son organisme avait besoin de chaleur pour se régénérer... Il ne régénérait pas plus vite que celui d'un être humain lambda, au contraire, hein... cette chaleur était une condition nécessaire au bon déroulement du processus. Comme l'avait compris le docteur Menah, si son corps avait été incapable de chauffer comme il le faisait à l'heure actuelle, Asch aurait mis trois plombes à guérir, par rapport à l'être humain de base. Ça voulait tout dire... Il n'avait pas intérêt à tomber malade ou bien à se blesser dans une zone où sa magie était "désactivée".

Au bout d'un moment, il en eut ras le bol. De toute façon, il gelait sur place dans ce foutu lit... Il en sortit, non sans trainer la couverture avec lui jusqu'au salon. Là... Il alla se foutre sur le canapé, après s'être enroulé comme un méga maki à l'intérieur du duvet, histoire d'augmenter le nombre de couches qui le recouvraient. Qu'il était mignon... à trembler comme une feuille, presque entièrement englouti par une couverture de lit deux places. Il aurait été a-do-raaaable... si il n'avait pas tiré cette tronche digne de remporter un concours d'imitation du schtroumpf grognon. Putain! Mais il en avait MARRE d'avoir froid, merde!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Dim 10 Oct - 15:09

Oui c'était vrai, Mugen avait promis que personne s'approcherait, mais ça ne comptait que pour les entraînements. Il était hors de question qu'Asch reste en dehors de la vie sociale du domaine, uniquement parce que ses pouvoirs pouvaient faire bobo – même si les bobos étaient effectivement très graves. Mugen ne pensait pas que l'isoler arrangerait quoi que ce soit à sa situation : il lui paraissait déjà bien assez solitaire comme ça. Autant qu'il s'y habitue ! Depuis qu'il était arrivé au domaine, Asch n'était plus seul, quoi qu'il en dise. Alors oui, ni lui ni Mugen ne seraient jamais d'accord sur ce point. Autant ne plus en parler du coup.

Mugen laissa donc le rouquin se reposer, et traversa le parc pour rejoindre son pavillon. Il croisa sur son chemin deux ou trois gamins qui demandèrent des nouvelles d'Asch, et s'inquiétèrent de la blessure que Mugen avait à l'épaule. Ce dernier les rassura en leur disant que ça ne lui faisait pas mal. Mais voilà, Rebecca – Becca pour les intimes – était faite du même bois que Kengo : elle fronça les sourcils, affichant clairement sa méfiance pour Asch. Mugen aurait beau lui dire qu'Asch ne savait pas ce qu'il faisait, et que d'une certaine manière, ce n'était pas sa faute, il n'était pas sûr qu'un jour Becca ou Kengo soient d'accord avec lui.

Il soupira quand il passa la porte de son pavillon. Ici, aucun gosse ne viendrait lui poser de questions gênantes à propos de l'homme qu'il hébergeait dans l'un de ses appartements d'amis vides. Exténué lui aussi, il se posa dans la cuisine, laissant les dossiers sur la table, et se laissa aller à dévorer un repas qu'il avait sauté ce midi. Il se dit alors qu'Asch n'avait pas mangé et... après un rapide 'coup d'oeil', qu'il n'était toujours pas en train de manger – ni de dormir d'ailleurs – il irait lui rapporter quelque chose à grailler tout à l'heure. Mais pour l'instant, alors qu'il avait fini sa pause couscous – il mangeait beaucoup, sorte de compensation pour son insomnie – Mugen grimpa dans son bureau, où il reprit les dossiers pour les examiner au moyen de son écran calorigraphique. C'était bien le seul moyen pour lui de lire ces feuilles qui autrement, restaient désespérément unies.

Parcourir ces papiers ne lui apprit pas grand chose de nouveau : le Dr Menah avait quasiment déjà tout dit à l'hôpital. Asch avait en effet un génome atypique, notamment du à la présence d'un chromosome en plus. Bien sûr, comme il l'avait déjà dit, Mugen n'était pas un scientifique, et ne comprenait pas vraiment l'ensemble de ces papiers. Tout ce qu'il savait, c'était que Rachel Raizer avait eu un bébé que la magie avait transformé pendant sa grossesse. A en lire le Dr Menah, il ne s'agissait donc pas d'un cas de magie par atavisme, mais bien d'une mutation 'orpheline'. Asch n'avait même personne à blâmer, si ce n'est la Magie avec un grand M. Premier point... ensuite...

Les premiers tests effectués n'avaient vraiment pas été détaillés. Comme si Rachel avait juste voulu vérifier que son fils n'était pas 'normal'. Rien que de penser à cette façon de raisonner d'une mère, Mugen eut la nausée. Mage ou pas, génome classique ou pas, un fils restait un fils. C'était bien l'une des plus grandes tares de l'espèce humaine de valoriser – ou dévaloriser, ce qui arrivait bien plus souvent – un individu par rapport à quelque chose dont il n'était absolument pas responsable. Asch n'avait pas choisi ses gènes ! C'était vraiment crade de le blâmer pour quelque chose sur laquelle il ne pouvait influer. Pire encore, en recoupant avec les analyses – et surtout les interprétations très fines du Dr Menah – on se rendait compte d'à quel point il avait été dangereux de ne pas prévenir Asch de son état. Sa mè... génitrice avait été au courant, et ne lui avait rien dit. Mugen partait donc du principe qu'elle se foutait que son fils soit plus fragile dans un milieu antimagique. Bon, ça encore à la limite on pouvait faire l'hypothèse qu'elle l'ignorait. Mais le laisser aller en mission à l'extérieur de Shangyu alors qu'elle savait qu'il disposait de pouvoirs magiques dont la nature inconnue était par essence dangereuse... C'était de l'inconscience, du désintéressement total. La conclusion la plus vraisemblable qui s'imposait à l'esprit de Mugen était la suivante : Rachel Raizer se foutait complètement du sort de son fils. Il pouvait pourrir à Epic Jail ou même y crever comme un chien qu'elle ne lèverait sûrement pas le petit doigt.

Intrigué par cette famille de fous qui lui rappelait un peu trop la sienne, Mugen activa son commlink pour s'entretenir avec le responsable de la prison magique d'Epic Jail. Il lui manifesta son désir de voir Elye Raizer, pour affaires. Le reste ne le concernait pas de toute façon : aucune raison pour le Despranon de lui en parler. Il posa une date pour la rencontre et finit par raccrocher, enchaînant directement avec un appel pour le professeur Goenel. Ce dernier ne sembla pas être en mesure de répondre : Mugen détestait laisser des messages, et se dit qu'il réessaierait plus tard. En attendant, il soupira, fit le tri dans le dossier – retirant donc tout ce qui parlait de la première analyse qui datait d'il y a 18 ans – et descendit avec. Il prit également un panier repas fait à la va-vite – un peu de charcuterie, du riz en salade et quelques fruits – et revint chez Asch.

Jen avait repris les cours : les gamins étaient tous au dôjô, sagement assis devant elle. Mugen esquissa un sourire. Il s'avança alors vers l'appartement d'Asch et frappa quelques coups à la porte avant d'entrer.

« Je suis entré, je voulais pas te forcer à te sortir de ton... rouleau de couvertures. »

Un beau spécimen de maki mutant tiens ! Ca lui rappelait quelques souvenirs à Shangyu, et il ne put s'empêcher de sourire doucement. Il posa le dossier d'analyses – tronqué – sur la table basse, à côté du panier repas :

« Je t'ai apporté de quoi manger... bon par contre c'est froid. »

Mugen ne savait pas si ça influait sur quoi que ce soit, mais après la lecture des analyses, il en venait presque à se dire que ça pouvait effectivement jouer. Asch serait-il du genre à se sentir mieux en mangeant une bonne grosse raclette en été plutôt qu'une salade !?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Dim 10 Oct - 16:50

Les minutes passaient, et se ressemblaient toutes. Ce qui faisait que Asch était en train de s'emmerder sérieusement, en fait... Non. Il n'était même pas en train de déprimer, ou du moins pas plus que d'habitude. Il était tellement blasé qu'il ne se sentait même plus capable de ressentir de la tristesse, ou quelque chose s'en approchant... Il était simplement crevé, et incapable de se reposer. Pas mal aussi comme état de merde... enfin. Il savait qu'il allait tomber encore plus bas du moment où il aurait avalé toutes les infos du jour alors... il n'avait pas non plus hâte que ce moment de grognattitude lassée lui passe.

Puis l'on frappa à la porte et Asch ne put s'empêcher de marmonner quelques jurons râleurs, tandis qu'il tentait tant bien que mal de se tourner vers la porte du salon, en mode "maki qui roule à coups de coudes et de reins". La bonne nouvelle, c'est qu'il parvint à se redresser avant que Shôryû n'arrive dans le salon. Son dos lui faisait nettement moins mal, même si son corps avoisinait toujours une température de 50°C. La mauvaise nouvelle, c'est que même ainsi... Il était encore emmitouflé dans les couvertures jusqu'au nez, et ça le faisait un peu chier que l'Alpha puisse "voir" ça. Même si en fait, il le voyait déjà à distance. Hahaha. Oui, c'était absolument pas logique. Il était vraiment trop con...

Il était en train de se faire cette réflexion lassée, lorsque l'aveugle retourna le couteau dans la plaie. Ouais bah... Il était très bien son rouleau de couverture, hein! Asch grimaçait déjà de mauvaise humeur... Disons que son expression râleuse s'accentua.

"Je crois que j'aurais préféré en sortir en fait.. Vous avez décidé que vous aviez oublié de me dire un truc finalement..?"

Le regard de Asch suivit le voyage du panier repas jusqu'à la table basse... Mais se tourna rapidement sur le feuillet qui l'accompagnait. Il était suspicieux... Ou plutôt, il se doutait de ce dont il pouvait bien s'agir, et ça ne lui plaisait guère. Ses entrailles se remirent à imiter les serpents dansant au rythme de la flute d'un charmeur fou...

"J'ai pas faim..."

Ce qui était vrai. Et pas vrai tout à la fois... Disons que son estomac criait famine, mais qu'il se sentait tellement lourd et stressé qu'il serait incapable de bouffer un truc sans avoir envie de le gerber juste après. Bon... Ensuite c'est sûr que son organisme déjà bien abîmé aurait besoin de récupérer des forces... Depuis qu'il était arrivé ici, il ne mangeait quasiment plus. A ce rythme il allait finir par devenir anorexique! Un grand dadais comme lui... Mieux valait qu'il ne perde pas sa musculation, sinon il allait ressembler à un haricot vert. Mais allez lui dire ça alors que tout ce dont il avait envie, c'était de se laisser crever la bouche ouverte... A l'heure actuelle il se fichait pas mal de savoir si il entretenait correctement son corps ou pas.

"... C'est quoi..?"

Oui, oui, pas très loquace, le rouquin... Mais il n'était pas très bien embouché non plus. Il ne cessait de fixer la pile de dossiers, amputée de ses fichiers les plus importants - mais ça, Asch ne le savait pas. Il se demandait ce qu'il allait bien apprendre d'autre aujourd'hui... Sans doute beaucoup de choses qui lui casseraient encore plus le moral, mais rien qui puisse changer radicalement sa vision des choses. Ce qu'il ne savait pas, c'est qu'une info de taille, et capable de bouleverser totalement ses convictions, était peut-être sur le point de lui tomber sur le coin de la figure. Peut-être.

Il tenta de se dépêtrer de ses couvertures... Puis abandonna cette idée. De toute manière, il avait trop froid. Il se contenta de passer une main gelée sur la table dans l'espoir de réussir à choper les papiers - sans au passage faire le remake du viandage de maki mutant. Il n'aurait manqué qu'à ce qu'il se casse la gueule du canapé!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Dim 10 Oct - 19:04

Mugen n'était pas revenu embêter Asch uniquement par plaisir. A vrai dire, il était indéniable que quelque chose le poussait à ne pas laisser le rouquin tout seul trop longtemps. Mais il avait un bien meilleur prétexte pour revenir frapper à sa porte : les dossiers, et aussi de quoi manger, même s'il doutait que le rouquin ait de l'appétit après une journée pareille. Il entra donc, posa ce qu'il avait amené sur la table, ce à quoi Asch lui demanda abruptement de quoi il s'agissait.

« Les résultats des analyses. J'ai pensé que tu voudrais y jeter un coup d'oeil toi-même. »

Bah oui, après tout, c'était de lui dont il s'agissait. Evidemment, les documents les plus traumatisants avaient été soigneusement retirés de ce dossier, et conservés dans un tiroir du bureau de Mugen, fermé à clé. Il attendait d'en savoir un peu plus sur les Raizer en général avant de lui envoyer dans la figure un 'tes parents sont des connards comme les miens'. Déjà, s'il réussissait à convaincre Elye, ce serait déjà ça de plus dans la balance. Elye était sûrement la seule personne capable de parler sans qu'Asch ne remette en cause sa parole. Bien sûr, Mugen n'en était pas sûr, et ne savait pas quelle était la nature exacte des relations entre Asch et Elye, mais de ce que le rouquin avait bien voulu lui montrer, il semblait y être très attaché. Alors, si au début, la libération d'Elye Raizer n'était même pas pensable, elle prenait de plus en plus de réalité, et Mugen y songeait de plus en plus sérieusement.

« Bouge pas va. »

Asch était frigorifié, même si sa température corporelle avoisinait les 50°C. Mugen savait désormais que ce n'était plus simplement du confort que lui procurait une chaleur ambiante, mais que ça avait une incidence directe sur sa santé. Le Despranon se leva alors, et alla pianoter sur un écran discret fixé sur un mur du salon. Il augmenta en fait le thermostat de l'appartement, pour le faire atteindre allègrement les 30°C. Ca devrait sûrement suffire. Il alla ensuite se rasseoir, et enleva sa veste. Il se rendit alors compte qu'il avait encore le t-shirt lacéré qu'il avait porté alors qu'il s'était pris un coup de chaud de la part d'Asch CDGH. Il s'en rendit compte et sembla un temps un peu gêné, avant finalement de faire comme si de rien n'était.

Et voilà. Il squattait son appart, et il n'avait rien à dire. Mugen se sentait un peu con, alors qu'il voyait la température augmenter dans la pièce :

« Tu devrais laisser la clim' à 30, voire même plus. »

Il ne savait pas comment lancer la conversation, en fait, il ne savait même pas s'il devait la lancer. Mais bon, perdu pour perdu, Mugen se lança. Il ne savait pas bien comment s'y prendre, et avait déjà des malus en jets de relations sociales.

« Toi et ta soeur... Ca se passait comment... Avant ? »

Avant... avant le kidnapping, avant l'échec, avant l'incident et la magie qui avait pris possession du corps d'Asch, le rendant fragile et explosif. Le Despranon ignorait dans quel guêpier il mettait les pieds, mais ne perdit pas sa contenance, ni sa confiance en lui. Asch était sûrement claqué, mais vu qu'il n'arrivait pas à dormir de toute façon, autant discuter un peu... Et puis voilà, Mugen n'avait pas envie de laisser le rouquin tout seul.

A moins que ce ne soit lui qui ne veuille pas rester tout seul ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Dim 10 Oct - 20:19

Les résultats des analyses... C'était bien ce que Asch avait craint. Le rouquin ne marqua pas d'hésitation, pourtant. Ca le faisait chier... Mais il devait savoir. Alors il lirait tout le contenu de ces foutus dossiers, quitte à ce que cela lui mine définitivement le moral. Il tomba en premier lieu sur le caryotype comparé (ou pas... Mais les légendes notées sur la feuille servaient tout de même d'éléments comparatifs). Il savait quand même ce qu'était un chromosome et fut raviii d'apprendre qu'il en avait un en trop. Asch soupira, et parcourut la feuille du regard histoire de lire vaguement tout ce qu'il y avait à comprendre:

"... Super..."

Il tourna la page et fronça les sourcils tandis qu'un tas de mots de nature inconnue lui encombraient la vue et le cerveau... Ah, bordel! Mais il y comprenait rien! Ces foutus médecins pouvaient pas parler français nan..? Vraiment pas? Rah!

Asch laissa partir Shôryû, tandis que son cerveau buguait sur une feuille et essayait de comprendre la signification des mots qui y étaient écrits. Il ne remarqua donc pas que l'Alpha avait augmenté la température du thermostat. A vrai dire il n'avait même pas remarqué que Shôryû portait toujours son T-shirt foutu alors... C'était dire que le rouquin n'était pas attentif. Il remarqua pourtant que la température montait... Car il avait un peu moins froid. Le remarque de l'Alpha lui fit un choc considérable. Il cligna des yeux, et les leva sur l'aveugle... Il resta silencieux une seconde de trop, qui trahissait son étonnement.

".................. J'y avais pas pensé..."

... Son coeur se serra, et ce fut un regard blessé, qu'il détourna. Merde... Oui. Il était con, il aurait dû y penser avant... Et pourtant, il s'était évertué à vouloir garder chez lui une température idéale pour le commun des mortels. Quoi, maintenant..? Il allait foutre le thermostat à 30 et transformer cet endroit en four..? Fallait-il vraiment qu'il vive dans un volcan..? Merde, quoi... Il avait pensé pouvoir garder un ersatz de sa vie d'avant... Mais là, il commençait vraiment à se sentir anormal, voire monstrueux. Quel être humain normal se serait senti à l'aise dans une maison surchauffée..? Personne. Sauf lui. Merde.

Il garda le silence un peu trop longtemps, peut-être. Il avait cessé de lire les documents, et en ce sens son mal-être soudain était "visible". Peut-être pas le bon moment pour en rajouter une couche et lui parler d'Elye, en fait. Au moins... La question de l'Alpha le détourna de ses préoccupations. La moutarde lui monta au nez sans attendre, et il foudroya l'Alpha d'un regard incendiaire qu'il ne lui avait pas adressé depuis longtemps. Ah bah... La réaction était directe, au moins. Si Asch en voulait encore à l'aveugle... C'était presque exclusivement pour le traitement qu'il avait réservé à sa sœur. Il n'aimait pas beaucoup que Shôryû se permette de lui poser des questions sur sa vie privée sur un ton aussi léger... Et il aimait encore moins que ce type le questionne sur sa sœur, alors qu'il la tenait captive. Il répondit sur un ton acide, colérique. Non... L'idée que Shôryû puisse vouloir libérer sa frangine si ils acceptaient de coopérer ne lui avait pas traversé l'esprit.

"Vous êtes pas gêné de me poser des questions sur Elye alors que vous la tenez captive, et que je sais même pas si elle va bien, ni même si elle est vivante!"

Asch n'avait pas envie de répondre, mais alors... Vraiment pas. Les sourcils froncés, il se concentra sur les bouts de papier qu'il allait finir par froisser à ce rythme. Putain! Ça aussi ça l'énervait!!

"RAH! Mais c'est quoi cette façon de parler à la con? Ça veut dire quoi cette merde?! Compatibilité génomiale?"

... Oups là. Il retira sa main du papier au moment où il se rendait compte qu'elle était en train de chauffer. Il avait laissé une magnifique trace noire sur la feuille.

"Et merde!"

Vie de merde, même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Shôryû
Personnage décédé
avatar

Messages : 695

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Dim 10 Oct - 20:53

Mugen n'avait pas voulu faire qu'Asch se sente mal, au contraire. Mais voilà, il fallait qu'il s'y fasse. Désormais, s'il voulait se sentir bien dans son appartement, il allait devoir laisser le thermostat à une température aberrante, ne serait-ce que pour éviter à son corps de chopper la première maladie qui passait. Maintenant que Mugen savait qu'Asch pourrait attraper la mort avec un simple rhume, il ne rigolait plus du tout avec ça.

« C'est pas grave. Mais bon, c'est chez toi, faut au moins que tu t'y sentes bien. Enfin, autant que faire se peut. »

Il était quand même conscient que quelque part, Asch n'était pas complètement satisfait de vivre ici, là où justement, il n'avait pas choisi de vivre. Le Despranon se souviendrait toujours qu'il avait du asséner un bon coup de poing à Asch pour qu'il daigne rester ici... Alors il n'avait pas la prétention de croire que le rouquin voulait y vivre de son plein gré. Surtout pas après une journée aussi merdique. Mais bon, c'était mieux qu'une prison, c'était mieux qu'Epic Jail, où il aurait lentement dépéri. Maintenant qu'il y pensait, Mugen trouvait que c'était vraiment dégueulasse comme mort, comme si on laissait crever un poisson en le regardant frétiller à l'air libre. Asch avait besoin de sa chaleur, comme du poisson son eau... Et ce même si ça le blessait de s'en rendre compte.

Et voilà, une fois rassis, Mugen se retrouva con, alors qu'Asch épluchait son dossier. Il se lança alors dans une conversation, qui avorta. Le rouquin n'était vraiment pas disposé à parler de sa soeur, mais rien qu'en lui disant cela, le Despranon pouvait en déduire qu'il lui portait une grande affection. Il était de plus en plus convaincu qu'Elye serait en fait sa meilleure alliée. Si elle daignait le rejoindre sur ses points de vue, évidemment. Alors, quand Mugen entendit la réponse cinglante d'Asch, il ne put s'empêcher de répliquer.

« Elle est vivante oui. Je vais la voir dans la semaine. Je veux juste savoir à quoi m'attendre, et en savoir un peu plus sur elle, et aussi sur toi. »

Son ton était resté calme, neutre. Il ne voulait pas s'énerver, même s'il en avait envie : Asch agissait parfois comme un gamin mais bon, il avait quand même des circonstances atténuantes. Sa vie n'avait vraiment pas été de tout repos dernièrement, et Mugen n'y était pas étranger. Alors, il lui fallait mettre un peu d'eau dans son vin, et surtout, rester zen. Asch, quant à lui, préfère se plonger dans son dossier médical, quitte à ne pas tout comprendre. D'ailleurs, il n'hésita pas à demander, à mots couverts, ce que voulait dire exactement 'compatibilité génomiale' à Mugen. Ce dernier voulu lui répondre, mais Asch s'énerva, et manqua de brûler la feuille.

« Zen. Ca veut dire que tes gènes ne sont pas compatibles avec ceux... des autres. Tu es certainement stérile. »

La voix de Mugen avait baissé de volume, alors qu'il lui annonçait ce que beaucoup considéraient comme un drame personnel, et quelque chose de très intime. Mais le Despranon ne pouvait pas s'empêcher de recouper cette information avec une autre, qui avait aussi son importance. Le comportement d'Asch avec Mugen ne laissait pas vraiment croire qu'il avait dans l'idée d'avoir des enfants de toute façon. Il n'osait pas lui dire – c'était terriblement impoli de toute façon – et puis ce n'était pas ses affaires. Il lui avait juste explicité des termes plutôt obscurs, rien de plus. Il n'allait pas non plus enfoncer le clou en lui rappelant une homosexualité refoulée qui le gênait autant qu'il avait du mal à la cacher.

« Désolé... Je me répète un peu aujourd'hui d'ailleurs... »


Mugen ne savait plus vraiment où se foutre, lui à qui ça n'arrivait quasiment jamais ce genre de choses. Plutôt étrange comme sensation, et pas vraiment agréable...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 850

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   Dim 10 Oct - 21:31

C'est dingue comme Asch pouvait partir loin parfois lorsqu'il s'énervait.. Il avait à peine entendu la réponse de l'Alpha, qui lui expliquait qu'il allait bientôt aller voir Elye. Si Asch avait écouté, il se serait sans doute calmé, et aurait daigné discuter un minimum, au moins pour savoir pourquoi Shôryû comptait visiter sa frangine... Mais non. A la place, il manqua de brûler ses analyses en s'énervant sur quelques termes qu'il n'arrivait pas à comprendre. Il allait être content du voyage...

La main levée pour éviter de brûler tout ce qu'il touchait, il eut soudain l'air bien bête,tandis qu'il relevait la tête pour observer l'aveugle, lequel venait visiblement de lui expliquer la signification de tout ce charabia. Il fallut le temps à Asch d'assimiler ces informations... Est-il utile de préciser que le fait de ne pas pouvoir avoir de gosses ne fut pas la chose qui le choqua le plus dans cette histoire..?

"... pas... compatibles..?"

La tête lui tournait un peu, là.. Il avait oublié de respirer et était en manque d'oxygène. Il était devenu tout blanc et avait perdu deux degrés de température dans le visage. Son dos heurta le dossier du canapé, tandis qu'il essayait d'avaler cette information des plus désagréables. D'un coup, ça l'avait calmé. Même si ça ne l'aidait pas beaucoup à contrôler ses flux en fait... Ces derniers dépassaient de quelques millimètres de ses doigts, et Asch laissa retomber sa main de sorte à ce que sa paume ne touche rien. Merde... alors. Il n'avait pas pensé qu'il puisse à ce point être corrompu... Même Asch savait ce que signifiait une absence de compatibilité génétique... c'est un peu comme si il avait constitué une espèce à part... un truc du genre, non..?

"Putain... J'en ai marre."

Il posa l'autre main sur son front, soulevant quelques cheveux qui s'y étaient glissés. Puis.. Ouais, bon. Même si Asch n'avait jamais souhaité être père... Il fallait avouer que d'apprendre qu'on serait incapable de le devenir même si on le voulait... Ça fout un choc, quand même. Il n'était donc pas vraiment humain, et incapable de donner la vie par dessus le marché... C'était vraiment super ça... Heureusement que de toute façon l'acte nécessaire pour donner naissance à un quelconque enfant ne l'intéressait pas. Il tenta de se concentrer uniquement sur ce fait... Quand bien même c'était autre chose qui le blessait. Expression atone, regard éteint, Asch soupira et constata d'une voix à peu près aussi morne que le reste de son attitude:

"Ouais bon je m'en fous... C'est pas comme si ça m'intéressait..."

Houlà. Il commençait à parler tout seul sans prendre en compte la présence de Shôryû... Et il disait des trucs plutôt personnels, même si il ne se rendait pas compte de ce que ses propos sous-entendaient. A l'entendre on comprenait clairement qu'il n'était pas intéressé par le fait d'avoir un enfant... Ou bien par les femmes... Ou bien par un quelconque contact, en fait. Restait à Shôryû le libre choix de l'interprétation. Asch reposa les dossiers sur la table sans prendre la peine de terminer de lire. Il avait besoin de quelques minutes de pause, le temps d'avaler ça tranquillement... Finalement le précédent sujet de conversation était pas si mal. Asch s'affala dans le fond du canapé, encore emmitouflé dans sa tonne de couvertures. Il semblait avoir de nouveau perdu toute combativité.

"Ouais bon... Qu'est-ce que vous voulez savoir sur Elye..? Elle est intelligente elle au moins, et attentionnée par dessus le marché. Elle a peut-être pas les même idées que vous mais elle ne mérite pas d'être enfermée. Elle était la première à dire que d'orchestrer votre enlèvement était une connerie magistrale d'ailleurs... Elle a essayé de m'empêcher d'y aller. J'imagine qu'elle avait vu quelque chose qui m'a échappé. Vous avez besoin d'une autre info ou bien ça suffira..?"

Ouais, bon... Même ainsi, le dialogue n'était pas évident, mais là Asch approchait de sa limite psychologique hein... Il avait parlé de la dernière fois qu'il avait vu sa sœur, la veille de l'enlèvement raté... Sans doute parce que cet épisode le hantait plus qu'il n'en avait conscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Nimla - Banlieu de Sérégon]Releasing the demons [Achevé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alternative Future :: SIIRASTAN :: Séregon-