Encyclopédie
Présentations
Carnet de Bord
[RP]Siirastan
[RP]Mycra
[RP]Shizuku
[RP]Autres
Archives
AccueilFAQRechercherMembresConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Confrontation [Asch / Drathir Vs Stella / Ashura]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Deadly Aruko
Personnage décédé
avatar

Messages : 85
Age : 28

MessageSujet: Confrontation [Asch / Drathir Vs Stella / Ashura]   Jeu 26 Aoû - 11:50

Cargo n°761-B7, 11.46 AM :

Voilà que le cargo entre dans la zone d’attente, les informations sont échangées avec la tour de contrôle, l’autorisation d’amarrer est donnée. C’est un appareil beaucoup plus petit que le précédent qui s’approche de la capitale de métal. Un vaisseau plus maniable, aux propulseurs plus puissant tout comme les boucliers énergétiques. Cependant l’armement laisse à désirer, beaucoup plus léger. Tout comme l’autre, le nom d’une entreprise est peint sur la carrosserie de métal. Des coups de pinceaux rapides répandant de façon grotesque une peinture jaune jusqu’à former le nom. C’est sans grande difficulté et avec une grande aisance que celui se posera à quai coupant de ce fait les propulseurs ainsi que les différents stabilisateurs.

A l’intérieur se trouve les plans de fabrication du nouveau jouet du gouvernement : le plus puissant annihilateur jamais conçu. Autant dire que la cargaison est précieuse. Non ? Cette dernière est entreposée dans une mallette issue du même alliage que le coffre contenant l’arme. Un code est de même nécessaire pour l’ouvrir. Code et mallette repose aux pieds de l’un des protagonistes attaché à ce convoi. Le premier, celui détenant les plans ainsi que le code n’est qu’autre que le commandant du 2ème escadron ; accompagné et secondé par le sous-commandant du 3ème escadron. Ces derniers ont pour tâche, une fois à quai, de rejoindre le convoi de l’arme et de se mettre en route pour Séregon. Bien sûr en cas de nécessité, ils ont bel et bien le droit d’user de la force pour mener à bien leur mission.

Le vaisseau touche le sol. La porte s’ouvre sur un ciel menaçant, limite pluvieux. Les deux jeunes protagonistes vont donc devoir traverser, rapidement, un bout des entrepôts, passer plusieurs bâtiments plus ou moins désinfectés. La voix semble être libre, personne à l’horizon… Cependant, sous les premières goûtes de pluie, ils sont loin de se douter qu’ils vont tomber sur deux jeunes rebelles fort entraîner…




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 845

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Confrontation [Asch / Drathir Vs Stella / Ashura]   Mar 14 Déc - 9:55

[Bon bah j'espère que ça ira /o/]

Nouvelle mission qui n'avait rien à voir avec les priorités de son escadron de rattachement. A croire que ça allait devenir une spécialité, chez Asch, d'être envoyé pour mener à bien des trucs totalement hors sujet vis-à-vis de son véritable job... Si on pouvait appeler ça un job, en fait. On rappelle pour la énième fois que Asch considérait son boulot de protection comme la plus grosse blague qu'on lui ait jamais faite. Affecter une bombe vivante et imprévisible par dessus le marché, à la protection du despranon Alpha... Voilà qui semblait être d'une pertinence à toute épreuve, non? Une mascarade de plus auquel le rouquin se voyait forcé de participer...

Bref. C'était à croire que le destin avait décidé qu'ils allaient bien ensemble: Asch se retrouvait une fois de plus avec Drathir Linath comme coéquipière. La jeune femme au tempérament de feu avait déjà eu à se coltiner Asch, par le passé. Ils avaient dû mener à bien l'arrestation d'un terroriste amateur, déguisée en simple interrogatoire dans un premier temps. Les décideurs n'avaient pas jugé utile de préciser à Asch que le coupable était déjà connu des autorités... En effet, comme l'attentat duquel on l'accusait avait été revendiqué par un groupe qui se faisait passer pour l'Opale Maudite, on avait décidé que les réactions d'un Asch aussi peu prévenu que faire se pouvait serait un bon moyen de vérifier la véracité de ces revendications, ainsi que la fiabilité de Raizer, qui n'était pas énormément apprécié au sein de l'armée, il fallait bien l'avouer.

Bref. Tout ça pour dire que Asch et Drathir se connaissaient déjà. Étonnamment, malgré leurs caractères de merde respectifs, les deux jeunes gens ne s'entendaient pas si mal. On aurait presque pu qualifier ça de miracle, car ni l'un ni l'autre n'étaient du genre à arrondir les coins. Lorsque Asch avait appris qu'il allait faire de nouveau équipe avec la demoiselle, il fut presque content. Presque. Disons qu'il préférait Drathir à certains soldats suspicieux, dont les regards torves l'énervaient plus qu'autre chose. Puis il appréciait la force de caractère et les capacités "techniques" de la demoiselle plus qu'il ne l'aurait avoué. Comme elle était à peu près aussi bourrine que lui, normalement, ils devraient être relativement d'accord sur la manière de procéder, ce qui éviterait quelques engueulades inutiles - quand bien même ils avaient toutes les chances de trouver un autre sujet d'engueulade, à bien y réfléchir.

Pour une fois qu'une mission n'emmerdait pas Asch purement et simplement... Enfin. Il n'était pas non plus super motivé, hein. Le rouquin était un peu trop blasé de la vie pour ça. Disons simplement que l'idée d'embarquer sur Varkë ne lui était pas aussi désagréable que de devoir découper du lézard au bord d'un lac, ou bien de devoir rentrer dans un café pourri pour y interroger un gros plein de soupe doté d'une langue de vipère. Le jeune homme n'avait jamais quitté Shangyu avant cet incident malencontreux, quelques mois auparavant, où il avait massacré pas mal de monde (bien involontairement) en tentant de kidnapper le despranon Alpha. L'idée de monter sur une ville-vaisseau lui semblait donc à la fois étrange et intrigante, quand bien même il ne venait pas là pour faire du tourisme, et se contenterait sans doute de voir les paysages les moins agréables de la cité. Une curiosité à laquelle il n'était pas habitué guidait ses regards, et c'est avec un soupçon d'excitation enfantine qu'il était monté à bord du vaisseau transportant la "précieuse marchandise" destinée à être transportée jusqu'à Sérégon. Oui, vous avez bien lu, le roi des blasés était encore capable de ressentir ce genre de choses... Il avait d'ailleurs fait son possible pour le cacher, n'assumant pas vraiment cette tendance en laquelle il ne se reconnaissait pas lui-même. Cela dit, à plusieurs reprises, Drathir avait peut-être remarqué ses regards insistants, posés sur une fenêtre, ou bien sur un mécanisme quelconque. Tout un camaïeu d'émotions passant dans deux turquoises de couleur pourtant fixe, parfois impressionnées, parfois étonnées, parfois interrogatives, ou même admiratives.

Mais il était clair qu'ils n'avaient pas de temps à perdre à bailler aux corneilles en observant le paysage. Asch se demandait bien quelle idée les gouvernementaux avaient eu, une fois de plus, pour assigner à la protection des plans d'un artefact nihiliste de cet envergure un homme qui avait longtemps été versé dans le fanatisme densetsu... Soyons sûr qu'il n'irait pas s'embêter à le leur demander. Tout comme il n'irait pas chercher pourquoi le plan consistait dorénavant à rejoindre l'autre vaisseau - qui contenait l'engin en lui-même - plutôt qu'à protéger l'entrée du véhicule qui les avait transporté jusque ici. Ils voulaient peut-être réduire la consommation d'essence, qui sait...
La porte du vaisseau s'ouvrit, et Asch jeta un coup d'œil rapide du côté de Drathir. Il était temps de sortir. Le rouquin fut plutôt surpris de constater que le ciel se trouvait bel et bien au dessus de sa tête, et qu'il avait l'air plutôt colérique, d'ailleurs. Asch avait imaginé un plafond mécanique gigantesque, doté d'ouvertures qui laissaient à peine passer la lumière... Comme si les habitants de la cité-vaisseau étaient des sortes de taupes d'altitude. Bref. Il laissait sans doute son imagination courir trop loin. On ne lui demandait pas de se créer des fantasmes, mais juste de s'assurer du bon déroulement de ce fichu convoi. Tout en observant le ciel et les premières gouttes de pluie qui tombaient, Asch fronça les sourcils.

"Rah bordel... Je supporte pas la pluie."

Non, Asch n'était pas une chochotte. Juste un être vivant pour qui la chaleur n'était pas un confort, mais une nécessité. La pluie refroidissait l'atmosphère, et était capable de le handicaper sérieusement. Même si cette mission était censée se dérouler sans aucun problème, se voir confier une tache d'envergure alors qu'il n'était pas au mieux de sa forme risquait de le stresser sévèrement. Un premier frisson le secoua. C'était mauvais signe... Quoiqu'il en soit, il regarda à droite, à gauche... Rien à signaler. Pas de temps à perdre. Le mauvais temps lui fournissait une raison de plus pour se grouiller de mener leurs objectifs à bien.

"C'est parti... Plus vite on y sera, mieux ce sera."

Le jeune homme attendit donc l'approbation de Drathir, avant de quitter l'abri du vaisseau, pour avancer d'un pas décidé dans cet extérieur bien trop frais à son goût. La température ambiante avait même complètement effacé la curiosité précédemment ressentie. Le regard qu'il portait sur l'extérieur était dorénavant aseptisé. Il fallait juste s'assurer que personne, ni rien de louche, ne pointait le bout de son nez...

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drathir Linath

avatar

Messages : 31
Age : 23

MessageSujet: Re: Confrontation [Asch / Drathir Vs Stella / Ashura]   Mar 14 Déc - 15:37

    Nouvelle mission, et pas des moindres, la demoiselle devant cette fois ci protéger des plans importants, avant de rejoindre d’autres membres du gouvernement qui eux devront défendre l’arme elle même. Encore une fois on ne lui demandait pas de traquer, ni de tuer ni de… bref on lui demandait de jouer les chiens de garde, protégeant des bouts de papiers. Formidable, et évidemment on n’avait pas pu s’empêcher de lui signaler que la mission était d’une haute importance. Histoire de bien lui foutre la pression en prime, bien sûr, sinon c’était pas drôle. Et c’est ainsi qu’elle se retrouva embarquée en direction de Varkë.

    ------------

    La jeune femme grinça des dents. Elle ne cessait de se tapoter distraitement les bras, ceux-ci étant croisés sur sa poitrine. Les minutes défilaient avec une lenteur presque démoniaque, tandis qu’elle restait immobile, adossée contre un des murs qui constituaient le vaisseau. Tendue au possible, la demoiselle semblait d’une humeur massacrante, comme à chaque fois qu’on lui donnait une mission, surtout une mission importante comme celle-ci. L’échec n’était pas une option aux yeux de Drathir, cependant elle ne pouvait s’empêcher d’imaginer une défaite, se faisant déjà des films, imaginant les pires scénarios possible. C’est sûr, elle était loin d’être d’un naturel optimiste et c’était même le contraire, étant capable de plomber l’ambiance et de stresser ses compagnons sans vraiment le vouloir. Les responsabilités, ça n’avait jamais été son truc, alors emmener une mallette avec des plans de haute importance à l’intérieur, ça la gonflait plus qu’autre chose.

    Certes, tout allait bien se passer, elle ne voyait pas pourquoi ils rencontreraient un quelconque problème. Après tout, ils descendaient du vaisseau, mallette à la main, parcouraient quelques mètres afin de retrouver ceux qui possédaient l’arme elle même, et une fois à quatre ils iraient jusqu'à Séregon, en trottinant comme des bambins innocents et heureux. Mission basique, bien que les documents fussent importants, qui n’aurait jamais du la stresser de la sorte. Mais que voulez vous, Drathir était en fait une véritable angoissée – qui l’eu crut – et qui ne supportait pas quand une situation lui échappait, ayant la furieuse envie de tout contrôler. Mais ce genre d’envie naissait toujours dans la peur. C’était ce que son psy lui avait dit, avant de se faire insulter et engueuler par la demoiselle qui n’était pas prête d’accepter une telle annonce. Elle avait par la suite cessé de prendre des rendez vous avec ce charlatan de première. Mais au final elle n’avait jamais réglé ce petit souci psychologique.

    Dans un soupir, Drathir repoussa ses cheveux en arrière dans un tic nerveux, avant de jeter un regard à son coéquipier du jour. Il y avait comme un air de déjà vu, normal, son collègue n’était autre qu’Asch Raizer. Elle avait déjà eu affaire à lui, ayant pour mission de s’assurer de la loyauté du jeune homme envers le gouvernement tout en interrogeant un enfoiré de terroriste. Au fond, elle était presque rassurée de voir qu’elle faisait de nouveau équipe avec le soldat – alors que d’autres auraient peut être piqués une crise à l’idée d’être avec ce géant baraqué –. Ayant déjà eu affaire à l’énergumène, elle commençait petit à petit à le connaître, avait vu qu’il frappait bien et surtout qu’il frappait fort – ça peut toujours servir ça – et la demoiselle ne pouvait s’empêcher d’apprécier son caractère d’emmerdeur de première, entre chieurs on se comprend. Même si leur bonne entente était presque choquante, elle avait plutôt l’habitude de se faire des ennemis, or la présence du rouquin ne la gênait nullement. Au contraire, ce visage familier l’apaisait légèrement. Au moins elle n’avait pas à faire cette foutue mission seule, ou avec un total inconnu qui se serait avéré être désagréable au possible, ce qui l’aurait gonflé. Sincèrement.

    Ce fut à ce moment précis que le vaisseau daigna atterrir, les réacteurs devenant soudainement moins puissants, montrant qu’ils arrivaient à destination. Vivement que tout ceci se finisse. Sans un mot, la jeune femme se redressa. Vêtue de vêtements de cuirs noirs dans lesquels elle était parfaitement à l’aise, deux dagues pendant à sa ceinture, elle s’approcha lentement de la porte du vaisseau qui finit par s’ouvrir dans un bruit sourd et Drathir ne put s’empêcher de grogner en voyant le temps merdique qu’il faisait à l’extérieur. Génial, elle n’avait plus très envie de la faire cette mission. Et alors que la demoiselle n’avait pas prononcer un mot de tout le voyage – quitte à être chiante et ennuyante au possible – elle prit soudainement la parole, annonçant d’une voix tranquille.


    « Asch… Si jamais il se met à pleuvoir, je te trucide. »

    Clair, c’était vachement de sa faute si la météo était pourrie, le ciel gris et les nuages menaçants au possible. Evidemment elle n’était pas sérieuse – quoi que… - et tentait juste de faire un peu d’humour. Ouais, après on aimait ou on n’aimait pas, c’était de l’ironie, des menaces qu’il fallait prendre au second – voir troisième – degré. La jeune femme commença donc à descendre et à peine avait-elle posée un pied à terre qu’une goutte s’écrasa sur son nez. Elle inspira un bon coup et jeta un coup d’œil à son coéquipier, alors, elle faisait quoi ? Elle lui pétait vraiment la gueule ou… Nan, elle le ferait plus tard tiens. D’ailleurs son coéquipier se mit à grogner, affirmant qu’il détestait la pluie. S’autorisant un mince sourire, la jeune femme observa alors les environs. Un coup d’œil circulaire lui confirma qu’ils étaient seuls. Alors pourquoi était-elle aussi tendue ? Avec l’impression que c’était trop facile, son instinct la mettant en garde contre un danger invisible. Super, elle était en plus totalement parano’. Une fille saine au possible, à n’en pas douter tiens.

    Approuvant Asch d’un hochement de tête, la jeune femme pressa le pas. L’air ambiant était frais, presque froid aux yeux de la belle, qui décida cependant de ne pas y prêter attention. Ses prunelles vertes se posaient constamment sur les environs, la demoiselle ne pouvant s’empêcher de jeter ainsi quelques coups d’oeils réguliers. Mais il n’y avait toujours rien, décidément elle se faisait vraiment des films pour des broutilles, cette mission serait vite bouclée. Alors pourquoi restait-elle aussi méfiante ?


    [J'ai l'impression d'avoir fait un gros pavé qui sert strictement à rien è___é Enfin bon, en espérant que ça ira.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashura Kuchiki

avatar

Messages : 91

MessageSujet: Re: Confrontation [Asch / Drathir Vs Stella / Ashura]   Sam 18 Déc - 3:51

Je suis désolée.. vous échouerez.


Le vent embrasse la fine silhouette qui emmaillotée dans une tunique large et noire, le visage couvert par un turban indigo, elle ressemblait à ces hommes des sables qu'en un autre temps on appelait Touareg. Elle les aurait aimé. C'était certain. Leurs chants traversant les déserts, elle se serait jointe à eux et aurait vénérée cette vie nomade, ces feux de joie, ces scarabés et ces étoiles.. Les lumières de ce monde les avaient cachés, nul ne lève plus les yeux sur le ciel que pour se plaindre désormais. Que ce soit d'un soleil trop présent ou d'une grisaille de mauvaise augure. Si ils savaient.. que leurs yeux étaient trompés, que derrière le temps il y avait l'éternel, auraient ils changés, auraient ils apprit à regarder ? Pour de simples étoiles. Pour de si précieuses étoiles. Une perle de pluie échoue sur les lèvres de la jeune femme qui les yeux levés vers le ciel, se demande.. si une étoile prendra soin de lui porter chance durant le combat qui devait venir. Elle aurait tant aimée ne pas avoir à les affronter. Malgré tout ce qu'elle avait pu réunir comme information sur eux, elle n'était pas rassurée. Jamais elle ne le serait. Toujours, la peur viendrait remuer au fond de son ventre, toujours cet animal grifferais son coeur d'un affreux malaise. Elle n'avait aucune envie d'aller là bas, quelques mètres plus bas. Les combattre pour des morceaux de papiers, pour une vision du monde, les blesser, se faire blesser, pour une notion de paix qu'ils ne partageaient pas. Si seulement elle avait pu leur expliquer, les inviter à prendre un thé, à discuter, à faire preuve d'esprit plus que de force.

Prendre une tasse de thé..

Evidemment. C'est la première chose à faire. Face à un ennemi qui n'hésiterai pas à vous trancher la tête, ne jamais oublier, d'offrir une tasse de thé. Encore une fois elle se montrait ridiculement naïve. Ses lèvres teintées de sombres reflets, ses yeux couverts par un bien étrange masque. Ashura, doucement, s'effaça. Le Papillon ouvrit ses lèvres noires, laissa échapper un baiser pour cette pluie qui la nourrissait elle et ses armes. Qui donc peut haïr la pluie ? Un imbécile seul. Nul ne peut espérer plus beau présage que quelques goutes d'eau. Le vent claque le tissu contre les cuisses de la rêveuse, elle baisse le menton et d'un mouvement ample libère de son poing une centaines de graines. Happées par la pluie encore brumeuse, les perles embrassent les jeunes pousses, toutes frapperont la terre et s'insinueront dans les fissures du béton. Rien ne résiste à la nature. L'homme à beau le croire, ses statues éternelles seront dévorées par les herbes folles et les lianes couvriront les immeubles qui se gaussaient d'être immortels. Les graines pénètrent la terre, le sol frémit de cette vie soudain revenues, sous son linceul gris et mortifère, il attendait depuis si longtemps.

Un frisson grimpe le long d'une nuque féminine, le rideau qui couvre les iris céruléennes tinte tendrement, il la rassure. Lui chante doucement "Tu ne seras point reconnue, Parmi tes plantes tu seras lys silencieux." Ashura sourit, c'était sa première mission. Ce serait la première fois que le Papillon déploierais ses ailes. Elle avait au moins cet avantage sur ses ennemis, eux.. n'avaient jamais entendu parler d'elle. En parlant des loups. La fleur s'accroupit sur le toit du hangar, son perchoir de fortune qui devrait encore la couvrir pour au moins un tour si tout ce passait comme elle l'avait prévu. Depuis sa rencontre avec Anirul Ghanima elle n'avait pas quittée Varkë. Cela faisait six jours maintenant qu'elle arpentait les ruelles de la ville, elle avait déduit le trajet le plus probable des adversaires avec l'aide d'Aruko. Tout était prêt, du moins il le fallait. Elle n'avait aucune envie de voir sa première mission sur le terrain échouer. D'ailleurs, ce n'était pas même envisageable. Ils ne passeraient pas. Ces documents.. ne devaient jamais sortir de leur prison.

Ça y était. Ils venaient d'entrer dans le périmètre. Invisible, le cercle tracé par la fleur se cachait sous le béton qui lentement c'était fissuré à de multiples endroits. Il était temps. Remettant le tissu du turban devant sa bouche, Ashura, jeune et fragile fleur prit le temps [AC] et s'assit en tailleur. Son emplacement lui avait demandé beaucoup plus de recherche que tout le reste, le hangar sur lequel elle se tenait était légèrement plus petit que celui qui lui faisait face. Son voisin d'en face donc, avait les mêmes caractéristiques, des cloisons de taule rigide et tout en haut, juste avant le toit, des fenêtres. Simples carreaux de verre salis par le temps et la pollution, les mêmes pour tous les hangars. Pourtant les fenêtres des deux hangars étaient elles, propres. Ce n'était pas la tache qui avait le plus enchantée la jeune noble mais c'était une nécessité. Grâce à ses vitres propres elle allait voir ce qui se passait dans la rue en contrebas. Elle aurait pu rester accroupi en haut du toit oui.. mais elle aurait été repérée bien trop tôt. Il fallait simplement espérer que ces deux gouvernementaux ne remarque pas du premier coup d'oeil que le ménage avait été fait.

Bien. Encore un pas.


- Shushi hayasu no sume

La voix murmure au vent, les goutes d'eau l'emporte jusqu'au sol et donne l'ordre. Les pousses se transforment, elle croissent, se tordent, se tendent. Elles l'appellent. La Lumière. Il faut qu'elles sortent. Du béton au dessus de leur têtes ? Sa résistance est vaine. Elles le repousse violemment et lancent leur bras émeraudes vers les ciel. Trop tard pour les deux pions du gouvernement, le manteau vert les entour. Les lianes s'accrochent aux murs, se lient entre elles si le support est absent, forment en quelques secondes un cercle de verdure de trois mètres de diamètre. De seconde en seconde elles s'épaississent et le monde de béton et de taule, de gris et de cendre se voit cloué le bec par une soudaine floraison.

- Soujou, Sycmus accordes moi la force du temps, que le trésor cloué au sol ne s'envole par nul voie, que les mains griffent mais jamais n'entaille ta volonté.

Les yeux rivés sur le miroir, Ashura observe, tire les ficelles d'une main maîtresse. La liane de Sycmus, reine des forêts luxuriantes qu'elle avait plantée il y a de cela une semaine, répond à l'appel. Elle creuse sous le béton, bondit et se referme sur l'objet visé. Tout, absolument tout n'avait eut que ce seul but. Les murs végétaux n'étaient pas bien résistants, ils devaient seulement distraire les deux jeunes gens, charme leurs yeux d'un mystère féérique et les rendent lents à l'approche suivante, celle de Sycmus. Entre les bras de la puissante liane, la mallette ne s'envolerait pas. Pas tout de suite en tout cas, avant que les deux soldats ne trouvent le moyen de trancher la liane Sycmus, le Papillon et l'Etoile devraient avoir trouver le moyen de les vaincre. C'était une course avec le temps. Non pas contre. La liane bloque le trésor désigné et le tour du Papillon s'achève. S'en était finit de son moment de surprise. Il fallait attendre. Le mouvement de l'ennemi, sa réaction seule guiderait le prochain coup d'Ashura. Dors et déjà plusieurs scénarios avaient été envisagés.. mais elle ne connaissait pas assez ses adversaires et le peu d'informations dont elle disposait l'invitait à se tenir sur ses gardes.

Elle ne doit pas frémir. Pas même si la peur gronde en elle. Ce n'est qu'une fleur, un lys immobile dans la tourmente. Une plante accrochée dans ses cheveux comme tant d'autres vint caresser sa tempe, elle souffle un secret au creux de l'oreille attentive. Un sourire tranquille se pose sur la bouche de la demoiselle. Les lèvres d'ébènes s'entre ouvrent encore une fois, mais les plantes resteront sourdes. Ses mots là ne sont pas pour les armes, mais les coeurs entendront ils ?


- Je suis désolée.. vous échouerez.


❀~



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Confrontation [Asch / Drathir Vs Stella / Ashura]   Lun 20 Déc - 1:29

"Ouaw!
Oui, ce fut exactement la réaction qu'elle eut en comprenant l'ampleur de l'information qui lui avait été offerte. Par qui? Par d'autres Datenshi évidemment, car les Fameuses Lumières de la révolution étaient réunies en ce moment même. Comment est-ce possible? Très bien, je vais vous l'expliquer.
Quelques semaines plus tôt, un curieux personnage avait envoyé des lettres par delà le monde. Il y en avait 10, chacune portant un sceaux particulier. Evidemment, celle dévolue à notre Charmante était scellé par une fleure, et une étoile. On ne pourrait dire ce qui étonnait le plus, entre le fait que la lettre est apparut devant sa porte, comme par "magie", ou la présence des insignes qui la représentaient en tant qu'Ange vengeur. Quoiqu'il en soit, pareils éléments méritaient qu'on s'y attarde, et c'est pourquoi elle ouvrit cette fameuse lettre.

Anges vengeurs :
Voila qu'enfin il nous montre sa turpitude, et ce que nous prenions pour une trêve, s'avère désormais être l'égale du calme avant la tempête.
Las de notre résistance, le gouvernement c'est offert un nouvel allié, une sorte de jouet qui priverait les Mages du Souffle divin. Quoiqu'il en soit, resterons nous de marbre face à pareil danger? Surement pas... et que ceux qui désirent soutenir l'Espoir d'un changement, me rejoignent dans quelques semaines, au lieu dit.


Voici l'énoncé qui l'embarqua dans une curieuse aventure. Contrairement à ce que le propagande voudrait bien faire croire, la plupart des Datenshis se souciaient du sort du monde, et c'est pour cela d'ailleurs qu'ils avaient fomenté cette étrange croisade. Il va de soi donc, que c'est sans aucune hésitation que la belle se prépara à un périlleux voyage. Enfin, c'est ce qu'elle pensait avant de remarquer que le lieu dit était... Varkë. Effectivement, elle se trouvait déjà dans la Ville vaisseau, et à son grand damne, il ne lui restait plus qu'à attendre. Deux semaines, ça passe assez vite en général, mais lorsque l’impatiente se mêle à l'excitation et la soif d'aventure, même l'infime durée d'une minute vous parait un calvaire. Pourtant il fallait patienter, et en compagnie de ses livres, c'est ce qu'elle fit.

L'avantage des réunions Datenshitesques, c'est qu'elles ont le mérite d'être claire et concise. Ici on ne s'embarrassait pas de rhétorique, mais plutôt de tactique directe, et dans le cas présent, de présentation. Sa partenaire, une certaine Ashura, lui était totalement inconnue, comme elle, d'ailleurs, devait l'être aux yeux de la Dame, quoiqu'il en soit, ils avaient échangés quelques mots : Elle Chantait avec la forêt, et L'étoile dansait avec le Destin.

Les y voila enfin, tassées dans ce couloir bien trop petit pour elles, les partenaires guettaient leurs proies. Il n'y avait énormément de solution pour récupérer ces plans, et nul doute qu'elles auraient beau les réclamer, jamais les chiens du gouvernement ne lâcheraient si aisément un os. Non, ils avaient été élevé pour ça, enfin, dans le monde étriqué de Stella, ils étaient tous des chiens, et rien ne pouvait le changer. Pourtant, malgré cette haine incontrôlée envers le gouvernement, l’Écrivaine ne pouvait décemment se résoudre à faire couler le sang, et... coïncidence, l'Autre Vengeresse ne semblait pas particulièrement enchantée par pareilles extrémités, dès lors, la finesse sera le plat du jour.

"Ah..."

Apparemment, elles ne seront pas les seules à s'amuser ce soir, puisque, crachant allègrement des larmes de cristal, le ciel décida de taquiner les hommes. Ceci étant, la pluie ne pouvait gêner une étoile, et au contraire, celle-ci s'amusait à voir la mélancolie provenant de la romance entre eau et métal. De toute façon, il n'y avait aucune inquiétude à avoir sur ce point, le "toit" du Varke n'allait pas tarder à se refermer, et un dôme transparaît devrait couper courts aux larmes célestes. Quoiqu'il en soit, il y avait une toute autre priorité. D'ailleurs, aux mouvements d'Ashura, Stella comprit immédiatement que la flânerie s'arrêterait là.
Sa tactique était de toute beauté, comme son assaut d'ailleurs, par lequel elle prouva sa formidable affinité avec la gente Végétale. Il était assez rare pour une résidente de Varkë de voir tant de Flore réunis en ce lieu, et d'autant plus impressionnant que ces dernières répondaient aux ordres d'une femme. Même après tant d’années, la magie pouvait encore étonné? En tout cas, son alliée était une haute pointure, il faudra que l'Etoile tente de ne pas trop la ralentir. Contrairement à sa somptueuse alliée, notre Fleure esseulée pris place sur le Hangar central, c'est à dire celui qui apparaissait en plein milieu de la trajectoire des Deux coursiers. Certes, cela n'était guerre prudent, mais il fallait bien que quelqu'un se dévoue à servir d'appas, alors pourquoi pas elle?
Revenir en haut Aller en bas
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 845

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Confrontation [Asch / Drathir Vs Stella / Ashura]   Lun 20 Déc - 11:23

Bon. Superbe. Tout d'abord, la pluie allait le handicaper et l'empêcher d'être au maximum de ses capacités physiques, mais en plus de ça, la folle qui lui servait de coéquipière comptait le trucider si les larmes du ciel se décidaient à leur tomber sur le coin du nez avant la fin de la mission. Génial, vraiment génial. Si il en venait à pleuvoir, Asch serait donc doublement mort.

Le jeune homme était encore loin de savoir à quel point cette idée de "mourir doublement" était pertinente. Ah. Non. Il s'agissait même d'un euphémisme. Rajoutez à la pluie, au froid ambiante, et à sa coéquipière complètement timbrée, deux datenshis qui allaient leur tomber sur le dos. Oui, deux datenshis contre deux soldats. Normal. Ils n'allaient pas du tout prendre cher à part ça. On pouvait dors et déjà dire qu'il était quadruplement morts voire même peut-être plus... Mais ça ne les empêcherait sans doute pas de se défendre, et de défendre le coffre qu'ils étaient censés sécuriser, du moins autant qu'ils en seraient capables.

Asch grogna. Drathir était cool, mais parfois, elle lui tapait sur les nerfs. Quand elle l'embrassait sans prévenir alors qu'ils avaient tous les deux la bouche pleine de mayo et de tomates par exemple. Ou bien lorsqu'elle le rendait responsable des caprices du ciel alors que ces derniers le saoulaient déjà suffisamment. Bien sûr, c'était une plaisanterie de la part de la demoiselle... Mais Asch ne rigolait pas avec le mauvais temps. Jamais. Ils étaient chargés d'une lourde responsabilité, là... Dans un cas pareil une averse ou bien une petite brise pouvaient se transformer en catastrophe mondiale. Il suffisait d'une défaillance pour faire pencher la balance du mauvais côté. Bien sûr, ils ne rencontreraient sans doute aucun problème majeur sur le peu de chemin qu'ils avaient à parcourir.

"... Drathir, t'es gentille mais si il se met à pleuvoir, je SUIS mort, quoi qu'il en soit..."

Un juron lui échappa, car pile lorsqu'il faisait cette constatation, la voute céleste fut d'avis à se foutre de sa gueule. Les premières gouttelettes s'écrasèrent sur le sol et sur leurs joues. Renfrogné au possible, Asch prit donc la "tête" du convoi, mallette en main. Il était pressé d'en finir.

Peut-être par pure paranoïa, Asch décida de jouer la carte de la sécurité. Quitte à être une saloperie de mago, autant que ça serve à quelque chose... Et vu qu'il savait dorénavant réguler la température de ses mains lorsqu'il était dans un état de nerfs à peu près normal... . Sa main gauche posée contre la mallette commença à monter en température, jusqu'à se transformer en véritable plaque chauffante. Le but était pas non plus de brûler les plans, de péter les mécanismes du coffre et encore moins de faire fondre ce dernier. Asch était heureusement suffisamment capable de se maîtriser, maintenant, pour rendre bouillante la mallette sans pour autant tout déglinguer au passage. Il jeta un coup d'œil méfiant du côté de Drathir. La méfiance n'était pas pour Drathir, hein... Mais Asch était sur le qui-vive et était toujours aussi bon acteur: il n'était pas dur de voir qu'il était quelque peu tendu.

"Fais gaffe, c'est chaud."

Juste un marmonnement bien vague destiné à sa collègue... On aurait pu croire que le ton faible, bourru, qu'il avait adopté, était l'œuvre d'une quelconque mauvaise humeur. Mais non. C'était juste le résultat de sa parano....

... de ses capacités de devin, plutôt. Ou bien de la conscience aiguë qu'il avait de toujours tomber dans les emmerdes lorsqu'il ne fallait pas. Asch ne fut qu'à peine surpris de ne soudain plus voir le jour. Une cage végétale était en train de se former tout autour d'eux. Asch n'était pas bien vif d'esprit, mais sur ce coup, il n'eut aucun mal à comprendre ce qu'il se passait. Un seul mot: "saloperie de mage ennemi en vue". Ah non, ça en faisait six, dommage. Quoiqu'il en soit, le jeune homme échappa un magnifique:

"RAAH MERDE!!"

... Tout en se mettant à courir pour tenter d'échapper à l'étau végétal. En vain. Il fut forcé d'arrêter sa course tandis que le mur s'était finalement solidifié, et ne lui laissait plus de place pour passer. Il recula de quelques pas. C'est à ce moment qu'une force inconnue craquela le sol à ses pieds en manquant de le faire tomber à la renverse. Il lâcha la mallette, qui se retrouva happée par une large liane. L'adrénaline gonfla ses veines. Ses yeux s'écarquillèrent. Un chapelet d'insultes plus exotiques les unes que les autres dévalèrent dans son esprit paniqué tandis qu'il sautait sur la liane géante sans vraiment réfléchir. Asch et Drathir ne pouvaient définitivement pas se permettre de laisser la malette leur échapper, ne serait-ce qu'une seconde. C'était leur priorité. Bonne nouvelle... Dans un cas pareil, le jeune homme savait peut-être quoi faire. Il espérait juste avoir la capacité de maîtriser suffisamment ses flux. Si il chauffait à fond puis n'était plus capable de refroidir, il allait falloir le mettre dans un frigo et le garder quelques minutes en état de coma calorifique pour réussir à lui faire recouvrir son contrôle. Autant dire que Asch n'était pas pressé d'en arriver à cette extrémité. Sans un regard pour Drathir, il plaqua donc ses mains - surtout la gauche, celle des flux source - contre le lien végétal. Il lui hurla ceci dit un truc ressemblant vaguement à:

"... Drathir...!! Trouve ce CONNARD et fais lui sa fête!"

Bon. Il n'avait aucun droit de donner des ordres à la demoiselle, mais de toute manière elle devait sans doute avoir la même idée que lui. Si elle approchait trop de Asch et de la mallette de toute manière elle se retrouverait coincée au beau milieu d'une fournaise qui la dissuaderait d'aller plus avant. Asch fit de son mieux pour que tous les flux restent coincés dans sa main. Il enclencha par contre tous ses mécanismes de production de chaleur à fond, jusqu'à pousser chacun de ses flux à leur température maximale pour les moins puissants, et à une température déjà fort coquette pour les plus puissants qu'il était encore incapable d'exploiter sans risquer de provoquer une catastrophe. En attendant, le résultat était digne d'un sacré fer à souder. Certains de ses flux étaient capables d'atteindre gaiement plusieurs milliers de degrés - la température d'un filament d'ampoule incandescent. Il n'avait encore jamais fait ça... Il avait légèrement peur des conséquences inattendues qu'une telle déferlante calorifique pourrait avoir. Son organisme commençait dors et déjà à grimper dangereusement en température - 45°C, tout de suite. Il fallait qu'il fasse gaffe. Avec un temps pareil, il irait très vite à chauffer à fond puis à se retrouver d'un coup à une température corporelle trop basse. Le choc thermique risquait de le plonger en état de coma et il ne pourrait alors plus faire grand chose...

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drathir Linath

avatar

Messages : 31
Age : 23

MessageSujet: Re: Confrontation [Asch / Drathir Vs Stella / Ashura]   Lun 20 Déc - 12:47

    Drathir haussa un sourcil quand son coéquipier lui annonça que s’il se mettait à pleuvoir, il était mort de toute manière. Ignorant le juron qui échappa au soldat, elle le suivit sans un mot, laissant la mallette entre les mains du rouquin. Ça lui convenait parfaitement de suivre, sans avoir cette foutue boîte dans les pattes. De toute manière Drathir n’a jamais été vraiment… une meneuse. Les responsabilités la gonflaient, elle n’aimait pas prendre des décisions et préférait de loin suivre, dans un mutisme complet, en espérant qu’on lui foutrait la paix en retour. C’est d’ailleurs ce qui se passa, Asch étant aussi silencieux qu’elle. Il se contenta juste de la prévenir que la mallette et lui étaient désormais chaud. Hochant la tête, elle ne fit aucun commentaire, le laissant prendre quelques mesures de sécurité, ce qui ne pouvait pas faire de mal, loin de là. Et alors que tout semblait trop facile – ce qui rendait la jeune femme méfiante au possible – tout bascula, soudainement. Rappelant aux deux gouvernementaux qu’il y avait des ennemis partout. Et des ennemis parfois très puissants.

    La demoiselle se crispa, silencieuse. Son cœur palpitait dans sa poitrine, ses muscles tendus au possible tandis que son instinct lui hurlait déjà de fuir, de courir, de se dépêcher de mener à bien cette mission qui à la base devait être d’une facilité déconcertante. Mais la vie est pleine de surprises, la plupart étant malheureusement de mauvais goût, n’amusant en rien la traqueuse qui préférait de loin qu’on lui fiche la paix, ou qu’on lui annonce de but en blanc qu’on avait l’intention de la tuer. Naïve. Comme si cela pouvait être aussi simple, comme si ses ennemis s’amuseraient à lui envoyer un e-mail afin de lui annoncer la date et le lieu d’un affrontement à venir. Les choses seraient bien plus simples ainsi, il faut l’admettre, mais ça ne fonctionnait pas de la sorte. Pas ici. Pas avec ce gouvernement, pas avec ces rebelles. Leurs visions de la paix étaient bien différentes, et la demoiselle ne pouvait adhérer à ces idées. Ces combats, ce sang et ces morts. Cela la répugnait, elle ne prenait aucun plaisir à tuer, aucun plaisir à blesser. Mais elle n’hésitait pas à le faire, car l’hésitation était un luxe qu’elle ne pouvait plus s’offrir, et ce depuis longtemps. C’était la vie, c’était les règles d’un jeu qui la dépassait. Mais elle avait apprit à jouer.

    Tremblements. Tout d’abord imperceptible pour ceux qui ne savent écouter, puis de plus en plus forts, tremblements qui devinrent de violentes secousses, puis fissures. Drathir voulut courir, tentant de fuir un danger encore inconnu mais bel et bien présent. Elle n’en eu pas le temps. Des lianes qui jaillissent du sol, qui s’étirent en direction d’une lumière fragile qui se trouvait encore cachée par d’obscurs nuages. Le bêton vole en éclat, il n’avait pu résister à ces immenses plantes, des tiges qui commençaient déjà à se lier entre elles tout en se raccrochant aux murs des bâtiments. Les hangars auraient presque pu se briser sous l’étreinte de ces plantes. Drathir gronda, ses prunelles vertes brillant d’un éclat menaçant et froid, tandis que le rouquin commençait déjà à gueuler. Celui-ci s’occupa alors de la gigantesque liane qui s’était emparée des précieux plans. Le premier reflexe de Drathir ne fut pas de trouver un moyen de se débarrasser de ces lianes, mais bien de trouver la personne qui les avait fait apparaître.

    Un coup d’œil circulaire, puis ses prunelles qui se vrillent sur les différents hangars qui les entouraient. Elle tomba alors sur une femme, debout, sur l’un des hangars. Hangar dont les vitres étaient incroyablement propres. Drathir fut tentée de se diriger aussitôt vers cette cible, mais bizarrement cet adversaire semblait incroyablement passif. Comme si il attendait. Encore une fois la jeune femme ne put s’empêcher de trouver ça louche alors elle poursuivit son inspection rapide. Et là, un détail la marqua, attirant son attention. De nouveau on voyait des vitres, incroyablement propres – trop justement – si bien que l’on pouvait distinguer un reflet. Si pâle qu’on penserait à un fantôme, mais la jeune femme distingua les traits d’un adversaire bien caché. Mais Drathir n’était pas une traqueuse pour rien, c’était un détail, même infime, qui pouvait expliquer toute une situation. Et l’explication, la voila. Un ennemi, sur le toit d’un hangar et qui se servait des vitres comme d’un miroir afin de voir ce qu’il se passait. Et c’était peut être cet ennemi qui avait invoqué ces plantes. Et le premier adversaire devait probablement faire diversion. Enfin, elle n’était pas sûre, après tout ça pouvait être l’inverse. Rah, fait chier.

    Et évidemment, déjà qu’elle se cassait la tête pour éviter toute erreur, le rouquin se décida à lui foutre une pression supplémentaire, lui ordonnant – bien qu’elle ne s’en offusqua pas – de trouver l’enfoiré qui avait invoqué ces plantes, afin de lui faire sa fête. Drathir gronda, avec violence, agacée. Putain la faîtes pas chier, elle ne faisait que ça, chercher, chercher et encore chercher. Bon, tant pis. On verrait bien. De toute manière elle avait toujours estimé qu’un ennemi invisible – ou du moins qui tentait de se cacher – était un ennemi dangereux. Bien plus que celui qui se montrait à eux. Drathir s’avança donc, en direction de la Datenshi parfaitement visible et passive mais au final ses prunelles se vrillèrent sur la fenêtre, observant le reflet qui y était dessiné. Et elle utilisa son pouvoir. Matérialisant une ombre tout ce qu’il y a de plus réelle et palpable, pile en face de cette inconnue qu’elle ne voyait que grâce à ce miroir improvisé. Utiliser ce pouvoir ne nécessitait aucun effort et Drathir avait juste besoin d’avoir l’endroit d’invocation dans son champ de vision, même s’il ne s’agissait que d’un pâle reflet. L’ombre apparut alors juste devant sa cible, sa main noir fusant en avant afin de refermer ses doigts sur le cou de sa victime, dans le but de la tirer violemment, afin de la faire chuter, lui forçant brutalement à quitter son perchoir.

    L’action de la demoiselle n’aurait pas pu être prévue par ses adversaires, du moins Drathir essayait de s’en convaincre, en espérant qu’aucun télépathe ne se trouvait ici. L’ombre exécuta donc son œuvre, tentant de faire chuter la Datenshi, avant de disparaître, Drathir ne pouvant conserver en vie ces silhouettes noires. La traqueuse pivota donc, afin de faire face à son ennemi, si celui-ci voulait bien tomber afin d’atterrir à l’intérieur de ce cercle de lianes. Les mains de Drathir se portèrent à sa ceinture, empoignant le pommeau de ses dagues d’acier, préférant de loin se battre avec l’aide de ces armes plutôt qu’en utilisant son pouvoir. Qui pouvait vite s’avérer très couteux en énergie.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Confrontation [Asch / Drathir Vs Stella / Ashura]   Mer 22 Déc - 17:59

Désormais il n'y avait plus aucun échappatoire, et tous, ennemis comme alliés, devraient désormais lutter pour leurs convictions, idées, et peut être même, leur survie. Cela ne la ravissait pas, non, il était même stupide que des êtres humains ne puissent discuter autrement que par le prix du sang et des larmes, mais qu'importe, personne ne lui demandait de sourire, il fallait juste qu'elle accomplisse sa mission. Pour le moment ils avaient l'avantage, mais le gouvernement n'était pas encore suffisamment décadent pour confier à deux incapables des plans d'une telle importance. Sans doute avaient-ils quelques ressources, et de son perchoir, l'Etoile eut tout le loisir de contempler l'action. Apparemment, l'un d'entre eux, comme on aurait put s'y attendre, fut forcé de faire son possible pour reprendre la mallette, tandis que l'autre... regardait le paysage. Non, en fait, elle devait probablement chercher ses ennemis, enfin c'était plus probable... car peu de gens admireraient l'architecture du Varkë alors que des plantes menaçantes trônent aux alentours. Quoiqu'il en soit, les yeux de la "traqueuse" tombèrent sur elle, fixant froidement le hangar qui lui servait de piédestal. Déjà, Stella se leva, persuadée qu'une quelconque action la mènerait à l'esquive, nonobstant le fait qu'un membre du gouvernement pouvait réfléchir, et ainsi donc percer le pourquoi de ses vitres trop propres.

"Bien jouer..."

Il fallait l'avouer, pareille action méritait une louange. Non pas qu'il était impossible de constater la présence d'Ashura, mais ignorer délibérément un Datenshi, alors que celui-ci vous tient à porter de tir, c'est mettre l'audace en exergue. Toutefois, il fallait espérer qu'elle n'attende pas trop de sa chance, car déjà L’Écrivaine faisait danser sa plume. Il était grand temps d'entrer dans le combat. Nul doute que, lorsqu'elle gravait son sang sur le fameux livre, Stella irradiait l'élégance. Son visage d'ordinaire empreint de timidité se muait en glace, et c'était en reine de Givre qu'elle ordonnait au destin, traçant sa volonté dans la Moelle sanglante de la réalité :

Une forte pluie, voici ce qu'il vous faut.
Je ne demande pas l'autorité du patriarche,
Ni l'or de la reine élégante du Sabbah,
Mais simplement un pluie de décence
Un torrent de lames effilées, qui,
Par la douleur et l'amertume,
Vous montrera l'horreur de votre tyran
Et l'aseptisera de votre repentance.
Vous qui, plein de turpitude,
Prônez une fausse félicité.


Et déjà, une multitudes d'épées se formaient derrière l'Etoile. Elles n'avaient ni fourreau ni poignets, non, juste de simples lames éclatantes, qui s’apprêtaient à satisfaire les désirs d'une Illuminée. La Belle posa ses yeux émeraudes sur celle qui l'avait ignorée, et on pouvait presque distinguer de la compassion dans son regard. Après tout, ils n'étaient pas méchants, mais juste manipulés par un gouvernement qui, goulûment, consommait leur vie à la réalisation de plans erronés. Cruel, et cruelle aussi était la Datenshi, qui par la douleur et le sang s’apprêtait à les libérer. Il y eut une seconde de latence, durant laquelle l'expiration calme, mais lasse, de l'Ecrivaine consola le silence, puis accompagnant la pluie battante, les lames blanchâtre s’abattirent sur la place, transmettant à la traqueuse, mais également à son compagnon un message implicite, que la Belle ne put s’empêcher de cracher au vent :

"Abandonnez, je vous en prie. Mais si jamais vous comptez restez, je vous promets d'enterrer ma compassion, et d'incarnez la cruauté de votre employeur."

Evidemment, les lames ne purent atteindre le sol sans transpercer le mur de lianes, mais celui-ci était suffisamment épais pour tolérer cette intrusion, et le Bras de la reine des forêts se moqua éperdument de ses cures dents. Pourtant, tout comme le flot végétal fut empreint d'élégance, la pluie de lame ne manquait pas de beauté, et les claquements qui s'en suivirent furent autant d'applaudissements qui saluèrent l'excellent spectacle. Imaginez donc, ce que pouvait donner la lumière blafarde du Varkë sur le métal étincelant : Une pluie de Crital. Quoiqu'il en soit, le Sublîme était à l'honneur ce soir, car Deux artistes s'associaient afin de changer le monde.

Feu

Petit rappel à l'ordre de notre Etoile, qui marqua ce simple mot sur son grimoire. Aussitôt, une sphère toute pleine d'orange et de rouge apparut devant elle, et les flammes dansantes s'envolèrent vers celle qui l'avait offensée. Décidément, Stella n'avait point apprécié de se faire ignorer, mais à vrai dire elle voulait surtout couvrir son allié, car ne l'oublions pas, c'est Ashura qui détenait actuellement la valise, et par la même occasion ses plans si précieux, qui, à l'instar de l'Hydromel, forçaient les hommes à se battre pour eux.
Revenir en haut Aller en bas
Ashura Kuchiki

avatar

Messages : 91

MessageSujet: Re: Confrontation [Asch / Drathir Vs Stella / Ashura]   Sam 25 Déc - 21:08


Elle brûlait. Ashura le voyait tout autant qu'elle pouvait le sentir. La liane Sycmus se consumait. L'énergie magique de cet homme était donc supérieur à celle de la plante. Un commandant ? Seul un soldat puissant pouvait se vanter d'avoir assez de puissance pour défier les centenaires Sycmus. Mais enfin, elle n'avait jamais vu un don pareille. Elle avait connue une manipulateur de flamme mais il ne s'agissait pas de cela cette fois. Elle était trop loin pour voir ce que faisait l'homme, cependant, elle ne pouvait pas le laisser continuer. Il fallait intervenir, détourner cette menace de la mallette. Trouver et vite une solution. Passant une main sur le turban qui cachait son visage elle allait se décider quand sa comparse lui offrit une danse d'épée magistrale. Les perles océaniques se posèrent sur la datenshi, elle agissait à la vue de ses ennemis. Le corps à corps n'était pas sa spécialité, c'était dangereux de se montrer ainsi. C'était leur première mission en commun mais Ashura savait déjà qu'elles se ressemblaient, aucune n'avait de plaisir à faire couler le sang, toute deux portaient un amour qui avait vu naître leur don. L'écriture est un art ancestral, il nécessitait passion et douceur. L'arbre qui avait donné ses entrailles pour ce livre devait être fier de les voir ainsi utiliser. C'était une chose, à laquelle était sensible Ashura. Hélas leur ressemblance faisait aussi leur faiblesse, leurs arts ne pouvait s'épanouir qu'à distance.

La fleur n'était pas dupe, l'étoile en s'exposant ainsi, la gardait sous un ciel bienveillant. Ce ne fut pas assez. La louve noire qui tournait dans l'arène, ne se laissa pas abuser et bondit sur celle qui pensait pouvoir entraver ses mouvements. Cependant..


Nul ne peut s'attaquer à la fleur, sans craindre un instant la colère de l'arbre.



Ainsi vont les choses. Il n'y a pas d'instabilité dans la nature, ce qui touche une chose, touche toutes les autres. La nature est une mère facilement irritable, elle aime ses enfants, du plus grand au plus petit, du millénaire à la jeune pousse, que l'on fasse le moindre mal à ses précieux fruits lui est insupportable. Alors, quand bien même la fleur ne se rebelle pas sous le pied qui l'écrase, nul ne peut échapper à la colère de la mère et s'il ne prend pas garde à ses futurs pas, un arbre rencontrera.

Ashura ne ferme pas les yeux. Quelle étrange chose que voila devant ses yeux, une ombre, un fantôme d'obscurité, était ce donc un reflet de son adversaire, projeté là, juste à son cou. C'était un don fort dangereux. Une main noire se referme sur la fleur qui sans chercher à s'en défaire, admire comment une simple ombre peut devenir mobile et tangible. Il ne faudrait pas qu'elle rêve pourtant, car c'est le sol, grouillant d'ennemis qui l'attend. Une fleur éclôt doucement dans les cheveux d'Ashura. Un sourire nait. Elle comprend, elle a toujours comprit le chant du végétal.


- Soujou.

Sa main décrit un rapide cercle et immédiatement les lianes du haut de l'arène verte se tendent vers le ciel et attrapent au vol la fleur arracher à sa branche. Ashura ne perd pas une seconde, elle était trop loin il y a quelques temps, maintenant elle était largement assez proche pour observer le manège de l'homme aux cheveux de feux. Ses mains étaient collées contre le corps robuste mais désormais incandescent de Sycmus. Voila donc.. Un mouvement de la louve, la fleur dicte.

- Shushi hayasu no sume. D'une seule voix tu t'envole, d'un seul souffle tu chante, à ton tour tu es mienne, jamais autre amant ne te flatteras comme moi. Orgueilleuse et fière, Centifolia.

Les graines glissent, [AC]comme une pluie fine et drue, elles rebondissent sur le bitume craquelé, sur les têtes des deux gouvernementaux, retombent lentement sur la mallette et la liane Sycmus. Les pousses déjà grandissent quand la seconde suivante les épines pointent et écorchent, les roses vermeilles éclosent, couvrent le béton de milliers de pétales sanguines. Certaines tombées sur les épaules des adversaires s'agrippent à eux, montent dans leur cheveux comment autant de serpents. Elles brulent au contacte des mains du roux mais s'obstinent à envahir ses membres. Ashura n'a plus le temps. Elle se redresse, son menton se lève et les lianes l'emportent. La fleur tombée, tend, toujours, à retourner sur sa branche. Le champ de rose et d'épine continue à fleurir, c'est une vague, belle mais fragile qui tente de noyer ces deux opposants au bon sens. Ils se sont laissés abuser par le gouvernement et ses chimères, elle ne peut leur en vouloir, nous pouvons tous faire des erreurs. Le tout est de s'en apercevoir et de s'en repentir avant que le chrysanthème ne tombe.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asch Raizer
Despranòn Ω Oméga | Wärme
Despranòn Ω Oméga | Wärme
avatar

Messages : 845

Feuille de personnage
Cuivre Cuivre: 260
Or Or: 19
Verre Verre: 0

MessageSujet: Re: Confrontation [Asch / Drathir Vs Stella / Ashura]   Mer 29 Déc - 14:26

[Pardon pour le retard U_U je no-lifais sur le RPManager]

Asch n'avait franchement pas le temps de regarder ce qu'il se passait du côté de Drathir. Il était bien trop occupé à se concentrer sur ce qu'il faisait... Il laissait sa chaleur interne s'échapper, et ses flux monter en température... Il les débridait donc, là où il avait appris à vivre en maintenant constamment des barrières levées, puisque son pouvoir était initialement "toujours en état de fonctionner", et qu'il lui fallait le contenir 24h/24 - même en dormant - pour éviter les débordements. Le souci c'est qu'en permettant à sa chaleur de se répandre, et en forçant même cette dernière à atteindre de multiples zéros, Asch avait bien du mal à empêcher ses flux de faire n'importe quoi... Ils forçaient pour sortir de ses doigts et étaient rentrés de quelques centimètres à l'intérieur de la liane géante - qui ne devait pas apprécier d'accueillir en son sein pareils hôtes. Les lianes invisibles se débattaient, remuaient comme des serpentins enragés... Des flammes sous forme de tubes souples, qui vibraient, se tordaient, cherchaient à s'enfuir de la gangue trop étroite des doigts de Asch pour claquer comme des fouets alentour...

"Putain... !"

Il avait entendu du bruit. Du verre brisé..? Etait-ce bon signe? Mauvais signe..? Aucune idée. Asch aurait pu tourner la tête mais il n'osait pas quitter des yeux son ouvrage. La peur le tétanisait. Il tremblait de tous les bouts, tandis qu'un froid glacial lui nouait les entrailles. Ce n'était pas le genre de froid que provoquait l'air ambiant sur son organisme surchauffé. La liane brûlait progressivement. Elle résistait. Elle était solide... Car là où elle était encore en train de se battre contre les mains brûlantes de Asch, bien des plaques de métal auraient déjà fondu. Le rouquin fut pourtant obligé d'offrir une part de sa concentration au combat... Car il entendait une voix inconnue incanter quelque chose... Ce quelque chose ne lui plaisait guère... Conneries de mages!! Des plantes vivantes déjà... Et ensuite quoi? Qu'allaient-ils encore lui inventer? Ces types - et ces filles, à en croire la voix - étaient des dangers publics !! Au même titre que lui bien entendu... Mais Asch se méprisait déjà tout seul comme un grand, c'était un fait. De la pluie? Ah non hein!! Il pleuvait déjà suffisamment comme ça, et Asch avait tendance à se sentir endormi et nauséeux malgré l'adrénaline. Les gouttes tombaient dans des "psssssht" agaçants sur ses mains avant de disparaître instantanément. Si il pleuvait encore plus... Asch allait être malade! Et il n'allait plus rien voir à ce qu'il faisait au travers la vapeur d'eau! Puis la jeune femme au visage encore inconnu leur demanda d'arrêter de résister... Asch accueillit cette requête avec un ricanement amer et ironique. Comme si il allait l'écouter. Comme si Drathir et lui étaient du genre à négocier contre l'ennemi et à faire preuve de diplomatie. Les plans d'un artefact de cette facture ne pouvaient ABSOLUMENT pas tomber entre les mains de rebelles qui voulaient foutre le boxon...! Asch n'était pas foncièrement d'accord avec les agissements du gouvernement, mais une paix relative, c'était toujours mieux qu'un chaos généralisé. Si il avait adhéré aux vues de l'Opale Maudite, c'était parce qu'il avait toujours pensé que cette dernière voulait changer les choses en profondeur, mais en douceur, sans que la population ait à en pâtir. Asch était peut-être un bourrin... Mais il n'avait définitivement pas des aspirations de barbare anarchiste.

"Met toi ta compassion là où je pense... Connerie de mago de merde..."

... Franchement, il y avait des jours où il aurait mieux fait d'arrêter de penser, ou bien son interface IRL d'arrêter d'écrire, comme vous préférerez. Il avait mentalement pesté contre la pluie qu'avait invoquée l'ennemie. Dorénavant... Il regrettait que les larmes du ciel n'eurent pas décidé de tomber plus drues. Cela aurait été largement préférable à cette pluie de cristal qui les menaçait dorénavant et allait le transformer en passoire dans les cinq secondes. Ses yeux s'écarquillèrent. Il manqua d'échapper le contrôle de ses flux, et ses mains augmentèrent encore en température, devenant ainsi très dangereusement chaudes.

"QUE..?"

Pas le temps de parler en fait. Asch avait des réflexes, et c'était une chance. Il espérait que Drathir allait s'en sortir elle aussi, mais il était à l'heure actuelle incapable de faire quoi que ce soit pour elle: il était déjà lui-même complètement dépassé par la situation. Comme les lames de cristal pointaient sur lui de manière oblique il pouvait encore se servir de la liane comme d'un bouclier. Il ne la quitta pas des mains, mais tourna, afin de se cacher et d'éviter de se faire empaler. Ses doigts crispés rentraient dans la matière végétale entamée. Il espérait fortement que la liane n'allait pas profiter de ce moment précis pour lâcher, même si il cherchait encore à la couper.

Asch avait eu chaud aux fesses, et pas de la manière la plus agréable qui soit. Et pourtant, il fallait s'attendre à ce que leurs ennemis n'aient aucune pitié... "Leurs" ennemis, oui, et pas "leur" ennemie. Si Asch n'avait pas vraiment eu l'occasion de localiser les vilains pas beaux, il avait au moins assez de jugeote pour se rendre compte que les deux types de magie utilisées contre Drathir et lui étaient bien différentes l'une de l'autre. L'une se spécialisait dans les végétaux visiblement tandis que l'autre... Asch n'en savait trop rien. Tout ce qu'il savait, là, c'est que la "pluie" avait décidé de prendre une autre forme encore. Son cœur s'emballa tandis que des graines lui tombaient sur la tête. Il serra les dents. C'était quoi cette merde encore..?? Des trucs qui écloraient à toute vitesse pour mieux le griffer visiblement. Un cri étouffé lui échappa. La chaleur de ses mains était sur le point de ne plus l'écouter. Il parvint à retenir certains flux... Les autres s'éjectèrent à l'intérieur de la liane et commencèrent à danser dans cette dernière, la brûlant ainsi en profondeur.

"MERDE!! Drathir... DRATHIR SI T'ES DANS LE COIN BARRE TOI TOUT DE SUITE!!!"

Parce qu'il n'avait même pas pu localiser sa coéquipière, oui... Asch était conscient... Trop conscient de la position de ses flux dans l'espace, même si il ne les voyait pas. Il savait, tout simplement. Et cette connaissance l'empêchait de penser et de voir. Asch était peut-être gay, mais il n'était toujours pas multitâche.

Une liane de chaleur, incandescente, avait totalement échappé à son contrôle. Elle tournoyait sur cinq mètres de hauteur, et léchait la liane et les floraisons de certaines graines, les brûlant ainsi sans pitié. Comme il fallait s'y attendre.. La rencontre de certains flux ne faisait pas bon ménage. L'architecte qui s'enroulait autour de la source même si Asch n'en avait pas encore conscience... Une bobine dans la main droite, une chaleur trop contenue dans la gauche... Il eut à peine le temps de comprendre cette information, qui lui avait toujours échappé jusque là...

.. Explosion thermique. La bobine qui s'était formée à l'intérieur de la liane explosa purement et simplement. Asch, trop près du souffle de l'explosion, fut repoussé en arrière brutalement et tomba sur le flanc, deux mètres plus loin. La peur le tétanisait tant et si bien qu'il n'était pas sûr de réussir à se relever. Le souffle lui avait sans doute fêlé une côte, car il avait super mal. Ses pulls successifs avaient brûlé, mais il avait beau être à moitié à poil dorénavant ce n'était sans doute pas le moment de faire du fan-service. Si il avait été sensible à la chaleur... Ses entrailles auraient sans doute été en train de se déverser sur le sol. Vu que le foyer de l'explosion avait élu domicile à l'intérieur même de la plante, là où Asch l'avait déjà bien abîmée, il y avait sans doute des chances pour que cette dernière n'ait pas résisté à cet acharnement... Par un quelconque miracle, il n'avait pas encore totalement perdu les "manettes de commande" de son pouvoir. [AC]

[Si ça va pas vous me dites XP j'essaie de débloquer progressivement mes techniques]

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drathir Linath

avatar

Messages : 31
Age : 23

MessageSujet: Re: Confrontation [Asch / Drathir Vs Stella / Ashura]   Jeu 30 Déc - 13:28

    L’ombre avait exécuté son œuvre, car la Datenshi était déjà en train de chuter, bien qu’un sourire venait orner ses lèvres, ce qui était mauvais signe aux yeux de Drathir. Cette dernière avait sortit ses deux dagues, dans une garde de combat qu’elle jugeait infaillible, comme quoi l’entraînement finissait toujours par payer, un jour ou l’autre. Ce fut à ce moment précis que la jeune femme, que Drathir avait ignoré afin de se concentrer sur celle qui avait invoqué les plantes, daigna se manifester. La traqueuse eu le temps de voir un livre, ou du moins quelque chose qui y ressemblait, ce bouquin était probablement la source de son pouvoir. Mais pour le moment elle ne se voyait pas s’en emparer, elle était trop loin et Drathir avait déjà fort à faire avec le papillon qui lui faisait face.

    Des épées jaillirent alors, se matérialisant dans les airs, la lame en direction des deux gouvernementaux. La traqueuse n’eu pas le temps de se soucier d’Asch, elle ne sut donc pas si il avait pu esquiver l’assaut qui était désormais diriger contre eux. Dans son cas, elle eu une réaction quelque peu… étrange. N’ayant aucune cachette dans laquelle trouver refuge, la jeune femme s’avança alors brutalement, se rapprochant de la Datenshi aux plantes – celle-ci avait d’ailleurs était recueillie par des lianes – afin de se mettre le plus près d’elle. Armes en avant, bien sûr. Pourquoi fait-elle une chose pareille ? Car c’est le seul moyen pour se protéger, jamais les épées ne viendront dans sa direction si elle se trouvait près du papillon. Le risque de blesser ce dernier devenait trop grand, ainsi, elle était donc en sécurité. Pour le moment du moins. Et c’est également pour cela qu’elle resta au plus près de son ennemi quand elle vit une immense sphère de feu se diriger vers elle. Drathir gronda.


    « Bordel tu me fais chier toi… »

    Cependant, esquiver cet assaut avait laissé le temps à son adversaire de préparer sa propre contre attaque et c’est pour cela que Drathir se retrouva bien vite avec des pousses sur les épaules. Les jeunes graines grandissent déjà, s’enrouler autour des jambes de la traqueuse qui se retrouve momentanément bloquée, tandis que ses mouvements de bras se trouvaient également légèrement entravée. Et merde, en plus elle s’était dangereusement rapprochée du papillon, désormais elle était donc dans une très mauvaise posture. Et ça n’irait pas en s’arrangeant, ça c’est sûr. La voix d’Asch retentit alors, brutale, véritable cri, une mise en garde. Drathir lui jeta un coup d’œil, furtif, et découvrit avec horreur qu’une immense chaleur se dégageait déjà du soldat. Elle comprit de suite pourquoi il lui demandait de filer. Et ce fut dans un frisson d’effroi qu’elle constata que les pousses accrochées à ses jambes l’empêchaient d’esquisser le moindre mouvement.

    « ASCH NON ! No… »

    Elle n’eu même pas le temps de finir sa phrase. Il était déjà trop tard. L’explosion que la traqueuse redoutait tant finit par avoir lieux, une explosion si puissante que les graines qui parsemaient son corps furent aussitôt désintégrées, littéralement, alors que le souffle de flamme la propulsait avec violence en arrière. Elle heurta un hangar dans un bruit sec, et l’espace d’une seconde elle eu l’impression que chacun des os de son dos venaient de se briser. Dans un grognement mêlant sa rage et sa douleur, elle ouvrit les yeux, observant le carnage. L’immense plante au centre était en train de brûler, entièrement, et Drathir ne voyait pas comment quiconque pourrait empêcher la plante d’être réduite en cendre. M’enfin, après tout, qu’en savait-elle hein ? Tout était possible, surtout avec ces deux énergumènes qui étaient puissants au possible. Ok, bon, maintenant c’était à son tour de s’énerver un peu.

    Se redressant péniblement, prenant appui sur le mur du hangar qu’elle avait heurté, la jeune femme se retrouva bien vite sur ses jambes. [AC] Elle leva une de ses mains, la paume de celle-ci en direction de l’écrivaine. Drathir fixa cette dernière, ne lâchant pas sa nouvelle cible du regard. Puis le coup partit. Des aiguilles jaillirent de sa paume, fusant en direction de la Datenshi afin de la perforer. Les aiguilles passèrent à travers son corps, certes cela pouvait blesser, mais pas vraiment. La particularité de cette attaque était qu’elle pouvait paralyser. L’écrivaine se retrouve donc incapable d’esquisser le moindre geste, ses membres désormais engourdis, l’espace d’un temps. Malheureusement le sort ne durera pas mais au moins leur adversaire les laissera tranquille quelque temps.

    La traqueuse se tourna de nouveau, cherchant du regard la femme qui avait invoqué ces plantes. Etant l’adversaire le plus proche, Drathir souhaitait en finir le plus vite possible. Afin de signer l’arrêt de mort de son adversaire… Ou le sien, qui sait. Dans tous les cas il était hors de question de leur laisser la mallette. Jamais. Ce n’était pas envisageable. Il ne fallait cependant pas croire que Drathir défendait corps et âme le gouvernement. Si elle avait atterrit ici c’était bel et bien par un concours de circonstance. Elle l’avait toujours dit, si des rebelles n’avaient pas tués ces parents, elle serait probablement devenue une renégat également. Seulement… Seulement voila, la vie nous jouait parfois de bien vilain tour. Drathir gronda et s’adossa contre le hangar, le souffle court. L’explosion l’avait vraiment secouée… Mine de rien. Fait chier.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dwight Elipson

avatar

Messages : 9

MessageSujet: Re: Confrontation [Asch / Drathir Vs Stella / Ashura]   Ven 21 Jan - 14:46

Gabriel : Tentez d'avancer un peu plus vite, certaines personnes attendent. Si Stella (ou Claire) ne poste pas, vous prenez le relai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashura Kuchiki

avatar

Messages : 91

MessageSujet: Re: Confrontation [Asch / Drathir Vs Stella / Ashura]   Dim 23 Jan - 22:58

Elle avait... explosé. Comment était-ce possible ? Pauvre, pauvre Sycmus. Quelle fin improbable, déshonorante pour la reine des jungles. Le souffle embrasé gifla les joues de la Datenshi, emporta avec lui la muraille végétale. Ces ennemis étaient-ils donc si puissants ? Et cette femme, en quoi consistait son don ? Elle avait du mal à savoir. N'était ce que des ombres ? Ashura fronce les sourcils en tournant un bref instant la tête vers l'Etoile.. Ses iris s'arrondissent alors qu'elle voit, impuissante, les aiguilles se planter dans son corps, le Papillon sait ce que cela signifie.. Personne ne viendra lui donner de cours sur l'anatomie humaine, elle l'avait exploré de l'intérieur. L'Etoile serait immobilisée dans ce ciel de mauvais présages. Tournant le menton à nouveau vers leurs adversaires, Ashura accrocha le regard sombre de la femme aux ombres. Il était si emplit de glace meurtrière, si brillant de cette volonté guerrière de tuer. Horrifiée la jeune femme eut un mouvement de recule qui faillit bien faire tomber le tissu qui couvrait son front et le bas de son visage. Comment pouvait on.. ne point voir que ce combat était ridicule. Cette femme, elle était jeune, était elle vraiment déjà prête à mourir pour une mallette ?

-" Cet homme allait vous tuer, je n’ai fait que vous défendre, mais si vous désiriez mourir il aurait fallu me le dire. Croyez vous que ces hommes auraient épargné nos vies ?"

Tuer.. pour ne pas être tué. Son coeur s'emballe, elle le revoit, lui et ses yeux si étranges, lui et ses principes si éloignés des siens.. lui qui avait semé le doute dans son esprit. Démon au visage charmant. Quel grain de sable avait il donc envoyé dans les rouages de sa logique ? Elle qui hier était prête à mourir paisiblement.. à renoncer à tout sans regret, à partir sans se retourner. Aujourd'hui.. face à un tel regard elle ne savait que faire. N'avait elle jamais eut conscience que le monde dans lequel elle vivait n'était pas un vaste jardin de fleurs mais de ronces ? Des ennemis à chaque coin de rues, des gens qui vous veulent du mal, qui vous feront du mal pour des raisons arbitraires. Ce monde est-il sombré dans la folie ? Vers quel Dieu faut il se tourner pour trouver la paix ? Elle.. n'aurait jamais du quitter son jardin. Elle s'était cru forte mais les vents de discorde de cet endroit entaillait sa peau, ses esprits assassins fusillaient son coeur sans vergogne. Allait elle vraiment mourir parce qu'elle pensait juste d'empêcher la construction d'une arme qui sèmerait mort là où il y avait déjà tant de douleur ?

Elle ne voulait pas.. tuer. Non, jamais, elle ne tuerait un être humain. Avait elle tort de penser que c'était une mauvaise chose que d'ôter la vie ? Etait elle dans l'erreur quand elle croyait que chacun était une plante unique, que tout ce qui est unique doit être préservée ? Que le sang est une chose qui n'a de valeur que dans les veines d'un être vivant ? Pourquoi.. ne pouvaient ils pas comprendre.. Derrière le rideau mouvant des fils d'or qui couvraient son regard, la marchande de fleur pleur. Elle laisse une larme glisser, elle l'abandonne à son incertitude. Les mots du fremen résonnent sur sa peau, elle frémit avant de lever ses mains, paumes en avant, vers ses adversaires.

- "Ma vie est mienne.."

Il fallait tenir bon. Cela serait bientôt terminé n'est ce pas ? Alors elle n'aurait plus à ce demander.. si les paroles d'un Despranon pouvaient vraiment.. compter pour elle. C'était ridicule après tout. Il était un des ennemis les plus puissants de l'organisation Datenshi partie et pourtant elle l'avait écoutée avec autant de soin que s'il avait été allié.. Bien entendu les ennemis peuvent parfois nous apprendre des choses mais était il possible que ce soit des paroles du gouvernement qui ce soit en elle insinuée, comme un poison ? Pouvait elle être d'accord avec un homme qui avait voué sa vie à pourchasser des rebelles qui avaient à coeur de rendre ce monde un peu plus vivable pour le peuple ? Non.. ce n'était pas d'elle que venait le problème. Si ce fremen avait semer des graines de troubles dans son esprit, c'est qu'il ne parlait pas comme un homme du gouvernement. Cet homme il..

Une rafale de vent mêlée de pluie fait tomber le tissu qui recouvre le haut de son crâne, disperse aux alizés ses cheveux noires. Mais que fait elle ? Ce n'est pas le moment de penser à ce Despranon ! Des mèches soulevées par les bourrasques glissent sur ses joues, couvrent ses yeux, cela n'a plus d'importance, elle sait ce qu'elle doit faire. De son pied d'estale végétal le Papillon ouvre grand ses ailes et laisse le sort guider les mots. Son souffle passe de ses lèvres entre ses mains avant de se transformer en tornade plus bas, soulevant les graines tombés un peu plus tôt avec Centifolia.


- Lianes sans ombre, entraves obscures. Kan'kin !

Immédiatement suivit le l'ordre le fourmillement de lianes primaires qui se jettent avec férocité sur les deux membres du gouvernement. Elles ne devraient pas les laisser tranquille avant de les avoir immobilisés où d'être toutes tranchées. Cependant.. Les mains de la jeune fille aux fleurs n'ont pas bougées, étaient elles vraiment levées ainsi pour rien ? Ou bien.. n'a t-elle pas finit ? Son une pression de son pied les lianes entrelacés qui la porte s'abaissent. Va t-elle combattre sur le terrain ? Au corps à corps ? ... Ce serait.. hilarant. Pourtant son pieds foule le béton retourné. Elle profite de la soudain occupation de ses adversaires pour faire le pas qui la sépare de la mallette. Finalement l'explosion provoquée par l'homme aux cheveux de feux lui aura servit, ils se sont trop éloignés de leur trésor. Agressés par les lianes ils n'auront pas le temps de revenir.. pas à temps. C'est en tout cas ce qu'espère la demoiselle.

Encore une seconde.. Se concentrer. Agir. Ses mains se referment.


- Shoutai.. Fun'bo.

Ses jambes se plient alors que ses points viennent doucement frapper le sol. Presque instantanément les ronces Tabioka se dressent et se referment sur Ashura. Le tombeau se scelle. À l'endroit où quelques fractions de secondes plus tôt il y avait la silhouette d'une personne et une mallette, il y avait une boule de ronce. Une sphère large et haute d'un mètre cinquante. Entourée de fiertes épines Ashura prit le temps de souffler. D'après ce qu'elle avait vu l'homme avait une magie relative à la chaleur et la femme à l'ombre. L'homme ne l'inquiétait moins, s'il venait à porter des coups de types magiques sur le tombeau il s'y écorcherait les mains. De même pour la femme.. Cependant, si elle maîtrisait réellement les ombres.. il y avait une chance pour qu'elle soit capable de pénétrer à l'intérieure de la sphère, il y faisait aussi noir que dans une boite de métal. Prenant rapidement un pochon accroché à l'intérieur de son vêtement, Ashura dissémina un tiers de son contenu sur le sol de ronce de sa prison.

- Illumine là où l'obscurité menace. Nikkou.

Les fragiles fleurs éclosent en quelques secondes aux pieds de la jeune noble, éclairent le tombeau et laisse comme un gout de remerciement sur les lèvres de la femme. Toutes les épines des Tabioka tournées vers l'extérieur, elle devait être en sécurité pour un certain temps. Elle n'avait pas vu d'arme susceptible de percer les ronces non plus.. pourtant le danger était trop proche d'elle pour qu'elle se repose. Sa réserve de magie avait beau être bien plus élevée que la plus part des mages elle n'était pas inépuisable.. Elle n'était jamais arrivée à cette extrême limite et avait toujours un recours si ce devait être le cas. Il serait préférable qu'elle n'ait pas à faire cela. Il fallait juste qu'elle se concentre. Son prochain mouvement n'allait pas tarder. Elle ne pouvait pas se contenter d'attendre. Il y avait pour elle une grande faille dans son plan, une chose qu'elle n'avait pas pu prévoir. En priant pour que ses ennemis ne la voit pas elle se mit calmement à réfléchir.

En espérant pour que sa technique d'emprisonnement est atteinte au moins un point d'attache chez les membres du gouvernement. Entre les épaules, les poignets et les chevilles, il devait bien y avoir un de ses six points que les lianes agripperaient. Si il n'y en avait ne serait-ce qu'un alors.. cela devrait assez les ralentir pour que l'Etoile se décroche de son ciel. Ashura était désolée de ne pas avoir pu l'aider mais elle avait fait deux diversions. La première avec les lianes, la seconde avec le tombeau, le temps avait du être assez long pour que Stella se libère, non ? La demoiselle dans sa bulle végétale n'en était pas sur, contrariée elle se força au calme et jeta un coup d'oeil à la mallette. Cette chose.. était vraiment détestable. Si elle pouvait la détruire cela mettrait sans doute fin à toute cette folie. Du moins.. ce combat n'aurait pas été totalement inutile. Mais comment entrer dans cette boite ? Il n'y avait nul trace d'interstice où glisser une graine. Peut-être les Sycmus arriveraient elles à écraser la boite ? Seulement.. les sycmus pour être efficaces demandaient du temps. Elle avait mit une semaine pour rendre celle qui avait attaquée la première la mallette suffisamment robuste... et cela n'avait pas été suffisant.

Sans tarder, Ashura réunit ses mains et commence à ordonner. Il y a encore autour d'elle suffisamment de graines indemnes de l'explosion, soit par ce qu'elles étaient enfouis sous le sol, soit par ce qu'elles étaient cachées sous d'autres graines. Il lui fallait juste ordonner tout cela. Formuler une nouvelle stratégie. Et gagner.

Gagner.. pour ne pas mourir. Ne pas mourir et le revoir.

-".. ma vie n’est point faite pour commettre un acte aussi vil que de te tuer Datenshi alors que tu as sauvé ma vie. Pas aujourd’hui."



Pas aujourd'hui. Demain.. nous verrons.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Confrontation [Asch / Drathir Vs Stella / Ashura]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Confrontation [Asch / Drathir Vs Stella / Ashura]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alternative Future :: AUTRES LIEUX :: Varkë :: Compartiments marchands-